Les Salons de la Cour

17Février, 2020, 17:50:47
Bienvenue, Invité. Veuillez vous connecter ou vous inscrire.

Connexion avec identifiant, mot de passe et durée de la session
Pages: [1] 2   Bas de page
  Imprimer  
Auteur Fil de discussion: Intro  (Lu 5262 fois)
0 Membres et 1 Invité sur ce fil de discussion.
Na-urn
Fifre
*
Hors ligne Hors ligne

Messages: 22


« le: 07Juillet, 2009, 08:26:56 »

Assise avec trois hommes dans un petit troquet à Price, tu es légèrement ailleurs tandis que les trois autres bavardent.
-Alors Lenaic? T'es avec nous ou pas? C'est Robby qui te parle, un gros mec très baraqué et peu avenant en général, mais avec vous il n'y a jamais eu de soucis. Des trois c'est sans doute celui que tu apprécies le plus.
Lornou, un gars très compétent pour tout ce qui est opérations de nuits, t'observe avec Frédéric, un type comme toi, qui apprécie de prendre la direction et qui aime rentrer dans le tas... L'équipe, c'est toi qui la constituée autour de toi. Vous louez vos services pour de la protection de caravane ces derniers temps. Mais vous venez d'entendre parler d'une ville qui se trouve assez loin à l'ouest mais où les gens sont nombreux à se rendre pour récolter une grande quantité de "trésors de l'Avant". C'est une ville qui était encore "radioactive" il y a peu, mais visiblement le danger semble largement surmontable.
Si ce coup vous intéresse c'est qu'au sud de la ville en question se trouve deux villes d'importance moyenne où vous pourriez vivre un certain temps "pépères"..
Bref, c'est une question que se posent tes compagnons et pour laquelle ils aimeraient connaître ton opinion.
Journalisée
Na-urn
Fifre
*
Hors ligne Hors ligne

Messages: 22


« Répondre #1 le: 07Juillet, 2009, 08:27:38 »

Na Urn

La question avait dérangé sa rêverie. Elle revoyait encore Mike se faire bouffer et ce souvenir la faisait encore sourire. Elle tasse sa mèche de cheveux rebelle de devant ses yeux et les regarde tour à tour.

- Faut voir, c'est quoi qu'on a en stock Roddy ? Et puis, Frédéric, t'as vérifié si y'avait une caravane à laquelle ou pouvait s'ratacher pour la route ? C'est bien beau partir sa route et désouder des cons, mais avec d'la tune en plus, j'dis que c'est mieux.

Elle se lève, s'étire de tout son long et attend leur réponse.
Journalisée
Na-urn
Fifre
*
Hors ligne Hors ligne

Messages: 22


« Répondre #2 le: 07Juillet, 2009, 08:29:38 »

PipBoy

Robby et frédéric, tout sourire, te répondent que les stocks sont suffisants et qu'une caravane partirait d'ici peu de temps.
Frédéric prend la parole. "Dessouder des gens? J'ai un doute pour le coup. Nous ne devrions qu'escorter une caravane et jouer les services de sécurité une fois sur place. On ne parle pas de tuer qui que ce soit."
Lornou rétorque juste avant que des fois, les cons sont si cons qu'il faut les tuer avant qu'ils ne fassent des conneries. Ce sur quoi Robby acquiesce et se lève à son tour, tout en ponctuant son geste d'un: "En gros, tout est prêt, on attend juste ton aval."


Na urn

Lénaic se retourne prestement vers Robby et, tout en mettant la sur la crosse de son arme, elle lui parle d'un ton mauvais.

- Tu disais quoi là ? Tu attendais que j'avale ?

Voyant son air légèrement pantois, s'attendant probablement pas à ce volte face, elle se mit à rire de bon coeur.

- Aller, t'en fait pas, j'avais compris. Elle tourne ensuite la tête en direction de Frédéric. Écoute, tu sais très bien que de surveiller une caravane implique à désouder les cons qui vont l'attaquer. Sans parler du faite que si on partait que notre p'tit groupe, on aurait à désouder invariablement les cons qui s'attaqueraient à nous. Donc, quoi qu'il se passe, on va donc déssouder des cons et c'est tant mieux. Rester ici m'enquilose et mes p'tites fesses on b'soin d'bouger.

Elle fait craquer ses jointures.

- Robby, vient avec moi. On va aller voir l'chef d'la caravane et prendre une entente. Fred, organise le campement pour la nuit avec les deux autres. On d'vrait être de retour dans pas long. Vous pourrez aller foute la pagaille en ville après.

Elle leur lance un clin d'oeil complice et s'en va sans en direction des caravanes.


PipBoy

Robby sourit et te suit. Il lache un bon mot qui fait rire les autres en ce qui concerne votre "sortie".
"Tes" hommes "obéissent" en bavardant entre eux et en riant un peu. Le ton est clairement décontracté et tu sais que quand tu reviendras ils auront tout préparé sans soucis.

Vous sortez donc, de votre troquet, traversez la place principale de Price pour vous rendre juste à la sortie de la ville où se trouvent les caravanes marchandes. La chaleur fait fuir les badauds, seuls les gens "intéressés" par les affaires à faire sont présents. Ce qui donne une ambiance assez "calme" et "professionnelle". Robby t'indique la "compagnie à escorter", elle s'appelle "L'eL DoRAdo". Une vieille jeep et un vieux camion retapés assez efficacement, le tube sortant du moteur indique que les véhicules ont été équipés de moteurs à "charbon", plus facile à trouver en cas de pépin avec une panne d'essence. Quelques bramhines et deux chevaux sont à l'ombre en train de manger un des rares coins d'herbe de la place. Quatre types à l'allure patibulaire sont en train de discuter. Un assez baraqué semble être le chef, il bavarde avec un autre plus "typé" combattant.
Lorsque vous vous approchez, ils se taisent, les deux autres qui leur tiennent compagnie mettent la main vers leurs holster.


Na urn

Avant même de se diriger vers eux, elle glisse un mot à l'oreile de Robby.

- Si c'est un concurent, on va envoyé Lornou aux nouvelles...

Elle s'avance ensuite d'un pas décidé dans leur direction ce n'est que rendu à leur hauteur qu'elle scrute les deux sbires.

- Moi, à vot'e place, j'enlèverais mes mains de sur ça. De plans pour que vous les sortiez et qu'vous sachiez même pas vous en servir. Pas des jouets pour les enfants, ça, mes p'tits loups.

Elle se tourne ensuite vers le plus costaud et lui sourit.

- On m'a dit qu'la caravane aurait b'soin d'protection pour un voyage. J'viens donc offrir les services d'moi même et mes hommes. Yé où l'patron ?
Journalisée
Na-urn
Fifre
*
Hors ligne Hors ligne

Messages: 22


« Répondre #3 le: 07Juillet, 2009, 08:31:33 »

PipBoy

Les deux types armés ne répondent pas et se déplacent légèrement pour tenter de se mettre derrière vous.
Les deux autres qui discutaient avant votre arrivée te lancent un regard méprisant. Les as-tu coupé ou ta tirade les a-t-elle offusqués? Toujours est-il que celui, plus "typé combattant" prend la parole.
"C'est bien beau de venir ici pour provoquer mes gars, mais là nous discutons affaires. Si vous voulez bien nous laisser travailler et aller insulter d'autres gens ailleurs, nous pourrions sans doute passer une bonne journée."
Un sourire mauvais éclaire le visage de l'autre homme qui vous regarde toi et Robby, comme s'il cherchait à connaître la valeur de votre chair.
Les deux autres se sont placés comme il faut. Pour le coup, tu te doutes qu'il n'y a rien à craindre si vous ne faites pas d'esclandre, mais qu'en cas de soucis, vous ne feriez pas long-feu.
Robby, la main proche de son arme attend aussi de savoir ce que tu vas décider.


Na Urn

Lénaic regarde les hommes se positionné tout en écoutant leur chef lui parler. Sitôt qu'il a terminé, elle se tourne vers lui et lui sourit avec innocence après avoir tassé sa mèche de cheveux du revers de son index gauche.

- C'est tes gars ça ? Elle les détailles des pieds à la tête et revient sur l'homme en question. On peut encore r'cruter à la p'tite école d'nos jours ? Elle émet un petit rire cristallin puis reprend sur un ton plus sérieux. Écoute moi bien, est-c'que tu m'as vue mettre la main sur une quelconque de mes armes ? De nous six, c'est pas moi qui est nerveuse. Moi, j'savais que je m'envenais et toi ? Moi, j't'ais vue de loin et toi ?

Un sourire mauvais apparait alors sur ses lèvres.

- Ouaip parce que là, s'ra pas difficile au sniper de les r'pérer. La menace est maintenant identifié non ? Une balle, un homme à terre, nous tombons à deux contre deux. Sans parler que la balle en question n'est pas nécessairement réserver à un d'tes sbires... J'compte pas c'te bon monsieur à nos côtés, tout costaud, pour la simple raison et bonne raison qui n'a pas d'arme. Ho ! J'suis sûr qui cogne dur, une musculature comme ça, sa trompe pas. D'ailleurs, j'dois te dire mon bonhomme qu'en d'autre temps, j'vous aurais bien amener dans mon lit... Elle lui lance un clin d'oeil malicieux et fixe à nouveau le combattant.

- Mais tout ça, c'est des conneries. J'viens pas ici pour jouer avec nos flingues. Une perte de temps et sa f'rait couler l'sang pour une pure connerie. On y perdrait tout deux aux changes et ça, sa me plait pas, tout comme toi j'en doute pas. J'viens ici pour parler au chef de la caravane, pour offrir mes services de protection pour l'voyage. Vos affaires m'intéresse pas. Si elles sont si importante, c'est qu'elles peuvent attendre l'instant d'un oui ou non pour mes services. M'semble que c'est pas compliqué, non ?


PipBoy

Le plus costaud, le tas de muscles, te regarde et rigole franchement avant de parler.
Et bien, ma poupée, c'qu'est dommage pour toi, c'est qu'c'est la Caboche du chef de la caravane que t'aurais fait éclater avec tes idées. Tu vois, Bernard, il te montre l'homme que tu prenais pour le chef, il va me "protéger" avec ses hommes. On va pouvoir se balader sereinement nous. Sans avoir une petite rigolote à nos côtés.
Bernard en profite pour ajouter. Et oui, tu as compris. Z'êtes arrivés trop tard, vous pouvez donc nous laisser maintenant.


Na urn

Lénaic regarde les deux hommes, chacun leur tour et se résigne.

- Hé bin ça c'est dommage mes jolis. Bon dommage... Du coup, si jamais vous changez d'avis, j'sr'ais dans l'secteur. Elle se tourne vers Robby et lui fait signe de la suivre. Aller, on s'en va.

Puis elle quitte tout simplement le caravanier ainsi que l'équipe que ce dernier avait engagé. Cependant, sitôt qu'elle est hors de leur champs de vision, en passant le coin d'une bâtisse, elle s'arrête sec et se tourne vers Robby. À ce moment là, il peut aisément voir la sourde colère qui gronde en elle.

- Crois-tu être bon pour repérer leur campement à ces p'tits soldats de plomb ? J'me d'mande si on pourrait pas les abattres pendant la nuit et revoir le caravanier demain...


PipBoy

Se frottant l'arrière du crâne, il te répond.
Bah, ce n'est pas de les repérer qui me posera un problème. C'est plutôt, que je n'irais pas les tuer pour ça. On peut trouver un travail autrement je pense.
Se frottant la joue comme si toute la tête le démangeait.
Et puis, on sait pas, sont peut-être balèzes ces types...

Sa voix est celle de quelqu'un de gêné, pas d'un peureux.


Na Urn

- C'est pour ça que j'veux que tu r'père leur campement ! Si elle aurait pu jetter des lames par ses yeux, Robby en serait couvert des pieds à la tête tel un porc-qui-pique ! Mais, à peine quelques secondes plus tard, elle réussit à se calmer et le regarde plus penssivement.

- J'détest ces conneries. Ya pas moyen d'passer à l'action, non... Faut toujours discuter avant... Qu'est-ce que tu dirais si on tentait une approche ? Du type de : "On se fait engager par eux ?" T'en penserais quoi ? T'as une putain d'autre idée ?Parce que moi, attendre encore plus de trois jours ici, je claque.


PipBoy

Se faire engager par eux?. Etonné, ton acolyte t'observe un instant. On pourrait peut-être envoyer Lornou tâter le terrain par chez eux non? Moi ou toi, ils nous connaissent..
Journalisée
Na-urn
Fifre
*
Hors ligne Hors ligne

Messages: 22


« Répondre #4 le: 07Juillet, 2009, 08:32:48 »

Na Urn

Lénaic, maintenant calmé, observe Robby penssivement.

- Mouais... J'vois pas l'utilité d'envoyé Lournou repérer leur campement, ou toi d'ailleurs, si ce n'est pas pour les descendre par la suite. Ensuite, s'faire engagé par eux, c'est une idée comnme une autre. Si sont pas assez costaud, comme tu l'dis, sa pourrait toujours être intéressant. Mais r'marque bin, j'dis ça, mais on prend si on nous laisse la liberté d'nos mouvements. M'frai pas diriger par ce gus...

Elle s'appuit contre le mur du bâtiment et semble réfléchir à voix haute tout en fixant le sol.

- Sinon, j'vois pas comment faire. Les deux autres n'ont pas parlé des autres caravanes... On peut t'jours aller voir et si trouve rien, bin on verra si on les dézingues ou pas et sinon... Bin sinon ou foutra l'camp sans caravane !

Lénaic lève les yeux et les poses sur Robby et se dit pendant une fraction de seconde qu'elle aurait bien besoin d'une baise pour se changer les idées. Cependant, elle savait que là, ce n'était pas vraiment le moment...

- Bon, on fait ça comme ça. Où sont situé les autres caravanes ? M'semble bin qui en avait par là-bas non ? Dit-elle en pointant le nord.


PipBoy

Toutes les caravanes se trouvent à côté de l'endroit d'où vous venez. Nul doute que vous devrez subir les ricannements de vos "amis". Un des gardes de la ville passe non loin de vous, tout en vous dévisageant de la tête aux pieds, et en vous ignorant tout aussi superbement.
Robby t'indique une caravane qui n'a pas l'air trop miteuse et pas trop bien gardée.
En passant, vous voyez vos "amis" sourire et rire de manière narquoise, certains gardes alentours sourient légèrement, une rumeur a dû se répandre à votre compte...

La petite caravane face à vous est en assez mauvais état, personne ne la garde, la porte est fermée, mais il y a un petit écriteau déglingué qui indique "ouvert".


Na Urn

Elle s'arrête et avant même, regarde ceux qui rigole et commence à sentir que son niveau d'énervement est bien bas en ce moment. Ne voulant pas commencer quoi que se soit pour le moment, elle se tourne vers Robby.

- Alors, tu connais c'te caravane ? Ça t'dis d'quoi ?
Journalisée
Na-urn
Fifre
*
Hors ligne Hors ligne

Messages: 22


« Répondre #5 le: 07Juillet, 2009, 08:33:21 »

Robby réfléchit un instant, puis répond que non, il ne connait pas cette caravane, il a juste entendu dire qu'il y avait des gens qui cherchaient des escortes, que la caravane précédente était dans ce cas, mais que là...
Il ne peut pas finir sa phrase qu'un homme, vêtu d'une aube dans les tons violets ouvre la porte, un mince filet de musique s'en échappe, quelque chose comme du jazz sans doute. Il a l'air propre sur lui, contrairement à ce que pourrait laisser supposer sa caravane.
- Vous cherchez à escorter une caravane? Si vous êtes efficaces, que vous pouvez assurer la survie d'une dizaine de personnes sans protection, et si vous ne posez pas de questions, vous êtes les personnes qu'il nous faut. Nous désespérions de trouver qui que se soit...
Tandis qu'il parle, en plus de la musique, vous sentez une légère odeur agréable. Tu penses tout de suite à une drogue "euphorisante", pourtant, votre bonhomme n'a pas l'air drogué.
Plutôt grand, maigre, mais pas chétif, il a le visage d'un homme franc mais pas idiot, ses cheveux tendent vers le roux, coiffés en raie au milieu, une mèche lui revient sans cesse sur le front. Ses mains, sont jointe derrière son dos, il n'y cache rien.
Journalisée
Na-urn
Fifre
*
Hors ligne Hors ligne

Messages: 22


« Répondre #6 le: 07Juillet, 2009, 08:33:48 »

Lenaïc regarde l'homme en question des pieds à la tête et lui sourit.

- Oui tout a fait. Mes hommes et mois même seront bien content de s'occuper de vous. Combien, où et quand sont mes questions. Le reste, on s'en balance.

Un mec pareille dans son plumard ferait différent de ceux qu'elle a l'habitude de prendre... Mais quelque chose la faisait hésiter... L'odeur ? L'allure trop bien soigner malgré les apparences, elle ne savait trop encore...
Journalisée
Na-urn
Fifre
*
Hors ligne Hors ligne

Messages: 22


« Répondre #7 le: 07Juillet, 2009, 08:34:13 »

Nous sommes 13, nous avons 3 roulottes comme celle-ci, une roule à l'essence, les autres sont tractées par deux Brahmines. Mes compagnons sont à l'écart, ils ont préféré rester à l'extérieur et s'occuper des Brahmines.
Pour ce qui est de la durée du contrat, ça ne devrait pas excéder les trois semaines. Nous nous rendons vers Santaquin. C'est une ville étape avant d'aller plus au Sud, pour un rassemblement culturel.
Vous tiquez Robby et toi sur le mot "culturel". L'homme continue de parler, d'une voix égale, assez agréable à entendre. Il n'a pas bougé de l'entrée, ne vous a pas encore proposé d'entrer. Sa mèche de cheveux passe devant son oeil droit, il lève une main gantée d'un gant fin de tissu mauve, pour retrouver une vision totale de vous deux.
Si cela vous intéresse, entrez que nous discutions du prix et de vous.
Journalisée
Na-urn
Fifre
*
Hors ligne Hors ligne

Messages: 22


« Répondre #8 le: 07Juillet, 2009, 08:34:38 »

Un calcucle rapdie se fait dans la tête de Lenaïc...

Quatre roulotte, deux à essence, 13 personnes, un homme par roulotte pour la surveillance... Mouais, pense-t-elle, sa peu se jouer... On saura bien assez tôt ce qu'est ce rassemblement culturel...

- Sa m'va. Allont discuter du montant...

Elle attend que l'homme l'invite à entrer...
Journalisée
Na-urn
Fifre
*
Hors ligne Hors ligne

Messages: 22


« Répondre #9 le: 07Juillet, 2009, 08:34:57 »

L'homme recule dans sa caravane en vous demandant un instant. Vous l'entendez farfouiller et ranger à l'intérieur. Robby ne peut s'empêcher de jeter un coup d'oeil discret à la fenêtre. Il revient en souriant vers toi et en pointant le pouce vers la caravane. "Il est en train de ranger tout, tout en tirant rapidement sur une sorte de Bang"
Quelques minutes suffisent à l'homme pour redonner une apparence normale à son intérieur. Alors que vous rentrez, le doute n'est plus permit, l'homme se droguait avant que vous arriviez. Par contre, l'odeur, épicée et sucrée, ne vous rappelle rien que vous ne connaissiez. Un bang stylisé et bien ouvragé repose le long de la paroi de la caravane. Si l'homme a fait du ménage, il est très doué, rien n'est sale, tout semble en ordre. Devant ta mine légèrement étonné, l'homme dit "Oui, on ne dirait pas que je suis célibataire. J'aime avoir un intérieur propre" il vous montre la table (minuscule) Si vous voulez vous assoir. Serrés sur un banc tout aussi minuscule, il vous propose un verre d'alcool de châtaigne épicée. Robby te regarde avant de répondre.
Journalisée
Na-urn
Fifre
*
Hors ligne Hors ligne

Messages: 22


« Répondre #10 le: 07Juillet, 2009, 08:35:17 »

- Mon gars, j'ai pour mon dire qu'avant d'prendre quoi qu'ce soit, on règle c'qu'on a à faire. Donc... Elle Lenaîc va s'assoir et laisse décider de ce qu'il veut faire. Elle remonte ensuite la mèche de cheveux qui venait de lui tomber devant le visage et sourit à l'homme. Combien ? Lui dit-elle avec un sourire aux lèvres.

Ensuite, elle se met à le détailler avec plus d'attention, vérifiant et mémorisant chacune de ses interventions. S'il y a une chose que ses annés d'esclaves lui on apprit, c'est que la moindre réaction corporelle impliquait invarriablement un comportement potentiel.
Journalisée
Na-urn
Fifre
*
Hors ligne Hors ligne

Messages: 22


« Répondre #11 le: 07Juillet, 2009, 08:35:35 »

Une fois toi et Robby assis, il se sert un verre, et fait tourner l'alcool dedans avant de dire:
Et bien, selon votre nombre, on pourrait s'entendre sur une base de 10 ou 15 caps par jour. A ceci, nous ajouterons 15 caps par personne s'en prenant à la caravane, et 2 par balle tirée pour nous défendre. Nous vous fournirons la nourriture, et si besoin, de quoi vous soigner et vous réchauffer.

Lorsqu'il parle de "personne s'en prenant à la caravane", toi et Robby, vous tiquez. Non pas que ça vous surprenne, mais l'homme a l'air de sous-entendre qu'il pourrait y avoir du grabuge. Se rendant compte de votre haussement de sourcils interrogateurs, il reprend rapidement.
Vous savez, mes compagnons et moi, appartenons à une organisation religieuse qui est considérée, pour certains, comme étant une secte. Je ne vois pas en quoi cela leur pose problème, nous ne nuisons à personne et aidons même ceux que nous pouvons. Toujours est-il qu'il se pourrait que des gens cherchent à nous empêcher de rejoindre notre lieu de rendez-vous...
Journalisée
Na-urn
Fifre
*
Hors ligne Hors ligne

Messages: 22


« Répondre #12 le: 07Juillet, 2009, 08:36:21 »

Lenaïc fait un rapide calcule mentale et sourit à l'homme.

- Ton offre m'convient bonhomme et tant mieux si on a d'l'action en ch'min. Pendant qu'elle parle, sa mèche retombe devant ses yeux mais ne s'en occupe pas immédiatement. On est quatre, cela t'fras donc soixante caps que j'te demande maint'nant*. Question d'avoir de quoi qui rassurera les hommes. C'est quoi vot'e groupe religieux et quand voulez-vous partir ?

L'entraînement militaire de Lenaïc la porte à poser des questions précises. Elle n'aime pas perdre de temps et tourner autour du pot.
Journalisée
Na-urn
Fifre
*
Hors ligne Hors ligne

Messages: 22


« Répondre #13 le: 07Juillet, 2009, 08:36:45 »

L'homme te regarde en souriant. Pour l'argent, repassez demain matin, je pourrais vous le donner. Heureusement pour moi, je n'en possède jamais sur moi. Cela serait bien trop risqué. Nous partirons après-demain si vous le voulez bien. J'aurais préféré demain, mais je peux comprendre que vous ayez besoin de préparation. Puis il se gratte un genou avant de reprendre, son verre tournant toujours dans sa main. Pour notre ordre, je préfère ne pas trop en parler, nombreux sont ceux qui chercherait à nous nuire. Vous le saurez en route, mais pas avant. Conscient que ça vous gène, il baisse les yeux et se tait. L'odeur des produits qu'il consommait avant votre entrée vous entre dans les narines à cause d'un courant d'air provenant de la fenêtre. Rien de bien méchant, mais l'odeur est agréable à sentir après celles de la sueur et de la route...
Journalisée
Na-urn
Fifre
*
Hors ligne Hors ligne

Messages: 22


« Répondre #14 le: 07Juillet, 2009, 08:37:31 »

Définitivement, j'aime pas les mecs qui baissent les yeux ! Se met alors à penser Lénaïc en observant l'homme. Un tel comportement lui donnait l'impression d'avoir à faire à un lâche. Du coup, elle fait un peu la moue de pas se voir plus excitée par cet homme mais se reprend rapidement et lui parle d'un ton à la fois clair et militaire.

- Comme on a le choix, on part demain, avant l'aube. Si tu veux vraiment éviter les problèmes, faut les devancer. On te rejoindra ici. Demain, quand j'arriverai, je veux savoir qui peu se battre et qui ne le peut pas. De mon côté, mes hommes et moi préparerons une stratégie pour défendre au mieux votre caravane et si jamais il y a lieu, un moyen de combattre de façon stationnaire. Sur ce, on dégage. J'ai d'aut'es chats à fouetter.

Sur ce elle fait un signe de à Robby de se lever afin que tout deux partent.

- Une dernière chose... Ta drogue, tu te la gardes. J'veux pas voir un d'tes gars en offrir a un des miens pendant la route. Sinon, non seulement je fou une dérouillé au mien, mais j'bris'rai aussi les dents du tient. Après, j'm'en fou, mais pendant, j'vais réagir. J'suis assez clair ?
Journalisée
Pages: [1] 2   Haut de page
  Imprimer  
 
Aller à: