Les Salons de la Cour

17Septembre, 2019, 09:09:09
Bienvenue, Invité. Veuillez vous connecter ou vous inscrire.

Connexion avec identifiant, mot de passe et durée de la session
Pages: [1]   Bas de page
  Imprimer  
Auteur Fil de discussion: Deos : La religion du dieu unique.  (Lu 1493 fois)
0 Membres et 1 Invité sur ce fil de discussion.
Cuchulain
Dispensateur officiel de bonheur à la cour
Modérateur
Dizainier
*
Hors ligne Hors ligne

Messages: 11 179


Grand maître du Djyhad rouge tolkiennien


WWW
« le: 20Mai, 2009, 01:51:02 »


I. Quelques réflexions générales.


Le Lumineux, le Juste, le Flamboyant, voila quels sont ses titres principaux dans la liturgie.1

L'Eglise de l'unique n'est pas encore très organisée : pas d'autorité centrale pour réguler les opinions et les théories, bien que l'empereur Carolus se pique de Théologie, et interviennent fréquemment dans les querelles théologiques (ce qui a le don d'exaspérer les prêtres de haut rang) et surtout s'estime comme garant de l'intégrité de l'église dans son empire. Ceci a pour conséquence que les prêtres lui sont théoriquement soumis (dans la pratique il intervient très peu dans les affaires courantes du culte).

Mais ceci ne vaut que pour l'Empire Carolien. Les rares prêtres Bjorningas, Kymris ou encore venant du Grand Désert ne reconnaissent aucune autorité morale ou juridique à l'empereur, ni aux grands prêtres situés dans l'empire. La tendance actuelle voit la centralisation du pouvoir entre les mains des grands prêtres officiant dans les cités les plus importantes. Deos est souvent représenté sous la forme de l'astre solaire d'ou partent huit rayons, ces huit rayons se retrouve dans la hiérarchie du culte, puisqu'elle comptent huit rang dans l'organisation. Les grand prêtres (qu'on appelle aussi les "huitièmes rayons") 2 sont responsables d'un certain nombre de septièmes rayons eux mêmes ayant des sixième rayons  sous leur responsabilité, etc.

Notons qu'un autre symbole est une roue dorée représentant les rayons du soleil ainsi que sa course autour du monde. Les prêtres au sommet de la hiérarchie ont un symbole en or pur, les plus pauvres : une roue peinte de couleur dorée. Il est important de souligner que les prêtres de Deos ne sont pas obligés au célibat, peuvent se marier et procréer (c'est même encouragé dans les textes...), on demande même aux huitièmes rayons d'êtres en pleines possessions de leurs « moyens » 3, et un grand prêtre non marié sera mal considéré.

Quant aux rapports des Déens avec les autres religions, cela dépend de la situation géographique. Dans les lieux ou ils sont en connivence avec le pouvoir : mépris, voire persécution dans le cas de huitième rayons intolérants. Dans les lieux ou ils sont minoritaires, campagne de conversion avec dénigrement des : «Faux dieux ». Vient se coupler à cela, l’aide aux plus démunis et des disputes théologiques contre les prêtres des autres dieux. Le sud du monde connu quant à lui, a majoritairement adopté la religion du dieu unique dans les villes, mais les campagnes restent attachés aux anciens dieux. De même pour le Nord du monde où les déens sont largement minoritaire.

Terminons sur la place des hommes et des femmes dans le culte. Même si Deos est adoré en "Il", la place des femmes est aussi importante dans la hiérarchie est égale à celle des hommes. Les huitièmes rayons femme sont courants et leur mari en tire un certain prestige. La simple différence est qu'une femme ne pourra diriger un culte lors de sa « période » mensuelle...

II. Le culte de Déos.


Les déens célèbrent un culte à l'Unique trois fois par jour.

1) célébration à l'aube :
C'est un culte de remerciement à Deos pour le soleil dispensateur de vie et de lumière. On demande sa bénédiction au dieu sur la journée qui vient, et on ramène les lampes (cf. Culte du soir) à l'intérieur du temple.

2) Célébration à Midi :
Culte pour célébrer la force et la puissance de la lumière, des chants de louange, des acclamations et autres démonstrations de respect devant la magnificence de Déos sont chantés, joués et déclamés.

3) Célébration au coucher du soleil :
Les prêtres sortent huit lampes et les placent autour du temple sur des autels prévus à cet effet. Lorsque la nuit est presque tombée : on les allume et le prêtre de plus haut rang présent prononce sa bénédiction dessus. Les lampes ont pour fonction de délimiter l'espace sacré du temple durant la nuit, elles seront entretenues en combustible pendant la période nocturne. Cette tâche ingrate incombe généralement au plus jeunes prêtres/moines. Quand il n'y en a pas : le temple loue les services d'un jeune fidèle.
Ce culte à pour objectif principal d'appeler la protection de Déos sur la nuit : source de dangers et domaine des créatures du mal. 4
A la fin du culte : le prêtre qui officie invoque le dieu unique afin que sa bénédiction vienne protéger ses enfants5, de la lumière sort alors de ses mains pour venir recouvrir l'assemblée. 6

Notons qu'une lampe spécialement consacrée reste constamment allumée dans chaque temple ou oratoire de Deos. Sa taille variera en fonction de la grandeur du temple (et de la richesse des fidèles).

Le huitième jour de la semaine est particulièrement sacré. Au solstice d'hiver, on célèbre la naissance d'Eklenia. 7

III. Histoire du culte.

A l'origine, les Eklénios (temples de Déos) était dans des cavernes (au temps ou il était persécuté par l'empire Taenarien). Ils étaient aménagés comme une salle à manger et ne pouvaient guère recevoir qu'une douzaine de convives à la fois : deux banquettes latérales, destinées aux Photeos, entouraient un couloir qui conduisait à la statue ou au bas-relief représentant la venue de Eklenia. Celle-ci, née dans une caverne au solstice d'hiver, apporte la lumière au monde.

De chaque côté du couloir ou de la statue de l'Unique8, se tenaient deux images de porteurs de torche : l'un, symbole de la végétation florissante du printemps et de l'été, la tenait levée, l'autre, symbole de la stérilité de la mauvaise saison, abaissée. A l'origine, Les Photeos  prennent leurs repas en commun dans l'Eklenia ; ils "communiaient" avec du pain et de l'eau mais  aussi avec du vin, en prononçant des formules rituelles ; ils consommaient également la viande d'un taureau.9 Un Eklénios était généralement orienté de telle sorte que le soleil levant frappe la statue du dieu à l'équinoxe de printemps.

Aujourd'hui : les Eklénios se doivent d'accueillir une bonne centaine de personnes, il est difficile de trouver des cavernes assez grandes, surtout en plaine ! La forme de la caverne se retrouve néanmoins dans les temples construits après la chute de l'empire. Quant au Photeos : cette appellation a été transféré aux dirigeant des communautés monastiques. 10 Si les statues sont parfois absentes : l'entrée du temple est  toujours orienté vers le soleil levant.


Notes



1. Certains théologiens estiment que de nommer Deos est un manque de respect et de déférence (en effet : nommer quelque chose, c'est le définir, lui imposer une forme et quelque part : le contrôler) et préfère dire Dieu ou l'Unique quand il parlent de Deos. Mais cette opinion est rare, et les missions de conversion savent que le gens du commun ont besoin d'avoir un nom pour remplacer leurs dieux, et pas une vague idée... Notons cependant que quelques philosophes « païens » sont sensibles à cette idée.
2. Ou l'Octavos en langue sacré, ce qui signifie "le huitième"
3. Il est par exemple impossible à un eunuque d'accéder au huitième rang de la hiérarchie (certains ascètes poussant l'ascèse jusqu'à s'auto mutiler pour ne plus être tentés par la « chair »)
4. Cette protection n’est pas que symbolique : nombres de monstres ou adversaires ont pu le constater à leur dépens. Quiconque vient avec une intention hostile sera repoussé (des récits parlent même de destruction dans le cas de bénédiction prononcée par un prêtre puissant. A l'inverse : si le prêtre n'est pas dans les bonnes grâces du Dieu : la protection sera nulle).
5. Ce qui est loin d'être inutile dans certaines contrées ou entre les fées, les gobelins, les bêtes sauvages, les monstres et les brigands/barbares : le fidèle a bien besoin de protection
6. Comme indiqué dans le scénario « Le traître trahira trois fois » : certains fanatiques trouvent cette manifestation odieuse et dignes des païens. Ils militent en faveur de son abolition lors des grands conciles.
7. Prophétesse et envoyée de Déos, Eklenia est venue apporter sa parole divine et purifier le monde. Des querelles théologiques agitent régulièrement les savants de l'église de l'unique pour savoir si elle était une émanation de Deos, son égale, sa fille ou juste une humaine ayant bénéficié de sa grâce. Toujours est-il que sa vie est partagée entre compassion envers les faibles et les malheureux (avec guérisons miraculeuses) et combat contre des monstres ou des persécuteurs du culte), elle n'est pas morte, mais a été enlevée dans un char de feu, dans sa 54e année. D'aucuns prétendent qu'elle aurait enfantée une lignée, dont le héros Aetius descendrait.
8. L'Unique était représenté comme un homme puissamment bâti à tête de Lion, ou avec un soleil à la place de la tête. Rares sont les Eklénios où l'on trouve encore des statues représentant Deos, car la tendance actuelle veut qu'il soit interdit de représenter l'Unique (mais pas Eklenia).
9. Le taureau est un animal important dans la symbolique du culte de l'Unique, un des premiers exploits d'Ekelnia fut d'abattre un taureau monstrueux qui terrorisait le pays, et de le consommer ensuite avec ses disciples. Dns les premiers temps un taureau suffisait amplement à nourrir les Phœbos, il est désormais impossible que tous en mangent ! On l'a donc remplacé par une figure stylisée en pain que consomment les fidèles.
10. Phénomène apparu alors que l'église de Deos faisait alliance avec les rois barbares, le monachisme est une tentative pour retrouver la pureté originelle des premières communautés « Déosienne ». Des petits groupes d'ermites vivent ensemble et élisent un supérieur qui est appelé « Phœbos » ou le lumineux.
« Dernière édition: 22Juillet, 2009, 12:31:33 par Cuchulain » Journalisée

Cuchulain l'homme qui a du chien.

Les pensées de Cuchu
Cuchulain
Dispensateur officiel de bonheur à la cour
Modérateur
Dizainier
*
Hors ligne Hors ligne

Messages: 11 179


Grand maître du Djyhad rouge tolkiennien


WWW
« Répondre #1 le: 22Juillet, 2009, 12:38:06 »

IV. Divers

- Le lion est l'animal sacré du culte de Deos : symbole de sa force, de sa puissance et de sa domination sur le monde. On représente souvent Eklenia lutant contre les forces du mal avec un lion à ses côtés. Il est attesté dans les écrits relatant sa vie, qu'elle se serait plusieurs fois transformée en lionne.
- Selon le dogme officiel : l'enfer où sont précipités les incroyants à leur mort est un enfer gelé et ténébreux. Là il passent l'éternité à souffrir entre les griffes de monstres terrifiants.
- Même si officiellement ce n'est pas reconnu : les missionnaires qui ne peuvent détourner les païens d'un lieu sacré remplacent la divinité ou la puissance locale par un saint ou une sainte.
Journalisée

Cuchulain l'homme qui a du chien.

Les pensées de Cuchu
Pages: [1]   Haut de page
  Imprimer  
 
Aller à: