Les Salons de la Cour

06Avril, 2020, 13:27:45
Bienvenue, Invité. Veuillez vous connecter ou vous inscrire.

Connexion avec identifiant, mot de passe et durée de la session
Pages: 1 ... 5 6 [7] 8 9 ... 26   Bas de page
  Imprimer  
Auteur Fil de discussion: Gagner la guerre  (Lu 80834 fois)
0 Membres et 1 Invité sur ce fil de discussion.
Hikaki
La Chancellerie
Maréchal
*****
Hors ligne Hors ligne

Messages: 4 750



WWW
« Répondre #90 le: 19Mai, 2009, 19:11:24 »

N'empêche que j'y étais et c'était "paladin" et pas "baladin", na ! 
Journalisée
Puck
Maistre de camp
**
Hors ligne Hors ligne

Messages: 2 919


« Répondre #91 le: 19Mai, 2009, 19:27:30 »

N'empêche que j'y étais et c'était "paladin" et pas "baladin", na ! 

Ouais...d'ailleurs c'est bizarre...dès qu'Usher est quelque part, tu y es....vais finir par croire qu'il y a un truc entre vous..... Grin
Journalisée

Marre d'entendre parler de Michael Jackson. Vivement qu'il meurt.
Hikaki
La Chancellerie
Maréchal
*****
Hors ligne Hors ligne

Messages: 4 750



WWW
« Répondre #92 le: 19Mai, 2009, 20:34:50 »

Tu veux dire un truc comme si l'on était mariés ?! 
Journalisée
Puck
Maistre de camp
**
Hors ligne Hors ligne

Messages: 2 919


« Répondre #93 le: 19Mai, 2009, 20:40:36 »

me disais bien que c'était pas normal cet anneau à vos doigts sans aucunes runes elfiques.... Grin
Journalisée

Marre d'entendre parler de Michael Jackson. Vivement qu'il meurt.
Usher
Chambellan
Colonel Général
*****
Hors ligne Hors ligne

Messages: 3 626



« Répondre #94 le: 19Mai, 2009, 20:50:54 »

Quand Hikaki assiste à mes tables rondes, ça me permet de la débiner en public sans risquer (dans l'immédiat…) un retour de rouleau à pâtisserie.

C'est dur d'avoir pour épouse une hobbite cuisinière… (Et c'est mauvais pour la ligne, en plus.)
Journalisée
Ohtar Celebrin
PBM TdM : Damangol / PBM YP : Phoïbos-Angfrid
Les Rêveurs
Argoulet
*
Hors ligne Hors ligne

Messages: 5 644



WWW
« Répondre #95 le: 19Mai, 2009, 21:00:02 »

Fais attention à ce que tu dis, elle risque de te mettre au régime !!!

La portion congrue c’est encore plus douloureux que les coups sur la tête…
Il est alors assez accablant de savoir que ledit rouleau à pâtisserie, libéré de ses fonctions répressives, est retourné à son usage conventionnel :
Confectionner de succulents délices gustatifs…

 gateau 009
Journalisée

Râler moins
Rôler plus !
Puck
Maistre de camp
**
Hors ligne Hors ligne

Messages: 2 919


« Répondre #96 le: 22Mai, 2009, 16:49:36 »

http://www.liberation.fr/culture/0601931-gagner-la-guerre-lu-par-jean-philippe-jaworski


Chapeau bas messire!
Journalisée

Marre d'entendre parler de Michael Jackson. Vivement qu'il meurt.
Kylm
Arpenteur d'utopies
Les Rêveurs
Quartenier
*
Hors ligne Hors ligne

Messages: 697



« Répondre #97 le: 23Mai, 2009, 20:16:50 »

J'ai terminé de dévorer "Gagner la guerre" j'ai particulièrement apprecié la richesse du vocabulaire, des champs lexicaux et la complexité des intrigues. J'adresse toutes mes féliciations à l'auteur et en même temps je m'interroge sur le "comment".
Comment on écrit un tel roman. En histoire quand j'ai quelques chose à écrire la technique est assez simple après avoir rassembler ma documentation je rédige ma conclusion, ma problématique et ensuite je déroule mon argumentation. Quand on écrit un roman l'utilisation d'une telle technique est elle possible ? quand tu as commencer à rédiger avais tu déjà toutes les intrigues en tête ou sont-elle venue au fil de la plume ? As tu commencer l'histoire par son début ou alors par le milieu voire la fin? 
Journalisée
Usher
Chambellan
Colonel Général
*****
Hors ligne Hors ligne

Messages: 3 626



« Répondre #98 le: 24Mai, 2009, 11:31:27 »

Question écrasante ! D'autant que la manière de composer un roman varie non seulement en fonction des auteurs, mais aussi en fonction des livres qu'ils produisent… Cela va des gens qui construisent un plan détaillé avant de se lancer dans la fiction jusqu'à ceux qui écrivent au fil de la plume, en se laissant guider par le hasard et l'humeur du moment ; entre ces deux extrêmes, on va trouver toutes les variantes.

Pour ma part, cela a commencé par l'établissement du projet romanesque : sur quoi ai-je envie d'écrire ? Je me suis retrouvé avec des ingrédients comme le retour de certains personnages de Janua vera, Ciudalia, la pensée de Machiavel, la fin d'une guerre, des arts, de la magie, quelques elfes en goguette, une vendetta. Après, il faut savoir quoi faire du patchwork. C'est la phase où les idées décantent, celle où le processus de composition romanesque est le plus fragile (le moment où je me garde surtout d'en parler, de peur de tout perdre) ; si on ne parvient pas à assembler les différents composants, la fiction meurt dans l'œuf. A l'inverse, si on trouve un lien, on obtient un joyau brut : le sujet. Dans En lisant en écrivant, Julien Gracq a magnifiquement résumé l'énergie créatrice qu'il apporte : "Le sujet, avec lequel on a le sentiment que presque tout vous est donné d'un coup, puisque, dans le chaos émouvant et aveugle qui vous habitait, brusquement les grandes masses d'ombre et de lumière se disposent, les chemins confluent, les forces se rassemblent et s'ébranlent, les mouvements se coordonnent, qu'une direction, à la fois unificatrice et multiplicatrice, anime désormais la diversité disponible - puisqu'on tient à la fois le lieu et la formule."

Une fois que j'ai tenu mon sujet, j'ai pu écrire. Je n'avais pas de plan détaillé, mais l'idée générale du roman et de ses principales péripéties. Pour le reste, quand je me heurtais à une difficulté, je suivais la dynamique du sujet. Gracq note à ce propos : "Un vrai sujet a une pente secrète : si vous cherchez à le préciser, et même sur quelque détail secondaire, il ne vous laisse pas plus dans l'embarras qu'un relief vigoureux ne laisse dans le doute la goutte d'eau de pluie qui tombe sur lui et qui l'interroge sur la direction à prendre. Il tient en quelques lignes, il se laisse embrasser d'un coup d'œil, et il a réponse à tout." C'est là l'immense plaisir du romancier, je pense : quand il tient son sujet, il se laisse guider par lui, et il découvre l'histoire qu'il écrit autant qu'il la crée. Aragon, par exemple, ne se définissait pas comme l'auteur de ses romans, mais comme leur lecteur.

Du coup, les personnages acquièrent leur autonomie. Ce qui arrive entre Benvenuto et Clarissima, je ne l'avais pas planifié initialement ; mais à partir du moment où les deux personnages se sont retrouvés face à face, la pente du sujet les a amenés inévitablement à la scène du jardin, et je peux vous dire que j'ai sué sur ces quelques pages, car le long chapitre consacré aux funérailles nationales et à la rixe chez Diamantina a été développé en grande partie pour déboucher sur cette scène. Leonide Ducatore m'a aussi donné pas mal de fil à retordre au cours de la séance au Sénat : le personnage était rétif à se laisser piéger par ses adversaires politiques.

Pour le reste, c'est beaucoup de travail. De la documentation, des conseils, des pages d'écriture - au sens propre, le travail de la narration et du style. Ma grande chance, c'est de ne pas être un écrivain de profession : si cela me prive de temps (quotidien), cela me donne aussi du temps (sur le long terme). J'ai été peu assujetti à une échéance, et j'ai donc pu travailler, parfois longuement, sur certaines difficultés narratives ou formelles.

Pour ce qui est de l'écriture du récit, elle a été chronologique, à une seule exception : le premier état du discours adressé par le Podestat au sénateur Ostina Schernittore, dans le dernier chapitre, a été composé dès le départ. Car, dans un certain sens, c'était mon sujet.

« Dernière édition: 24Avril, 2015, 10:38:55 par Usher » Journalisée
Rom1
Auteur pédant
Les Rêveurs
Maistre de camp
*
Hors ligne Hors ligne

Messages: 2 404



« Répondre #99 le: 24Mai, 2009, 13:04:36 »

Passionnant à lire, tout ça.
Journalisée

Ohtar Celebrin
PBM TdM : Damangol / PBM YP : Phoïbos-Angfrid
Les Rêveurs
Argoulet
*
Hors ligne Hors ligne

Messages: 5 644



WWW
« Répondre #100 le: 24Mai, 2009, 17:19:55 »

Et bien mes félicitations !!!
Je viens d’achever la lecture de ce beau roman et suis ravi.
Ce qui me rassure c’est que Benvenuto m’est toujours aussi antipathique… c’est sans doute ce qui en fait un si bon personnage.

Je me demandais pourquoi tu avais choisi ce passage à lire pour l’interview ?
C’est un passage en plein cœur du récit et je me serai plutôt attendu à entendre l’incipit…
Ceci dit c’est vraiment sympa d’entendre l’auteur lire son histoire, y mettre l’intonation, ça change de la voix intérieure qui déclame de même Hugo et Herbert.
Journalisée

Râler moins
Rôler plus !
Harfang
Fifre
*
Hors ligne Hors ligne

Messages: 4


« Répondre #101 le: 24Mai, 2009, 17:30:37 »

Estocer par Juana vera j'ai fini navré par Gagner la guerre.
Bon, en bref, je ne lis plus de littérature dites fantasy depuis quelques années... Et là je dois dire que j'ai été envouté par l'alliange, d'une langue riche, truculente, et une puissance d'évocation qui m'ont donner envie d'arpenter tant les forêts de Bourg-preux que d'imaginer les îles de Ressine. Quand aux personnages, mêmes les seconds couteau m'ont donné une furieuse envie de les connaître plus avant, même de spersonnages aussi passager qu'Odon ou Belisario...
bref, mes respects.
Si d'aventures d'autres écrits devaient paraître, il faudrait compter un fidèle de plus avec moi.
Journalisée
Usher
Chambellan
Colonel Général
*****
Hors ligne Hors ligne

Messages: 3 626



« Répondre #102 le: 24Mai, 2009, 18:11:31 »


Je me demandais pourquoi tu avais choisi ce passage à lire pour l’interview ?
C’est un passage en plein cœur du récit et je me serai plutôt attendu à entendre l’incipit…


L'enregistrement a été fait le premier jour du festival des Imaginales. (Ca s'entend un peu en fond, et j'ai même dû m'interrompre et recommencer parce qu'il y avait trop de bruit.) J'ai dû me décider très vite pour un passage. Frédérique Roussel, la journaliste qui a enregistré, a bien fait son boulot : elle m'a contacté au préalable, m'a laissé libre de choisir l'extrait tout en me disant que bon nombre d'auteurs lisaient effectivement l'incipit, et m'a proposé de nous retrouver plus tard, éventuellement le lendemain, quand j'aurais préparé ma lecture. Le problème, c'était que je n'étais pas sur place le lendemain, et qu'il a donc fallu faire la lecture le jour même. Quelques heures plus tard, mais compte tenu des rencontres et des tables rondes qui se sont intercalées, j'ai peut-être disposé de quelques minutes en tout et pour tout afin de me décider.

J'ai donc opté pour ce passage en délibérant très peu. Deux critères m'ont décidé pour cet extrait : d'abord, c'est du discours plus que du récit, ce qui se prête bien à une lecture à voix haute ; ensuite, Liberation.fr s'adresse à un public aux goûts très divers, et ce passage est moins connoté fantasy que l'incipit, qui énumère la plupart des contrées du Vieux Royaume.  Et puis ce que dégoise Benvenuto est à la fois horrible et plein d'humour noir, et campe assez bien le personnage. Transparaît ici une tartufferie que j'ai pris beaucoup de plaisir à écrire : le tueur qui se drape dans sa morale pour condamner l'hypocrisie des funérailles. Je dois être dénaturé, mais ça me fait rire.

L'ironie (pas drôle) du sort, c'est que j'ai été aux funérailles d'une proche deux mois après avoir écrit cette page ; j'ai alors pu en mesurer tout le réalisme.
Journalisée
Usher
Chambellan
Colonel Général
*****
Hors ligne Hors ligne

Messages: 3 626



« Répondre #103 le: 31Mai, 2009, 11:16:25 »

Un peu d'auto-promo éhontée :

Forgesonges, le site rôliste bien connu par nombre de membres de ces salons, m'a soumis à un interrogatoire serré à propos de Gagner la Guerre. C'est bien connu, les rôlistes aiment chercher la petite bête : du coup, j'ai eu droit à pas mal de questions inédites. (Sur la technique narrative, les sources d'inspiration artistiques, la construction des personnages…)
Journalisée
Pan Paniscus
Guidon
*
Hors ligne Hors ligne

Messages: 838



« Répondre #104 le: 05Juin, 2009, 19:03:00 »

J'ai lu l'interview. Elle est en effet très bonne. Elle est sans doute meilleur que celle qui traîne sur le site des Moutons Électriques que j'avais trouvé déjà fort excellente. Je constate néanmoins que certains éléments obscurs concernant les agissements de certains personnages ne pourront-t- être arrachés que par la torture.

Si je m'en vois réduit à ces extrémité qu'il en soit ainsi...

Désormais tous tes liens Internet te renverront sur un skyblog.

(M'enfin si cela se trouve tu as développé une résistance à ce type de maltraitance avec tes élèves.)
Journalisée
Pages: 1 ... 5 6 [7] 8 9 ... 26   Haut de page
  Imprimer  
 
Aller à: