Les Salons de la Cour

23Août, 2019, 20:38:45
Bienvenue, Invité. Veuillez vous connecter ou vous inscrire.

Connexion avec identifiant, mot de passe et durée de la session
Pages: [1]   Bas de page
  Imprimer  
Auteur Fil de discussion: [Système] Définition de personnage  (Lu 2672 fois)
0 Membres et 1 Invité sur ce fil de discussion.
Xaramis
Chambellan
Pétardier
*
Hors ligne Hors ligne

Messages: 7 184



WWW
« le: 20Août, 2008, 19:53:49 »


Une définition à grands traits

Un personnage d'O&L est défini à grands traits, un peu à la façon de Hero Wars ou des déclinaisons les plus simples du système Simulacres, comme Aventures extraordinaires et machinations infernales.

Le personnage est défini principalement par son occupation, qui peut être un métier particulier (avocat, artisan, négociant, officier de l'armée, etc.) ou quelque chose de plus général (« aventurier » comme peut l'être un Casanova). Un personnage sait faire à peu près tout ce qui est couvert par ce métier : un avocat connaît les lois, il sait établir un mémoire pour défendre son client, il a des relations dans le milieu judiciaire, etc.

Le personnage a aussi des talents complémentaires, pas obligatoirement liés, même de loin, à son métier (ce qui inclut éventuellement des violons d'Ingres, même si "violon d'Ingres serait, ici, un anachronisme).

Pour affiner cela et éviter que des personnages de même occupation ne soit trop semblables, le personnage est approfondi par des traits spécifiques. Notamment des "réserves de surpassement" qui traduisent ce dans quoi un personnage peut tenter de puiser pour réaliser quelque chose qui dépasse ce qu'il sait fait faire en routine [cet aspect est détaillé dans la partie sur la résolution des actions]. Ces réserves varient d'un personnage à l'autre : amour, haine, foi, altruisme, douleur, etc.

Enfin, son état physique et mental est suivi à plusieurs niveaux : fatigue, blessures, etc.

Sa position dans la société est définie par un ensemble de critères :
- un rang, qui le situe sur l'échelle sociale ;
- une réputation, qui reflète comment il est perçu par les gens qui l'entourent de près ou de loin ;
- des relations sociales éventuelles : créances, dettes, faveurs et services dûs, faveurs et services à valoir, etc.


Pour la création de personnage, le joueur est libre de choisir des avantages et inconvénients de toutes sortes, en accord avec le MJ. Contrairement à ce qui est proposé dans d'autres JdR, choisir des désavantages pour un PJ ne "rapporte" pas des points de création supplémentaires. Ces désavantages sont prévus pour être des approfondissements du personnage, et non des éléments purement comptables comme ils finissent parfois par l'être quand ils rapportent des points.


L'échelle de valeur
Sauf exception (les "réserves de surpassement"), tous ces traits sont chiffrés sur une échelle de valeurs allant de 0 (le plus faible) à 7 (le plus fort).
Certains savoir-faire ont une valeur par défaut de 1 (marcher, courir, soulever des poids, chanter, etc.). D'autres, nécessitant une formation particulière pour en acquérir les bases, ont une valeur par défaut de 0 (lire/écrire, parler une langue étrangère, etc.).

Pour donner une idée générale de ce que représentent ces valeurs, il faut imaginer que cette échelle divise la population en groupes dont l'effectif est 10 fois moindre à un niveau qu'au niveau inférieur.

Par exemple, le niveau 7 représente le summum du savoir-faire dans un domaine, on y compte environ une dizaine de personnes qui sont des "références mondiales" (pour faire une comparaison simple et d'actualité, ce sont les finalistes du 100m aux JO).
Le niveau 6, ce sont des "références continentales", il y a en au une centaine dans le monde (l'ensemble des sélectionnés pour le 100m aux JO).
Au niveau 5, ce sont des références nationales, il y a un millier dans le monde.
Au niveau 4, on trouve les maîtres.
Au niveau 3, les "bons professionnels".
Au niveau 2, les pratiquants moyens.
Au niveau 1, les débutants, les apprentis.
Le niveau 0 représente monsieur-tout-le-monde (celui ou celle qui ne fait pas de jogging le dimanche, et qui ne court que pour se réfugier sous un abri en cas de pluie).



Dans mon esprit, un PJ d'O&L démarre au niveau 3, sauf exception voulue par le MJ ou le joueur.


Chaque action menée par un personnage a une difficulté, dont le niveau est évalué sur la même échelle que les savoir-faire, du niveau 0 (action réalisable par tout un chacun, sauf handicap particulier) au niveau 7 (le sommet de l'état de l'art d'une discipline donnée dans le contexte de l'époque).


Exemple de définition chiffrée d'un personnage
Le personnage est présenté par ses principaux traits, dont les valeurs numériques sont indiquées entre crochets.
Giacomo Manuzzi est un Vénitien de 3 ans, négociant en soieries du Levant [occupation, 3 (*)], dont les affaires sont prospères [richesse, 3]. Fine lame [talent complémentaire, escrime 4] et fin séducteur des femmes [talent complémentaire, séduction 4], il est également fervent catholique [réserve de surpassement, foi 2], ce qui lui vaut d'avoir été nommé clavier de sa corporation [statut social 2]. Il a des accointances avec la famille patricienne Morosini qui lui assure une certaine protection [faveur due 5] et avec le banquier juif Valori qui lui a prêté de l'argent pour l'affrètement d'un navire [dettes 2].  Bien qu'il ait été connu en ville comme un honnête homme, la rumeur court [réputation 3, ramenée à 0] qu'il a contaminé d'une vilaine maladie une jeune fille de bonne famille, que ses parents croyaient avoir mise à l'abri entre les murs du couvent de de Sainte Marie des Anges, à Murano.

(*) Ceci inclut des aspects comme l'évaluation de la valeur des marchandises dont il fait le commerce, la négociation des prix, la gestion de sa maison de commerce, la pratique de quelques langues étrangères dont la lingua franca méditerranéenne, etc.
« Dernière édition: 20Août, 2008, 20:14:52 par Xaramis » Journalisée

Chez Monsieur de C., dans le sillage de Corto ou au Club Série Noire. Mes inspirations rôlistiques sont dans Inspirôle.
Xaramis
Chambellan
Pétardier
*
Hors ligne Hors ligne

Messages: 7 184



WWW
« Répondre #1 le: 20Août, 2008, 20:26:37 »

Les esprits sagaces auront remarqué que la définition du personnage dans O&L ne fait pas état de "caractéristiques" comme on en trouve assez classiquement en JdR.
C'est parce que je pars du principe que si quelque chose n'est pas précisé à propos d'un PJ, alors il est, dans ce domaine, un monsieur-tout-le-mode, ou à peu près.

Donc, si son personnage n'a pas un trait qui dit, par exemple, "il est connu pour sa force dans toute la ville (Force 3)", je considère qu'il est de Force 1, comme le plus commun des mortels de son genre (je réserve la "Force 0" aux enfants, aux gens très malades, etc.).
Et il serait de fort mauvais goût de demander à quoi je réserve la Force 4 !

Outre le fait que ça correspond bien à mon envie d'un système simple, ça évite les discussions sans fin avec ceux qui, pour des jeux qui offrent des caractéristiques et des compétences, veulent absolument savoir pourquoi on donne plus de poids aux unes qu'aux autres, ou l'inverse (pour ne citer qu'un exemple, voir les débats sur les différences entre les divers éditions de L5A).
Journalisée

Chez Monsieur de C., dans le sillage de Corto ou au Club Série Noire. Mes inspirations rôlistiques sont dans Inspirôle.
Pages: [1]   Haut de page
  Imprimer  
 
Aller à: