Les Salons de la Cour

14Décembre, 2019, 22:34:41
Bienvenue, Invité. Veuillez vous connecter ou vous inscrire.

Connexion avec identifiant, mot de passe et durée de la session
Pages: [1] 2   Bas de page
  Imprimer  
Auteur Fil de discussion: La quatrième édition du concours de synopsis est ouverte !  (Lu 9628 fois)
0 Membres et 1 Invité sur ce fil de discussion.
Kérosène
Lapsus Calami
Les Rêveurs
Enseigne
*
Hors ligne Hors ligne

Messages: 1 889


Docteur en procrastination


« le: 25Mars, 2009, 19:48:30 »

C'est un grand honneur pour moi de vous convier au quatrième concours de synopsis de la Cour.

Je vous propose de puiser votre inspiration à ce mot de John Heywood :

Mieux vaut arriver sur la fin d'un repas qu'au commencement d'une querelle.

Vous avez jusqu'au 25 mai pour partager avec nous le fruit de votre imagination. Il va de soi que je serai inflexible sur la date de clôture  , à moins bien sûr qu'un candidat ne demande très gentiment une petite rallonge...

Les règles générale des concours de synopsis se trouvent ici.

Bonne inspiration à tous !
Journalisée

N'est pas mort ce qui est parti traîner dehors ( Merci Marchiavel)

Il faut des lâches vivants pour narrer les exploits des héros morts
Yodram
Les Rêveurs
Guidon
*
Hors ligne Hors ligne

Messages: 1 425



« Répondre #1 le: 25Mars, 2009, 22:15:22 »

Donc le thème sera bien culinaire.  J'en attendais pas moins de la part d'un gnome replet .
Vue ma propre silhouette, j'adore (ma tortue nettement moins).  0077

Je vais essayer de remettre la main sur une vieille recette de mère-grand pour participer dignement.
Journalisée

L'homme a deux vies. La seconde commence le jour où il réalise qu'il n'en a qu'une.
Cultösaurus
VCI
Les petites mains
Guidon
*
Hors ligne Hors ligne

Messages: 1 021



WWW
« Répondre #2 le: 25Mars, 2009, 22:34:03 »

J'en serai, sauf accident.
J'ai déjà une idée qui me semble intéressante...
Journalisée

Life is like surrealism. If you have to have it explained to you, you can't afford it.
(Solomon Short)
Kérosène
Lapsus Calami
Les Rêveurs
Enseigne
*
Hors ligne Hors ligne

Messages: 1 889


Docteur en procrastination


« Répondre #3 le: 25Mars, 2009, 22:35:21 »

Donc le thème sera bien culinaire.  J'en attendais pas moins de la part d'un gnome replet .
Je n'allais pas manquer la perche tendue par un concurrent qui aurait très bien pu se retrouver à ma place !
Citation
Je vais essayer de remettre la main sur une vieille recette de mère-grand pour participer dignement.
Mais je n'en attends pas moins de vous, mon bon ami  

J'en serai, sauf accident.
J'ai déjà une idée qui me semble intéressante...
Alors, l'accident, j'espère bien que non ! et l'idée, je ne suis pas très étonnée et je suis déjà impatiente 
Journalisée

N'est pas mort ce qui est parti traîner dehors ( Merci Marchiavel)

Il faut des lâches vivants pour narrer les exploits des héros morts
Cultösaurus
VCI
Les petites mains
Guidon
*
Hors ligne Hors ligne

Messages: 1 021



WWW
« Répondre #4 le: 25Mars, 2009, 23:55:16 »

Alors, l'accident, j'espère bien que non ! et l'idée, je ne suis pas très étonnée et je suis déjà impatiente 

Pour tout dire, j'en suis au point où je me demande si je poste quelque chose tout de suite, histoire de battre ton record de rapidité, ou si j'attends de laisser mûrir les choses doucement pour sortir quelque chose d'un peu plus peaufiné.
Je pense adopter la seconde solution, mais si j'avais eu le temps de me pencher sur le sujet ce soir, j'aurais probablement fait l'effort...
Journalisée

Life is like surrealism. If you have to have it explained to you, you can't afford it.
(Solomon Short)
cccp
TDCA
Argoulet
*
En ligne En ligne

Messages: 6 959



WWW
« Répondre #5 le: 25Mars, 2009, 23:59:37 »

ben tu 'as qu'à faire deux particpations, c'est pas comme si tu ne l'avais jamais fais
Journalisée

secrétaire général de Gothlied une tragédie épique de chevaliers germaniques.

Page FaceBook
Kérosène
Lapsus Calami
Les Rêveurs
Enseigne
*
Hors ligne Hors ligne

Messages: 1 889


Docteur en procrastination


« Répondre #6 le: 26Mars, 2009, 00:22:07 »

C'est tout de même bon de savoir que je peux compter sur mon dino préféré 
Journalisée

N'est pas mort ce qui est parti traîner dehors ( Merci Marchiavel)

Il faut des lâches vivants pour narrer les exploits des héros morts
Cultösaurus
VCI
Les petites mains
Guidon
*
Hors ligne Hors ligne

Messages: 1 021



WWW
« Répondre #7 le: 26Mars, 2009, 00:23:40 »

ben tu 'as qu'à faire deux particpations, c'est pas comme si tu ne l'avais jamais fais

Je fais ça pour les concours de scénarios, je ne veux pas en plus le faire pour le concours de synopsis...
Journalisée

Life is like surrealism. If you have to have it explained to you, you can't afford it.
(Solomon Short)
Cultösaurus
VCI
Les petites mains
Guidon
*
Hors ligne Hors ligne

Messages: 1 021



WWW
« Répondre #8 le: 26Mars, 2009, 00:23:53 »

C'est tout de même bon de savoir que je peux compter sur mon dino préféré 

 
Journalisée

Life is like surrealism. If you have to have it explained to you, you can't afford it.
(Solomon Short)
Cultösaurus
VCI
Les petites mains
Guidon
*
Hors ligne Hors ligne

Messages: 1 021



WWW
« Répondre #9 le: 10Mai, 2009, 11:53:51 »

(désolé pour le délai de participation, mais j'ai depuis quelques mois des préoccupations IRL qui rendent très secondaire la création rôludique )

Cette contribution est semi-expérimentale.
Suite à une discussion que j'ai eue avec Jibé, dans laquelle il m'expliquait qu'il lui était finalement plus difficile d'écrire un synopsis qu'un scénario complet, car il ne parvenait pas à simplement exprimer une idée de scénario en un paragraphe (la discussion remontant à plusieurs mois, que l'intéressé n'hésite pas à rectifier mon propos si ma mémoire n'est pas fidèle à ses paroles ), j'ai choisi pour cette édition du concours de synopsis de proposer une simple idée de scénario, afin de lui prouver que c'était possible.
Mais comme le lecteur risquait de rester quelque peu sur sa faim devant une contribution si brève, je développe ensuite l'idée en question pour proposer deux synopsis un peu plus étoffés qu'elle pourrait donner (comme ça, je fournis finalement deux textes, comme CCCP me l'avait demandé... ).


Dressez la table et la querelle cessera... ou non
(proverbe hébreu légèrement complété)


Synopsis de base : Moins l'homme mange, plus son cœur s'emplit de lumière
(proverbe arabe)
Des factions entre lesquelles règne une rivalité sourde doivent se réunir à l'occasion d'un grand banquet. Au cours du repas, la tension va monter et les différents camps vont finir par s'affronter.
Les personnages, dont la puissance est mineure à côté de celle des factions en question, peuvent assister au repas depuis le début, mais ils risquent d'être pris à partie par les adversaires ou d'être victimes de "dégâts collatéraux". Si par contre ils n'arrivent qu'à la fin du banquet, une fois que les adversaires se sont mutuellement affaiblis, ils peuvent tirer de la situation de plus grands bénéfices malgré leur relative faiblesse initiale, ou bien résoudre le conflit.


Développement n° 1 :
L'idole déjeune

Les personnages appartiennent à une faction mineure dans le conflit larvé en cours. La puissance relativement réduite de leur "clan" les contraint à rester dans l'ombre de l'un des deux grands qui se disputent la première place (il peut s'agir de la suprématie sur un territoire ou une organisation, d'un monopole, ou autre). Pour simplifier la suite du développement, nous supposerons qu'il s'agit de différents "ordres" d'une même religion (med-fan' ou autre) se disputant la garde d'une idole hautement sacrée ; les PJ appartenant à un ordre mineur, dont ils sont, soit les dirigeants, soit dans l'entourage de ceux-ci (conseillers, gardes du corps, valets, espions, etc...).
Ces derniers temps, la situation entre les deux ordres principaux s'est tellement envenimée qu'il parait inévitable qu'ils n'en viennent pas à un conflit ouvert ; et les grands maîtres de l'ordre des PJ ne voient pas comment le traditionnel banquet annuel entre les élites des différents ordres pourrait ne pas tourner à l'affrontement, verbal puis physique.
Ne pas se rendre au banquet mettrait l'ordre des PJ dans de grandes difficultés diplomatiques.
S'ils s'y rendent normalement, la nourriture y est copieuse et raffinée, mais les représentants des deux principaux ordres se disputant l'idole en viennent rapidement à s'affronter, d'abord en paroles, puis la situation dégénère et ils en viennent aux coups sous le regard affligé du patriarche chef spirituel du culte.
S'ils arrivent en retard (délibérément ou non) et donnent d'eux-mêmes une image respectable au patriarche, ou si (plus difficile) ils sont présents pendant l'affrontement mais parviennent à rester en dehors malgré d'abord l'insistance des deux grands à leur faire prendre parti pour l'un ou l'autre, puis les accusations de sympathie pour tel ou tel et les coups (volontaires ou ayant raté leur cible), c'est à eux que le patriarche, dépité par le comportement lamentable des autres, confiera la garde de l'idole.


Développement n° 2 :
Le régal fut fort honnête :
Rien ne manquait au festin ;
Mais quelqu'un troubla la fête
Pendant qu'ils étaient en train

(La Fontaine, Le rat des villes et le rat des champs)
Les personnages appartiennent aux forces de l'ordre. Ils savent que les représentants des principales organisations criminelles de leur ville (guildes de voleurs pour du med-fan', mafiosi pour l'Amérique de la Prohibition, gangs ou autres, selon le contexte dans lequel sera utilisé ce synopsis) doivent se réunir pour un grand banquet, à l'occasion duquel les diverses factions se partageront la ville, ou redéfiniront les limites de leurs sphères d'influence respectives. C'est peut-être la possibilité de coffrer tout ce beau monde ! Mais malheureusement, les moyens et les effectifs policiers sont largement dépassés par ceux dont disposent les criminels.
Les PJ doivent élaborer, puis mettre en œuvre, le plan d'action des forces de l'ordre.
S'ils interviennent au début du repas, leurs adversaires feront front commun pour tenter de les repousser, ce qu'ils parviendront peut-être à faire, et leur infligeront certainement des pertes conséquentes.
Si par contre ils choisissent d'attendre plutôt que le repas soit bien avancé, les discussions auront dégénéré et les convives en seront venus aux mains. Non seulement certains ne seront plus en état de résister efficacement à leur arrestation, mais les sentinelles seront probablement moins attentives, si elles n'ont pas carrément pris part à la bagarre, et le coup de filet pourrait être un succès complet.
Journalisée

Life is like surrealism. If you have to have it explained to you, you can't afford it.
(Solomon Short)
Xaramis
Chambellan
Pétardier
*****
Hors ligne Hors ligne

Messages: 7 321



WWW
« Répondre #10 le: 10Mai, 2009, 12:09:42 »

Je suis en train de coucher sur le papier ma contribution à ce concours. Au menu (si j'ose dire), exploration maritime dix-huitièmiste et indigènes cannibales.
Journalisée

Chez Monsieur de C., dans le sillage de Corto ou au Club Série Noire. Mes inspirations rôlistiques sont dans Inspirôle.
Kérosène
Lapsus Calami
Les Rêveurs
Enseigne
*
Hors ligne Hors ligne

Messages: 1 889


Docteur en procrastination


« Répondre #11 le: 10Mai, 2009, 13:36:35 »

Bravo, Cultösaurus, j'aime beaucoup le côté "Le Nom de la Rose" de ton premier développement. Les deux versions en tout cas sont très sympa.
J'espère que tes difficulté personnelles ne sont pas trop graves et qu'elles trouveront une heureuse issue bien vite.

Xaramis, j'en salive par avance !
Journalisée

N'est pas mort ce qui est parti traîner dehors ( Merci Marchiavel)

Il faut des lâches vivants pour narrer les exploits des héros morts
Cultösaurus
VCI
Les petites mains
Guidon
*
Hors ligne Hors ligne

Messages: 1 021



WWW
« Répondre #12 le: 10Mai, 2009, 14:10:08 »

Merci pour les compliments !

J'espère que tes difficulté personnelles ne sont pas trop graves et qu'elles trouveront une heureuse issue bien vite.

J'ai parlé de préoccupations, pas de difficultés !
Journalisée

Life is like surrealism. If you have to have it explained to you, you can't afford it.
(Solomon Short)
MrSel
Double solde
*
Hors ligne Hors ligne

Messages: 65

^^


« Répondre #13 le: 11Mai, 2009, 08:18:44 »

Souvenirs de Papier

Les personnages sont tous des héros de romans classiques, convié à un dîner par le Comte de la Reverdie. Le Comte les présente les uns aux autres et leur propose de comparer leurs mérites respectifs afin, « de part un jeu d’esprit innocent », de déterminer lequel est le plus méritant de l’attention des lecteurs.

Mise en place

Les personnages peuvent être, au choix, décidés à l’avance par le Meneur, ou bien sélectionnés par les joueurs. L’essentiel est ici de s’assurer que tous les joueurs aient une connaissance – au moins superficielle – de chacun des personnages. A titre d’exemple, voici quelques personnages qui pourraient convenir à ce dîner-débat : Etienne Lantier de Germinal, Bernard Marx du Meilleur des mondes, Phileas Fogg du Tour du monde en quatre-vingt jours et Elizabeth Bennet d’Orgueil et préjugés.

Le Meneur tient le rôle du Comte de Reverdie et aura à cœur de relancer le débat en proposant de nouvelles approches sur le mérite des héros de roman. Il rythmera les débats avec l’arrivée de nouveaux plats, profitant de ces intermèdes pour remettre à l’honneur un personnage ou l’autre : un plat populaire d’ouvrier, un plat étranger typique, une bouteille de vin particulièrement entêtant d’une province natale d’un des personnages, etc. D’autre part, il sera aussi là pour répondre aux interrogations sur le monde extérieur que les joueurs ne manqueront pas d’aborder.
 
Lorsque la discussion commencera à tourner en rond, le Comte annoncera qu’il ne pourra sauver de l’oubli que l’un des personnages et qu’il s’en remet à la décision des individus présents pour désigner qui il pourra sauver. Il prêtera bien entendu un soin particulier à ne pas influencer les joueurs en leur obligeant de prendre une décision à l’unanimité ou à la majorité ou quoi que ce soit d’autres : aux joueurs de désigner le plus méritant d’entre eux. Il imposera uniquement que le choix soit décidé avant la fin du dessert.

L’envers du décor

Il est hautement improbable que les joueurs (à défaut des personnages) cherchent à en savoir plus sur l’extérieur. La scène se déroule dans un intérieur cossu de manoir, dans un style XIXème assez classique – un intérieur qui ne devrait pas particulièrement être insolite pour les personnages. Les personnages peuvent se souvenir qu’ils sont venus à pied dans le manoir ; le Comte peut leur confirmer que le monde existe au dehors du manoir, que c’est un monde « réel » au sens où ses habitants peuvent connaître des sensations physiques et peuvent mourir. Le Comte explique que la nature exacte (voir plus loin) du monde lui échappe (ce qui peut, ou non, être un mensonge). Néanmoins, si la discussion de la réalité de la situation n’est pas centrale au premier abord, elle doit être encouragée par le Comte plutôt que dissuadée.

Il existe plusieurs explications à cette situation, que le Meneur choisira en fonction des hypothèses des joueurs et de la signification que le Meneur souhaite donner au scénario :
-   Explication mystique : il existe un monde extérieur fait de héros et de faits d’armes anthologiques ; les auteurs de notre monde ne font que retranscrire les échos de ce monde héroïque par une affinité médiumnique rare mais qu’illustre les concepts de muse et d’inspiration divine souvent associés à la littérature.
-   Explication poétique : les personnages sont des rêves d’un adolescent plongé dans le coma à la suite d’un accident ou d’un crime que reflètent les personnalités des personnages. En fonction du choix final concernant le plus méritant des héros, le jeune homme se réveille ou plonge vers l’abîme noir de la mort.
-   Explication futuriste : des extraterrestres étudient l’humanité en créant des êtres humains de chair et en leur implantant des souvenirs de papier. De leurs interactions et des débats qui en résultent, les extraterrestres espèrent mieux comprendre la race de leurs auteurs. Dans cette optique, le Comte est évidemment l’un d’eux, et il veillera particulièrement à aiguiller les personnages sur les sujets noirs : racisme, totalitarisme, obscurantisme, actes malveillants… Cette conclusion, pour intéressante qu’elle soit, sera la plus difficile à mettre en œuvre sans tomber dans un spielbergisme convenu.
-   Mise en abîme : un écrivain est en train de rédiger un roman dont les personnages sont des personnages de romans célèbres. Au bout d’un moment, il arrête la scène, fait des boules de papier avec les dialogues des personnages et les jette à la poubelle : « non, je n’y arrive décidément pas ! ».
Journalisée

MrSel
Kérosène
Lapsus Calami
Les Rêveurs
Enseigne
*
Hors ligne Hors ligne

Messages: 1 889


Docteur en procrastination


« Répondre #14 le: 15Mai, 2009, 23:37:59 »

Joli ! C'est franchement original. J'aime beaucoup !
Journalisée

N'est pas mort ce qui est parti traîner dehors ( Merci Marchiavel)

Il faut des lâches vivants pour narrer les exploits des héros morts
Pages: [1] 2   Haut de page
  Imprimer  
 
Aller à: