Les Salons de la Cour

27Mai, 2019, 04:02:30
Bienvenue, Invité. Veuillez vous connecter ou vous inscrire.

Connexion avec identifiant, mot de passe et durée de la session
Pages: [1]   Bas de page
  Imprimer  
Auteur Fil de discussion: Peithan ou « Le Roc et la Bruyère ».  (Lu 3615 fois)
0 Membres et 1 Invité sur ce fil de discussion.
Cuchulain
Dispensateur officiel de bonheur à la cour
Modérateur
Dizainier
*
Hors ligne Hors ligne

Messages: 11 148


Grand maître du Djyhad rouge tolkiennien


WWW
« le: 11Mars, 2009, 00:05:39 »

Les hommes peints... Ce peuple secret qui n'entretient que peu de relation avec ses voisins et n'aime guère les étrangers, intrigue beaucoup et communique peu. On prétend que seul l'élite de la société est normale et que le reste des habitants est composé de monstres dégénérés, issu des siècles ou les habitants on du se cacher dans des grottes pour échapper aux persécutions de l'empire Taenarien, on raconte qu'ils rendent un culte à des dieux abominables dont le culte fut interdit lorsque les Cumbrogi conquirent Pryddein, et que des sacrifices humains leurs sont offerts sur les anciennes pierres dressés qui parsèment le pays.

Qu'en est-il vraiment ?

[suspens du soir : espoir  ]
Journalisée

Cuchulain l'homme qui a du chien.

Les pensées de Cuchu
Cuchulain
Dispensateur officiel de bonheur à la cour
Modérateur
Dizainier
*
Hors ligne Hors ligne

Messages: 11 148


Grand maître du Djyhad rouge tolkiennien


WWW
« Répondre #1 le: 11Mars, 2009, 20:24:40 »

Afin de mieux comprendre les habitants, il convient tout d'abord de décrire l'endroit où ils vivent.

I. Un peu de géographie.

Notons tout d'abord que Peithan n'est que le nom donné sur les cartes au pays. Les habitants nomment leur pays Kaldonia et s'appellent les Kaldoni, c'était d'ailleurs le nom de Pryddein avant l'arrivée des Keltoi (cf Histoire de Peithan).
   La principale caractéristique physique de Peithan, c'est les collines : d'innombrables collines herbeuses où l'on retrouve ici et là des mégalithes construites en des temps oubliées par les ancêtres des gens de Peithan à l'époque ou Pryddein leur appartenait. La terre est pauvre et sans cesse balayé par le vent, l'agriculture (qui n'est pas la ressource principale du pays) s'est développée dans les  endroits abrités du vent, protégées des raids de clan ennemis ou Bjorningas par des forts (parfois en pierre, mais le plus souvent en bois). La forêt située vers le nord-est du pays est la plus impénétrable  de tout Pryddein concurrençant même la Grande Forêt (où des voies de communication ont été tracés sur les abords) et préfigurant les forêts sacrées des Fils de l'Ours... Elle est sacrée aux yeux des kaldoni et une fois par an les chamans de toutes les clans s'y retrouvent pour initier les jeunes guerriers. Les abords du lac Muirgheal ont un meilleur climat accueillent des villages de pêcheurs qui profitent des eaux poissoneuses du lac et c'est d'ailleurs sur sa rive qu'est installée la capitale du pays : Kaldon, là ou règne Cruidhne actuel roi de Peithan.

II. Histoire de Peithan
Selon la légende, les kaldoni seraient nés sein de la terre et y auraient vécu pendant des siècles. Toutefois, les fondateurs des clans inspirés par des esprits bienveillants auraient cherchés une voie d'accès vers la lumière. Séparés par les aléas du chemin, ils émergèrent à différents endroits du pays et érigèrent de gigantesques monuments de pierre pour marquer le lieu et se souvenir des épreuves rencontrées.
Journalisée

Cuchulain l'homme qui a du chien.

Les pensées de Cuchu
Cuchulain
Dispensateur officiel de bonheur à la cour
Modérateur
Dizainier
*
Hors ligne Hors ligne

Messages: 11 148


Grand maître du Djyhad rouge tolkiennien


WWW
« Répondre #2 le: 12Mars, 2009, 00:49:18 »


I. Un peu de géographie.

Notons tout d'abord que Peithan n'est que le nom donné sur les cartes au pays. Les habitants nomment leur pays Kaldonia et s'appellent les Kaldoni, c'était d'ailleurs le nom de Pryddein avant l'arrivée des Keltoï (cf Histoire de Peithan).
   La principale caractéristique physique de Peithan, c'est les collines : d'innombrables collines herbeuses où l'on retrouve ici et là des mégalithes construites en des temps oubliées par les ancêtres des gens de Peithan à l'époque ou Pryddein leur appartenait. La terre est pauvre et sans cesse balayé par le vent qu'on appelle « la voix des esprits », l'agriculture (qui n'est pas la ressource principale du pays) s'est développée dans les endroits abrités, protégés des raids de clan ennemis ou Bjorningas par des forts (parfois en pierre, mais le plus souvent en bois). La forêt située vers le nord-est du pays est la plus impénétrable  de tout Pryddein concurrençant même la Grande Forêt (où des voies de communication ont été tracés sur les abords) et préfigurant les forêts sacrées des Fils de l'Ours... Elle est sacrée aux yeux des kaldoni et une fois par an les chamans de toutes les clans s'y retrouvent pour initier les jeunes guerriers. Les abords du lac Muirgheal ont un meilleur climat et accueillent des villages de pêcheurs qui profitent des eaux poissonneuses du lac et c'est d'ailleurs sur sa rive qu'est installée la capitale du pays : Kaldon, là ou règne Cruidhne actuel roi de Peithan. C'est d'ailleurs une des seules villes de Peithan... En effet, les kaldoni sont principalement des éleveurs qui vivent une existence de semi-nomade, conduisant leurs immenses  troupeaux de moutons à travers les landes et les collines.

II. Histoire de Peithan

   Selon la légende, les kaldoni seraient nés sein de la terre et y auraient vécu pendant des siècles. Un jour, plusieurs hommes (qui allaient devenir les fondateurs des clans) furent inspirés par des esprits bienveillants et cherchèrent une voie d'accès vers la lumière. Séparés par les aléas du chemin, ils émergèrent à différents endroits du pays et érigèrent de gigantesques monuments de pierre pour marquer le lieu et se souvenir des épreuves rencontrées durant leur périple. On raconte qu'ils commencèrent par vivre en paix et se répandirent sur tout Kaldonia. Mais ce qui devait arriver  arriva et les clans commencèrent à se disputer les meilleurs champs, les meilleurs pâturages et les plus belles bêtes... Certains prétendent que la faute revient également aux esprits protecteurs qui se serait disputé pour savoir qui serait le plus puissants. La guerre entre clans, entre tribus était donc monnaie courante à l'époque où les keltoï firent leur apparition. Dans les chants de la mémoire qui se transmettent entre chamans, on raconte qu'ils arrivèrent du Sud à la fois par la terre et par la mer. Ce qui frappa surtout les kaldoni c'est leur taille : le plus petit d'entre eux était de taille comparable à leurs colosses ! Mais aussi leurs armes de métal qui surpassèrent aisément les armes de pierre des clans. Malgré toute leur férocité : ils furent repoussés peu à peu dans les terres les moins hospitalières de Pryddein, et durent s'adapter à leurs nouvelles conditions de vie. Une des conséquences majeures de cette guerre, fut que les Kaldoni revinrent vers les grottes qui les avaient si longtemps protégés, adoptant une existence troglodyte dans tout Pryddein. Pendant de longues années il pratiquèrent des tactiques de guérilla sortant sans crier gare des cavernes et allant piller les  habitations et repartant sans pouvoir être affrontés en combat ouvert. Le clan le plus puissant à l'époque était celui de Peithan : il se distinguait par sa force, sa ruse, mais aussi son courage et sa volonté de surmonter les luttes entre clan pour repousser les envahisseurs. Toutefois, il faut admettre que si les opérations « coup de poing » était souvent courroné de succès, il n'en allait pas de même des batailles rangées, qui tournait à chaque fois à l'avantage des keltoï. Finalement, le Haut Roi Finnian souhaitant pouvoir assurer la paix dans son pays appela à une trêve et à l'ouverture de négociations. C'est Peithan qui fut choisi pour représenter les kaldoni et il traita directement avec Finnian. En échange de la paix : le territoire qu'ils occupait leur serait donné et on respecterait les frontières. L'accès au Lac Muirgheal leur fut laissé car c'est sur ses rives que le tout premier clan serait sorti des cavernes.1

1. Ce fut un grand motif de discorde entre Ethelred et Finnian, car le roi des marches du Nord fut très mécontent que son territoire fut ainsi privé de l'accès au lac : source de nourriture mais aussi de commerce fructueux. Il y eu de nombreuses tentatives de la part des rois d'Ethelred puis de Volsung pour récupérer l'accès au lac : sans succès, car les kaldoni se révélèrent fort habiles dans les arts du métal et défendirent leur site sacré avec fanatisme.
Journalisée

Cuchulain l'homme qui a du chien.

Les pensées de Cuchu
Cuchulain
Dispensateur officiel de bonheur à la cour
Modérateur
Dizainier
*
Hors ligne Hors ligne

Messages: 11 148


Grand maître du Djyhad rouge tolkiennien


WWW
« Répondre #3 le: 20Mars, 2009, 00:01:43 »

[nouvelle version : revue et augmentée  ]
                                           Peithan ou « Le Roc et la Bruyère ».

Les hommes peints... Ce peuple secret qui n'entretient que peu de relation avec ses voisins et n'aime guère les étrangers, intrigue beaucoup et communique peu. On prétend que seul l'élite de la société est normale et que le reste des habitants est composé de monstres dégénérés, issu des siècles ou les habitants on du se cacher dans des grottes pour échapper aux persécutions de l'empire Taenarien. On raconte qu'ils rendent un culte à des dieux abominables dont le culte fut interdit lorsque les   Cumbrogi conquirent Pryddein, et que des sacrifices humains leurs sont offerts sur les anciennes pierres dressés qui parsèment le pays. Qu'en est-il vraiment ?

Afin de mieux comprendre les habitants, il convient tout d'abord de décrire l'endroit où ils vivent,

I. Un peu de géographie.

Notons tout d'abord que Peithan n'est que le nom donné sur les cartes au pays. Les habitants nomment leur pays Kaldonia et s'appellent les Kaldoni, c'était d'ailleurs le nom de Pryddein avant l'arrivée des Keltoï (cf Histoire de Peithan).
   La principale caractéristique physique de Peithan, c'est les collines : d'innombrables collines herbeuses où l'on retrouve ici et là des mégalithes construites en des temps oubliées par les ancêtres des gens de Peithan à l'époque ou Pryddein leur appartenait. La terre est pauvre et sans cesse balayé par le vent qu'on appelle « la voix des esprits », l'agriculture (qui n'est pas la ressource principale du pays) s'est développée dans les endroits abrités, protégés des raids de clan ennemis ou Bjorningas par des forts (parfois en pierre, mais le plus souvent en bois). La forêt située vers le nord-est du pays est la plus impénétrable de tout Pryddein concurrençant même la Grande Forêt (où des voies de communication ont été tracés sur les abords) et préfigurant les forêts sacrées des Fils de l'Ours... Elle est sacrée aux yeux des kaldoni et une fois par an les chamans de toutes les clans s'y retrouvent pour initier les jeunes guerriers. Les abords du lac Muirgheal ont un meilleur climat et accueillent des villages de pêcheurs qui profitent des eaux poissonneuses du lac et c'est d'ailleurs sur sa rive qu'est installée la capitale du pays : Kaldon, là ou règne Cruidhne Mak Morn actuel roi de Peithan. C'est d'ailleurs une des seules villes de Peithan... En effet, les kaldoni sont principalement des éleveurs qui vivent une existence de semi-nomade, conduisant leurs immenses  troupeaux de moutons à travers les landes et les collines.
   Une autre particularité est le peuple des cavernes, pendant troglodyte voire souterrain des habitants de la surface. Son origine remonterait à l'arrivée des keltoï dans ce qui allait devenir Pryddein mais qui à l'époque portait le nom de Kaldonia (voire II Histoire) Au vu de la puissance militaire de leurs opposants, les kaldoni s'était réfugié dans les cavernes qui parsèment le pays pour mieux préparer la contre offensive. Toutefois, certains chamans et chefs de clan pensèrent que la venue de ces géants était un signe que les envahisseurs avait la faveur des esprits et de la grande déesse mère, et qu'il fallait retourner là où l'histoire des kaldoni avait commencé : au sein des entrailles de la terre. Une scission s'est donc produite : certains restant pour lutter afin de préserver leur sites sacrés d'autres cherchant une vie meilleure dans des cavernes. Les deux factions ne se quittèrent pas en bons termes, d'autant plus que ceux qui partaient vers les souterrains avaient mentionnés un nouveau dieu qui , en temps voulu, leur accorderaient la victoire sur les envahisseurs maudits : Cenn Cruach le  ver des profondeurs, qu'on appelle aussi le serpent cornu. Ce dieu était censé être l'ennemi de la déesse mère que vénère les kaldoni, aussi son adoration ne fit pas l'unanimité et fut aussi une raison du schisme.

A. Relations avec les voisins
Chaque voisin a des relations bien spécifique avec Peithan et il convient de les détailler pour mieux comprendre la mentalité de ce peuple.

1) Volsung
   S'il est un fait connu de tous, c'est bien que de tout temps, les maîtres de la marche du nord ont lorgné sur un accès au lac Muirgheal. Le principal chemin d'accès passe malheureusement par la forêt sacrée des kaldoni, et que l'idée même d'ouvrir un chemin leur est totalement étrangère. Il y eu beaucoup de tentatives d'annexion de la part d'Ethelred, de ses successeurs et de Volsung, mais en vain. Si au début de l'installation des keltoï les kaldoni se battaient avec des armes en pierre, ils ont très vite assimilés l'art de la forge et leurs artisans se sont révélés fort habiles. Les rois du Nord ne pouvait de plus guère consacrer beaucoup de forces à l'invasion du pays des landes, car leurs voisins Boréides était à l'affut de la moindre faiblesse pour transformer leurs expéditions marchandes en pillage en règle.


2) Reinhald
Les cavaliers de Reinhald (à l'époque la frontière était plus loin à l'Est) n'ont pas non plu été couronnés de réussite, une offense à une statue sacrée ou quelque chose comme ça a déclenché une guerre qui s'est finie par la signature d'un traité de paix qui prévaut toujours.

3) Les Bjorningas
  Un émissaire de l'empire Carolien a un jour posé la question au roi de la tribu dont les terres jouxtent Peithan pourquoi il n'avait jamais envahi les terres de ses voisins (à part quelques incursions pour voler du bétail) ? Il a répondu:
« Déclencher une guerre contre des guerriers qui ne craignent pas mes berserkers, où les femmes se jettent avec joie sur nos lances pour mieux égorger leur adversaire, ou les esclaves pris sont prêt à se mourir juste pour retrouver leur terres sacrées, et où quand on s'attarde trop des choses étranges sortent des cavernes pour nous massacrer même dans la nuit noire ? Par Valt'm2 autant me planter ma lance dans le pied ! Et pour quel butin en plus? Des terres stériles, des moutons malingres et des esclaves possédés par  Loge3? Il faut être fou pour se risquer là bas »
Cette déclaration résume la position des bjorningas... Peithan n'a donc que rarement été inquiété par des invasions barbares : tout au plus quelques raids pour répliquer à ceux que commettent les clans kaldon. D'autant plus que le roi cité à oublié de mentionner qu'après la chute de Taenare, un de des prédécesseurs avait été payé pour lancer des invasions sur Peithan afin de justifier une intervention de Reinhald... Mal lui en a pris : ses guerriers on vaincu mais rares sont ceux qui ont survécu à la réaction des kaldoni et encore plus sont ceux qui ont réussi à garder leur sang froid et à raconter ce qu'ils ont vécu dans les cavernes humides qui s'enfoncent sous le lac Muirgeal...


B. Un lieu particulier de Peithan : Kaldon  la capitale du royaume

Capitale est un bien grand mot pour décrire la tour typique des Kaldoni, entouré de quelques bâtiments en pierre et d'une enceinte en bois. C'est pourtant le lieu où se concentre le pouvoir du royaume et c'est dans la cour du château (là ou le premier monument mégalithique aurait été érigé par le premier clan après la sortie des entrailles de la terre) que le roi réunit les 6 chefs de clan pour discuter avec eux des affaires du royaume,

II. Histoire de Peithan
   Selon la légende, les kaldoni seraient nés sein de la terre et y auraient vécu pendant des siècles. Un jour, plusieurs hommes (qui allaient devenir les fondateurs des clans) furent inspirés par des esprits bienveillants et cherchèrent une voie d'accès vers la lumière. Séparés par les aléas du chemin, ils émergèrent à différents endroits du pays et érigèrent de gigantesques monuments de pierre pour marquer le lieu et se souvenir des épreuves rencontrées durant leur périple. On raconte qu'ils commencèrent par vivre en paix et se répandirent sur tout Kaldonia. Mais ce qui devait arriver  arriva et les clans commencèrent à se disputer les meilleurs champs, les meilleurs pâturages et les plus belles bêtes... Certains prétendent que la faute revient également aux esprits protecteurs qui se serait disputé pour savoir qui serait le plus puissants. La guerre entre clans, entre tribus était donc monnaie courante à l'époque où les keltoï firent leur apparition. Dans les chants de la mémoire qui se transmettent entre chamans, on raconte qu'ils arrivèrent du Sud à la fois par la terre et par la mer. Ce qui frappa surtout les kaldoni c'est leur taille : le plus petit d'entre eux était de taille comparable à leurs colosses ! Mais aussi leurs armes de métal qui surpassèrent aisément les armes de pierre des clans. Malgré toute leur férocité : ils furent repoussés peu à peu dans les terres les moins hospitalières de Pryddein, et durent s'adapter à leurs nouvelles conditions de vie. Une des conséquences majeures de cette guerre, fut que les Kaldoni revinrent vers les grottes qui les avaient si longtemps protégés, adoptant une existence troglodyte dans tout Pryddein. Pendant de longues années il pratiquèrent des tactiques de guérilla sortant sans crier gare des cavernes et allant piller les  habitations et repartant sans pouvoir être affrontés en combat ouvert. Le clan le plus puissant à l'époque était celui de Peithan : il se distinguait par sa force, sa ruse, mais aussi son courage et sa volonté de surmonter les luttes entre clan pour repousser les envahisseurs. Toutefois, il faut admettre que si les opérations « coup de poing » était souvent couronnées de succès, il n'en allait pas de même des batailles rangées, qui tournait à chaque fois à l'avantage des keltoï. Finalement, le Haut Roi Finnian souhaitant pouvoir assurer la paix dans son pays appela à une trêve et à l'ouverture de négociations. C'est Bran Mak Morn qui fut choisi pour représenter les kaldoni et il traita directement avec Finnian. En échange de la paix : le territoire qu'ils occupait leur serait donné et on respecterait les frontières. L'accès au Lac Muirgheal leur fut laissé car c'est sur ses rives que la toute première tribu serait sortie des cavernes.1  Quand on demanda au roi Bran quel nom il souhaitait que son pays porte il demanda Kaldoni, ce qui lui fut refusé car c'était désormais un nom interdit qui rappelait la guerre. Bran s'emporta et maudit Finnian en lui disant qu'il n'aurait qu'a la nommer comme il le souhaitait : pourquoi pas Peithan comme ils les appelait déjà ? Puis il s'en fut et le nom resta. Bran eut sept fils  : « Fib, Fidach, Fotlaig, Fortrenn, Cait, Ce et Circinn » qui sont les fondateurs des sept tribus Kaldoni : le clan royal étant celui des Mak Morn, et la transmission du pouvoir se fait comme dans tous les clans kaldon : de manière matrilinéaire, chaque neveu succédant à son oncle.
   Toutefois, ce n'est pas l'ensemble de la population kaldoni qui ressortit des cavernes... Lors de la guerre, certains chamans et chefs de clan pensèrent que la venue de ces géants était un signe que les envahisseurs avait la faveur des esprits et de la grande déesse mère, et qu'il fallait retourner là où l'histoire des kaldoni avait commencé : au sein des entrailles de la terre. Une scission s'est donc produite : certains restant pour lutter afin de préserver leur sites sacrés d'autres cherchant une vie meilleure dans des cavernes. Les deux factions ne se quittèrent pas en bons termes, d'autant plus que ceux qui partaient vers les souterrains avaient mentionnés un nouveau dieu qui , en temps voulu, leur accorderaient la victoire sur les envahisseurs maudits : Cenn Cruach le  ver des profondeurs, qu'on appelle aussi le serpent cornu. Ce dieu était censé être l'ennemi de la déesse mère que vénère les kaldoni, aussi son adoration ne fit pas l'unanimité et fut aussi une raison du schisme. La séparation commença par une bataille dans les cavernes qui laissa des morts et des blessés dans les deux camps. Finalement, maudits par les tribus qui suivaient P




1. Ce fut un grand motif de discorde entre Ethelred et Finnian, car le roi des marches du Nord fut très mécontent que son territoire fut ainsi privé de l'accès au lac : source de nourriture mais aussi de commerce fructueux. Il y eu de nombreuses tentatives de la part des rois d'Ethelred puis de Volsung pour récupérer l'accès au lac : sans succès, car les kaldoni se révélèrent fort habiles dans les arts du métal et défendirent leur site sacré avec fanatisme.
2. Valt'm est le fils du dieu suprême chez les bjorningas (Björn le dieu ours), il maitrise la foudre et parcoure les champs de bataille en compagnie des Daghild ses servantes pour emmener les héros morts au Valhöld ou il jouiront d'une vie éternelle en attendant l'heure du grand combat qui marquera la fin des temps.
3. Loge est un dieu malin qui adore jouer des farces cruelles à tous dieux, alfs, zvergars et humains. Il est toléré par Björn car sa fourberie a des avantages parfois. C'est le frère de Valt'm.



Journalisée

Cuchulain l'homme qui a du chien.

Les pensées de Cuchu
Cuchulain
Dispensateur officiel de bonheur à la cour
Modérateur
Dizainier
*
Hors ligne Hors ligne

Messages: 11 148


Grand maître du Djyhad rouge tolkiennien


WWW
« Répondre #4 le: 30Mars, 2009, 02:01:38 »

A. Relations avec les voisins
Chaque voisin a des relations bien spécifique avec Peithan et il convient de les détailler pour mieux comprendre la mentalité de ce peuple. Notons que les mariages entre kadloni et cumbrogi sont  extrêmement rares, même près des frontières, et que les enfants né d'une union mixte sont des parias   en Peithan et à peine mieux considéré que des hanner-sidhes dans le reste de Pryddein.

1) Volsung
   S'il est un fait connu de tous, c'est bien que de tout temps, les maîtres de la marche du nord ont lorgné sur un accès au lac Muirgheal. Le principal chemin d'accès passe malheureusement par la forêt sacrée des kaldoni, et que l'idée même d'ouvrir un chemin leur est totalement étrangère. Il y eu beaucoup de tentatives d'annexion de la part d'Ethelred, de ses successeurs et de Volsung, mais en vain. Si au début de l'installation des keltoï les kaldoni se battaient avec des armes en pierre, ils ont très vite assimilés l'art de la forge et leurs artisans se sont révélés fort habiles. Les rois du Nord ne pouvait de plus guère consacrer beaucoup de forces à l'invasion du pays des landes, car leurs voisins Boréides était à l'affut de la moindre faiblesse pour transformer leurs expéditions marchandes en pillage en règle. La diplomatie entre les deux pays est donc assez difficile, d'autant plus que la frontière sud de Volsung bien qu'en théorie naturellement par le commencement des collines caractéristiques de Peitan, est dans la réalité mouvante voire complètement indéfinie, variant au gré des expéditions punitives (les kaldoni pratiquant le vol de bétail comme sport national) avec installation d'un Jarl dans le territoire de Peithan qui doit au bout de quelques semaines faire face à une révolte ou (s'il arrive à mater les rebellions) après une saison passée au sein des mornes collines, préfère affronter la colère du roi plutôt que passer un jour de plus dans ce pays lugubre voire maudit.


2) Reinhald
   Le pays des cavaliers entretient des relations assez cordiales avec Peithan, même si dans le passé ça n'a pas toujours été le cas... Peu après la chute de Taenare, Reinhald avait sa frontière qui touchait celle de Peithan, car ses terres était beaucoup plus avancé vers l'Est que maintenant. Le roi de l'époque, Kendrik, souhaitait mettre la main sur la majorité des terres fertiles qui entouraient le lac Muirgheal et par la même avoir un meilleur contrôle sur le commerce fructueux qu'il engendrait : il promit une récompense à un roi bjorninga s'il lançait des raids sur Peithan, ainsi sous prétexte de sécuriser la région, Kendrik pourrait justifier l'annexion des terres. Les barbares lancèrent quelques incursions, pillèrent quelques ferme et s'installèrent dans Kaldon. Puis ils s'agitèrent près de la frontière avec Reinhald et Kendrik lança ses cavaliers afin de défendre ses frontières et les terres de son voisin ! Il fut assez surpris de ne trouver que peu de résistance de la part des barbares qui curieusement ne se firent pas trop prier pour déguerpir ? Les cavaliers de Reinhald remplacèrent donc les fils de l'ours mais comme eux, leur « sécurisation » ne fut pas couronnés de réussite ! Kendrick fut pourtant prudent : Fidh le roi de Peithan fut réinstallé à Kaldon, les pierres sacrées ne furent pas touchées, on laissa les gruags officier et pour tous : un détachement de cavalerie restait uniquement présents afin de conseiller et de protéger le peuple kaldoni des cruels bjorningas. Le mot était lâché : c'était un protectorat, et comme Fidh n'était  pas un grand meneur d'hommes ni un esprit fort, il accepta sans trop rechigner la protection de son voisin et tout se présentait sous les meilleurs auspices jusqu'à ce que... Personne n'a jamais su exactement ce qui s'était réellement passé !  Destruction de pierres sacrées par des cavaliers ivres ? Gruag maltraité ? Statue sacrée non respectée ? Fête interdite ? Kaldoni des souterrains malmené ?  Ou peut être tout cela à la fois ?! Toujours est-il qu'une révolte éclata avec embuscades nocturnes, disparition mystérieuse de soldats, malédiction lancée par les gruags qui touchait la virilité des cavaliers et chevaux refusant de se mettre en route ! Cette guerre se finit par la signature d'un traité de paix qui prévaut toujours, et des accords commerciaux entre les deux pays.
   Actuellement, Artorius Frigganson soutient activement l'envoi de missionnaires de Deos dans Peithan, mais on ne peut pas dire que leur mission soient couronnées de succès, tant la notion de Dieu unique échappe complètement au kaldoni moyen qui a déjà du mal avec le polytheisme.

3) Les Bjorningas
  Un émissaire de l'empire Carolien a un jour posé la question au roi de la tribu dont les terres jouxtent Peithan pourquoi il n'avait jamais envahi les terres de ses voisins (à part quelques incursions pour voler du bétail) ? Il a répondu:
« Déclencher une guerre contre des guerriers qui ne craignent pas mes berserkers, où les femmes se jettent avec joie sur nos lances pour mieux égorger leur adversaire, ou les esclaves pris sont prêt à se mourir juste pour retrouver leur terres sacrées, et où quand on s'attarde trop des choses étranges sortent des cavernes pour nous massacrer même dans la nuit noire ? Par Valt'mr2 autant me planter ma lance dans le pied ! Et pour quel butin en plus? Des terres stériles, des moutons malingres et des esclaves possédés par  Loge3? Il faut être fou pour se risquer là bas »
Cette déclaration résume la position des bjorningas... Peithan n'a donc que rarement été inquiété par des invasions barbares : tout au plus quelques raids pour répliquer à ceux que commettent les clans kaldon. D'autant plus que le roi cité à oublié de mentionner qu'après la chute de Taenare, un de des prédécesseurs avait été payé pour lancer des invasions sur Peithan afin de justifier une intervention de Reinhald... Mal lui en a pris : ses guerriers on vaincu mais rares sont ceux qui ont survécu à la réaction des kaldoni et encore plus sont ceux qui ont réussi à garder leur sang froid et à raconter ce qu'ils ont vécu dans les cavernes humides qui s'enfoncent sous le lac Muirgeal...

B. Un lieu particulier de Peithan : Kaldon  la capitale du royaume

Capitale est un bien grand mot pour décrire la tour typique des Kaldoni, entouré de quelques bâtiments en pierre et d'une enceinte en bois. C'est pourtant le lieu où se concentre le pouvoir du royaume et c'est dans la cour du château (là ou le premier monument mégalithique aurait été érigé par le premier clan après la sortie des entrailles de la terre) que le roi réunit les 6 chefs de tribu pour discuter avec eux des affaires du royaume au premier jour du printemps.

II. Histoire de Peithan
   Selon la légende, les kaldoni seraient nés sein de la terre et y auraient vécu pendant des siècles. Un jour, plusieurs hommes (qui allaient devenir les fondateurs des clans) furent inspirés par des esprits bienveillants et cherchèrent une voie d'accès vers la lumière. Séparés par les aléas du chemin, ils émergèrent à différents endroits du pays et érigèrent de gigantesques monuments de pierre pour marquer le lieu et se souvenir des épreuves rencontrées durant leur périple. On raconte qu'ils commencèrent par vivre en paix et se répandirent sur tout Kaldonia. Mais ce qui devait arriver  arriva et les clans commencèrent à se disputer les meilleurs champs, les meilleurs pâturages et les plus belles bêtes... Certains prétendent que la faute revient également aux esprits protecteurs qui se serait disputé pour savoir qui serait le plus puissants. La guerre entre clans, entre tribus était donc monnaie courante à l'époque où les keltoï firent leur apparition. Dans les chants de la mémoire qui se transmettent entre gruags, on raconte qu'ils arrivèrent du Sud à la fois par la terre et par la mer. Ce qui frappa surtout les kaldoni c'est leur taille : le plus petit d'entre eux était de taille comparable à leurs colosses ! Mais aussi leurs armes de métal qui surpassèrent aisément les armes de pierre des clans. Malgré toute leur férocité : ils furent repoussés peu à peu dans les terres les moins hospitalières de Pryddein, et durent s'adapter à leurs nouvelles conditions de vie. Une des conséquences majeures de cette guerre, fut que les Kaldoni revinrent vers les grottes qui les avaient si longtemps protégés, adoptant une existence troglodyte dans tout Pryddein. Pendant de longues années il pratiquèrent des tactiques de guérilla sortant sans crier gare des cavernes et allant piller les  habitations et repartant sans pouvoir être affrontés en combat ouvert. Le clan le plus puissant à l'époque était celui de Peithan : il se distinguait par sa force, sa ruse, mais aussi son courage et sa volonté de surmonter les luttes entre clan pour repousser les envahisseurs. Toutefois, il faut admettre que si les opérations « coup de poing » était souvent couronnées de succès, il n'en allait pas de même des batailles rangées, qui tournait à chaque fois à l'avantage des keltoï. Finalement, le Haut Roi Finnian souhaitant pouvoir assurer la paix dans son pays appela à une trêve et à l'ouverture de négociations. C'est Bran Mak Morn qui fut choisi pour représenter les kaldoni et il traita directement avec Finnian. En échange de la paix : le territoire qu'ils occupait leur serait donné et on respecterait les frontières. L'accès au Lac Muirgheal leur fut laissé car c'est sur ses rives que la toute première tribu serait sortie des cavernes.1  Quand on demanda au roi Bran quel nom il souhaitait que son pays porte il demanda Kaldoni, ce qui lui fut refusé car c'était désormais un nom interdit qui rappelait la guerre et la domination de son peuple sur ce qui était désormais Ynn Pryddein : « La Terre des Forts ». Bran s'emporta et maudit Finnian en lui disant qu'il n'aurait qu'a la nommer comme il le souhaitait : pourquoi pas Peithan comme ils les appelait déjà ? Puis il s'en fut et le nom resta. Bran eut sept fils  : « Fib, Fidach, Fotlaig, Fortrenn, Cait, Ce et Circinn » qui sont les fondateurs des sept tribus Kaldoni : le clan royal étant celui des Mak Morn, et la transmission du pouvoir se fait comme dans tous les clans kaldon : de manière matrilinéaire, chaque neveu succédant à son oncle.
   Toutefois, ce n'est pas l'ensemble de la population kaldoni qui ressortit des cavernes... Lors de la guerre, certains chamans et chefs de clan pensèrent que la venue de ces géants était un signe que les envahisseurs avait la faveur des esprits et de la grande déesse mère, et qu'il fallait retourner là où l'histoire des kaldoni avait commencé : au sein des entrailles de la terre. Une scission s'est donc produite : certains restant pour lutter afin de préserver leur sites sacrés d'autres cherchant une vie meilleure dans des cavernes. Les deux factions ne se quittèrent pas en bons termes, d'autant plus que ceux qui partaient vers les souterrains avaient mentionnés un nouveau dieu qui , en temps voulu, leur accorderaient la victoire sur les envahisseurs maudits : Cenn Cruach le  ver des profondeurs, qu'on appelle aussi le serpent cornu. Ce dieu était censé être l'ennemi de la déesse mère que vénère les kaldoni, aussi son adoration ne fit pas l'unanimité et fut aussi une raison du schisme. La séparation commença par une bataille dans les cavernes qui laissa des morts et des blessés dans les deux camps. Finalement, maudits par les tribus qui suivaient Bran, les partisans du grand Ver s'enfoncèrent dans les profondeurs de la terre... Les kaldoni de la surface n'eurent plus de nouvelles de ceux des profondeurs pendant des siècles. Ou du moins : pas de nouvelles formelles, car périodiquement des jeunes hommes ou des jeunes femmes disparaissaient mystérieusement lors de promenades près de gouffre, failles ou cavernes. Par les nuits sans lune, ils arrivait que de la nourriture fut volée dans les villages, ce qui poussa certains clans à déposer des offrandes avant ces événements afin de s'attirer la bienveillance des « esprits ».
   La rencontre entre tribus de la surface et tribus des profondeurs fut provoquée par l'arrivée de l'Empire de Taenare en Pryddein. Son armée conquit assez rapidement la majeure partie de la Terre des Forts et décida de se servir de Peithan comme terrain d'entrainement pour ses mages et ses soldats. Les terres quasi stériles étaient dépourvus d'intérêts, ce qui permettaient aux mages de lancer des sorts particulièrement destructeurs et aux soldats de s'aguerrir dans ces terres hostiles. La seule partie sure du pays devint rapidement la forêt sacrée au nord et les cavernes, car les habitants servaient de cobayes ou de distraction pour la noblesse ! Ceux qui fuirent dans les entrailles de la terre firent rapidement des rencontres étonnantes : les tribus adorant Cenn Cruach qui avaient décidés de retrouver la terre de leurs ancêtres avaient survécus et s'étaient adaptés à la vie sous terre : mais à quel prix ! Des siècles de consanguinité, malnutrition et manque de lumière les avaient déformés : beaucoup étaient devenus encore plus petits que leurs frères de la surface, certains au contraire dépassaient les Keltoï en taille et en force mais à peine plus intelligents qu'un boeuf. Toutefois : il fallait reconnaitre que la magie de Cenn Cruach les avait préservés de l'extinction, leur permettaient de déjouer toute tentative pour les retrouver et surtout leur donnait accès à une magie basée sur les ténèbres, la difformité, la malédiction et le contrôle des créatures viles tels que serpents, insectes ou monstres terrifiants... Ainsi, durant toute la durée de l'occupation de Taenare, les tribus autrefois séparées vécurent ensemble et s'allièrent pour rendre la vie des envahisseurs semblable à un cauchemar ! L'Empire commença  par construire un mur pour isoler Peithan du reste du pays, mais les souterrains connus des tribus du sous sol : permettaient de se jouer du premier mur, aussi ce fut tout le Nord de Pryddein (les habitants des montagnes de Rhuadan leur menaient aussi la vie dure, sans parler de ceux de Volsung) qui fut isolé par une gigantesque muraille : gardée en tout temps.




1. Ce fut un grand motif de discorde entre Ethelred et Finnian, car le roi des marches du Nord fut très mécontent que son territoire fut ainsi privé de l'accès au lac : source de nourriture mais aussi de commerce fructueux. Il y eu de nombreuses tentatives de la part des rois d'Ethelred puis de Volsung pour récupérer l'accès au lac : sans succès, car les kaldoni se révélèrent fort habiles dans les arts du métal et défendirent leur site sacré avec fanatisme.
2. Valt'mr est le fils du dieu suprême chez les bjorningas (Björn le dieu ours), il maitrise la foudre et parcoure les champs de bataille en compagnie des Daghild ses servantes pour emmener les héros morts au Valhöld ou il jouiront d'une vie éternelle en attendant l'heure du grand combat qui marquera la fin des temps.
3. Loge est un dieu malin qui adore jouer des farces cruelles à tous dieux, alfs, zvergars et humains. Il est toléré par Björn car sa fourberie a des avantages parfois. C'est le frère de Valt'mr.
Journalisée

Cuchulain l'homme qui a du chien.

Les pensées de Cuchu
Cuchulain
Dispensateur officiel de bonheur à la cour
Modérateur
Dizainier
*
Hors ligne Hors ligne

Messages: 11 148


Grand maître du Djyhad rouge tolkiennien


WWW
« Répondre #5 le: 30Mars, 2009, 19:55:13 »

Peithan ou « Le Roc et la Bruyère ».

Les hommes peints... Ce peuple secret qui n'entretient que peu de relation avec ses voisins et n'aime guère les étrangers, intrigue beaucoup et communique peu. On prétend que seul l'élite de la société est normale et que le reste des habitants est composé de monstres dégénérés, issu des siècles ou les habitants on du se cacher dans des grottes pour échapper aux persécutions de l'empire Taenarien. On raconte qu'ils rendent un culte à des dieux abominables dont le culte fut interdit lorsque les   Cumbrogi conquirent Pryddein, et que des sacrifices humains leurs sont offerts sur les anciennes pierres dressés qui parsèment le pays. Qu'en est-il vraiment ?

Afin de mieux comprendre les habitants, il convient tout d'abord de décrire l'endroit où ils vivent.

I. Un peu de géographie.

Notons tout d'abord que Peithan n'est que le nom donné sur les cartes au pays. Les habitants nomment leur pays Kaldonia et s'appellent les Kaldoni, c'était d'ailleurs le nom de Pryddein avant l'arrivée des Keltoï (cf Histoire de Peithan).
   La principale caractéristique physique de Peithan, c'est les collines : d'innombrables collines herbeuses où l'on retrouve ici et là des mégalithes construites en des temps oubliées par les ancêtres des gens de Peithan à l'époque ou Pryddein leur appartenait. La terre est pauvre et sans cesse balayé par le vent qu'on appelle « La voix des esprits », l'agriculture (qui n'est pas la ressource principale du pays) s'est développée dans les endroits abrités, protégés des raids de clan ennemis ou Bjorningas par des forts (parfois en pierre, mais le plus souvent en bois). La forêt située vers le nord-est du pays est la plus impénétrable de tout Pryddein concurrençant même la Grande Forêt (où des voies de communication ont été tracés sur les abords) et préfigurant les forêts sacrées des Fils de l'Ours... Elle est sacrée aux yeux des kaldoni et une fois par an les gruags de tous les clans s'y retrouvent pour initier les jeunes guerriers. Les abords du lac Muirgheal ont un meilleur climat et accueillent des villages de pêcheurs qui profitent des eaux poissonneuses du lac et c'est d'ailleurs sur sa rive qu'est installée la capitale du pays : Kaldon, là ou règne Cruidhne Mak Morn actuel roi de Peithan. C'est d'ailleurs une des seules villes de Peithan... En effet, les kaldoni sont principalement des éleveurs qui vivent une existence de semi-nomade, conduisant leurs immenses  troupeaux de moutons à travers les landes et les collines.
   Une autre particularité est le peuple des cavernes, pendant troglodyte voire souterrain des habitants de la surface. Son origine remonterait à l'arrivée des keltoï dans ce qui allait devenir Pryddein mais qui à l'époque portait le nom de Kaldonia (voire II Histoire)

A. Relations avec les voisins
Chaque voisin a des relations bien spécifique avec Peithan et il convient de les détailler pour mieux comprendre la mentalité de ce peuple. Notons que les mariages entre kadloni et cumbrogi sont  extrêmement rares, même près des frontières, et que les enfants né d'une union mixte sont des parias   en Peithan et à peine mieux considéré que des hanner-sidhes dans le reste de Pryddein.

1) Volsung
   S'il est un fait connu de tous, c'est bien que de tout temps, les maîtres de la marche du nord ont lorgné sur un accès au lac Muirgheal. Le principal chemin d'accès passe malheureusement par la forêt sacrée des kaldoni, et que l'idée même d'ouvrir un chemin leur est totalement étrangère. Il y eu beaucoup de tentatives d'annexion de la part d'Ethelred, de ses successeurs et de Volsung, mais en vain. Si au début de l'installation des keltoï les kaldoni se battaient avec des armes en pierre, ils ont très vite assimilés l'art de la forge et leurs artisans se sont révélés fort habiles. Les rois du Nord ne pouvait de plus guère consacrer beaucoup de forces à l'invasion du pays des landes, car leurs voisins Boréides était à l'affut de la moindre faiblesse pour transformer leurs expéditions marchandes en pillage en règle. La diplomatie entre les deux pays est donc assez difficile, d'autant plus que la frontière sud de Volsung bien qu'en théorie naturellement par le commencement des collines caractéristiques de Peitan, est dans la réalité mouvante voire complètement indéfinie, variant au gré des expéditions punitives (les kaldoni pratiquant le vol de bétail comme sport national) avec installation d'un Jarl dans le territoire de Peithan qui doit au bout de quelques semaines faire face à une révolte ou (s'il arrive à mater les rebellions) après une saison passée au sein des mornes collines, préfère affronter la colère du roi plutôt que passer un jour de plus dans ce pays lugubre voire maudit.


2) Reinhald
   Le pays des cavaliers entretient des relations assez cordiales avec Peithan, même si dans le passé ça n'a pas toujours été le cas... Peu après la chute de Taenare, Reinhald avait sa frontière qui touchait celle de Peithan, car ses terres était beaucoup plus avancé vers l'Est que maintenant. Le roi de l'époque, Kendrik, souhaitait mettre la main sur la majorité des terres fertiles qui entouraient le lac Muirgheal et par la même avoir un meilleur contrôle sur le commerce fructueux qu'il engendrait : il promit une récompense à un roi bjorninga s'il lançait des raids sur Peithan, ainsi sous prétexte de sécuriser la région, Kendrik pourrait justifier l'annexion des terres. Les barbares lancèrent quelques incursions, pillèrent quelques ferme et s'installèrent dans Kaldon. Puis ils s'agitèrent près de la frontière avec Reinhald et Kendrik lança ses cavaliers afin de défendre ses frontières et les terres de son voisin ! Il fut assez surpris de ne trouver que peu de résistance de la part des barbares qui curieusement ne se firent pas trop prier pour déguerpir ? Les cavaliers de Reinhald remplacèrent donc les fils de l'ours mais comme eux, leur « sécurisation » ne fut pas couronnés de réussite ! Kendrick fut pourtant prudent : Fidh le roi de Peithan fut réinstallé à Kaldon, les pierres sacrées ne furent pas touchées, on laissa les gruags officier et pour tous : un détachement de cavalerie restait uniquement présents afin de conseiller et de protéger le peuple kaldoni des cruels bjorningas. Le mot était lâché : c'était un protectorat, et comme Fidh n'était  pas un grand meneur d'hommes ni un esprit fort, il accepta sans trop rechigner la protection de son voisin et tout se présentait sous les meilleurs auspices jusqu'à ce que... Personne n'a jamais su exactement ce qui s'était réellement passé !  Destruction de pierres sacrées par des cavaliers ivres ? Gruag maltraité ? Statue sacrée non respectée ? Fête interdite ? Kaldoni des souterrains malmené ?  Ou peut être tout cela à la fois ?! Toujours est-il qu'une révolte éclata avec embuscades nocturnes, disparition mystérieuse de soldats, malédiction lancée par les gruags qui touchait la virilité des cavaliers et chevaux refusant de se mettre en route ! Cette guerre se finit par la signature d'un traité de paix qui prévaut toujours, et des accords commerciaux entre les deux pays.
   Actuellement, Artorius Frigganson soutient activement l'envoi de missionnaires de Deos dans Peithan, mais on ne peut pas dire que leur mission soient couronnées de succès, tant la notion de Dieu unique échappe complètement au kaldoni moyen qui a déjà du mal avec le polythéisme.

3) Les Bjorningas
  Un émissaire de l'empire Carolien a un jour posé la question au roi de la tribu dont les terres jouxtent Peithan pourquoi il n'avait jamais envahi les terres de ses voisins (à part quelques incursions pour voler du bétail) ? Il a répondu:
« Déclencher une guerre contre des guerriers qui ne craignent pas mes berserkers, où les femmes se jettent avec joie sur nos lances pour mieux égorger leur adversaire, ou les esclaves pris sont prêt à  mourir juste pour retrouver leur terres sacrées, et où quand on s'attarde trop des choses étranges sortent des cavernes pour nous massacrer même dans la nuit noire ? Par Valt'mr2 autant me planter ma lance dans le pied ! Et pour quel butin en plus ?! Des terres stériles, des moutons malingres et des esclaves possédés par  Loge3? Il faut être fou pour se risquer là bas »
Cette déclaration résume la position des bjorningas... Peithan n'a donc que rarement été inquiété par des invasions barbares : tout au plus quelques raids pour répliquer à ceux que commettent les clans kaldon. D'autant plus que le roi cité à oublié de mentionner qu'après la chute de Taenare, un de des prédécesseurs avait été payé pour lancer des invasions sur Peithan afin de justifier une intervention de Reinhald... Mal lui en a pris : ses guerriers on vaincu mais rares sont ceux qui ont survécu à la réaction des kaldoni et encore plus sont ceux qui ont réussi à garder leur sang froid et à raconter ce qu'ils ont vécu dans les cavernes humides qui s'enfoncent sous le lac Muirgeal...



B. Un lieu particulier de Peithan : Kaldon  la capitale du royaume

Capitale est un bien grand mot pour décrire la tour typique des Kaldoni, entouré de quelques bâtiments en pierre et d'une enceinte en bois. C'est pourtant le lieu où se concentre le pouvoir du royaume et c'est dans la cour du château (là ou le premier monument mégalithique aurait été érigé par le premier clan après la sortie des entrailles de la terre) que le roi réunit les 6 chefs de tribu pour discuter avec eux des affaires du royaume au premier jour du printemps.

II. Histoire de Peithan
   Selon la légende, les kaldoni seraient nés sein de la terre et y auraient vécu pendant des siècles. Un jour, plusieurs hommes (qui allaient devenir les fondateurs des clans) furent inspirés par des esprits bienveillants et cherchèrent une voie d'accès vers la lumière. Séparés par les aléas du chemin, ils émergèrent à différents endroits du pays et érigèrent de gigantesques monuments de pierre pour marquer le lieu et se souvenir des épreuves rencontrées durant leur périple. On raconte qu'ils commencèrent par vivre en paix et se répandirent sur tout Kaldonia. Mais ce qui devait arriver  arriva et les clans commencèrent à se disputer les meilleurs champs, les meilleurs pâturages et les plus belles bêtes... Certains prétendent que la faute revient également aux esprits protecteurs qui se serait disputé pour savoir qui serait le plus puissants. La guerre entre clans, entre tribus était donc monnaie courante à l'époque où les keltoï firent leur apparition. Dans les chants de la mémoire qui se transmettent entre gruags, on raconte qu'ils arrivèrent du Sud à la fois par la terre et par la mer. Ce qui frappa surtout les kaldoni c'est leur taille : le plus petit d'entre eux était de taille comparable à leurs colosses ! Mais aussi leurs armes de métal qui surpassèrent aisément les armes de pierre des clans.
   Malgré toute leur férocité : ils furent repoussés peu à peu dans les terres les moins hospitalières de Pryddein, et durent s'adapter à leurs nouvelles conditions de vie. Une des conséquences majeures de cette guerre, fut que les Kaldoni revinrent vers les grottes qui les avaient si longtemps protégés, adoptant une existence troglodyte dans tout Pryddein. Pendant de longues années il pratiquèrent des tactiques de guérilla sortant sans crier gare des cavernes et allant piller les  habitations et repartant sans pouvoir être affrontés en combat ouvert. Le clan le plus puissant à l'époque était celui de Peithan : il se distinguait par sa force, sa ruse, mais aussi son courage et sa volonté de surmonter les luttes entre clan pour repousser les envahisseurs. Toutefois, il faut admettre que si les opérations « coup de poing » était souvent couronnées de succès, il n'en allait pas de même des batailles rangées, qui tournait à chaque fois à l'avantage des keltoï. Finalement, le Haut Roi Finnian souhaitant pouvoir assurer la paix dans son pays appela à une trêve et à l'ouverture de négociations. C'est Bran Mak Morn qui fut choisi pour représenter les kaldoni et il traita directement avec Finnian. En échange de la paix : le territoire qu'ils occupait leur serait donné et on respecterait les frontières. L'accès au Lac Muirgheal leur fut laissé car c'est sur ses rives que la toute première tribu serait sortie des cavernes.1  Quand on demanda au roi Bran quel nom il souhaitait que son pays porte il demanda Kaldoni, ce qui lui fut refusé car c'était désormais un nom interdit qui rappelait la guerre et la domination de son peuple sur ce qui était désormais Ynn Pryddein : « La Terre des Forts ». Bran s'emporta et maudit Finnian en lui disant qu'il n'aurait qu'a la nommer comme il le souhaitait : pourquoi pas Peithan comme ils les appelait déjà ? Puis il s'en fut et le nom resta. Bran eut sept fils  : « Fib, Fidach, Fotlaig, Fortrenn, Cait, Ce et Circinn » qui sont les fondateurs des sept tribus Kaldoni : le clan royal étant celui des Mak Morn, et la transmission du pouvoir se fait comme dans tous les clans kaldon : de manière matrilinéaire, chaque neveu succédant à son oncle.
   Toutefois, ce n'est pas l'ensemble de la population kaldoni qui ressortit des cavernes... Au vu de la puissance militaire de leurs opposants, les kaldoni s'était réfugié dans les cavernes qui parsèment le pays pour mieux préparer la contre offensive. Toutefois, certains gruags et chefs de clan pensèrent que la venue de ces géants était un signe que les envahisseurs avait la faveur des esprits et de la grande déesse mère, et qu'il fallait retourner là où l'histoire des kaldoni avait commencé : au sein des entrailles de la terre. Une scission finit donc par arriver : certains restant pour lutter afin de préserver leur sites sacrés, d'autres cherchant une vie meilleure dans des cavernes. Les deux factions ne se quittèrent pas en bons termes, d'autant plus que ceux qui partaient vers les souterrains avaient mentionnés un nouveau dieu qui , en temps voulu, leur accorderaient la victoire sur les envahisseurs maudits : Cenn Cruac'h le  ver des profondeurs, qu'on appelle aussi le serpent cornu. Ce dieu était censé être l'ennemi de la déesse mère que vénère les kaldoni, aussi son adoration fut une des principales causes de la séparation4. Elle commença par une bataille dans les cavernes qui laissa des morts et des blessés dans les deux camps. Finalement, maudits par les tribus qui suivaient Bran, les partisans du grand Ver s'enfoncèrent dans les profondeurs de la terre... Les kaldoni de la surface n'eurent plus de nouvelles de ceux des profondeurs pendant des siècles. Ou du moins : pas de nouvelles formelles, car périodiquement des jeunes gens (homme ou femmes) disparaissaient mystérieusement lors de promenades près de gouffre, failles ou cavernes. Par les nuits sans lune, ils arrivait que de la nourriture fut volée dans les villages, ce qui poussa certains clans à déposer des offrandes avant ces événements afin de s'attirer la bienveillance des « esprits ».
   La rencontre entre tribus de la surface et tribus des profondeurs fut provoquée par l'arrivée de l'Empire de Taenare en Pryddein. Son armée conquit assez rapidement la majeure partie de la Terre des Forts et décida de se servir de Peithan comme terrain d'entrainement pour ses mages et ses soldats. Les terres quasi stériles étaient dépourvus d'intérêts, ce qui permettaient aux mages de lancer des sorts particulièrement destructeurs et aux soldats de s'aguerrir dans ces terres hostiles. La seule partie sure du pays devint rapidement la forêt sacrée au nord et les cavernes, car les habitants servaient de cobayes ou de distraction pour la noblesse ! Ceux qui fuirent dans les entrailles de la terre firent rapidement des rencontres étonnantes : les tribus adorant Cenn Cruach qui avaient décidés de retrouver la terre de leurs ancêtres avaient survécus et s'étaient adaptés à la vie sous terre : mais à quel prix ! Des siècles de consanguinité, malnutrition et manque de lumière les avaient déformés : beaucoup étaient devenus encore plus petits que leurs frères de la surface, certains au contraire dépassaient les Keltoï en taille et en force mais encore une fois déformés (bras démesurés touchant par terre, tête atrophiée, jambe plus grosse que sa voisine etc,) et surtout à peine plus intelligents qu'un bœuf. Toutefois : il fallait reconnaitre que la magie de Cenn Cruac'h les avait préservés de l'extinction, leur permettaient de déjouer toute tentative pour les retrouver et surtout leur donnait accès à une magie basée sur les ténèbres, la difformité, la malédiction et le contrôle des créatures viles tels que serpents, insectes ou monstres terrifiants... Ainsi, durant toute la durée de l'occupation de Taenare, les tribus autrefois séparées vécurent ensemble et s'allièrent pour rendre la vie des envahisseurs semblable à un cauchemar ! L'Empire commença  par construire un mur pour isoler Peithan du reste du pays, mais les souterrains connus des tribus du sous sol permettaient de se jouer du premier mur, aussi ce fut tout le Nord de Pryddein (les habitants des montagnes de Rhuadan leur menaient aussi la vie dure, sans parler de ceux d'Ethelred) qui fut isolé par une gigantesque muraille : celle-ci étant fortement gardée que ce soit militairement ou magiquement. Il reste aujourd'hui bien peu de cette mesure de défense, avec la chute de Taenare les murs édifiés en grande partie grâce à la magie se sont effondrés et les ruines ont souvent servi de carrière aux habitants pour construire leurs maisons ou renforcer leurs remparts.

Et après la chute ? La séparation était trop importante pour que les kaldoni des sous sols puissent revenir à la surface, aussi restèrent-ils dans les cavernes et les souterrains qui parsèment le pays proche de leur frères du dehors mais à jamais séparés. Leur mode de vie est resté très primitif : outils et armes en pierre, ils vivent de la cueillette de champignons, de la pêche des poissons aveugles qu'on trouve dans les lacs souterrains, et de la chasse de rongeurs. Ils continuent de vénérer Cenn Cruac'h ainsi que les esprits des animaux vivant en sous sol (chauve souris, rats, serpent, taupes, etc.). A chaque nuit sans lune, ils sortent de leur refuge pour aller célébrer sur les pierres sacrées des rites étranges et dérangeants (voire malfaisants) en l'honneur du Ver des profondeurs... Là ils sont rejoints par des kaldoni de la surface qui continuent de vénérer le Serpent Cornu en secret (son culte étant à peine toléré dans Peithan voire souvent interdit) et se livre à des orgies qui auraient donnés des cauchemars au citoyen le plus perverti de l'Empire ! Notons que les rois et chefs de clan sont au courant de ces cérémonies mais qu'ils les tolèrent en raison de l'aide précieuse qu'ont toujours apportés ceux des profondeurs en temps de guerre.


III. La religion dans Peithan.

Les kaldoni n'ont pas de prêtres, ils ont des Gruags qui correspond à des chamans




1. Ce fut un grand motif de discorde entre Ethelred et Finnian, car le roi des marches du Nord fut très mécontent de voir  son territoire ainsi privé d'un accès au lac : source de nourriture mais aussi de commerce fructueux. Il y eu de nombreuses tentatives de la part des rois d'Ethelred puis de Volsung pour récupérer l'accès au lac : sans succès, car les kaldoni se révélèrent fort habiles dans les arts du métal et défendirent leur site sacré avec fanatisme.
2. Valt'mr est le fils du dieu suprême chez les bjorningas (Björn le dieu ours), il maitrise la foudre et parcoure les champs de bataille en compagnie des Daghild ses servantes pour emmener les héros morts au Valhöld ou il jouiront d'une vie éternelle en attendant l'heure du grand combat qui marquera la fin des temps.
3. Loge est un dieu malin qui adore jouer des farces cruelles à tous dieux, alfs, zvergars et humains. Il est toléré par Björn car sa fourberie a parfois ses avantages. C'est le demi-frère de Valt'mr.
4. Il faut préciser que tous ne vénérait pas la déesse mère dans les rangs de ceux qui suivaient Bran Mak Morn, et que ceux qui voulaient retourner dans les cavernes n'adoraient pas tous Cenn Cruac'h, ils étaient toutefois très minoritaires dans chaque groupe, mais purent maintenir la communication de part et d'autres durant les années de la séparation.
« Dernière édition: 30Mars, 2009, 21:57:33 par Cuchulain » Journalisée

Cuchulain l'homme qui a du chien.

Les pensées de Cuchu
Pages: [1]   Haut de page
  Imprimer  
 
Aller à: