Les Salons de la Cour

Hors-jeu => Un peu de culture => Discussion démarrée par: FaenyX le 25Novembre, 2007, 10:42:38



Titre: Votre livre de chevet
Posté par: FaenyX le 25Novembre, 2007, 10:42:38
Il y avait, si j'ai bonne mémoire, un fil "Bouquins" dans le Forum d'Avant le Cataclysme dont Seuls les Anciens se Souviennent :mrgreen:. Ce fil, fort intéressant et bien souvent source d'inspiration pour mes lectures à venir, me manque cruellement.  :'(
C'est pourquoi je vous propose, si le coeur vous en dit, de poster en ces lieux le livre qui a les honneurs de votre lecture actuellement, et le prochain sur votre liste. A n'en pas douter, nous y trouverons tous matière à d'enrichissants échanges.  ;)

Pour montrer l'exemple, je commence. ;)
Actuellement, je lis un grand classique, Ne tirez pas sur l'oiseau moqueur (http://www.amazon.fr/tirez-pas-sur-loiseau-moqueur/dp/2253115843/ref=sr_1_1?ie=UTF8&s=books&qid=1195980206&sr=1-1) (de Harper Lee). Il s'agit d'une chronique à hauteur d'enfant, de la vie dans le Sud des Etats Unis, dans les années 30. Souvent touchant, parfois drôle, toujours émouvant, ce roman mérite le détour. :thumbsup:

Le livre suivant sera Stone baby (http://www.amazon.fr/Stone-Baby-Joolz-Denby/dp/2842194284/ref=sr_1_1?ie=UTF8&s=books&qid=1195980358&sr=1-1), de Joolz Denby. Il s'agit du premier roman traduit en français de cette personnalité de la scène rock indépendante anglaise. Je vous en dirai plus une fois le livre commencé. ;)


Titre: Re : Votre livre de chevet
Posté par: Glorfindel le 25Novembre, 2007, 19:30:04
Je lis actuellement La saga de Charlemagne, par Daniel W. Lacroix, Classiques Modernes. Il s'agit de la traduction d'une saga médiévale islandaise compilant les traductions/adaptations de plusieurs chansons de geste françaises, telles que celles d'Ogier le Danois, de Roland à Roncevaux, de Guillaume au Court-né... Pour moi qui suis en fait assez peu familier de la Matière de France, c'est une bonne entrée en matière qui permet d'avoir une vue d'ensemble. Donc interessant, mais rédigé dans le style particulier des sagas qui me laisse moi-même assez perplexe.

Quand j'aurais terminé, sans doute passerai-je aux Tales of the Elders of Ireland, par Ann Dooley et Harry Roe, Oxford World's Classics, compilation consacrée au cycle de Finn Mac Cûmail qui m'attend sur une étagère.


Titre: Re : Votre livre de chevet
Posté par: Alias le 26Novembre, 2007, 07:57:53
Je suis en ce moment dans Excession, de Iain M. Banks, un bouquin de sa série de SF, dite de la "Culture".

C'est truffé de vaisseaux/IA toutes plus caractérielles les unes que les autres et dotées de noms idiots. Tout à fait mon genre de SF.


Titre: Re : Votre livre de chevet
Posté par: Marcellus Lesendar le 26Novembre, 2007, 11:08:14
Pour ma part je lis un bouquin fort à propos depuis ces dernières années, 1984 de Orwell.
C'est impressionnant et vraiment prenant. L'histoire de ce monde semble crédible, on sait qu'un monde totalitaire pourrait ressembler à ça... J'aime!

Juste avant j'ai lu le Grand Meaulnes de fournier, c'est super prenant aussi, j'ai été sidéré de voir que je suis passé tant d'années à côté de ce livre sans m'y intéressé. Je le compare un peu aux trois mousquetaires. C'est un classique qui n'en n'est pas un, ça se lit vite et bien, ça charge d'images, c'est une lecture qu'on ne peut oublier, et pourtant c'est un classique de notre littérature... Bref, y a pas que des vieilles croûtes:p

Avant j'ai lu Infaillible de Lambert, c'est axé jeunesse. J'l'ai acheté car j'aime beaucoup s'qu'écrit Lambert, et pour le second coup, j'ai été déçu...

Bref, ces derniers temps j'lis en moyenne un livre par semaine et c'est vraiment le pied :)
Vive le Bus!


Titre: Re : Votre livre de chevet
Posté par: killerklown le 26Novembre, 2007, 13:00:57
moi je lis :

- Le comte de Monte christo (mais j'y ai pas mis le nez depuis un bout de temps, par manque de temps justement)
- Gurps Reign of Steel, que j'ai retrouvé dans une étagère et dont l'univers ressemble de loin à mon jeu des démiurges, alors par curiosité, je lis.
- je relis Deadlands et suppléments, étant en train de monter une partie.
- Jurek Becker, "Jakob der Lügner" , pour la fac, et je dois écrire un mémoire dessus, mais c'est très bien quand même. À découvrir, ce classique de la littérature est-allemande


Titre: Re : Votre livre de chevet
Posté par: Doenyon le 26Novembre, 2007, 13:27:18
J'ai tout récement reçu le cycle des princes d'ambres 1-5 (celui de corwyn) et m'apprète a le commencer :)
ce sont les premiers livres que je lis depuis quelques mois, depuis harry potter 7 (en vo)


Titre: Re : Votre livre de chevet
Posté par: cccp le 26Novembre, 2007, 13:57:29
Alors mes livres de chevet,
Du plus ancien au plus récent (par débur de lecture)
Le Tao du Prince De Han Fei Tseu, un poil en stand by pour l'instant.
Un roman pollicier russe (pas terrible  que m'a prété une amie)
et les Edda poétiques


Titre: Re : Re : Votre livre de chevet
Posté par: Cuchulain le 26Novembre, 2007, 14:21:56
J'ai tout récement reçu le cycle des princes d'ambres 1-5 (celui de corwyn) et m'apprète a le commencer :)
ce sont les premiers livres que je lis depuis quelques mois, depuis harry potter 7 (en vo)

Je te le redis : je t'envie c'est un de mes cycles préférés en Fantasy ! :thumbsup:
Moi je suis dans "La croisée des mondes" j'ai commencé le tome 1 et j'aime beaucoup. C'est là qu'on voit que la sortie du film est utile car sans ça : je n'aurais jamais commencé, l'ayant vu dans divers librairies sans avoir accroché

Je me suis lu un Anita Blake recemment. Pas de la grande littérature, mais avec les grèves : ça tenait facilement dans la main et ça se laisse lire, c'est mon 3e et j'avoue un faible honteux pour ce cycle.  :-[ (mais je me flagelle tout les matins avec des lanières découpées dans le sda pour expier !  :pop:)


Titre: Re : Votre livre de chevet
Posté par: cavaillon le 26Novembre, 2007, 18:16:11
J'ai terminé ce matin 'Night Ocean' un recueil de nouvelles de Lovecraft. Je l'avais déjà lu, mais avais oublié de quoi ça parlait. Je sais maintenant pourquoi. Ce recueil est nul. Et j'aime beaucoup Lovecraft. Trois ou quatre nouvelles, d'ailleurs, expliquent qu'il ne s'est pas fait un nom dans le comique : il s'y essaie et le résultat est désespérant...

Ce livre fini, j'ai entamé mon premier Harlan Coben. Ma mère en est friande en ce moment, et piqué de curiosité, je lui ai emprunté 'Juste un regard'. Je suis au début, et pour l'instant j'aime bien ! Ca me prend mieux qu'un Mary Higgins Clark...

Je ne sais pas quel est le prochain livre, j'en ai une trentaine sous mon lit...     :)


Titre: Re : Votre livre de chevet
Posté par: Macbesse le 29Novembre, 2007, 19:22:30
Cela fait déjà un mois que je l'ai referme, mais je repense souvent à Loin de Chandigarh de Tarun J. Tejpal. C'est un grand roman, au sens fort, une oeuvre riche et d'une grande générosité, soutenue par une narration puissante. Mystique, social, érotique, intimiste, psychologique, historique, aucun domaine n'est laissé de côté, et tous se répondent, s'entrecroisent, mais d'une façon si subtile que jamais les brillants jeux littéraires qui les soudent ne prennent le pas sur la fiction, et le tout forme une fresque magnifique, plus vraie que ce qu'elle représente.

Je me suis replongé dans le Conservateur des Antiquités de Dombrovski. Il m'était tombé des mains en première lecture. J'avais bien tort : il recèle de secrets plaisirs de lecteurs pour peu que l'on se laisse happer par une écriture toute en décalages, en petites touches hallucinées. J'ai rarement lu description des prémisses des Grandes Purges plus évocatrice. La menace joue en sourdine, intangible, toujours présente, jamais dévoilée, presque magique. Quand se produit le basculement dans l'absurde, dans la folie ? Aucun lecteur, je pense, ne pourrait le dire, pas plus que le narrateur, aveugle aux changements et mystifié comme les autres par la propagande, en dépit de toute sa culture. C'est un livre terrifiant, en somme, alors qu'aucune goutte se sang ne coule, mais aussi un livre de révélations (je laisse la surprise à ceux qui auraient la curiosité d'aller voir).

Bref, deux romans exceptionnels.  :thumbsup:


Titre: Re : Votre livre de chevet
Posté par: Ohtar Celebrin le 29Novembre, 2007, 23:09:34
Je viens de lire  « un tueur pour la mariée » de Elizabeth Eyre. C’est un récit criminel se déroulant durant la Renaissance italienne… le personnage central est le très énigmatique Sigismondo….
Je ne vise personne mais il me semble que c’est une bonne source c’inspiration pour quelqu’un voulant terminer la création d’un JDR ayant par hasard pour cadre la renaissance italienne…


En ce moment je lis « L’énigme des « Blancs-mentaux » de Jean-François Parot

Puis je continurais par« L'Homme au ventre de plomb » du même auteur…

Ce sont des enquêtes policières ayant pour cadre Paris sous louisXV (à la fin de son règne)…
Le personnage principale est Nicolas Le Floch jeune breton arrivant à la capitale et se mettant au service du roi dans la police.
Personnages très sympathique et ambiance prenante…
Bonne source d’inspiration pour des JDR historiques (cette fois ci je ne vise vraiment personne^^).


Titre: Re : Votre livre de chevet
Posté par: cavaillon le 30Novembre, 2007, 23:37:30
J'ai terminé le Harlan Coben commencé lundi (être bloqué dans un aéroport pendant 9 heures, ça aide...) : 'Juste un Regard'.

Autant le film 'Ne le dis à personne...' m'avait déçu, autant ce livre-ci m'a emballé !

Une intrigue bien tordue, bien compliquée, où les indices arrivent au compte-goutte. En parallèle, H. Coben maîtrise parfaitement la bonne vieille technique qui consiste à couper les chapitres sur une tension, pour passer à d'autres personnages, il met une dose d'action dans l'histoire avec un tueur qui commet quelques erreurs et tente de les "effacer". Et surtout, il est très fort dans la gestion de l'adrénaline : l'histoire, après être passée par un paroxysme de suspense, se calme. Les survivants rentrent chez eux, les blessés sont dans leur chambre, les policiers démêlent l'écheveau... mais ce n'est pas terminé ! Harlan Coben nous livre encore quelques éléments, et relance la machine, jusqu'à deux pages de la fin, mais le coeur du lecteur s'est calmé...

Mon seul regret, finalement, c'est que le quatrième de couverture dévoile un élément qui n'apparaît qu'à l'avant-dernier chapitre... Dommage...


Si vous aimez les polars, je vous conseille vivement celui-ci...


(et la reine du suspense M.H.C.peut aller pleurer...)

Je vais lire maintenant 'Hercule Poirot joue le jeu'.



Titre: Re : Votre livre de chevet
Posté par: Loris le 03Décembre, 2007, 13:48:41
En ce moment, j'en ai trop en même temps :
Noam Chomsky, Comprendre le pouvoir t2
Chomsky et chépluki, Manufacturing Consent
Chéplukibis, Why not kill them all ? The logics and prevention of mass political murder
Alain Birh, La novlangue néolibérale
Brunner, Tous à Zanzibar
Howard, Conan le cimmérien
Pratchett, Un chapeau de ciel

Plus Nobilis, Ambre, Ex Machina et Transhuman Space, tous ouverts en même temps (ou réouverts).
Loris, commentaires quand j'ai fini.


Titre: Re : Votre livre de chevet
Posté par: Cuchulain le 05Décembre, 2007, 10:35:34
J'ai refermé hier la dernière page de Harry Potter et les reliques de la Mort. Je partage l'avis de celui qui veut placer la série des HP a côté de Tolkien ! Ca faisait vraiment longtemps qu'un roman ne m'avait pas captivé comme celui-là. Je me suis fait un sang d'encre pour chaque personnage, été triste en lisant la mort de quelques un, frémi à chaque rebondissement, et ressenti la joie à chaque bonne nouvelle. Vraiment c'est pour moi le meilleur des 7, la ou tout les fils sont rassemblés, là ou les héros entrent dans l'âge adulte par la douleur et la peine. Jusqu'a la dernière page j'ai retenu mon souffle.  :o

Bref, je suis conquis. Ah j'allais oublier la description très intelligente de la montée du fascisme/totalitarisme dans ce livre. Très bien adapté : pas gnan-gnan avec les gentils et les méchants, mais bien pensé et adapté pour l'univers HP.  :thumbsup:

Le mot de la fin ? Encore !!!!!!!!!!!!!!!!!!



Titre: Re : Votre livre de chevet
Posté par: Pan Paniscus le 05Décembre, 2007, 15:27:32
Il y a peu, j'ai fini Ilium de Dan Simmons. J'ai beaucoup aimé. C'est à mon sens autrement plus facile d'accés que le Cycle d'hyperion et j'aime beaucoup l'idée d'une Iliade boostée à la techologie "quantique".

En ce moment, je lis le cycle « le lion de macédoine » de Gemmel. C'est à mon sens du bon David Gemmel. C’est en conséquence très efficace, bourré d’action. On ne s’ennuie pas une seconde.

La Saga qui m'a marqué ces dernières années, c'est "the song of ice and fire", "Le trône de fer" en VF. Pour le moment je m'arrête de la lire tant que l'auteur ne l'aura pas finie. Il est bien trop frustrant d'avancer une fois par an dans cette saga.


Titre: Re : Re : Votre livre de chevet
Posté par: Cultösaurus le 05Décembre, 2007, 19:59:03
Il y a peu, j'ai fini Ilium de Dan Simmons. J'ai beaucoup aimé. C'est à mon sens autrement plus facile d'accés que le Cycle d'hyperion et j'aime beaucoup l'idée d'une Iliade boostée à la techologie "quantique".

Marrant, moi j'ai (et de beaucoup) préféré Hypérion à la paire Ilium / Olympos.
Peut-être pasque j'ai trouvé Olympos (la suite d'Ilium) relativement décevant (alors qu'effectivement, Ilium avait su bien m'intéresser) : montée dans la surenchère et fin en n'importe quoi. :-\


Titre: Re : Votre livre de chevet
Posté par: Pan Paniscus le 05Décembre, 2007, 23:42:43
Je n'ai pas encore lu Olympos aussi, je ne puis dire. De plus, j'ai bien aimé Hypérion. C'est juste moins facile d'accès je trouve et puis Keats je ne connaissais ni d'Eve  ni d'Adam (ce qui est toujours le cas) alors que l'iliade ça m'évoque déjà plus de chose. 
Soit dit en passant, cela fait un moment que je me dis qu'il me faut relire hypérion, pour enchainer avec endymion que je n'ai toujours pas lu. Je suis certain d'être passé à côté de plein de truc.

Dans un autre genre toujours de Dan Simons, j'ai adoré "l'échiquier du mal" et son ambiance bucolique. La vielle parano à tendance psychopathe m'a laissé un sacré souvenir...


Titre: Re : Votre livre de chevet
Posté par: Marcellus Lesendar le 09Décembre, 2007, 20:58:37
Voilà, en deux jours (c'est à dire environ 6 heures de lecture), j'ai dévoré le livre de Brazov, les Nörmands.
C'est jouissif tant on est dedans. Le style d'écriture de l'auteur est immersif, on se sent dans l'action, on visualise les paysages et on a vraiment un visuel captivant.
Là où Hrolf Kraki est pour moi une saga inoubliable, les Nörmands est LE livre de l'année (oui je sais, il est plus vieux que cette année).
Les Personnages sont plus ou moins connus (je sais enfin qui est Harald^^), les lieux me parlent (j'suis normand), et l'histoire est vraiment captivante!

Bref, j'suis fan!


Titre: Re : Re : Votre livre de chevet
Posté par: Cuchulain le 10Décembre, 2007, 11:16:22
Voilà, en deux jours (c'est à dire environ 6 heures de lecture), j'ai dévoré le livre de Brazov, les Nörmands.
C'est jouissif tant on est dedans. Le style d'écriture de l'auteur est immersif, on se sent dans l'action, on visualise les paysages et on a vraiment un visuel captivant.
Là où Hrolf Kraki est pour moi une saga inoubliable, les Nörmands est LE livre de l'année (oui je sais, il est plus vieux que cette année).
Les Personnages sont plus ou moins connus (je sais enfin qui est Harald^^), les lieux me parlent (j'suis normand), et l'histoire est vraiment captivante!

Bref, j'suis fan!


Tou m'intéresse pétit !  :cool:
Comme on dit : "Tell me more !" Je cherche un truc à me faire offrir par ma douce, ça me titille l'imagination ton résumé.


Titre: Re : Re : Re : Votre livre de chevet
Posté par: FaenyX le 10Décembre, 2007, 11:23:29
Voilà, en deux jours (c'est à dire environ 6 heures de lecture), j'ai dévoré le livre de Brazov, les Nörmands.
C'est jouissif tant on est dedans. Le style d'écriture de l'auteur est immersif, on se sent dans l'action, on visualise les paysages et on a vraiment un visuel captivant.
Là où Hrolf Kraki est pour moi une saga inoubliable, les Nörmands est LE livre de l'année (oui je sais, il est plus vieux que cette année).
Les Personnages sont plus ou moins connus (je sais enfin qui est Harald^^), les lieux me parlent (j'suis normand), et l'histoire est vraiment captivante!

Bref, j'suis fan!


Tou m'intéresse pétit !  :cool:
Comme on dit : "Tell me more !" Je cherche un truc à me faire offrir par ma douce, ça me titille l'imagination ton résumé.

C'est cet ouvrage-là (http://www.amazon.fr/Normands-1-Douve-Ivan-Brazov/dp/2952641803), Marcellus ? ;)

FaenyX,
 normand et intéressé aussi...


Titre: Re : Votre livre de chevet
Posté par: Marcellus Lesendar le 10Décembre, 2007, 14:24:17
C'est celui là même :)
J'en parlerai très bientôt sur mon blog car vraiment ce livre vaut le coup.

Pour en dire plus, il existe deux tomes, on attend avec impatience un troisième qui n'est pas encore annoncé (comment refroidir l'ardeur des gens^^).
Mais perso je ne lirais pas le second tout de suite, le temps d'assimiler les images que j'ai eu et de rêver encore un peu.
La fin amène pourtant soit à une interprétation finale soit à une ouverture, ça dépend de l'envie du lecteur:)

Après je persiste en trouvant là LE livre qui m'a plu parmis tous ceux lus cette année.
Est-ce que des "Experts" l'ont lu et pourraient le critiquer plus pour que je sache si vraiment il est "scientifiquement" viable? Parce que moi j'ai appris quantité de trucs en plus du Hrolf :)

Bref, Cuchu, si ta femme n'aime pas ce livre, j'me fouette sans soucis avec le livre jusqu'à ce qu'il tombe en miettes! :cool:


Titre: Re : Votre livre de chevet
Posté par: Ayla le 10Décembre, 2007, 15:15:49
C'est pour lui-même qu'il le veut je crois, mais c'est sa moitié qui lui offrirait. Ce qui ne veut sans doute pas dire qu'elle ne le lira pas.

Je suis tentée aussi.

Pour ma part, je viens de commencer Buddenbrooks de Thomas Mann, en vo. Je dois avouer que je ne comprends pas grand chose (dû à la langue plus qu'à l'intrigue elle-même). Mais je ne désespère pas.


Titre: Re : Re : Votre livre de chevet
Posté par: cavaillon le 10Décembre, 2007, 20:32:03
Je vais lire maintenant 'Hercule Poirot joue le jeu'.

Hé ben c'est tout pourri... Franchement, à part les 'Dix Petits Nègres', je ne comprends pas ce qui a fait d'Agatha Christie une des 'Reines du Roman Policier'.

C'est lent à partir (l'exposition prend le tiers de l'histoire), c'est lent à se dérouler, et en deux pages, Hercule Poirot comprend tout d'une intrigue tellement tarabustée, tellement grotesque, qu'au lieu d'épater le lecteur, il pousse un soupir de soulagement et passe au livre suivant... Un autre Agatha Christie (oui je sais, je suis un peu masochiste...)

Bien déçu.


Titre: Re : Votre livre de chevet
Posté par: Loris le 10Décembre, 2007, 23:21:01
Moi, en ce moment, c'est le dernier Pratchett : un chapeau de ciel. Je rigole tout seul dans mon pieu.

Loris, qui va se pager, d'ailleurs. Bonne nuit.


Titre: Re : Re : Votre livre de chevet
Posté par: morgaer le 11Décembre, 2007, 19:11:28
Pour ma part, je viens de commencer Buddenbrooks de Thomas Mann, en vo. Je dois avouer que je ne comprends pas grand chose (dû à la langue plus qu'à l'intrigue elle-même). Mais je ne désespère pas.

J'avais tenté de lire "La montagne Magique" (en vf hein faut pas pousser) et j'ai été battu à plats de couture au bout d'une centaine de pages. Je me suis rabattu sur un recueil de nouvelles; plaisant.

Là je suis sur "Les Thibault" De Roger Martin du Gard. Et ça va me prendre tout l'Hiver...


Titre: Re : Votre livre de chevet
Posté par: FaenyX le 15Décembre, 2007, 19:34:17
Je viens de terminer le très sombre Stone Baby (http://www.amazon.fr/Stone-Baby-Joolz-Denby/dp/2842194284/ref=sr_1_1?ie=UTF8&s=books&qid=1195980358&sr=1-1) et je dois avouer que c'est un livre dont on ne ressort pas indemne. Cette descente en enfer (les deux héroïnes voient leurs vies détruites suite au passage d'un serial-killer dans celles-ci) risque de rester au nombre des bouquins qui m'auront marqué. Alors, certes, c'est extrêmement sombre, franchement désespéré, mais ce roman a ce petit "quelque chose" qui différence les simples polars des grands livres. Je vous le recommande chaudement, tout copinage mis à part ;).

A suivre : Disgrâce (http://www.amazon.fr/Disgr%C3%A2ce-John-Michael-Coetzee/dp/2020562332/ref=sr_1_1?ie=UTF8&s=books&qid=1197739930&sr=1-1), de J.M. Coetzee, à moins que ce ne soit La secte Maudite  (http://www.amazon.fr/LAssassin-royal-8-secte-maudite/dp/2290337714/ref=sr_1_2?ie=UTF8&s=books&qid=1197740006&sr=1-2)(tome 8 de l'Assassin Royal).
Mais le tome précédent des aventures de Fitz m'a laissé un peu sur ma faim. :-\


Titre: Re : Re : Votre livre de chevet
Posté par: cavaillon le 17Décembre, 2007, 20:12:18
Mais le tome précédent des aventures de Fitz m'a laissé un peu sur ma faim. :-\

Salut FaenyX. Je ne sais pas à quel passage correspond ce tome 8, puisque j'ai lu la V.O.

La troisième trilogie de Hobb (donc, la deuxième concernant Fitz, après celle des "Aventuriers de la Mer") est effectivement très lente...

Je n'y ai vraiment pris intérêt qu'aux deux-tiers du troisième bouquin, ce qui correspond, en Français, à la fin de l'avant-dernier tome...


Titre: Re : Re : Re : Votre livre de chevet
Posté par: FaenyX le 17Décembre, 2007, 22:17:18
Mais le tome précédent des aventures de Fitz m'a laissé un peu sur ma faim. :-\

Salut FaenyX. Je ne sais pas à quel passage correspond ce tome 8, puisque j'ai lu la V.O.

Le tome 7 ("Le prophète blanc") est celui, en français, qui inaugure le deuxième cycle. Dans ce livre, Fitz met environ 300 pages à sortir de sa hutte (et il faut les visites de Umbre, d'Astérie et du Fou pour l'y décider) : ça m'a légèrement agacé, je dois dire :mrgreen:.


Titre: Re : Votre livre de chevet
Posté par: Cuchulain le 18Décembre, 2007, 00:08:24
J'avoue que Robin Hobb m'a "cloué au fauteuil" pendant les 4 1ers tomes de l'assassin royal. Bon les suivants : j'ai été lassé. Quand Fitz met un bouquin pour s'apercevoir que non le prince machin n'est pas là ou il le croit ça agace.  >:D

J'ai commencé les aventuriers de la Mer, mais quand j'ai vu que ça partait pour X tomes, j'ai abandonné. Curieux, ça m'a fait le même effet avec Georges RR Martin que beaucoup adore : au bout du 8e tome en VF , ça m'a : excusez du terme : "gavé". Alors que le cycle fleuve de Robert Jordan la roue du temps je dévore chaque bouquin et ait toujours envie de savoir la suite.  :-\


Titre: Re : Re : Re : Re : Votre livre de chevet
Posté par: cavaillon le 18Décembre, 2007, 22:45:26
Le tome 7 ("Le prophète blanc") est celui, en français, qui inaugure le deuxième cycle. Dans ce livre, Fitz met environ 300 pages à sortir de sa hutte (et il faut les visites de Umbre, d'Astérie et du Fou pour l'y décider) : ça m'a légèrement agacé, je dois dire :mrgreen:.

Boah, c'est pas si mal : ça permet à Fitz de raconter ce qu'il a fait ces 15 dernières années...

Mais si ça peut te "rassurer" (    :P    ), la suite est, à mon avis, aussi gonflante... pour plusieurs tomes...

J'ai commencé les aventuriers de la Mer, mais quand j'ai vu que ça partait pour X tomes, j'ai abandonné.

Comme pour Star Wars, Hobb écrit des trilogies... "Les Aventuriers de la Mer", c'est aussi long que chacune des aventures de Fitz... et personnellement, j'ai trouvé les personnages moins attachants (peut-être parce que ce n'est pas écrit à la première personne...). Par contre, la fin de la deuxième trilogie de Fitz est plus savoureuse si on a lu "Les Aventuriers de la Mer"...


Titre: Re : Votre livre de chevet
Posté par: Pan Paniscus le 19Décembre, 2007, 11:03:24
En parlant des "aventuriers de la mer", sont-ils tous sortis en poche et en VF ?


Titre: Re : Votre livre de chevet
Posté par: Loris le 19Décembre, 2007, 11:05:54
Je viens de finir (170 pages, donc rapidement) :
(http://sf.emse.fr/AUTHORS/NSPINRAD/NS-DE-B.JPG)

Une petite novella vraiment pas mal du tout, sur l'âme dans la machine et le statut spirituel des uploads. Un début un peu longuet, mais après les discussions sont assez amusantes, même si je doutes qu'elles résistent 20s à la lecture d'un vrai théologien.

Loris.


Titre: Re : Votre livre de chevet
Posté par: killerklown le 23Décembre, 2007, 14:25:15
ça a l'air super comme bouquin. dommage que tu n'aies pas posté une semaine plus tot, je me le serait fait offrir à Noel et livrer dans ma lointaine allemagne ...
Hop sur ma "wish List"


Titre: Re : Votre livre de chevet
Posté par: Loris le 24Décembre, 2007, 04:27:09
J'ai commencé kingdom of fear de Hunter S Thompson (Fear & Loathing In Las Vegas). Comme d'habiude le style est au rendez vous.

Loris.


Titre: Re : Votre livre de chevet
Posté par: Mortlock le 24Décembre, 2007, 13:15:09
Je commence Armance de Stendhal et je viens de finir le tour d'écrou de Henry James.

Le tour d'écrou est un super roman fantastique ou le lecteur peut opter entre une interprétaion rationnelle et surnaturelle. (On retrouve la même chose dans une nouvelle de Théophile Gautier La morte amoureuse parue plus tôt dans le siècle.). Le tour d'écrou a notamment inspiré Les autres le film de Amenabar. (J'ai un doute sur l'orthographe du nom). En tout cas c'est le fameux film avec Nicole Kidman.


Titre: Re : Votre livre de chevet
Posté par: Loris le 30Décembre, 2007, 23:05:23
Je suis à la moitié de Storytelling : la machine à fabriquer des histoires et formater les esprits

Et je suis mitigé. Le postulat de départ est intéressant, il explique comment on est passé des produits aux marques, des marques aux logos, des logos aux histoires. En terme de pub, en gros, on souhaite non pas vous accrocher au logo, mais vous faire croire qu'en consommant le produit vous serez part de la belle histoire que papy Nikidasirgin s'est inventée. Puis comment le storytelling est devenu une méthode de management, et, enfin, comment le fait de raconter de zoulies histoires est devenu la clef de tous les échanges (imposition, aussi) d'idées à l'heure actuelle.

Ca c'est le postulat. L'auteur se perd dans ses exemples, se noie dans ses citations. Ses propos restent intéressants mais passent souvent plus de temps à critiquer les gourous du management (un chapitre entier) qu'à critiquer ce qu'il présente, c'est à dire l'utilisation du storytelling pour convaincre à tous niveaux de la société (possession/construction de WMD pour envahir l'Irak/l'Iran, avec tes baskets tu feras partie de ceux qui défient la gravité, la croissance n'a pas de limites physiques, quand tu téléphones à un Call Centre ce sont bien des gens de ton pays qui te réponde).
Il présente les techniques mais ne tire jamais de conclusion, et sur la centaine de pages (sur 250) que j'en ai lues, ça finit par lasser. Je le finirai, mais sans trop forcer.

Loris.


Titre: Re : Votre livre de chevet
Posté par: Macbesse le 31Décembre, 2007, 00:29:15
C'est marrant cette histoire de Storytelling.

Ca rejoint des choses que j'écrivais il y a bientôt cinq ans au sujet du mythe comme récit organisé et sacré, en prélude à une réflexion sur le rôle des écrivains ouzbeks dans la diffusion du mythe de Staline sur leur territoire et dans sa transformation.

J'écrirais ça différemment aujourd'hui, ce serait sûrement moins embrouillé, mais l'idée que le mythe n'est pas seulement un mensonge, mais un récit était développée :

[...] Il ne s’agira pas ici de l’entendre [le mythe] comme le récit d’une origine, ainsi que le comprennent les anthropologues et les ethnologues, qui suivent en cela la définition de Mircea Eliade, pour qui le mythe « raconte comment, grâce aux exploits des Etres Surnaturels, une réalité est venue à l’existence » . Pourtant, si cette définition ne peut entièrement convenir à l’étude d’un mythe politique, on ne saurait se limiter à la définition du mythe comme récit inventé, mystification et travestissement de l’histoire réelle. Certes, cette composante existe, mais, à l’instar du mythe des origines, le mythe politique a en son coeur un récit, qui relève du sacré autant que de l’irrationnel. Revenant à la définition donnée par Eliade, l’on comprend que le mythe est pour l’homme le moyen d’appréhender son histoire comme relevant d’une surnature, de forces cosmiques supérieures avec qui, par le seul rappel du mythe, il est en contact permanent. Ce récit du mythe inscrit l’homme dans une transcendance au surnaturel, idée qui rejoint les réflexions sur les religions politiques de la fin des années trente. Cette transcendance fait du mythe une histoire sacrée, ce qui lui donne une force de mobilisation sans équivalent, pour peu qu’on y adhère. Ainsi le Zybine de La Faculté de l’Inutile de Dombrovski pouvait-il s’écrier : « Il suffirait, bien sûr, de croire aux discours du guide. Tout y est dit. “La vérité est là, raconte le directeur. Si nous y croyons, nous vaincrons”. Ils y croient, eux. Ils ont la foi qui fait marcher les montagnes et tomber les places fortes. Où pourrais-je me la procurer ? Seigneur, assiste moi dans mon incroyance !… » [...]


Titre: Re : Votre livre de chevet
Posté par: Loris le 31Décembre, 2007, 12:50:48
C'est en gros la "théorie" du Storytelling, qui va jusqu'à donner des utilisations pratiques actuelles similaires à celles du mythe ancien ou de la fable de Lafontaine.

Loris.


Titre: Re : Votre livre de chevet
Posté par: Macbesse le 31Décembre, 2007, 13:03:45
Du copp, ça m'intéresse. Il a des développements sur le sacré ou pas ? (les religions politiques, c'est un peu mon fond de commerce, et tout ce qui peut s'y rapporter m'intéresse).

Soit dit en passant, il me semble (en fait j'en suis sûr) que l'idée du mythe politique comme récit avait été développé par Raoul Girardet dans Mythes et Mythologies politiques, dans lequel il développait des exemples précis : la théorie du Complot, le Retour du Roi, et d'autres que j'ai oublié. Ce n'était pas inintéressant : son postulat était que le mythe était une grille de lecture totale du monde, et qu'il était d'autant plus puissant que l'individu avait l'impression de perdre pied face à sa complexité. Le mythe serait, pour lui, une sorte de confort intellectuel permettant de tout expliquer à moindres frais.

Attention, la pensée de Girarder (comme celle que tu cite, j'ai l'impression), est déconnectée des soubassements sociaux, économiques et politiques, ainsi que des médias du mythe. Ca me gêne un peu aux entournures.


Titre: Re : Votre livre de chevet
Posté par: Loris le 31Décembre, 2007, 13:18:47
Tu reste trop focalisé sur le mythe et l'ancien, amha.

Le storytelling, c'est le fait de raconter une histoire inventée dans le but d'obtenir quelque chose. Par exemple, la jolie histoire du vilain dictateur qui possédait des armes de destructions massive. Objectif : faire une guerre, Irak. Ou la jolie histoire du vilain dictateur qui voulait fabriquer des armes nucléaires. Objectif : l'Iran.
Etc.

On compare pas l'actualité à des vieux mythes, vieux mythes qui sont exactement le même genre d'histoires à objectif sous jacent de l'époque. Ici, on fabrique un mythe et on y fait adhérer les auditeurs. On utilise le pouvoir du conte pour exploiter, tromper, vendre, etc.

C'est d'ailleurs loin d'être une théorie, puisque les gourous de management les plus chers vendent cette technique depuis 10 ans pour un prix (global) d'un peu moins de un milliard de dollars, que Bush s'en est servie, Sarko aussi, les entreprises de même.

La belle histoire du coureur qui va super vite parce qu'il a des Nike aux pieds ? Alors que les reportages sur les gamins de 8 ans qui cousent les baskets dans les pays du tiers monde (cf. The Big One) ont abondé, la marque n'a pas coulé. Et c'est grâce au fait de s'être inventé de belles histoires qui ont permis d'enterrer le coté immonde de la marque.

Tous nos politicards s'en servent depuis bien longtemps. Ils ont compris la puissance du conte et s'en servent. Là où le petit chaperon rouge apprenait aux enfants la prudence (dans les versions d'origine), ils nous inventent de jolies histoires de patrons héroïques tristement écrasés par les vilains impôts injustes, etc.

Le tout est dans la façon de raconter.
Loris.
Ps : à la relecture je trouve mon message un peu colérique. Puisses-tu m'excuser, ce n'est pas l'effet recherché.


Titre: Re : Votre livre de chevet
Posté par: Usher le 31Décembre, 2007, 13:43:39
Vous m'excuserez mon prosaïsme réducteur, mais la théorie du storytelling, ce n'est pas une réinvention de l'eau chaude ?

Il y a un mot tout bête pour décrire tout cela : la mystification.

Usher


Titre: Re : Votre livre de chevet
Posté par: Loris le 31Décembre, 2007, 13:49:52
Oh oui, c'est pas vraiment récent*. Appelle ça comme tu veux (le mot anglais m'a gonflé tout le long du livre, me faisant penser à Vampire et son système de jeu). Ce qui est plus récent, c'est un certain nombre d'applications en entreprise. Le glissement du produit à la marque, de la marque au logo, du logo au conte, par exemple.

Bref, c'est un bouquin que je trouve trop lég'. Pour aller plus loin, y'a un bouquin dirigé par Eddie Soulier** intitulé Storytelling qui a l'air plus sérieux. Mais j'ai pas le courage de le lire, car le sujet me passionne pas. J'attendais autre chose du premier livre, déjà.

Loris.
* : généralement, les gourous du management ne sont guère différent de télévangélistes qui vendraient de l'eau tiède.
** : que j'ai rencontré, en tant que prestataire, sans savoir. C'est assez amusant d'avoir ici retrouvé son nom.


Titre: Re : Re : Votre livre de chevet
Posté par: Macbesse le 31Décembre, 2007, 17:46:49
Il y a un mot tout bête pour décrire tout cela : la mystification.

Je préfère la mythification, je trouve ça intellectuellement plus fécond - la mystification est une réduction du phénomène au mensonge, et le storytelling une réduction à la construction d'un récit. Le concept de mythification, non content de faire la synthèse des deux, y ajoute la sacralité.


Titre: Re : Re : Re : Votre livre de chevet
Posté par: Usher le 31Décembre, 2007, 18:12:46
Il y a un mot tout bête pour décrire tout cela : la mystification.

Je préfère la mythification, je trouve ça intellectuellement plus fécond - la mystification est une réduction du phénomène au mensonge, et le storytelling une réduction à la construction d'un récit. Le concept de mythification, non content de faire la synthèse des deux, y ajoute la sacralité.

Question de point de vue : je préfère bien souligner l'escroquerie.  :mrgreen:

Soit dit en passant, l'Oriflamme est un très bel exemple de mystification/mythification politico-religieuse avec des intérêts bassement financiers sous-jacents… (J'y pense parce que je suis en pleine lecture de la bio de LouisVI le gros et de ses relations avec le bon abbé Suger.)

Usher


Titre: Re : Votre livre de chevet
Posté par: Macbesse le 31Décembre, 2007, 19:03:16
Ah oui, j'oubliais, pour storytelling, en français, on a "affabulation", c'est aussi bien. (si on prend l'éthymologie, fabula = récit)


Titre: Re : Re : Votre livre de chevet
Posté par: Usher le 31Décembre, 2007, 19:12:45
Ah oui, j'oubliais, pour storytelling, en français, on a "affabulation", c'est aussi bien. (si on prend l'éthymologie, fabula = récit)

Oui, c'est pas mal du tout, affabulation.

Après la religion, après le pouvoir politique, c'est donc maintenant "le marché" qui s'empare des bonnes vieilles ficelles qui permettent de contrôler les masses. Nous y sommes, au Veau d'or !  :mrgreen:

Usher


Titre: Re : Votre livre de chevet
Posté par: Usher le 02Janvier, 2008, 11:01:48
Je suis en train de lire Louis VI le Gros, d'Eric Bournazel. C'est le Père Noël qui m'a apporté ce livre, et j'en suis drôlement content parce que je n'avais jamais réussi à mettre la main sur une biographie du bon roi Louis VI.

Louis VI est le roi de France qui a commencé à affermir le pouvoir des Capétiens. Quand il accède au pouvoir, dans les dernières années du XI° siècle, les rois de France contrôlent (mal) l'Ile-de-France, et ils sont les suzerains très théoriques de tas de grands vassaux qui n'hésitent pas à leur faire la guerre (les comtes de Blois et de Champagne, le duc de Normandie qui est aussi roi d'Angleterre), d'autres grands vassaux qui estiment vivre bien trop loin pour se casser les pieds à visiter le roi (le très lettré duc d'Aquitaine), sans oublier une tripotée de seigneurs brigands qui hérissent le royaume de mottes féodales et rançonnent au nom de "la coutume" tout ce qui leur tombe sous la griffe. Louis VI est donc un "roi-chevalier" qui passe son temps à courir de droite et de gauche, à prendre, reprendre, re-reprendre les mêmes châteaux, à jouer d'alliances et de retournements d'alliances familiales plus compliquées qu'une telenovela brésilienne pour essayer d'imposer son pouvoir.

Le livre d'Eric Bournazel est assez austère : il ne se lit pas comme un roman et je ne le recommande donc qu'aux amateurs d'histoire. Par contre, il réserve quelques bonnes rigolades pour qui sait voir entre les lignes. La France du début du XII° siècle, c'est la France d'avant la courtoisie : un moyen-âge bien crotté, avec le peuple d'une bêtise crasse (Ah ! Le bourbier aux carnages multiples de la Commune de Laon !), la noblesse d'une grossièreté affligeante et une église civilisatrice remplie d'escrocs et de faussaires. Du pain béni pour un film des Monty Python.

Un exemple concret : la fameuse campagne de 1124.
Depuis des années, le roi de France Louis VI est en guerre plus ou moins ouverte contre son vassal théorique, le roi d'Angleterre et duc de Normandie Henri Ier Beauclerc. Or il se trouve qu'Henri Beauclerc vient de perdre son fils dans un naufrage : la seule héritière directe qui lui reste, c'est sa fille, l'impératrice Mathilde. Impératrice, parce qu'elle est mariée à Henri V, empereur du Saint-Empire Germanique. Arrive donc pour la France la catastrophe ultime : l'Angleterre et l'Empire Germanique s'allient pour attaquer le petit royaume de France en tenaille au cours de l'année 1124.
Des émissaires du Saint-Empire Germanique débarquent en France pour lancer un ultimatum à Louis VI. L'envoyé de l'Empereur se fend d'un beau discours menaçant, plein de périodes rhétoriques et d'effets de style majestueux. Réponse du bon roi Louis : "Prout, Allemand !"
Là-dessus, fort de ce bon mot, le roi fait appel à ses vassaux, pour la plupart tièdes, séditieux, voire en révolte ouverte. Miracle : "Prout" semble les avoir inspirés, et ils affluent en masse pour renforcer l'ost du suzerain pétomane. Même le duc Guillaume IX de Poitiers, ce poète savant  et preneur d'otages sans scrupules, qu'on ne voyait qu'une fois tous les 36 du mois au nord de la Loire, déboule à Paris ; même le comte Thibaud de Blois, en conflit armé avec le roi, vient faire fidèlement son service de 40 jours, et le bon roi, à la fois bien emmerdé et bien content, suspend donc sa guerre privée pour sa guerre nationale. D'un seul coup, l'armée du roi de France est devenue gigantesque. En même temps, tous les grands féodaux se méfient des talents de général de leur bon roi, qui s'est déjà pris une branlée sévère face au roi d'Angleterre en chargeant l'armée adverse sans aucune tactique. Les comtes et les ducs obtiennent donc du roi une organisation merveilleuse, avec une avant-garde, un corps de bataille, une aile droite et une aile gauche. Une merveille de tactique… Et toute l'armée marche vers l'est, pour se porter au-devant de l'armée impériale.
En oubliant complètement l'ouest du royaume, où Henri Ier d'Angleterre doit aussi attaquer !  :lol: Il semble que ce soit un petit seigneur du Vexin tout seul, retranché dans son château, qui ait défendu la frontière occidentale.  :lol:
La gigantesque armée française arrive à Reims, s'arrête une semaine. Pas d'armée impériale. Henri V le Germanique a eu les foies. On rentre triomphalement en France. Fin de la guerre, et on reprend les guerres privées.

Quel bonheur ! On dirait du Flaubert, en plein Moyen Age !

Usher


Titre: Re : Votre livre de chevet
Posté par: Usher le 02Janvier, 2008, 14:36:07
Je ne résiste pas ! Toujours tirée de la bio de Louis VI le Gros, voici la très véritable, très édifiante et très horrifique histoire de la Commune de Laon.

Au début du XI° siècle, la bonne ville de Laon, ancienne capitale carolingienne, est théoriquement ville soumise à l'autorité du roi de France. Il est vrai qu'elle contient un palais occupé par le Prévôt du roi, un certain Yves, et surtout le châtelain royal, Gérard de Quiévry, un ancien croisé fort preux, revenu borgne de la prise de Jérusalem. Mais le pouvoir le plus puissant reste celui de l'évêque, qui dispose de seigneuries étendues dans la ville et dans la région du Laonnois, avec force chevaliers à son service. Ajoutons à cela que les braves bourgeois de la ville rêvent de fonder une commune, et de s'émanciper de l'autorité du roi (dont ils rossent les serviteurs et volent les chevaux) comme de l'évêque. Un panorama riche de possibilités !

En 1106, après deux ans de tractations laborieuses, un nouvel évêque est élu à Laon : il s'agit d'un certain Gaudry, ex-guerrier, chapelain et chancelier du roi d'Angleterre ! Il va sans dire que les tensions vont tout de suite virer au rouge entre l'évêché devenu pro-anglais et la garnison française ! Pour rajouter un peu de sel à la situation, l'évêque Gaudry est parent d'un puissant seigneur voisin, Enguerrand de Boves, comte de l'Amiennois et sire de Coucy, féodal turbulent et chevalier brigand notoire.
Pendant quelques années, la situation pourrit donc dans la bonne ville de Laon. En 1110, le bon évêque Gaudry décide de se débarrasser du représentant du roi de France, Gérard de Quiévry. Il monte une conspiration avec sa bonne cousine Sybille de Porcien, seconde épouse adultère de son bon cousin Enguerrand de Boves : le complot recrute des tueurs dans l'aristocratie laonnoise, puis le pieux prélat part en pèlerinage à Rome, et pendant son absence, Gérard de Quiévry est massacré par surprise alors qu'il priait à la cathédrale ! Réaction musclée du Prévôt du roi de France : il rassemble ses troupes, donne l'assaut aux maisons des chevaliers de l'évêque et du palais épiscopal. Louis VI, en vertu du "droit de dépouille", en profite pour confisquer les trésors et le mobilier épiscopaux. Mais l'évêque Gaudry, qui était à Rome au moment de l'assassinat, jure sur tous les saints son innocence, achète des lettres apostoliques qui lui permettent de revenir en toute impunité dans son diocèse… Laon lui restant interdite par les troupes royales, il finit par acheter le roi avec de l'or et… en excommuniant ses propres complices. Fin du premier acte.

Deuxième acte : la Commune de 1112.
Les Bourgeois de Laon, profitant des absences de leur aimable évêque Gaudry, forment le projet de créer une commune, qui les émanciperait de la double tutelle du prélat et du roi. L'évêque fait mine d'accepter (contre de l'argent), mais fait tout pour saboter le projet, afin de conserver sa seigneurie urbaine. Il invite donc le roi Louis VI pour la fête de Pâques 1112 ; au cours du séjour du roi, l'évêque comme les bourgeois tentent d'acheter le souverain pour parvenir à leurs fins. Les bourgeois promettent 400 livres si le roi autorise la Commune ; l'évêque en promet 700 si le roi l'interdit. Le bon roi Louis interdit donc la Commune, et file dare-dare pour éviter d'exciter le bon peuple par sa présence.
Le problème, c'est que le brave évêque Gaudry comptait payer le roi… en prélevant les 700 livres chez les bourgeois. Explosion de colère dans la bonne ville ! Une quarantaine de bourgeois forment (illégalement) la Commune, et l'insurrection éclate le 25 avril. Les maisons des chevaliers de l'évêque sont prises d'assaut et pillées par le peuple, les hommes de l'évêque sont massacrés. Le palais épiscopal est lui aussi pris d'assaut ; monseigneur Gaudry est tiré du tonneau où il s'était caché : on le traîne par les cheveux dans une ruelle, on le roue de coups, on lui tranche un doigt pour lui voler l'anneau épiscopal, on lui fend le crâne à la hache. Au cours de l'émeute, une grande partie de la ville flambe, y compris plusieurs églises et l'abbaye où cantonnaient les chevaliers du roi de France.
Le lendemain, les bons bourgeois de Laon se disent qu'ils y ont peut-être été un peu fort. D'autant que la paysannerie du Laonnois, avisée par les fumées d'incendie, a décidé de se venger de ces gros profiteurs de la ville, et… se rue sur ce qu'il en reste pour se livrer au pillage. Les bourgeois rescapés en appellent donc à la protection de leur honnête voisin, le noble comte d'Amiens, Enguerrand de Boves. Celui-ci refuse de défendre la ville, offre juste l'asile sur ses terres à qui le désire… Mais il ne s'en rend pas moins à Laon à la tête de ses troupes, et il la pille une nouvelle fois !
Là-dessus, le bon roi Louis s'émeut des désordres dans les ruines de sa bonne ville de Laon, et il envoie ses propres troupes dirigées par son chancelier, Etienne de Garlande, lequel rétablira la paix en pratiquant des exécutions massives !

La Commune, bien sûr, disparut entre les incendies, les tueries et les gibets.

Qu'il faisait bon vivre dans le doux royaume de France, quand fleurissaient les cathédrales !

Usher


Titre: Re : Votre livre de chevet
Posté par: cavaillon le 02Janvier, 2008, 23:27:28
 :D
Je doute que le ton du livre soit le même que le tien, mais ta façon de la raconter rend vraiment l'Histoire drôle !

On va descendre de plusieurs crans dans l'échelle de la culture : de mon côté, j'ai rapidement terminé l'Agatha Christi 'Le Flambeau'.

Très bonne surprise après plusieurs désillusions (dont une relatée ci-dessus) : il s'agit d'un recueil de nouvelles. Le style interdit, par essence, les longueurs, qui pourtant sont fréquentes chez Miss Marple et Hercule Poirot. Donc, premier point, les histoires vont vite, et ne lassent pas le lecteur. Deuxième point : il ne s'agit pas d'enquêtes policières, même si il y a des intrigues qui pourraient donner lieu à des investigations. Troisième point enfin, il y a dans chacune de ces histoires une touche de fantastique à la X-Files : parfois purement surnaturel, parfois de bonnes manipulations avec des explications rationelles.

Une ou deux nouvelles sont nettement moins bonnes que le lot, mais j'ai bien aimé ce livre.

Et comme je suis dans ma période ''polar'', j'ai enchaîné sur un Mary Higgins Clark : ''Rien ne vaut la douceur du foyer''...



Titre: Re : Votre livre de chevet
Posté par: Ayla le 02Janvier, 2008, 23:52:54
Abandonné Thomas Mann, je me replonge dans une saga qui m'a toujours passionnée: Les Enfants de la Terre de Jean M. Auel (d'où est issu mon pseudo d'ailleurs). Saga romanesque dans une préhistoire revisitée, elle se compose de cinq tomes (pour le moment) à la qualité inégale, la perfection de l'héroïne tapant assez vite sur les nerfs. Les thèmes principaux sont l'acceptation de la différence et l'enrichissement au contact des autres.
Les deux premiers tomes sont sans conteste les meilleurs, et les suivants simplement intéressants. L'intrigue retrouve de son intérêt dans le cinquième cependant.
Le sixième tome n'est pas annoncé (il y a eu près de vingt ans entre les quatres premiers et le cinquième... :-\)


Titre: Re : Votre livre de chevet
Posté par: Aldebert le 03Janvier, 2008, 12:49:32
Guernica de Carlo Lucarelli chez Gallimard. Un excellent roman noir dans l'Espagne de 1937. Ce qui se dégage le mieux, c'est l'ambiance générale, glauque et sordide. On a droit à des galeries de portraits absolument fabuleuses et hallucinées (à titre d'exemple, on croise un certain "Ernesto" Hemingway bourré dans un hôtel de Madrid). L'auteur évite aussi brillamment l'écueil du manichéisme. Lucarelli s'en fout des idées et dresse un portrait humain pitoyable et magnifique. L'enquête n'est qu'un prétexte, et d'ailleurs le bouquin est extrêmement bref (136 petites pages).

Si jamais, il y a une excellente critique sur le site Polar Noir:
http://www.polarnoir.fr/livre.php?livre=liv674


Titre: Re : Votre livre de chevet
Posté par: Alias le 03Janvier, 2008, 13:28:35
Après avoir fini Excession (http://blog.fulgan.com/blogs/alias/archive/2007/12/11/excession-de-iain-m-banks.aspx), de Iain Banks, j'attaque Look to Winward, du même.


Titre: Re : Re : Votre livre de chevet
Posté par: Loris le 05Janvier, 2008, 22:51:12
Je suis à la moitié de Storytelling : la machine à fabriquer des histoires et formater les esprits

Et je suis mitigé. Le postulat de départ est intéressant, il explique comment on est passé des produits aux marques, des marques aux logos, des logos aux histoires. En terme de pub, en gros, on souhaite non pas vous accrocher au logo, mais vous faire croire qu'en consommant le produit vous serez part de la belle histoire que papy Nikidasirgin s'est inventée. Puis comment le storytelling est devenu une méthode de management, et, enfin, comment le fait de raconter de zoulies histoires est devenu la clef de tous les échanges (imposition, aussi) d'idées à l'heure actuelle.

Ca c'est le postulat. L'auteur se perd dans ses exemples, se noie dans ses citations. Ses propos restent intéressants mais passent souvent plus de temps à critiquer les gourous du management (un chapitre entier) qu'à critiquer ce qu'il présente, c'est à dire l'utilisation du storytelling pour convaincre à tous niveaux de la société (possession/construction de WMD pour envahir l'Irak/l'Iran, avec tes baskets tu feras partie de ceux qui défient la gravité, la croissance n'a pas de limites physiques, quand tu téléphones à un Call Centre ce sont bien des gens de ton pays qui te réponde).
Il présente les techniques mais ne tire jamais de conclusion, et sur la centaine de pages (sur 250) que j'en ai lues, ça finit par lasser. Je le finirai, mais sans trop forcer.

Loris.

Juste pour dire que je l'ai fini. Deux très bons chapitres sur 7, pour un peu plus de 250 pages. A vous de voir si ça vaut le coup.
Loris.


Titre: Re : Votre livre de chevet
Posté par: cavaillon le 09Janvier, 2008, 20:12:35
"Rien ne vaut la douceur du foyer", de Mary Higgins Clark.

Après avoir souvent été déçu par Mary Higgins Clark, j'ai lu celui-ci avec plaisir.

Je trouve pourtant que c'est laborieux au début : le personage principal raconte son histoire à la première personne du singulier (pas très courant chez MHC), mais on suit l'évolution de l'enquête des policiers à la troisième personne... Je trouve la cohabitation des deux styles assez maladroite.

Cependant, le livre est bon, avec le rebondissement final (c'est du MHC), mais qui n'est pas tirée par les cheveux comme ça l'est parfois, cette recherche de "la plus grosse surprise possible" me décevant systématiquement...


Je passe à Sir Arthur Conan Doule avec "La vallée de la peur"



Titre: Re : Votre livre de chevet
Posté par: killerklown le 10Janvier, 2008, 03:17:59
Je suis tombé sur ebay sur un John Case, qui reste un de mes auteurs de thriller préféré. Je l'ai donc achevé et commencé à lire The first Horseman, qui est pas mal, mais c'est dommage que je ne l'ai pas lu il y a quelques années, vu que cela porte sur la grippe espagnole en 1998, thème qui m'est familier depuis la série ReGenesis et que du coup il y a moins de surprises ... mais c'est très bien quand même pasque thriller bien écrit :-)


Titre: Votre livre de chevet
Posté par: FaenyX le 14Janvier, 2008, 12:47:14
J'ai fini Disgrâce (http://www.amazon.fr/Disgr%C3%A2ce-John-Michael-Coetzee/dp/2020562332/ref=sr_1_1?ie=UTF8&s=books&qid=1197739930&sr=1-1), de J.M. Coetzee. Je n'ai pas trouvé cette descente aux enfers (suivie d'une pseudo-rédemption) particulièrement captivante. C'est sans doute le fait que ce roman soit écrit au présent qui m'a gêné.
Cela dit, je l'ai terminé, c'est déjà ça. Quand un bouquin me saôule, j'arrête, ne disposant pas d'assez de temps pour tout lire.

Là, j'ai repris le Cycle de l'Assassin Royal, avec La secte Maudite  (http://www.amazon.fr/LAssassin-royal-8-secte-maudite/dp/2290337714/ref=sr_1_2?ie=UTF8&s=books&qid=1197740006&sr=1-2)(tome 8 ). C'est largement meilleur que le précédent (mais je m'y étais copieusement ennuyé), sans toutefois retrouver la puissance du premier cycle.  :-\On verra ce que donnera le prochain.

Prochains livres sur la pile des "à lire" : "Je suis une légende" de Richard Matheson (parce qu'on en a pas mal discuté dans le fil "Cinéma") et "Stardust" de Neil Gaiman, parce que j'aime bien Gaiman, c'est tout...


Titre: Re : Elémentaire, mon cher Cavaillon !
Posté par: Alias le 14Janvier, 2008, 14:17:42
Si tu apprécies le duel Holmes / Moriarty, essaie peut-être un hommage caustique : L'instinct de l'équarisseur : Vie et mort de Sherlock Holmes de Thomas Day (http://www.cafardcosmique.com/DAY-Thomas)

Y'a du bon et du moins bon (http://blog.fulgan.com/blogs/alias/archive/2007/10/15/l-instinct-de-l-quarisseur.aspx).


Titre: Re : Votre livre de chevet
Posté par: Loris le 14Janvier, 2008, 16:33:02
J'ai pas réussi à le finir, l'Instinct de l'Equarisseur.

Après avoir lu une Etude en Rouge, il faut absolument lire A Study In Emerald :
http://www.neilgaiman.com/mediafiles/exclusive/shortstories/emerald.pdf

Loris.


Titre: Re : Votre livre de chevet
Posté par: cavaillon le 14Janvier, 2008, 23:28:13
Merci à tous pour vos conseils...

Je vais noter ces titres de côté... "pour plus tard", comme on dit.


Titre: Re : Votre livre de chevet
Posté par: Loris le 15Janvier, 2008, 00:01:33
A Study In Emerald, je t'ai donné le lien pour le téléchargement de la nouvelle entière, superbement mise en page et mise à disposition gracieusement par rien de moins que le grand Neil Gaiman.

Loris, FBDM.


Titre: Re : Elémentaire, mon cher Cavaillon !
Posté par: cavaillon le 15Janvier, 2008, 21:25:37
Si tu apprécies le duel Holmes / Moriarty, essaie peut-être un hommage caustique : L'instinct de l'équarisseur : Vie et mort de Sherlock Holmes de Thomas Day (http://www.cafardcosmique.com/DAY-Thomas)

Y'a du bon et du moins bon (http://blog.fulgan.com/blogs/alias/archive/2007/10/15/l-instinct-de-l-quarisseur.aspx).

Ouais. Effectivement, après avoir lu la présentation, je pense que je ferai l'impasse sur celui-ci.     ::)


Titre: Re : Re : Votre livre de chevet
Posté par: cavaillon le 15Janvier, 2008, 21:30:37
Après avoir lu une Etude en Rouge, il faut absolument lire A Study In Emerald :
http://www.neilgaiman.com/mediafiles/exclusive/shortstories/emerald.pdf

Pour quelle raison ?
Est-ce que le second fait référence au premier ?
J'ai téléchargé la nouvelle, mais dois-je attendre de lire d'abord "Une Etude en Rouge" ?


Titre: Re : Re : Re : Votre livre de chevet
Posté par: Loris le 16Janvier, 2008, 12:18:00
Après avoir lu une Etude en Rouge, il faut absolument lire A Study In Emerald :
http://www.neilgaiman.com/mediafiles/exclusive/shortstories/emerald.pdf

Pour quelle raison ?
Est-ce que le second fait référence au premier ?
J'ai téléchargé la nouvelle, mais dois-je attendre de lire d'abord "Une Etude en Rouge" ?

A Study In Emerald fait ... référence à une Etude en Rouge (ne serait-ce que le titre). Je ne veux aucunement spolier, tu verras. Pis c'est pas une lecture longue, donc en parler serait gâcher.
Il est indispensable d'avoir lu une Etude En Rouge auparavant. Et d'avoir lu un peu de Sherlock Holmes, en général.

Pour quelle raison ? Parce que c'est bon, c'est tout.
Loris.


Titre: Re : Votre livre de chevet
Posté par: Loris le 16Janvier, 2008, 16:57:55
Au fait, mon livre de chevet du moment, c'est ...

"Surveiller et punir : naissance de la prison" - Michel Foucault.

J'en connaissais quelques extraits, mais le débat du salon d'à coté me pousse à le lire. D'ailleurs, j'encourage tous les participants du débat à le lire, ne serait-ce que pour avoir le point de vue d'une sommité sur le sujet.

Chez Gallimard, collection Tel, moins de 10 roros.
Loris.


Titre: Re : Votre livre de chevet
Posté par: killerklown le 17Janvier, 2008, 16:02:16
t'as des lectures très intellectuelles en ce moment Loris ...
Enfin je peux dire, moi qui suis en train de lire L'empire romain d'Auguste à domitien, de Claude Briand-Ponsart et Frédéric Hurlet, aux éditions armand colin

C'est très bien et ça se lit presque comme un roman. En tout cas la prise de pouvoir totalitaire d'auguste est géniale et parfaitement orchestré.
Ce gars avait vraiment du génie.


Titre: Re : Votre livre de chevet
Posté par: Loris le 17Janvier, 2008, 16:19:53
Je ne les lis pas que pour alimenter mes argumentaires politiques, mais aussi pour documentation pour un petit projet de jdr que j'ai par devers moi.

Et ce sera un jdr très politique. J'ai peur qu'il n'en fasse couler, de l'encre.

Loris, 233°C (451°F)


Titre: Re : Re : Votre livre de chevet
Posté par: Alias le 17Janvier, 2008, 16:55:15
"Surveiller et punir : naissance de la prison" - Michel Foucault.

À l'uni de Genève, j'étais avec un prof (Michel Porret) qui était fan de base de Foucault. Il était mon juré de mémoire de licence; évidemment, je me suis fait quelque peu défoncer la tronche (à raison) sur mes lacunes en droit pénal.  :mrgreen:

En ce moment, je suis sur Look to Winward, de Iain M. Banks. C'est toujours agréable à lire, stylistiquement, mais j'ai du mal à voir où il veut en venir.


Titre: Re : Re : Votre livre de chevet
Posté par: cavaillon le 23Janvier, 2008, 18:42:56
Je passe à Sir Arthur Conan Doule avec "La vallée de la peur"

J'ai bien aimé.

Bon, le terrible Moriarty n'apparaît vraiment qu'en filigrane... C'est peut-être toujours comme ça ; je ne sais pas car c'est la première fois que je lis un Sherlock Holmes avec ce sombre individu.

Le livre en soi est bien. En fait, il s'apparente plutôt à deux nouvelles : les deux parties du livres. La première est l'enquête de Holmes (décidément, j'aime mieux l'atmosphère de Conan Doyle que celle d'Agatha Christie), et la seconde est un flash-back aux Etats-Unis avec une bonne histoire dont je ne dirai rien pour ne pas déflorer le sujet, si ce n'est qu'elle explique le meurtre sur lequel doit enquêter Holmes des décennies plus tard...

Très court, vite lu (je mets des semaines parce que je ne lis pas assez), et bien prenant.


Toujours en période "polar", je vais commencer 'Chromosme 6' de Cook.


Titre: Votre livre de chevet
Posté par: FaenyX le 24Janvier, 2008, 15:01:51
Loin de moi l'idée de venir "pirater" l'intéressant débat sur le jeu de rôle en tant qu'exutoire au fantasme de l'individu rôliste :mrgreen:. 

J'ai terminé hier "La secte maudite", tome 8 du Cycle de l'Assassin Royal (il s'agit, en fait, du deuxième volume du second Cycle). Autant le précédent m'avait paru long, autant celui-ci, plus vivant, plus animé, et à l'intrigue plus intéressante a réveillé chez moi un véritable attrait pour les aventures de Fitz. On est encore loin du niveau du premier cycle, mais en toute honnêteté, la machine est relancée (Robin Hobb y va fort, aussi...chut ;)). Reste à savoir si le volume suivant ne va pas contredire cet avis plutôt positif.  ::)

J'attaque "Je suis une légende" (parce qu'on en a parlé longuement suite à la sortie du film éponyme), dans la foulée...


Titre: Re : Votre livre de chevet
Posté par: Jeo le 28Janvier, 2008, 14:23:05
Je suis en train de terminer les Chemins de Damas de Pierre Bordage.

Bon, ben, c'est comme d'habitude avec Monsieur Pierre, humaniste, empreint d'une certaine spiritualité. Ne connaissant pas personnellement le monsieur, je le soupçonne d'être déiste, car des idées présentes dans les Guerriers du Silence, Evangile du Serpent sont toujours là.

Non que le fond de spiritualité me dérange, mais je suis assez cartésien malheureusement donc ce genre de discours n'a pas que de très peu de prise sur ma personne.

Mais le plus intéressant n'est pas ce thème-ci, mais plutôt, la description de l'Europe bureaucratique ravagé par une guerre qui n'était pas la sienne. (a qui appartient une guerre d'ailleurs) dirigée par les  evangélistes (néoconservateurs ?) assez impressionante et criante de vérité.

(le Quatrième de couverture parle de roman d'anticipation, comme quoi...)
Après, je laisse seul juge les autres lecteurs.



Titre: Re : Votre livre de chevet
Posté par: cavaillon le 26Février, 2008, 23:05:47
J'ai terminé 'Chromosome 6' de Cook, et je crois bien que ce sera le dernier... J'ai trouvé ce roman déplorable.

Pas d'intrigue, des héros limités du ciboulot, des méchants caricaturaux, pas vraiment de style, et un scénario digne des téléfilms d'après-midi sur M6...

Je ne comprends pas vraiment les discours élogieux qu'on m'en avait fait il y a quelques années. J'ai découvert Cook, je n'irai pas au-delà...


Titre: Re : Votre livre de chevet
Posté par: killerklown le 27Février, 2008, 03:43:21
Je viens de lire ça (http://www.amazon.fr/Wave-Morton-Rhue/dp/3883890367/ref=sr_1_20?ie=UTF8&s=books&qid=1204076459&sr=1-20)
et c'était bien ... ça se lit vite et ça laisse entrevoir vraiment comment les allemands ont pu passer du statut  de citoyen à celui de Nazi.
J'ai juste trouvé la fin trop optimiste.
Maintenant je suis passé à ça (http://www.amazon.de/Nobelpreis-Andreas-Eschbach/dp/340415763X/ref=pd_bbs_sr_1?ie=UTF8&s=books&qid=1204076611&sr=8-1)
Et c'est très bien. J'aimerais être le traducteur officiel D'eschbach, c'est définitivement mon auteur allemand préféré


Titre: Re : Re : Votre livre de chevet
Posté par: Cuchulain le 27Février, 2008, 11:20:32
.
Maintenant je suis passé à http://www.amazon.de/Nobelpreis-Andreas-Eschbach/dp/340415763X/ref=pd_bbs_sr_1?ie=UTF8&s=books&qid=1204076611&sr=8-1 (http://www.amazon.de/Nobelpreis-Andreas-Eschbach/dp/340415763X/ref=pd_bbs_sr_1?ie=UTF8&s=books&qid=1204076611&sr=8-1)
Et c'est très bien. J'aimerais être le traducteur officiel D'eschbach, c'est définitivement mon auteur allemand préféré

Pour les germanophobes : tu peux nous expliquer de quoi ça cause ?  ;)


Titre: Re : Votre livre de chevet
Posté par: Alias le 27Février, 2008, 14:31:23
Si on pouvait aussi avoir des liens qui ne font pas sauter toute fenêtre de moins de 1600 pixels de large... :-\


Titre: Re : Votre livre de chevet
Posté par: killerklown le 27Février, 2008, 17:54:33
Désolé pour le lien trop long ... méchant amazon ...

Sinon, Der Nobelpreis parle des mésaventures d'un membre du comité Nobel, dont des méchants veulent influencer le vote en utilisant plusieurs méthodes illégales.
Si je vous en dit plus, je vous gâche le plaisir des 200 premières pages, comme toujours avec Eschbach


Titre: Re : Re : Votre livre de chevet
Posté par: Xaramis le 27Février, 2008, 19:25:17
Si on pouvait aussi avoir des liens qui ne font pas sauter toute fenêtre de moins de 1600 pixels de large... :-\
Je me suis permis de modifier le message de killerklown (http://couroberon.com/Salon/index.php/topic,526.msg15046.html#msg15046), avec des balises url, pour éviter les liens longs comme un jour sans pain. ;)


Titre: Re : Votre livre de chevet
Posté par: cavaillon le 17Mars, 2008, 23:49:43
J'ai terminé un autre M.H. Clark (en fait, le premier qu'elle a écrit à la première personne), 'Je t'aimais tant'.

Pas mal. Contrairement à son habitude, on sait dès le début qui est l'assassin, et on suit les aventures de l'héroïne qui cherche à réunir des preuves de sa culpabilité.

Il n'y a donc pas de rebondissement, et la ficelle du piège à la fin est suffisamment grosse pour que je l'aie vue instantanément (pourtant, je ne suis pas bon à ce genre d'exercice).

Et cependant, j'ai bien aimé, je ne saurais dire pourquoi.


Toujours dans le polar, mais dans un tout autre style, j'ai commencé 'Les Rivières Pourpres' de Grangé. Le début est vachement plus sanguinolent que le film. C'est même gore...

Je vous en dirai plus une fois le livre terminé.


Titre: Re : Votre livre de chevet
Posté par: Octave le 18Mars, 2008, 00:15:19
En ce moment je lis en parallèle La littérature et le Mal et La Part maudite de Georges Bataille pour qui je me suis pris de passion après la lecture de L'Impossible (ou "La Haine de la poésie"). Le premier est une série d'études d'auteurs qu'avaient publié la revue "Critique" que ce même auteur avait fondé, on y retrouve des noms tels que Kafka, Baudelaire, Blake ou Genet; les études sont pertinentes et j'y prend beaucoup de plaisir. Le second est l'oeuvre tant philosophique, sociologique et économique sur laquelle Bataille travailla près de 18 ans et qu'il aurait voulu remanier avant sa mort sans en avoir eu le temps; l'originalité de sa pensée donne à cette oeuvre une saveur toute particulière, bien que dépassée maintenant, elle présente néanmoins une grande justesse d'analyse.


Titre: Re : Votre livre de chevet
Posté par: Loris le 18Mars, 2008, 09:23:08
Je croyais qu'il écrivait des trucs de cul... Ou alors c'est limité à son truc sur l'oeil ?

Loris...


Titre: Re : Votre livre de chevet
Posté par: Alias le 18Mars, 2008, 11:00:16
Je suis en train de lire Le maître de feng shui perd le nord, de Nury Vittachi, une énième variante sur le thème du biclassé métier improbable/détective -- dans le cas présent, un géomancien à Singapour, de nos jours.

Pour le moment (à peu près un quart), c'est assez distrayant, surtout le côté choc culturel dans une ville bien cosmopolite. Je regrette juste de ne pas le lire en anglais.


Titre: Re : Votre livre de chevet
Posté par: Loris le 18Mars, 2008, 11:59:59
J'ai fini le tome 1 des Chroniques de la haine ordinaire de Desproges. Incisif, acide, percutant : miam.
Je suis en train de dévorer "Mozart en verres miroirs", une compil de nouvelles cyberpunk par Bruce Sterling.

A coté de ça, il reste sur mon chevet, section "en cours" : un recueil de Voltaire au début un peu chiant (en pause), Tourville - un premier roman pas mal déjanté (en commencement), Perdito Street Station 1 (en finition) - un roman de pulp fantasy qui arrive à faire vivre une ville étonnante, Sur la nature humaine : justice contre pouvoir - le compte rendu d'un débat entre Chomsky et Foucault (en commencement), Le profit avant l'homme (en commencement), ...

Putain, faut que j'arrête d'en commencer et que je termine ce que j'ai sur la table, moi !
Loris.


Titre: Re : Votre livre de chevet
Posté par: selwin le 18Mars, 2008, 13:24:07
J'ai récemment lu un recueil de nouvelles de Stephen King (Rêves et Cauchemards (http://www.stephenking999.com/1993-Reves-et-cauchemars.html)). Une 20aine de nouvelles et pour beaucoup très captivantes. Bon, King ne me fait que très rarement peur, mais je suis fasciné par son imaginaire.

Du coup, ça m'a donné envie de relire le Fléau (que j'avais lu il y a un bail). Ce bouquin là de King me file parfois des sueurs froides sur certains passages. L'histoire d'une fin du monde écœurante et glauque. Une super-pandémie (mais alors à très très large échelle) issue de laboratoires militaires et incontrôlable (avec un taux de contamination de 9 personnes sur 10, faut s'accrocher pour l'arrêter ;)  ). J'ai lu le 1er des 3 tomes, mais je me suis arrêté. On m'a procuré autre chose à lire. ;) Et puis, en relisant le tome 1 du Fléau, je me suis rappelé de l'essentiel des autres bouquins et je n'avais pas aimé la fin. Du coup, je suis moins tenté de finir...

Mais ma découverte de la semaine, c'est un Pierre Bordage. Je n'avais encore rien lu de lui. Et j'aime beaucoup ce que j'ai entre les mains.
Les chemins de Damas (http://www.lelitteraire.com/article1859.html) présente un futur proche et c'est très sombre. L'Europe, après une longue guerre contre le Moyen Orient, est ruinée, exsangue, soumise aux pillards, aux milices, à la misère, à la précarité, à la sauvagerie ultra libérale à son paroxysme (plus de sécu, loi du plus fort, etc...) et au noyautage des gouvernement par les Evangéliques venus des USA.
On y découvre l'histoire d'une jeune femme en quête de ce qu'elle est et, en parallèle, des tranches de vie d'Européens complètement déboussolés (pour le moins...)

Dur de lâcher la lecture et je pense que je vais lire autre chose de Bordage, du coup.


Titre: Re : Votre livre de chevet
Posté par: Octave le 18Mars, 2008, 20:35:19
Loris, son oeuvre est en grande partie érotique, en effet, mais c'était là une des facettes de sa conception de l'art. A côté de ça, cela reste un des plus grands auteurs français du XXeme siècle et il a également écrit des essais, les deux que je lis actuellement en font partie.


Titre: Re : Votre livre de chevet
Posté par: selwin le 19Mars, 2008, 17:38:51
Fini les Chemins de Damas. Terrifiant comme on parvient à facilement visualiser le monde décrit...
Tiens, à propos du titre : "L'expression chemin de Damas évoque un parcours provoquant un changement radical d'attitude chez celui qui le vit (cf. Retournement). Elle évoque l'expérience de saint Paul, persécuteur des chrétiens quelques années après la mort de Jésus : selon les Actes des Apôtres, se rendant à Damas, il eut une illumination et une révélation qui en firent le principal prosélyte des premières heures du Christianisme."

J'ai tellement apprécié ma lecture que je vais me procurer les 2 bouquins liés au Chemins de Damas (l'Evangile du Serpent et l'Ange de l'Abime).

Mais en attendant (j'aime pas trop enchaîner sans m'arrêter sur un même auteur), petite pause :
1. lu le dernier Combat ordinaire (Larcenet), "Planter des clous" (http://www.bedetheque.com/Couvertures/combatordinaire04_72375.jpg). Toujours aussi bon. Chaque opus de la vie de Marco (le héros) me renvoie pleins de choses très personnelles. Clairement une de mes œuvres préférées en bédé. Je vous renvoie à cette chronique (http://www.bdgest.com/chronique-2771-BD-Combat-ordinaire-(Le)-Planter-des-clous.html) qui dit l'essentiel.

2. commence l'Art de la guerre de Sun Tzu. Ca fait longtemps que j'ai envie de le lire pour de bon. Jusqu'ici je m'étais contenté d'en lire des bribes. Je me suis procuré une édition avec texte intégral commenté (commentaires issus de la tradition chinoise, notamment).


Titre: Re : Re : Votre livre de chevet
Posté par: Jeo le 19Mars, 2008, 18:21:55
Fini les Chemins de Damas. Terrifiant comme on parvient à facilement visualiser le monde décrit...
Tiens, à propos du titre : "L'expression chemin de Damas évoque un parcours provoquant un changement radical d'attitude chez celui qui le vit (cf. Retournement). Elle évoque l'expérience de saint Paul, persécuteur des chrétiens quelques années après la mort de Jésus : selon les Actes des Apôtres, se rendant à Damas, il eut une illumination et une révélation qui en firent le principal prosélyte des premières heures du Christianisme."

J'ai tellement apprécié ma lecture que je vais me procurer les 2 bouquins liés au Chemins de Damas (l'Evangile du Serpent et l'Ange de l'Abime).

Je n'ai pas lu l'Ange de l'Abime, mais j'ai déjà lu les Chemins de Damas dont j'ai beaucoup aimé la description des différentes personnes vivant dans un univers Cyperpunk à la limite du Post-Apo.
mais j'ai lu l'Evangile du Serpent. Les idées véhiculées sont les mêmes, mais au niveau temporel , c'est plus proche de notre époque. (avec l'équivalent de tout le monde en parle et/ou la méthode Cauet)

Je préfère nettement les Chemins de Damas pour l'ambiance décrite. (plus incisif, je trouve)

Je suis en pleine lecture des Chroniques de Thomas Covenant et en parallèle, je lis le Soldat Chamane de Robin Hobb tout en essayant de continuer de lire les 3 Royaumes. gargl !! (compliqué par moments la vie)

Amicalement,
-Jeo




Titre: Re : Votre livre de chevet
Posté par: Acritarche le 19Mars, 2008, 22:18:56
Aaaah, les Chroniques de Thomas Covenant! Déjà lu deux fois. La fin est extraordinaire!


Titre: Re : Votre livre de chevet
Posté par: Cuchulain le 20Mars, 2008, 21:16:48
Ait fini "Je suis une légende" : beaucoup mieux que le film ! Pas de Happy End avec un drapeau américain, mais une fin très intéressante et qui pousse à se poser des questions et à réfléchir.

La j'ai entamé "Les 1001 nuits" très intéressant de le lire enfin après avoir vu tant de film/bds/bouquins/JDR inspiré de l'oeuvre.


Titre: Re : Votre livre de chevet
Posté par: killerklown le 26Mars, 2008, 08:49:57
Pour ce qui est de Bordage je conseille de lire son chef d'oeuvre, la triologie des guerriers du silence, qui l'a rendu connu du grand public.
Attention par contre c'est du space op' . Mais c'est le meilleur livre de Space op' que j'ai jamais lu. Je pense que j'ai déjà lu la triologie 3 fois (et c'est quand même 3x800 pages)
C'est tellement bien que des auteurs de BD un peu fous se sont mit à son adaptation en BD, dont je ne saurais critiquer le rendu.
Sinon un Bordage très bien est :
Atlantis : Les fils du rayon d'or  (roman de commande pour le jeu vidéo éponyme, mais d'une puissance incroyable. Son seul boukin qui tend vers le med-fan que j'ai lu)
il y en a un autre de lui que je ne retrouve pas et qui n'est pas dispo ni référencé sur amazon ou il fait de l'anticipation et c'est trippant aussi. quelqu'un a le titre ?


Titre: Re : Votre livre de chevet
Posté par: selwin le 10Avril, 2008, 18:25:30
Je viens de finir le tome 12 du Trône de Fer. Toujours aussi captivé, mais j'aimerais bien que GRR Martin en finisse, désormais. Là, tel que c'est parti, je ne le vois pas terminer avant au moins 2 ou 3 tomes de plus...
Ca me gave un peu les séries fleuve... Cela dit, le Trône de Fer reste un must à mes yeux.

J'entame du Bordage à nouveau (je connaissais pas, mais j'y vais à fond maintenant ;).
Par contre, n'ayant pas trouvé l'Ange de l'Abime en librairie, j'entame la trilogie des Wang. Ma foi, ça commence pas mal... J'en dirais plus, plus tard, certainement.


Titre: Re : Re : Votre livre de chevet
Posté par: Morgalel le 11Avril, 2008, 19:15:09
Je viens de finir le tome 12 du Trône de Fer. Toujours aussi captivé, mais j'aimerais bien que GRR Martin en finisse, désormais. Là, tel que c'est parti, je ne le vois pas terminer avant au moins 2 ou 3 tomes de plus...
Ca me gave un peu les séries fleuve... Cela dit, le Trône de Fer reste un must à mes yeux.

Il a d'ores et déjà prévu 3 tomes de plus mais selon le découpage de la version anglaise. Autant dire à peu près une dizaine en vf.


Titre: Re : Votre livre de chevet
Posté par: selwin le 11Avril, 2008, 20:02:45
Grmbl.

C'est mon principal reproche au Trône de Fer. Cette impression très nette que l'auteur ne sait pas boucler les intrigues multiples qu'il a lancé en tous sens.

Ca me rappelle mes propres campagnes d'Ambre (IRL ou sur le forum...) Des trucs qui finissent par devenir titanesques, interminables et qui bouffent l'auteur, au passage.


Titre: Re : Votre livre de chevet
Posté par: Morgalel le 11Avril, 2008, 20:31:28
Personnellement j'espère surtout qu'il nous fera pas une "Robert Jordan".


Titre: Re : Votre livre de chevet
Posté par: cavaillon le 14Avril, 2008, 22:14:27
Il me manque une référence ?

Je n'ai pas compris ton allusion, Morgalel...


Titre: Re : Votre livre de chevet
Posté par: Morgalel le 14Avril, 2008, 22:58:25
En effet. L'analogie n'est sans doute pas de très bon gout, mais elle traduit une inquiétude réelle.


Titre: Re : Votre livre de chevet
Posté par: Kynan le 15Avril, 2008, 11:43:13
A propos du Trône de Fer, je cherche à trouver le tome 10 (et 12, éventuellement) en livre de poche... Quelqu'un pourrait-il me dépanner ? je ne trouve pas pour le moment !


Titre: Re : Votre livre de chevet
Posté par: cavaillon le 21Avril, 2008, 17:54:41
Bon, j'ai terminé 'Les Rivières Pourpres'.

Je ne me rappelle pas bien du film, mais je vois bien que le scénario du livre est bien plus fouillé (Kassowitz ne déroge pas à la règle : mettre un livre en film implique des coupes franches).

Le style de Grangé nécessite une période d'adaptation : il associe des épithètes improbables, voire à contre-sens, à ses mots (je n'ai pas d'exemple en tête) ; et il aime visiblement suggérer au lecteur des scènes de sévices assez éloquentes...

Mais à côté de ces deux points négatifs (pour moi), il faut reconnaître que l'intrigue est bien fouillée (j'aime ça), que le suspense tient en haleine jusqu'au bout (fin bien différente de celle du film, au passage), et que malgré son style, il me plongeait bien dans l'ambiance. Je regrette un peu le fin mot de l'histoire pas tout à fait crédible, mais dans l'ensemble, j'ai bien aimé.


J'ai commencé un Grisham, 'L'Associé'. J'avais lu 'Non Coupable' que je n'avais pas aimé, mais il paraît que celui-là est bien mieux...


Titre: Re : Re : Votre livre de chevet
Posté par: Lord Skeletor le 21Avril, 2008, 20:03:57
mettre un livre en film implique des coupes franches).

Exception notable : "A Scanner Darkly" de Philippe K. Dick. J'ai vu le film après avoir lu le livre, et je crois bien que tout y est...


Titre: Re : Votre livre de chevet
Posté par: Xaramis le 21Avril, 2008, 20:28:13
Autres exceptions : Le crabe tambour et La 317ème section. Deux romans et deux films de Pierre Schoendoerffer. Est-ce plus facile d'adapter ses propres romans au cinéma que ceux des autres ?


Titre: Re : Re : Votre livre de chevet
Posté par: Puck le 22Avril, 2008, 10:55:51
Autres exceptions : Le crabe tambour et La 317ème section. Deux romans et deux films de Pierre Schoendoerffer. Est-ce plus facile d'adapter ses propres romans au cinéma que ceux des autres ?

J'avais vu le crabe tambour il y a quelques années....qu'est ce que c'était glauque comme film.... :o


Titre: Re : Votre livre de chevet
Posté par: Octave le 22Avril, 2008, 11:27:06
J'ai commencé Le livre à venir de Maurice Blanchot. Il y développe des réflexions très intéressantes sur la littérature, l'écriture. Je pense enchainer sur De Kafka à Kafka du même auteur, cela s'ajoutera aux autres essais non kafkologues que j'ai pu lire (de Bataille, de Kundera).


Titre: Re : Votre livre de chevet
Posté par: Loris le 22Avril, 2008, 16:19:33
Ce matin dans le trom' j'ai fini :
(http://www.librairie-quilombo.org/IMG/arton2022.gif)

Ben c'est plutôt pas mal. Bon, il y a une certaine récurrence de contenu avec ses autres livres, mais ça ne fait surtout que dénoter une constance. Ca se lit vite et c'est toujours bien écrit et assez punchy. J'ai bien aimé.
Loris.


Titre: Re : Re : Votre livre de chevet
Posté par: Kazanoff le 22Avril, 2008, 17:05:30
Autres exceptions : Le crabe tambour et La 317ème section. Deux romans et deux films de Pierre Schoendoerffer. Est-ce plus facile d'adapter ses propres romans au cinéma que ceux des autres ?

Le Tambour, ce n'est pas le roman de Günter Grass au départ?


Titre: Re : Re : Re : Votre livre de chevet
Posté par: Loris le 22Avril, 2008, 17:08:58
mettre un livre en film implique des coupes franches).

Exception notable : "A Scanner Darkly" de Philippe K. Dick. J'ai vu le film après avoir lu le livre, et je crois bien que tout y est...

Pareil pour Fight Club, à une mini scène (annexe) près.
Pareil pour Orange Mécanique, à l'exception du chapitre qui n'a été rajouté que bien après le film (rédemption d'Alex).
Pour Full Metal Jacket, l'adaptation est excellente, même s'il manque la mort de Rafterman.

Loris.


Titre: Re : Votre livre de chevet
Posté par: cavaillon le 23Avril, 2008, 20:54:22
Tiens, un détail "marrant" (rire jaune) dans 'Les Rivières Pourpres'. Au début de l'enquête, Niémans interroge le recteur de l'université.

"Je pense par exemple aux jeux de rôles. Vous savez, ces jeux pleins de cérémonies, de rituels...
- Non. il n'y a pas de ça chez nous. Nos étudiants ont l'esprit clair.
"

Blam : deux lignes, deux idées reçues !


Titre: Re : Votre livre de chevet
Posté par: Macbesse le 23Avril, 2008, 23:35:57
Je sors de la lecture de Fleur Noire, de Kim Young-Ha, qui conte le destin d'un bon millier de migrants coréens venus s'installer au Mexique alors que leur pays agonisait lentement sous la pression japonaise, en 1905. Leurs espoirs sont rapidement déçus : ils ont en fait signés un contrat de travail forcé de quatre ans et sont en pratique les esclaves des propriétaires. Le roman entrelace avec virtuosité le récit d'une douzaine de destins individuels : un orphelin, un prêtre défroqué, un chaman qui tente de se fuir, un voleur, un ennuque, deux militaires, des cousins de la famille impériale, un homme d'affaires ruiné...

Plus que la vision de Coréens s'écorchant les mains dans les chants d'agape du Mexique, c'est la peinture des bouleversements sociaux qui m'a marqué. Très vite, dans le bateau, avec la promiscuité, ce petit monde se recompose, et le contact des haciendas change profondément tous ces êtres. Certaines trajectoires (le roman est inspiré de faits réels) prennent plusieurs fois d'impressionants virages à 180°, c'en est fascinant. Point d'orgue du roman, quarante d'entre eux vont fonder un état coréen sur le site maya de Tikkal. C'est le répit armé (le balcon en forêt ?), rapidement balayé.

L'écriture évite tant l'écueil du pittoresque présent dans tant de romans historiques que celui de l'érotisme bon marché décliné à longueur de page. Il lui substitue un érotisme cru et fugace qui dessine de minces éclaircies dans ce monde brutal. Alors que le livre est écrit avec une certaine tendresse, il évite également l'écueil de la complaisance envers les personnages. Ce livre n'a pas de héros, juste des protagonistes qui tentent de s'en sortir et parfois de garder la tête droite.


Titre: Vos livres de chevet : Chollet, une daube, Volodine, l'Autriche, Cadiot
Posté par: Toucan le 05Mai, 2008, 13:24:02
Je suis à la moitié de Storytelling : la machine à fabriquer des histoires et formater les esprits

Dans le même ordre d'idées, je conseille un chapitre de

Rêves de droite, défaire l'imaginaire sarkozyste, de Mona Chollet (lisible en lyber (http://www.editions-zones.fr/spip.php?page=lyberplayer&id_article=59))

Le chapitre Les maîtres du discours est intéressant, il démonte de manière convaincante ce qu'on appelle le storytelling : à partir, entre autres (comme Serge Halimi ou Christopher Lasch (http://fr.wikipedia.org/wiki/Christopher_Lasch)), d'une analyse faite par Christian Salmon en 1999, Le tombeau de la fiction (http://www.peripheries.net/article244.html), l'affabulation tire sa force illocutoire d'un principe simple La réalité n’a aucune importance, il n’y a que la perception qui compte.



(http://ecx.images-amazon.com/images/I/51q3PO20rGL._SL500_AA240_.jpg)

La mécanique du cœur, de Mathias Malzieu. Une pommade pour lecteurs narcissiques, 17 € le tube.

Marketing récital navrant d'un amour impossible, aux métaphores creuses et poussives, à la pensée nulle (du Montesquieu de bazar pour principe, chaud/froid, homme/femme, un formalisme gothique qui se voudrait Burtonien), tout ça entre un CD de Dionysos et un film d'animation à venir dont les droits ont été achetés par Luc Besson.

L'argument du livre est c'est un enfant qui écrit donc c'est une écriture enfantine : "Conte désuéto-moderne mâtiné de western-spaghetti [...] une rugueuse force poétique où l'humour est toujours présent"; avantage incomparable ! Il permet de jouer sur deux tableaux de lecture - les profits de la régression puérile dans une main, ceux du dandysme dans l'autre - pour se permettre d'écrire "une réflexion très personnelle sur la passion amoureuse et le rejet de la différence".

Comble du plaisir des critiques à l'estomac, la bouillie du texte permet à chacun de briller pour trouver ce qu'il cherche - Métro et une puissance évocatrice à la Lewis Carrol, Ouest France et une très belle écriture, Glamour et un petit miracle littéraire...



(http://ecx.images-amazon.com/images/I/41B4GFBH0ZL._SL500_AA240_.jpg)

Des anges mineurs, d'Antoine Volodine.

Citation de: Antoine Volodine
J’appelle narrats des textes post-exotiques à cent pour cent, j’appelle narrats des instantanés romanesques qui fixent une situation, des émotions, un conflit vibrant entre mémoire et réalité, entre imaginaire et souvenir. (...) J’appelle ici narrats quarante-neuf images organisées sur quoi dans leur errance s’arrêtent mes gueux et mes animaux préférés, ainsi que quelques vieilles immortelles. (...) J’appelle narrats de brèves pièces musicales dont la musique est la principale raison d’être, mais aussi où ceux que j’aime peuvent se reposer un instant, avant de reprendre leur progression vers le rien.

"Des anges mineurs" annonce la disparition de l'homme de la surface de la planète. Mais que l'on ne s'égare pas. Il n'est pas question ici de millénarisme, de prophéties, encore moins de comète ou d'éclipse. Cette disparition n'est pas l'Apocalypse avec ses effets spécieux théologiques et son cortège de cavaliers, d'Antéchrist et de bêtes aux sept têtes. Chez Antoine Volodine, l'humanité s'éteint sans tragédie et fait une sortie en beauté ... "Des anges mineurs" est un livre magique dont la force est d'envoûter au vrai sens du mot le lecteur, de l'amener lui aussi par des opérations chamaniques à vivre ses derniers jours, à plonger dans ce monde en apnée, jusqu'à détenir le mot de la fin en demandant à l'auteur... "Et de nous deux, vous êtes lequel ?" (France Inter)

49 narrats, 49 images, certaines sont liées à d'autres par le rêve, la mémoire, un moment de vie partagé, une émotion, tous les narrats rencontrent forcément un autre narrat mais il n'y a pas de résolution, pas d'échappatoire transcendantale, pas de réunion ou d'égrégore. C'est un lent crépuscule, le récit décousu entre plusieurs époques de la fin de l'humanité, en silence.

A déconseiller aux amateurs d'ordre.
A recommander aux lecteurs qui aiment être égarés en douceur dans l'entre-deux.



(http://ecx.images-amazon.com/images/I/51K06MPZPSL._SL500_AA240_.jpg)

Bardo Or Not Bardo, d'Alexandre Volodine
Citation de: Antoine Volodine
près son décès, chacun de nous commence à marcher dans un espace intermédiaire, le Bardo. La traversée dure quarante-neuf jours. Elle est pénible. Il est d'usage qu'un lama lise le Bardo Thödol, le Livre des morts tibétain, pour guider le défunt sur le chemin de la renaissance. Mais que se passe-t-il lorsque le mort n'écoute pas, désobéit ? Ou lorsque le séjour dans le Bardo lui plaît au point qu'il ne veuille plus en sortir? Ou lorsque le lama, au lieu du texte sacré, se met à déclamer des recettes de cuisine ? Que se passe-t-il quand aux mystiques se mêlent les fous, les révolutionnaires ratés, les imbéciles et les sous-hommes ? L'écrivain et acteur Bogdan Schlumm tente de répondre à ces questions...

49 jours (donc 49 Anges mineurs !) pendant lesquels l'esprit humain doit idéalement se détacher de l'illusion de l'existence, se dissoudre dans la Clarté... ou bien errer jusqu'au moment où il sera aspiré par une matrice et là, va pour la loterie de la réincarnation (singe ? araignée ? humain ?). Un révolutionnaire égalitariste abattu par mégarde, un lama diarrhéique, un clown pas drôle, un mort qui veut s'installer dans le Bardo. Le Bardo, on y croise des morts qui veulent y rester et installer une ville, des journalistes qui couvrent l'événement de la réincarnation, des chercheurs qui ont raté l'essentiel. C'est drôle, souvent absurde, le déroulement du temps est jubilatoire et les humains n'en ont plus que le nom.

A déconseiller aux militants de la réincarnation, de la métempsycose ou de l'eschatologie.
A conseiller aux déroutés, aux égarés et aux amateurs de pas de côté.



(http://ecx.images-amazon.com/images/I/41ZASDHFP7L._SL500_AA240_.jpg)

Les exclus, d'Elfriede Jelinek
Citation de: Elfriede Jelinek
Comment trois lycéens plutôt doués et un jeune ouvrier ambitieux en viennent-ils à molester les passants pour les voler. Comment Rainer, le plus brillant, l'idéologue de la bande finira-t-il par assassiner toute sa famille. Avec une froideur qui renchérit sur celle de ses jeunes héros et une distance ironique qui reconstruit l'insoutenable, Elfriede Jelinek dénonce une nouvelle fois la difficulté de vivre sans étouffer dans l'Autriche d'après-guerre. A la détermination d'une société pressée d'oublier le passé et à qui la réussite sociale tient lieu de valeur suprême répondent le dégoût et la haine des quatre adolescents. Inspiré par un fait divers qui épouvanta Vienne, ce roman semble prémonitoire si l'on pense à plusieurs affaires récentes aussi douloureuses qu'inexplicables.

Contrepoint parfait de Georges, le bonus pater familias (bon père de famille) de Funny Games US (http://couroberon.com/Salon/index.php/topic,992.0.html), aucun désir de "comprendre", euphémisme de l'injonction de "la volonté de savoir". L'écriture de Jelinek rend très bien ce qu'elle appelle le langage "d'occasion" : comme les propos n'appartiennent pas aux personnages qui les énoncent, on glisse facilement et insensiblement du point de vue d'untel à celui de tel autre... La solitude de chacun est provoquée par des événements qui ne peuvent qu'échapper à la conscience : l'échappatoire de la violence est presque nulle, au sens d'un non-acte, d'une frustration vaine.

Cet insoutenable langage de l'impuissance puise sa force dans la méconnaissance du prolongement du fascisme par d'autres moyens. Parce qu'ils ne veulent pas savoir et, ce faisant, ne peuvent pas savoir, les personnages du roman sont implacablement destinés à être quelque part une image déformée de ce qu'est Hans : des machines privées d'esprit qui tuent l'esprit chez les autres.



(http://ecx.images-amazon.com/images/I/31850KWV1TL._SL500_AA240_.jpg)

Oui, de Thomas Bernhard
Citation de: Thomas Bernhard
Comme l'agent immobilier Moritz, nous sommes, dès les premiers mots, agressés sans ménagement par un narrateur véhément, qui ne nous lâchera pas avant de nous avoir dit tout ce qu'il a sur le cœur. Dès la première phrase, une interminable tirade hérissée de conjonctions qui se bousculent et d'incidentes emboîtées les unes dans les autres, tout est joué : ou bien nous lâchons prise, ou bien nous reprenons notre élan et nous ne pouvons plus nous arrêter avant la fin. Tout, alors, s'éclaire très vite : nous saurons tout sur Moritz et sa famille, sur les Suisses, nous saurons tout sur le narrateur et nous en saurons encore bien plus sur notre compte. Car plus il accumule à plaisir les détails sur son mal, plus sa voix furieuse devient universelle.

Une longue première phrase (presque deux pages) puis un roman sans interruption. Le narrateur, illustration du masculin autrichien, énonce ses propos sur le ton de l'évidence et ne lâche à aucun moment son amour du destin, son besoin de la nécessité, laquelle nourrit et renforce son apathie. Le monde entier semble voué à n'être là que pour lui permettre de parler sans fin, de geindre et de naviguer avec adresse entre la dépression totale de sa personnalité et l'onirisme. Homme privé de temps dont le portrait dressé par Bernhard est magnifique d'actualité : entre démission et déraison, la voix que l'homme laisse entendre au lecteur est celle d'un mort.



(http://ecx.images-amazon.com/images/I/31TR94S44JL._SL500_AA240_.jpg)

Futur, ancien, fugitif d'Olivier Cadiot

Citation de: P.O.L.
Rapide, rigoureux, imprévisible et implacable, irrésistiblement drôle et cependant inquiétant, moderne : ce livre contient la liste complète de ce qu’il faut faire en cas d’exil. Des conseils précis pour la fabrication d’objets simples à réaliser soi-même. Une rétrospective des choses qui ont eu lieu. Un manuel raisonné d’exercices poétiques. Un mémento des manières de table et des usages en général. Une réhabilitation de la mémoire cachée. Des descriptions de vies quotidiennes différentes. Une analyse des choses qui risquent de recommencer. Une technique d’observation des individus que vous connaissez. Un concentré des sensations individuelles et leur explication. Une méthode de dialogue à une voix. Un plan de visite de la nature.

Trois temps : le passé, le présent et l'à-venir. Un seul personnage, lecteur à haute voix habité de vies éparpillées. Un lieu sans importance. Si vous ne connaissez pas Olivier Cadiot, prenez le temps de le découvrir. Si vous êtes amateurs de Ponge ou d'Artaud, Cadiot a ses chances avec vous... L'ensemble du roman (ou du poème) se passe dans l'esprit d'un seul. Souvent absent, il délire, énumère les choses connues (l'art de bien se tenir à table, la rhétorique...), lit des lettres qui ne lui étaient pas destinées, semble ne pas pouvoir demeurer dans le réel plus d'un demi-paragraphe. On le suit, il va vite, il est fulgurant, il ne sombre jamais et une folie douce aidant, il pourrait se soulever de terre en se tirant par les cheveux...

Si quelques pages sont nécessaires à mise en selle, une fois installé, on suit le narrateur dans son esprit nuageux où les cristaux s'agrègent et se désagrègent à volonté, où des marches insensées sont posées pour gravir une montagne qui n'existe pas. L'essentiel est d'avancer, de fonctionner, d'être en prise. Les pages aidant, on apprend à reconnaître les fils de pensées qui voyagent, se croisent ou se perdent : si les associations d'idées à la façon de Woolf ou de Joyce vous plaisent, venez découvrir un contemporain sous acide.

Olivier Cadiot en lecture publique de Un nid pour quoi faire, la vidéo intégrale est ici (http://www.t-pas-net.com/libr-critique/?p=731)


Titre: Re : Votre livre de chevet
Posté par: cavaillon le 14Mai, 2008, 22:29:11
J'ai terminé 'L'Associé' de John Grisham.

Effectivement, c'est mieux que 'Non Coupable'.

Patrick Lanigan, associé dans un cabinet d'avocats, a disparu il y a quatre ans après avoir simulé sa mort et détourné 90 millions de dollars. Au début de l'histoire, il est rattrapé par les propriétaires de l'argent, puis par le F.B.I.

Inculpé de plusieurs chefs d'accusation, il va se blanchir et recouvrer sa liberté, en toute légalité, car il avait tout prévu.

Le livre se laisse lire, rapidement, sans être un chef d'oeuvre. Aimant les rebondissements, je vais quand même regretter le tout dernier, car il me paraît par trop artificiel. Il aurait pu se passer en tout début de roman, on a vraiment l'impression que l'auteur voulait en caser un sur la fin... Du coup, il tombe à plat...
Dommage.

Bon, je fais une pause dans ma période polar et j'ai entamé un Pierre Montagnon. Je pense qu'aujourd'hui, avec nos censeurs politiquement corrects, il ne trouverait pas d'éditeur, ne serait-ce que par son titre : 'La France coloniale - La Gloire de l'Empire -Du temps des croisades à la seconde guerre mondiale'. Sur les quatre premiers chapitres, Pierre Montagnon est fort impartial, relate uniquement les faits, et les idéaux qui les sous-tendaient. Je parlerai de la suite plus en détail quand j'aurai terminé...


Titre: Psychatrie de l'adulte
Posté par: cccp le 31Mai, 2008, 14:24:47
Depuis quelques semaines, j'ai piqué (avec son accord), psychatrie de l'adulte, un livre de cours pour étudiants en deuxième cycle de médecine.
N'ayant pas fais le premier cycle de médecine, il y a certains détails qui m'échappent, et pas que des détails d'ailleurs. Mais bon le sujet m'intéressant, ça permet de se faire une certains culture du sujet


Titre: Re : Votre livre de chevet
Posté par: Octave le 31Mai, 2008, 14:47:40
Je profite de mes vacances pour terminer l'oeuvre de Kundera, plus que l'Immortalité et c'en sera fait.

L'ignorance était un roman court vraiment intéressant sur le sort des immigrés, Kundera sait bien se concentrer sur les rapports que ses personnages entretiennent avec leur vie et le décalage produit entre celle-ci et la vision qu'en ont les autres.
L'identité est probablement son roman court du cycle français que j'ai préféré. Par une suite d'interprétations, de sur interprétations, de mésinterprétations de l'autre les personnages plongent dans l'irréalité la plus complète.
Les autres romans sont également très bien, j'ai particulièrement aimé "La vie est ailleurs" qui retrace la vie d'un petit poète dans la République Tchèque communiste

Prochaine lecture, "Moïra" de Julien Green qu'on m'a conseillé.


Titre: Re : Votre livre de chevet
Posté par: Loris le 31Mai, 2008, 14:52:41
J'ai fini le dernier Pratchett d'Atalante, "Timbré!".
Un excellent roman sur la poste, le commerce, l'escroquerie, l'estime de soi, le travail et la finance.

Deux perles :
"Mais qui mettrait un malfaiteur notoire à la tête d'une institution gouvernementale ? Mis à part l'électeur moyen ?"
"Ils avaient sauvé la cité avec de l'or plus facilement, en l'occurence, qu'un héros avec de l'acier. Mais il ne s'agissait pas exactement d'or, ni même d'une promesse d'or, mais plutôt d'un or imaginaire, du rêve féérique que l'or est là, au pied de l'arc-en-ciel, et qu'il y restera à jamais, pourvu, bien entendu, qu'on n'aille pas vérifier. C'est ce qu'on appelle la finance."

Je suis en train de finir :
"Gonzo papers vol.4 : Better Than Sex, Confessions of a political junkie" de Hunter S. Thompson
Les livres de HST sont excellents. Drôles, délirants, et finalement pas si délirants en matière d'analyse politique de la campagne électorale de '92 (Clinton vs Bush père). Il a un style unique, à mi-chemin entre le sarcasme, le cynisme, la violence verbale, le délire hallucinogène et l'analyse politique standard. Un pionnier aussi, finalement, du storytelling, mais à sa manière si particulière.
La lecture de ses livres en devient assez jouissive et je l'ai lu avec un grand sourire sur mon visage, quand il utilise des métaphores que personne d'autre n'oserait.
Si vous aimez la BD Transmetropolitan, venez donc lire l'original...
(J'ai aussi Kingdom of Fear, du même. Il est à noter que les livres de HST qui sont traduits sont peu nombreux et sont ses romans, pas ses délires politiques qui sont pourtant bien meilleurs mais parlent difficilement au public américain. Je cherche "Fear and loathing on the campaign trail '72", si vous l'avez à vil prix).

Je suis aussi en train de finir :
"Terry Pratchett's Guards ! Guards ! : The Play", que j'ai acheté pour trois raisons :
1/ relire cette excellente histoire même si en un format simplifié
2/ découvrir comment on peut faire une adaptation au théâtre de Pratchett
3/ voir si le montage de la pièce, en amateur, avec des potes et pour le fun serait faisable.

Les points 1 et 2 sont très agréable. L'histoire est toujours aussi bien, toujours aussi drôle et fine. L'adaptation au théâtre à petit moyens est très bien vue. Par contre, le projet, je ne me vois pas le monter : beaucoup de personnages, besoin de moyens, projet de longue haleine.
Une bonne lecture. Je pense que je chercherai les autres adaptations (y'en a au bas mot une trouzaine).

Loris.


Titre: Re : Votre livre de chevet
Posté par: Usher le 14Juillet, 2008, 13:52:27
A lire d'urgence : La route, de Cormac Mac Carthy, aux Editions de l'Olivier (traduction de François Hirsch).

C'est un roman post-apocalyptique qui est à la fois de la pure SF et de la littérature blanche. C'est un roman très littéraire, écrit cependant avec une grande simplicité qui le rend tout public. Le sujet est dépouillé, mais immédiatement parlant : dans une Amérique post-apocalyptique, un homme et son fils prennent la route pour gagner le bord de l'océan, à des centaines de kilomètres, car ils savent qu'ils ne survivront pas à un nouvel hiver à l'intérieur des terres.

La cadre est vraiment post-apocalyptique : villes fantômes, campagnes brûlées, ciel de cendre. Les animaux ont fui, la végétation est morte, il n'y a plus de société, de morale, de culture. Les gens sont morts par millions, les cadavres sont partout, dans les maisons, dans le macadam fondu des routes, entassés dans les bennes de camions qui rouillent sur les ponts. Le monde est déserté, surtout ; il est froid, quasiment mort ; et les rares survivants ont sombré dans une sauvagerie que l'on devine par fragments, et qui pousse l'abomination jusqu'à l'indicible.

L'homme et son fils ont un caddie, un revolver qui ne contient que trois balles, leur amour, et la détermination tacite de ne jamais toucher à de la viande humaine. Le roman est le récit de leur voyage, dans un monde sombre, très vide, dévasté. C'est une longue errance sur une planète transformée en nécropole, un mauvais rêve de survivaliste traversé de lyrisme. La narration est lente, envoûtante, menant pas à pas vers un dénouement inévitable.

Ne passez pas à côté de ce bouquin !

Usher


Titre: Re : Votre livre de chevet
Posté par: Usher le 01Août, 2008, 15:25:55
Je viens de terminer la lecture d' Un visage pour l'éternité (Till We Have Faces) de C.S. Lewis. Bien que je demeure partagé sur le message porté par le livre, c'est un grand roman, incontestablement, dont on sort remué.

Qu'est-ce que je n'aurais pas donné pour assister à certaines séances des Inklings !

Comme je ne veux pas déflorer le sujet, je me garderai bien de vous donner ici les clefs du livre. Et à ce sujet, j'invite instamment les lecteurs à ne surtout pas jeter un œil à l'avant-propos d'Irène Fernandez ou à la brève note de C. S. Lewis avant d'entrer dans le récit.

La narratrice est Orual, princesse du royaume de Glome. Glome est un tout petit royaume barbare, situé dans un pays imprécis, sans doute au nord de la Thrace ou à la limite des steppes scythiques. Le père d'Orual, le roi de Glome, a trois filles : Orual, l'aînée, qui se démarque par sa laideur et son intelligence ; Redival, la cadette, jolie et écervelée ; et leur benjamine et demi-sœur, Istria, d'une beauté stupéfiante. Orphelines de leurs mères, les trois princesses sont un peu livrées à elles-mêmes, car le roi désire ardemment un fils. Pour se préparer à la venue d'un héritier, le roi a acheté un esclave grec, surnommé Le Renard, dont il fera le précepteur du futur prince. En attendant, le roi a demandé au Renard d'instruire ses filles "pour se faire la main". C'est ainsi que la narratrice apprend à lire et à écrire le grec, et se familiarise avec le rationalisme platonicien, dans un monde barbare, où son propre père n'est qu'une brute égoïste et finaude.

Or les catastrophes s'accumulent sur le royaume de Glome : mauvaises récoltes, fièvres, disette, conflits avec les roitelets voisins. Le peuple gronde, d'autant qu'avec toutes ses difficultés, le roi ne parvient pas à retrouver une épouse et n'a toujours pas d'héritier mâle. Alors, dans un climat de sédition larvée, tombe l'oracle du prêtre d'Ungit, la déesse locale. Il y a un maudit dans le royaume, et il faut sacrifier le maudit. Ce maudit, c'est Istria, la plus jeune et la plus belle des filles du roi : sur la Montagne Grise, la demeure du Dieu, il faut l'abandonner enchaînée à l'Arbre Sacré, pour qu'elle soit dévorée par l'Ombre de la Bête. Tout le monde se soumet à l'oracle, y compris la victime ; tout le monde sauf Orual, qui aime sa sœur et lutte de toutes ses forces contre un sacrifice qu'elle juge imbécile. Mais Orual n'est qu'une jeune fille laide dans un monde brutal et patriarcal : battue par son père, elle ne peut rien pour sauver sa sœur. Alors qu'Orual lutte contre la fièvre provoquée par les blessures que son père lui a infligées, Istria est menée en grande pompe à l'Arbre Sacré et vouée au Dieu.

Le livre raconte alors la révolte d'Orual contre les dieux, et l'étrange épreuve qui l'attend. Orual est une femme forte, intelligente, remplie de fiel contre son destin et celui de sa sœur. Elle réalisera l'improbable : elle deviendra reine et guerrière dans un monde encore primaire, à peine effleuré par une influence grecque dont elle reconnaît, par ailleurs, la misogynie. Mais là n'est pas le cœur de l'histoire : le fond du récit, c'est le trajet intérieur d'une femme qui se révolte contre la religion et contre le pouvoir des dieux, tout en devant pactiser avec eux pour asseoir son pouvoir. Par bien des aspects, ce roman myth(olog)ique est le récit introspectif d'une existence ravagée par un conflit spirituel. Ce qui est frappant, c'est à la fois l'absence de manichéisme du récit, la peinture du conflit entre la raison et la foi, et l'exploration du fonctionnement des mécanismes de la croyance.

C'est à la fois un livre exigeant et captivant. Orienté, aussi, mais la prise de position n'apparaît que dans les toutes dernières pages…

Usher


Titre: Re : Votre livre de chevet
Posté par: Usher le 20Août, 2008, 16:17:24
Je suis en train de lire Waterloo, d'Alessandro Barbero (Champs Histoire), et c'est un vrai régal.

Barbero est cet universitaire et romancier italien qui a écrit Le jour des barbares, sur la bataille d'Andrinople, dont Cuchulain avait parlé par ici (http://couroberon.com/Salon/index.php/topic,692.0.html). Je ne suis pas un grand fanatique de l'Empereur (même si j'ai lu quelques unes de ses biographies, dont le remarquable Napoléon de Jacques Bainville), mais j'avais bien apprécié Le jour des barbares, et c'est en faisant confiance à Barbero que j'ai acheté ce nouveau bouquin. Quelle heureuse initiative !

Le livre porte bien son titre : à part un prologue de cinq pages sur l'aventure des cent jours, le reste des 488 pages sont consacrées à la seule bataille de Waterloo. La première partie s'ouvre sur la soirée du 17 juin 1815, quand les avant-gardes françaises rattrapent l'armée alliée de Wellington au sud de Waterloo, à la veille de la bataille décisive. Barbero réussit la gageure d'être à la fois d'une très grande clarté pédagogique (j'ai appris une foule de choses sur la composition sociale des différentes armées, leur équipement, leur coût, leurs tactiques, leurs formations) et de camper la situation de façon frappante, presque romanesque, en exploitant les nombreux volumes de correspondance qui ont été publiés un peu partout et qui rapportent les témoignages des survivants de la bataille.

Et ce qui en ressort, c'est un gigantesque bordel.

Pas tout à fait une belle bataille bien organisée, avec des formations impressionnantes, des uniformes rutilants, des charges comme à la parade, de l'héroïsme patriotique ou des grands sentiments… Waterloo, c'est surtout un énorme foutoir, un bourbier gluant, une accumulation d'erreurs et de négligences (surtout chez les Anglais, qui gagneront la bataille), une tuerie effrayante parsemée d'épisodes comiques. J'y retrouve à la puissance napoléonienne le grotesque joyeusement tragique des batailles des guerres de religion.

Quelques exemples pittoresques.

Le duc de Wellington, qui remportera la bataille, écrivait : "Dans l'armée anglaise, personne ne lit jamais un règlement ou un ordre, sinon à la manière d'un roman amusant." Il en eut l'exemple à Waterloo avec sa propre artillerie : il avait donné l'ordre à ses canons de concentrer leur tir sur l'infanterie française ; mais Napoléon, lui-même vieil artilleur, savait que l'habitude était de répondre aux batteries ennemies quand une batterie se retrouvait bombardée. Il ordonna donc à son artillerie de pilonner celle des alliés, et aussi sec, les 9/10° de l'artillerie anglaise oublièrent les ordres de leur général pour répliquer aux canons français. Wellington était vert de rage : son artillerie se trouvait mieux contrôlée par Napoléon que par lui-même. Du coup, il ordonna de mettre aux arrêts le premier officier d'artillerie qui se présenterait à son Etat Major : il se trouva que c'était le seul commandant qui avait continué à canonner l'infanterie française…

Une des positions que devait défendre l'armée anglaise était la ferme de la Haye-Sainte, qui par chance était encerclée par un mur et bénéficiait d'un portail, fermant juste en face des positions françaises. Mais comme il avait plu à verse pendant la nuit, les soldats avaient cherché du bois… et n'avaient rien trouvé de mieux à faire que de démolir et brûler leur propre portail. Au matin, les officiers anglais furent assez contrariés de découvrir que leurs propres troupes avaient déjà fait le travail des sapeurs français.

Du reste, toutes ces armées étaient dans un état de crasse inimaginable - l'essentiel de l'infanterie attendait couchée dans la boue l'ordre de monter au feu, pour essayer d'échapper au duel d'artillerie. La nuit, pour dormir en plein champ en essayant de résister à la pluie, les vétérans avaient trempé leurs couvertures dans la boue pour… les imperméabiliser, tandis que les jeunes recrues pataugeaient debout, glacées et ankylosées. Le capitaine de fusiliers Kincaid avait été si trempé que son sabre avait rouillé dans son fourreau : quand ses hommes se firent charger par les cuirassiers du colonel Crabbé, il fut incapable de dégainer sa lame… Quand aux fantassins français de la division d'Erlon, ils attaquèrent dans un tel bourbier que leurs guêtres se rompaient, la boue envahissait leurs souliers et les leur arrachait, tant et si bien que beaucoup arrivèrent pieds nus au feu.

Là-dessus, ajoutez des tas d'incidents cocasses : le duc de Wellington se faisant tirer dessus par certains de ses soldats en train de se débander ; le cuirassier français égaré qui chargea tout seul une brigade anglaise  ; le général de division Thomas Picton, qui, à peine abattu d'une balle dans la tête, se fit délester de sa bourse et de ses lunettes par un de ses soldats ; le commandant de brigade sir William Ponsonby qui, juste avant de lancer la charge de cavalerie qui allait sauver l'armée anglaise, était surtout préoccupé d'exposer son beau cheval de bataille au feu ennemi et le remplaça par la rosse que montait son domestique, rosse qui, bien sûr, s'effraya du premier boulet de canon et entraîna loin du combat l'officier menant la contre-attaque anglaise…

Une lecture abominable, mais franchement réjouissante !

Usher


Titre: Re : Votre livre de chevet
Posté par: Usher le 24Août, 2008, 16:18:10
Je reviens sur le Waterloo de Barberi, que je viens de terminer.

J'avais fini mon poste précédent en évoquant une lecture abominable, mais franchement réjouissante. En refermant le livre, j'en retiens surtout le caractère abominable. Waterloo fut une boucherie qui dépasse l'imagination, et je sors de ce livre un peu sonné. Au soir de la bataille, le duc de Wellington mangea à l'auberge de Waterloo, dans la même salle où il avait dîné avec son état-major la veille. A l'exception d'un général envoyé du roi d'Espagne, Wellington était seul : tous ses aides étaient morts ou grièvement blessés. Wellington était un homme froid, à qui son armée reprocha d'ailleurs le compte-rendu dépassionné de la bataille qu'il adressa à la couronne et qui fut publié dans le Times. Mais à minuit, le 18 juin 1815, il pleurait alors que son médecin personnel lui dressait une première liste des pertes.

Reste que le livre de Barberi est une extraordinaire synthèse de la bataille, composé avec une clarté remarquable, malgré la documentation pléthorique et parfois contradictoire que l'auteur a exploité. Pour quelqu'un qui lit le livre jusqu'au bout, malgré la neutralité de l'auteur, et parfois même son humour (ou celui des témoignages), c'est aussi un terrible réquisitoire contre la guerre.

Usher


Titre: Re : Re : Votre livre de chevet
Posté par: Borghild le 24Août, 2008, 19:13:12
Et ce qui en ressort, c'est un gigantesque bordel.

"Il n'y comprenait rien du tout" S.  ;)


Titre: Re : Re : Re : Votre livre de chevet
Posté par: Usher le 24Août, 2008, 20:39:37
Et ce qui en ressort, c'est un gigantesque bordel.

"Il n'y comprenait rien du tout" S.  ;)

A la fin du livre, Barberi revient sur le roman de Stendhal et sur le regard de Fabrice, qu'il compare à celui de jeunes officiers ayant participé à la bataille. En fait, la tuerie fut telle et la bataille fut si confuse que beaucoup de survivants anglais ne pensaient même pas avoir remporté une victoire déterminante sur Napoléon. Il faut dire que le bordel fut vraiment complet : au sein de l'armée anglaise, il y avait des régiments belges qui portaient encore l'uniforme français et qui se firent tirer dessus à plusieurs reprises par les régiments anglais ; l'infanterie anglaise, quand elle se rendit compte que sa cavalerie n'osait plus charger les cuirassiers de Ney, ouvrit aussi le feu contre elle ; enfin, quand l'armée prussienne fit sa jonction avec l'armée de Wellington, Prussiens et Anglais se tirèrent dessus quasiment sur toutes les zones de contact, aussi bien au fusil qu'au canon…

Imaginez-vous au milieu du carnage, et essayez d'y comprendre quelque chose !

Usher


Titre: Re : Votre livre de chevet
Posté par: Marcellus Lesendar le 25Août, 2008, 11:07:30
Le tao de pooh de Benjamin Hoff.

J'avais entendu parler de cette petite perle il y a quelques années, je m'étais alors promis d'essayer de l'acheter un jour pour la lire.
C'est fait!
C'est un pur moment de bonheur...
Pourquoi? Parce que, pauvre inculte que je suis, je n'arrivais pas à lire le Tao te king de lao tzeu (avis aux puristes orthographiez ça selon votre humeur). Là, les principes du tao sont expliqués par l'exemple, et quel exemple, celui de Winnie l'ourson. Par des extraits des livres de pooh, ou par des réflexions dignes de winnie ou ses amis, on va pouvoir comprendre mieux le Tao.
C'est tout simplement excellent! J'ai enfin pu donner sens à des passages que vraiment, avec toute la bonne volonté que je pouvais y mettre, je ne comprenais pas chez lao tseu. Là j'ai saisi le principe...

Bref, je le lis, et le relirai pour ensuite parcourir à nouveau le tao te king.
A lire si vous voulez comprendre quelque chose au Taoïsme tout en vous faisant plaisir... (Ouf, ça pique cette phrase, on dirait qu'j'ai pas tout compris^^)


Titre: Re : Votre livre de chevet
Posté par: cavaillon le 25Août, 2008, 22:50:14
'La France coloniale - La Gloire de l'Empire -Du temps des croisades à la seconde guerre mondiale'

Cela manque malheureusement de clarté et ne pique pas l'intérêt.
Montagnon relate les faits. Cela n'a pas la "vie" que d'autres auteurs ont su mettre dans leurs ouvrages. Ce livre est un livre d'histoire. Point.

Il a un gros défaut pour ceux qui ne sont pas déjà connaisseurs de l'histoire de la France métropolitaine : comme il est quasiment impossible de tout raconter de manière chronologique, Montagnon a choisi de séparer de manière territoriale. D'abord, les Amériques, et les Iles, puis l'Afrique et enfin l'Inde sous la monarchie.
Ensuite l'Indochine, puis retour en arrière pour l'Afrique, retour en arrière pour l'Indonésie et le Pacifique... Si l'on est pas calé en histoire de France, on finit par s'y perdre...

En ce qui me concerne je n'en ai retiré qu'un peu de vernis superficiel...

Par contre et cela change aussi bien des vieux bouquins exaltant l'humanisme des colons qui allaient apporter la civilisation aux sauvages, que des nouveaux qui s'auto-flagellent pour l'exploitation des peuples colonisés, Montagnon reste impartial, et relate les heures de gloire et les heures sombres des deux côtés.

Il ne cache pas que la France a colonisé pour accroître sa richesse (d'abord avec le marché triangulaire, puis avec les ressources naturelles et le commerce), mais il rappelle aussi qu'après la révolution, l'héritière des lumières a combattu avec acharnement les esclavagistes et les despotes de tout poil qui sévissaient dans les pays, surtout d'Afrique. Que certains peuples, en proie aux guerres tribales ont accueilli avec bonheur les Français qui ne sont jamais venu avec des phrases du type "un bon indien est un indien mort". Que les pays créés ont été forcés d'arrêter leurs luttes intestines, que les épidémies ont été endiguées, que les gens se sont enrichis du commerce avec la France (même si ce commerce était loin d'être équitable)...

Enfin, et le livre se termine sur cette note triste, qui éclaire un peu l'histoire récente, il explique pourquoi l'aventure coloniale s'est terminée dans le sang en Indochine et en Algérie.


Une suite a été écrite 'La France coloniale - Retour à l'Hexagone'. Je le lirai... plus tard...


Titre: Re : Votre livre de chevet
Posté par: Rom1 le 27Août, 2008, 15:47:09
Allez, je termine la Mort du Roi Tsongor et j'enchaine sur le 1er Alatriste. Il était temps !


Titre: Re : Re : Votre livre de chevet
Posté par: Xaramis le 27Août, 2008, 17:15:58
j'enchaine sur le 1er Alatriste.
J'espère qu'il te donnera envie de lire la suite.

Pour en discuter plus amplement quand tu l'auras lu, ou en cours de lecture, que ce soit en bien ou en mal, je t'invite dans l'espace de cape et d'épée (http://couroberon.com/Salon/index.php/topic,509.0.html) du forum.


Titre: Re : Votre livre de chevet
Posté par: Rom1 le 27Août, 2008, 20:23:21
No soucy.
Sachant que je ne suis pas un aussi grand littéraire que vous autres. (je complexe)


Titre: Re : Votre livre de chevet
Posté par: Xaramis le 27Août, 2008, 20:27:47
Venge-toi en parlant cinéma. ;)


Titre: Re : Votre livre de chevet
Posté par: Rom1 le 27Août, 2008, 21:03:05
Bah en cinéma comme en musique, tt le monde peut se proclamer expert.  :mrgreen:


Titre: Re : Votre livre de chevet
Posté par: cavaillon le 08Septembre, 2008, 23:01:51
J'ai terminé ''Une Peine d'Exception'' de Patricia Cornwell.

L'histoire commence par l'autopsie d'un condamné à mort qui revient de la chaise électrique pour un meurtre commis dix ans auparavant... Le même soir est découvert le corps d'un enfant atrocement mutilé dans des circonstances rappelant le meurtre d'il y a dix ans. Puis une femme ''suicidée par étranglement'' avec les empreintes du condamné...

Bof.

Je ne connaissais pas cet auteur, mais elle ne m'a pas convaincu. L'histoire manque de rythme, de rebondissement, de suspense. Les héros découvrent les indices, mais ils comblent les trous par leur seule imagination (et évidemment, ils ont bon). L'auteur est elle-même médecin légiste, et on devine qu'elle sait de quoi elle parle quand elle décrit une autopsie, mais elle devrait changer de conseiller informatique : ses histoires de piratage de P.C. n'ont aucun sens, même pour un non-connaisseur comme moi... Et quand le livre commence à montrer des signes d'intérêt, il se termine trop vite...

Probablement mon dernier Cornwell...


Titre: Re : Votre livre de chevet
Posté par: Marcellus Lesendar le 09Septembre, 2008, 22:46:05
Je viens de dévorer "Marionnettes Humaines" de Heinlein, le même qui a fait étoiles gardes à vous.
Bizarrement j'adore toujours autant cette auteur, il se dégage une vision de l'avenir qui me parle vraiment à chaque fois. Evidemment, il est de son époque, avec les visions et les idées de l'époque, mais sa vision de l'avenir colle avec la mienne.
Là on a l'histoire d'E.T. parasites qui arrivent aux états-unis, et qui contrôlent les humains en se collant sur leur dos. Les services secrets (encore plus secrets que les services secrets officiels), enquêtent. C'est au travers du "bras gauche" du "Patron" qu'on va vivre l'histoire de la résistance. C'est très prenant et fichtrement intéressant comme histoire, même si par moments il y a quelques raccourcis je trouve.

L'histoire de la lutte de l'humanité contre les E.T., une minorité de l'humanité résiste tandis que les autres sont pris, et que ceux qui sont dans le camp des résistants "obéissent et se soumettent" aux préconisation de l'état... Finalement qui vit mieux, les parasités ou les autres? Qui a la meilleur vie? Evidemment, l'auteur donne les réponses attendues, ou espérées, mais ça a le mérite de poser la question.
Certaines idées amenées font sourire, d'autres moins...

En tout cas, c'est, pour moi, dans la ligne directe des 1984, étoiles gardes à vous, et autres livres d'anticipation où la société est particulièrement plus décrite que le reste...

Il y a une adaptation cinématographique qui date de 95 que j'aimerais voir, "les maîtres du monde" de orme, j'sais pas ce que ça peut donner...


Titre: Re : Votre livre de chevet
Posté par: Alias le 13Septembre, 2008, 23:34:14
Ce n'est pas une énième variante de l'Invasion des Profanateurs?

(Bon, techniquement le contraire, mais on s'est compris.)


Titre: Re : Votre livre de chevet
Posté par: Marcellus Lesendar le 17Septembre, 2008, 09:44:58
Pour l'invasion des Profanateurs, ils en parlent sur la quatrième de couverture. Ne connaissant pas ce film, j'peux pas trop dire:)

Sinon, j'ai quasi fini Fahrenheit 451 de Bradbury, c'est affreux comme avec 1984, ils font penser à un futur proche.
Oui on peut penser qu'c'est exagérer, cependant, hier encore, en regardant le 20H de France2, j'ai été sidéré de voir qu'y a une présentation des gros titres, et qu'en plein milieu, il rappelle les gros titres à venir, pour finir par un rappel des gros titres tout court... Deux rappels, là où un seul suffit... Les pubs dans les séries télé, à 5 minutes de la fin... Barfgh, j'aime bien ces livres d'anticipation où vraiment après la lecture on se sent mal à l'aise...

Un livre vraiment sympa, que j'vais mettre à côté d'mon 1984, d'étoiles garde à vous et de mon Equilibrium...

Tout cas, l'histoire de ce pompier (ils brûlent les livres et les maisons qui les entourent, fini les pompiers qui éteignent les feux. Là ils sauvent les gens du mal que créé le livre), qui un jour se rend compte de l'ineptie de la vie, de ce qu'est devenu le monde, et qui va entrer en "résistance", j'aime beaucoup. L'idée de base est bien traitée, et de nombreux détails sur la vie quotidienne sont donnés. Ce sont ces détails qui effrayent. La télé sur tous les murs, avec un présentateur s'adressant directement au spectateur (il suffit d'enregistrer son nom dans la télé pour que le programme place son nom au bon moment), j'suis sûr que ça plaira lorsque ça existera. C'est peut-être une impression, mais j'vois souvent plus de gens critiquer avec enthousiasme un film qu'un livre.
M'enfin, c'est un très bon livre que j'termine là...

Pour attaquer le commando des immortels de Lambert!! (Trop hâte)


Titre: Re : Votre livre de chevet
Posté par: Rom1 le 17Septembre, 2008, 10:32:55
Citation
Un livre vraiment sympa, que j'vais mettre à côté d'mon 1984, d'étoiles garde à vous et de mon Equilibrium...


Case les Fils de l'Homme à côté de tt ça, aussi.

Clair que jamais les dystopie décrite par l'anticipation des années 60 / 70 n'a paru aussi proche, aussi réelle. C'est en effet effrayant.


Titre: Re : Votre livre de chevet
Posté par: Glorfindel le 20Septembre, 2008, 22:19:24
Je lis en ce moment le Livre du Coeur d'amour épris du Roi René de Provence. Une lecture passionnante qui me pousse à m'intéresser aux autres oeuvres de cet auteur, que je ne connaissais que par son livre du Devisement des tournois (qu'au demeurant je conseille à tous, tant pour la merveilleuse beauté de ses illustrations que pour sa valeur du document historique; du reste si vous voulez faire jouer un tournoi, c'est LE texte à lire).

Donc le Livre du Coeur d'amour épris est un récit allégorique qui emprunte aux codes du roman de chevalerie. Le Coeur, accompagné et stimulé par Désir, cherche à conquérir Douce Merci. Mais pour cela il devra endurer un long périple. Il traversera la Forêt de Longue attente, La Plaine d'Ennuyeuse Pensée, et devra affronter en chemin des adversaires aussi redoutable que Courroux, Souci, Refus et Danger. Heureusement, les gens du Dieu Amour, dont Espérance et Largesse, seront là pour lui prêter secours.

Le récit est donc rempli d'allégories, de personnification et de métaphores, telles de la navigation amoureuse. On a droit à de vrais morceaux de bravoure, comme dans cet Hôpital d'Amour où les amants célèbres de l'Histoire et de la littérature (Tristan, Lancelot, Jules César, Thésée, Achille, Charles d'Orléans...) ont laissé leurs armoiries, accompagné de vers. Car la forme entremèle la prose et différents vers (octosyllabes, décasyllabes, alexandrins). On gagne donc à lire le texte original, assez accessible à mon sens, mais les réfractaires pourront se reporter à la traduction en français moderne dans l'édition bilingue des Lettres gothiques.

Un dernier mot sur les illustrations: comme dans le livre du Devisement des tournois, elles sont à tomber pantois d'admiration. Bien que leur format minuscule dans l'édition des Lettres gothiques ne leur rende pas justice.

Je vous recommande très chaudement cet ouvrage.



Titre: Re : Votre livre de chevet
Posté par: Rom1 le 29Septembre, 2008, 11:05:50
Fini le premier Capitaine Alatriste.

J'ai bcp aimé  ! Ca se lit tt seul, j'ai d'ailleurs trouvé le style assez étrange (la façon dont l'auteur subjectif part en digressions qui finalement occupent plus de place que l'intrigue elle-même) mais au final plaisant car très immergeant.
Je vais me prendre les opus suivants sitôt que je passe chez mon libraire.


Titre: Re : Re : Votre livre de chevet
Posté par: Jeo le 29Septembre, 2008, 11:32:22
Fini le premier Capitaine Alatriste.

J'ai bcp aimé  ! Ca se lit tt seul, j'ai d'ailleurs trouvé le style assez étrange (la façon dont l'auteur subjectif part en digressions qui finalement occupent plus de place que l'intrigue elle-même) mais au final plaisant car très immergeant.
Je vais me prendre les opus suivants sitôt que je passe chez mon libraire.

Mais c'est justement ça qui est carrément génial !
 La manière dont a Inigo vieux de raconter un temps qu'il n'a pas connu est proprement hallucinant par moments. (quand il regrette le temps d'un roi qu'il n'a pas connu)


Titre: Re : Re : Votre livre de chevet
Posté par: Xaramis le 29Septembre, 2008, 13:42:13
Fini le premier Capitaine Alatriste.

J'ai bcp aimé  ! Ca se lit tt seul, j'ai d'ailleurs trouvé le style assez étrange (la façon dont l'auteur subjectif part en digressions qui finalement occupent plus de place que l'intrigue elle-même) mais au final plaisant car très immergeant.
Je vais me prendre les opus suivants sitôt que je passe chez mon libraire.
Je crois que tu poses le doigt exactement là où ça peut faire mal pour certains lecteurs de cette série : le voyage est finalement plus important que la destination elle-même. Les intrigues de chacun des romans sont parfois minces, ce qui peut agacer certains lecteurs. Tandis que ceux qui acceptent d'être pris par la main et invités à visiter temps et lieux, à croiser poètes et putes, seigneurs et assassins à solde, à siroter du vin ou à patauger dans les tranchées devant Breda, ceux-là, oui, pourront être conquis.

Je fais partie des amateurs de ce voyage par les chemins de traverse, mais je comprends que d'autres se sentent "baladés" au mauvaise sens du terme.
C'est pour ça que je dis de plus en plus souvent que la série du Capitan Alatriste n'est pas une série de cape et d'épée. En tout cas pas au sens où l'on entend généralement cette expression.


Titre: Re : Votre livre de chevet
Posté par: Ohtar Celebrin le 29Septembre, 2008, 14:21:26
J’ai lu les deux premiers opus de la série Alatriste… les divagations du narrateur, si elles m’ont surprise, ne m’ont que peu dérangé contrairement au fait qu’il rabâche sans cesse les quatre mêmes poètes.
Y faire référence une ou deux fois m’aurai paru tout à fait intéressant et opportun mais leurs noms reviennent de loin en loin come des faire-valoir historiques assez inutiles à mon goût.

Mais considéré dans son ensemble je trouve ces romans agréables à lire et la promenade fort plaisante ce qui m’incitera sous peu à prendre un troisième billet pour la grande Espagne d’Alatriste.


Titre: Re : Re : Votre livre de chevet
Posté par: Xaramis le 29Septembre, 2008, 17:47:44
J’ai lu les deux premiers opus de la série Alatriste… les divagations du narrateur, si elles m’ont surprise, ne m’ont que peu dérangé contrairement au fait qu’il rabâche sans cesse les quatre mêmes poètes.
Y faire référence une ou deux fois m’aurai paru tout à fait intéressant et opportun mais leurs noms reviennent de loin en loin comme des faire-valoir historiques assez inutiles à mon goût.
Ces auteurs-là sont des étoiles au firmament de la création littéraire de l'Espagne du Siècle d'Or. Certaines sont des étoiles montantes, d'autres des étoiles finissantes. Ils représentent des visions différentes, presque opposées, de ce que théâtre et poésie peuvent être, ou doivent être : le théâtre doit-il être un moyen d'éduquer le peuple, ou peut-il n'être qu'un divertissement ?
Arturo Pérez-Reverte (APR) appelle ces plumes-là dans ses romans parce que ce sont les stars de l'époque, d'un côté les stars du classique, de l'autre les stars du rock. Il y a des auteurs de romans qui mettent toujours des digressions sur la gastronomie (de Manuel Vasquez Montalban à Jean-François Parot, pour citer deux auteurs de romans policiers) ; APR, lui, ses péchés mignons s'appellent Lope de Vega, Cervantes, Quevedo ou Gongora.
Et quand on connaît les raisons de l'inimitié profonde, viscérale, opposant Quevedo et Gongora, inimitié basée notamment sur leurs conceptions opposées de la littérature mais aussi sur des conceptions "philosophiques" différentes (là où Gongora est plutôt laïc même s'il est prêtre, matérialiste, voire "libéral", Quevedo est empreint de passion chrétienne, de réflexion sur l'existence, la vie, la mort, etc.) et sur des motifs largement moins nobles (Quevedo accusait Gongora d'être indigne d'être prêtre, d'être homosexuel, d'être juif du fait de la forme de son nez, etc.) , on comprend mieux l'usage que peut faire APR de ces littérateurs et de leurs écrits dans ses romans.


Titre: Re : Votre livre de chevet
Posté par: Apotre le 30Septembre, 2008, 11:32:18
Je ne suis qu'un tout petit lecteur comparé à vous, mais quand on me parle de "livre de chevet" me vient immédiatement et inévitablement une seule oeuvre tant elle m'a marqué : Le livre du second soleil de Teur de Gene Wolfe. Vous pourrez trouver une critique ici : http://hu-mu.blogspot.com/2008/07/best-of-fantasy-gene-wolfe-lombre-du.html

Au sujet de la critique, le chroniqueur, lui aussi visiblement marqué, a choisi Severian, le nom du héros, comme pseudo pou internet. Pour vous expliquez à quel point moi j'en suis marqué c'est... mon fils qui s'appelle Severian!  ::)

Cette oeuvre est vraiment injustement connu en france (Gene Wolfe est plutot populaire dans le monde anglo-saxon, il n'y a qu'a voir sa fiche sur le wikipedia...américain bien sur!). C'est vrai que la lecture est assez ardue (je ne pense pas qu'on puisse tout comprendre à la première lecture, mais l'avantage du coup c'est qu' on peut le relire plusieurs fois!!!), mais ça en vaut vraiment la "peine".


Titre: Re : Votre livre de chevet
Posté par: cavaillon le 30Septembre, 2008, 20:37:10
Une Chance de trop de Harlan Coben

C'est bien.

Un thriller qui met un peu de temps à se mettre en route, mais qui suit son cours honnêtement. Ca se lit vite, il y a du suspense, des rebondissements, et une révélation finale. Rien d'exceptionnel, mais rien de médiocre non plus.

Un thriller honnête, quoi.


Titre: Re : Votre livre de chevet
Posté par: Rom1 le 01Octobre, 2008, 10:07:41
Citation
Je crois que tu poses le doigt exactement là où ça peut faire mal pour certains lecteurs de cette série : le voyage est finalement plus important que la destination elle-même. Les intrigues de chacun des romans sont parfois minces, ce qui peut agacer certains lecteurs. Tandis que ceux qui acceptent d'être pris par la main et invités à visiter temps et lieux, à croiser poètes et putes, seigneurs et assassins à solde, à siroter du vin ou à patauger dans les tranchées devant Breda, ceux-là, oui, pourront être conquis.

Cet aspect m'a en effet surpris avant de me conquérir. Car au final, c'est lui qui donne au style une gde fluidité : on suit plus ou moins les pensées (plus que les écrits AMHA) d'Inigo et ça coule naturellement.


Titre: Re : Votre livre de chevet
Posté par: axis.mundi le 03Octobre, 2008, 23:32:28
En ce moment je me refais le cycle des Runes de David Farland.
http://fr.wikipedia.org/wiki/David_Farland



Titre: Re : Votre livre de chevet
Posté par: Rom1 le 03Octobre, 2008, 23:41:10
En VF ? Pasqu'on attend encore la suite non ? Parution interrompue ou en VO aussi y a plus rien ?


Titre: Re : Votre livre de chevet
Posté par: axis.mundi le 04Octobre, 2008, 00:00:09
J'ai 6 tomes et sur le site officiel il ni en as pas d'autre depuis un moment...  :(

J'espère avoir une fin ou une autre mais que l'histoire ne s'arrette pas en plein milieu.


Titre: Re : Votre livre de chevet
Posté par: Rom1 le 04Octobre, 2008, 10:07:56
Ben hélas les 6 tomes parus ne terminent pas l'histoire...  :-\


Titre: Re : Votre livre de chevet
Posté par: axis.mundi le 04Octobre, 2008, 10:41:20
Je sais :'( Par contre sur le site officiel il y a une rubrique "Movie", alors je me dis que le sieur Farland travaille peut-être sur une adaptation pour le cinéma et que c'est pour ça qu'il n'a pas encore finit les livres...
A moins qu'il ne sorte les 2 derniers d'un coup ?


Titre: Re : Votre livre de chevet
Posté par: Rom1 le 24Octobre, 2008, 20:26:26
J'ai fini les Bûchers de Bocanegra. Meilleur que le 1er Alatriste à mon avis, ça reste dans la même veine mais j'avoue que les histoires de nonnes pas catholiques et d'Inquisition, c'est un truc que j'affectionne. Du coup, j'ai été bien client.
Allez hop, un peu de Conan et le troisième Alatriste dans la foulée.


Titre: Re : Re : Votre livre de chevet
Posté par: Xaramis le 24Octobre, 2008, 20:38:31
J'ai fini les Bûchers de Bocanegra. Meilleur que le 1er Alatriste à mon avis, ça reste dans la même veine mais j'avoue que les histoires de nonnes pas catholiques et d'Inquisition, c'est un truc que j'affectionne. Du coup, j'ai été bien client.
Je ne sais pas si tu connais le site internet de Joan Mundet, l'illustrateur des romans VO et du JdR qui en a été adopté. Si tu ne le connais pas, je te conseille d'aller y jeter un oeil, c'est très bon pour se mettre dans l'ambiance. Accès direct à la section Alatriste (http://www.joanmundet.com/index%20dibujos%20Alatriste.htm).


Titre: Re : Votre livre de chevet
Posté par: Rom1 le 24Octobre, 2008, 20:51:33
Excellent !


Titre: Re : Re : Votre livre de chevet
Posté par: Xaramis le 24Octobre, 2008, 21:56:07
Excellent !
Dommage que les romans en version française ne soient pas illustrés de même.


Titre: Re : Votre livre de chevet
Posté par: Rom1 le 24Octobre, 2008, 22:47:39
Yep c'est clair.
Perso, je trouve que la version avec Aragorn dessus la couv'. Cela dit l'intérieur est sympa, avec des "culs de lampe" en tête et fin de chapitres.
Je suis de plus en plus curieux de découvrir le film.


Titre: Re : Votre livre de chevet
Posté par: Loris le 28Octobre, 2008, 12:52:14
Je viens de commencer Moby Dick. Et malgré mon allergie à la littérature française du XIXè, je découvre un texte (américain) très bien écrit et une ambiance magique me faisant penser à Jules Verne.

Loris.


Titre: Re : Votre livre de chevet
Posté par: tristesire le 28Octobre, 2008, 15:29:17
Et bien moi, je suis sur Qin coeur de jade...


Titre: Re : Re : Votre livre de chevet
Posté par: cavaillon le 28Octobre, 2008, 21:43:59
Je viens de commencer Moby Dick. Et malgré mon allergie à la littérature française du XIXè, je découvre un texte (américain) très bien écrit et une ambiance magique me faisant penser à Jules Verne.

Je me rappelle que je m'étais copieusement emm*rd* à la lecture de ce roman... Je ne sais même plus comment ça finit...

Juste pour dire que, à mon avis, Melville ne supporte pas la comparaison avec Jules Verne, dont les écrits généralement me plaisent...

Enfin, chacun ses goûts, hein !


Titre: Re : Votre livre de chevet
Posté par: cccp le 28Octobre, 2008, 21:51:35
Ben personelement Beowulf, et ben ça se lit super bien


Titre: Re : Votre livre de chevet
Posté par: Acritarche le 30Octobre, 2008, 08:43:32
Je lis Sandworms of Dune, le dernier opus de la saga de Frank Herbert, mais écrit par son fils et un acolyte selon un synopsis du maître. Ca me plaît vraiment bien. On retrouve tous les protagonistes majeurs de la série, mais sous forme de gholas.

(http://ecx.images-amazon.com/images/I/51dpwne9UZL._SL500_AA240_.jpg)

Le livre est très intéressant et me tient bien en haleine. Sans compter le plaisir de se replonger dans une saga mythique et de la voir porter à sa conclusion.


Titre: Re : Votre livre de chevet
Posté par: Puck le 02Novembre, 2008, 08:15:12
Je lis le dernier GAIMAN, Graveyard's book. L'imagination de cet auteur parait n'avoir aucunes limites.


Titre: Re : Votre livre de chevet
Posté par: Rom1 le 02Novembre, 2008, 12:59:34
Hop, main basse sur les 3, 4 et 5ème tomes de Captain Alatriste. Déjà plongé dans le 3, et je regrette qd même qu'on ait quitté Madrid. Cela dit, ne sachant rien de ce conflit des Flandres, je vais qd même bien me régaler.

Tiens, j'ai vu la BA du film sur le DVD de Mongols. Il ne devrait donc plus tarder à sortir (Noël ?).


Titre: Re : Re : Votre livre de chevet
Posté par: Xaramis le 02Novembre, 2008, 15:25:37
Hop, main basse sur les 3, 4 et 5ème tomes de Captain Alatriste. Déjà plongé dans le 3, et je regrette qd même qu'on ait quitté Madrid. Cela dit, ne sachant rien de ce conflit des Flandres, je vais qd même bien me régaler.
Ce Soleil de Breda est effectivement très différent des autres. Par son décor, les Flandres, et par son action principalement militaire. Pourtant, ce n'est pas juste un succession de récits de batailles, de guerre de siège et de tranchées. C'est aussi un regard humain sur ces soldats des tercios, fer de lance de la grandeur espagnole, qui jettent leurs derniers feux. Leur prise de Breda n'est qu'un chant du cygne. Et ce roman montre les différents visages de ces soldats espagnols, capables de tout endurer (le froid, les privations, la mort) avec dignité, viscéralement attachés au respect de la parole donnée au point de braver leur hiérarchie si celle-ci essaie de les entourlouper, tuant leurs adversaires avec froideur comme un boucher tue un bœuf, tout en sachant qu'au cœur de l'Espagne, bien peu se soucient de leur sort en ces terres froides et bien peu leur porteront de la reconnaissance s'ils rentrent un jour en terres de Castille, de Navarre ou d'ailleurs.

Certaines scènes dans ce Soleil de Breda m'ont fait penser à la séquence du film Apocalypse Now où les soldats US, privés de commandement, défendent un pont dont on leur a dit qu'il est stratégique Mais dont on se demande bien en quoi il peut l'être. Certes, les soldats des tercios ne sont pas défoncés à l'héro, mais j'ai trouvé des échos de cette lutte un peu vaine à laquelle des combattants s'accrochent à un objectif par fierté personnelle et fierté de groupe.


Titre: Re : Votre livre de chevet
Posté par: Xaramis le 11Novembre, 2008, 23:12:04
Je n'avais pas repéré Carbone modifié de Richard Morgan quand il était sorti en VF en grand format. C'est sa couverture, en format de poche, qui a attiré mon œil. Et la quatrième de couverture, pas trop racoleuse, m'a-t-il semblé en la lisant.
Il y avait là, entre l'image et ce court texte, comme un parfum de croisement entre Blade Runner et les polars de Ross Macdonald avec leurs gens friqués aux vilains secrets.

(http://multimedia.fnac.com/multimedia/images_produits/Grandes110/9/8/5/9782811200589.gif)

Je n'en suis qu'à un premier tiers du roman, pour l'instant. Mais je suis déjà complètement conquis par l'ambiance, l'écriture, l'intrigue.


Titre: Re : Votre livre de chevet
Posté par: Loris le 12Novembre, 2008, 09:46:47
Je veux bien ton opinion quand tu l'auras fini. Ca se classifie en cyber/postcyber ?

Sinon, je viens de finir le dernier Pratchett en VF, Jeu de Nains. Bon, déjà, il s'agit du 31è volume des annales, et à raison de 2 par an depuis le tome 5, ça veut dire que j'en lis depuis 13 ans. Quand même.

Et celui-là est aussi bon que les bons Discworld, vu qu'il met en scène le Guet et Ankh Morpork, qui sont toujours mes préférés.
Loris.


Titre: Re : Re : Votre livre de chevet
Posté par: Xaramis le 12Novembre, 2008, 10:39:33
Je veux bien ton opinion quand tu l'auras fini. Ca se classifie en cyber/postcyber ?
Je ne suis pas assez connaisseur de ce genre de classification pour répondre d'emblée à ta question.
Je peux juste de dire que les modifications biomécaniques ou neuronales existent dans cet univers, que des humains peuvent stocker leur esprit, leurs connaissances, etc., dans une "pile" et que cette pile peut être implantée dans un autre corps que le leur (ou un clone de leur propre corps) et qu'ils peuvent donc vivre plusieurs siècles tout en gardant le corps de leur trente ans, qu'on peut faire voyager un tel humain "digitalisé" d'un bout de l'univers à un autre de manière immatérielle (puisqu'il suffit, à l'arrivée à destination, de l'implanter dans une "enveloppe" corporelle).
Je peux dire aussi que l'univers est globalement stable, pas vraiment pire que le nôtre, et que l'ambiance du roman n'est pas du tout "rebelles contre corporations", par exemple. Comme je le disais dans mon précédent message, c'est plutôt "un privé dans le monde d'après-demain", du roman noir avec une bonne dose de technologie (bio-, chimico-, neuro-, etc.).

Sur cette page-là (http://www.shortopedia.com/P/O/Postcyberpunk), ce roman (sous son titre VO, Altered Carbon) est classé comme "postcyberpunk".

Si je retiens l'extrait suivant de ce billet de blog-là (http://bookwalrus.blogspot.com/2007/02/thoughts-on-our-postcyberpunk-world.html), alors, oui, j'incline à penser que ce roman est postcyberpunk :

Citation
In 1998 Lawrence Person wrote an article called “Notes on a PostCyberpunk Manifesto” (originally from Nova Express linked from its reprint on Slashdot). He defines postcyberpunk as a genre the evolved out of cyberpunk, a transformation centered around leather-clad, motorcycle-riding anti-heroes being replaced by productive average members of fairly functional society.


Une longue critique (anglophone) sur cette page-là (http://bookwalrus.blogspot.com/2007/03/review-of-altered-carbon-novel-by.html).


Titre: Re : Votre livre de chevet
Posté par: tristesire le 12Novembre, 2008, 13:02:51
Moi, je suis sur les chroniques de thomas covenant.


Titre: Re : Votre livre de chevet
Posté par: Alias le 12Novembre, 2008, 14:19:05
J'ai acheté et lu le "Petit cours d'autodéfense intellectuelle", suite au matraquage intensif de Loris (ce qui prouve bien que j'avais besoin de le lire :mrgreen: ).

Ça ne révolutionnera pas mon univers mental, mais il y a effectivement pas mal de choses qui méritent d'être dites et répétées.


Titre: Re : Re : Votre livre de chevet
Posté par: Loris le 12Novembre, 2008, 19:12:22
J'ai acheté et lu le "Petit cours d'autodéfense intellectuelle", suite au matraquage intensif de Loris (ce qui prouve bien que j'avais besoin de le lire :mrgreen: ).

Ça ne révolutionnera pas mon univers mental, mais il y a effectivement pas mal de choses qui méritent d'être dites et répétées.

Gnéhéhé. Maintenant, tu pouvais aussi lire "L'Art d'avoir toujours raison" de Schopenhauer, qui dit la même chose mais du point de vue du malhonnête.
Loris.  :D


Titre: Re : Votre livre de chevet
Posté par: Alias le 12Novembre, 2008, 20:24:48
Ça attendra: avant, j'ai "La Guerre des Classes" et le dernier Philippe Val (rien que pour t'enquiquiner).  :mrgreen:


Titre: Re : Re : Votre livre de chevet
Posté par: Loris le 12Novembre, 2008, 23:35:58
Ça attendra: avant, j'ai "La Guerre des Classes"

Que voilà une excellente lecture !

Loris, mauvaise influence.


Titre: Re : Re : Votre livre de chevet
Posté par: Findae le 13Novembre, 2008, 00:57:16
Et celui-là est aussi bon que les bons Discworld, vu qu'il met en scène le Guet et Ankh Morpork, qui sont toujours mes préférés.

J'ai aussi toujours eu un faible pour les aventures du Guet (même si je n'ai jamais retrouvé dans aucun autre personnage l'attachement que j'ai pour Mortimer).

D'ailleurs pour l'instant je partage mes lectures entre tous les bouquins de Dan Simmons que je trouve (hors Hypérion et consort), et les tomes du Disque Monde qu'il me manque.


Titre: Re : Votre livre de chevet
Posté par: Cuchulain le 15Novembre, 2008, 09:47:06
Suite à un lapin posé par des amis : j'ai pu quasi-finir hier à la lueur des lampadaires de la place du cirque à Genève, le 4e tome des aventures d'Alatriste (oui j'ai attendu longtemps !). Bon normalement j'aurais du lire le 3 mais pas dispo à la bibliothèque et je suis accro ! J'aime vraiment beaucoup ces aventures de cape et d'épée dans cette Espagne qui vit ses derniers moments de gloire. Pas de flamboyance à la 3 mousquetaires, mais des petites gens qui font leur vie dans l'ombre des grands et parfois apparaissent en pleine lumière. C'est du cape et épée pouilleux comme on peut l'aimer où je retrouve ce que j'avais aimé dans les aventures de Benvenuto d'Usher par exemple : des personnages assez canailles mais qu'on a plaisir à voir évoluer. Bref je suis fan absolu désormais et vait aller faire un raid à la bibliothèque pour voir s'ils ont le tome manquant et les suivants !

A noter que L'or du Roi est limite une campagne clé en main pour tout jeu "renaissance" qu'il soit fantasy ou historique (je le vois aussi bien en warhammer qu'en Te Deum ou encore pavillon noir)


Titre: Re : Votre livre de chevet
Posté par: Rom1 le 15Novembre, 2008, 12:03:17
Rah, le pitch de l'Or du Roi me parait bien tentant clairement et j'ai hâte de finir le Soleil de Breda pour l'attaquer.
D'ailleurs j'ai lu hier le chapitre décrivant une gde bataille des Flandres, et c'est impressionnant, on s'y croirait réellement ! Perez a un sacré talent de conteur, je sentais la poudre, la sueur et le sang, j'entendais les arquebuses et les cris en flamands, espagnoles, anglais... Vraiment impressionnant.
Je pense que tu aimeras bcp ce tome.

Faudra que Xaramis se fasse verser un % par le Point vu le nbre de gens à qui il a fait lire Alatriste.  :mrgreen:


Titre: Re : Re : Votre livre de chevet
Posté par: Xaramis le 15Novembre, 2008, 14:58:27
A noter que L'or du Roi est limite une campagne clé en main pour tout jeu "renaissance" qu'il soit fantasy ou historique (je le vois aussi bien en warhammer qu'en Te Deum ou encore pavillon noir)
L'intrigue en est assez simple pour être adaptable par des MJ même peu expérimentés, et les galeries de personnages de premier et de second plan suffisamment savoureuse pour qu'on puisse s'en inspirer directement pour des PNJ.


Titre: Re : Re : Votre livre de chevet
Posté par: Xaramis le 15Novembre, 2008, 15:00:31
Faudra que Xaramis se fasse verser un % par le Point vu le nbre de gens à qui il a fait lire Alatriste.  :mrgreen:
Voir que d'autres que moi prennent plaisir à lire des livres que j'ai recommandés est une récompense qui me suffit amplement.


Titre: Re : Re : Re : Votre livre de chevet
Posté par: Cuchulain le 16Novembre, 2008, 12:50:00
A noter que L'or du Roi est limite une campagne clé en main pour tout jeu "renaissance" qu'il soit fantasy ou historique (je le vois aussi bien en warhammer qu'en Te Deum ou encore pavillon noir)
L'intrigue en est assez simple pour être adaptable par des MJ même peu expérimentés, et les galeries de personnages de premier et de second plan suffisamment savoureuse pour qu'on puisse s'en inspirer directement pour des PNJ.

Il faudra de toute façon que je pense à reprendre le personnage de "chie le feu" !  Rien que le nom vaut le détour.  ;) Par contre il faut éviter les Pjs avec des compétences maritimes sinon on risque de partir en "live". Quoiqu'à la réflexion : ça peut faire le bon début d'une campagne Pirates !  :D


Titre: Re : Votre livre de chevet
Posté par: Puck le 17Novembre, 2008, 10:19:43
Plop.

je suis à la recherche d'un bouquin dans la veine de Game of Thrones de GRR MARTIN. Si vous avez des suggestions, je suis preneur).

Merci


Titre: Re : Votre livre de chevet
Posté par: Rom1 le 17Novembre, 2008, 10:39:11
Tu veux dire, du plutôt low-médfan avec moults intrigues et un côté un peu gritty ?
A part de pâles imitations, pas gd-chose ne me vient en tête...
Dans un genre un peu décalé, tu as le Royaume de Tobin. C'est spécial, moins touffu, mais assez "original". Mais c'est pas très Trône de Fer en fait...
Plus proche, la Couronne des Sept Royaumes : bcp de personnages, une narration chorale, un complot d'ampleur mondiale. Ca se lit bien et vite, mais c'est pas au niveau littéraire de Martin. C'est de la série B de fantasy quoi, mais niveau genre ça se rapproche du Trône de Fer.


Titre: Re : Re : Votre livre de chevet
Posté par: Puck le 17Novembre, 2008, 10:52:53
Tu veux dire, du plutôt low-médfan avec moults intrigues et un côté un peu gritty ?
A part de pâles imitations, pas gd-chose ne me vient en tête...
Dans un genre un peu décalé, tu as le Royaume de Tobin. C'est spécial, moins touffu, mais assez "original". Mais c'est pas très Trône de Fer en fait...
Plus proche, la Couronne des Sept Royaumes : bcp de personnages, une narration chorale, un complot d'ampleur mondiale. Ca se lit bien et vite, mais c'est pas au niveau littéraire de Martin. C'est de la série B de fantasy quoi, mais niveau genre ça se rapproche du Trône de Fer.

Merci. je veux dire que je cherche une histoire amorale (voire immorale) avec des persos perturbés (voire corrompus) auxquels on ne peut que s'attacher (love Tyrion!) et des rebondissements à se taper la tête contre les murs (comme les noces pourpres par exemple...).
Bref, je cherche un placébo en attendant que MONSIEUR Martin se bouge et sorte son bouquin! (Comment ça je suis FBM ? Meuh non!)


Titre: Re : Votre livre de chevet
Posté par: Cuchulain le 17Novembre, 2008, 12:00:06
As-tu essayé la Compagnie Noire ? Les personnages ne sont pas des saints, loin de là et c'est pas mal du tou si j'en juge d'après le 1er tome.


Titre: Re : Votre livre de chevet
Posté par: Rom1 le 17Novembre, 2008, 13:06:16
J'aime en effet bcp la Compagnie noire. Mais c'est très particulier (à la fois très high fantasy tout en restant super gritty), et je connais bien des gens qui n'accrochent pas du tt.


Titre: Re : Re : Votre livre de chevet
Posté par: Loris le 18Novembre, 2008, 12:18:33
As-tu essayé la Compagnie Noire ? Les personnages ne sont pas des saints, loin de là et c'est pas mal du tou si j'en juge d'après le 1er tome.

Les trois premiers tomes ainsi que la pointe d'argent (qui fait directement suite) sont carrément géniaux. La suite est plus ou moins bien : il y a un passage à vide, qui se remonte très fort à partir de l'Eau Dort jusqu'à la fin.

Deux tomes supplémentaires furent annoncés en anglais mais on n'en a pas de nouvelles, à part les titres. Soldats de pierre offre une fin ouverte sympa, cependant. S'ils ne sortent jamais, cette fin sera suffisante en elle même.
http://www.glencook.org/index.php/The_Black_Company_Series#Books_to_come

Sinon, moi je lis le dernier Frédéric Lordon : "Jusqu'à quand ? Pour en finir avec les crises financières", chez Raison d'Agir, 10 roros. Très bien écrit : clair, explicatif, détaillé, intelligent et révoltant.

Loris.


Titre: Re : Votre livre de chevet
Posté par: Talitsia le 19Novembre, 2008, 00:03:29
Un bon vieux Maurice Leblanc... Un Don Luis Perenna Arsène Lupin de la grande époque, un Lupin amoureux qui plus est... Les dents du Tigre. :)

Je n'avais lu précédemment que La Demoiselle aux yeux verts, dont je ne garde aucun souvenir.  Donc, c'est (presque) une découverte, un ouvrage d'occasion chipé à mon cher et tendre, dont le propriétaire inconnu avait pris un soin acharné à relever, à grand recours de signes de correction éditoriale, les moindres incorrections ou fautes de composition,  sans oublier une ou deux remarques crayonnées sur l'intrigue elle-même... Ce qui le rend doublement attachant.

Ce style qui aurait pu paraître suranné voilà quelques années, a été remis plus ou moins au goût du jour par certains polards historiques 10/18 qui non contents de recréer l'ambiance XIXe, s'inspirent des ses méthodes d'écriture.  Sauf que les ouvrages actuels ont quelques prétentions à la critique sociale que les Lupin n'avaient pas, ce qui les rend (les Lupins, cela va de soi...) dans le fond plus jouissifs.  ;D A même pas la moitié de l'ouvrage, l'intrigue a connu déjà plusieurs rebondissement. On croit à chaque fois qu'on est près du but, pour être aussitôt détrompé... Vive les escrocs, les auteurs comme leurs héros  ! :)




Titre: Re : Re : Votre livre de chevet
Posté par: Cuchulain le 19Novembre, 2008, 03:06:47
Un bon vieux Maurice Leblanc... Un Don Luis Perenna/s] Arsène Lupin de la grande époque, un Lupin amoureux qui plus est... Les dents du Tigre. :)

Je n'avais lu précédemment que La Demoiselle aux yeux verts, dont je ne garde aucun souvenir.  Donc, c'est (presque) une découverte, un ouvrage d'occasion chipé à mon cher et tendre, dont le propriétaire inconnu avait pris un soin acharné à relever, à grand recours de signes de correction éditoriale, les moindres incorrections ou fautes de composition,  sans oublier une ou deux remarques crayonnées sur l'intrigue elle-même... Ce qui le rend doublement attachant.

Ce style qui aurait pu paraître suranné voilà quelques années, a été remis plus ou moins au goût du jour par certains polards historiques 10/18 qui non contents de recréer l'ambiance XIXe, s'inspirent des ses méthodes d'écriture.  Sauf que les ouvrages actuels ont quelques prétentions à la critique sociale que les Lupin n'avaient pas, ce qui les rend (les Lupins, cela va de soi...) dans le fond plus jouissifs.  ;D A même pas la moitié de l'ouvrage, l'intrigue a connu déjà plusieurs rebondissement. On croit à chaque fois qu'on est près du but, pour être aussitôt détrompé... Vive les escrocs, les auteurs comme leurs héros  ! :)

C'est un peu plus lisible comme ça  ;)


Titre: Re : Votre livre de chevet
Posté par: Talitsia le 19Novembre, 2008, 16:41:27
Oups  désolée... Un crochet avait sauté (*** de BB Code...) et je n'ai pas relu après le dernière prévisualisation... Mea maxima culpa...


Titre: Re : Votre livre de chevet
Posté par: Puck le 19Novembre, 2008, 16:49:26
C'est marrant, je pensais que c'était voulu et que c'était une référence à ton passage sur "les marques crayonées"... ;D


Titre: Re : Votre livre de chevet
Posté par: Jeo le 19Novembre, 2008, 16:50:00
J'ai fini de lire Malhorne - Les Eaux d'Aratta de Jérôme Camut. C'est un peu d'anticipation, un peu de SF, un peu de mystique.

Bon, c'est sympa, ça se laisse lire très agréablement.
Il y a certaines idées qui coincident avec  l'Evangile du serpent de Pierre Bordage ou encore les Chemins de Damas.


Titre: Re : Votre livre de chevet
Posté par: Usher le 21Novembre, 2008, 19:34:16
Il y a quelques semaines, j'ai lu un bon bouquin, mais j'avais alors trop de travail pour en parler… Je me rattrape un peu.

Si vous aimez les romans d'aventure arctique, les romans historiques et, dans une moindre mesure, les romans fantastiques, procurez-vous Terreur, de Dan Simmons (Robert Laffont).

Le titre du roman vient du nom bien réel d'un navire, le HMS Terror, qui participa à plusieurs expéditions d'exploration dans la première moitié du XIX° siècle. En effet, le sujet choisi par Dan Simmons est historique (et assez remarquablement documenté, comme en atteste la bibliographie qu'il donne en fin d'ouvrage). En 1845, sir John Franklin, vétéran d'explorations antarctiques, tente de trouver le fameux Passage du Nord-Ouest, entre le Canada et le Pôle Nord. Il dirige une expédition composée de deux navires, le HMS Erebus et le HMS Terror, forte de 129 hommes, avec des réserves pour survivre entre 3 et 5 ans en milieu arctique. Les deux navires de l'expédition Franklin sont vus pour la dernière fois par les équipages de baleiniers dans la baie de Baffin en juillet 1845 ; puis, ils disparaissent à jamais.

Dan Simmons s'empare du mystère de cette disparition pour nous raconter le lent naufrage arctique de l'expédition Franklin, cernée par les glaces, par la nuit arctique et… par une créature féroce, peut-être un ours polaire, peut-être autre chose, qui prend un malin plaisir à décimer les équipages et à jouer avec les nerfs des survivants.

Le roman de Dan Simmons est remarquable par de nombreux aspects. Extrêmement documenté, il met en scène des personnages réels, puisés dans les rôles d'équipage, même si le romancier se les approprie. Il entrelace l'histoire et la fiction avec un certain bonheur ; ainsi, au début du journal qu'il attribue au Dr Harry Goodsir, aide-chirurgien du HMS Erebus, il reprend quelques phrases de la dernière lettre que le médecin a adressée à son frère. Le capitaine du HMS Terror, Francis Crozier, avait accompagné Darwin au cours de son fameux voyage et le roman tisse des liens entre les deux expéditions. Car c'est une autre qualité de Dan Simmons : il joue à tisser des relations intertextuelles avec les œuvres et la culture du XIX° siècle, et rend un hommage appuyé à Poe, par exemple.

Le cœur du livre, toutefois, c'est la lente destruction de l'expédition par la sauvagerie arctique. Ce roman est un cauchemar brutal et lent, où les navires pris dans les glaces se disloquent, où le scorbut pourrit les hommes, où le bel ordre de la Navy se corrompt peu à peu et où la menace de la mutinerie plane, plus inquiétante et plus sauvage que la bête qui rôde autour des navires dans la nuit polaire. C'est un roman qui donne froid, puis qui donne froid dans le dos, en particulier quand le cannibalisme finit par devenir une alternative concrète à la mort par la faim et par le scorbut.

Il y a aussi des passages très savoureux ; par exemple quand le capitaine Crozier, libre penseur, organise un office à la demande des équipages où il remplace la lecture de la Bible par celle du Leviathan de Thomas Hobbes, que ses matelots gobent comme s'il s'agissait d'une sainte écriture.

A lire.




Titre: Re : Votre livre de chevet
Posté par: Usher le 21Novembre, 2008, 20:15:56
Un autre livre, beaucoup plus polémique que Terreur, mais bigrement intéressant : Après la démocratie, d'Emmanuel Todd (Gallimard)

Historien, démographe et sociologue, Emmanuel Todd est clairement un intellectuel de gauche, indépendant de toute inféodation politique et assez critique vis à vis du PS. Je l'avais découvert il y a quelques années grace à son essai Après l'Empire ; en 2002, Todd y analysait les errements diplomatiques, militaires et économiques des USA bushistes et prédisait la crise économique qui vient de nous frapper.

Après la démocratie pose la question de l'évolution de la démocratie en Europe, et tout particulièrement en France. Todd adopte une attitude très critique vis-à-vis de la classe politique actuelle. ("Les politiciens professionnels doivent faire preuve d'un degré exceptionnel d'attention : l'électeur reste, comme dans une démocratie normale, leur souci constant, mais pour être manipulé plutôt que servi. Contrôler les médias audiovisuels, séduire les journalistes, analyser inlassablement les sondages : la démocratie non pas d'opinion comme on la qualifie parfois, mais de manipulation de l'opinion, définit un métier, avec ses virtuoses et ses tâcherons. Devenir chef de l'exécutif, en démocratie de manipulation implique que le candidat se concentre sur les moyens d'obtenir le pouvoir au détriment des fins, c'est-à-dire du programme et de l'action.") Il attaque avec une virulence très polémique aussi bien Nicolas Sarkozy ("Fébrile, agressif, narcissique, admirateur des riches et de l'Amérique bushiste, incompétent en économie comme en diplomatie") que Ségolène Royal ("Comment Ségolène Royal a-t-elle pu exister ?") L'élection présidentielle de 2007, qui oppose à ses yeux deux candidats également nuls, représente pour lui un symptôme de la détresse démocratique du pays. C'est ce qu'il se propose d'analyser dans son livre qui, hormis les premières et les dernières pages, abandonne le registre polémique pour proposer une analyse de la situation démocratique en France, mais aussi dans les autres grandes démocraties.

En résumant, Emmanuel Todd dégage plusieurs formes de démocraties, assez différentes en fonction des substrats anthropologiques de leurs pays d'origine. Il opère en particulier une distinction nette entre la démocratie anglo-saxonne, fondée sur le culte de la liberté et l'acceptation des inégalités, et la démocratie française, qui repose sur une conception égalitaire de la citoyenneté. Pour expliquer ces divergences, il se fonde en particulier sur l'analyse anthropologique des systèmes familiaux dans les sociétés traditionnelles, qui permettent d'éclairer les différences de mentalité. Or il constate que le sarkozysme a été porté au pouvoir par une évolution des mentalités françaises, qui, au cours des 40 dernières années, se sont déchristianisées, ont perdu leurs idéologies (de droite comme de gauche) et ont évolué vers un narcissisme individualiste qui sape toute dynamique collective (politique, syndicale…) Il montre aussi comment les clivages ont évolué en quarante ans ; avant mai 68, malgré les clivages violents qui pouvaient opposer, par exemple, la France laïque à la France catholique, chaque camp possédait une distribution transversale de ses membres : chez les cathos comme à gauche, on trouvait des membres du peuple, des classes moyennes et des élites intellectuelles et sociales. De nos jours, la stratification tend à devenir horizontale, et se prêterait presque à la réapparition d'une lutte des classes ; mais Todd n'y croit pas car l'individualisation de la société, y compris au sein des classes pauvres ou des classes moyennes en voie de paupérisation, annule toute dynamique révolutionnaire. Il observe donc que l'égalitarisme français est menacé, d'autant plus menacé que le modèle anglo-saxon, cher à nos élites, n'a que faire de l'égalité. C'est la raison pour laquelle Todd redoute une dérive oligarchique de nos démocraties. Il pense en particulier que le suffrage universel peut se retrouver menacé dans les dix à trente ans à venir ; il envisage la possibilité du maintien de ce type de suffrage pour les élections locales, et un système de cooptation au sein des élites pour les instances nationales. Il observe d'ailleurs que ce système à deux vitesses existe déjà en Europe, même s'il ne porte pas de jugement à ce sujet.

Un bouquin à discuter, mais à lire.


Titre: Re : Votre livre de chevet
Posté par: Findae le 22Novembre, 2008, 12:51:14
Ah tiens, justement j'ai vu Terreur l'autre jour sur un présentoir quand je passais faire le plein de livres, et je me suis demandé ce que ça valait. Je ne l'ai pas pris puisque j'avais un peu été déçu par les autres bouquins de Simmons que je venais de lire.


Titre: Re : Votre livre de chevet
Posté par: Xaramis le 22Novembre, 2008, 14:51:32
Je viens de terminer la lecture de La danse des illusions, de Brigitte Aubert.

(http://medias.univers-poche.fr/IMAGES/10X18/GF/9782264046338R1.GIF)

Un roman policier se déroulant à la fin du XIXe siècle, commençant à Paris et se poursuivant à Venise, et incluant des aspects sur la naissance du cinématographe, ça pouvait être intéressant, m'étais-je dit en l'achetant. Eh bien, autant le dire sans détour, ce livre est un grand ratage.

L'intrigue est à pleurer, grand-guignolesque avec son salmigondis de tueur en série et de rites ésotérico-vampiresques. Ses personnages sont caricaturaux au point qu'aucun d'entre eux ne m'a donné envie de m'y attacher. J'ai profondément détesté le côté Bottin mondain (le héros croise tout ce qui se fait de journalistes, d'acteurs, d'artistes, etc., de l'époque), le côté histoire des inventions artificiellement plaqué sur le récit.

Bref, un roman à éviter. Non. Pire. Un roman à fuir.


J'avais déjà trouvé que la collection Grands détectives chez 10-18 commençait à offrir plus de mauvais que de bon. Ce roman-ci me confirme, malheureusement, dans cette perception.


Titre: Re : Votre livre de chevet
Posté par: Alias le 24Novembre, 2008, 17:30:37
Bon, j'ai donc lu "La guerre des classes" de François Ruffin, sur lequel Loris n'arrête pas de radoter^Wrevenir. :mrgreen:

Comme mentionné, c'est un livre qui revient sur le fait que la notion de "guerre des classes" a complètement été évacuée du discours politique mondial en général et français en particulier, alors qu'il est plus que jamais d'actualité.

À sa lecture, j'ai ressenti un double sentiment de malaise. Le premier est évident pour quelqu'un qui prétend, comme moi, avoir une susceptibilité de gauche: une grande partie de la classe politique française qui s'affirme de gauche a complètement perdu pied avec la réalité et navigue à vue dans une bouillie faite de termes creux ressassés jusqu'à la nausée (des auditeurs) et d'une doctrine socio-économique de centre-droit quasiment assumée.

Le second est plus subtil et peut se résumer en une phrase: je n'aime pas les pamphlétaires. Même s'il s'en défend, une grande partie du propos de l'auteur peut être lu comme un gros ad hominem envers un personnage particulier du PS et, non, ce n'est pas Ségolène Royal. Plus crûment: je lis une sérieuse dose de mauvaise foi dans son livre. Trop, à mon goût.

Je ne dis pas que tout est à jeter, mais je ne conseillerais la lecture de cet ouvrage qu'à des gens avec l'esprit critique bien affuté. Ou alors, lisez l'autre ouvrage favori de notre Pied de Chaise de la Vérité préféré: le "Petit cours d'autodéfense intellectuelle" de Normand Baillargeon, auparavant.


Titre: Re : Re : Votre livre de chevet
Posté par: Loris le 24Novembre, 2008, 17:37:32
Bon, j'ai donc lu "La guerre des classes" de François Ruffin, sur lequel Loris n'arrête pas de radoter^Wrevenir. :mrgreen:

Comme mentionné, c'est un livre qui revient sur le fait que la notion de "guerre des classes" a complètement été évacuée du discours politique mondial en général et français en particulier, alors qu'il est plus que jamais d'actualité.

À sa lecture, j'ai ressenti un double sentiment de malaise. Le premier est évident pour quelqu'un qui prétend, comme moi, avoir une susceptibilité de gauche: une grande partie de la classe politique française qui s'affirme de gauche a complètement perdu pied avec la réalité et navigue à vue dans une bouillie faite de termes creux ressassés jusqu'à la nausée (des auditeurs) et d'une doctrine socio-économique de centre-droit quasiment assumée.

Le second est plus subtil et peut se résumer en une phrase: je n'aime pas les pamphlétaires. Même s'il s'en défend, une grande partie du propos de l'auteur peut être lu comme un gros ad hominem envers un personnage particulier du PS et, non, ce n'est pas Ségolène Royal. Plus crûment: je lis une sérieuse dose de mauvaise foi dans son livre. Trop, à mon goût.

Je ne dis pas que tout est à jeter, mais je ne conseillerais la lecture de cet ouvrage qu'à des gens avec l'esprit critique bien affuté. Ou alors, lisez l'autre ouvrage favori de notre Pied de Chaise de la Vérité préféré: le "Petit cours d'autodéfense intellectuelle" de Normand Baillargeon, auparavant.

Critique que j'approuve y compris dans ses aspects négatifs. Pamphlétaire, mais fournissant des armes argumentaires, tout comme le "Les Nouveaux Chiens de Garde" de Halimi, les bouquins de Lordon, etc.

Loris.


Titre: Re : Votre livre de chevet
Posté par: Alias le 24Novembre, 2008, 17:48:52
Je dois être trop suisse, mais les pamphlétaires, j'ai vraiment du mal. J'ai mis plusieurs mois à me remettre du Traité d'athéologie d'Onfray (probablement aggravé par le fait que je l'ai lu à Rome, quelques jours avant une conférence sur l'Internet chrétien...).


Titre: Re : Re : Votre livre de chevet
Posté par: Xaramis le 24Novembre, 2008, 19:09:46
une grande partie du propos de l'auteur peut être lu comme un gros ad hominem envers un personnage particulier du PS et, non, ce n'est pas Ségolène Royal.
Tu pourrais préciser l'identité du personnage en question (par MP, si tu préfères) ?


Titre: Re : Votre livre de chevet
Posté par: Alias le 24Novembre, 2008, 20:28:20
Messagifié.


Titre: Re : Votre livre de chevet
Posté par: highlandjul le 05Décembre, 2008, 20:57:58
On est d'accord, c 'est la honte pour une prof de Français de faire l'éloge de bouquins venus d'outre Manche mais quand ça en vaut tout simplement la peine, il n'y a pas à hésiter:
A lire absolument: Neil Gaiman, Tout, mais en particulier The Sandman, Comic Book de la mort qui tue (avec la mort dedans d'ailleurs) unanimement acclamé mais aussi Neverwhere et American Gods: Deux purs chefs d'oeuvre.

Ensuite Terry Pratchett: L'ensemble des Chroniques du disque monde Inévitable.

Et aussi Iain Pears: Il a écrit quelques romans policiers qui se déroulent dans le monde de l'art comme L'Affaire Giotto mais surtout ces livres géniaux : Le cercle de la Croix un polar historique au temps de Boyle à travers 4 témoignages différents, tout simplement génial, à lire également : Le Songe de Scipion peut être encore mieux que le précédent, il se déroule sur trois époques en France (oui l'auteur est britannique, et alors?) tout simplement grandiose et Le Portrait qui se passe dans le milieu de la peinture au 19° siècle.

En Français, j'aime beaucoup les bouquins de Fred Vargas, en particulier le dernier: Un Lieu incertain, bien construit, bien foutu, et bien écrit, quoi de plus?

Et aussi, parce que les classiques ont du bon, en ce moment je lis Germinal de Zola, c'est beaucoup moins chiant que ça en a l'air, ce n'est absolument pas vide et pénible à lire, il y a une vraie tension narrative, un vrai suspens.

Bonne lecture.


Titre: Re : Re : Votre livre de chevet
Posté par: Xaramis le 06Décembre, 2008, 14:57:19
Iain Pears [...] Le cercle de la Croix un polar historique au temps de Boyle à travers 4 témoignages différents, tout simplement génial
Un roman vraiment très prenant, en effet, très bien construit.


Titre: Re : Votre livre de chevet
Posté par: Mortlock le 06Décembre, 2008, 15:45:10
Ben personnellement je n'ai pas tant accroché que ça à la lecture de ce roman Le Cercle de la Croix.. Je reste assez partagé sur ce roman. Par contre il est vrai que la structure même du roman en (de mémoire) quatre parties (avec différents narrateurs exposant leur point de vue sur un même fait) et l'immersion totale et érudite dans l'Angleterre du milieu du XVIIe sont une réussite. On plonge littéralement dans l'esprit d'un siècle.

Et aussi, parce que les classiques ont du bon, en ce moment je lis Germinal de Zola, c'est beaucoup moins chiant que ça en a l'air, ce n'est absolument pas vide et pénible à lire, il y a une vraie tension narrative, un vrai suspens.
Je suis complètement d'accord.

Mortlock qui lui aussi à fait quelques années de Lettres.

   


Titre: Re : Re : Votre livre de chevet
Posté par: Hikaki le 06Décembre, 2008, 17:03:51
On est d'accord, c 'est la honte pour une prof de Français de faire l'éloge de bouquins venus d'outre Manche
Pourquoi donc ? N'est-on pas censés avoir du goût ?


Titre: Re : Votre livre de chevet
Posté par: Marcellus Lesendar le 07Décembre, 2008, 20:20:05
Je suis content, j'ai lu "le travail du furet" d'Andrevon, un auteur que j'avais découvert par le biais d' "un horizon de Cendres".
Deux livres que j'ai vraiment apprécié pour le style d'écriture de l'auteur ainsi que les histoires qu'il raconte!
Pour le travail du furet, c'est vraiment jouissif cette histoire à mi chemin entre 1984 et Equilibrium. Des fonctionnaires sont chargés de tuer des personnes à cause de la surpopulation, le tirage au sort des victimes se fait par une machine qui est très contrôlée pour éviter tout problème. Évidemment, on peut se demander ce qui se passerait si un jour quelqu'un émettait l'hypothèse que le tirage au sort est truqué... Le livre est un poil court, l'histoire est un bouclée un peu trop vite je trouve vers la fin, mais j'ai vraiment apprécié cette lecture et les images qu'elles m'a donné!

Du même auteur, je conseillerais mille fois plus l'horizon de Cendres car c'est un livre vraiment concept. Les morts se relèvent, mais ne cherchent pas à nuire aux gens au tout début... Les gens commencent à s'y faire et l'histoire continue et évolue vers une histoire vraiment sympa!


Titre: Re : Votre livre de chevet
Posté par: Xaramis le 09Décembre, 2008, 00:19:32
Pour les amateurs de romans de chevalerie, une très belle édition d'Amadis de Gaule, un roman du début du XVIe siècle. Éclipsé, dans l'esprit du grand public, par le Don Quichotte de Cervantes, ce roman mérite d'être (re)découvert.

(http://www.lekti-ecriture.com/editeurs/IMG/arton3161.jpg)

Voir sur cette page-là (http://www.lekti-ecriture.com/editeurs/Amadis-de-Gaule-Garci-Rodriguez-de.html), par exemple.


Titre: Re : Votre livre de chevet
Posté par: Cuchulain le 09Décembre, 2008, 01:32:05
Fini le 5e Alatriste... "Le Gentilhomme au pourpoint jaune"... C'est vraiment un excellent roman de cape et d'épée. l'auteur entremèle avec talent les intrigues personelles avec les réalités historiques et celle-ci avec l'intrigue principale. Mention spéciale à l'enlèvement romantique (malgré la fin dont l'auteur aurait pu se passer, un peu déçu sur ce coup là). Les personnages sont savoureux et on y retrouve avec grand plaisir la némesis du capitaine. Encore une fois : le bouquin est extrèmement simple à adapter dans le cadre d'un JDR de cape et d'épée voire dans tout JDR en fait, mais ça perdrait de sa saveur...  Tiens au fait : qu'est ce que ça veut dire exactement "porca miseria" en italien ? Je me doute que ce n'est pas du langage fleuri mais j'aimerais bien savoir la traduction exacte.  ;)

Tant que j'y suis : Je cherche un roman/livre historique sur le Grand Nord, les inuits, la mer etc. pour mon beau père qui est particulièrement fan de ça et est toujours à la recherche d'inspiration pour ses poèmes (il a fait un recueil de poésie sur le Grand Nord). J'ai vu le bouquin dont Xaramis parlait plus haut, mais c'est un peu trop fantastique et peut être pas assez centré...


Titre: Re : Votre livre de chevet
Posté par: Puck le 09Décembre, 2008, 09:33:09
Y'a Terreur dont parlait Usher . J'en ai eu de très bons échos par un vendeur de Gibert (mais je le cherche en VO et il ne l'avait pas :'( )


Titre: Re : Votre livre de chevet
Posté par: killerklown le 11Décembre, 2008, 15:14:05
Je viens de lire : Chasses à l'homme de Christophe Guillaumot, Prix Quai des Orfèvres 2009.
C'est un bon roman policier bien haletant et tout en finesse.
J'avais pas lu de roman policier depuis longtemps, celui la m'a conquis
(http://ecx.images-amazon.com/images/I/51iv1jC-qDL._SL500_AA240_.jpg)


Titre: Re : Re : Votre livre de chevet
Posté par: Pan Paniscus le 12Décembre, 2008, 14:36:09
Tant que j'y suis : Je cherche un roman/livre historique sur le Grand Nord, les inuits, la mer etc. pour mon beau père qui est particulièrement fan de ça et est toujours à la recherche d'inspiration pour ses poèmes (il a fait un recueil de poésie sur le Grand Nord). J'ai vu le bouquin dont Xaramis parlait plus haut, mais c'est un peu trop fantastique et peut être pas assez centré...

Je ne sais pas si cela correspond complètement à tes attentes, mais tu peux essayer la série de 5 romans de Bernard Clavel dite "Le Royaume du Nord".



Titre: Re : Votre livre de chevet
Posté par: Pan Paniscus le 12Décembre, 2008, 14:41:32
Pour ce qui est d'un livre de chevet qui m'a emporté dans un tourbillon de lecture, je vous parlerai de : "La horde du Contre-vent" d'Alain Damasio prix de l'imaginaire 2006. Ce bouquin est une vraie surprise. L'histoire, l'univers, les personnages, l'écriture, la numérotation des pages, tout est original.

Une horde d'hommes et de femmes d'élites spécialisés dans tous les domaines nécessaires à leur survie doivent remonter la bande de contre pour découvrir l'origine du vent. Ce vent qui dans leur monde souffle en permanence, toujours dans le même sens. Ce vent qui structure et faconne toutes les organisations humaines de ce monde.

Les narrateurs de l'histoire ne sont autres que les membres de la hordes eux mêmes, de sorte que l'on vit l'histoire de l'intèrieur. Chaque personnage s'exprime et ressent les choses d'une façon qui lui est propre. Ce qui permet à l'auteur d'expérimenter et de manipuler la langue à l'extrême.

Je garde un mémorable souvenir des frasques et déclames de "Caracole" et de l'outrancière brutalité des mots du "Golgoth'.


Titre: Re : Re : Re : Votre livre de chevet
Posté par: Cuchulain le 12Décembre, 2008, 15:17:42
Tant que j'y suis : Je cherche un roman/livre historique sur le Grand Nord, les inuits, la mer etc. pour mon beau père qui est particulièrement fan de ça et est toujours à la recherche d'inspiration pour ses poèmes (il a fait un recueil de poésie sur le Grand Nord). J'ai vu le bouquin dont Xaramis parlait plus haut, mais c'est un peu trop fantastique et peut être pas assez centré...

Je ne sais pas si cela correspond complètement à tes attentes, mais tu peux essayer la série de 5 romans de Bernard Clavel dite "Le Royaume du Nord".


Quelqu'un pourrait m'en dire plus ? Ca a l'air pas mal du tout :)


Titre: Re : Re : Votre livre de chevet
Posté par: Usher le 12Décembre, 2008, 16:52:24

Pour ce qui est d'un livre de chevet qui m'a emporté dans un tourbillon de lecture, je vous parlerai de : "La horde du Contre-vent" d'Alain Damasio prix de l'imaginaire 2006. Ce bouquin est une vraie surprise. L'histoire, l'univers, les personnages, l'écriture, la numérotation des pages, tout est original.


La horde du Contre-vent est une œuvre de SF (ou de Fantasy ?) extrêmement intéressante. Elle témoigne d'un vrai travail de création, tant sur le sujet que sur le style. C'est sans doute l'œuvre de SF française la plus originale publiée depuis pas mal de temps. Voire une des œuvres les plus originales publiées depuis pas mal d'années dans la SF tout court. (Disons, depuis l'invention de la Culture par Banks…)

Usher



Titre: Re : Re : Re : Re : Votre livre de chevet
Posté par: Pan Paniscus le 12Décembre, 2008, 17:20:06
Tant que j'y suis : Je cherche un roman/livre historique sur le Grand Nord, les inuits, la mer etc. pour mon beau père qui est particulièrement fan de ça et est toujours à la recherche d'inspiration pour ses poèmes (il a fait un recueil de poésie sur le Grand Nord). J'ai vu le bouquin dont Xaramis parlait plus haut, mais c'est un peu trop fantastique et peut être pas assez centré...

Je ne sais pas si cela correspond complètement à tes attentes, mais tu peux essayer la série de 5 romans de Bernard Clavel dite "Le Royaume du Nord".


Quelqu'un pourrait m'en dire plus ? Ca a l'air pas mal du tout :)


Je ne les ai pas lu, c'est ma mère qui l'a fait il y a une quinzaine d'années peut-être. Elle y avait pris du plaisir à l'époque.

Il me semble que cela raconte l'histoire d'une famille de pionnier cannadien éprise de liberté qui tente de s'installer dans le grand nord quebecois.


Titre: Re : Re : Votre livre de chevet
Posté par: Xaramis le 13Décembre, 2008, 14:18:21
Tant que j'y suis : Je cherche un roman/livre historique sur le Grand Nord, les inuits, la mer etc. pour mon beau père qui est particulièrement fan de ça et est toujours à la recherche d'inspiration pour ses poèmes (il a fait un recueil de poésie sur le Grand Nord).
S'il est passionné du sujet, difficile de te donner des indications, car sa bibliothèque contient peut-être déjà des "classiques".

Le livre considéré comme le premier roman inuit est Sanaaq, de Mitiarjuk Nappaaluk. Pas vraiment facile à lire (en VF, je précise !) du fait de la complexité des thèmes abordés. Mais un roman un peu "incontournable" pour qui veut se plonger dans cette culture.

A peu près à la même période (anées 1950 et 1960), Yves Thériault a publié une trilogie : Agaguk ; Tayaout, fils d'Agaguk ; Agoak : l'héritage d'Agaguk.

Pour du plus récent, tu peux regarder du côté de d'Atanarjuat, La légende de l'homme rapide, de Bernard Saladin d'Anglure (qui est celui qu a traduit en français le roman Sanaaq). Tu peux le trouver dans une édition "livre + DVD".


Titre: Re : Votre livre de chevet
Posté par: Xaramis le 14Décembre, 2008, 17:19:42
Quelqu'un dans la Cour a-t-il lu des romans "policiers médiévaux" de Laetitia Bourgeois (Les deniers du Gévaudan, etc.) ?
Je suis curieux de savoir ce qu'ils valent ; ayant été échaudé par pas mal de "polars médiévaux" (et de "polars historiques", plus largement), je préfère demander quelques avis avant de me lancer, éventuellement, dans la découverte de ceux-là.

Merci d'avance.


Titre: Re : Votre livre de chevet
Posté par: Puck le 19Décembre, 2008, 12:49:47
Dans la série "Les livres-qu'on-aimerait-bien-que-les-auteurs-se-sortent-les-doigts-pour-les-finir-sinon-c'est-nos-petits-enfants-qui-vont-les-lire..", quelqu'un aurait il des nouvelles du dico elfique d' Edouard kloczko ?
Il parait qu'une nouvelle version est à l'ordre du jour, mais à part ça...


Titre: Re : Votre livre de chevet
Posté par: Usher le 20Décembre, 2008, 13:20:58
J'ai terminé de lire il y a quelque temps Jonathan Strange & Mr Norrell, de Susanna Clarke ; et même s'il n'est pas parfait, voilà un petit bouquin (de plus de 800 pages, tout de même) que je recommande chaudement aux amateurs de fantasy historique, de littérature romantique, de pastiche et de fantastique ironique.

Le sujet du roman est une uchronie. Il se passe en Angleterre dans les premières années du XIX° siècle, sur une période de dix ans qui couvre la fin des guerres napoléoniennes et le tout début de la période romantique. Toutefois, pour bien comprendre l'univers, il faut revenir en arrière de quelques siècles…

A la fin du XI° siècle, un enfant issu d'une petite lignée noble du nord de l'Angleterre échappe au massacre de sa famille au cours d'une guerre féodale. Dix ans plus tard, il réapparaît à la tête d'une armée de guerriers-fées : il s'est réfugié dans le monde des fées, il y a conquis un royaume, puis un second royaume derrière l'enfer, et il revient à la tête de son armée féerique pour exiger justice. Pour réparation, il conquiert tout le nord de l'Angleterre et y fonde son troisième royaume, qu'il gouvernera par magie pendant trois siècles. Il est connu par la tradition sous le nom du "Roi Corbeau". Il fonde la magie anglaise, qui connaît son âge d'or sous son règne. Mais le Roi Corbeau disparaît, dans des circonstances mal connues, au cours du XV° siècle. La magie périclite alors peu à peu. Encore pratiquée à la Renaissance, elle s'efface au cours du XVII° siècle. S'il reste des sociétés de magiciens en Angleterre, il s'agit essentiellement de sociétés savantes où de vieux barbons de la gentry glosent sur de vieux textes magiques auxquels, dans le fond, ils ne comprennent goutte.

De fait, le roman commence à York, dans les premières années du XIX° siècle. La société des magiciens de York, une sorte de club de gentlemen pontifiants, est fort ulcérée d'être snobée par Mr Norrell, un gentleman qui vit un peu en dehors de la ville, et qui se prétend lui-même magicien. A la suite d'une correspondance un peu maladroite, le ton monte entre la société des magiciens de York et Mr Norrell ; pensez donc, Mr Norrell prétend être capable de faire de la magie pratique, ce qui est positivement inconcevable. Piqué au vif, Mr Norrell lance un défi aux magiciens de York : s'il leur fait la démonstration d'un enchantement, il exige d'eux qu'ils admettent par contrat passé devant homme de loi qu'ils ne sont pas des magiciens. S'il échoue, c'est lui qui abandonnera le titre de magicien… Or au jour dit, toutes les statues de la cathédrale de York s'animent et se mettent à parler, révélant des faits divers vieux de plusieurs siècles dont elles ont été témoins. Ainsi commence l'ascension de Mr Norrell. Ainsi commence la restauration de la Magie anglaise.

Surtout, n'allez pas imaginer Mr Norrell comme un être charismatique et ténébreux, ou comme une sorte d'avatar de Merlin l'enchanteur. Mr Norrell, en fait, ressemble à tout sauf à un magicien : c'est un petit gentleman vieillissant, timoré, casanier et mesquin, plutôt suranné puisqu'il porte toujours une perruque à bouclettes à la mode du XVIII° siècle. Susceptible, suffisant, absolument pas perspicace, Mr Norrell a toutefois très haute opinion de lui-même. Il doit sa science magique à un travail acharné, mais aussi au rachat - parfois dans des conditions assez suspectes - de tous les vieux ouvrages de magie anglaise, pour empêcher ses concurrents d'avoir accès à cet art. Soucieux d'aider le gouvernement dans la guerre contre Napoléon Ier, il se rend à Londres ; mais, désappointé par les codes de la société londonienne, il tombe très vite entre les griffes de deux parasites mondains, Mr Drawlight et Mr Lascelles, qui s'improvisent ses mentors et ses intermédiaires pour briller en société et gagner en influence. C'est alors qu'apparaît un autre magicien, tout à fait improbable. Jonathan Strange est un jeune gentleman un peu dandy, qui s'est intéressé à la magie par désœuvrement et par foucade, et qui en l'espace de quelques mois, se révèle formidablement doué. Bien sûr, les deux hommes sont amenés à se rencontrer…

Quoique mon résumé paraisse assez long, je ne livre là que la partie émergée du récit. Car les deux magiciens ont en fait éveillé l'attention d'êtres très anciens…

Le roman commence doucement, de façon presque soporifique. Susanna Clarke prend grand plaisir, semble-t-il, à pasticher le style de Jane Austen, et le récit semble se perdre dans les méandres très bienséants et un peu étriqués de la gentry anglaise. Et puis, insensiblement, au milieu de cette gentille satire sociale, la magie s'installe, presque en catimini. Susanna Clarke réussit admirablement à entremêler le conformisme pré-victorien et le grain de folie pré-carrollien de la féerie anglaise. Avec un grand bonheur, elle entrelace aussi l'histoire et la magie - elle parvient à rendre tout à fait cohérente l'action d'un magicien, Jonathan Strange, dans l'entourage du duc de Wellington. Les sorts que Jonathan Strange lance au cours de la bataille de Waterloo, par exemple, sont très compatibles avec le déroulement de la bataille historique.

Il y a pléthore de personnages dans ce roman, et certains sont franchement très réussis. Ma préférence va sans balancer pour le gentleman aux cheveux en crin de chardon, un être fée d'un charme, d'un narcissisme et d'une cruauté absolument délicieux. La figure du Roi Corbeau, qui revient de façon incessante entre les lignes, finit aussi par devenir fascinante comme celle d'un horizon qui recule sans cesse. Le tout est saupoudré d'un humour très britannique, énoncé avec le plus grand sérieux.

J'ai juste regretté le caractère un peu inabouti de la fin. Non que ce soit bâclé, du reste ; certains aspects du dénouement sont fort bien préparés par l'intrigue. Mais on reste sur un sentiment d'inachevé… peut-être parce que S. Clarke a écrit un second roman qui se déroule quelques années plus tard, et que je me procurerai avec le plus grand plaisir quand il sortira en France !

Si vous cherchez de l'épopée, évitez ce livre, que vous trouverez longuet et indigeste. Mais si vous cherchez une sorte de néo-romantisme glacé au fantastique acidulé, avec des aperçus burlesques sur une féerie un peu folle et assez inquiétante, ne boudez pas votre plaisir !

Usher


Titre: Re : Votre livre de chevet
Posté par: Marcellus Lesendar le 20Décembre, 2008, 14:00:59
Puck.
Y a L'encyclopédie des elfes : d'après l'oeuvre de J.R.R. Tolkien du type que tu dis avec aux illus Sandrine Gestin, Thierry Cardinet, Ted Nasmith. C'est chez le Pré aux clercs pour 28€?
Un portrait complet des elfes de la Terre du Milieu, tels que Tolkien les a imaginés. Tous les aspects de l'existence des elfes sont abordés et décrits dans le détail : l'origine du peuple des elfes, les noms et l'histoire des différents clans, la culture elfique... Le lecteur apprendra à parler en elfique grâce au lexique et au précis de grammaire, à cuisiner, à penser comme un Haut Elfe
Code: 9782842283254

Si c'est ça, c'est sorti et ça s'vend^^


Titre: Re : Votre livre de chevet
Posté par: Gregoire le 24Décembre, 2008, 13:20:58
Ayant un peu de temps en cette fin d'année, j'en profite pour lire un livre long. C'est toujours un plaisir de lire John Irving et j'aime beaucoup celui-ci: l'œuvre de dieu, la part du diable. Toujours intéressant et jamais ennuyeux. 
Il y a ici deux belles inventions littéraires: l'orphelinat et la cidrerie.


Titre: Re : Votre livre de chevet
Posté par: traygor le 24Décembre, 2008, 16:31:10
je viens de finir l'adieu au rènes de Cavana et j'ai enchainé sur un livre documentaire: l'amour au moyen âge pas mal du tout et pas trop prise de tête surtout.

T.


Titre: Re : Votre livre de chevet
Posté par: Alias le 25Décembre, 2008, 20:24:07
Fini Matter, de Iain M Banks. Que dire de plus, sinon que c'est le dernier (en date) roman se passant dans l'univers de la Culture. Les gens qui, comme moi, aiment le style et l'univers adoreront, les autres ne crocheront pas beaucoup plus.

L'histoire suit trois personnages, frères et soeur: le prince héritier d'un royaume avec un niveau technologique équivalent à la révolution industrielle, sis dans une sorte de Sphère de Dyson; sa soeur, qui est partie vivre dans le monde ultratechnologique de la Culture, et le "fils prodigue", qui a été témoin de ce qu'il n'aurait pas dû et doit fuir le royaume pour trouver de l'aide ailleurs.

L'intrigue en elle-même est somme toute assez peu importante, l'essentiel est de suivre ces trois personnages aux destinées divergentes et de goûter aux différences culturelles d'une galaxie richissime en forme de vie et en civilisations distinctes au travers de leurs points de vue.

Chouette bonus, dans l'édition couverture rigide en anglais: un glossaire qui inclut les noms des vaisseaux de la Culture, tels que "Liveware Problem" ou "Now We Try It My Way".


Titre: La princesse de Clèves
Posté par: cccp le 27Décembre, 2008, 02:19:59
Les réflexions d'un certain Nicolas S combiné à celles d'un certains Usher m'ont poussé à me pencher sur cette œuvre.

j'ai un mépris certain pour toutes ces idoles sans le moindre mérite que l'on nous expose. Ce mépris s'applique particulièrement au star de la réalité aux people et aux héritiers.

Dans la catégories héritiers, je place les médiocres des grandes familles dont l'aristocratie.


La princesse de Clèves montre justement ce monde. La description initiale de la cours d'Henri II me fait penser à du Jean-Claude Brialy ! Tout le monde est merveilleux, tout le monde est beau, tout le monde a de l'esprit. Tout le monde ne pense qu'à paraître et à s'occuper de ses amourettes.
Et donc cette compagnie est à la tête d'un état !

Nous avons l'amant de la maîtresse du roi qui est promu comme haut gradé pour pour pouvoir l'envoyer au loin. C'est un bon test pour connaître la valeur des gens sauter la maîtresse du roi !

Il n'y a pas de distance prise par rapport cette situation qui me choque ce qui fait que la lecture de ce roman me déplaît.


Titre: Re : La princesse de Clèves
Posté par: Usher le 27Décembre, 2008, 11:50:43

Il n'y a pas de distance prise par rapport cette situation qui me choque ce qui fait que la lecture de ce roman me déplaît.


Il est très compréhensible que La princesse de Clèves puisse ne pas plaire.

Toutefois, attention à la façon de l'aborder. Tu en fais une lecture politique, et ce n'est absolument pas son objet. Je me trompe peut-être, mais tu lis ce roman avec le jugement d'un lecteur de gauche du début du XXI° siècle. Cela se conçoit, bien sûr, mais dès lors, tu y liras autre chose que ce qu'on y a écrit au XVII° siècle.

Il y a plusieurs façons de lire une œuvre. Conserver une distance critique avec le texte est naturellement une qualité ; mais parfois, en particulier avec les œuvres anciennes ou étrangères, il faut savoir lire le texte en se gardant à distance de soi-même. Evidemment, c'est là davantage du travail que du plaisir.

Usher


Titre: Re : Votre livre de chevet
Posté par: El Nando le 29Décembre, 2008, 21:33:40
Bon ben mon livre de chevet actuel est "techniques de la spéléologie alpine", qui n'intéressera pas grand monde, je vais donc enchainer sur quelques coups de coeur:

- Le chant des pistes, de Bruce Chatwin (expert ès peinture chez Sotheby's devenu globe-trotter après avoir failli perdre la vue, cherchant à travers le monde à confirmer sa théorie -partagée par beaucoup- que l'homme est nomade "par essence"). Carnets de route écrits sur les pistes australiennes (dans les 80's si je me souviens bien), plus quelques perles des ces précédents voyages (un peu partout dans le monde). Génial. Le sujet de son voyage (en deux mots, donc forcément réducteurs): les "songlines" aborigènes, ces voies chantées définies par des mélodies/rythmes/etc qui passent les barrières des langages...

- Samarcande, d'Amin Maalouf. Fans de romans historiques, d'Histoire tout court, de philosophie ou de poésie, ce livre est pour vous. On y parle d'Omar Khayyam, plus que fameux poète perse musulman controversé (il écrivait entre autres sur les plaisirs de l'ivresse, mais rien de grivois à ma connaissance), on y découvre la genèse (et la surprenante fin) de la célèbre secte des "assassins" qui fit régner la terreur au sein de pas mal de cours de l'époque (mais attention, on est loin des habituels mythes sur le haschisch et autres tueurs surentrainés), enfin on y apprend pas mal sur l'Histoire injustement méconnue du moyen-Orient... D'ailleurs je vous conseille les autres bouquins de l'auteur, de pures merveilles d'humanisme et de connaissances historiques (en fait j'en ai lu que trois pour l'instant, mais je suis bluffé à chaque fois)...

- Space opera, de Vance. Classique (il a quand même donné son nom à un genre, excusez du peu...), ironique (comme toujours avec Vance, enfin il me semble), très court, une chute comme je rêverais d'en écrire... Attention toutefois, c'est du "old school", ne vous attendez pas à des cyborgs ultramachinchose ou des bastons spatiales à coup de lasers-turbo-nucléaires avec des vrais morceaux d'Aliens dedans.


Titre: Re : Re : Votre livre de chevet
Posté par: Cultösaurus le 30Décembre, 2008, 00:10:10
- Space opera, de Vance. Classique (il a quand même donné son nom à un genre, excusez du peu...)

Ouais, enfin, pas tout à fait : le terme space opera est apparu en 1941 (ici (http://www.midamericon.org/tucker/lez36i.htm) sa toute première apparition, sous la plume de Wilson Tucker, cinquième ligne en partant du bas), et le bouquin de Vance a été publié en 1965.


Titre: Re : Votre livre de chevet
Posté par: Acritarche le 31Décembre, 2008, 10:35:33
Je lis Neropolis de Hubert Montheilhet. C'est un roman qui retrace la vie d'une familia d'affranchis aux temps de Néron, Aggripine et autres Caligula. Il mêle habilement humour, tragédie et érudition (mais j'ai déjà repéré deux erreurs historiques, une mineure et l'autre plus dérangeante mais tellement évidente!). Ca se lit avec un plaisir non dissimulé et c'est une excellente inspi pour Praetoria Prima (http://www.praetoria-prima.com), d'autant plus qu'il se passe à la période incriminée et qu'il décrit la vie quotidienne avec une précision qui la rend immédiatement accessible.

(http://ecx.images-amazon.com/images/I/51RRWA6Z8HL._SL500_AA240_.jpg)

Une critique plus fouillée (http://www.critiqueslibres.com/i.php/vcrit/764)


Titre: Re : Re : Votre livre de chevet
Posté par: Macbesse le 31Décembre, 2008, 10:59:05
- Space opera, de Vance. Classique (il a quand même donné son nom à un genre, excusez du peu...), ironique (comme toujours avec Vance, enfin il me semble), très court, une chute comme je rêverais d'en écrire... Attention toutefois, c'est du "old school", ne vous attendez pas à des cyborgs ultramachinchose ou des bastons spatiales à coup de lasers-turbo-nucléaires avec des vrais morceaux d'Aliens dedans.

Je renchéris sur ce que disait Cultö : le titre est un jeu de mot sur le genre, alors même que le roman est très éloigné de ses canons (justement, pas de grande bastons spatiales :mrgreen:). "Old school" ne le définit pas mieux : on est loin de la hard science, et beaucoup plus proche de la "science fantasy", si tant est que ce terme ait un sens. Si on le replace dans l'oeuvre de Vance, il est certes ironique, mais plus dans la veine fraîche que dans le versant noir et désespéré de certains opus.

C'était mon pinaillage du jour.


Titre: Re : Re : Re : Votre livre de chevet
Posté par: El Nando le 02Janvier, 2009, 15:58:16
- Space opera, de Vance. Classique (il a quand même donné son nom à un genre, excusez du peu...)

Ouais, enfin, pas tout à fait : le terme space opera est apparu en 1941 (ici (http://www.midamericon.org/tucker/lez36i.htm) sa toute première apparition, sous la plume de Wilson Tucker, cinquième ligne en partant du bas), et le bouquin de Vance a été publié en 1965.

Excellent ! ça c'est du document, on dirait une aide de jeu/accessoire pou Cthulhu...

Autant pour moi, donc... Toujours est-il que je vous conseille ce bouquin, qui ne serait qu'une déclinaison du genre (on en apprend tous les jours).

- Space opera, de Vance. Classique (il a quand même donné son nom à un genre, excusez du peu...), ironique (comme toujours avec Vance, enfin il me semble), très court, une chute comme je rêverais d'en écrire... Attention toutefois, c'est du "old school", ne vous attendez pas à des cyborgs ultramachinchose ou des bastons spatiales à coup de lasers-turbo-nucléaires avec des vrais morceaux d'Aliens dedans.

Je renchéris sur ce que disait Cultö : le titre est un jeu de mot sur le genre, alors même que le roman est très éloigné de ses canons (justement, pas de grande bastons spatiales :mrgreen:). "Old school" ne le définit pas mieux : on est loin de la hard science, et beaucoup plus proche de la "science fantasy", si tant est que ce terme ait un sens. Si on le replace dans l'oeuvre de Vance, il est certes ironique, mais plus dans la veine fraîche que dans le versant noir et désespéré de certains opus.

C'était mon pinaillage du jour.

Ah, si tu peux m'indiquer quels bouquins tu prendrais comme canons, ça m'intéresse (par curiosité, et un peu par pinaillage ^^ ).

Je disais "old school" par opposition par rapport à ce qui est maintenant pris en référence pour le space-opéra (genre Star Wars, nettement plus "guerrier"). J'aurais dû penser que ce serait lu par quelques antédiluviens dinosaures (si ça vous intéresse, j'ai une version de l'Odyssée dédicacée par Homère...  :mrgreen:). Ceci dit, j'aime l'idée de Vance "parodiant" le genre, surtout avec ce bouquin qui reste une belle blague en plus d'une satyre sociale, avec son héros dilettante, bien loin du jedi Skywalker (le fils... et le père aussi, en fait...).

Je vais essayer de me renseigner sur "hard science" et "science fantasy", parce que là, je suis largué...

Et d'accord sur l'ironie, analyse intéressante... qui me fait penser à Pratchett...




Titre: Re : Re : Re : Re : Votre livre de chevet
Posté par: Cultösaurus le 02Janvier, 2009, 19:59:22
Ah, si tu peux m'indiquer quels bouquins tu prendrais comme canons, ça m'intéresse (par curiosité, et un peu par pinaillage ^^ ).

La question ne s'adressait pas à moi, mais à mes yeux la réponse serait à chercher du côté des œuvres "fondatrices" du genre, et des grandes séries des années '30 à '50, la saga du Fulgur de E.E. Doc Smith, les space op' de Edmond Hamilton (genre Les loups des étoiles) ou ceux de Jack Williamson (genre La légion de l'espace) pour les fondateurs, par exemple ; en BD, Flash Gordon / Guy l'Éclair est assez typique du genre.


Citation
Je disais "old school" par opposition par rapport à ce qui est maintenant pris en référence pour le space-opéra (genre Star Wars, nettement plus "guerrier"). J'aurais dû penser que ce serait lu par quelques antédiluviens dinosaures

Je ne vais pas entrer dans la polémique de savoir si Star Ouarz est ou non de la SF, et est ou non une référence dans le genre, mais ce n'est certainement pas à ça que j'aurais pensé si j'avais dû citer un space opera moderne ! ;)

Par contre, je ne suis pas d'accord avec Macbesse quand il sous-entend que "space opera old school" implique "hard science", pasque les deux sont au contraire plutôt antinomiques. Le space opera à habillage hard science est beaucoup plus récent (je dirais autour du début des années '80 (avec des choses comme Le cycle de l'Élévation de David Brin), même si les prémices s'en font sentir bien avant), et s'est vraiment développé dans les années '90 (avec des choses comme la trilogie L'aube de la nuit de Peter F. Hamilton).


Titre: Re : Votre livre de chevet
Posté par: Macbesse le 02Janvier, 2009, 20:05:59
Et tu as parfaitement raison de ne pas être d'accord avec moi sur le lien hard science - space op, mon cher Cultö.  :mrgreen:
Je devrais me relire, parfois.  :'(


Titre: Re : Votre livre de chevet
Posté par: Macbesse le 02Janvier, 2009, 21:51:14
Oui... ça y est, je sais, je sais pourquoi j'avais fait l'association "hard science" - "old school". Ma phrase était ambiguë mais ma pensée ne l'était pas. Si j'ai associé les deux, c'est que la SF de l'âge d'or a tendance à valoriser le récit hard science, qui était beaucoup mieux considéré que le Space Op, d'ailleurs. Remarque, ça se comprend... essayez donc de lire La Saga du Fulgur... overdose de manichéisme et de mélo assurée !

Pour revenir sur le côté parodique de Space Opera, de nombreuses sagas de space op des années 30-40 narrent des explorations aux confins des mondes connus, à la découverte de civilisations tombées ou d'ennemis cherchant à dominer l'univers. La trame du space opera est d'ailleurs très souvent liée à celle du roman colonial.
C'est, je crois, Ray Bradbury qui renverse la perspective le premier, en tournant le colon terrien en dérision dans les Chroniques Martiennes. Vance enfonce le clou avec ses planètes-clichés. De ce point de vue là, la planète maudite est à mon goût la plus aboutie, tant les exemples de civilisations déchues abondent dans les romances pulp des années 30-40.


Titre: Re : Votre livre de chevet
Posté par: Loris le 03Janvier, 2009, 13:00:31
J'ai fini le Carbone Modifié de Richar Morgan, et il se place dans mon peloton de tête en termes de Cyberpunk. Waow. Vivement la sortie en poche des deux suites.

J'ai commencé Yama Loka Terminus : Dernières nouvelles de Yirminadingrad. C'est un recueil de nouvelles de Léo Henry et un de ses potes. J'en ai lu un tiers : c'est très très bon.

Loris.


Titre: Re : Votre livre de chevet
Posté par: Macbesse le 03Janvier, 2009, 13:53:25
La présentation du Space Op' du Cafard Cosmique m'a bien fait rire, même si je ne suis pas d'accord avec tout (Cultö de son côté dira que c'est loin d'être complet !) : http://www.cafardcosmique.com/Le-Space-Opera (http://www.cafardcosmique.com/Le-Space-Opera)


Titre: Re : Re : Votre livre de chevet
Posté par: Cultösaurus le 03Janvier, 2009, 14:39:33
La présentation du Space Op' du Cafard Cosmique m'a bien fait rire, même si je ne suis pas d'accord avec tout (Cultö de son côté dira que c'est loin d'être complet !) : http://www.cafardcosmique.com/Le-Space-Opera (http://www.cafardcosmique.com/Le-Space-Opera)

Pour plus de lisibilité / visibilité, je vous propose si vous le désirez de continuer la discussion sur le space opera dans un sujet dédié, que je viens d'ouvrir ici (http://couroberon.com/Salon/index.php/topic,1416.0.html).


Titre: Re : Votre livre de chevet
Posté par: Marcellus Lesendar le 05Janvier, 2009, 15:52:04
Tiens je suis en train de lire Le vieil homme et la guerre de John Scalzi.
Y en a des qui comparent ça à Starship troopers (tant qu'ils ne parlent que du film et pas d'étoiles garde à vous, ça me va), ou à la guerre éternelle (faudrait que je le lise celui-ci). Bah ma foi, pour le côté Hollywood aux stéroïdes, survitaminé et sur-équipé je suis d'accord. Mais après pour le reste c'est pas non plus aussi "politique" que l'était étoiles garde à vous.
L'histoire est vraiment attirante ne serait-ce de par la première accroche "à 75 ans j'ai fait deux choses, je suis allé sur la tombe de ma femme et je me suis engagé" ou un truc du genre. J'ai regardé un résumé.
L'histoire de FDC (forces de défense coloniales) qui recrutent sur Terre des vieillards pour les incorporer dans leur armée. Les vieillards sont toujours hyper motivés puisqu'on leur promet une nouvelle jeunesse...
On est dans un monde futuriste qui ne dépayse pas trop. Quelques vaisseaux, des mondes colonisés ou à coloniser, des races E.T alliées ou qu'on cherche à exterminer, une approche de "ce que ça serait si c'était vrai" qui n'est pas sans rappeler notre humanité actuelle...
Le style est agréable à lire et le côté "vieux héros" est assez sympa aussi.
Pour le coup j'ai arrêté de lire millenium (ça me lourde les stéréotypes qu'on y trouve) pour lire ce livre et m'acheter les deux tomes suivants tant j'accroche littéralement à cette perle!
Après je trouve quand même qu'on est plus dans un livre orienté action que dans une critique lisible de notre société, mais c'est du tout bon quand même^^


Titre: Re : Votre livre de chevet
Posté par: cavaillon le 05Janvier, 2009, 23:54:35
J'ai mis le temps, mais ça valait le coup !

J'ai terminé "Les Rois Maudits".

Quel plaisir !
J'ai vraiment pris beaucoup de plaisir à lire ce roman. Au début, ça m'a donné envie de m'acheter les D.V.D. (de la version avec Jean Piat ; je n'ai jamais vu celle de Dayan, mais les critiques que j'en ai reçu ne me donnent pas envie), mais finalement non: la version télévisée me paraîtrait trop pâle en comparaison du roman.

Maurice Druon fait quelques petites entorses, légères, à l'Histoire de France, romance énormément, mais signe une oeuvre magistrale ! De 1307 à 1356, il nous fait vivre les grands moments de l'Histoire ("procès" des Templiers, fin de la branche des capétiens, luttes pour le trône, guerres de Flandres, révolte d'Edouard III d'Angleterre, début de la guerre de Cent Ans (jusqu'à Poitiers)), sans jamais écrire un livre d'histoire, mais bien un roman, avec lyrisme, avec style, avec le souffle de l'épopée, la noblesse des personnages, leurs élans chevaleresques, mais aussi avec leurs bassesses, leur immoralité, leurs trahisons, leur égocentrisme...

Et avec quelle plume ! J'aimerais lire (ou entendre) un tel français plus souvent ! C'est écrit en français moderne, mais la syntaxe ancienne et le subjonctif ne font pas peur à Druon, et il en use bien, sans jamais tomber dans l'excès ou le ridicule (bon, il est pas académicien, aussi).

Je le conseille vivement à tous ceux qui n'ont pas peur de s'enfiler 1500 pages (et c'est écrit petit) d'un grand roman.


Titre: Re : Votre livre de chevet
Posté par: Macbesse le 06Janvier, 2009, 16:59:41
Citation
Et avec quelle plume ! J'aimerais lire (ou entendre) un tel français plus souvent ! C'est écrit en français moderne, mais la syntaxe ancienne et le subjonctif ne font pas peur à Druon, et il en use bien, sans jamais tomber dans l'excès ou le ridicule (bon, il est pas académicien, aussi).

Euh, il ne manque pas un bout à ta phrase ? Genre "pas académicien pour rien", ou quelque-chose comme ça, parce qu'il en est quand-même le doyen et le secrétaire perpétuel, de l'Académie, justement.  ???

Après, je ne dirais pas ce que je pense de ses copier-coller directement tirés du petit Lavisse.  :mrgreen:


Titre: Re : Votre livre de chevet
Posté par: olivier legrand le 06Janvier, 2009, 17:51:30
Je viens de terminer TERREUR de Dan Simmons... et je n'irai pas par quatre chemins : c'est un des meilleurs romans d'horreur que j'aie lu depuis un sacré paquet d'années. Dès les premiers paragraphes, on est happé dans l'action... et on reste immergé pour plus de 600 pages !  Fort bien écrit, avec des personnages à la fois complexes et bien campés et une gestion assez virtuose du suspense et du découpage narratif.

Sans déflorer trop le sujet, cela raconte l'odyssée cauchemardesque d'une (d'ailleurs authentique) expédition polaire entre 1845 et 1848 - imaginez "The Thing" de Carpenter se déroulant 130 ans plus tôt... avec, pour ceux qui connaissent, une bonne touche de "Vorace". On pense aussi à l'Arthur Gordon Pym de Poe - il y a d'ailleurs une excellente référence à un autre récit de ce dernier dans ce roman.

Tout y est : l'enfer blanc, l'expédition héroïque qui tourne au cauchemar,  les détails horribles sur le froid, le scorbut et autres "inconvénients" de la survie en milieu arctique... avec en prime une menace surnaturelle très bien pensée, dans un registre qu'on pensait pourtant déjà largement balisé.

En outre, l'expédition Franklin mise en scène dans le roman a bel et bien existé - et bel et bien disparu, donnant naissance à toutes sortes de théories sur ce qui avait bien pu arriver aux hommes intrépides des navires Erebus et Terror (oui, il s'appelait vraiment comme ça - ça ne s'invente pas). Apparemment, Simmons est allé jusqu'à consulter les rôles des équipages pour les noms des personnages secondaires et l'ensemble est baigné dans un parfum d'authenticité impressionnant, qui ne donne que plus de force aux éléments fantastiques du récit. 

Impressionnant, fascinant, poignant... A lire d'urgence, surtout par ces périodes de grand froid, histoire de se mettre dans l'ambiance.


Titre: Re : Votre livre de chevet
Posté par: Macbesse le 06Janvier, 2009, 18:40:31
Quelques lectures de ces derniers temps :

Marina Neimat, Prisonnière à Téhéran : écrit comme une thérapie, la valeur de ce roman réside surtout dans ce qu'il est un témoignage sur les conditions de détention des prisonniers politiques dans l'Iran des années Khomeyni. Arrêtée à 16 ans pour avoir "déclenché une grêve", c'est-à-dire demander à ce qu'on enseigne le calcul en cours de mathématiques, et rapidement mise à la torture pour que ses "complicités communistes" soient découvertes, l'auteur a échappé de justesse à la peine de mort et passé de longues années dans la prison d'Evin et en expose l'arbitraire et l'absurde au fil de son roman.
Littérairement, c'est de l'anglais standard, mais les flashbacks de l'enfance viennent enrichir le récit et mettent bien en exergue l'horreur de la prison et le sentiment d'incrédulité du narrateur - comme s'il s'agissait d'une sorte de cauchemar éveillé. A lire si on s'intéresse à l'histoire de l'Iran.

Zoya Pirzâd On s'y fera : toujours en Iran, mais de nos jours, et on change de braqué, avec un sujet beaucoup moins lourd et une écriture autrement plus virtuose. Le roman montre le narrateur, une femme divorcée et active, aux prises avec les pesanteurs de la société iranienne - coincée entre sa mère sur-bourgeoise, sa fille techniquement moderne mais socialement conservatrice, et sa meilleure amie féministe mais pas trop. Ce qui est formidable, c'est que tout se passe entre les lignes, ou entre les chapitres, le roman ne présentant que de courtes saynètes de la vie quotidienne. L'essentiel se passe ailleurs, comme dans un certain roman épistolaire de Montesquieu.  :mrgreen: Très subtil. A lire, tout court.


Titre: Re : Votre livre de chevet
Posté par: Hikaki le 06Janvier, 2009, 18:44:19
Je suis d'accord avec la critique d'Olivier concernant l'œuvre de Dan Simmons, sauf sur le dernier point : ce livre est capable de vous glacer littéralement les os même en pleine canicule, alors ce n'est certainement pas le meilleur moment pour le dévorer !  ;D
(Sinon, oui, c'est un livre très immersif : on sent le froid, on entend les mugissements du vent, on est plongé dans l'interminable nuit polaire et dans la noirceur de l'esprit humain, on est ébloui par le courage de ces mêmes hommes. A lire sans hésitation !)


Titre: Re : Re : Votre livre de chevet
Posté par: cavaillon le 07Janvier, 2009, 18:43:34
Citation
Et avec quelle plume ! J'aimerais lire (ou entendre) un tel français plus souvent ! C'est écrit en français moderne, mais la syntaxe ancienne et le subjonctif ne font pas peur à Druon, et il en use bien, sans jamais tomber dans l'excès ou le ridicule (bon, il est pas académicien, aussi).

Euh, il ne manque pas un bout à ta phrase ? Genre "pas académicien pour rien", ou quelque-chose comme ça, parce qu'il en est quand-même le doyen et le secrétaire perpétuel, de l'Académie, justement.  ???

Oups. C'est ce que je voulais écrire, "pour rien"...     :-[

Merci de ta remarque et de ta correction... (au moins, je suis sûr qu'il en a un qui lit !      :thumbsup:    :lol:    )


Titre: Re : Votre livre de chevet
Posté par: Acritarche le 08Janvier, 2009, 10:01:12
Non, non, môssieu. Il y a ceux qui lisent et corrigent dans leur coin et il y a les profs-pointilleux-qui-peuvent-pô-s'empêcher-d'corriger-nos-biesses-fôtes.  :P

Bon, ils sont majoritaires ici, d'accord, mais bon!  ;)

:lol:


Titre: Re : Re : Votre livre de chevet
Posté par: El Nando le 11Janvier, 2009, 17:50:51
Tiens je suis en train de lire Le vieil homme et la guerre de John Scalzi.
Y en a des qui comparent ça à Starship troopers (tant qu'ils ne parlent que du film et pas d'étoiles garde à vous, ça me va), ou à la guerre éternelle (faudrait que je le lise celui-ci).


La guerre éternelle, j'ai pas lu le bouquin, mais l'adaptation en BD (par un pote de l'auteur, me souvient plus qui) est vraiment pas mal... Pour la petite histoire, il s'agit de la transposition en SF du "vécu"  de l'écrivain, en l'occurence la guerre du Vietnam, d'ailleurs si je me souviens bien il l'a écrit là-bas pendant  les temps-morts (hem). C'est nettement plus "réaliste", et donc subversif, que le pseudo-peplum de série Z qu'est, à mon goût, Starship troopers (mais bon, là non plus je n'ai pas lu le bouquin). Bref, Marcellus, lis la guerre éternelle (le bouquin ou la BD), à mon avis tu ne seras pas déçu...


Titre: Re : Re : Re : Votre livre de chevet
Posté par: Cultösaurus le 11Janvier, 2009, 20:16:27
C'est nettement plus "réaliste", et donc subversif, que le pseudo-peplum de série Z qu'est, à mon goût, Starship troopers (mais bon, là non plus je n'ai pas lu le bouquin).

Le film n'a RIEN À VOIR avec le bouquin, passé le titre (qui n'a même pas été traduit en français) et les noms de certains personnages.
Mon docteur me déconseille de développer.


Titre: Re : Votre livre de chevet
Posté par: El Nando le 11Janvier, 2009, 20:40:43
Ok, je prends note. A l'occase peut-être le lirais-je...

Question bête: y a-t-il un équivalent potable de la bédéthèque  (généraliste, plutôt complet, avec critiques etc...) pour les bouquins ?


Titre: Re : Votre livre de chevet
Posté par: Loris le 11Janvier, 2009, 23:06:48
En ce moment, c'est très "guerre". J'ai fini "La conduite de la guerre", un opuscule traitant du massacre de Haditah en Irak.

Et j'ai entamé "Le soldat oublié" de Guy Sajer, récit autobiographique d'un malgré-nous* envoyé sur le front de l'Est avec l'uniforme de la Wermacht.

Loris
* de son vrai nom Guy Mouminoux, plus connu sous le pseudonyme Dimitri (http://fr.wikipedia.org/wiki/Dimitri_(auteur))


Titre: Re : Re : Re : Votre livre de chevet
Posté par: Acritarche le 12Janvier, 2009, 09:50:01
La guerre éternelle, j'ai pas lu le bouquin, mais l'adaptation en BD (par un pote de l'auteur, me souvient plus qui) est vraiment pas mal...

Mark van Oppem alias Marvano, l'auteur de la BD est belge. Au départ, il n'est pas plus pote que ça avec Joe Haldeman, l'auteur du roman. Ils le sont devenus à force de bosser ensemble sur le synopsis de la BD.

C'est une excellente adaptation du bouquin et le côté subversif y est parfaitement retranscrit.

Un petit lien qui ne fait pas de tort. (http://www.bedetheque.com/serie-233-BD-Guerre-eternelle-(La).html)


Titre: Re : Votre livre de chevet
Posté par: Marcellus Lesendar le 12Janvier, 2009, 10:47:41
Sur l'ancien forum, ils en avaient parlé en long et en large de "Etoiles garde-à-vous!" et de l'adaptation en film en "starship troopers". C'est ça qui m'avait incité à lire le livre. Et j'avais adoré. Autant le film est un bon gros navet bourrin et jouissif, autant le livre est une petite perle je trouve:)
M'enfin bon... En BD, j'sais pas trop...

Là j'suis lancé dans Millenium, qu'est-ce que ça me lourde pour le moment... Vivement qu'j'arrive à la fin pour pouvoir dire si ça vaut tant le coup que ça...


Titre: Re : Re : Votre livre de chevet
Posté par: Macbesse le 12Janvier, 2009, 13:48:18
Là j'suis lancé dans Millenium, qu'est-ce que ça me lourde pour le moment... Vivement qu'j'arrive à la fin pour pouvoir dire si ça vaut tant le coup que ça...

Les 250 premières pages sont un peu fadasses. Puis, le récit se met à ronronner, un peu comme dans les grands romans américains, avec ce ventre mou où il ne se passe rien, semble-t-il. Enfin, c'est le crescendo et on se le prend sur le coin de la tête.
A mon avis, l'attente en vaut la peine.


Titre: Re : Votre livre de chevet
Posté par: Alias le 12Janvier, 2009, 14:28:34
Puisqu'on est dans le sujet, je me suis lancé dans la série des "Worldwar" de Harry Turtledove, l'un des grands maîtres de l'histoire alternative.

En deux mots, une civilisation extra-terrestre débarque sur Terre avec l'intention de coloniser la planète. Problème premier: leurs infos ont huit cents ans de retard et ils n'avaient pas prévu que les autochtones évolueraient aussi vite. Problème second: ils débarquent en 1942.

Paradoxalement, la partie "humaine" (à savoir les personnages) est pour moi moins intéressante que les question de matériel et de technologie: ça reste plutôt bateau, même s'il y a des surprises (comme des protagonistes qui se font dézinguer sans prévenir).

Je suis en train de finir le deuxième volume et il me manque la fin de la trilogie, mais c'est plutôt plaisant à lire, pour ceux qui s'intéressent aux uchronies et à la Seconde Guerre mondiale.


Titre: Re : Re : Re : Votre livre de chevet
Posté par: Loris le 12Janvier, 2009, 17:24:48
Là j'suis lancé dans Millenium, qu'est-ce que ça me lourde pour le moment... Vivement qu'j'arrive à la fin pour pouvoir dire si ça vaut tant le coup que ça...

Les 250 premières pages sont un peu fadasses. Puis, le récit se met à ronronner, un peu comme dans les grands romans américains, avec ce ventre mou où il ne se passe rien, semble-t-il. Enfin, c'est le crescendo et on se le prend sur le coin de la tête.
A mon avis, l'attente en vaut la peine.

J'en ai lu 80 pages et j'ai abandonné. Si c'est 250 pages chiantes *plus* le "ventre mou", pour pouvoir enfin accéder à la partie ayant un semblant d'intérêt, je crois que je peux aimablement le condamner à l'oubli. Je me demande si la fin ne paraît pas "géniale" par simple différentiel avec l'ennui provoqué par le premier volume, un peu comme quand tu vois un film dont on t'as dit qu'il était nul et, n'attendant rien, tu passes un bon moment.

Loris.


Titre: Re : Votre livre de chevet
Posté par: Macbesse le 12Janvier, 2009, 19:52:10
Pour moi, ça tient plus du procédé de narration que du contraste. Quant aux deux autres tomes, ils n'ont aucun temps mort.


Titre: Re : Votre livre de chevet
Posté par: Loris le 12Janvier, 2009, 19:58:22
Et on peut le sauter, le premier tome ?

Loris.


Titre: Re : Votre livre de chevet
Posté par: Macbesse le 13Janvier, 2009, 06:48:58
La lecture en diagonale, ça marche pas mal. ;)


Titre: Re : Votre livre de chevet
Posté par: Marcellus Lesendar le 13Janvier, 2009, 10:48:38
C'est amusant, car j'fais comme pour le SDA, je trouve tous les prétextes de la Terre pour reporter sans cesse mon avancée dans le livre. N'ayant pas le choix je sais que je le lirais, mais traînons tant que nous le pouvons... C'est vraiment dingue que ça plaise autant depuis plus d'un an. J'veux dire, c'est un des rares livres qui reste au top des ventes sans bouger en dessous du top 10...
Je viens de découvrir le manga Dorohedoro. J'aime beaucoup l'ambiance qui se dégage des dessins, pas mal utile en source d'inspi je trouve, ne serait-ce pour un one shot:p


Titre: Re : Votre livre de chevet
Posté par: Rom1 le 13Janvier, 2009, 10:51:25
Bon ben voilà, fini le dernier Alatriste en poche.  :'(


Titre: Re : Re : Votre livre de chevet
Posté par: Xaramis le 13Janvier, 2009, 11:52:08
Bon ben voilà, fini le dernier Alatriste en poche.  :'(
Déçu par la qualité du roman, ou déçu que ta lecture soit déjà finie et qu'il te faille attendre la parution du suivant en poche ?


Titre: Re : Re : Votre livre de chevet
Posté par: Loris le 13Janvier, 2009, 11:56:22
La lecture en diagonale, ça marche pas mal. ;)

Bon, ben je vais peut être faire ça une fois fini l'excellent Le Soldat Oublié (Guy Sajer aka Guy Mouminoux).
Parce que ça me gonfle d'avoir mis plus de 20 euros dans le premier tome de Millenium et pas avoir réussi à lire plus de 100 pages.

Loris.


Titre: Re : Re : Re : Votre livre de chevet
Posté par: Rom1 le 13Janvier, 2009, 12:08:00
Bon ben voilà, fini le dernier Alatriste en poche.  :'(
Déçu par la qualité du roman, ou déçu que ta lecture soit déjà finie et qu'il te faille attendre la parution du suivant en poche ?

Seconde solution. ;)
J'ai pas pour habitude d'enfiler 5 tomes sans pause d'une série que je n'apprécierai pas. Allez, le film m'aidera à patienter.


Titre: Re : Re : Votre livre de chevet
Posté par: killerklown le 19Janvier, 2009, 10:29:33
Je lis Neropolis de Hubert Montheilhet. C'est un roman qui retrace la vie d'une familia d'affranchis aux temps de Néron, Aggripine et autres Caligula. Il mêle habilement humour, tragédie et érudition (mais j'ai déjà repéré deux erreurs historiques, une mineure et l'autre plus dérangeante mais tellement évidente!). Ca se lit avec un plaisir non dissimulé et c'est une excellente inspi pour Praetoria Prima (http://www.praetoria-prima.com), d'autant plus qu'il se passe à la période incriminée et qu'il décrit la vie quotidienne avec une précision qui la rend immédiatement accessible.

Sur tes conseils, je l'ai commandé et j'ai commencé à le ire et les 20 premières pages m'ont vraiment émoustillé.


Titre: Re : Votre livre de chevet
Posté par: Loris le 19Janvier, 2009, 12:43:07
J'ai pris un Alatriste en poche. Celui que je n'avais pas réussi à lire en français (et sur lequel j'avais arrêté la série). Je l'ai pris en castillan, pour voir.

Punaise, j'ai pas mal perdu en castillan, mais en plus c'est quand même un vocabulaire peu courant, qui me donne énormément de mal. Snirf.
Pourtant, lire "El Sol De Breda" en Hollande (et pas très loin de Breda), c'était amusant...

Loris.


Titre: Re : Votre livre de chevet
Posté par: cavaillon le 19Janvier, 2009, 18:46:06
J'ai terminé 'Samarcande' d'Amin Maalouf

C'est sympathique, sans casser des briques. L'intérêt du livre est de traiter de deux moments forts de l'histoire de la Perse.

Les deux premières parties du livre se passent au XIème siècle et relatent, de manière romancée, les destins liés de trois personnes historiques : Omar Khayyam (poète, mathématicien, philosophe, astronome, à l'époque où les sages étaient tout cela en même temps), et les ennemis jurés que furent Hassan Sabbah (le Vieux de la Montagne, chef de la secte des Ismaélites), et Nizam al-Molk, qui fut vizir des sultans seldjoukides (et véritable chef de leur Empire). Cela termine par les invasions mongoles, et la destruction d'Alamout.

Les deux autres parties se déroulent fin XIXème début XXème siècles, et par le biais d'un personnage inventé racontent un autre temps fort de la Perse, la révolution constitutionnelle. Là aussi, le récit entoure trois personnages historiques : Fazel, Howard Baskerville et Morgan Shuster. Encore une fois, cela se termine mal (pour la Perse), puisque la Russie écrase cette révolution en 1910 et rend son trône au Shah.

J'ai été très curieux de découvrir l'histoire de pays qui m'était totalement inconnue, mais pour quelqu'un qui maîtrise ce sujet, je ne pense pas que cela soit très intéressant.

Pour ceux qui seraient rebutés par un livre en quatre parties, elles sont courtes (et je pense que cela ne mérite pas un tel saucissonage), et cela se lit relativement vite.


Titre: Re : Re : Re : Votre livre de chevet
Posté par: Acritarche le 20Janvier, 2009, 09:44:26
Je lis Neropolis de Hubert Montheilhet. C'est un roman qui retrace la vie d'une familia d'affranchis aux temps de Néron, Aggripine et autres Caligula. Il mêle habilement humour, tragédie et érudition (mais j'ai déjà repéré deux erreurs historiques, une mineure et l'autre plus dérangeante mais tellement évidente!). Ca se lit avec un plaisir non dissimulé et c'est une excellente inspi pour Praetoria Prima (http://www.praetoria-prima.com), d'autant plus qu'il se passe à la période incriminée et qu'il décrit la vie quotidienne avec une précision qui la rend immédiatement accessible.

Sur tes conseils, je l'ai commandé et j'ai commencé à le ire et les 20 premières pages m'ont vraiment émoustillé.

J'espère de tout coeur qu'il te plaira. C'est toujours un plaisir de recommander un bon bouquin.


Titre: Re : Votre livre de chevet
Posté par: Alias le 20Janvier, 2009, 12:47:42
Je viens de finir "Le Carnet Noir", de Ian Rankin. C'est un polar qui se passe à Edinburgh, en Ecosse.

Le héros est un flic à moitié loser, qui se retrouve à enquêter sur une vieille affaire d'hôtel incendié où on a retrouvé un cadavre. Il y a un côté Chabrol, avec ses notables plus ou moins véreux et les secrets cachés.

Mon plus gros problème est que je ne croche pas à l'ambiance polar et qu'en plus, la traduction utilise des transpositions franchouillardes qui jurent dans le paysage écossais.

Ce n'est pas exactement un mauvais bouquin, mais j'aurais sans doute mieux apprécié de le lire en anglais.


Titre: Re : Votre livre de chevet
Posté par: ithilion le 20Janvier, 2009, 13:42:12
Les deux premières parties du livre se passent au XIème siècle et relatent, de manière romancée, les destins liés de trois personnes historiques : Omar Khayyam (poète, mathématicien, philosophe, astronome, à l'époque où les sages étaient tout cela en même temps), et les ennemis jurés que furent Hassan Sabbah (le Vieux de la Montagne, chef de la secte des Ismaélites), et Nizam al-Molk, qui fut vizir des sultans seldjoukides (et véritable chef de leur Empire). Cela termine par les invasions mongoles, et la destruction d'Alamout.
Un livre absolument génial de Vladimir Bartol sur ce sujet : Alamut. Il montre précisement le processus d'endoctrinement des fedayin pour en faire de véritables combattants haschachayin.  Hassan Ibn Sabbah, les jardins et les houris de pacotille, le cannabis pour voir le paradis d'Allah là où il n'y a qu'une habile mascarade, tout y est (sauf l'immortel Omar Kayyam, si mes souvenirs sont bons ; mais à défaut, vous pouvez toujours vous plonger dans l'enivrement et les délices des Rubayat). Une certaine collection l'avait réédité en 2002 avec l'accroche racoleuse "le premier Ben Laden", ce qui au fond n'a rien de grotesque, même si Bartol pensait au communisme et au nazisme plutôt qu'au salafisme.


Titre: Re : Re : Votre livre de chevet
Posté par: cavaillon le 20Janvier, 2009, 21:31:51
Alamut. Il montre précisement le processus d'endoctrinement des fedayin pour en faire de véritables combattants haschachayin.  Hassan Ibn Sabbah, les jardins et les houris de pacotille, le cannabis pour voir le paradis d'Allah là où il n'y a qu'une habile mascarade, tout y est.

J'ai déjà souvent entendu cette thèse. Ce n'est pas l'avis d'Amin Maalouf. Mais comment savoir qui est dans le vrai ?

Je cite Amin Maalouf : ''On a souvent dit [...] que les hommes de Hassan étaient drogués. [...] On a accrédité la thèse qu'ils agissaient sous l'effet du haschisch. [...] La vérité est autre. D'après les textes qui nous sont parvenus d'Alamout, Hassan aimait à appeler ses adeptes Assassiyoun, ceux qui sont fidèles au Assass, au ''Fondement'' de la foi, et c'est ce mot, mal compris des voyageurs étrangers, qui a semblé avoir des relents de haschisch.[...] En dépit d'une tradition tenace et séduisante, il faut se rendre à l'évidence : les Assassins n'avaient pas d'autre drogue qu'une foi sans nuances."


Titre: Re : Votre livre de chevet
Posté par: ithilion le 21Janvier, 2009, 13:29:22
J'ai déjà souvent entendu cette thèse. Ce n'est pas l'avis d'Amin Maalouf. Mais comment savoir qui est dans le vrai ?

Je cite Amin Maalouf : ''On a souvent dit [...] que les hommes de Hassan étaient drogués. [...] On a accrédité la thèse qu'ils agissaient sous l'effet du haschisch. [...] La vérité est autre. D'après les textes qui nous sont parvenus d'Alamout, Hassan aimait à appeler ses adeptes Assassiyoun, ceux qui sont fidèles au Assass, au ''Fondement'' de la foi, et c'est ce mot, mal compris des voyageurs étrangers, qui a semblé avoir des relents de haschisch.[...] En dépit d'une tradition tenace et séduisante, il faut se rendre à l'évidence : les Assassins n'avaient pas d'autre drogue qu'une foi sans nuances."

Pourquoi pas... Mais cela vaudrait dire que le magnétisme de Hassan et une interprétation fanatique du Livre sont les sources principales de la fureur suicidaire de ses disciples, qu'il n'aurait que peu ou pas utilisé de subterfuges à cette fin. Mais pourquoi s'en priver, si l'on peut faire descendre "le dieu de la machine", pour prouver que l'on est le vrai prophète ?
En tout cas le livre de Bartol n'a pas la prétention d'être un traité historique ; il n'est qu'une vision romancé de l'histoire, une parabole des totalitarismes du 20ième siècle. 


Titre: Re : Votre livre de chevet
Posté par: Alias le 21Janvier, 2009, 14:19:03
Je copie d'un autre forum (si ça vous ne plaît pas, je peux aussi mettre le lien sur mon blog :mrgreen: ):

Je viens de finir "Little Brother (http://craphound.com/littlebrother)", de Cory Doctorow: un roman pour ados très bien foutu (le roman, pas les ados). Ça se passe à San Francisco, après qu'un attentat ait plongé les USA dans une folie sécuritaire, avec surveillance généralisée et arrestations arbitraires.

Il y a de l'Internet, de la contre-culture, de la crypto, des vrais morceaux de politique et c'est vachement bien écrit. Je l'ai poutzé en moins de 36 heures.

En plus, il est téléchargeable gratuitement en Creative Commons.


Titre: Re : Re : Votre livre de chevet
Posté par: cavaillon le 21Janvier, 2009, 18:45:08
Pourquoi pas... Mais cela vaudrait dire que le magnétisme de Hassan et une interprétation fanatique du Livre sont les sources principales de la fureur suicidaire de ses disciples, qu'il n'aurait que peu ou pas utilisé de subterfuges à cette fin.

Y a-t-il besoin de haschisch ou d'autres drogues, quand on a la foi ? Certains actes complètement insensés des croisés, les terroristes suicidaires du W.T.C., étaient-ils drogués ? Les fanatiques qui se font sauter sur les marchés au moyen orient sont-ils drogués ? Les sectaires américains qui organisent des autodafés collectifs sont-ils drogués ?

Un bon lavage de cerveau, ou une foi aveugle peuvent donner les mêmes résultats.

En tout cas le livre de Bartol n'a pas la prétention d'être un traité historique ; il n'est qu'une vision romancé de l'histoire, une parabole des totalitarismes du 20ième siècle. 

De même que le Samarcande d'Amin Maalouf, qui ne prétend pas être autre chose qu'un roman : ne prenez pas ses écrits pour vérité.


Titre: Re : Votre livre de chevet
Posté par: Macbesse le 21Janvier, 2009, 19:14:01
Amin Maalouf a dû lire des livres un peu plus récents que Bartol.

Pour approfondir le sujet, il existe l'ouvrage de Bernard Lewis, Les Assassins, Terrorisme et politique dans l'Islam médiéval (http://www.parutions.com/pages/1-4-5-2422.html). Mais il faut impérativement lire la thèse opposée. Pour une approche théologique de l'ismaélisme réformé d'Alamut, on se reportera aux ouvrages d'Henry Corbin, par exemple à son Histoire de la philosophie islamique. Et on découvrira un univers intellectuellement autrement plus intéressant que la vision d'une bande de camés fanatisés.

Ca désembrume le cerveau de la propagande du califat qui a tout obscurci jusqu'à ce que Sylvestre de Sacy [mais non ! c'est justement lui qui fait l'étymologie fantaisiste.] se mette à traduire les écrits de ces fameux "Assassins".  :mrgreen:

Edité : erreur corrigée. Mais je ne sais plus qui a pris l'initiative de se pencher sur leurs écrits. Peut-être la Ismaeli Society de Bombay (actuellement à Karachi).


Titre: Re : Votre livre de chevet
Posté par: Usher le 22Janvier, 2009, 00:33:28
Angelo s'endort à cheval, et entre dans la catastrophe :

Citation

Le long de hauts rochers anfractueux, coulait l'odeur des nids pourris abandonnés par les éperviers. Les pentes déversaient dans le vallon l'odeur fade de tout ce qui était mort loin à la ronde dans les collines blêmes. Souches et peaux, nids de fourmis, petites cages thoraciques grosses comme le poing, squelettes de serpents en fragments de chaînes d'argent, étendards de mouches abattues comme des poignées de raisins de Corinthe, hérissons morts dont les os étaient comme le lait des châtaignes dans leurs bogues, lambeaux hargneux de sangliers répandus sur de larges aires d'agonie, arbres dévorés des pieds à la tête, bourrés de sciure jusqu'à la pointe des rameaux, que l'air épais tenait debout, carcasses de buses effondrées dans les branches de chênes sur qui le soleil frappait, ou l'odeur aigre des sèves que la chaleur faisait éclater dans des fentes le long des alisiers sauvages.


Quelques lignes tirées du Hussard sur le toit. Quelle puissance d'évocation, chez Giono !

Usher


Titre: Re : Votre livre de chevet
Posté par: ithilion le 23Janvier, 2009, 23:00:31
Y a-t-il besoin de haschisch ou d'autres drogues, quand on a la foi ? Certains actes complètement insensés des croisés, les terroristes suicidaires du W.T.C., étaient-ils drogués ?
Ben vu qu'ils sont partis en poussière, pour l'analyse toxicologique on repassera. Quand aux crimes des croisés, quel meilleur exemple que le sac de constantinople ?
"[...]Les Français et les Flamands, en revanche, étaient animés par une rage de destruction. Ils se ruaient en meute hurlante dans les rues et les maisons, s’emparant de tout ce qui brillait et détruisant ce qu’ils ne pouvaient emporter, ne s’arrêtant que pour tuer, violer ou ouvrir les caves pour se désaltérer. Les monastères pas plus que les églises ou les bibliothèques ne furent épargnés. À Sainte-Sophie elle-même, on vit des soldats ivres déchirer les draperies de soie et mettre en morceaux la grande iconostase d’argent tandis que les livres et les icônes saintes étaient piétinées. Pendant que certains buvaient joyeusement dans les calices de l’autel, une prostituée se jucha sur le trône patriarcal pour chanter une chanson française grivoise. On agressait les nonnes dans leurs couvents. Les palais comme les bouges étaient saccagés. Des femmes et des enfants blessés gisaient mourant dans les rues. Pendant trois jours les scènes atroces de pillage et de boucherie continuèrent jusqu’à ce que l’immense et belle ville soit dévastée."
Sir Steven Runciman, le sac de constinople 1204
Cette géhenne n'a, semble-t-il, rien à voir avec la religion. Ils foulèrent au pied leur propre foi (même schismatique). Une tel aberration rélève seulement de la démence. Ou d'un état second, tel que celui induit par le Claviceps purpurea ou ergot de seigle qui a longtemps infesté les cultures, surtout en Grèce. Je ne cherche nul excuse à toute cette vermine criminelle qui ne pense qu'à nous plonger dans le chaos et la folie. Les psychotropes ont joué depuis tjs un rôle dans l'histoire du monde, depuis les mystères d'Eleusis jusqu'à l'ayahuasca des chamans d'Amazonie. Ils peuvent fort bien en avoir sur les exactions les plus noires...
Mais ces considérations n'engage que moi. 


Titre: Re : Votre livre de chevet
Posté par: Macbesse le 24Janvier, 2009, 09:13:09
Je reviens sur les "Assassins".

Henry Corbin, Histoire de la philosophie islamique, p.120 / 140

La Da'wat (convovation) ismaélienne se désigne comme "le paradis en puissance" (jinnat : paradis, jardins) et l'exégèse du Hadith de la tombe montre comment l'entrée dans la Da'wat est effectivement l'entrée dans "le paradis en puissance". [retour p.120] L'exégèse ismaélienne [commentaire d'une Qasida de Abul-Haytham Gorgani] a interprété le Hadith du prophète "Entre ma tombe et la chaire d'où je prêche, il y a un jardin d'entre les jardins du paradis" suivant un sens qui n'est pas littéral, exotérique (zahir). La "chaire de la prédication", c'est justement l'aspect exotérique de la religion positive, avec ses impératifs et ses dogmes. Quant à la tombe, c'est celle de la philosophie, car il est nécessaire que dans cette tombe les dogmes de la religion positive passent par la décomposition de la mort. Le jardin du paradis qui s'étend entre cette chaire et la tombe est celui de la vérité gnostique. Cette conception fait donc de la pratique de la philosophie une phase initiatique nécessaire, et c'est sans doute un cas unique en Islam.
Retour p. 140 : Il n'en fallu pas plus pour que la propagande du califat abbaside imaginât les "orgies" dans les "jardins d'Alamut".


Titre: Re : Re : Votre livre de chevet
Posté par: cavaillon le 26Janvier, 2009, 22:28:39
Y a-t-il besoin de haschisch ou d'autres drogues, quand on a la foi ? Certains actes complètement insensés des croisés, les terroristes suicidaires du W.T.C., étaient-ils drogués ?
Ben vu qu'ils sont partis en poussière, pour l'analyse toxicologique on repassera.

Même si "conduire un avion est plus facile que conduire une voiture" (dixit mon frère, ex-pilote de Cessna), je ne sais pas si cela s'applique à un gros porteur, et je doute que sous influence de la drogue, les attentats auraient été aussi réussis...

Quand aux crimes des croisés, quel meilleur exemple que le sac de constantinople ?

Je ne parlais pas des crimes, mais de ce que l'on peut faire d'héroïque (ou qui semble tel) (les assassins ne fuyaient pas et attendaient la mort sereinement). Je pensais à Saint-Louis, débarquant parmi les premiers à Tunis et fonçant vers la ville, certain que soutenu par le Christ, il serait vainqueur... Ses proches ont dû le retenir de force pour attendre que toute l'armée débarque. Je ne suis pas sûr que Saint-Louis prenait de la poudre...


Titre: Re : Votre livre de chevet
Posté par: Puck le 27Janvier, 2009, 09:21:05
Pas besoin....la religion est l'opium (et pas seulement du peuple...) >:D


Titre: Re : Re : Votre livre de chevet
Posté par: killerklown le 27Janvier, 2009, 21:25:23


Le long de hauts rochers anfractueux, coulait l'odeur des nids pourris abandonnés par les éperviers. Les pentes déversaient dans le vallon l'odeur fade de tout ce qui était mort loin à la ronde dans les collines blêmes. Souches et peaux, nids de fourmis, petites cages thoraciques grosses comme le poing, squelettes de serpents en fragments de chaînes d'argent, étendards de mouches abattues comme des poignées de raisins de Corinthe, hérissons morts dont les os étaient comme le lait des châtaignes dans leurs bogues, lambeaux hargneux de sangliers répandus sur de larges aires d'agonie, arbres dévorés des pieds à la tête, bourrés de sciure jusqu'à la pointe des rameaux, que l'air épais tenait debout, carcasses de buses effondrées dans les branches de chênes sur qui le soleil frappait, ou l'odeur aigre des sèves que la chaleur faisait éclater dans des fentes le long des alisiers sauvages.

Quelques lignes tirées du Hussard sur le toit. Quelle puissance d'évocation, chez Giono !

Usher

J'ai lu un ouvrage de Giono en cours en première et j'ai beaucoup apprécié, meme si ill ne se passait grand chose dans son bouquin, c'était écrit divinement. Regain a une force decriptive que je n'ai jamais retrouvé nulle part. Sauf peut etre dans Colline, que je n'ai jamais fini, le livre étant trop descriptif pour mes gouts de l'époque ... il faudrait peut etre que je m'y remette. Mais je crois que ma priorité irait au  Hussard sur le toit  :mrgreen:


Titre: Re : Votre livre de chevet
Posté par: Xaramis le 27Janvier, 2009, 22:55:48
J'ai redécouvert Giono en lisant Le grand troupeau l'année dernière. La Grande guerre vue par Giono, c'est plus sombre de Colline ou Regain, mais on y retrouve les thèmes qui lui sont chers, la Provence (même quand elle est loin des soldats qui sont au front), la vie, la mort.
Ce que j'aime chez Giono, même dans ses romans les plus "provençaux", c'est que ce ne sont pas des "romans de terroir" comme on peut en trouver sous cette étiquette sur les présentoirs de ces librairies qui ont besoin de tout ranger dans des catégories.


Titre: Re : Re : Re : Votre livre de chevet
Posté par: Loris le 29Janvier, 2009, 18:45:34
Alamut. Il montre précisement le processus d'endoctrinement des fedayin pour en faire de véritables combattants haschachayin.  Hassan Ibn Sabbah, les jardins et les houris de pacotille, le cannabis pour voir le paradis d'Allah là où il n'y a qu'une habile mascarade, tout y est.

J'ai déjà souvent entendu cette thèse. Ce n'est pas l'avis d'Amin Maalouf. Mais comment savoir qui est dans le vrai ?

Je cite Amin Maalouf : ''On a souvent dit [...] que les hommes de Hassan étaient drogués. [...] On a accrédité la thèse qu'ils agissaient sous l'effet du haschisch. [...] La vérité est autre. D'après les textes qui nous sont parvenus d'Alamout, Hassan aimait à appeler ses adeptes Assassiyoun, ceux qui sont fidèles au Assass, au ''Fondement'' de la foi, et c'est ce mot, mal compris des voyageurs étrangers, qui a semblé avoir des relents de haschisch.[...] En dépit d'une tradition tenace et séduisante, il faut se rendre à l'évidence : les Assassins n'avaient pas d'autre drogue qu'une foi sans nuances."

Juste pour ajouter que, pour avoir vu des amis fumer du hakik, ben ça doit pas être super efficace pour lever les foules et amener des gens à en tuer d'autres...
Mes constatations mèneraient plutôt vers du glandage sévère : c'est difficile de les faire se bouger une fois qu'ils sont "partis"...

;)
Loris.


Titre: Re : Votre livre de chevet
Posté par: Macbesse le 29Janvier, 2009, 20:58:26
En outre, c'est les Croisés qui appelaient les Ismaéliens "Assassins", et c'est Sylvestre de Sacy (orientaliste de la fin du XIXe, une époque où l'imagination faisait encore des miracles en histoire  :mrgreen:) qui en a déduit l'étymologie "Hashishin", qu'on ne recontre pas dans les sources arabes (celles du califat parlent d'orgies mais n'utilisent pas ce mot).

Bref, c'est hautement douteux tout ça. Même l'organisation en société secrète serait (cf. ouvrage sur déconstruction des mythes sur les Assassins dont j'ai oublié le nom) plutôt à attribuer à l'imagination d'un auteur allemand du début du XIXe siècle qu'à la réalité. Dans sa Geschichte des Assassinen, on retrouve des décalques de ce qu'on reproche alors dans la presse aux Juifs et aux Francs-Maçons. Or, c'est ce même ouvrage qui a servi de référence pendant plus d'une centaine d'année.


Titre: Re : Votre livre de chevet
Posté par: Rom1 le 31Janvier, 2009, 15:58:23
Allez, je me lance dans les Rois maudits.
J'ai envie de fresque historique ces temps-ci, je sais pas trop pourquoi. Et comme j'ai jamais lu ce classique, il est temps de s'y mettre.


Titre: Re : Re : Votre livre de chevet
Posté par: Xaramis le 31Janvier, 2009, 16:53:42
Allez, je me lance dans les Rois maudits.
J'ai envie de fresque historique ces temps-ci, je sais pas trop pourquoi. Et comme j'ai jamais lu ce classique, il est temps de s'y mettre.
Mes souvenirs de lecture de cette fresque sont qu'elle m'avait bien plu. Mais disposer d'un papier et d'un crayon pour établir un organigramme de qui est qui, des liens de vassalité et de familles, d'alliances et d'antagonisme n'est pas forcément superflu.


Titre: Re : Re : Re : Votre livre de chevet
Posté par: ithilion le 31Janvier, 2009, 17:44:06
Même si "conduire un avion est plus facile que conduire une voiture" (dixit mon frère, ex-pilote de Cessna), je ne sais pas si cela s'applique à un gros porteur, et je doute que sous influence de la drogue, les attentats auraient été aussi réussis...

C'est certain, passer les contrôles de l'aéroport avec les pupilles  comme-aç :o, se rendre maître de l'appareil et en assurer le pilotage, a dû leur demander tous leurs moyens (quoique je connais des conducteurs de semi-remorque qui sillonnent les routes sans problèmes depuis des années le sang saturé de THC - ça fout les boules, hein ? Et ça change de certaines idées reçues sur les toxs-) . Mais là, -tjs un pure spéculation- ce n'est qu'une question de timing, de dosage et de qualité. Cela aurait permis au "nouveau" Vieux de la Montagne de s'assurer qu'aucun des 19 terroristes ne flanche au dernier moment, et fasse capoter l'opération (à mon avis, c'est pas évident de savoir que l'on va être responsable de la mort de milliers de personnes, même pour des fanatiques incultes - d'autant que dans mon souvenir du Coran, Dieu tolère moyennement que l'on ne fasse pas grâce aux femmes et aux enfants de ses ennemis - les wahhabites ont p-ê des versions expurgées)

[Je ne parlais pas des crimes, mais de ce que l'on peut faire d'héroïque (ou qui semble tel) (les assassins ne fuyaient pas et attendaient la mort sereinement). Je pensais à Saint-Louis, débarquant parmi les premiers à Tunis et fonçant vers la ville, certain que soutenu par le Christ, il serait vainqueur... Ses proches ont dû le retenir de force pour attendre que toute l'armée débarque. Je ne suis pas sûr que Saint-Louis prenait de la poudre...
ça fait un peu bravache, nan ? ;D

Pour approfondir le sujet, il existe l'ouvrage de Bernard Lewis, Les Assassins, Terrorisme et politique dans l'Islam médiéval (http://www.parutions.com/pages/1-4-5-2422.html). Mais il faut impérativement lire la thèse opposée. Pour une approche théologique de l'ismaélisme réformé d'Alamut, on se reportera aux ouvrages d'Henry Corbin, par exemple à son Histoire de la philosophie islamique. Et on découvrira un univers intellectuellement autrement plus intéressant que la vision d'une bande de camés fanatisés.

Je ne doute pas de la richesse de l'ismaélisme.
Bon j'arrête de parler de ça. C'est une conversation de trolls. En plus, ça excite French Echelon. Faîtes coucou aux MIB !!!! :cool:
 

 


Titre: Re : Re : Re : Re : Votre livre de chevet
Posté par: ithilion le 01Février, 2009, 18:13:15
Bon j'arrête de parler de ça. C'est une conversation de trolls.
Mais c'est moi qui ai commencé. Mauvaise idée. Sorry :'(


Titre: Re : Votre livre de chevet
Posté par: Glorfindel le 02Février, 2009, 00:39:51
Une excellente nouvelle : après Beowulf, le poème anglo-saxon que l'on ne présente plus, et qui, entre autres choses inspira Tolkien, édité et traduit en collection Lettres Gothiques par André Crépin, c'est le tour de la fameuse Saga de Hrolfr Kraki, la crème des sagas légendaires, qui est disponible en français, grâce à la plume de Régis Boyer, chez l'éditeur Anarchasis. Que dire de plus ? Foncez !


Titre: Re : Re : Re : Re : Votre livre de chevet
Posté par: Macbesse le 02Février, 2009, 13:07:58
Bon j'arrête de parler de ça. C'est une conversation de trolls. En plus, ça excite French Echelon. Faîtes coucou aux MIB !!!! :cool:

C'est un sujet glissant, c'est tout. Mais si tu sens qu'on a déjà dérapé - mon trollomètre personnel n'a pas encore vibré - on peut rompre là, c'est sans offense.


Titre: Re : Votre livre de chevet
Posté par: Loris le 02Février, 2009, 13:25:56
Les ishmaélites, c'est ceux qui vénèrent les chasseurs de baleine blanche  ?

Loris.  :lol:


Titre: Re : Re : Votre livre de chevet
Posté par: Macbesse le 02Février, 2009, 13:26:52
Les ishmaélites, c'est ceux qui vénèrent les chasseurs de baleine blanche  ?

Un peu tiré par les fanons ! :P


Titre: Re : Re : Votre livre de chevet
Posté par: cavaillon le 02Février, 2009, 18:25:39
Les ishmaélites, c'est ceux qui vénèrent les chasseurs de baleine blanche  ?

 :lol:

Juste pour pinailler : Moby Dick n'est-il pas un cachalot ?


Titre: Re : Re : Re : Votre livre de chevet
Posté par: Xaramis le 02Février, 2009, 19:58:56
Juste pour pinailler : Moby Dick n'est-il pas un cachalot ?
C'en est un, en effet.
Le roman est clair à ce sujet, et c'est la traduction du terme générique "whale" par le terme précis (mais pas adéquat) de "baleine" qui a fait de Moby Dick une baleine blanche pour les francophones. Dans le roman, Moby Dick a des dents, et non pas des fanons.
La nouvelle traduction, par Philippe Jaworski (non, pas un parent de quelqu'un qu'on connaît !), remet le cachalot au cœur de cette histoire. Cette traduction est d'ailleurs à conseiller, tant à ceux qui ont déjà lu le roman dans une autre traduction qu'à ceux qui veulent le découvrir.


Titre: Re : Re : Re : Re : Re : Votre livre de chevet
Posté par: ithilion le 03Février, 2009, 13:32:33
C'est un sujet glissant, c'est tout. Mais si tu sens qu'on a déjà dérapé - mon trollomètre personnel n'a pas encore vibré - on peut rompre là, c'est sans offense.
J'ai exagéré, sans doute... J'y reviendrai peut-être plus tard. Pour ma part, il faut que je me concentre sur le XXIIIieme concours.


Titre: Re : Re : Re : Votre livre de chevet
Posté par: cavaillon le 04Février, 2009, 18:45:52
Allez, je me lance dans les Rois maudits.
J'ai envie de fresque historique ces temps-ci, je sais pas trop pourquoi. Et comme j'ai jamais lu ce classique, il est temps de s'y mettre.

J'en dis tout le bien que j'en pense quelques pages plus haut...     :thumbsup:


Titre: Re : Re : Re : Re : Votre livre de chevet
Posté par: Rom1 le 05Février, 2009, 10:40:49
Allez, je me lance dans les Rois maudits.
J'ai envie de fresque historique ces temps-ci, je sais pas trop pourquoi. Et comme j'ai jamais lu ce classique, il est temps de s'y mettre.

J'en dis tout le bien que j'en pense quelques pages plus haut...     :thumbsup:

Et c'est bien cet avis qui m'a décidé à sauter le pas, je n'étais pas passé à côté. ;)


Titre: Re : Votre livre de chevet
Posté par: Puck le 05Février, 2009, 11:40:31
Quelqu'un aurait il lu ce pavé intitulé Orcs (sur nos amis à peau verte). La couverture a l'air sympa et j'hésite à me plonger dedans.


Titre: Re : Re : Re : Re : Re : Votre livre de chevet
Posté par: cavaillon le 05Février, 2009, 18:22:15
Allez, je me lance dans les Rois maudits.
J'ai envie de fresque historique ces temps-ci, je sais pas trop pourquoi. Et comme j'ai jamais lu ce classique, il est temps de s'y mettre.

J'en dis tout le bien que j'en pense quelques pages plus haut...     :thumbsup:

Et c'est bien cet avis qui m'a décidé à sauter le pas, je n'étais pas passé à côté. ;)

J'espère que tu ne seras pas faussement déçu par mon dithyrambe...   


Titre: Re : Votre livre de chevet
Posté par: Rom1 le 05Février, 2009, 20:20:58
Je suis prudent, je le prend tome par tome.  :mrgreen:


Titre: Re : Re : Re : Re : Votre livre de chevet
Posté par: cavaillon le 06Février, 2009, 17:19:45
Moby Dick. Cette traduction est d'ailleurs à conseiller, tant à ceux qui ont déjà lu le roman dans une autre traduction qu'à ceux qui veulent le découvrir.

Hum...
Je ne me souviens pas de l'histoire que j'ai lu il y a bien longtemps (trop jeune peut-être ?), mais je me souviens que je m'étais copieusement emm*rdé !

Je ne recommencerai pas.   


Titre: Re : Votre livre de chevet
Posté par: Xaramis le 06Février, 2009, 17:29:37
Je ne force personne à lire ce roman. Je dis simplement que ceux qui veulent le lire en français feraient un bon choix en achetant cette nouvelle traduction.


Titre: Re : Votre livre de chevet
Posté par: Puck le 10Février, 2009, 12:31:25
Je suis en train de lire Vie et destin de Vasili Grossman. J'ai rarement parcouru un ouvrage d'une telle puissance évocatrice. Je ne peux que vous le conseiller.


Titre: Re : Votre livre de chevet
Posté par: Usher le 10Février, 2009, 18:46:11
Un bon (gros) petit roman de SF : Eifelheim, de Michael Flynn, Ailleurs & Demain.

C'est un roman sur la rencontre du 3ème type. A ceci près que cette rencontre n'est ni pour aujourd'hui, ni pour demain. Elle a déjà eu lieu.
Elle a eu lieu à Oberhochwald, un petit bourg de la Forêt Noire, en 1348.

Le roman suit deux fils narratifs. L'un a lieu de nos jours, et montre le travail de chercheurs qui approchent de la vérité, en physique et en histoire. Ce n'est pas le volet le plus intéressant, bien que l'auteur semble documenté en physique - mais je suis gravement incompétent dans ce domaine, et donc incapable de me prononcer. Fort heureusement, cet aspect du roman n'apparaît qu'en pointillé, car l'essentiel du récit est consacré à ce qui se passe à Oberhochwald en 1348-1349. Et là, je tire mon chapeau à l'auteur…

Un vaisseau extraterrestre échoue dans la forêt, non loin du bourg, de son église et de son château. Il ne s'agit pas exactement d'un vaisseau spatial, mais plutôt d'un vaisseau dimensionnel, qui voyage dans l'hypoespace. Les habitants d'Oberhochwald, qui doivent lutter contre un incendie, croient à un orage ou à de la sorcellerie, mais ne comprennent pas tout de suite qu'ils ne sont plus seuls. C'est en allant porter secours aux deux habitants - carbonisés - d'une charbonnière en forêt que le prêtre d'Oberhochwald et un sergent d'origine suisse entrent en contact avec les naufragés. Des naufragés blessés, qui ressemblent plus à des sauterelles géantes qu'à des êtres humains…

Là où Michael Flynn produit un roman remarquable, c'est qu'il s'est sérieusement demandé : que feraient des hommes médiévaux au contact d'extraterrestres ? Et au lieu de se contenter de laisser broder son imagination, il s'est abondamment documenté : l'histoire de l'Allemagne au XIVème siècle, ses rivalités aristocratiques et religieuses, ses soulèvements populaires, l'évolution de la féodalité, le droit coutumier, les rapports avec les pays étrangers (France, Angleterre, Italie, et même fugitivement la Russie), la question de la communauté juive, tous ces points viennent à un moment ou à un autre enrichir le récit. En outre, le prêtre d'Oberhochwald est un ancien étudiant de l'université de la Sorbonne, qui a connu les grands intellectuels du XIVème siècle (Jean Buridan, Pierre d'Auriel, Guillaume d'Occam) et qui vit sa rencontre avec les ET à la lumière de sa propre vision du monde, c'est-à-dire la conception du monde des penseurs de la renaissance aristotélicienne. Quant aux ET, ils sont à la fois très proches et très éloignés de nous ; très proches parce que leur technologie est assez proche de la nôtre (armes à feu, informatique, microbiologie…) ; très éloignés parce que ce sont à l'origine des insectes, et que leur structuration sociale est encore imprégnée par le modèle de la ruche. Au final, cela donne un roman plaisant, érudit, qui refuse manichéisme et clichés, et qui finit par montrer l'établissement fragile d'une société hybride, avant que la grande peste du XIVème siècle ne vienne effacer Oberhochwald des mémoires.



Titre: Re : Votre livre de chevet
Posté par: Loris le 11Février, 2009, 12:33:03
J'ai pris la décision d'arrêter temporairement mes achats de livres le temps de résorber la pile de "à lire". Mais j'ai reçu par la poste ce matin "The Lucifer Effect" de Philip Zimbardo. Je ne pense pas le lire avant un moment, surtout que je connais déjà le contenu de manière générale. J'ai tous ces livres, là, qui me disent "lis moi, lis moi", et cette nouveauté, sur mon bureau, là, tout de suite. Sur un sujet qui m'intéresse en ce moment même... Gniiiiiiiiiii

Loris.


Titre: Re : Votre livre de chevet
Posté par: cavaillon le 19Février, 2009, 18:28:42
Après être passé un peu par la B.D., j'ai terminé hier 'Les Aventures de Sherlock Holmes'. Je n'y ai pas retrouvé autant de plaisir que lors de ma première lecture qui date du collège !

Certes, Sherlock Holmes trouve plus d'éléments en regardant les manches de ses clients que les experts en faisant une analyse A.D.N., mais ça émerveille plus facilement un enfant qu'un adulte.

Et comme il s'agit de 12 courtes nouvelles, sir Arthur Conan Doyle n'a pas le temps de distiller une atmosphère comme il le fait si bien dans 'Le Chien des Baskerville' (quoique... J'ai lu ça au lycée, ça date, et peut-être que je serais également déçu aujourd'hui)...

Ce se lit vite, c'est utile si on veut détendre son cerveau, mais ça ne va pas plus loin.


Titre: Re : Votre livre de chevet
Posté par: Morgalel le 23Février, 2009, 11:22:43
Je viens de terminer Olympos de Dan Simmons.

Des divers livres que j'ai pu lire de cet auteur, c'est le premier que je trouve carrément mauvais. Personnages mal caractérisés, effets de style faciles (cliffhangers de fins de chapitres) employés à l'excès, trames narratives différentes s'imbriquant de manière parfois très artificielle ... Ce qui m'a peut être le plus déçu c'est le fait qu'après ces quelques centaines de pages de lecture, les seuls "secrets" sur le contexte général révélés en plus par rapport à Ilium (le livre précédent dans la série) tiennent plus du pamphlet politique façon Dantec (dernière période)-Fox news que de ce à quoi Simmons nous avait habitué avec Hyperion.

Bref, je continuerai sans doute mes lectures de cette auteur, mais je ne compte pas rouvrir ce bouquin précis avant bien des années.


Titre: Re : Votre livre de chevet
Posté par: Usher le 23Février, 2009, 14:43:48
Je suis assez d'accord pour trouver Olympos plutôt suspect… Et encore. J'euphémise.

Ceci dit, quand on sait que Simmons a viré Jean-Daniel Brèque, son traducteur français, tout récemment, parce que celui-ci avait affirmé qu'il ne participerait plus au site internet de l'écrivain (Simmons avait dénoncé au FBI une étudiante palestinienne qu'un des intervenants de son forum avait désignée comme une terroriste potentielle), on comprend que le type a pris clairement position pour des thèses bushistes.




Titre: Re : Votre livre de chevet
Posté par: Morgalel le 23Février, 2009, 15:30:53
Tiens je n'étais pas au courant de cette histoire là.

Cela m'étonne d'autant plus que son bouquin le plus politique (de ceux que j'ai lus), l'Echiquier du Mal, m'avait semblé au contraire assez gauchisant. Apparemment il a du "virer de bord".

Ceci dit je ne lui reproche pas d'avoir des convictions politiques, mais seulement de les faire valoir aux dépends de son œuvre (l'épisode du sous marin dans Olympos est un cas d'école d'élément narratif inutile, mal amené et incohérent). Et le renvoi de son traducteur semble illustrer cette même dérive.


Titre: Re : Votre livre de chevet
Posté par: Cultösaurus le 23Février, 2009, 17:06:36
Le côté politique d'Olympos a dû m'échapper, en tous cas je ne m'en souviens pas. :-\
Par contre, j'ai le souvenir d'un récit bordélique dans lequel Simmons a fini par s'empêtrer, et dont j'avais déconseillé la lecture à mes proches.


Titre: Re : Votre livre de chevet
Posté par: Alias le 24Février, 2009, 12:41:39
Pas vu le côté politique non plus; j'ai surtout souvenir d'un bouquin plusieurs tons en-dessous du précédent, Illium.


Titre: Re : Re : Votre livre de chevet
Posté par: ithilion le 24Février, 2009, 13:32:16
Je suis assez d'accord pour trouver Olympos plutôt suspect… Et encore. J'euphémise.

Ceci dit, quand on sait que Simmons a viré Jean-Daniel Brèque, son traducteur français, tout récemment, parce que celui-ci avait affirmé qu'il ne participerait plus au site internet de l'écrivain (Simmons avait dénoncé au FBI une étudiante palestinienne qu'un des intervenants de son forum avait désignée comme une terroriste potentielle), on comprend que le type a pris clairement position pour des thèses bushistes.


Pas forcément. Le p'tit gars vit au pays de la peur et de l'USA Patriot Act. La parano est un mal contagieux...


Titre: Re : Votre livre de chevet
Posté par: Pan Paniscus le 24Février, 2009, 14:52:05
Pour ma part, je ne saurais dire si Olympos est orienté politiquement ou pas. Il y a bien un ou deux points qui m'ont interpelé, mais sur le coup je n'avais su dire si c'était le résultat d'hypothèses farfelus que l'on peut souvent rencontrer en SF ou si c'était l'expression des convictions de l'auteur.

Maintenant ce n'est pas la première fois que j'entends dire que Simons est un Bushiste, voir un  sioniste, mais je ne sais absolument pas si je dois me fier aux rumeurs.

L'histoire de son traducteur français est toutefois assez édifiante.


Titre: Re : Re : Votre livre de chevet
Posté par: Cultösaurus le 24Février, 2009, 21:23:39
Ceci dit, quand on sait que Simmons a viré Jean-Daniel Brèque, son traducteur français, tout récemment, parce que celui-ci avait affirmé qu'il ne participerait plus au site internet de l'écrivain (Simmons avait dénoncé au FBI une étudiante palestinienne qu'un des intervenants de son forum avait désignée comme une terroriste potentielle), on comprend que le type a pris clairement position pour des thèses bushistes.

Pure curiosité, tu as une source pour cette info ?


Titre: Re : Re : Votre livre de chevet
Posté par: Findae le 25Février, 2009, 00:29:28
Je viens de terminer Olympos de Dan Simmons.

Des divers livres que j'ai pu lire de cet auteur, c'est le premier que je trouve carrément mauvais. Personnages mal caractérisés, effets de style faciles (cliffhangers de fins de chapitres) employés à l'excès, trames narratives différentes s'imbriquant de manière parfois très artificielle ... Ce qui m'a peut être le plus déçu c'est le fait qu'après ces quelques centaines de pages de lecture, les seuls "secrets" sur le contexte général révélés en plus par rapport à Ilium (le livre précédent dans la série) tiennent plus du pamphlet politique façon Dantec (dernière période)-Fox news que de ce à quoi Simmons nous avait habitué avec Hyperion.

Bref, je continuerai sans doute mes lectures de cette auteur, mais je ne compte pas rouvrir ce bouquin précis avant bien des années.

Tiens, c'est bizarre de lire vos réactions peu enthousiastes, car j'ai pour ma part apprécié Olympos au moins autant qu'Illium (donc beaucoup). Ca m'a d'ailleurs réconcilié avec Simmons, parce qu'après avoir dévoré Hypérion et Endymion, j'ai acheté quelques autres de ses bouquins (Vengeance, Revanche, L'épée de Darwin et l'échiquier du mal) que j'avais trouvé passablement mauvais.


Titre: Re : Re : Re : Votre livre de chevet
Posté par: Usher le 25Février, 2009, 08:46:41
Ceci dit, quand on sait que Simmons a viré Jean-Daniel Brèque, son traducteur français, tout récemment, parce que celui-ci avait affirmé qu'il ne participerait plus au site internet de l'écrivain (Simmons avait dénoncé au FBI une étudiante palestinienne qu'un des intervenants de son forum avait désignée comme une terroriste potentielle), on comprend que le type a pris clairement position pour des thèses bushistes.

Pure curiosité, tu as une source pour cette info ?

Le traducteur, Jean-Daniel Brèque, l'expose ici :
http://www.cafardcosmique.com/phpBB2/viewtopic.php?t=4360


Titre: Re : Votre livre de chevet
Posté par: ithilion le 25Février, 2009, 13:26:23
Ouais... Y m'a l'air bien torché du ciboulot, le vieux Simmons
 :-\


Titre: Re : Votre livre de chevet
Posté par: Cultösaurus le 25Février, 2009, 15:11:24
Merci pour le lien, c'est effectivement édifiant.


Titre: Re : Votre livre de chevet
Posté par: cavaillon le 17Mars, 2009, 00:07:45
J'ai profité de ces vacances pour lire deux Agatha Christie, très courts.

"A.B.C. contre Hercule Poirot". Ca se lit vite, malgré quelques longueurs, et ça reste intéressant. Mais pas réellement prenant. A lire dans un train... Un inconnu envoie à Hercule Poirot une lettre annonçant la date et le lieu d'un meurtre qu'il va commettre, signée A.B.C. Le jour dit, Mme Alice Asher est tuée à Andover. Une nouvelle lettre annonce le meurtre suivant : Betty B??? (j'ai oublié le nom de famille) est assassinée à Bexhill. Pour Hercule Poirot, directement défié, cette histoire devient une affaire personnelle...

"10 Petits Nègres". Ce livre est nettement mieux. Passés les trois premiers chapitres, on est vite pris dans sa lecture : huit personnes sont invitées à passer une semaine sur une île coupée du monde (plus les deux domestiques). Le premier soir, leur hôte n'est pas là, et un gramophone les accuse tous d'un crime dont ils n'ont pas été puni par la Justice... et ils meurent les uns après les autres comme dans la comptine des "Dix Petits Nègres"... et le tueur est l'un d'entre eux.


Titre: Re : Votre livre de chevet
Posté par: Macbesse le 22Mars, 2009, 11:56:30
Extrait de dialogue post-exotique à la librairie :

Moi : "Bonjour, vous avez Avec des Moines Soldats de Lutz Bassman ?
Libraire : "Peut-être, c'est dans quel domaine ?"
Moi : "Il est édité chez Verdier."
Libraire : "Je veux dire - c'est une traduction, mais de quelle langue ?"
Moi : "Ah non il... je veux dire, il écrit en français. C'est le quatrième pseudonyme de Volodine"
Libraire : "Oh, pardon"
Moi : "Mais ne vous excusez pas, je suis sûr que l'auteur aurait apprécié".

Tout ça pour revenir sur un auteur déjà présenté ici par le Toucan. Volodine / Sukhareva / Bassman, un auteur qui poursuit le projet d'écrire une littérature radicalement étrangère.

J'étais tombé sous le charme désespéré de Bardo or not Bardo, où s'efface toute frontière entre rêve, réel, vie et mort. J'avais lu avec effroi et délectation les Haikus de Prison, narration au minimun, par haikus interposés, de l'enfer concentrationnaire.

Et voilà ce que je cherche : http://www.editions-verdier.fr/v3/oeuvre-moinessoldats.html (http://www.editions-verdier.fr/v3/oeuvre-moinessoldats.html).
Comme Volodine / Bassmann flirte avec la transfiction (il ne s'en réclame pas mais Dick l'aurait reconnu comme son frère - Siva oblige !), le Cafard Cosmique lui a consacré une critique, d'ailleurs élogieuse. La critique du Cafard (http://www.cafardcosmique.com/Avec-les-moines-soldats-de-Lutz?var_recherche=moines%20soldats)

Je ne veux pas partir à Tashkent sans !

Edit : de mon côté, je considère que c'est l'une des oeuvres les plus importantes de notre temps. Rien de moins.


Titre: Re : Votre livre de chevet
Posté par: Lord Skeletor le 26Mars, 2009, 19:26:37

Je suis en train de lire la série de livres de Stephenie Meyer (Twilight, New Moon, Eclipse, Breaking Dawn). J'en suis au volume 3.

C'est relativement bien écrit, et les descriptions relatives aux émotions et sentiments sont très pertinentes et précises. Certaines scènes sont particulièrement réussies - notamment, dans le premier livre, la scène de l'invitation chez les Cullens. En revanche, ça ne bouge pas beaucoup - ceux qui y cherchent de l'action pure seront déçus.
Je passe sur quelques incohérences dans l'intrigue (Bella est immune à tous les pouvoirs de Vampires ? Mais alors pourquoi les pouvoirs d'Alice et de Jasper agissent-ils sur elle ?)
Il y a des moments où le World of Darkness n'est vraiment pas loin (Outre les Vampires, il y a des Loups-Garous, et ces deux groupes ne peuvent pas s'encaisser ?). Ça me rappelle des souvenirs de parties...




Titre: Re : Votre livre de chevet
Posté par: Macbesse le 26Mars, 2009, 20:00:28
Je viens de finir Alabama Song de Gilles Leroy. On y suit l'itinéraire torturé de Zelda Sayre, l'épouse que Scott Fitzgerald essaye de brider par tous les moyens, de l'intimidation au traditionnel viol marital en passant par l'enfermement en hôpital psychiatrique ou l'appel à la mafia locale, l'empêchant d'écrire et de danser, mais surtout d'écrire, effrayé qu'il est par la perspective d'être dépassé par elle. Le point de vue adopté est celui de Zelda. Un point de vue ressassé, chaotique dans son énonciation, avec force retours dans le passé, souvent les mêmes, qui permet le développement d'une écriture de la confrontation. Une tension insoutenable irradie certains passages, non, pas certains, quasiment tous. Ce roman est un ciel d'orage, parcouru de décharges électromagnétiques, à l'image de son personnage central, dont la volonté ne vacille pas et se heurte, toujours de front, aux obstacles, quitte à emprunter les chemins de la folie.

Avant, je lisais Ces Messieurs de Saint-Malo, de Bernard Simiot, portrait de deux générations de malouins en ascension sociale à la fin du XVIIe siècle, depuis le père, regrattier audacieux (mais terriblement cagot) qui se fait actionnaire de la compagnie des Indes orientales, manieur d'argent, marchand aventurier et un peu corsaire, jusqu'au fils, capitaine de marine (un bleu, pas un rouge) qui fait entrer la famille dans la noblesse. La documentation et la compréhension des faits historiques est impeccable : les mécanismes d'ascension sociale, ou de déclassement, sont exposés avec une minutie qui ferait envie à pas mal d'historiens. Au travers d'une dizaine d'itinéraires individuels passionnants, comme celui du comte de Morzic, noble crotté qui se décide à mettre ses biens sur la mer et finit libre-penseur et marié à une roturière - je n'en dis pas plus... pour ne pas éventer l'intrigue, car c'est bien de fiction qu'il s'agit. A aucun moment, je n'ai eu l'impression de lire un cours d'histoire, mais toujours un roman vivant qui se situerait quelque part entre Stevenson et Zola - l'Argent.
Et j'ajoute qu'un MJ qui voudrait faire jouer au XVII (à Pavillon Noir ?) aurait tout intérêt à y jeter un oeil...

Et avant cela encore... je lisais un recueil de nouvelles de Salinger, qui contenait le célèbre "Jour rêvé pour les poissons bananes", mais la plupart ne m'ont pas beaucoup touché alors je ne m'épanche pas.


Titre: Re : Re : Votre livre de chevet
Posté par: Xaramis le 26Mars, 2009, 20:53:29
Avant, je lisais Ces Messieurs de Saint-Malo, de Bernard Simiot
Ce roman-là m'a beaucoup plu quand je l'ai lu la première fois, il y a une vingtaine d'années, et m'a plu à nouveau quand je l'ai relu voici deux ou trois ans. Vraiment riche tout en restant plaisant à lire, mêlant grande et petite histoire. Il n'est d'ailleurs pas du tout étranger au scénario que j'avais écrit pour Pavillon Noir dans le n°2 du magazine Black Box, ni à celui que j'ai écrit pour le supplément "écran" de Mousquetaires de l'ombre, deux scénarios pleinement malouins.
Un bon roman, à la fois maritime et terrestre, qui donne suffisamment de détails pour qu'on ressente pleinement les décors, et qui éveille, en outre, la curiosité d'en savoir plus.

Les deux autres tomes de la trilogie, en revanche, m'ont laissé beaucoup plus froid, le troisième étant le "pire" des trois à mes yeux.


Titre: Re : Votre livre de chevet
Posté par: Macbesse le 26Mars, 2009, 21:43:00
J'ignorais qu'il y avait une trilogie. C'est dommage, tout était écrit dans le premier - le roman est si dense !
C'est toujours pitié de voir un auteur tirer à la ligne...


Titre: Re : Re : Votre livre de chevet
Posté par: Xaramis le 26Mars, 2009, 22:53:19
J'ignorais qu'il y avait une trilogie. C'est dommage, tout était écrit dans le premier - le roman est si dense !
C'est toujours pitié de voir un auteur tirer à la ligne...
Le temps des Carbec m'a plu surtout parce qu'il entre dans le XVIIIe siècle, et qu'on y découvre, de l'intérieur là aussi, le commerce maritime dont le commerce triangulaire, ou les ambitions coloniales de la France aux Indes orientales. Mais je n'ai pas ressenti le même plaisir qu'avec le premier tome.

Rendez-vous à la Malounière se déroule bien plus tard, dans la première moitié du XXe siècle. Outre le fait que cette période me passionne moins, le récit m'a paru bien moins finement tissé, teinté de relents de conservatisme dont j'ai eu du mal à savoir si c'était juste celui des personnages du roman ou celui de l'auteur.

Voir ces romans s'étioler au fur et à mesure des tomes m'a fait penser à la perte d'intérêt que j'ai eue pour les romans de Robert Merle dans la série Fortune de France. Au point que j'en étais venu à me demander si ces auteurs en arrivaient à sucrer les fraises et à perdre leur plume, ou s'ils confiaient leur plume à un "nègre" qui n'arrivait pas à se hisser au niveau du maître.


Quant aux romans écrits par le fils Simiot, je n'en ai lu qu'un (Carbec mon empereur), et il m'est tombé des mains.


Titre: Re : Re : Re : Votre livre de chevet
Posté par: Macbesse le 27Mars, 2009, 06:16:53
Quant aux romans écrits par le fils Simiot, je n'en ai lu qu'un (Carbec mon empereur), et il m'est tombé des mains.

Un peu comme les romans du fils Herbert ?  :mrgreen:
(attention, ceci est une provocation)

Merci pour ces éclairages. Je pense que je j'essaierai de dégoter le Temps des Carbec.
J'ai le même ressenti pour Fortune de France - le premier est excellent, le second et le troisième plutôt prenants, les quatrième et cinquième agréables et après, le déclin de la plume devient trop insupportable.


Titre: Re : Re : Votre livre de chevet
Posté par: Pan Paniscus le 27Mars, 2009, 16:27:11

J'ai terminé de lire il y a quelque temps Jonathan Strange & Mr Norrell, de Susanna Clarke ; et même s'il n'est pas parfait, voilà un petit bouquin (de plus de 800 pages, tout de même) que je recommande chaudement aux amateurs de fantasy historique, de littérature romantique, de pastiche et de fantastique ironique.

Le sujet du roman est une uchronie. Il se passe en Angleterre dans les premières années du XIX° siècle, sur une période de dix ans qui couvre la fin des guerres napoléoniennes et le tout début de la période romantique. Toutefois, pour bien comprendre l'univers, il faut revenir en arrière de quelques siècles…

A la fin du XI° siècle, un enfant issu d'une petite lignée noble du nord de l'Angleterre échappe au massacre de sa famille au cours d'une guerre féodale. Dix ans plus tard, il réapparaît à la tête d'une armée de guerriers-fées : il s'est réfugié dans le monde des fées, il y a conquis un royaume, puis un second royaume derrière l'enfer, et il revient à la tête de son armée féerique pour exiger justice. Pour réparation, il conquiert tout le nord de l'Angleterre et y fonde son troisième royaume, qu'il gouvernera par magie pendant trois siècles. Il est connu par la tradition sous le nom du "Roi Corbeau". Il fonde la magie anglaise, qui connaît son âge d'or sous son règne. Mais le Roi Corbeau disparaît, dans des circonstances mal connues, au cours du XV° siècle. La magie périclite alors peu à peu. Encore pratiquée à la Renaissance, elle s'efface au cours du XVII° siècle. S'il reste des sociétés de magiciens en Angleterre, il s'agit essentiellement de sociétés savantes où de vieux barbons de la gentry glosent sur de vieux textes magiques auxquels, dans le fond, ils ne comprennent goutte.

De fait, le roman commence à York, dans les premières années du XIX° siècle. La société des magiciens de York, une sorte de club de gentlemen pontifiants, est fort ulcérée d'être snobée par Mr Norrell, un gentleman qui vit un peu en dehors de la ville, et qui se prétend lui-même magicien. A la suite d'une correspondance un peu maladroite, le ton monte entre la société des magiciens de York et Mr Norrell ; pensez donc, Mr Norrell prétend être capable de faire de la magie pratique, ce qui est positivement inconcevable. Piqué au vif, Mr Norrell lance un défi aux magiciens de York : s'il leur fait la démonstration d'un enchantement, il exige d'eux qu'ils admettent par contrat passé devant homme de loi qu'ils ne sont pas des magiciens. S'il échoue, c'est lui qui abandonnera le titre de magicien… Or au jour dit, toutes les statues de la cathédrale de York s'animent et se mettent à parler, révélant des faits divers vieux de plusieurs siècles dont elles ont été témoins. Ainsi commence l'ascension de Mr Norrell. Ainsi commence la restauration de la Magie anglaise.

Surtout, n'allez pas imaginer Mr Norrell comme un être charismatique et ténébreux, ou comme une sorte d'avatar de Merlin l'enchanteur. Mr Norrell, en fait, ressemble à tout sauf à un magicien : c'est un petit gentleman vieillissant, timoré, casanier et mesquin, plutôt suranné puisqu'il porte toujours une perruque à bouclettes à la mode du XVIII° siècle. Susceptible, suffisant, absolument pas perspicace, Mr Norrell a toutefois très haute opinion de lui-même. Il doit sa science magique à un travail acharné, mais aussi au rachat - parfois dans des conditions assez suspectes - de tous les vieux ouvrages de magie anglaise, pour empêcher ses concurrents d'avoir accès à cet art. Soucieux d'aider le gouvernement dans la guerre contre Napoléon Ier, il se rend à Londres ; mais, désappointé par les codes de la société londonienne, il tombe très vite entre les griffes de deux parasites mondains, Mr Drawlight et Mr Lascelles, qui s'improvisent ses mentors et ses intermédiaires pour briller en société et gagner en influence. C'est alors qu'apparaît un autre magicien, tout à fait improbable. Jonathan Strange est un jeune gentleman un peu dandy, qui s'est intéressé à la magie par désœuvrement et par foucade, et qui en l'espace de quelques mois, se révèle formidablement doué. Bien sûr, les deux hommes sont amenés à se rencontrer…

Quoique mon résumé paraisse assez long, je ne livre là que la partie émergée du récit. Car les deux magiciens ont en fait éveillé l'attention d'êtres très anciens…

Le roman commence doucement, de façon presque soporifique. Susanna Clarke prend grand plaisir, semble-t-il, à pasticher le style de Jane Austen, et le récit semble se perdre dans les méandres très bienséants et un peu étriqués de la gentry anglaise. Et puis, insensiblement, au milieu de cette gentille satire sociale, la magie s'installe, presque en catimini. Susanna Clarke réussit admirablement à entremêler le conformisme pré-victorien et le grain de folie pré-carrollien de la féerie anglaise. Avec un grand bonheur, elle entrelace aussi l'histoire et la magie - elle parvient à rendre tout à fait cohérente l'action d'un magicien, Jonathan Strange, dans l'entourage du duc de Wellington. Les sorts que Jonathan Strange lance au cours de la bataille de Waterloo, par exemple, sont très compatibles avec le déroulement de la bataille historique.

Il y a pléthore de personnages dans ce roman, et certains sont franchement très réussis. Ma préférence va sans balancer pour le gentleman aux cheveux en crin de chardon, un être fée d'un charme, d'un narcissisme et d'une cruauté absolument délicieux. La figure du Roi Corbeau, qui revient de façon incessante entre les lignes, finit aussi par devenir fascinante comme celle d'un horizon qui recule sans cesse. Le tout est saupoudré d'un humour très britannique, énoncé avec le plus grand sérieux.

J'ai juste regretté le caractère un peu inabouti de la fin. Non que ce soit bâclé, du reste ; certains aspects du dénouement sont fort bien préparés par l'intrigue. Mais on reste sur un sentiment d'inachevé… peut-être parce que S. Clarke a écrit un second roman qui se déroule quelques années plus tard, et que je me procurerai avec le plus grand plaisir quand il sortira en France !

Si vous cherchez de l'épopée, évitez ce livre, que vous trouverez longuet et indigeste. Mais si vous cherchez une sorte de néo-romantisme glacé au fantastique acidulé, avec des aperçus burlesques sur une féerie un peu folle et assez inquiétante, ne boudez pas votre plaisir !

Usher

La citation est un peu longue, mais comme mes remarques sur ce livre viennent en complément de ce premier commentaire. Cela me semble approprié de le citer.

Je n’ajouterai rien au résumé. Usher a tout dit. Je trouve même qu’il en révèle un peu trop ; les mystères du Roi Corbeaux prennent toute leurs saveurs lorsque le lecteur les découvre au cours de l’œuvre. La manière dont s’y prend Suzanna Clarke est d’ailleurs assez habile. Elle parsème son texte de notes qui sont des références à des textes de magie des magiciens d’antan qui écrivent eux mêmes sur la magie de l’age d’or. Cela permet de donner un aspect lettré et très hermétiques à la magie et aux légendes qui concernent le roi corbeaux. Ces notes sont au service du roman et de son univers. J’ai trouvé cela particulièrement bien joué. Je ne me souviens pas avoir vu cela dans un autre livre. 

Je vous confirme l’hommage à Jane Austen. Le livre foisonne d’une ironie élégante. L’éveil de la magie se fait dans le monde des gentlemen où flegmes et oisivetés se confondent encore. Les échanges entre les personnages sont parsemés de sarcasmes et d’hypocrisies habillés d’une touche de courtoisie et cela se fait tout en finesse et j’ai toujours aimé ça. Du coup, je trouve la traduction plutôt bonne et l’ambiance est bien retranscrite. Ici, il n’y a pas d’héroïne à la Jane Austen. Pourtant, les femmes de bon sens souffrent du comportement immature des hommes.

Comme l’a déjà remarqué Usher cela peut paraître un long, et l’on se surprend une à deux fois à vouloir pousser au cul certains magiciens pour qu’ils comprennent certaines choses un peu plus vite.

Et comme Usher, je trouve beaucoup d’intérêts au gentleman aux cheveux en crin de chardon. L'être suis un mode de pensée qui n'est compréhensible que de lui même. Il agit par impulsion. Un caprice naît de cette créature peut sceller  le destin d'un homme ou d'une femme et il sera persuader d'agir pour son bien.   

Notons également qu’outre Wellington, nous rencontrons d’autres personnages historiques tel Lord Byron.


Titre: Re : Votre livre de chevet
Posté par: Macbesse le 30Mars, 2009, 22:46:52
Je viens de finir Dondog de Volodine. C'est un livre magnifique mais c'est aussi une lecture suffocante, éprouvante, parfois aux limites du supportable. C'est un peu comme si Dick et Kafka avaient fusionné en une boue sanglante, un peu comme si toutes les atrocités du XXe siècle avaient été concentrées en 320 pages, un peu comme si elles irradiaient le récit et toutes choses, même les objets, de l'attraction de l'abîme. A moins que l'abîme ne soit le refuge ?

Voilà le quatrième de couverture : "Dondog marche dans une cité noire. Il vient de quitter les camps après y avoir passé plus de trente ans. Un seul désir l’habite encore : se venger, punir les responsables du malheur. Il aimerait mener à bien de terribles représailles avant que l’obscurité le rattrappe. Des noms lui trottent par la tête, des cibles qu’il faudrait frapper : Gulmuz Korsakov, Tonny Bronx, Éliane Hotchkiss. Toutefois, quand il interroge ses souvenirs, il ne comprend plus ce qu’il doit leur reprocher, à ces trois-là. Alors, pour que sa vengeance ait un sens, il s’invente une biographie tragique et des raisons de haïr."

Et une excellente critique ici (http://inventaire-invention.com/lectures/game_volodine.htm), mais elle donne vraiment beaucoup de clés et je conseille de lire le livre avant.

Et je ne suis pas sûr de vouloir parler de ce roman maintenant, peut-être comme Dondog : "J'en parlerai quand je l'aurai totalement oublié, pas avant, dit-il."


Titre: Re : Votre livre de chevet
Posté par: Macbesse le 02Avril, 2009, 22:53:39
Décidément, j'ai de la chance, ces derniers temps, je ne lis que des bons livres.

J'ai terminé en deux soirées Servir le peuple de Yan Lianke, comme on mange une délicate friandise. Je l'accorde, c'est une friandise qui a un fort de clitoris et d'acide, mais quel petit bijou d'humour noir ! L'histoire est la suivant : Wu Dawang est l'ordonnance d'un fameux colonel qu'il sert avec assiduité, fidèle au slogan de la révolution culturelle "Servir le peuple". Et oui, servir un officier supérieur, c'est servir le peuple, car si l'officier est bien choyé, il conduira mieux ses troupes au combat pour le bien du peuple, comme l'explique en des termes autrement plus fleuri et conformes politiquement que moi son instructeur. D'ailleurs, une petite pancarte de propagande lui rappelle chaque jour. Tout bascule quand, en l'absence du général, il s'agit de servir son épouse. Le terme est riche de sens, dirons nous... et je m'arrête là pour ne déflorer ni l'intrigue, ni la charge politique du livre.  ;)


Titre: Re : Votre livre de chevet
Posté par: cccp le 02Avril, 2009, 23:09:08
de mon coté, j'ai repris la divine comédie Bon je me demande si je passe à coté d'un second niveau de lecture mais sinon, c'est très calme, très doux je m'attendais à quelque chose de plus psychédélique de plus proche de l'apocalypse de saint Jean


Titre: Re : Votre livre de chevet
Posté par: piwi le 03Avril, 2009, 11:36:23
Bonjour,

c'est la 1ère fois que je viens dans ce fil mais :

je lis actuellement un ouvrage que je trouve absolument génial de Christian Goudineau l'enquête de Valerius Priscus publié aux éditions BABEL

En quelques mots : ce livre se présente en 2 parties d'inégale longueur

la 1ère partie est consacrée au récit de la découverte en Egypte d'une série de Volumina ayant trait à la Gaule du 1er siècle de NE

La seconde partie : est constituée d'une retranscription du contenu de ces volumina, une enquête "policière" réellement passionnante autour de la révolte de Sacrovir

Si cette publication "non scientifique" a eu lieu c'est parce que l'équipe d'historiens qui bossait dessus a trouvé le contenu tellement ENORME qu'elle a souhaité en faire part "au plus vite"... J'aimerais en dire plus mais je ne veux pas vous gacher l'ultime surprise que réserve ce livre...

Donc, amateurs de polars/d'histoire Antique/joueurs de Praetoria Prima/joueurs d'Etherne etc.
Précipitez vous sur ce livre !

Bonne lecture Piwi


Titre: Re : Votre livre de chevet
Posté par: Xaramis le 03Avril, 2009, 16:49:09
Voilà qui titille ma curiosité. Je vais regarder ça de plus près, merci pour l'aiguillage.


Titre: Re : Votre livre de chevet
Posté par: Pan Paniscus le 06Avril, 2009, 00:07:13
Pour rester dans le domaine de l'Asie révolutionnaire, je vous parlerez de "Au Zénith" de Duong Thu Huong.
Imaginez un auteur contestataire (pour info, c’est une femme, ce n’est pas forcément transparent pour nos oreilles francophones)  qui pour ses convictions a déjà subit l'emprisonnement au Vietnam décide d’écrire de manière romancée les dernières années du père du peuple. Comment a-t-il pu vivre la trahison de ses plus fidèles compagnons qui choisirent la luxure du pouvoir à l’idéal révolutionnaire ? A-t-il lui-même trahi son peuple en les laissant faire, en les laissant assassiner la femme qu’il aimait ? Voilà un homme, un symbole qui écarté de la scène politique, dans son exil montagnard doit faire face au remord. Il ne verra jamais plus le fruit de son amour.  Ses enfants sont élevés par d’autres.
En parallèle, Vu le dernier fidèle élève le fils du grand frère président, mais c’est un jeu dangereux surtout lorsqu’il découvre que sa femme elle-même a succombé à l’orgueil du pouvoir.
Duong Thu Huong raconte également l‘explosion d’une famille montagnarde lorsque le patriarche qui venant de perdre sa femme décide d’imposer sa nouvelle jeune épouse au reste de la famille. Le fils ainé devant pareil affront se voit gagné par la haine et la jalousie.
Le roman raconte aussi le triste destin du beau frère de la femme assassiné. Voici un homme qui a perdu jusqu’à son identité. Il ne lui reste que la vengeance.
Ce livre au fur et à mesure de sa lecture m’a pas mal secoué et ce pour plusieurs raisons.  Le meurtre odieux de la femme du président, ses conséquences servent parfaitement le message politique de l’écrivain. Face à l’injustice du destin des protagonistes de l’histoire s’éveille un sentiment de révolte. De plus, ce livre est un excellent moyen de découvrir certaines traditions et de comprendre une partie  de la culture des ethnies vietnamiennes. Certain passage concernant la description de certains de leurs mets mon mis l’eau à la bouche. (C’est sans doute parce que je sais de source sûre que c’est l’une des meilleures cuisines du monde, mais aussi l’une des plus variées).

C’est sans nul doute un auteur que je relirai.


Titre: Re : Votre livre de chevet
Posté par: Dinalant le 06Avril, 2009, 03:10:28
Afin de marquer mon retour en cet endroit, quoi de mieux qu'une petite suggestion de lecture?

Je lis en ce moment un livre de Pierre Dubois qui s'intitule Les Contes de crimes
C'est un recueil de contes connus de tous et détournés à la sauce aigre douce... voire plutôt ketchup ou, pour résumer avec une image, quand les contes de Grimm rencontrent les contes de la crypte.
On trouve en effet dans ce recueil des contes connus (Peter Pan, La belle au bois dormant ou Cendrillon entre autres), revisités de façon à être situés dans un environnement contemporain (peu ou prou) ce qui permet déjà à l'auteur de les traiter avec une distanciation assez cynique. Sans vous en révéler plus et parce que je n'ai pas tout lu non plus, je vous dirais juste cependant que l'issue de chaque conte est heureuse si on est pas trop regardant sur la morale et plutôt sanglante. Le style de l'auteur est vraiment très plaisant et on sent qu'il prend du plaisir à nous tenir par la main pour nous mener à travers ses détournements de contes plus si féériques et qu'il tient presque à nous rendre complices de ces crimes qu'il nous conte.


Titre: Re : Votre livre de chevet
Posté par: Macbesse le 06Avril, 2009, 10:12:27
Très bons les Contes de Crimes. Un vrai régal d'humour noir ! Ses Comptines assassines sont pas mal non plus, mais plus inégales. Autant lire ses Contes d'abord. Les fans se mettront aux Comptines ensuite.


Titre: Re : Re : Votre livre de chevet
Posté par: Xaramis le 06Avril, 2009, 10:42:26
Pour rester dans le domaine de l'Asie révolutionnaire, je vous parlerez de "Au Zénith" de Duong Thu Huong.
Coïncidence, je viens de commencer la lecture de son Itinéraire d'enfance.


Titre: Re : Re : Re : Votre livre de chevet
Posté par: Macbesse le 06Avril, 2009, 14:35:20
Pour rester dans le domaine de l'Asie révolutionnaire, je vous parlerez de "Au Zénith" de Duong Thu Huong.
Coïncidence, je viens de commencer la lecture de son Itinéraire d'enfance.

Double coïncidence, le prochain sur ma pile de livres à lire est Terre des oublis  !

Là, j'essaye péniblement de lire Terres rares d'Axionov. Je vous en parle bientôt, mais pour l'instant je souffre.  :-\


Titre: Re : Votre livre de chevet
Posté par: Inigo Montoya le 06Avril, 2009, 15:07:50
Eh ben, moi, je suis plongé dans la lecture de "Gagner la guerre" d'un obscur auteur d'origine polonaise!!   ;D Et j'ai du mal à décrocher!


Titre: Re : Votre livre de chevet
Posté par: Macbesse le 06Avril, 2009, 15:53:24
Vous allez arrêter de me faire bisquer ! Déjà que je n'ai pu être là ce week-end, il faut en plus que je supporte que vous étaliez votre bonheur de lecteur alors que je m'échine sur un roman ultra auto-référencé !


Titre: Re : Votre livre de chevet
Posté par: Glorfindel le 07Avril, 2009, 13:27:59
Je lis en ce moment un roman chinois du XVIème siècle, La Pérégrination vers l'ouest, de Wu Cheng'en. Je craignais que ce ne soit déroutant et difficile à lire, avec toutes les références au taoïsme et au bouddhisme que je connais fort mal. Je me trompais : je dévore l'oeuvre sans aucun problème et avec un énorme plaisir. ça ressemble finalement assez aux épopées mythologiques de chez nous, ou à notre heroic fantasy. Jugez plutôt : monté sur un dragon métamorphosé en cheval, le moine Tripitaka, escorté par trois êtres divins, dont un singe magicien et expert en arts martiaux armé d'un bâton enchanté, va d'aventure en aventure sur la longue route qui doit le conduire au Paradis de l'Ouest, où il va demander des soutras au Bouddha pour l'édification de l'empire chinois. Démons et mauvais esprits se dressent sur leur chemin, et les dieux interviennent constamment.

ça fait deux tomes aux éditions Pléïade, près de deux-mille pages, et c'est un vrai bonheur que de les avaler. Je me prends à regretter que ce ne soit pas plus long.


Titre: Re : Votre livre de chevet
Posté par: Usher le 08Avril, 2009, 11:29:08
Je suis en train de lire World War Z, de Max Brooks, chez Calmann-Lévy. Pour l'instant, je n'en suis qu'à la moitié, mais c'est de l'excellente série Z, et c'est même de la bonne SF.

Le livre se présente comme une compilation de témoignages oraux recueillis, dans un monde exsangue qui se reconstruit tout doucement, par un enquêteur de l'ONU.  Ces différents entretiens recomposent par petites touches le conflit terrible que l'humanité a traversé au début du XXIe siècle : la World War Z : oui, vous avez bien compris, une guerre mondiale contre les zombies. Tout est parti d'un foyer infectieux en Chine, où les morts ont commencé à se relever et où le virus (improprement appelé "Rage Africaine" pour brouiller les pistes) a commencé à se diffuser. Ces zombies (surnommés "Zack" ou "les G" dans le jargon militaire) sont on ne peut plus roméresques : traînants, pourris, affamés.

Seulement, toute l'intelligence de Max Brooks, c'est de pousser la logique jusqu'au bout : si les morts se relevaient, que se passerait-il dans notre monde ? A la moitié du roman, je suis assez enthousiasmé par les différents angles adoptés par Brooks : il aborde les problèmes de santé publique, les exodes massifs de réfugiés, les relations ambiguës des gouvernements avec les filières de passages clandestins, les entrepreneurs sans scrupule qui exploitent la psychose pour s'en mettre plein les poches, la façon dont la télé-réalité fait son beurre sur les people qui tentent de se bunkeriser, les pays qui entrent en guerre en s'accusant mutuellement de mal gérer la crise, l'inadaptation des stratégies militaires face à un ennemi au moral indestructible, l'apparition de stratégies totalitaires pour lutter contre Zack… J'espère que la seconde moitié du livre sera à la hauteur du début, mais pour l'instant, ça vaut vraiment le détour !




Titre: Re : Votre livre de chevet
Posté par: Lord Skeletor le 09Avril, 2009, 17:22:18
Arf ! As-tu lu le Zombie Survival Guide, du même auteur ?


Titre: Re : Votre livre de chevet
Posté par: Glorfindel le 10Avril, 2009, 12:38:40
C'est avec une grande joie que je viens signaler une sortie assez récente qui me réjouit:

La chanson de Walther : Edition bilingue latin-français, Sophie Albert, Silvère Menegaldo, Francine Mora, ELLUG, Moyen Age européen, 2009.

Il s'agit d'une épopée médiévale rédigée en latin, mais appartenant au cycle de légendes germaniques dans la Chanson des Nibelungen est le plus beau fleuron. L'histoire de Walther se déroule avant celle des Nibelungen, dont l'on retrouve plusieurs personnages : Attila, Gunther, et surtout le formidable Hagen dans un rôle à sa mesure. Nul doute que ceux qui ont aimé la Chanson des Nibelungen aimeront aussi celle de Walther. Pour ma part, l'ayant lue dans une traduction anglaise, je l'avais adorée, et je suis vraiment heureux de voir ce joyau devenir accessible au grand public francophone. Mais plutôt que de me perdre en éloges dithyrambiques, voici le descriptif de l'ouvrage:

Monument de la littérature européenne du haut Moyen Âge, le Waltharius se distingue des autres épopées latines de cette époque par un caractère composite d'où il tire toute sa séduction mais qui le rend encore, malgré les très nombreuses études qui lui ont été consacrées, passablement énigmatique. Son héros, Walther, une magnifique bête de combat qui réussit à lui tout seul à vaincre et à tuer onze adversaires lancés contre lui dans un défilé des Vosges, est une très belle incarnation de l'héroïsme guerrier scandinave ou germanique. Mais la finesse d'un clerc érudit a su lui donner aussi des résonances nouvelles. Sentimentales, d'abord, grâce à l'amour plein de délicatesse qui l'unit à sa fiancée Hildegonde, toujours présente à ses côtés, selon un schéma narratif sans doute emprunté aux romans de l'antiquité gréco-latine. Chrétiennes voire humanistes, ensuite, à travers un regard acéré qui met à nu les faiblesses du vieil héroïsme guerrier, menacé par des vices comme l'orgueil, la colère ou la cupidité qui seront fatals aux adversaires du héros et l'amèneront lui-même à perdre la main droite. L'astucieuse reprise de vers empruntés à des poètes latins comme Prudence et Virgile tisse tout un réseau d'allusions que le lecteur attentif se doit de décrypter. Ainsi se crée peu à peu un climat ludique où tout le monde est invité à jouer, l'auteur avec le lecteur ou avec ses héros, et le héros lui-même avec ses adversaires qu'il affronte en des joutes verbales autant que guerrières. Cette œuvre originale et forte a jadis été datée du début du Xe siècle et attribuée à Ekkehard Ier, abbé de Saint-Gall dans les Alpes suisses. On incline maintenant à la faire remonter au milieu ou au début du IXe siècle et à voir en elle, malgré son atypisme, l'un des plus brillants représentants de ce qu'on a coutume d'appeler la "renaissance carolingienne".

Sautez dessus!


Titre: Re : Votre livre de chevet
Posté par: cccp le 10Avril, 2009, 12:42:15
une petite question Glo :
 qu'en est il du style ?


Titre: Re : Votre livre de chevet
Posté par: Glorfindel le 10Avril, 2009, 12:48:24
C'est assez particulier. L'auteur traite une matière qui est celle de la mythologie germanique, mais en utilisant certains procédés et des références empruntées davantage à l'épopée latine antique. Je suppose qu'on pourrait parler d'un style savant ou de clerc, mais qui reste malgré tout très vigoureux et énergique. En tout cas c'est ainsi que je l'ai ressenti.


Titre: Re : Votre livre de chevet
Posté par: cavaillon le 14Avril, 2009, 22:45:50
Bonsoir.

Retour de vacances, où j'ai pris le temps de lire un autre Harlan Coben (désolé, Usher, je gère ma bibliothèque en "F.I.F.O." (premier entré, premier sorti) : "Janua Vera" et "Gagner la Guerre" sont encore loin sous le lit) : "Innocent".

Harlan Coben est vraiment à mes yeux un grand du suspense. Il est difficile de se décrocher d'un de ses livres. Il n'y a pas trop de personnages, mais il passe de l'un à l'autre au moment des révélations et/ou des basculements (ficelle usée jusqu'à la corde mais qui marche toujours) et il enchaîne les rebondissements sans entamer la plausibilité de l'histoire (sérieusement embrouillée, d'ailleurs, mais c'est ce qui fait son intérêt).

Seule ombre au tableau, à la fin, tout n'est pas résolu, quelques points restent dans l'ombre (j'ai un esprit carré, et j'aime quand tous les fils sont ramenés à la fin), et les personnages comme la police se contentent d'un "ils ne le sauront jamais".

Mais sinon, j'ai beaucoup aimé, et le conseille aux amateurs de thriller.


Titre: Re : Votre livre de chevet
Posté par: Usher le 23Avril, 2009, 13:13:41
Il y a quelque temps déjà, j'ai lu Bastard Battle, de Céline Minard (Editions Léo Scheer), et je recommande vivement cet ovni littéraire aux amateurs de fantasy décalée et de pastiches.

L'action a lieu à Chaumont, au XIVème siècle, à la frontière entre le duché de Bourgogne et le duché de Lorraine. A la tête de son armée d'écorcheurs, le Bastard de Bourbon met la région à feu et à sang ; il s'empare de Chaumont au cours d'un assaut brutal, met la ville à sac en commettant les pires atrocités, puis décide d'en faire son repaire à partir duquel il lancera des rapines meurtrières sur les deux duchés voisins. Le narrateur, Denysot-le-clerc, épargné par le Bastard parce que celui-ci lui commande un livre, survit en intégrant la bande d'affreux. Mais il n'attend qu'une occasion pour se retourner contre le boucher… Et cette occasion va lui être donnée par Vipère-d'une-toise, une guerrière "chaoline", et Akira No Suké, un rônin "fils du Soleil Levant".

Car  Bastard Battle, c'est un court roman complètement foutraque, les sept samouraïs en pleine guerre de cent ans. Qu'est-ce que deux guerriers asiatiques trafiquent à Chaumont en 1437 ? A la limite, on n'en a rien à faire, car là n'est pas la richesse du roman. Ce que j'ai trouvé absolument extraordinaire, c'est que cette fatrasie fonctionne admirablement. Céline Minard prête à son narrateur une langue imitée du moyen français, pastichant Villon et Rabelais, conférant au texte une délicieuse saveur médiévale : or cette langue vieillotte, goûteuse et forte en gueule se marie parfaitement avec l'imaginaire des films de sabre. C'est la rencontre improbable, et parfaitement réussie, entre deux cultures populaires que tout semblait éloigner.

Jugez vous-mêmes :

Citation
Mais pour l'heure, on s'amusait dans la cour. Chantez paniers, vendanges sont faictes. L'église était évidée, toutes les âmes rôtissaient dans la cour.
(…) J'allais pour y voir quand un drille du bastard nommé Pochon Laumières sortit tout courbé de dedans l'église, la gorge dans les mains d'où coulait un sang abondant, gargouillant au lieu de crier, révulsé. Il arrosait les alentours en battant du pied, en fureur. Et voulant montrer derrière lui l'église noire qui l'avait rejeté comme un succube, il ôta une main de sa gorge. Le sang lui sortit du cou en un jet, il s'effondra à genoux, puis tout du long. Et lors on vit que sa teste ne tenait à son reste que par un gros bout de peau.
(…)
Par en bas, les compaignons s'estoient groupés autour de Laumières étalé, puis très vitement, dispersés en demi-cercle au pourtour du porche de l'église qui l'avait craché.
Ils criaient de sortir. C'étaient cinq des plus braves en formation de combat qui insultaient Iesus dieu la trinité et lui ordonnaient de sortir au jour les affronter. Avec force blasphèmes, et ils crachaient par terre. La brute du Hainaut, amy de Pochon Laumières, les heurta par derrière en les disant couards et gueux trouilleux de dieu, que lui ferait sortir ce vieillard et par la barbe, le trancherait à faux, lui mangerait le cüeur. Il entra avec ses armes au clair, le pas si lourd que les dalles du seuil en crissèrent. Il n'avait pas à peine passé le porche Sainct Jehan qu'il ressortait en déboulant les marches, la panse marquée d'une profonde croix rouge de l'ombilic au menton et flanc à flanc.
Sa roulade fit voir la taille nette sur les côtes découvertes puis il se recroquevilla en criant, tel un poussin dans son œuf sanglant. Il tressaillait du bide quand les cinq s'en approchèrent pour entendre ce qu'il hurla au sol gelé : bourdel de bran, une fu… une fumelle ! C'est une fumelle !Ce qui, plus que tout apparemment, le fit trépasser dans l'instant.
Le bastard accourt au cri et d'un geste ordonne ses hommes. Il se place au milieu, aile gauche couverte, aile droite couverte, main devant, main derrière, la dague au poing, la rondache au chef. Les aultres en demi-cercle plus larges, les archers puis les cavaliers.
Certains bourgeois point tout à fait écharpés profitent de la diversion pour se carapater. Ainsi soit-il.


Titre: Re : Votre livre de chevet
Posté par: Rom1 le 23Avril, 2009, 14:25:45
Ca a l'air assez (d)étonnant, faudra que je jette un oeil.

Citation
Vipère-d'une-toise

Personne du roman Au Bord de l'Eau par ailleurs.


Titre: Votre livre de chevet
Posté par: FaenyX le 27Avril, 2009, 10:54:32
Là j'suis lancé dans Millenium, qu'est-ce que ça me lourde pour le moment... Vivement qu'j'arrive à la fin pour pouvoir dire si ça vaut tant le coup que ça...

Les 250 premières pages sont un peu fadasses. Puis, le récit se met à ronronner, un peu comme dans les grands romans américains, avec ce ventre mou où il ne se passe rien, semble-t-il. Enfin, c'est le crescendo et on se le prend sur le coin de la tête.
A mon avis, l'attente en vaut la peine.

Je suis en train de venir à bout du troisième tome de la trilogie de Larsson. Et je dois dire que, si j'ai apprécié les deux premiers volumes (et surtout le deuxième, extrêmement intense), le dernier ("La reine dans le palais des courants d'air") me fait l'effet d'un récit qui s'étire, s'allonge, s'embourbe, à force de multiplier les sous-intrigues, les intervenants. Dommage.... ::)

Pour en revenir aux réserves émises par Marcellus (et Loris aussi, je crois) sur les premiers tomes, il faut reconnaître que Millenium n'est pas facile à apprécier (même pour les deux premiers tomes). Prenant le temps de planter son décor, de faire entrer ses personnages en scène (et la prise de notes peut s'avérer utile, surtout dans le premier livre), Stieg Larsson donne un coup d'accélérateur après quelques centaines de pages (à la moitié du bouquin, grosso merdo)... trop tard, diront certains. ;)

Enfin, pour les amateurs, l'adaptation cinématographique du premier tome ne saurait tarder à débouler sur nos écrans.
 


Titre: Re : Votre livre de chevet
Posté par: cavaillon le 04Mai, 2009, 22:26:40
J'avais écrit ici même qu'on ne m'y reprendrait plus... mais un autre lecteur de Robin Cook m'a expliqué que le seul que j'avais lu était son plus mauvais. J'ai donc lu "Cure Fatale" ces derniers jours.

Bon. C'est effectivement bien meilleur que le précédent, mais ça reste bien fade. On croule sous les clichés et les non-sens.

Clichés : au début, dans leur nouvelle clinique, tout est génial : les deux héros ont une augmentation de plus de 100%, la plus belle maison du coin (qui doit faire plus de 500m² et 8 pièces, pour un couple avec un enfant) et leur fille, atteinte de mucoviscidose, respire bien mieux. Ensuite, la situation se dégrade : madame est harcelée sexuellement, monsieur se fait vertement réprimander pour dépenses excessives quand il veut soigner ses patients, qui tombent comme des mouches, ils finissent par être tous deux licenciés, et leur fille fait une rechute...

C'est trop, ce n'est pas crédible !


Non-sens : madame a acheté un fusil pour se défendre, idée à laquelle monsieur était opposé : les statistiques montrent que les enfants jouent avec des armes chargées et meurent. Monsieur appelle à la maison, tombe sur sa fille (d'une dizaine d'années) et lui dit "il y a un fusil chargé appuyé contre la rampe de l'escalier. N'y touche surtout pas."     :o    Après ça, madame montre à la fille comment charger, armer, enlever le cran de sécurité et tirer, puis lui explique le plus sérieusement du monde "ne le fais pas, c'est dangereux".     re- :o


A part ces débilités, l'histoire n'est pas mal, et on peut se laisser prendre au jeu. Mais ça ne casse pas des briques.


Titre: Re : Votre livre de chevet
Posté par: Mortlock le 06Mai, 2009, 14:24:21
Dans la série des auteurs qui ont des idées qui sentent la morgue en grève, j'ai fini Les Racines du Mal de Dantec. Mouaif... Je suis a moitié convaincu. C'est bien écrit, ça ne manque pas de qualité littéraires, mais... peut-être est-ce que je découvre cette oeuvre trop tard. En tout cas la sensation de lire de la "rétro-SF" que l'on peut avoir en lisant ce livre aujourd'hui affadi le tout. C'est un bouquin trop marqué milieu des années 90 à mon humble avis. Voilà sinon c'est pas mal.


Titre: Re : Votre livre de chevet
Posté par: Marcellus Lesendar le 06Mai, 2009, 18:16:28
Citation de: Faenix
Enfin, pour les amateurs, l'adaptation cinématographique du premier tome ne saurait tarder à débouler sur nos écrans.
Le 13 Mai :)


Titre: Re : Re : Votre livre de chevet
Posté par: killerklown le 07Mai, 2009, 16:30:03
Dans la série des auteurs qui ont des idées qui sentent la morgue en grève, j'ai fini Les Racines du Mal de Dantec. Mouaif... Je suis a moitié convaincu. C'est bien écrit, ça ne manque pas de qualité littéraires, mais... peut-être est-ce que je découvre cette oeuvre trop tard. En tout cas la sensation de lire de la "rétro-SF" que l'on peut avoir en lisant ce livre aujourd'hui affadi le tout. C'est un bouquin trop marqué milieu des années 90 à mon humble avis. Voilà sinon c'est pas mal.


Moi j'ai lu récemment Babylon Babies de Dantec que j'ai énormément apprécié. Bien plus que le film Babylon AD qui est censé être son adaptation.
Alors si tu veux te faire plaisir avec le style de Dantec et une oeuvre actuelle et transhumaine, jete toi sur Babylon Babies, c'est très bon (et oublie Vin diesel  :mrgreen: )


Titre: Re : Vos livres de chevet : Chollet, une daube, Volodine, l'Autriche, Cadiot
Posté par: Macbesse le 17Mai, 2009, 14:42:32
Des anges mineurs, d'Antoine Volodine.

Citation de: Antoine Volodine
J’appelle narrats des textes post-exotiques à cent pour cent, j’appelle narrats des instantanés romanesques qui fixent une situation, des émotions, un conflit vibrant entre mémoire et réalité, entre imaginaire et souvenir. (...) J’appelle ici narrats quarante-neuf images organisées sur quoi dans leur errance s’arrêtent mes gueux et mes animaux préférés, ainsi que quelques vieilles immortelles. (...) J’appelle narrats de brèves pièces musicales dont la musique est la principale raison d’être, mais aussi où ceux que j’aime peuvent se reposer un instant, avant de reprendre leur progression vers le rien.

"Des anges mineurs" annonce la disparition de l'homme de la surface de la planète. Mais que l'on ne s'égare pas. Il n'est pas question ici de millénarisme, de prophéties, encore moins de comète ou d'éclipse. Cette disparition n'est pas l'Apocalypse avec ses effets spécieux théologiques et son cortège de cavaliers, d'Antéchrist et de bêtes aux sept têtes. Chez Antoine Volodine, l'humanité s'éteint sans tragédie et fait une sortie en beauté ... "Des anges mineurs" est un livre magique dont la force est d'envoûter au vrai sens du mot le lecteur, de l'amener lui aussi par des opérations chamaniques à vivre ses derniers jours, à plonger dans ce monde en apnée, jusqu'à détenir le mot de la fin en demandant à l'auteur... "Et de nous deux, vous êtes lequel ?" (France Inter)

49 narrats, 49 images, certaines sont liées à d'autres par le rêve, la mémoire, un moment de vie partagé, une émotion, tous les narrats rencontrent forcément un autre narrat mais il n'y a pas de résolution, pas d'échappatoire transcendantale, pas de réunion ou d'égrégore. C'est un lent crépuscule, le récit décousu entre plusieurs époques de la fin de l'humanité, en silence.

A déconseiller aux amateurs d'ordre.
A recommander aux lecteurs qui aiment être égarés en douceur dans l'entre-deux.

Il faut toujours suivre les conseils de lecture du Toucan.

J'allais écrire "c'est un livre magique", mais je m'aperçois que c'est déjà fait. Cette écriture n'a aucune pareille, elle ne vous saisit pas, elle vous entraîne doucement, sans violence, dans un univers radicalement autre qui semble familier. Les narrateurs se mêlent, les auteurs se confondent, la fragmentation de l'écriture est transcendée par une magnifique étrangeté à laquelle finit par participer le lecteur.

Comme le dit Will Sheidmann, et quand je dis Will Sheidmann, je pense, cela va sans dire, à moi et à nul autre : "J'avais envie de lui répondre, de hurler à travers la nuit chaude que l'étrange est la forme que prend le beau quand le beau est sans espérance, mais je restais bouche close, et j'attendais".


Titre: Re : Votre livre de chevet
Posté par: Mortlock le 19Mai, 2009, 14:26:34
La Guerre Eternelle de Joe Haldeman. ISBN 978-2-290-30825-7
C'est en relisant la liste des ouvrages proposés par le Cafard cosmique dans sa bibliothèque idéale de l'imaginaire (http://www.cafardcosmique.com/Bibliotheque-Ideale-de-la-SF) que l'envie de relire ce grand classique de la SF m'a pris.
Bien que roman de SF "militaire" l'histoire est, elle, foncièrement pacifiste et illustre parfaitement ce que disait Vian des militaires : "Pour faire un soldat il faut défaire un civil". Ici on sacrifie de jeunes gens sur l'autel d'un combat idiot, on les drogue on les lance dans des massacres sanglants on ne leur laisse aucun espoir pas même celui de rentrer chez eux (toute ressemblance avec la réalité n'est bien sûr pas fortuite du tout) ou de revoir la Terre telle qu'ils l'ont connue. L'amour même semble être un rêve utopique. Petit à petit l'histoire que l'on vit à travers les yeux du soldat William Mandella devient  sordide.
La Guerre Eternelle est un roman magnifique, à part sans doute, donné au lecteur sur le mode de la confidence. De cette simplicité de style très marquante, au vu de la dureté voire de la brutalité du propos, l'auteur (et le traducteur ? Je ne connais malheureusement pas l'oeuvre en VO)) parvient à nous donner à lire une ouvre non dénué d'une certaine poésie.
Ce Roman à reçu le prix Hugo de 76, le prix Locus (je ne le connait pas celui -là) de 76 et le prix Nebula de 75.

Pour conclure je citerai Stephen King :

"S'il existait un Fort Knox pour les écrivains de S.F qui comptent, il faudrait y enfermer Joe Haldeman."



Titre: Re : Votre livre de chevet
Posté par: Mortlock le 19Mai, 2009, 17:20:33
La BD tirée de ce roman n'est pas mal du tout aussi  ;) Il faut dire que le scénariste c'est Haldeman lui même. Ca aide...  :)


Titre: Re : Votre livre de chevet
Posté par: Findae le 19Mai, 2009, 20:37:05
Ah ben tiens, je l'ai commencé il y a peu, ce livre. Je lis en parallèle Good Omens, de Pratchett et Gaiman, et j'ai l'impression de lire un mélange entre INS et Discworld. Ce n'est pas déplaisant, d'ailleurs.


Titre: Re : Votre livre de chevet
Posté par: Pan Paniscus le 20Mai, 2009, 09:50:56
Ha oui, j'en ai lu la version française : "De bon présage". Ce fut ma première expérience de Pratchett et j'ai beaucoup apprécié l'humour vitriolé de cette fin du monde annoncée par ces cavaliers de l'apocalypse cachés derrière tous les maux de notre société moderne. Cette dernière phrase est fort longue.



Titre: Re : Votre livre de chevet
Posté par: Macbesse le 20Mai, 2009, 10:34:30
Avant de m'égarer dans Des Anges Mineurs, j'étais pris dans le tourbillon de La Magnificence des Oiseaux de Barry Hughart.

Citation
Quatrième de couv' : "Pour lutter contre une épidémie pour le moins singulière - puisqu'elle sait compter et ne touche que les enfants de son village - Boeuf Numéro Dix se rend à Pékin le jour de son dix-neuvième anniversaire. Là, il rencontre un vieil alcoolique, un sage qui bien des années auparavant fut célèbre sous le nom de Maître Li. De retour au village de Kou-Fou, tous deux découvrent sans mal que Fang le prêteur sur gages et Ma le Grigou ont empoisonné les enfants par erreur. Les deux coupables ont pris la fuite, mais il reste à guérir les enfants... Ainsi commence la première enquête de Boeuf Numéro Dix et Maître Li, dans une Chine qui ne fut jamais, où la recherche de la Grande Racine de Pouvoir les conduira à briser la terrible malédiction qui pèse sur la princesse aux oiseaux... Narrée avec beaucoup d'humour, récompensée par le World Fantasy Award 1985 [nb : ex-eaquo avec la forête des Mythagos], cette aventure délirante - où les personnages principaux échappent à la mort à chaque chapitre - ravira autant les amateurs des enquêtes du juge Ti que les lecteurs assidus de Terry Pratchett."

Qu'est ce que c'est bon ! Le récit n'a de cesse de virevolter, le rythme semble ne jamais vouloir faiblir et l'effet d'accumulation fonctionne à merveille. Li Kao, vieux sage retors et vicieux, forme un tandem explosif avec Boeuf, qui est aussi candide que lui est alcoolique. Les amateurs de culture chinoise apprécieront le détournement des références (l'expédition de Procope, le roi de Qin...) et de la structure du conte, tout cela revu et corrigé à l'humour acide - il irrigue de ce roman une... profonde charité.  :mrgreen:
Et c'est sans compter les morceaux de bravoure burlesques... ah, la chasse au ginseng... j'en ai encore les larmes aux yeux tellement j'ai ri.


Titre: Re : Votre livre de chevet
Posté par: Puck le 21Mai, 2009, 08:19:31
Une collègue ayant entendu que j'aimais la littérature fantastique (car je parlais de  Gagner la guerre) a cru me faire plaisir en me prêtant TWILIGHT.....
Le problème, c'est que je parlais de LITTERATURE fantastique. Or, ce bouquin est aussi plat qu'une fan de Tokyo hotel et son style est aussi agréable que de se faire arracher une dent sans anesthésie par un dentiste stagiaire qui a mis comme fonds musical le dernier CD d'Arielle Dombasle....Bref, à éviter comme la peste...


Titre: Re : Votre livre de chevet
Posté par: Mortlock le 21Mai, 2009, 11:49:38
Une collègue ayant entendu que j'aimais la littérature fantastique (car je parlais de  Gagner la guerre) a cru me faire plaisir en me prêtant TWILIGHT.....
Le problème, c'est que je parlais de LITTERATURE fantastique. Or, ce bouquin est aussi plat qu'une fan de Tokyo hotel et son style est aussi agréable que de se faire arracher une dent sans anesthésie par un dentiste stagiaire qui a mis comme fonds musical le dernier CD d'Arielle Dombasle....Bref, à éviter comme la peste...

Ah ? On m'a proposé de me le prêter... C'est drôle tout à coup je crois que j'ai plein d'autres trucs à lire avant voire même que je ne sais plus lire...  ;D Efficace comme critique mon cher Puck  :lol:


Titre: Re : Votre livre de chevet
Posté par: Puck le 21Mai, 2009, 20:41:45
A vot' service m'sieur! ;D


Titre: Re : Votre livre de chevet
Posté par: cavaillon le 28Mai, 2009, 17:43:33
'L'Anneau du Pêcheur' de Jean Raspail.

Très très bon.

J'ai été enchanté par les deux histoires. Car dans cet ouvrage, l'auteur mêle l'Histoire à celle du roman.

L'Histoire conte le schisme de l'Eglise catholique, suite au concile de Rome où un pape a été "élu" sous la pression du peuple et des milices romains, pour être remplacé quelques mois après par les cardinaux revenus en Avignon. Evidemment, le premier n'a pas voulu rendre son trône et on s'est retrouvé avec deux papes... J'ai ainsi appris que la lignée (si l'on peut dire) des papes légitimes est éteinte depuis longtemps et que l'Eglise catholique est dirigée par un anti-pape depuis plus de 500 ans !

L'histoire du roman se passe de nos jours (1994) et trace l'ultime voyage de l'ultime pape légitime (la lignée aurait traversé les siècles dans le secret).

Jean Raspail a l'habileté de mêler les deux contes, passant de l'un à l'autre à (presque) chaque chapitre, et romance l'Histoire de telle façon qu'elle n'est pas du tout rébarbative comme le sont certains livres d'Histoire.

Pas d'aventures à la 'Da Vinci Code', pas de moines capueristes à la JCVD, mais un style et une érudition qui attrapent le lecteur et le tiennent jusqu'à la fin de l'ouvrage.


Titre: Re : Votre livre de chevet
Posté par: Xaramis le 07Juin, 2009, 21:46:55
 :au: Quelque Obéronniste féru de SF aura-t-il lu le roman Blade Runner d'Alan E. Nourse ?

Pour ce que j'en sais, ce roman, de 1974, a donné son titre au film de Ridley Scott (sans que le récit du roman ait quoi que ce soit à voir avec le récit du film, inspiré par le roman de Dick).


Titre: Re : Re : Votre livre de chevet
Posté par: Moustrap le 07Juin, 2009, 22:30:21
'L'Anneau du Pêcheur' de Jean Raspail.

Très très bon.

J'ai été enchanté par les deux histoires. Car dans cet ouvrage, l'auteur mêle l'Histoire à celle du roman.

L'Histoire conte le schisme de l'Eglise catholique, suite au concile de Rome où un pape a été "élu" sous la pression du peuple et des milices romains, pour être remplacé quelques mois après par les cardinaux revenus en Avignon. Evidemment, le premier n'a pas voulu rendre son trône et on s'est retrouvé avec deux papes... J'ai ainsi appris que la lignée (si l'on peut dire) des papes légitimes est éteinte depuis longtemps et que l'Eglise catholique est dirigée par un anti-pape depuis plus de 500 ans !

L'histoire du roman se passe de nos jours (1994) et trace l'ultime voyage de l'ultime pape légitime (la lignée aurait traversé les siècles dans le secret).

Jean Raspail a l'habileté de mêler les deux contes, passant de l'un à l'autre à (presque) chaque chapitre, et romance l'Histoire de telle façon qu'elle n'est pas du tout rébarbative comme le sont certains livres d'Histoire.

Pas d'aventures à la 'Da Vinci Code', pas de moines capueristes à la JCVD, mais un style et une érudition qui attrapent le lecteur et le tiennent jusqu'à la fin de l'ouvrage.
Je vais à Avignon pour la première fois à la fin du mois, et ce livre pourrait bien être ce qu'il me faut pour réviser l'Histoire de manière divertissante. Merci pour cette critique.  :D


Titre: Re : Re : Re : Votre livre de chevet
Posté par: cavaillon le 08Juin, 2009, 17:37:54
Je vais à Avignon pour la première fois à la fin du mois, et ce livre pourrait bien être ce qu'il me faut pour réviser l'Histoire de manière divertissante. Merci pour cette critique.  :D

Heu... Seule une petite partie de ce livre se passe à Avignon. Mais je te le conseillerais même si tu allais à Vladivostok...     ;D


Titre: Re : Votre livre de chevet
Posté par: Marcellus Lesendar le 11Juin, 2009, 21:11:18
Incarnations de Xavier Bruce.
J'ai 'dévoré' ce roman en tellement peu de temps que j'me dis qu'il y a forcément quelque chose de bon...
L'histoire d'un vieux réalisateur de cinéma qui recrute des acteurs pour rejouer sa vie. Enfermés dans une sorte d'entrepôt totalement aseptisé, mais pourtant contenant des salles à l'identité très marquée, les "bioacteurs" vont très vite se prendre au jeu...
C'est assez déroutant comme roman puisqu'on est à cheval avec le fantastique et le "crédible" pour finalement tomber dans du fantastique. Mais c'est "intéressant" à lire. En effet, il y a des moments où comme dans Cube (le film), je me suis dit "c'est surfait, c'est dommage c'est bidon", et d'autres où j'étais à fond, où je me délectais des tournures employées ou des images évoquées. L'auteur a des façons de "penser" et d'écrire que j'apprécie vraiment tant certaines sensations évoquées, je les ai ressenties...
Bref, ça se lit très vite, on est avec ces bioacteurs, on cherche à comprendre où veut aller l'auteur... Clairement pas un livre "intellectuel" ou très sérieux que j'offrirais à ma grand mère ou à mon père, mais pourquoi pas à un pote qui aime imaginer des "trucs pas possibles"... Un rôliste quoi...

Sinon je suis à fond dans la "Brigade de l'oeil" de Guillaume Guéraud.
C'est une sorte d'hommage à fahrenheit 451 et à tous les livres sur les dystopies un peu totalitaires...
Là on se trouve sur une île où une impératrice a pris le pouvoir et a interdit toute forme d'image. Que ce soit les films, les photos, le net, etc...
Au départ, les rebellions étaient fréquentes, mais réprimées tellement violemment que finalement les gens ont baissé la tête et ont brûlées leurs images...
Le livre commence avec la brigade de l'oeil, une unité chargée de patrouiller en ville et de brûler les yeux à toute personne ayant sur elle des images ou regardant des images. Pas de pitié, pas de passe-droit...
Un mythe veut qu'il existerait un endroit secret où se trouveraient une quantité incroyable de films, d'images, etc....
Bref, un livre avec un jeune dissident, des rebelles, un pouvoir totalitaire aux idées assez "intéressantes"... Un livre bien pensé et bien mené je trouve...
Il va trôner fièrement à côté de mes Bradbury et de mes Heinlein...


Titre: Re : Votre livre de chevet
Posté par: Ohtar Celebrin le 11Juin, 2009, 22:49:40
Je ne suis pas très doué pour les commentaires lectures mais certains (Marcellus Lesendar) m’en avaient demandé une… ici :
http://couroberon.com/Salon/index.php/topic,1488.msg37245.html#msg37245



Alors voici voila voilou que dire…


Commençons par la fin…


Pour les Chroniques des Feals puisque c’est sur cela que portait plus précisément la demande, je fini le troisième tome de la série sur un constat mitigé.

C'est une histoire d’adolescent chargé de sauver le M’Onde de la destruction orchestrée par la Charogne.

Il y à des idées sympa, l’univers est assez complexe, pleins de couleur et c’est assez facile à lire…

Maintenant j’ai cru lire une traduction d’un auteur anglo-saxon avant de me rendre compte que Mathieu Gaborit est français… donc un langage qui ne me parait pas extraordinaire.

Il y a des similitudes flagrantes avec L5R bien que l’univers ne soit pas du tout japonisant :
Les divers pays ont des animaux fantastiques de tutelle les Feals dont les dragons, aspiks, licornes, griffons, et autres phénix et la charogne fait penser à l’Outremonde.

Mais le M’Onde est régi par ses propres règles et l’impression de déjà-vu s’arrête donc là.

Bon il y a touts les ingrédients de la superproduction américaine avec sa magie omniprésente ses découverte du monde par les yeux d’un ado (impliquant l’inévitable première expérience sexuelle) et les grands méchants très méchants et les gentils qui aime et font confiance au zéro car c’est le zéro…


Mais j’ai passé un bon moment et retiendrais certaines idées (la possibilité de voyager au travers de la foudre par exemple me plait bien…)

--------------------------------------

J’ai un avis bien moins nuancé à vous faire partager au sujet de l’excellant «Blade Runner» de Philip K Dick… (Paru à l’origine sous le titre « Les androïdes rêvent-ils de moutons électriques ? »)

Donc un cultissime roman de SF se déroulant sur Terre dans les années …90 !!!!

Et oui cette œuvre magistrale à été écrite dans les années 60… c'est donc futuriste.

Un livre passionnant invitant à une réflexion sur l’humain.

Enrichissant sans être prise de tête ou moralisateur.

Je n’en dirais pas plus à part « courrez chez votre libraire !!! »


------------------------

Je poursuis sur ma lancée avec « Le Royaume Blessé » écrit par Laurent Kloetzer…

Un bon roman de fantasy.
Quelques remarques de plus ??

OK ok je m'y met... ;)

Cela ce passe dans un monde dont la géographie ressemble étrangement au notre mais avec des noms différents et où il y à une île au milieu de l’Atlantique mais où cette Atlantide n’est pas en voie de submersion.
Du coup même si on retrouve une épée extraordinaire et une pierre qui crie en présence d’un roi légitime on oublie vite les légendes Arthurienne misent à la sauce Atlan que je craignais.


Ce qui ma dérangé en fait c’est de ne pas vraiment comprendre les règles qui régissent cet univers.
J’ai parfois eu un sentiment étrange que les personnages agissaient d’une certaine façon car ils étaient influencés par dés élément du monde dont on ne nous donne aucune mention…
Cela engendre des sursauts inattendus mais aussi peu limpide dans le scénario.
comme un navire qui changerai de cap sans qu'on ne mentionne l'existance du vent des courents et du gouvernail...

Les personnages justement donnent tout l’intérêt au livre… on s’éloigne des classiques de la fantasy pour des caractères finement modelés, des sentiments en teintes, demi-tintes et nuances et des motivations qui sonnent juste.

Donc je conseil ce livre à ceux qui recherchent une fantasy s’éloignant des Chroniques de Feal (pas de jugement de valeur dans cette remarque).




Et bien c’est fait, ce fut difficile mais c’est fait… ça à été bien plus difficile que de les lire !!!  :lol:


Titre: Re : Votre livre de chevet
Posté par: Marcellus Lesendar le 12Juin, 2009, 12:19:39
Pour Gaborit, j'avais vaguement apprécié les crépusculaires, j'en ai gardé des souvenirs assez agréables, mais modérés par un "ouais bof"... Les feals, c'est pire, ce dont je me souviens c'est "de bonnes idées" mais tellement de baillements que finalement c'est un livre que j'ai rangé et "oublié"...

Pour le Kloetzler, il attend patiemment que j'ai fini mon "gagner la guerre" qui attend patiemment que je finisse tous les livres achetés depuis... Bref, ils prennent la poussière après l'euphorie des débuts passée... C'est agaçant car le Kloetzler me faisait de l'oeil très fort :(


Titre: Re : Votre livre de chevet
Posté par: Ohtar Celebrin le 13Juin, 2009, 18:59:57
je pense qu'il y a vraiment du bon dans Kloetzler mais comme je le notais plus haut, l'univers n'est pas facile d'acces... on se demande parfois pourquoi les choses réagissent comme elles le font.


Titre: Re : Votre livre de chevet
Posté par: Macbesse le 13Juin, 2009, 19:38:39
Récemment, j'ai bouquiné :

- Mytale, d'Ayerdahl. Il y a bien quelques maladresses de jeunesse dans ce roman (une certaine confusion, parfois), mais la société décrite, bâtie sur les diverses mutations et leurs conséquences, est vraiment captivante. Sans être un roman engagé, sa dimension politique est très profonde. Il fait partie de cette SF qui fait réfléchir à sa propre société et au pouvoir de la science, mais par une voie totalement inattendue. Je le recommande chaudement.

- Le Monde Visible de Mark Sloukan (traduit de l'anglais) : le narrateur part à la recherche du passé de ses parents décédés, envers qui il se sent étranger, et découvre petit à petit leur implication dans l'assassinat d'Heydrich en 42 (l'architecte de la solution finale, le fondateur des Einsatzgruppen, l'Obengruppenführer de la Bohême-Moravie et le préféré d'Hitler. Pourtant, tout se passe comme si sa mère, très impliquée de fait, y était restée profondément étrangère. Ce roman irradie une sensation très curieuse d'altérité, comme si les événements étaient observés depuis "le monde sous l'étang". De très belles métaphores le parcourent. Qu'on y cherchent pas le suspense : tout est joué dès les premières pages. Qu'on y cherche pas plus une explication, ce n'est pas le propos. Mais cette écriture, entre quête (vaine) du passé et altérité, vaut à elle seule qu'on s'attarde sur ce roman.

- Terres rares d'Axionov : je l'ai fini avec peine. Bazz Oxelotl, quasi-anagramme d'Axionov, rencontre, à Biarritz, un jeune homme parfait (surfeur, cultivé et plein de vie), Nik Orizon. Il lui vient l'idée d'écrire la suite d'un de ses précédents romans, qui narraient les aventures d'un parfait Komsomol. On suit donc ce komsomol adulte, présenté comme parfait : il est bon, libéral, bon amant, cultivé, courageux, bref, parfait. C'est un oligarque, certes, mais lui, c'est pas pareil. Et puis, tout le mal de la Russie vient de vieux Staliniens, pas d'anciens komsomols. Il est spécialisé dans les métaux rares et s'approvisionne en Afrique, auprès d'une sorte de Bongo, mais c'est un "humaniste". Il n'y a pas une once d'ironie, de distance critique dans ce roman. Il en devient étouffant, illisible. Et le pire, c'est qu'il est monstrueusement auto-référencé : on recroise tous les personnages des romans précédents, sans exception. A fuir.


Titre: Re : Votre livre de chevet
Posté par: cavaillon le 15Juin, 2009, 17:47:37
'La Ligne Noire' de Grangé

J'ai beaucoup aimé. Il y a quelques 600 pages (format assez peu habituel pour un thriller), mais on les lit sans peine !
Comparé aux 'Rivières Pourpres', je trouve que Grangé a très bien évoluer et a su monter de plusieurs crans dans la gestion du suspense.

L'histoire raconte le jeu de piste entre un journaliste, qui cherche à comprendre la psychologie d'un tueur, et ce tueur, sous les verrous, qui le guide par contact épistolaire (puis par e-mail).

Les deux premières parties sont très bonnes (surtout la deuxième, en fait), et le suspense est parfaitement distillé, donnant une sensation d'étouffement, d'oppression au lecteur. Dur de lâcher le livre une fois commencé.

Quand l'histoire semble terminée (fin de la deuxième partie), on est finalement heureux de voir qu'il reste encore un bon tiers de livre !

L'atmosphère de cette troisième partie est totalement différente (je n'en dis pas plus pour ceux qui voudraient le lire), mais pas moins haletante (même si elle m'a un peu moins emballée)... jusqu'au rebondissement final.

Bref un très bon thriller !


Par contre, Grangé a également évolué dans le gore, depuis les "Rivières Pourpres". Par moment, cela sert bien l'histoire, parfois, cela semble gratuit, mais si l'auteur s'est mis à la place du tueur pour écrire ces passages, son imagination est effrayante !



Titre: Re : Votre livre de chevet
Posté par: killerklown le 16Juin, 2009, 09:36:35
On m'a fortement conseillé La Trilogie du magicien noir de trudi canavan ... Quelqu'un a-t-il lu et pourrait me dire si c'est aussi bon que mon collègue le dit ?


Titre: Re : Votre livre de chevet
Posté par: Marcellus Lesendar le 18Juin, 2009, 13:51:30
Tiens, j'ai enfin reçu mon exemplaire de World War Z!
Je rejoins FaeniX, je crois, pour dire que c'est un livre bluffant! Bien mené, intelligemment construit. Bref, j'le vendais en disant "Et si les morts se relevaient comment réagirait le monde entier. Voici LE livre qui permet de répondre à cette question, Brooks l'a écrit comme une analyse géopolitique et sociologique de la situation. La rendant très probable..." Bref, c'est rigolo car je lis exactement ce que je pensais lire!


Titre: Re : Votre livre de chevet
Posté par: Kazanoff le 19Juin, 2009, 04:10:31
History of the Later Roman Empire (http://penelope.uchicago.edu/Thayer/E/Roman/Texts/secondary/BURLAT/home.html) par J.B. Bury, disponible gratuitement en anglais sur le site de l'université de Chicago.

Un livre très complet sur une période fascinante dont on sait peu de choses, et souvent déformées par notre sensibilité moderne. Le bouquin date un peu, et on peut trouver à redire sur un certain nombre d'aspects qui ont fait l'objet d'études plus récentes (démographie et économie de l'Empire par exemple). Il reste très costaud.

C'est clairement aussi une manière un peu ancienne de faire de l'histoire, dans le ton et les centres d'intérêt: on y parle beaucoup de politique et de faits d'arme; avec un style plein d'empathie et de jugement. Ca ne m'a posé aucun problème, bien au contraire. Je trouve cette approche bien plus digeste que pas mal de traités scientiphiliques disponibles aujourd'hui.

Bref, enjoy ;)


Titre: Re : Votre livre de chevet
Posté par: Usher le 19Juin, 2009, 12:57:57
Lu récemment Julien l'Apostat de Glen W. Bowersock (Armand Colin). Livre plus ancien que la biographie écrite par Jerphagnon (http://couroberon.com/Salon/index.php/topic,997.0.html), texte plus concis et globalement moins favorable à Julien, sa lecture ne m'en a pas moins intéressé parce qu'elle fait ressortir la complexité du personnage. Alors que Jerphagnon présente Julien comme un César un peu dépassé par les troupes qui le portent  au pouvoir, Bowersock, en analysant certaines contradictions dans la correspondance de l'empereur, montre la façon dont Julien a sans doute instrumenté sa popularité auprès de son armée, y compris en diffusant de mystérieuses lettres anonymes qui firent sans doute office de tracts (au IVème siècle !   :o ) pour pousser les légions à l'insurrection. Deux choses m'ont frappé chez Bowersock : l'hostilité qu'il éprouve pour… les qualités de Julien (son ascétisme, sa puissance de travail, sa pugnacité guerrière, son sens de la dérision sont globalement dépréciés par le biographe) et l'insistance avec laquelle il traite Julien de fanatique - alors que cet empereur, certes païen convaincu, ne poussa jamais l'antichristianisme jusqu'aux persécutions. Un appendice un peu étrange éclaire ce parti-pris : Bowerstock glisse en fin d'ouvrage un petit essai sur Constantin Cavafy (1863-1933), poète grec important du XXème siècle, qui consacra une partie de son œuvre à Julien. Or Cavafy, à la fois chrétien et homosexuel "sensualiste", était doublement hostile à Julien, pour son ascétisme et pour son paganisme. Faut-il voir dans l'hostilité du biographe une trace de son admiration pour l'œuvre de Cavafy ? C'est possible, mais cela me semble être, historiquement parlant, une démarche très étrange et assez contestable…

Constantin Cavafy fut traduit en français par Marguerite Yourcenar, ce qui m'amène à une autre lecture. Quoique fan de Yourcenar, je n'avais pas lu jusqu'alors deux de ses courts romans : Alexis ou le Traité du Vain Combat et Le coup de grâce. Ce sont des ouvrages de jeunesse, mais ils sont considérés comme importants dans l'œuvre de Yourcenar. Et pour cause. Avec Alexis, Yourcenar écrit à vingt-quatre ans le roman du refoulement de l'homosexualité, puis de son acceptation. Ce n'est pas le thème qui me parle le plus dans l'œuvre de Yourcenar (quoiqu'il réapparaisse avec une force émouvante dans les Mémoires d'Hadrien), mais je conçois bien que le livre était important dans les années 1920… Le coup de grâce, par son cadre incertain (la guerre civile en Courlande et en Livonie), par la violence de ses personnages, par le choix tragique des causes perdues et des camps contestables, m'a touché davantage. Au cours d'une guerre civile, un officier (qui refoule probablement son homosexualité) repousse l'amour d'une jeune femme qu'il admire, et il la pousse à s'avilir, puis à embrasser le parti adverse. Le dénouement, d'une brutalité inévitable, est d'une sécheresse splendidement cynique. Ce que je trouve assez fascinant dans ce court roman, c'est qu'il est à la fois inspiré d'un fait divers et par la passion malheureuse de Yourcenar pour André Fraigneau, qui la repoussa aussi brutalement qu'Eric rejette Sophie dans le roman. Mais Yourcenar ne choisit pas de donner la voix à Sophie, son double romanesque : c'est Eric, le bourreau, qui parle.

Ce qui excite ma perplexité, chez Yourcenar, c'est qu'elle choisisse presque systématiquement des narrateurs masculins, même lorsqu'elle met en scène des personnages féminins qui sont inspirés de sa propre expérience ou de femmes qu'elle a connues. Dans la préface d'Alexis, elle note à propos de Monique, la femme trahie par Alexis : "J'ai parfois songé à composer une réponse de Monique, qui, sans contredire en rien la confidence d'Alexis, éclairerait sur certains points cette aventure, et nous donnerait de la jeune femme une image moins idéalisée, mais plus complète. J'y ai pour le moment renoncé. Rien n'est plus secret qu'une existence féminine. Le récit de Monique serait peut-être plus difficile à écrire que les aveux d'Alexis."

Yourcenar, une femme mais un écrivain ?…


Titre: Re : Votre livre de chevet
Posté par: ithilion le 24Juin, 2009, 15:34:10
Je viens de finir Terreur de dan simmons. Mouais... Amateur d'épouvante je ne pouvais qu'être attiré par ce titre prometteur. Malheureusement le résultat est en déça de ses prétentions. Pour ce qui est de la terreur, il n'y a bien que la perception rétrograde que l'auteur a de l'homosexualité qui m'ait glaçé d'effroi. Proprement immorale - de mon point de vue - cette vision du sodomite psychopathe près à vous poignarder dans le dos. Mais bon comme disait cette vieille tante d'Oscar Wilde : « L'appellation de livre moral ou immoral ne répond à rien. Un livre est bien écrit ou mal écrit. Et c'est tout. [...] L'artiste peut tout exprimer. »
Voyons ce que l'ours a dans le ventre.
Disons d'abord à la décharge de simmons qu'il sait écrire un livre du moins pour ce qui de la forme : c'est prenant, je l'ai pas lâché avant de l'avoir bâclé. Il y a suspense, de la tension (sauf pendant les interminables bondieuseries qui suivent les décès des huiles, les énumérations des pertes de l'équipage et les flash-backs dont on a rien à cirer; tous ces passages superflus, on sent que c'est là pour alourdir la bête et j'ai failli bazarder le pavé à plusieurs reprises, tellement ça me gonflait qu'on puisse créer une ambiance si oppressante pour la faire partir en eau de boudin de la sorte) C'est dit.
Maintenant voyons le fond car c'est vraiment là que le bas blesse. Passons les détails scatologiques - tellement nombreux que c'est à se demander si dan-le-barbu n'a pas un soucis de ce côté... -, le pompage du Arthur Gordon Pym de Poe - qui fait cent fois mieux quatre fois moins de page -, la menace particulièrement éculé du gros ours blanc, genre les Dents de la Mer : plus rapide-plus fort-plus malin, le happy-end foireux "ils vécurent heureux et eurent beaucoup d'enfants" (comment qu'j'ai rigolé en fermant le livre; Terreeeuuurrr !!!!)
Qu'est-ce qui nous reste au final ? Un gros Koh-Lanhta sport d'hiver matiné de légendes inuits qu'il nous sert en toute fin de l'ouvrage comme pour justifier ce fatras boueux et malodorant
A mon humble avis, simmons est un auteur à éviter. Il n'a rien d'un nouveau Shakespeare (qu'il se plait tant à citer). Il n'est rien qu'un poseur.

Ah oui ! J'ai bien aimé la dédicace du traducteur français "Merci aux membres du forum dan simmons, pour leurs discussions éclairées"
Quel foutage de gueule...
 


Titre: Re : Votre livre de chevet
Posté par: Usher le 28Juin, 2009, 17:15:03
Je viens de terminer la lecture d'Attila, la violence nomade, de Michel Rouche (Fayard), et je ne peux que recommander ce bouquin aux amateurs d'antiquité tardive et de haut Moyen Âge.

En fait, le cœur du sujet de ce livre, c'est la rencontre entre l'Occident romain et les peuples nomades arrivés des steppes eurasiatiques. La biographie d'Attila n'occupe que le tiers central du livre : le premier tiers de l'ouvrage est consacré à un tableau du monde romain et du monde nomade au Vème siècle, et le dernier tiers porte sur la postérité d'Attila, aussi bien sur le plan géopolitique et militaire que dans le domaine culturel.

L'ensemble (malgré quelques coquilles très incongrues !) est tout simplement passionnant. Pour le lecteur lambda, la synthèse que propose Rouche sur l'ethnogenèse des peuples barbares est absolument limpide - beaucoup plus que les ouvrages de Lebedynsky, même si Lebedynsky est plus précis. Avec clarté et simplicité, Rouche décrit le milieu qu'est la steppe, l'évolution qui mène naturellement les populations nomades à un pastoralisme violent, et il souligne l'absolue altérité entre la civilisation romaine, urbaine, agricole  et attachée à des valeurs immobilières, et des sociétés nomades ignorant les concepts de territorialité ou de patrie, et attachées uniquement à des biens meubles.

La dernière partie du livre, sur l'impact historique d'Attila, est aussi assez fascinante. Dans la mesure où les peuples gothiques ont été vassalisés par les Huns avant de se libérer de cette tutelle, Rouche montre comment les valeurs nomades ont imprégné les grands mythes germaniques fondateurs de l'identité allemande. Il revient aussi bien sur les Eddas scandinaves (et tout particulièrement sur la Volsüngasaga) que sur les Nibelungen pour montrer en quoi le mythe a non seulement repris le personnage d'Attila (Atli ou Etzel), mais a emprunté la soif de l'or et certaines conceptions matrilinéaires au monde hunnique. Plus tard, un néo-paganisme aryen de triste mémoire a reconstruit toute une fatrasie mythologique sur ces structures, et ce fut peut-être, selon Rouche, une des causes des erreurs stratégiques de Hitler au cours de la campagne russe, Hitler s'étant obstiné a vouloir conquérir l'Ossétie, berceau des Alains, un des peuples indo-européens ayant fait le lien entre le monde germanique et le monde hunnique.

Pour les amateurs d'histoire, un livre vraiment passionnant !

[Edit] En tout cas, Rouche a éclairci ma lanterne sur un point. Depuis des années, je lisais à droite et à gauche que les mythologies germanique et scandinave contenaient des influences orientales, en particulier chez le personnage d'Odin, mais nulle part je n'avais trouvé d'explications claires au sujet de ces influences. Or Michel Rouche explique comment les peuples gothiques sont partis, vers le IIème siècle, depuis les régions baltiques pour se diriger vers la Russie méridionale, où ils ont fondé d'éphémères royaumes (wisigoth et ostrogoth) avant d'être submergés par la vague hunnique, et repoussés vers l'ouest par elle. Dès lors, les points de contact et les influences deviennent clairs. Le massacre des Burgondes, qui est le sujet du Nibelungenlied, aurait bien eu lieu au Vème siècle, par exemple.


Titre: Re : Votre livre de chevet
Posté par: Xaramis le 28Juin, 2009, 19:08:03
De Michel Rouche, j'avais lu, il y a des années, son Aquitaine - Des Wisigoths aux Arabes, tout à fait passionnant et qui avait bousculé quelques idées reçues.


Titre: Re : Votre livre de chevet
Posté par: Usher le 28Juin, 2009, 19:32:13
Tiens, c'est un bouquin qui me fera de l'œil, alors. De mon côté, j'avais lu son Clovis, il y a aussi quelques années, et c'est parce que je l'avais beaucoup apprécié que j'ai acquis récemment Attila.


Titre: Re : Votre livre de chevet
Posté par: killerklown le 30Juin, 2009, 10:04:36
Je viens de lire les 2 romans de Mathieu Gaborit dans l'univers de Cadwallon.
Si vous jouez à Cadwallon, allez-y c'est de l'inspi en barre et ça montre bien ce que l'on peut faire de cet univers.
Sinon, je suis pas sur que ca soit vraiment très lisible. Le style est pas désagréable mais c'est loin d'un bordage ou d'un Usher  :mrgreen:, mais c'est surtout que les éléments spécifiques au background de cadwallon sont utilisés et pas forcément expliqués.
La naissance d'un inspiré est assez intéressante, même si j'aurais vu ca plus tragique  8)
Quelqu'un d'autre a lu ?

Le cycle des ombres, Tome 1 : La faille de Kaïber et
Le cycle des ombres, Tome 2 : Les cendres de la colère

dans l'ensemble :
- pour des fans / intéressés de l'univers 4/5
- pour les autres 2/5


Titre: Re : Votre livre de chevet
Posté par: Cuchulain le 30Juin, 2009, 12:44:55
"Elle courait le garou" aux éditions José Corti par Claude Lecouteux.

Ca fait un certain temps que je l'avais fini et voulait en parler. C'est tout bêtement un recueil de textes sur les lycanthropes, mais pas que les loups garous de nos contrées on retrouve aussi des tigres-garous et des hommes ours.

L'auteur ou plutôt le compilateur a classé ses textes en plusieurs parties : comment devient-on garou ; les pactes et la magie  ;  les habits, peaux et ceintures ; comment révéler au monde un garou  ; le double et la garou ; délivrer, guérir ou éliminer un garou. On finit par une conclusion et quelques textes originaux.

Je me l'étais fait offrir pour Ynn Pryddein, mais finalement c'est plus pour Solomon Kane ou du fantastique (voire du Qin) que ce livre est une inspiration formidable. A chaque texte on s'imagine comment réagirait des pjs dans ce genre de situation, on a une idée de scénario ou encore ça permet de donner un peu de couleur locale à vos parties historiques avec les croyances de l'époque. Outre l'inspiration ludique, ce livre permet de voir l'importance donné à l'Habit par toutes les sociétés : ce qui nous différencie des animaux dans les textes les plus anciens c'est le fait d'être habillé, la nudité est honteuse car assimilée à l'animal. On remarque aussi la progression du double qui se manifeste pendant le sommeil à la transformation en période éveillée. On voit aussi comment certains récits sont semblables : un loup garou transformé à cause de sa femme infidèle retrouve l'humanité grâce à un roi ; dans un récit on parle du roi Arthur et dans d'autres c'est un roi non identifié (un RNI  :mrgreen:) les fins sont différentes (la femme est épargnée ou mise à mort) mais la structure reste la même.

Bref : c'est un ouvrage fort intéressant que je recommande chaudement (comme toute oeuvre de Claude Lecouteux de toute façon !)


Titre: Re : Votre livre de chevet
Posté par: Cuchulain le 30Juin, 2009, 12:55:47
Autre livre : autre message.

Jean Louis Fetjaine : Les reines pourpres; tome 1 : Les voiles de Frédégonde.

L'histoire romancée de Frédégonde (http://fr.wikipedia.org/wiki/Fr%C3%A9d%C3%A9gonde) par l'auteur de la trilogie des Elfes. Pas de fantasy dans cet ouvrage : mais un un roman historique assez palpitant et qu'on sent documenté lors de l'apparition de petits détails de la vie quotidienne. Ce qui est assez plaisant c'est qu'a part une vague trace de fantastique (mais alors vraiment une goutte dans l'océan) on se régale à suivre les machinations et les frasques de la futur épouse de Chilpéric ainsi que son entourage. C'est bien écrit, il y a du suspens, des détails historiques intéressants et on se laisse prendre au jeu. On retrouve le fameux évêque Prétextat assassiné sur son ordre en 586 et l'auteur donne une autre justification à son meurtre.

Un bon ouvrage qui donnera envie de se refaire du "Avant Charlemagne".


Titre: Re : Votre livre de chevet
Posté par: Rom1 le 01Juillet, 2009, 09:30:44
Ah ! Merci de cette critique, j'hésitais justement à lire cette saga après avoir terminé les Rois maudits. Du coup, je vais me lancer.


Titre: Re : Re : Votre livre de chevet
Posté par: Cuchulain le 01Juillet, 2009, 11:46:17
Ah ! Merci de cette critique, j'hésitais justement à lire cette saga après avoir terminé les Rois maudits. Du coup, je vais me lancer.

A ton service.  ;)  C'est pas non plus du niveau des rois maudits hein. Quant à moi c'est le bouquin d'Usher sur Attila qui me fait de l'oeil... Bon j'ai juste dix ouvrages à lire avant mais c'est pas grave. ::)


Titre: Re : Votre livre de chevet
Posté par: Glorfindel le 05Juillet, 2009, 22:27:54
Un petit coup de pub pour un rôliste qui a écrit un roman situé dans un univers de JDR. Pour être tout à fait franc, je ne l'ai pas encore lu, et Dieu seul sait quand j'en trouverai le temps, mais l'initiative me semble sympathique et on peut télécharger l'oeuvre gratuitement. Du reste, je ne suis que le messager, et je laisse la parole à l'auteur (by the way, il s'agit de Brand sur la Pbm Ambre d'Imhotep) :

Citation
Avis à la population !

Après des mois de correction, de retouches de virgules et de relectures, je suis heureux de vous annoncer l'achèvement d'un bon gros pavé de fantasy qui, je le pense humblement, tient fort bien la route.
Au risque de perdre des lecteurs potentiels, je me dois d'avouer que mon roman prend place dans un univers de JDR.... Hé oui ! ce qui était au départ un petit exercice de style de rôliste graphomane s'est transformé en quelque chose de plus ambitieux.
Bref, « L’héritage de la vouivre » est un roman de style résolument épique et fantastique qui se permet de rapides incursions sur des thèmes politiques et sociaux, ainsi qu’une certaine distance avec son pauvre protagoniste, victime de déconvenues tant martiales, amoureuses que magiques… mais qui n’a qu’une ambition : faire passer un bon moment au lecteur.

Voici donc les liens vers l'objet du délit :

http://www.lulu.com/content/e-book/lh%c3%a9ritage-de-la-vouivre-pdf/7295263
C'est la version pdf au format A4. Pour des questions de mise en page et d'écoresponsabilité, je vous conseille de l'imprimer en 2 pages par feuille, la police est suffisamment grande.


http://www.lulu.com/content/livre-%c3%a0-couverture-souple/lh%c3%a9ritage-de-la-vouivre/5871062
Là, c'est la version luxe papier et, pas de miracle, il faut payer le coût de l'impression et de l'envoi (en gros 26 € tout compris, ce qui est relativement raisonnable pour 731 pages de pur bonheur).


Si je ne gagne rien - hormis des critiques élogieuses forcément -, je vous demanderais comme contribution de diffuser la bonne nouvelle et de copier coller ce message dans les divers forums, blogs ou listes d'amis que vous fréquentez. Mon sens des convenances, ma pudeur et ma fainéantise m'interdisent en effet d'essaimer dans tout le réseau.


Bonne lecture !


Guillaume F.


Titre: Re : Votre livre de chevet
Posté par: Octave le 07Juillet, 2009, 22:01:32
Pour préparer avec mon prof un cour sur La Peste, je me suis livré à la lecture de ce classique de Camus durant mon temps libre. Le livre m'a plu dans l'ensemble, l'auteur y fait un étroit parallèle entre le sort des Oranais harassés par la Peste et le sort de l'humanité en général et ce sans effusion idéologique. La narration m'a quelque peu gênée néanmoins, Camus a essayé de fixer une sorte de point de neutralité en distanciant le narrateur de son propre récit; si l'idée eut pu être bonne, je n'ai guère apprécié les passages où le narrateur parle de lui à la troisième personne pour se justifier. Dans l'ensemble c'est un roman qui se lit bien, mais je lui ai préféré L'étranger qui m'avait bien plus impressionné au point de vue stylistique.


Titre: Re : Votre livre de chevet
Posté par: Usher le 11Juillet, 2009, 16:46:51
Je viens de terminer Le Déchronologue, de Stéphane Beauverger (Editions La Volte). J'avais acheté le bouquin parce que j'en avais lu beaucoup de bien ici ou là, et j'ai appris il y a quelques jours que nous serions concurrents pour une vanité littéraire. Ce roman m'a pas mal accroché, malgré quelques péchés véniels ; il a en tout cas de solides atouts pour me griller la politesse - et je compte bien débarquer à Nantes muni d'une dague à quillons courbes et de deux pistolets à rouet…

Les premières pages du roman s'ouvrent sur le testament de son narrateur, Henri Villon, flibustier huguenot, qui entreprend le récit de sa vie sur son navire en train de sombrer. Il revient alors une dizaine d'années en arrière ; en 1640, il faisait partie des gentilshommes de fortune approchés par le capitaine Le Vasseur pour conquérir l'île de La Tortue. Ayant donné son accord, il ne participa pourtant pas à la prise de l'île, car un trafiquant de ses amis le mit entre temps en relation avec un certain Fèfè de Dieppe, boucanier à la cervelle cuite et recuite par le soleil des Tropiques, qui le lança sur la piste de mystérieuses maravillas apparues sur les côtes du Yucatan ou de la Floride. Cela semble débuter comme une banale chasse aux trésors, et puis très vite, tout dérape. Le chapitre suivant nous fait bondir au milieu des années 1640, et l'on découvre que les maravillas ont envahi les Caraïbes : le capitaine Villon fait trafic de batteries électriques, il écoute des chansons discordantes sur une boîte à musique, son équipage fait passer du rock à fond pour annoncer l'entrée de leur navire au port, les navires pirates comme les navires espagnols emploient des radios… C'est un dérapage complet, et le récit continue à partir en quenouille quand on réalise que le chapitrage ne suit aucun ordre chronologique, mais bondit en tous sens entre les années 1640 et 1653 - voire au-delà, ou ailleurs.

Le sujet choisi par Beauverger est génial : il imagine qu'un individu, ou une organisation, a inventé le voyage dans le temps, l'a mis en application et a provoqué toute une série de paradoxes temporels qui génèrent des catastrophes en série. Mais au lieu de nous en faire le récit vu par les voyageurs temporels, il aborde son sujet par la bande, en adoptant le point de vue d'un flibustier du XVIIème siècle qui se retrouve le témoin, le profiteur et la victime de cette catastrophe. L'autre originalité du roman, c'est qu'il est déchronologique : les chapitres sont dans un désordre (apparent), même s'ils suivent bel et bien une organisation logique, mais une organisation narrative délibérément distincte de la chronologie. Beauverger aligne ainsi la forme de son récit sur son sujet, ce qui est une jolie démarche littéraire.

Le livre n'est pas exempt de défauts. Beauverger ou ses correcteurs à la Volte auraient dû repasser plus sérieusement un certain nombre d'accords et de conjugaisons fantasques dans la deuxième partie du bouquin… (C'est très bas de pinailler ainsi, d'autant que j'ai moi-même de grosses coquilles à mon actif ; mais ça m'a quand même frappé à la lecture.) Le style du premier chapitre est un peu trop amphigourique à mon goût (ce qui montre que je vois fort bien la paille dans l'œil de mon voisin…  ;D ), mais fort heureusement, le récit se fluidifie rapidement par la suite. Toujours sur le plan du style, j'ai regretté qu'il ne fasse pas assez "grand siècle" ; Beauverger emploie une langue truculente en diable (quoique vraiment distincte de celle que vous savez, comme quoi il existe plein de manières différentes de causer fleuri), mais je le soupçonne de n'avoir été puiser sa manière que dans les récits de mer, et pas assez dans la littérature baroque. Or Villon, son narrateur, est un flibustier qui a de l'éducation (il cite Thomas d'Aquin - ce que j'ai trouvé assez étrange de la part d'un huguenot - et Montaigne), et j'aurais bien aimé lui trouver quelques tournures à la Théophile de Viau, à la d'Aubigné ou à la Corneille.

Ceci dit, ces réserves sont peu de choses en regard des qualités du livre. Ce roman foutraque, issu de la collision entre X-Files et les récits de flibuste, associe avec le plus grand bonheur des thématiques improbables. On y croit, à ces Espagnols qui tirent à vue sur des Burbujas (des OVNI ?…), à ces bouges de pirates éclairés par des groupes électrogènes, à ces boucaniers qui essayent de refourguer des stocks de CD hardcore et des tubes de quinine, à ces indiens Itza qui reconquièrent leur territoire armés de fusils d'assaut… Quant à Villon, on finit par s'attacher à lui ; à la différence de qui vous savez, c'est un dur au cœur tendre. Mais comme il passe les deux tiers du roman complètement imbibé, y compris (et surtout)  quand il s'agit de faire parler la poudre, on éprouve pour lui l'affection qu'on aurait pour un personnage rabelaisien,  d'autant que ses embardées d'ivrogne collent assez bien au chapitrage déchronologique. La rencontre entre SF, flibuste et bouteille donne même des pages jouissives. Par exemple, Villon essaie de se justifier auprès du gouverneur Le Vasseur pour une rixe au cours de laquelle il a failli tuer un des officiers de La Tortue : Villon jure et tempête qu'il n'était pas saoul ; le gouverneur appuie alors sur le bouton d'une maravilla, et le gentilhomme de fortune s'entend lui-même beugler des insultes et des jurons de pochard, à sa grande honte - découvrant par la même occasion l'usage déloyal qu'on peut faire d'un micro.

Très réjouissant !


Titre: Re : Votre livre de chevet
Posté par: Xaramis le 11Juillet, 2009, 18:26:12
Voilà qui donne envie de lire ce roman ! Il n'est pas du tout impossible que je l'emporte dans mes bagages pour mes prochaines vacances.


Titre: Re : Votre livre de chevet
Posté par: Macbesse le 11Juillet, 2009, 20:03:53
Je sors de deux ouvrages de S. Zweig plutôt décevants, sa biographie de Marie-Antoinette et Le Combat avec le Démon, essai sur trois écrivains et penseurs à la manière des Vies Parallèles.

Le Marie-Antoinette n'est pas un livre d'histoire, bien qu'il se présente comme tel : il s'agit d'une biographie romancée et, en conséquence, armée par les ressorts de la tragédie. La mise en place du drame donne lieu à de belles pages, voire à des éclats de lumière soudains sur la personnalité de la Reine. Mais la téléologie du désastre domine tellement l'ouvrage qu'elle occulte une grande partie des faits et appauvrit le propos. En outre, comme le but avoué n'est pas d'écrire un roman historique, mais bien une biographie, la fiction est bridée - elle ne vient pas transfigurer l'histoire, hormis dans quelques (trop) rares passages. Le résultat final est donc un livre mi-chou mi-chèvre, agréable à lire, instructif, mais ni savant, ni inspirant. Dommage !

Avec Le Combat avec le Démon, j'ai beaucoup lutté contre ... une envie de jeter le bouquin par la fenêtre. Trois auteurs, Kleist, Holderlin et Nietszche, sont passés à travers une même grille, le trope littéraire du daimon. Le démon, c'est l'enthousiasme, l'inspiration qui saisit et emporte son médiateur, une passion dyonisiaque, à la fois sacrée et autodestructrice. Seulement, cette grille est appliquée sans beaucoup de discernement : autant, elle correspond bien à Nietzsche, autant elle dissout totalement la vie et l'oeuvre d'Holderlin et s'emboîte mal avec celles de Kleist. A cela viennent s'ajouter la répétition de la même chose sur tous les tons de la pédanterie possible et des jugements de valeurs à l'emporte-pièce, qui achèvent de disqualifier le propos. Restent quelques moments fugaces de grande acuité de jugement, mais ils ne suffisent pas à rattraper l'ensemble.

Mon conseil : si vous avez déjà lu des romans ou des nouvelles de Zweig et que vous êtes en manque, vous pouvez. Si vous voulez mieux connaître l'auteur, vous pouvez aussi, mais son journal intime a été publié et il vous en apprendra plus. Si vous n'êtes ni dans le premier ni dans le second cas, descendez dans la librairie la plus proche et prenez-y (même de force) le recueil de nouvelles Amok, c'est une toute autre dimension !


Titre: Rollback de Robert j Sawyer
Posté par: Marcellus Lesendar le 27Juillet, 2009, 09:22:53
Un livre que j'ai eu la chance de lire avant sa sortie et qui en me plus à le mérite de m'avoir fait passé un sacré bon moment! Rollback de Robert J Sawyer
Au départ, paru chez nos amis d'outre flaque (les canadiens), il sera édité par Robert Laffont en Septembre 2009 si tout se passe bien.

Alors commençons de façon organisée, et résumons rapidement l'histoire. Un couple d'octogénaires fête ses soixante ans de mariage en 2048 lorsque Sarah reçoit un appel de téléphone. En 2009 un message des Dracons, arrive sur Terre, elle est celle qui parvient à décoder le message. En 2048, on reçoit à nouveau la réponse des Dracons, mais Sarah est bien trop vieille pour avoir une chance d'y répondre avant que la mort ne l'attrape. Mc Gavin, un très très riche industriel propose un rollback au couple (on va dire), ainsi ils pourront tous les deux revenir à leurs 25 ans et elle pourra traduire le message "sereinement". Hélas, ça ne fonctionne que sur Don, le mari. Alors que lui, il ne sert "à rien" dans le décodage ou la science. On va ainsi suivre l'évolution du couple et des deux principaux protagonistes, ainsi que l'avancée de l'histoire pour traduire le message et le renvoyer...

Ce qui est intéressant dans un premier temps, ça va être de réussir à classer ce livre. En S.F. simplement parce qu'il se déroule dans le futur et qu'on peut "rajeunir" et qu'il y a un robot... Mais franchement, c'est loin d'être le thème de l'histoire. Et 2048 ce n'est pas suffisamment loin pour se "lâcher" plus que l'auteur l'a fait. Je veux dire par là que le roman peut être lu même par des gens qui n'aiment pas la S.F. a priori. Pourquoi?

Alors. Tout d'abord, c'est l'histoire d'un couple d'octogénaires, des gens fêtant 60 ans de mariage et ayant une "vie à raconter". On s'accroche dès le départ à ces petits vieux, on se surprend à "penser comme eux" ou à les comprendre. On va suivre l'évolution de leur couple, mais sans tomber dans le roman à l'eau de rose, loin de là. On dévore les pages une-à-une sans s'arrêter.
De plus ce livre, plutôt que d'être chargé d'effets spéciaux et d'être seulement centré sur une relation humaine, offre de nombreuses pistes de réflexion. Des pistes débattues en ce moment ou qui pourront l'être d'ici peu (je ne suis pas assez calé en science ou en philo pour savoir si c'est pas déjà débattu aux states). Toujours est-il qu'on réfléchit sur des nombreuses questions scientifiques et/ou philosophiques. Une bonne réflexion nous est permise tant sur le fait d'être humain, l'espace, la métaphysique... Bref, les lecteurs les plus "sérieux" trouveront ici de quoi se faire plaisir :)
On va un stade plus loin et on parle de l'anticipation. S'il n'y a qu'un robot dans l'histoire, on sait qu'ils existent déjà, et dans ce livre, ils sont "serviteurs domestiques", c'est à dire qu'on sent bien qu'on est "au début". De même le Rollback coûte tellement cher qu'on doit pouvoir dire qu'il n'y a pas eu 20 personnes pour en profiter (je crois). Bref, on est dans de l'anticipation qui reste fichtrement crédible. Ce n'est qu'à la fin que l'auteur se permet d'aller un peu plus loin, et là, on sent qu'il est canadien (Il est "gentil" ce type^^)

Parlons du style quand même. Sawyer, je ne le connaissais pas mais d'emblée j'ai été charmé par son style. Le roman est agréable à lire, "naturel" on pourrait dire. Les phrases s'écoulent d'elles-mêmes, on navigue sans se perdre, sans avoir besoin de repartir en arrière. Même les passages "philosophiques ou scientifiques" sont accessibles et compréhensible (ma chérie en a lu un, elle l'a aimé^^). Ce livre est donc une petite perle, un petit moment de bonheur tant il permet de s'évader.

Au final, j'ai beaucoup aimé Rollback, pas tant pour l'histoire que pour les nombreuses idées qui y sont développées et qui m'ont amené à réfléchir. J'ai l'impression que l'histoire ne sert qu'à appuyer ces idées, à permettre au lecteur de se poser certaines questions qu'il aurait pu ne pas se poser jusque là... Pourtant... Pourtant l'histoire est vraiment là, elle existe et donne, elle aussi des bons souvenirs, de ces souvenirs dont on se souvient plus tard sans savoir si c'était dans un film ou un livre qu'on l'a vu/lu...


J'ai aimé l'idée de l'horloge du petit maintenant, des pixels et de l'univers, du temps et de sa perception selon l'âge, la citation de Seinfeld, la chauve-souris de Nagel, la relativité et la perception du monde... Et j'en passe...

J'ai remercié l'auteur pour ce livre (il a répondu super vite) et je compte bien le conseiller souvent à sa sortie!


Titre: Re : Votre livre de chevet
Posté par: Marcellus Lesendar le 30Juillet, 2009, 10:09:22
10 000 litres d'horreur pure , Modeste contribution à une sous-culture de Thomas Gunzig avec des illustrations de Blanquet! Chez le diable vauvert...
Après Rollback et avant "il est difficile d'être un Dieu", j'ai voulu me faire plaisir, me lâcher un coup :)
On peut dire que pour le coup, c'est réussi! Des étudiants partent au bord d'un lac perdu, dans un vieux chalet ayant appartenu à une "vieille tante folle"... Rien que le pitch quoi... C'est le livre qui "va bien" avec les films d'horreur des séries Z ou B. L'action est omniprésente, ne laissant aucune chance aux pauvres personnages. L'histoire est découpée en chapitre liés aux différents protagonistes, ce qui rend l'histoire dynamique et vivante. Lorsqu'on est dans un chapitre Patrick ou un chapitre Marc le style change un peu et on sait qu'on est pas dans du Ivana :)  Bref, un découpage intelligent je trouve!
L'histoire en elle-même, bah elle est bonne! C'est ça qui m'a surpris... J'ai lu beaucoup de livres de zombies ou de monstres y a quelques temps, en général, l'histoire était "prétexte à". Là non, l'histoire même si elle reste "légère", n'en n'est pas moins complète et intéressante (on est dans de la série Z ou B hein!). On a les étudiants tous dignes représentants d'un stéréotype. On a des gens bizarres, des trucs qui sont montrés et prennent sens à la fin, des révélations, de la science (haha!), des monstres! Bref, une réussite!

J'ai dévoré ce livre en deux jours et j'en suis bien content! C'était un pur moment de bonheur, de récréation et de "bouarfgh Blanquet est un malade!"
A lire si vous avez un trou dans votre bibliothèque, ou une envie de légèreté monstrueuse entre deux gros livres plus intelligents^^

Marcellus qui est sur son petit nuage gore depuis ce matin:)


Titre: Re : Votre livre de chevet
Posté par: nazareth le 30Juillet, 2009, 12:32:33
En l'espace de deux semaine, je me suis fais diablement plaisir en lisant deux livres du regretté  Frédéric H. Fajardie, Une charrette pleine d'étoiles et Frivolités d'un siècle d'or, deux ouvrages exceptionnels et pourtant différent.
Les trames historiques de ces livres sont intelligentes, et surtout documentées (ce qui fait plaisir à mon côté historien). Le premier des deux se déroule lors du Front Populaire et de la Guerre Civile Espagnole, et le second à la fin de l'Empire Soviétique. Les histoires sont tordues, mais rien d'étonnant de la part de Fajardie, et les (anti-)héros sont particulièrement bien soignés.
Une charrette pleine d'étoiles est l'histoire d'une vengeance et à la fois d'une guerre et de ses héros vaincus.
Frivolités d'un siècle d'or est une jouissive histoire d'espions sur le déclin, qui passent à la trappe les uns après les autres...

Si vous avez l'occasion de mettre la main dessus, n'hésitez pas. Tout autre ouvrage de Fajardie est bon à prendre, si vous voulez mon avis.

Le gros problème de ces ouvrages est que, comme pour  de nombreux autres livres, ils sont noctophages, et me font perdre de mon efficacité le lendemain...


Titre: Re : Votre livre de chevet
Posté par: Kérosène le 30Juillet, 2009, 18:33:03
Pour occuper agréablement mes vacances, j'ai écumé les dépôts-vente et autres puceries et j'ai eu le plaisir de dénicher cette pure merveille, que j'avais eu envie de lire à sa sortie, puis laissé au rayon "il faudra que je lise ça un jour" : Le Testament français d'Andreï Makine. La lecture de ce roman m'a littéralement transportée dans un merveilleux flot d'émotions littéraires que je n'avais pas connu depuis longtemps. Au fil de ces pages, le narrateur nous fait entrer dans son amour de la langue française, dans l'émotion de la découverte de son identité, de la puissance évocatrice des mots et de la sensibilité de l'écrivain. Je me méfie souvent des ouvrages couronnés par les prix prestigieux, mais là je dois dire que c'était très à mon goût. C'est beau, magnifiquement beau, merveilleusement écrit et délicieusement troublant. J'en reste éblouie.


Titre: Re : Votre livre de chevet
Posté par: Cuchulain le 04Août, 2009, 13:00:16
"La chevalerie : de la Germanie antique à la France du XIIIe siècle" par Dominique Barthélemy.

j'ai trouvé ça lors d'une expédition à la Bibliothèque de la fac de lettres de Genève (mon dealer officiel de bouquins depuis 6 mois-1 an). En résumé : l'auteur s'intéresse à ce qui fait l'essentiel de la chevalerie  : défis et combat singuliers, accords entre vainqueur et captifs, rites d'adoubement, jeux et parades tout cela entre guerriers nobles. Il commence par les peuplades germaines& gauloises pour arriver aux guerriers francs et continue ensuite vers les chevaliers décrits dans les romans arthuriens du XIIIe. J'ai trouvé fort intéressant toute la partie sur les rites de passages du jeune guerrier germain, les troupes de guerriers entretenus par un chef qui doit montrer l'exemple, diriger par l'éloquence et non par l'autorité d'un grade, et se montrer généreux. Et également un rejet de la vision classique qui veut la chevalerie héritière de la cavalerie romaine, des equites en particulier.

Je n'ai pas fini le bouquin non pas par ennui, mais car j'ai trois tonnes d'ouvrages autres à lire et aussi car la période post-carolingienne ne m'intéresse pas particulièrement en ce moment. Mais je le conseille vivement.


Titre: Re : Votre livre de chevet
Posté par: Usher le 08Août, 2009, 15:46:55
Puisque je suis dans une phase Michel Rouche, en ce moment, je viens de finir la lecture de son essai Les Racines de l'Europe, Les sociétés du haut Moyen Âge (568-888) (Fayard).

En 238 pages, le livre présente le projet très ambitieux de montrer l'évolution des sociétés occidentales entre la fin de l'Empire Romain d'Occident et la Renaissance carolingienne ; il cherche aussi à montrer en quoi cette période est fondatrice d'une certaine identité européenne.

Rouche étudie les différentes conceptions des sociétés selon leur culture d'origine (celtique, germanique, romaine) et les apports du christianisme dans ces sociétés ; il s'intéresse également à de grands ensembles régionaux (Scandinavie, îles britanniques, Gaule, Italie, Espagne) et à de grands sujets transversaux (l'homme, la famille, la violence), avant de terminer par deux chapitres consacrés aux Mérovingiens et aux Carolingiens. Malgré sa relative brièveté, le livre est extrêmement dense (à tel point que Rouche fait assez régulièrement des renvois à d'autres chapitres pour éviter toute redondance), ce qui en fait un ouvrage très intéressant, mais aussi très austère. Ce n'est donc pas forcément un livre tout public.

 En revanche, il est passionnant pour quiconque s'intéresse au Haut Moyen Âge. D'une part, la perspective synthétique qu'il offre sur ces siècles obscurs jette un éclairage parfois éblouissant sur l'ensemble du Moyen Âge, voire… sur des mentalités toujours actuelles. En outre, j'ai appris plein d'éléments étymologiques et lexicaux hérités de cette période. Quelques exemples :

- le mot "denrée" vient de l'expression latine "per denarata" (marchandise qu'on peut acheter "pour un denier") et puise ses origines dans la dévaluation du denier au VIIème siècle ;
- le verbe "dubban", en vieil haut-allemand,  qui signifie "frapper", a donné le verbe "adouber" ;
- l'expression (francique ?) "fehu-hod", bien mobilier, a donné le mot "fief" ;
- l'expression francique "boll werk", qui désignait une forteresse circulaire, a donné notre "boulevard" ;
- L'expression en bas latin "scholae palatinae", troupes du palais, a fini par donner notre fameux "paladin" ;
- le mot "sénéchal" vient du vieil haut-allemand "siniskalk", le plus vieux des valets ;
- le mot "maréchal" vient du bas latin "mariscalcus", valet des chevaux ;
- le mot "marquis" qui vient du vieil haut-allemand "marchio", duc d'une marche.

Outre ces pépites lexicales,  Les Racines de l'Europe montre surtout comment l'Eglise a pacifié une Europe largement redevenue barbare. Bien sûr, il faut tenir compte du fait que Rouche est lui-même un chrétien convaincu, et que cela peut un tant soit peu orienter son propos. Toutefois, il est assez clair que l'Eglise a donné à l'Occident des concepts aussi précieux que la charité, le pardon, l'espérance et l'individualisme, face à des valeurs germaniques fondées sur la violence, la vengeance institutionnelle, le mépris des faibles et le clanisme.

Enfin, ici et là, certains exemples historiques relèvent du grand-guignol le plus terrifiant. Par exemple, un petit différend entre la reine Frédégonde et sa chère fille Rigonthe, tiré de l'Historia Francorum de Grégoire de Tours :

Citation

Rigonthe, la fille de Chilpéric, comme elle proférait souvent des accusations contre sa mère, prétendait qu'elle était la reine et qu'elle ramènerait sa mère à l'état d'asservissement, l'accablait fréquemment d'outrages ; de temps en temps, elles se battaient à coups de poing et de gifles. La mère finit par lui dire : "Ma fille, pourquoi me molestes-tu ? Voici les biens de ton père qui sont en ma possession. Prends et sers-toi à ta guise." Etant entrée dans la salle de l'enregistrement, elle ouvrit un coffre rempli de bracelets et d'ornements précieux. Lorsqu'elle en eut tiré pendant longtemps des objets divers et les eut présentés à sa fille qui se tenait devant elle, elle lui dit : "Je suis déjà fatiguée. Mets ta main dedans et jette dehors ce que tu auras trouvé." Comme celle-ci ayant mis le bras sortait les objets du coffre, sa mère ayant saisi le couvercle du coffre le rabattit sur sa nuque. Comme elle le pressait avec violence et que la planche inférieure lui écrasait la mâchoire au point que même les yeux étaient près d'éclater, une des servantes qui était à l'intérieur cria d'une grande voix : "Courez, je vous en prie, courez vite, voici que ma maîtresse est étranglée par sa mère…"



Titre: Re : Votre livre de chevet
Posté par: Cuchulain le 08Août, 2009, 23:07:14
Raaaaaaaaaaaaah exactement le genre de bouquins que je recherche !  :o Merci Usher pour le titre : je le note pour quand j'aurais fini mes 15 bouquins à lire...  ::)


Titre: Re : Re : Votre livre de chevet
Posté par: Xaramis le 08Août, 2009, 23:21:23
Raaaaaaaaaaaaah exactement le genre de bouquins que je recherche !  :o
Quand je disais qu'il fallait lire du Michel Rouche (http://couroberon.com/Salon/index.php/topic,1296.msg42705.html#msg42705)... ;)


Titre: Re : Re : Votre livre de chevet
Posté par: Usher le 09Août, 2009, 00:52:33
Raaaaaaaaaaaaah exactement le genre de bouquins que je recherche !  :o Merci Usher pour le titre : je le note pour quand j'aurais fini mes 15 bouquins à lire...  ::)

Le truc le plus furieusement indispensable pour un rôliste que j'aie pu lire dans le bouquin de Rouche, c'est le prix de l'équipement militaire à l'époque carolingienne :

Casque conique : 6 sous
Broigne : 12 sous
Jambières : 6 sous
Lance et bouclier : 6 sous
Epée avec son fourreau : 7 sous
Destrier : 7 sous
Jument de transport : 3 sous.

Le total de 47 sous correspondait au prix de 20 vaches.

Tiré  des Racines de l'Europe, pp. 214-215.  ;D


Titre: Re : Votre livre de chevet
Posté par: Macbesse le 21Août, 2009, 22:10:57
Puisqu'on est dans les racines... je viens de finir Les Racines du Ciel de Romain Gary.
L'histoire ? Dans les années cinquante, un homme parcourt l'Afrique, une serviette bourrées de documents à la main, une pétition au coeur, dans l'espoir de faire interdire la chasse aux éléphants.
C'est loin d'être son meilleur : le roman doit faire cinq cents pages, il aurait pu tenir en deux cents. De là à dire que Romain Gary a tiré à la ligne, il n'y a qu'un pas que je franchis sans honte. Après tout, ce n'est pas réservé à Dan Simmons et à Tad Williams. L'écriture est cyclique, revenant sans cesse sur les mêmes éléments, sans pour autant prendre un caractère obsessionnel (comme on trouverait récemment dans le très bon Alabama Song de Gilles Leroy). Les PNJs, euh, pardon, les personnages secondaires font vraiment décor, reprenant petit à petit les conceptions de Morel mot pour mot, et la narration est aussi solide qu'un invertébré.
Heureusement qu'il a écrit La Vie devant soi, sinon je l'aurais rayé de ma liste des écrivains d'intérêt.

Dans le même temps, j'ai lu Balade Choréïale, d'Ayerdhal. Je suis mitigé. Disons que c'est un bon roman de genre : une planète peuplée d'humanoïdes qui vivent à une époque disons médiévale est découverte et la Fédération s'empresse de monter un projet de pillage des richesses. Grâce aux efforts conjuguées d'une cheftaine locale supra-perspicace, de colons totalement têtes brûlées et de l'opinion publique, tout est bien qui finit bien. C'est un peu ce qui me chiffonne : l'univers est plutôt noir et tout devrait mener à un vrai désastre, mais, sans aller jusqu'au très excessif "l'amour sauve le monde" façon Bordage, la conscience de quelques-uns amène au happy end. C'est presque pédagogique.

Deux romans humanistes et pleins de bons sentiments, en somme.

Heureusement que je suis passé à la suite de La Magnificence des Oiseaux, La Légende de la Pierre : Li Kao est toujours aussi déviant, Boeuf toujours aussi pur, et l'univers toujours aussi rayonnant de charité et d'honnêteté.  :mrgreen:
La structure est un peu trop la même que dans l'opus précédent, mais l'humour de Barry Hughart est toujours aussi décapant, et cela se laisse plus qu'agréablement lire.


Titre: Re : Votre livre de chevet
Posté par: nazareth le 24Août, 2009, 16:09:29
j'ai lu aussi balade choréïale. Je vois ce livre plus comme un appel à l'ouverture interculturelle, et comme dans bien des livres d'Ayerdhal, c'est l'obstination qui est mis à l'honneur.
Personnellement j'en serai presque à y lire un message politique, que je mettrais en résonance avec son demain une oasis qui montrerait un peu la position space-écologiste et liberté des peuples qui égrenne son œuvre. 

Son livre est à mon avis, un vrai appel à la réflexion et à l'engagement contre les dominations impérialistes...

Perso, j'ai bien aimé le message, je trouve que c'est plutôt pas mal écrit, mais ce n'est pas son meilleur titre.

Je conseille toujours la lecture de l'histrion, de demain une oasis, pour le coté militant Parleur, et transparences qui est un polar hyper traitre car il m'a empêché de dormir pendant presque deux semaines.


Titre: Re : Votre livre de chevet
Posté par: Cuchulain le 31Août, 2009, 13:28:48
Bon : j'ai fini "la razzia des vaches de Cooley" traduit par Guyonvarc'h. Bien content de lire "en direct" les aventures et prouesses de Cuchulainn après en avoir lu des versions re-racontées. Pour les ceusses à qui ça fait penser à une querelle de fermiers anglais : précisons.
En Irlande en des temps mythiques (mais si on devait le situer "historiquement" ça serait l'âge de bronze) La reine Medbh et son mari Ailill se dispute dans l'intimité (le texte précise : sur l'oreiller) qui est le meilleur des deux en terme de lignage mais aussi de possessions matérielles. Dispute intéressante car ça permet de savoir qui va porter la culotte (en très gros) : après comptage ils sont égaux sauf que Ailill dispose d'un Taureau  sans égal (à part un autre qui se trouve en Ulster) que n'a pas Medbh. Elle tente de l'obtenir par la douceur (en proposant entre autres "l'amitié de sa hanche"' formule poétique s'il en est) mais ça tombe à l'eau et elle part en guerre pour l'obtenir... Sauf que le père Cuchulainn a décidé que ça ne se passerait pas comme ça et il va gentiment laminer son armée en attendant que les hommes d'Ulster puissent se défendre (ils souffrent d'un mal curieux du à une malédiction). Suite à accord : il défend un gué et affronte régulièrement un champion à la fois de l'armée d'Irlande (qui vous l'aurez deviné se fait battre à chaque fois)...  S'entrecroise au récit le récit de la conception et l'enfance de Cuchulainn (où comment il obtint son nom d'homme)

Bon : ce qui est intéressant outre le récit c'est de voir certaines formules archaïques, les coutumes de l'Irlande antique/médiévale, les différents jeux guerriers de Cuchulainn, les croyances également avec Cuchulainn qui fait des actions magiques avec l'écriture oghamique. Bref c'est un régal que de lire ces récits, sorte d'Illiade celtique.

J'ai entamé ensuite : "les royaumes celtiques' de Guyonvarc'h fort intéressant également. L'édition que j'ai pu chopper date un peu (il faudrait voir ce que ça donne en plus récent avec les découvertes archéologiques) voire beaucoup... Mais les coutumes, la religion, la progression du christianisme, les heurts et malheurs des bretons faces aux peuplades saxonnes tout ça est passionnant. A noter un passage sur la littérature irlandais avec des poésies écrites par des moines. Il y en a 1 en particulier où l'auteur compare son travail intellectuel avec son chat en train de traquer une souris qui est fort plaisante. N'oublions pas un récit satirique ou l'auteur parodie avec joie les généalogies interminables en remplaçant les personnes par de la nourriture...
A suivre : "'Les vikings et les celtes" de Jean Renaud.


Titre: Re : Votre livre de chevet
Posté par: Cuchulain le 03Septembre, 2009, 16:48:54
Pas de livre pour ce message, mais un conseil d'achat de revue. Le point en partenariat avec Historia a sorti un numéro HS spécial "religions" qui casse toute les idées reçues ! C'est clair, bien fait, concis et même moi qui me considère pas trop ignare en matière de science des religions : j'ai appris des choses sur le judaïsme et l'islam pour l'instant (et j'attends avec impatience le bouddhisme). Grâce à ce journal : la prochaine fois qu'on me bassine avec la vierge marie, je pourrais répondre d'un air innocent :
"Ah tu es devenu musulman ? Une bien belle religion. " >:D



Titre: Re : Votre livre de chevet
Posté par: Inigo Montoya le 03Septembre, 2009, 22:05:15
J'avais été très surpris en lisant le Coran (traduit en français je sais, donc trahi) d'y découvrir de nombreuses références à Moïse, Jésus et Marie.


Titre: Re : Votre livre de chevet
Posté par: Cuchulain le 09Septembre, 2009, 16:43:30
Bon j'ai fini hier soir "Hrolfr Kraki "la saga traduite par R. Boyer et cet AM "Les vikings et les celtes" de Jean Renaud.

- La saga de Hrolfr Kraki: j'avais lu la version de Poul Anderson et ayant énormément apprécié cet ouvrage j'étais curieux de voir les différences avec la saga originelle. Bon déjà pour ceux à qui Hrolfr Kraki n'évoque rien de plus qu'un raclement de gorge peu agréable : je donne le lien kikipédia (http://fr.wikipedia.org/wiki/Saga_de_Hr%C3%B3lf_kraki). J'ai été enchanté d'abord par la traduction qui permet de ressentir l'âge du texte et de la légende. Ensuite les petites notes de bas de page (je suis fan des notes de bas de page  ;)) qui précisent tel ou tel mot, telle expression et explique le choix du traducteur. Et puis il y a la saga en elle même : rude, âpre, on sentirait presque le vent du nord souffler sur soi son air glacé en lisant cette saga. Il y a aussi toute sorte de petits détails comme la reine maléfique qui fait sa sorcellerie du haut d'un échafaudage, ou les mots conservés comme la Valhöll au lieu du Valhalla... Surpris je fus par la fin car si je connaissais la fin tragique du roi Hrolfr la version de P. Anderson lui accordait une vengeance sympathique : la revanche du faible...  Bref : un bouquin à lire pour tout amateur de légende & mythologie.

- Les Vikings et les Celtes : bon j'ai été un peu déçu j'avoue... J'attendais plus de détails sur comment ces deux peuples avaient cohabité : coutumes, lois (pour Ynn Pryddein et le royaume de Volsung, je comptais pas mal dessus) technologie etc. Pas grand chose dessus en fait. Bon il faut quand même dire que pour qui s'intéresse à l'histoire en général de ces deux peuples c'est fort intéressant ! Chaque territoire à son chapitre : les "archipels" comme Orkneys, hébride et Man ; le pays de Galles ; l'Irlande ; l'Écosse et la Bretagne... On y voit aussi que les "terribles hommes du nord" se sont pris plusieurs fois des roustes mémorables et ont bien souvent profités du manque de cohésion locale pour faire leur coups de main ! Ou encore qu'en Irlande : les rois de Dublin sont allés attaquer leur voisins mais suivaient en ça les coutumes locales et que toute l'Irlande ne s'est pas uni derrière Brian Boru pour bouter le viking hors d'Irlande.  :). On a pas mal de détails sur les relations entre territoire colonisés et les pays d'origine avec retournement de situation due à une météo capricieuse, ou encore les coutumes locales (tiens si j'allais faire bruler vif mon ennemi dans sa ferme pour passer le temps ce matin...  ::)). Mais je digresse...
Donc des chapitres sur la colonisation scandinave dans les différents pays "celtes", comment certains se sont maintenus et d'autre se sont fait jeter au bout de quelques siècles. Chapitre sur les coutumes qui se sont interpénétrées (notamment au niveau de la poésie scaldique influencée par les bardes), chapitre sur l'influence du norrois sur les langues locales et vice et versa, et un dernier chapitre qui m'a le plus intéressé : influence dans la toponymie.
En résumé c'est tout de même un bouquin très intéressant à conseiller... Pour les amateurs de civilisation celtes, scnadinave ou les deux (ou encore les gens qui sortent un JDR sur les vikings, qui ont des choix de nom très originaux et ne font JAMAIS preuve de mauvaise foi...)

Bon maintenant je m'attaque à "La civilisation celtique" de Guyonvarc'h et Leroux...  :love10:


Titre: Re : Votre livre de chevet
Posté par: cccp le 09Septembre, 2009, 18:14:46
Dit Cuchu, j'ai mis la main sur la saga de Hrolfr Kraki, et c'est écrit :traduit de l’américain

Alors une saga écrite en anglais américain, moi je me dit bizarre. Donc question est-ce une traduction d'une traduction d'un texte en norrois ou la traduction d'une réécriture d'un mythe ?


Titre: Re : Re : Votre livre de chevet
Posté par: Cuchulain le 09Septembre, 2009, 20:41:47
Dit Cuchu, j'ai mis la main sur la saga de Hrolfr Kraki, et c'est écrit :traduit de l’américain

Alors une saga écrite en anglais américain, moi je me dit bizarre. Donc question est-ce une traduction d'une traduction d'un texte en norrois ou la traduction d'une réécriture d'un mythe ?

Si c'est Poul Anderson qui est l'auteur : c'est une réécriture de la saga. Ca date de 1973 et c'est fort bien comme le dit Elbakin (http://www.elbakin.net/fantasy/romans/la-saga-de-hrolf-kraki.htm)  (à part pour l'aspect féministe : c'est comme se plaindre que dans la mythologie grecque : Zeus est un chaud lapin pas très respectueux de la condition des femmes...  Mais bon ça pourrait être bien bien pire... (http://www.salle101.org/pages/chroniques-ecrites/andersonkrakhi.html)comme critique). Si tu lis Hrolf Kraki c'est P.A si c'est Hrolfr Kraki c'est la traduction du vieil Islandais par Régis Boyer (http://www.lekti-ecriture.com/editeurs/local/cache-vignettes/L188xH300/arton2975-c32eb.jpg)


Titre: Re : Votre livre de chevet
Posté par: Marcellus Lesendar le 10Septembre, 2009, 09:20:21
Et celle de Poul Andersen elle est bien pour se mettre dans le bain avant d'attaquer l'islandaise c'est ça?
Moi j'avais bien aimé ce livre, plein de souvenirs depuis cette lecture!


Titre: Re : Re : Votre livre de chevet
Posté par: Cuchulain le 10Septembre, 2009, 10:49:28
Et celle de Poul Anderson elle est bien pour se mettre dans le bain avant d'attaquer l'islandaise c'est ça?
Moi j'avais bien aimé ce livre, plein de souvenirs depuis cette lecture!

Je dirais que oui... Poul Anderson développe beaucoup plus certains passages dans mes souvenirs. La saga est plus concentrée j'ai trouvé.

Bon sinon là je suis dans "La civilisation celtique" de Guyonvarc'h et Leroux. Très intéressant sauf quand le père G. se lance dans des vitupérations contre des auteurs dont je n'ai jamais entendu parler (généralement morts et enterrés depuis des lustres) ou fait des tacles à des auteurs actuels sans les nommer (on sent bien l'attaque contre J.Markale [même si lui aussi nous a quitté) en particulier). Il se défend de vouloir faire de la querelle de spécialistes dans l'introduction mais s'y lance "avec joie" plusieurs fois par chapitre... Pas génial pour un bouquin censé être "grand public". :-\

A suivre...


Titre: Re : Votre livre de chevet
Posté par: Usher le 10Septembre, 2009, 11:01:55
Oui, je trouve aussi que l'hésitation entre polémique et étude est parfois pénible chez Guyonvarc'h. En fait, ses diatribes sont même contre-productives : il est si engagé et si tranché qu'on finit par douter de son objectivité, ce qui est un peu gênant dans un ouvrage qui relève de l'histoire des civilisations.

C'est dommage : les livres de Guyonvarc'h et Leroux témoignent d'une remarquable érudition et ouvrent des perspectives fascinantes. Mais je ne peux jamais m'empêcher de me demander : qu'est-ce qui relève de l'observation vérifiable ? Qu'est-ce qui relève de la surinterprétation comparatiste ?

Ceci dit, le problème est courant dans le domaine des études celtiques. Bien qu'il aborde le sujet sous un angle radicalement différent que celui de Guyonvarc'h, on trouve certains phénomènes semblables dans les derniers bouquins de J-L Brunaux.


Titre: Re : Votre livre de chevet
Posté par: Cuchulain le 11Septembre, 2009, 14:07:40
Bon : j'ai fini "La civilisation celtique". On sent que le père C.G se calme mais parfois il se lâche un peu sur les majuscules et sur le gras... Et surtout je suis fort agacé par sa diatribe contre Astérix ! C'est de la BD, de l'humour quoi...  ::) Il serait pas un peu pète sec  notre ami le spécialiste. En fait si je retiens un truc de ses livres c'est qu'on à l'oeuvre d'un professeur particulièrement érudit : mais très mauvais pour faire de la vulgarisation ou encore suivre un plan ! Ses livres sont un bazar pas possible ou il digresse sur tel ou tel truc puis reviens au sujet initial, s'énerve contre les gens qui osent écrire sur les celtes sans être des experts puis reviens sur un point intéressant qu'il aborde en 2 pages fort  intéressantes puis part encore sur une critique puis reviens puis repart. Je me souviens de son bouquin sur les druides : à la fin du livre je n'avais rien retenu. On peut dire bcp de choses sur Markale (notamment sur ses théories farfelues, son obsession pour Freud et sa tendance à s'autociter) mais lui au moins se tiens à un sujet et sait écrire...

La je viens d'entamer : "Le dialogue des deux sages"  passionnant !!  :D Pour Ynn Pryddein c'est du pain béni !  :thumbsup:
Il me reste plus qu'à lire 'Yggdrasil et la religion des anciens scandinaves' en deux jours et j'ai fini mes devoirs de vacances.
Ah sinon en parallèle je dévore 'les fosses carolines' de Cavanna : conseillé par Xaramis. J'en parle dans le sujet "Charlemagne un père pour l'Europe". :)


Titre: Re : Votre livre de chevet
Posté par: Kazanoff le 11Septembre, 2009, 15:28:18
A Song of Ice and Fire, G.R.R. Martin

(Faut-il avoir RR dans son nom pour écrire de la bonne fantasy en anglais?)

Définitivement le meilleur bouquin médiéval fantastique que j'ai lu, et de loin (je met Tolkien de côté, ainsi que Jaworski, qui seul en France trouve grâce à mes yeux).

C'est beaucoup plus médiéval que fantastique d'ailleurs. C'est bien construit, bien écrit, très prenant (une gestion du rythme et du temps parfaite), et, surtout, inattendu (dans le sens où je suis constamment surpris), et donc loin des clichés et passages obligés du genre.

Seul reproche: c'est un tout petit peu épais.

Je vais de ce pas me procurer le tout nouveau jdr correspondant... ;)


Titre: Re : Votre livre de chevet
Posté par: Puck le 12Septembre, 2009, 18:09:23
Je te déconseille le JDR qui vient de sortir, Kazanoff,et te conseille plutot de rechercher celui de Guardians of Orders, paru il y a plus longtemps (et dur à trouver).

Pour ma part, je commence le dernier Dan "Da Vinci Code" Brown. J'en suis encore au début mais pour l'instant, rien d'original par rapport à son précédent opus (Dei ;D)


Titre: Re : Re : Votre livre de chevet
Posté par: Kazanoff le 12Septembre, 2009, 22:53:04
Je te déconseille le JDR qui vient de sortir, Kazanoff,et te conseille plutot de rechercher celui de Guardians of Orders, paru il y a plus longtemps (et dur à trouver).


Ah bon, pourquoi donc? Ce que j'en ai lu sur le Grog et les critiques sur Casus NO m'ont plutôt emballées. Ca semble correspondre pas mal au genre de jdr que je recherche.

Et je ne connais pas Guardians of Order... C'est du d20, non  :-\


Titre: Re : Re : Re : Votre livre de chevet
Posté par: Xaramis le 12Septembre, 2009, 23:58:45
Et je ne connais pas Guardians of Order... C'est du d20, non  :-\
L'adaptation sous le titre A game of thrones est bien une adaptation du système d20, à en croire la fiche sur le Grog (http://www.legrog.org/jeu.jsp?id=2481).


Titre: Re : Re : Re : Votre livre de chevet
Posté par: Puck le 13Septembre, 2009, 06:42:35
Je te déconseille le JDR qui vient de sortir, Kazanoff,et te conseille plutot de rechercher celui de Guardians of Orders, paru il y a plus longtemps (et dur à trouver).


Ah bon, pourquoi donc? Ce que j'en ai lu sur le Grog et les critiques sur Casus NO m'ont plutôt emballées. Ca semble correspondre pas mal au genre de jdr que je recherche.

Et je ne connais pas Guardians of Order... C'est du d20, non  :-\

Tout d'abord, au plan de l'apparence, celui de Guardians est magnifique. C'est un énorme bouquin rempli de belles illistrations :thumbsup:

Ensuite, au plan des règles, c'est en effet une adaptation D20 mais les combats font trèèèèès mal (et si tu ne meurs pas de tes blessures, leur infection s'en chagera... ;D).
J'avais survolé l'autre JDR mais, de mémoire, les dessins étaient pourris et il m'avait paru bien mince. Peut être fera t il ton bonheur, cependant.


Titre: Re : Votre livre de chevet
Posté par: Rom1 le 13Septembre, 2009, 10:49:24
Edge devrait traduire la dernière version et peut-être refaire les illus'.


Titre: Re : Re : Votre livre de chevet
Posté par: Puck le 13Septembre, 2009, 11:34:05
Edge devrait traduire la dernière version et peut-être refaire les illus'.

Ouais, ben ce serait pas du luxe! ;D


Titre: Re : Re : Re : Re : Votre livre de chevet
Posté par: Morgalel le 17Septembre, 2009, 12:42:14
Tout d'abord, au plan de l'apparence, celui de Guardians est magnifique. C'est un énorme bouquin rempli de belles illistrations :thumbsup:

Une partie des illustrations de la version Guardians of Order :

http://en.amokanet.ru/gallery/martin/ (http://en.amokanet.ru/gallery/martin/)


Titre: Re : Votre livre de chevet
Posté par: Cuchulain le 17Septembre, 2009, 15:27:00
Alors histoire de faire un post un peu plus constructif que mon dernier ( ::)) je vais vous parler du dernier bouquin de mes "lectures d'été" : "La religion des anciens scandinaves" de Régis Boyer

Première constatation : ça se lit bien, voire très bien même ! Je ne sais pas si c'est que Régis BOYER écrit mieux que Guyonvarc'h ou que la religion des scandinaves est plus "simple" que celle des celtes ou que R. Boyer n'abuse pas des petites notes de bas de page ou même encore qu'il soit nettement plus "humble" que le père G. Mais j'ai dévoré le bouquin avec plus de facilités que "La civilisation celtique".  :-\

Bref ! Le livre est divisé en 10 chapitres qu'on peut grosso modo diviser en 3/4 parties
*Dans une première l'auteur explique sa méthode, quelle sont ses sources et comment il va développer son propos.
Une introduction claire, avec explication de ses théories, de comment il utilise les sources disponibles (les auteurs antiques, les deux eddas, l'archéologie en résumé) et les problématiques posés par des sources principales émanant d'auteurs chrétiens donc forcément déformées. Il explique ensuite comment il va diviser son bouquin en plusieurs périodes historiques.
1) La préhistoire
2) L'âge du Bronze
3) L'âge du Fer
4) La période viking
Ensuite une synthèse de tout ça et une conclusion sur la christianisation.

* La deuxième partie serait pour moi tout ce qui va de la préhistoire à la période viking.
On y parle d'invasions indo-européenne, des pétroglyphes (qui ne sont pas des glyphes gravés dans du pétrole  :mrgreen:) avec des représentations qui sont étrangement semblables dans tout le Nord et l'Est de l'Europe, des sacrifices, de l'importance donné à certains dieux (Tyr par exemple) qui va décroitre peu à peu, de la séparation entre Ases et Vanes etc.
Encore une fois l'auteur reste modeste et évite de nous asséner SA vérité : j'ai apprécié les "il me semble" et autres "à mon avis".

* La troisième grosse partie c'est la période viking :
La ça devient extrêmement intéressant : on voit les différents rites, l'importance prise par certains dieux (Odinn particulièrement) qui correspondent mieux à la mentalité de l'époque (en gros : la guerre rusée avec comme objectif : la rentabilité et pas la bataille rangée), ou Thorr qui est un des dieux les plus populaires (pas très futé mais sympa). La religion est vraiment décrite comme une relation de confiance, un contrat entre un dieu et les hommes : je te prie et fait des sacrifices pour que mes actions marchent si ça marche pas : je vais voir ailleurs ! Encore des détails sur le ragnarrok sur Baldr sur Loki également.

* la 4e partie c'est la synthèse avec une importance certaines conféré à Yggdrasill l'arbre monde en tant que symbole cosmique, et des éléments sur la christianisation des scandinaves expliquant pourquoi elle a été aussi "facile" (en gros : pas de religion organisées, pas de corps de prêtres pour résister à un clergé "offensif" et aussi le fait que les Scandinaves étaient avant tout des marchands et qu'étant païen ça gênait le commerce !)

Voilà : un bouquin rudement intéressant, j'ai hâte de pouvoir trouver la version revue de 2007 avec les dernières trouvailles archéologiques. :thumbsup:

Je détaillerai dans un prochain message mon avis sur "le dialogue des deux sages".


Titre: Re : Votre livre de chevet
Posté par: Puck le 17Septembre, 2009, 17:21:22
Ca a l'air sympa ton bouquin ma grosse. C'est dans quel chapitre que l'extra terrestre débarque, sallie à Ron Perlman pour traquer la grosse bebette alien et se sert de la coque d'un vaisseau conçue pour résister à une rentrée dans l'atmosphère pour forger des épées sur un feu de camp viking probablement alimenté par de la bouse d'élan ?  >:D


Titre: Re : Votre livre de chevet
Posté par: ithilion le 21Septembre, 2009, 21:13:29
Je tiens à remercier Hikaki notre charmante hôtesse de m'avoir donné envie de lire la Princesse de Clèves. J'avais vraiment du mal à accrocher à ce livre car je m'étais laissé rebuter par la préciosité apparente de l'œuvre, là où était le raffinement et la délicate peinture des sentiments.

Merci


Titre: Re : Re : Votre livre de chevet
Posté par: cavaillon le 22Septembre, 2009, 22:06:48
Je tiens à remercier Hikaki notre charmante hôtesse de m'avoir donné envie de lire la Princesse de Clèves.

Tu t'es trompé, ce n'est pas Hikaki, c'est Sarkozy...     ;)


Titre: Re : Votre livre de chevet
Posté par: ithilion le 22Septembre, 2009, 23:18:19
oui t'as raison, j'ai oublié de remercier notre charmant président qui rigole bien de la Princesse

Nicolas

Merci


Titre: Re : Votre livre de chevet
Posté par: Ohtar Celebrin le 23Septembre, 2009, 18:58:08
Certain ne craigne vraiment rien… confondre Sarkozy et Hikaki… on en a banni pour moins que ça !!! >:D :mrgreen:


Titre: Re : Votre livre de chevet
Posté par: ithilion le 24Septembre, 2009, 20:38:03
Je suis roliste ; je connais la différence entre une hobbite distinguée et un nabot inculte
 :mrgreen:


Titre: Re : Votre livre de chevet
Posté par: Cuchulain le 29Septembre, 2009, 13:53:41
J'ai fini les deux romans "historiques" de Cavanna :

1) Les fosses Carolines

Je dirais pour commencer que c'est truculent, picaresque et très irrévérencieux : j'avais l'impression de lire du San Antonio ! Ce qui est compliment pour moi. L'histoire est la suivante : vers 795, Renaud,  un chevalier franc survivant de Roncevaux rencontre Raymond ancien soldat lui aussi survivant de Roncevaux dans un bouge de Byzance. Le soldat devient l'écuyer du chevalier et ils sont peu après chargé de colporter un message secret de l'Impératrice Irène jusqu'au roi Charlemagne : une proposition de mariage ! Ils vont devoir traverser le pays bulgar et les terres des Avars pour porter ce message au roi Karl alors en expédition pour aller punir les Avars.
 C'est un roman d'aventures, avec des données historiques qui font couleur locale et où les personnages parlent un français moderne qui ne détonne pas et aide même à l'identification avec les héros de ce récit. Ca se lit vite et plaisamment et malgré une fin un chouia baclée c'est une lecture que je recommande.

2) La couronne d'Irène

On prend les mêmes et on recommence quelques années plus tard ! Cette fois ci nos héros partent de Paris (où l'on croise la famille de Raymond) et se dirigent vers Constantinople : Renaud a échoué dans sa mission et il veut demander pardon à sa Dame : l'impératrice Irène. De nouveaux personnages viennent croiser leurs chemins et ils vont notamment faire connaissance des Vikings... Difficile de faire une suite et Cavanna se noie un peu dans son histoire, il garde toujours la même verve mais avec une insistance un peu lassante sur les histoires de fesses ! Les héroïnes passent leur temps à copuler que ce soit volontaire ou forcé...  Autre élément agaçant est la tendance de la moindre femme qui passe à tomber amoureux de Renaud. A noter aussi la reprise des éléments de culture populaire sur les scandinaves "inconnu du monde occidental jusqu'au 8e siècle" ou "terribles guerriers", qui m'a un peu déconnecté du récit (sans être un spécialiste : j'en connais quand même plus la dessus que le lecteur lambda).
Bref : un bon roman d'aventures, se lit toujours aussi bien que le premier mais avec quelques défauts...
Je recommande quand même les deux livres et remercie notre mousquetaire préféré de m'avoir auiguillé sur ces deux petits livres bien sympathiques.

La je viens d'entamer : "Le roi sur le seuil" de David Gemmel et comme d'habitude c'est un plaisir de lecture.  :love10: (bien plus que le Trone de Fer de Martin  ::))


Titre: Re : Votre livre de chevet
Posté par: Rom1 le 30Septembre, 2009, 09:42:39
Tu trouves ?
Gemmel, c'est sympa, de la bonne "série B" littéraire mais qd tu en as lu un, tu les as tous lus : un héros super couillu à la Conan, un peuple / royaume en grand danger, un tyran pénible à éliminer, de grosses batailles et une fin bâclée.


Titre: Re : Re : Votre livre de chevet
Posté par: Cuchulain le 30Septembre, 2009, 10:52:56
Tu trouves ?
Gemmel, c'est sympa, de la bonne "série B" littéraire mais qd tu en as lu un, tu les as tous lus : un héros super couillu à la Conan, un peuple / royaume en grand danger, un tyran pénible à éliminer, de grosses batailles et une fin bâclée.

Oui largement : ça fait le 3e que je lis et je prends bien plus mon pied que lors de ma lecture du Tdf et ses rebondissements à la soap opera : "Alors la fille du duc va s'échapper... Mais non elle est reprise !" ou encore "Machin va l'aider... Mais non c'est un traitre !".  Remarque ça pourrait être pire : on parler de Robin Hobb alias je fusille une bonne série en faisant deux bouquins ne faisant pas avancer l'histoire d'un poil et en résumé : ne servant à rien (cf l'assassin royal).

Gemmel me permet de m'évader : si c'est pour voir des pourritures s'entredéchirer pour le pouvoir, pas besoin de roman de fantasy, il me suffit de regarder la scène politique française ou internationale...  :mrgreen:


Titre: Re : Re : Votre livre de chevet
Posté par: Xaramis le 30Septembre, 2009, 11:04:26
Je recommande quand même les deux livres et remercie notre mousquetaire préféré de m'avoir auiguillé sur ces deux petits livres bien sympathiques.
Je rejoins ton avis : Les fosses carolines est un cran meilleur que La couronne d'Irène.


Titre: Re : Votre livre de chevet
Posté par: Puck le 30Septembre, 2009, 15:31:18
Pff...comparer Gemmel et Martin, c'est facile. Y'en a un qui écrit de pauvres romans de gare tellement cousus de fils blancs que ça pourrait servir de coiffe à un mec du Ku klux klan et l'autre....c'est Martin. ;D


Titre: Re : Re : Votre livre de chevet
Posté par: Cuchulain le 30Septembre, 2009, 15:35:32
Pff...comparer Gemmel et Martin, c'est facile. Y'en a un qui écrit de pauvres romans de gare tellement cousus de fils blancs que ça pourrait servir de coiffe à un mec du Ku klux klan et l'autre....c'est Martin. ;D

Tiens l'invocation de Puck a réussi... Tu veux dire Gemmel qui fait des romans passionnants et Martin des bouquins à rebondissements artificiels histoire de justifier son salaire à la ligne ?  >:D


Titre: Re : Votre livre de chevet
Posté par: Pan Paniscus le 30Septembre, 2009, 16:02:17
Ouais ben si Martin est payé à la ligne ; ça doit faire un moment qu'il a fait vœux de pauvreté. Parce-que ces derniers temps, il n'écrit pas beaucoup....


Titre: Re : Votre livre de chevet
Posté par: Puck le 30Septembre, 2009, 16:25:05
C'est vrai que son dernier opus...bof...et que le prochain est annoncé pour avril 2010....dans le meilleur des cas...


Titre: Re : Votre livre de chevet
Posté par: Marcellus Lesendar le 30Septembre, 2009, 18:33:48
J'ai un mal de chien à me retenir d'être un vilain troll. Mais lorsqu'on me dit "Gemmel" j'ai des pulsions...
Pour résumer une demi-heure d'écriture et de suppressions perpétuelles de post ce midi et un quart d'heure ce soir, je me limite à "Gemmel est classé top 1 des trucs hyper méga galactiquement mauvais mais qui se vendent."

C'était le message du Lesendar qui tente de faire court et pas trolleur^^


Titre: Votre livre de chevet
Posté par: FaenyX le 30Septembre, 2009, 18:59:52
Dites, j'ai le droit d'apporter ma pierre à l'édifice ?
J'avoue avoir énormément apprécié "Waylander", que j'avais dévoré l'été dernier. Du coup, j'ai tenté un autre cycle ("L'homme de Jérusalem", si ma mémoire périclitante ne me fait pas défaut) qui, lui, m'est tombé des mains (et c'est plutôt rare que cela m'arrive).
Je précise, à toutes fins (in)utiles, que je ne suis pas très client de G.R.R. Martin, mais plus de R. Hood (quoique quand son héros met 200 pages à sortir de sa cabane... :-\)

Finalement, les goûts et les couleurs. ::)


Titre: Re : Votre livre de chevet
Posté par: Cuchulain le 30Septembre, 2009, 19:21:41
Dites, j'ai le droit d'apporter ma pierre à l'édifice ?
J'avoue avoir énormément apprécié "Waylander", que j'avais dévoré l'été dernier. Du coup, j'ai tenté un autre cycle ("L'homme de Jérusalem", si ma mémoire périclitante ne me fait pas défaut) qui, lui, m'est tombé des mains (et c'est plutôt rare que cela m'arrive).
Je précise, à toutes fins (in)utiles, que je ne suis pas très client de G.R.R. Martin, mais plus de R. Hood (quoique quand son héros met 200 pages à sortir de sa cabane... :-\)

Finalement, les goûts et les couleurs. ::)

Je te conseille Légende qui est très bon et Le roi sur le seuil que je dévore en ce moment. Sans parler du cycle du Lion Noir.  :love10:


Titre: Re : Votre livre de chevet
Posté par: Xaramis le 30Septembre, 2009, 19:32:46
Les solutions adoptées par le mousquetaire :
- éviter, autant que faire se peut, les sagas (de fantasy ou pas), qui finissent généralement par s'étioler (quand elles ne sont pas déjà molles dès le premier tome) ;
- éviter, autant que faire se peut, la fantasy (en saga ou pas), où j'ai l'impression (vu de l'extérieur puisque je n'en suis aps grand lecteur) qu'il y a beaucoup de médiocre ou de réchauffé, pour peu de pépites. [Une remarque qui, soit dit en passant, s'applique aussi au polar] ;
- rester tout de même curieux, pour regarder de plus près les pépites quand des gens de bon conseil me glissent à l'oreille que je devrais y prêter attention.


Titre: Re : Votre livre de chevet
Posté par: ithilion le 30Septembre, 2009, 20:03:58
Les solutions adoptées par le mousquetaire :
- éviter, autant que faire se peut, les sagas (de fantasy ou pas), qui finissent généralement par s'étioler (quand elles ne sont pas déjà molles dès le premier tome) ;
- éviter, autant que faire se peut, la fantasy (en saga ou pas), où j'ai l'impression (vu de l'extérieur puisque je n'en suis aps grand lecteur) qu'il y a beaucoup de médiocre ou de réchauffé, pour peu de pépites. [Une remarque qui, soit dit en passant, s'applique aussi au polar] ;
- rester tout de même curieux, pour regarder de plus près les pépites quand des gens de bon conseil me glissent à l'oreille que je devrais y prêter attention.

J'ai lu La Compagnie Noire - le premier tome - et ben c'est pas terrible... Bataille de guimauve entre sorciers ordinaires, ambiances glauques bancales, personnages à deux dimensions aux patronymes sans imaginations,


Titre: Re : Re : Votre livre de chevet
Posté par: FaenyX le 30Septembre, 2009, 20:18:47
J'ai lu La Compagnie Noire - le premier tome - et ben c'est pas terrible... Bataille de guimauve entre sorciers ordinaires, ambiances glauques bancales, personnages à deux dimensions aux patronymes sans imaginations,

Tiens, celui-là aussi m'est tombé des mains (et au bout de quelques dizaines de pages, seulement)  ::).
Ton avis me rassure, Ithilion. Ca ne vient pas de moi, finalement. :D


Titre: Re : Re : Votre livre de chevet
Posté par: Puck le 30Septembre, 2009, 20:25:01
Dites, j'ai le droit d'apporter ma pierre à l'édifice ?
J'avoue avoir énormément apprécié "Waylander", que j'avais dévoré l'été dernier. Du coup, j'ai tenté un autre cycle ("L'homme de Jérusalem", si ma mémoire périclitante ne me fait pas défaut) qui, lui, m'est tombé des mains (et c'est plutôt rare que cela m'arrive).
Je précise, à toutes fins (in)utiles, que je ne suis pas très client de G.R.R. Martin, mais plus de R. Hood (quoique quand son héros met 200 pages à sortir de sa cabane... :-\)

Finalement, les goûts et les couleurs. ::)

Légende .? Quel gros navet! Franchement, le coup du vieux barbare seul recours contre l'invasion...pas vraiment original... :'(

Je te conseille Légende qui est très bon et Le roi sur le seuil que je dévore en ce moment. Sans parler du cycle du Lion Noir.  :love10:


Titre: Re : Votre livre de chevet
Posté par: Marcellus Lesendar le 30Septembre, 2009, 20:30:49
La compagnie noire, j'ai lu 7 tomes avant de me dire que vraiment j'n'en pouvais plus...
La même avec l'apprenti assassin où au cinquième tome j'ai craqué...
Pire pour pug l'apprenti ou le trône de fer, chaque fois dès le troisième ou quatrième chapitre je craque...
Et le pire dans tout ça, c'est qu'j'suis considéré, par mes collègues comme celui qui aime la fantasy...
Alors lorsqu'on me parle de Gemmel, de hobb, de cook, de martin, de jordan, y a rien à faire, je réponds ce que veut entendre le client, achetez ce que vous voulez, mais en faisant semblant de l'orienter. Quand il me comprend, il part avec moi sur des petits trucs comme Pevel, éventuellement Gaborit ou jaworski ou kloetzer... Bref, du français principalement car plus dépaysant et moins "classiques" et moins "traduit"^^
Bref...
J'ai rarement acheté de la fantasy ces derniers temps j'me rends compte...


Titre: Re : Re : Re : Votre livre de chevet
Posté par: Cuchulain le 30Septembre, 2009, 20:42:58
Légende .? Quel gros navet! Franchement, le coup du vieux barbare seul recours contre l'invasion...pas vraiment original... :'(

1) Ce n'est pas un "barbare"
2) C'est un héros vieillissant qui change des éternels jeunes premiers élu par la prophétie machin bidule
3) C'est un personnage attachant.
4) et en plus l'auteur se paye un luxe rare...


Titre: Re : Votre livre de chevet
Posté par: Usher le 30Septembre, 2009, 21:42:04
A propos de la Fantasy, je viens de lire un très bon essai : La Fantasy, Anne Besson, chez Klincksieck.

Anne Besson est normalienne et maître de conférence en littérature comparée à l'université d'Artois. C'est une spécialiste des cycles en littérature, et incidemment de la Fantasy. Son livre est concis, clair, très riche en références. Je pense que pas mal de gens qui fréquentent ces salons seront intéressés d'apprendre qu'elle accorde une certaine importance à la relation de réciprocité qui s'établit entre littérature de Fantasy, jeu de rôle et jeu vidéo.

L'une des thèses qu'elle développe dans son essai est que la Fantasy est un genre récent, apparu à la fin du XIXe siècle et au début du XXe siècle. Mais elle lui distingue deux origines qui, bien que toutes deux anglo-saxonnes, sont très distinctes : il s'agit d'une part de la fantasy anglaise, apparue à la fin de l'époque victorienne, qu'elle considère comme très littéraire (où elle range des auteurs comme Morris, Dunsany, Peake, Lewis, et Tolkien) ; il s'agit d'autre part de la fantasy américaine, développée essentiellement dans les pulps, beaucoup plus populaire (où Howard sort largement du lot). Or bon nombre des cycles de fantasy traduits en France sont américains et portent cet héritage pulp. En outre, bien que la fantasy se réclame généralement de modèles mythologiques ou médiévaux, Anne Besson observe que peu d'auteurs s'appuient sur des sources anciennes, mais s'inspirent plutôt d'autres œuvres de fantasy peu ou prou contemporaines.

C'est assez bien vu ; et même si A. Besson n'évoque pas trop explicitement la pauvreté de nombre de ces cycles, c'est ce recyclage qui, à mon sens, rend souvent des œuvres insipides.


Titre: Re : Re : Re : Re : Votre livre de chevet
Posté par: Puck le 01Octobre, 2009, 11:37:08
Légende .? Quel gros navet! Franchement, le coup du vieux barbare seul recours contre l'invasion...pas vraiment original... :'(

1) Ce n'est pas un "barbare"
2) C'est un héros vieillissant qui change des éternels jeunes premiers élu par la prophétie machin bidule
3) C'est un personnage attachant.
4) et en plus l'auteur se paye un luxe rare...

Mouais....baraqué, vivant en hermite en haut d'une montagne dans la neige, se servant d'une hache à 2 mains....En terme juridique, c'est ce qu'on appelle un faisceau d'indices, non ?  ;D


Titre: Re : Votre livre de chevet
Posté par: cavaillon le 01Octobre, 2009, 17:40:50
(quoique quand son héros met 200 pages à sortir de sa cabane... :-\)

C'est le reproche que j'entends le plus souvent fait à cette troisième trilogie de Robin Hood... Pourtant, à la lecture, cela ne m'avait pas dérangé. Effectivement, l'histoire présente n'avance pas d'un iota, mais on apprend, sous forme de récit, ce qui est arrivé à certains protagonistes (et notamment FitzChivalry) durant les années qui séparent la fin de la trilogie 'Farseer' et le début de la trilogie 'Tawny Man'...

C'est un peu comme si on disait qu'il ne se passe rien dans 'Princess Bride', puisque les personages mettent une heure et demie à lire une livre...

Mais je reconnais que cette trilogie est nettement moins bonne que la première...


Titre: Re : Re : Votre livre de chevet
Posté par: Inigo Montoya le 04Octobre, 2009, 16:31:40
La compagnie noire, j'ai lu 7 tomes avant de me dire que vraiment j'n'en pouvais plus...
J'ai décroché après kle premier...

La même avec l'apprenti assassin où au cinquième tome j'ai craqué...
Là, j'ai lu l'intégrale parce que j'avais complètement trippé sur les deux premiers tomes et que je voulais vraiment savoir ce que devenait le personnage principal... j'ai laborieusement terminé la lecture de l'ensemble des deux cycles.

Pire pour pug l'apprenti ou le trône de fer, chaque fois dès le troisième ou quatrième chapitre je craque...
Même topo... je ne suis pas allé au délà deux trois ou quatre premiers chapitres.


Titre: Re : Votre livre de chevet
Posté par: Inigo Montoya le 04Octobre, 2009, 16:46:23
Ouvrage du moment: Rois et capitaines, l'anthologie dirigée par Stéphanie Nicot.
J'ai vraiment beaucoup apprécié la nouvelle de Jean-Philippe Jaworski, Monteffelone, récit plein de bruit, de fureur et de sang, et qui laisse un arrière-goût d'amerture, ainsi que L'impassible Armada de Lionel Davoust, texte étrange et surréaliste, plein de poésie sur fond d'histoire de navigation et de pirates.
Je n'en suis qu'à la moitié à ce jour, mais les nouvelles que j'aie lues sont assez inégales dans l'ensemble avec peu de vraies déceptions, hormis Le prince aux pucelles qui démarre de manière excellente et dont le récit ne tient pas la route malgré une fin amusante.
J'y retourne de ce pas...


Titre: Re : Votre livre de chevet
Posté par: cavaillon le 05Octobre, 2009, 17:21:31
Je viens de me faire du réchauffé : suite à des remarques d'obéronistes sur les deux nouvelles 'Les Rats dans les Murs' et 'L'Abomination de Dunwich', je me suis relu toutes les nouvelles des bouquins qui contenaient les deux sus-citées.

Ca fait quatre livres en tout.


Et là, je viens de me plonger dans 'L'Enfer de Matignon'. Il s'agit des souvenirs de 12 premiers ministres, réunis par R. Bacqué. Pour l'instant, je trouve ça assez bof, mais je vais continuer.



Titre: Re : Votre livre de chevet
Posté par: Macbesse le 05Octobre, 2009, 21:32:07
J'ai été déçu par Mille Milliards de tapis de cheveux d'Andreas Eschbach.
Le roman commence pourtant par une grande claque dans la figure du lecteur, en plus d'échapper à tous les codes de la SF. Mais à mi-parcours, on revient à un sillon beaucoup plus travaillé, vu et revu, pour finir sur un épilogue d'une facilité déconcertante.


Titre: Re : Votre livre de chevet
Posté par: Marcellus Lesendar le 05Octobre, 2009, 22:27:13
En ce moment je m'éclate en lisant le dernier tome du Traquemort de simon r. green. Cette série me faisait de l'oeil depuis des années, mais jamais j'n'ai osé m'y atteler tant je trouve ça cher pour ce que c'est. Des romans dignes des romans de gare en ce qui concerne le style de l'écrivain. Mais bon... C'est de la SF énorme! J'arrive pour le dernier tome et OUAH! La claque quoi. Les personnages sont tous des HEROS, pas de petits personnages principaux, mais de vrais héros connus de tous les êtres vivants de tous les univers. Ils se "baladent" de mondes en mondes, parlent de leurs actions passés, rencontre d'anciens ennemis ou amis, bref, c'est rigolo d'voir tout l'univers de l'auteur se retrouver dans ce tome.
C'est en commençant par ce dernier tome que j'suis sûr qu'j'lirai la série en entier.
C'est facile à lire, l'auteur se prend pas la tête et semble totalement décomplexé. Il va vous poser une scène qu'on attend grandiose pour la boucler en une ligne finalement.
Visuel, efficace, ça décontenance pile comme il faut...
Bref j'aime bien ce livre :)


Titre: Re : Votre livre de chevet
Posté par: Rom1 le 16Octobre, 2009, 10:23:29
J'ai fini Corsaires du Levant.
Alors que d'habitude, j'aime pas trop qd Alatriste quitte Madrid (le Soleil de Brega est réellement le livre que j'aime le moins de la série), là j'ai adoré de bout en bout (bien que n'y connaissant rien en navigation).
Déjà, c'est tjs aussi bien écrit et certaines phrases sont juste anthologiques (chapeau bas au traducteur qd même, on sent réellement l'espagnol derrière le français, mais dans le bon sens du terme). On apprend plein de trucs sur la méditerrannée à cette époque, c'est un sacré contexte. C'est également bourré d'action, et épique comme il faut ! Cf. la bataille finale, haletante, pleine de violence et d'héroïsme ordinaire (ah les Maltais qui se sacrifient pour la Religion...).
Mais j'ai aussi et surtt adoré l'évolution de la relation entre Alatriste et Inigo. Je pense qu'elle est réellement au coeur du récit, avec l'introduction du Maure Mogatace comme témoin neutre.
Vraiment prenant, dense et haletant. Je n'ai d'ailleurs pas pu fractionner ma lecture sur les 80 dernières pages, c'est dire !


Titre: Re : Re : Votre livre de chevet
Posté par: Xaramis le 16Octobre, 2009, 11:50:26
J'ai fini Corsaires du Levant.
Alors que d'habitude, j'aime pas trop qd Alatriste quitte Madrid (le Soleil de Brega est réellement le livre que j'aime le moins de la série), là j'ai adoré de bout en bout (bien que n'y connaissant rien en navigation).
C'est marrant, j'aurais pensé que ce roman pouvait être considéré comme trop spécialisé, trop confiné, dans sa deuxième partie, pour arriver à accrocher l'attention de lecteurs pas trop passionnés par les ambiances navales. Tes commentaires satisfaits m'amènent à réviser mon a priori.

Quand au Soleil de Breda, je comprends qu'il puisse déplaire ; pour ma part, je le perçois comme très différent des autres livres de la série, parce qu'il est plus noir, pris dans le froid et les brumes des Flandres, faites de longues attentes et de coups de main fulgurants. Alors, le fameux "soleil" qui se lève sur Breda, lors de la capitulation de la ville qui se soumet aux Espagnols, vient totalement en contrepoint du reste du livre. Pour l'Espagne, reprendre Breda aux Hollandais qui l'avaient arrachée aux Espagnols en 1590, était un enjeu capital.
Le tableau de Velazquez, "La reddition de Breda ou les lances", peint une demi-douzaine d'années après le siège, nous offre une scène quasiment courtoise, celle de la reddition honorable, qui ne reflète en rien la dureté du siège.


Titre: Re : Votre livre de chevet
Posté par: Marcellus Lesendar le 16Octobre, 2009, 12:09:18
J'ai jamais regardé la série Dexter, mais le thème m'attirait assez. Un flic tueur... Assez commun, mais les foules ont aimé. Bref, je m'achète le premier tome et trois jours plus tard, en sortant du travail et en attendant ma chérie dans l'obscurité d'une nuit Torcéenne, je l'ai fini, fébrile, le coeur en liesse. J'ai découvert un personnage pas géant (c'est pas un perso crédible à fond je trouve), et un style d'écriture facile (on est dans un roman facile à lire, aux images faciles, bref rien de bien compliqué, mais c'est ce qui permet de dévorer le livre), pourtant j'ai accroché à la trame (même si la fin est mauvaise je trouve). Tout du long j'pensais savoir ce qui allait se passer et finalement, j'aurais préféré avoir raison...
Pourtant... Je vais lire les deux autres tomes. J'ai aimé ce livre et j'ai envie de savoir ce qui va se passer ensuite.
Là où du Millenium m'ennuie mais où l'histoire me plaît, Dexter ne m'ennuie pas et l'histoire me plaît^^


Titre: Re : Votre livre de chevet
Posté par: cavaillon le 16Octobre, 2009, 16:46:20
J'ai terminé il y a deux jours 'L'Enfer de Matignon'.

Assez bof, je trouve.

Il y a bien une ou deux anecdotes qui indiquent comment parfois des décisions capitales sont prises entre deux couloirs (je pense à des accords sur la P.A.C.) ; ou d'autres qui montrent que les ministres qui font des déclarations suite à des scandales sont parfois de toute bonne foi, mais n'ont pas toutes les informations en main (je pense en particulier à l'affaire du Rainbow Warrior).

Mais dans l'ensemble, je n'ai pas trouvé grand intérêt à ce livre...


Du coup, là, je me change les idées en recyclant les "20000 lieues sous les mers"...


Titre: Re : Votre livre de chevet
Posté par: Ohtar Celebrin le 17Octobre, 2009, 20:27:22
Aujourd’hui nous sommes allés acheter (quelques) livres à la librairie Scylla à Paris… Ici même où nous avions rencontré Hikaki et Usher pour une mémorable séance de dédicace.

Je sui une fois encore heureux et ruiné…
Voici ce que nous avons trouvé :
Elizabeth Moon et Anne McCaffrey « planètes Pirates » T 1 et 2.
Roger Zelazny « Les neuf princes d’Ambre » T 1.
Pierre Bordage « les guerriers du silence » T 1, 2 et 3.
Daniel F. Galouye « Simulacron3 ».
René Barjavel « Ravage ».
Robert Holdstock « La Forêt des Mythagos ».
Steve Cockayne « légendes du Pays » T 1. (conseillé par le vendeur.)
Philip José Farmer « la Saga des Hommes Dieux » intégral en deux tomes. (Conseillé par Xaramis)
Et :
Présenté par Stéphanie Nicot « Rois et Capitaines » (dans cette anthologie se trouve, entre autre, une nouvelle de Usher…)

Ce qui m’amène à dire que nous avons posé d’innocentes questions au libraire à propos de « Gagner la Guerre » d’un certain J-P Jaworski… il semble très satisfait de la façon dont ce roman se vent et, selon lui, « Gagner la guerre » est une grosse bouffée d’oxygène pour les éditions du Mouton Electrique qui en avait bien besoin.
Comme quoi le jacuzzi des uns peut faire la piscine des autres !! (ou l’inverse si vous préférez)

EDIT: Pour donner un chifre, il parlait de 2500 exemplaires vendus...


Titre: Re : Votre livre de chevet
Posté par: Cuchulain le 18Octobre, 2009, 17:09:12
La saga des hommes dieux est un MUST !! De l'Aventure qui vous tiens au corps et qui ne vous lâche pas jusqu'au dernier tome. Mention spéciale à "la rage d'orc le rouge" qui est assez spécial... Après ça plus qu'une envie : jouer à Thoan.  ;)

De PJ Farmer je conseille également "Le monde du fleuve" qui est aussi bien (je n'arrive pas à départager les deux).


Titre: Re : Re : Votre livre de chevet
Posté par: Xaramis le 18Octobre, 2009, 19:18:44
La saga des hommes dieux est un MUST !! De l'Aventure qui vous tiens au corps et qui ne vous lâche pas jusqu'au dernier tome. Mention spéciale à "la rage d'orc le rouge" qui est assez spécial... Après ça plus qu'une envie : jouer à Thoan.  ;)
Il ne te reste qu'à en dire du bien à Ohtar Celebrin, qui m'a acheté le jeu. ;)

Citation
De PJ Farmer je conseille également "Le monde du fleuve" qui est aussi bien (je n'arrive pas à départager les deux).
Pour ma part, j'ai préféré Le monde du fleuve.


Titre: Re : Re : Votre livre de chevet
Posté par: Cuchulain le 19Octobre, 2009, 16:49:25
Une excellente nouvelle : après Beowulf, le poème anglo-saxon que l'on ne présente plus, et qui, entre autres choses inspira Tolkien, édité et traduit en collection Lettres Gothiques par André Crépin (...)

En train de lire Beowulf : ce qui est bien c'est une page la langue originelle et l'autre la traduction (moi j'aimerais encore mieux : une interlinéaire ou sous chaque mot la traduction : même si c'est incompréhensible je m'en fous ça serait génial ! Ca existe en grec pour le nouveau testament) première page je tombe sur le mot "Eorl" tiens-tiens... Autre page Theoden , puis le mot Beorn apparait humm... Comme disait je sais plus qui dans les bonus du dvd du SDA les 2 tours : Les rohirrims c'est Beowulf avec des chevaux ! Quand on sait que Tolkien regrettait la conquête normande et disait que si les anglo-saxons avaient eu une vraie cavalerie ça se serait passé autrement y a cachalot sous gravillon !  ;)

Bon tout ça pour dire que je lis Beowulf dans la collection lettres gothiques et que c'est très intéressant.  :thumbsup:


Titre: Re : Re : Re : Votre livre de chevet
Posté par: Ohtar Celebrin le 19Octobre, 2009, 19:50:34
La saga des hommes dieux est un MUST !! De l'Aventure qui vous tiens au corps et qui ne vous lâche pas jusqu'au dernier tome. Mention spéciale à "la rage d'orc le rouge" qui est assez spécial... Après ça plus qu'une envie : jouer à Thoan.  ;)
Il ne te reste qu'à en dire du bien à Ohtar Celebrin, qui m'a acheté le jeu. ;)

Citation
De PJ Farmer je conseille également "Le monde du fleuve" qui est aussi bien (je n'arrive pas à départager les deux).
Pour ma part, j'ai préféré Le monde du fleuve.

Parmi tous les bouquins j’ai commencé par « la saga des Hommes Dieux » et je viens de finir « le Faiseur d’Univers ».

Je vous livre pêlemêle mes premières impressions. Ce premier livre est très court (moins de 200 pages) et je pense que c’est à la fois un atout et un handicape.
Je m’explique :
D’une part l’histoire se déroule très rapidement et le lecteur se trouve aisément entrainé par le récit.
On ne s’ennui pas un seul instant.

Mais d’autre part on a l’impression que certain passage sont survolés…
De plus, le fait de vouloir accélérer la narration entraine des incongruités. Par exemple Wolff est dans une caverne au bord du monde avec un zèbrille, ils discutent et le zèbrille se jette à l’eau (dans la mer) pour embarquer sur un histoïktus.
Une transition n'aurai pas été superflue à mon goût de même que de signaler que Kickaha avait briffé Wolff sur la topographie et les uses et coutumes de Dracheland avant de s'apercevoir qu'il connaissait tout sur tout.

Bien entendu, vue sa nature, il pouvait se rappeler de ses choses au fur et à mesure mais ce n'est pas spécifié non plus...


Ceci dit j’ai beaucoup aimé, c’est juste que j’aurai préféré que P-J Farmer s’attarde un peu plus sur le décore ou la psychologie des personnages pour en profiter davantage.

J’ai entamé le second livre sur le chemin du retour (il faut bien optimiser le temps de transport en IDF. :D)


Titre: Re : Re : Votre livre de chevet
Posté par: Macbesse le 19Octobre, 2009, 20:24:55
De PJ Farmer je conseille également "Le monde du fleuve" qui est aussi bien (je n'arrive pas à départager les deux).

 ???
Comment peut-on dire que ce livre qui n'en finit pas de s'embourber dans des intrigues annexes de quête d'objet dans intérêt sur des centaines et des centaines de pages est bon ?  ???

Je m'interroge, en toute sincérité.


Titre: Re : Re : Re : Votre livre de chevet
Posté par: Xaramis le 19Octobre, 2009, 21:21:51
De PJ Farmer je conseille également "Le monde du fleuve" qui est aussi bien (je n'arrive pas à départager les deux).

 ???
Comment peut-on dire que ce livre qui n'en finit pas de s'embourber dans des intrigues annexes de quête d'objet dans intérêt sur des centaines et des centaines de pages est bon ?  ???

Je m'interroge, en toute sincérité.
Je pense qu'il faudrait dire "c'est un livre qui m'a plu", plutôt que "c'est bien". Je comprends qu'on puisse le laisser porter par un roman de ce genre (je me suis laissé porter, moi-même, quand je l'ai lu). Tous les goûts sont dans la nature, même les moins bons. :mrgreen:
Pour prendre un exemple cher à certains Obéronnistes, certains vont encenser le Seigneur des Anneaux dans son ensemble, alors que d'autres (dont je tairai les noms - le mien y compris ;) - pour ne pas les exposer au Djihad) trouvent que le premier tome est chiant à mourir, à peu près aussi lassant que les Nombres de l'Ancien testament ou qu'un catalogue de collection d'entomologie (que les fans d'entomologie veuillent bien me pardonner cet accroc à leur passion).



Titre: Re : Votre livre de chevet
Posté par: Cultösaurus le 19Octobre, 2009, 21:25:12
Au sujet du Faiseur d'univers, j'ai la malchance d'avoir un exemplaire dont la dernière page est caviardée, ce qui fait que je n'ai jamais su comment ça se finissait exactement... :-\
Comme il semble que plusieurs ici l'ont en leur possession, une bonne âme pourrait elle me recopier (ou me scanner) ce qu'il y a à la fin, après "Arwoor tomba en avant, Podarge accrochée à lui." (première phrase d'un des tous derniers paragraphe, voire peut-être du tout dernier) ?
D'avance merci... :)


Titre: Re : Re : Re : Re : Votre livre de chevet
Posté par: Macbesse le 19Octobre, 2009, 22:00:41
Je pense qu'il faudrait dire "c'est un livre qui m'a plu", plutôt que "c'est bien". Je comprends qu'on puisse le laisser porter par un roman de ce genre (je me suis laissé porter, moi-même, quand je l'ai lu). Tous les goûts sont dans la nature, même les moins bons. :mrgreen:

Oh mais je ne reproche pas à Cuchu de l'avoir aimé, je me demande juste comment c'est possible d'aimer ce livre et j'aimerais qu'il développe, par pure curiosité.
(ma formulation initiale était peut-être maladroite)


Titre: Re : Re : Votre livre de chevet
Posté par: Ohtar Celebrin le 20Octobre, 2009, 20:22:39
Au sujet du Faiseur d'univers, j'ai la malchance d'avoir un exemplaire dont la dernière page est caviardée, ce qui fait que je n'ai jamais su comment ça se finissait exactement... :-\
Comme il semble que plusieurs ici l'ont en leur possession, une bonne âme pourrait elle me recopier (ou me scanner) ce qu'il y a à la fin, après "Arwoor tomba en avant, Podarge accrochée à lui." (première phrase d'un des tous derniers paragraphe, voire peut-être du tout dernier) ?
D'avance merci... :)


En fait il ne te manque que la dernière phrase:

Citation de: P-J Farmer
"Arvoor tomba en avant, Podargue accrochée à lui. Les aigles atterrirent et s'agglomérèrent pour assister au spectacle."

À ton service.


Titre: Re : Votre livre de chevet
Posté par: Cultösaurus le 20Octobre, 2009, 20:31:26
Merci ! :D


Titre: Re : Votre livre de chevet
Posté par: killerklown le 21Octobre, 2009, 11:37:45
J'ai lu les 5 tomes principaux de Fondation de Asimov.
Les 3 premiers méritent leur réputation de monstre de la SF, car ils posent quand même certaines bases sur lesquelles la majorité des auteurs travailleront par la suite. En plus ça a plutôt bien vieilli.
Par contre les 2 suivants sont moins bien, sans être totalement mauvais. En soit ils sont bon ... Juste décevant par rapport à ce qui avait été fait avant. Mais je conseille ce cycle tout de même à toute personne aimant la SF :-)

Maintenant je me lance dans :

http://www.amazon.de/Gewitter-%C3%BCber-Pluto-Heinrich-Steinfest/dp/3492053106/ref=sr_1_1?ie=UTF8&s=books&qid=1256117831&sr=8-1

c'est sur que peu d'entre vous l'ont lu :)  :mrgreen: ;D


Titre: Re : Re : Re : Re : Re : Votre livre de chevet
Posté par: Cuchulain le 21Octobre, 2009, 19:49:33
Je pense qu'il faudrait dire "c'est un livre qui m'a plu", plutôt que "c'est bien". Je comprends qu'on puisse le laisser porter par un roman de ce genre (je me suis laissé porter, moi-même, quand je l'ai lu). Tous les goûts sont dans la nature, même les moins bons. :mrgreen:

Oh mais je ne reproche pas à Cuchu de l'avoir aimé, je me demande juste comment c'est possible d'aimer ce livre et j'aimerais qu'il développe, par pure curiosité.
(ma formulation initiale était peut-être maladroite)

Je ne suis pas offensé du tout : je t'attends juste demain devant la tour des comtes de genève avec deux témoins pour un duel à mort. Etant l'offensé je choisis les armes : la gae-bolga.  :P

Pourquoi j'ai aimé ce cycle ? Hmm je ne suis pas très doué pour les critiques littéraires mais je vais faire de mon mieux. Tout d'abord je trouve le concept totalement original... On rassemble l'humanité toute entière depuis les temps préhistoriques jusqu'en 1999 sur une planète gigantesque avec de quoi se nourrir facilement... J'adore : les réactions sont totalement vraisemblables, fonder des royaumes, des territoires, se battre : bref refaire la même chose... J'aime ensuite le côté "mélange des genres" : le fait que Francis Burton collabore avec Mark Twain, Cyrano de Bergerac ou encore le prince Jean c'est pour moi un pur bonheur... Les différentes intrigues ne m'ont pas perturbé (dans le genre digressions de 50 pages : je connais bien des auteurs classiques qui nous l'on fait !), c'est de l'Aventure, de la vraie : pas de fausse excuse du genre : oui mais en fait c'est une réflexion sur la condition humaine tout ça... Non pas avec PJFarmer : ses héros sont attachants (mention spéciale à Joe Miller qui est un de mes préférés) et vivent des aventures palpitantes qui m'ont tenu accroché à chaque lecture ! Le dernier tome est peut être moins bien car c'est plus une réflexion sur quoi faire quand on a un pouvoir quasi divin ? J'aime le ton des personnages, le fait qu'il ne soit pas des parangons de vertus mais des héros à part entière : ils dépassent leur limites pour arriver au but !

Un des concepts qui m'a toujours fait rêver dans ces livres c'est de pouvoir visionner sa vie en entier : revoir certains moments et quasi les revivre. Ou le fait de pouvoir visionner la vie de n'importe quel être humain ! C'est quasiment une machine à remonter le temps et j'adore ce genre d'histoires (et je fantasme de pouvoir l'utiliser pour regarder certains moments intimes de starlettes bien connues euh je veux dire de voir les périodes historiques qui m'ont toujours passionnée ! :mrgreen:

Bref : je suis totalement fan de ce livre et de la série des hommes dieux. Je conseille également de lire l'intro du bouquin de Thoan faite par PJ Farmer en personne qui donne des détails troublants sur sa vision...


Titre: Re : Votre livre de chevet
Posté par: Macbesse le 21Octobre, 2009, 21:24:03
Là, je comprends mieux : tu aimes le concept du bouquin.

De mon côté, je reconnais que l'idée de base est géniale... mais le traitement est en bois. Le tome 2 s'attarde sur la construction interminable d'un bateau qui ne part jamais... et le tome 3 reprend la même chose avec un zeppelin... (600 pages comme ça, fois deux). En plus, l'intrigue est centrée sur le mystère censé être révélé plutôt que sur les personnages, et cette révélation n'avance jamais.


Titre: Re : Re : Votre livre de chevet
Posté par: Cuchulain le 21Octobre, 2009, 21:57:43
Là, je comprends mieux : tu aimes le concept du bouquin.

De mon côté, je reconnais que l'idée de base est géniale... mais le traitement est en bois. Le tome 2 s'attarde sur la construction interminable d'un bateau qui ne part jamais... et le tome 3 reprend la même chose avec un zeppelin... (600 pages comme ça, fois deux). En plus, l'intrigue est centrée sur le mystère censé être révélé plutôt que sur les personnages, et cette révélation n'avance jamais.

Ah oui je comprends mieux... Curieusement ça ne m'a pas gêné, je trouve que PJF arrive à faire passer ça très bien contrairement à Robin Hobb par exemple...


Titre: Re : Re : Re : Re : Re : Re : Votre livre de chevet
Posté par: Ohtar Celebrin le 22Octobre, 2009, 18:45:35


Bref : je suis totalement fan de ce livre et de la série des hommes dieux. Je conseille également de lire l'intro du bouquin de Thoan faite par PJ Farmer en personne qui donne des détails troublants sur sa vision...

J’ai eu, à propos de cette intro, un échange de MP avec Xaramis pour savoir si, oui ou non, PJ Farmer était vraiment illuminé ou si ce paragraphe n’avait de but que de permettre au lecteur de s’immerger dans son univers.


Titre: Re : Re : Votre livre de chevet
Posté par: Macbesse le 28Octobre, 2009, 13:10:44
j'ai lu aussi balade choréïale. Je vois ce livre plus comme un appel à l'ouverture interculturelle, et comme dans bien des livres d'Ayerdhal, c'est l'obstination qui est mis à l'honneur.
Personnellement j'en serai presque à y lire un message politique, que je mettrais en résonance avec son demain une oasis qui montrerait un peu la position space-écologiste et liberté des peuples qui égrenne son œuvre.  

Son livre est à mon avis, un vrai appel à la réflexion et à l'engagement contre les dominations impérialistes...
Perso, j'ai bien aimé le message, je trouve que c'est plutôt pas mal écrit, mais ce n'est pas son meilleur titre.

Je n'avais pas eu la politesse de répondre à Nazareth : ce que je reproche à Balade Choreïale, c'est justement cet appel lourdingue à l'écologie et au droit des peuples à disposer d'eux-mêmes. Bien sur, j'adhère à ce message, mais d'une part, je n'avais pas attendu Ayerdhal pour m'éveiller à la politique, et d'autre part, je trouve que le roman est noyé par toutes ces bonnes intentions de l'auteur. Le propos finit par tuer la littérature. Je l'avais moins ressenti avec Mytale, curieusement. Peut-être parce que l'univers est plus dépaysant.


Titre: Re : Votre livre de chevet
Posté par: Macbesse le 28Octobre, 2009, 13:55:11
Je termine Avec les moines soldats de Lutz Bassman, hétéronyme de Volodine. Au-delà de la fin du monde, dans un temps cyclique agité de soubresauts, après l'avenir, entre les rêves, le roman est à la fois familier et étranger. Il entraîne inexorablement le lecteur dans sa noirceur, au bord de l'abîme, devant le rien. Et je dois dire que j'aime.  :thumbsup: (je suis acquis corps et âme à l'oeuvre de Volodine depuis que le Toucan l'a chroniqué en ces pages, et je n'ai pas encore été déçu une seule fois)

Juste avant, j'ai comblé une lacune de ma culture avec Ubik. Avec les forces de l'entropie qui régissent l'univers onirique des semi-vivants, il est à rapprocher du précédent. Ce que je regrette (l'oeuvre reste excellente), c'est d'avoir (quasiment) tout compris. J'ai été un temps délicieusement dérouté, mais Dick donne finalement les clés du mystère et malgré la paranoïa intrinsèque de l'oeuvre, il reste une ancre, celle du récit de SF. Du coup, je suis déçu, car je n'ai pas eu l'ultime chef-d'oeuvre promis, juste un très bon roman.

Toujours dans le rêve, Entrefer de Iain Banks, plus connu pour son cycle de la Culture, a été une lecture agréable. Un homme dans le coma rêve d'un pont interminable et massif, régenté par une bureaucratie kafkaïenne. La comparaison avec Kafka s'arrête malheureusement là : tout ou presque est expliqué, disséqué et rationnalisable, et jamais je n'ai éprouvé le choc ressenti à la lecture du Procès, du Chateau ou d'Amerika. Dommage ! C'est donc un roman honnête, bien écrit et inventif, mais il ne passe pas la barre.


Titre: Re : Votre livre de chevet
Posté par: Yodram le 28Octobre, 2009, 14:42:21
Je sais qu'il traine quelques profs de lettres en ces lieux  ;), alors je vais fayoter un peu, bien que n'ayant rien à y gagner.
Je relis régulièrement des oeuvres classiques, vous savez celles qui nous ont fait souffrir jusqu'en 1° au bac français et qu'on s'est empressé d'oublier. Eh bien aujourd'hui, j'y trouve une saveur toute particulière, loin de tout plaisir masochiste.
Il y a quelques mois, c'était "la faute de l'Abbé Mouret" : magnifique de poésie, des descriptions d'une finesse rare, au service d'une histoire bouleversante, dramatique et à mon avis, profondément érotique aussi (je deviens pervers avec l'âge ? :P)
Aujourd'hui, c'est "Lourdes" de Zola. Roman peu connu, ce grand anticlérical y décrit avec la précision d'un orfèvre LE miracle de Lourdes : la venue de millions de personnes malades ou valides depuis plus de 120 ans (pas à son époque évidemment) au pied d'une grotte pyrénéenne, à travers le destin croisé de quelques pèlerins. Ce livre est remarquable pour l'émotion qu'il laisse en permanence suinter, presque malgré son auteur et à rebours de son intention de critique négative. Il a fait du beau et de l'émouvant alors qu'il voulait faire un pamphlet.

Faites comme moi, avec Zola ou tant d'autres : oublié le traumatisme des épreuves du bac :mrgreen:, les premiers cheveux blancs pointant sur les tempes, replongez-vous en confiance dans les "monuments" trop sacralisés de la littérature française, vous y trouverez des plaisirs rares et simples.  :D


Titre: Re : Votre livre de chevet
Posté par: Macbesse le 29Octobre, 2009, 11:16:47
Ca y est, j'ai fini Avec les moines soldats et j'ai pris ma grande claque dans la figure avec le dernier chapitre, pardon, la dernière entrevoûte, récit au-delà de la mort, récit d'un anéantissement, d'un glissement vers l'absence de mémoire, de volonté, vers le non-être.
Si vous n'avez pas d'irritation sous-cutanée devant une écriture fragmentaire qui se contrefiche du narrateur, de l'intrigue et de la temporalité, n'hésitez plus. En plus, vous aurez une inspi pour jouer le scénario de Jibé avec plus de nuances, de mélancolie, de désespoir et de désespérance.  :mrgreen:

Neige, d'Orhan Pamuk, que je viens de commencer, me paraît bien primesautier, alors qu'il traite de thèmes lourds, comme l'avancée de l'islamisme en Turquie, les réponses inadaptées de l'état, et en sourdine moque la posture facile de l'intellectuel contemplatif, adulé, pur... et inactif. L'écriture se déploie en volutes, comme de longs plans séquences, du moins pour l'instant. Certains trouveront peut-être ça lent, mais cette lenteur donne paradoxalement beaucoup d'intensité au roman.


Titre: Re : Votre livre de chevet
Posté par: cccp le 29Octobre, 2009, 14:10:54
Dans la littérature médiévale, il y a une certaine idéalisation de l'image de la femme.
Ben pas dans la dame escouillée qui est un fabliau phallocrate, misogyne et brutal.

Dans la scène finale, qui donne son nom au fabliau, est grandiose.
Le comte envoie tout le château à la chasse. Il prétend avoir une migraine pour ne pas y participer.

Il est donc seul dans sa demeure avec sa sa femme, quatre brutes et belle-mère.
Il explique à cette dernière que si elle si orgueilleuse c'est parce qu'elle a des couilles qu'il décide de lui couper.
Celle-ci se retrouve donc maintenue sur le sol, pendant qu'il lui tranche la fesse droite, il trifouille la chaire pour en sortir un testicule de taureau, qu'il avait déjà préparée.
Une fois cette opération finie, au tour de la fesse gauche.

édifiant, non ?


Titre: Re : Votre livre de chevet
Posté par: Ohtar Celebrin le 01Décembre, 2009, 22:10:03
Après avoir lu les quatres premiers romans de la série « La Saga des Hommes Dieux » de Philip José Farmer je me suis plongé dans un petit roman comme on en fait peu :

« Demain les Chiens » de Clifford D Simak…

Un livre exceptionnel, vraiment.

C’est de la science-fiction d’un genre peu commun.
Difficile à définir… c’est plus proche de Fahrenheit 451 que de Star-Wars.
Mais cela ne vous donne pas une grande indication…


Ce roman est présenté comme un recueil de huit contes que les Chiens se racontent le soir à la veillé autours du feu…
Ces contes parlent des Hommes, des Robots et évidemment… des Chiens.
Cependant, les savant qui parmi les Chiens ont étudié ces contes n’arrivent pas à se mettre d’accord :
Les Hommes ont-ils vraiment existés ou sont-ils uniquement des créatures mythiques ?

Ha ! Oui, un détail d’importance :
Dans n’importe quel livre, le lecteur s’empresse de sauter la fastidieuse « note de l’éditeur » au début du volume… ce serait une terrible erreur pour celui-ci.

Voila cela vous donne peut-être une meilleur idée de ce qu’est ce livre, ce grand classique.

A lire sans tarder !


Titre: Re : Votre livre de chevet
Posté par: cavaillon le 02Décembre, 2009, 23:54:28
"Nos Vaches Sacrées Guérir la France sans elles" de Ghislaine Ottenheimer.

Pour les allergiques aux bouquins politiques, à éviter !

Sans écrire un pamphlet contre la droite ou un brûlot contre la gauche, G.O. critique en fait tous les présidents et gouvernements qui se sont succédés en France depuis les trente glorieuses...

Pour remettre le livre dans son contexte, ça a été écrit en "fin de règne" de Chirac, avec Villepin en premier ministre et Sarkozy en ministre d'état.

Je vous fais un rapide résumé. Les idées énumérées ci-dessous sont celles de l'auteur, merci de ne pas sortit le lance-flammes tout de suite.

 L'auteur part de ce constat que beaucoup de gens considèrent la France comme foutue, et impossible à remettre en ordre. Pourtant, c'est encore un pays riche. Alors pourquoi cet abattement, cette impression que l'on ne peut rien faire  ? Le titre s'explique par cette métaphore avec les vaches sacrées de l'Inde, qui se trouvent sur le tracé de la route, mais que l'on n'ose pas déranger, et qui donc en empêchent la construction.

Pour Ottenheimer, nos vaches sacrées, ce sont nos services publics. Nous sommes ("nous", ce sont nos politiques) incapables de réformer en profondeur le service public, basé sur une structure d'ancien régime, qui n'a pas su se moderniser avec l'évolution technologique. Pour deux raisons : 1/ nous restons persuadés d'avoir le meilleur système au monde (la meilleure Education Nationale, alors que le niveau scolaire de la France diminue d'année en année en comparaison de celui des autres pays de l'O.C.D.E., la meilleure pression fiscale, alors que nos entreprises délocalisent et que les entreprises étrangères s'implantent moins chez nous que chez nos voisins, le meilleur fournisseur d'électricité, E.D.F., alors que nous sommes en retard par rapport aux pays développés en ce qui concerne l'enfouissement des lignes (d'où les coupures prolongées dès qu'un ouragan frappe une région), notre système de retraite, qui bat de l'aile, notre sécrurité sociale dont le déficit ne cesse d'augmenter d'année en année... et j'en passe) et 2/ nous dénigrons les autres exemples (les U.S.A. surendettés,  les trains anglais qui déraillent,...)
Elle dénonce également la tiédeur des divers gouvernements qui, devant l'ampleur de la tâche, la peur de la réaction de l'opinion, et la peur de bousculer nos "vaches sacrées" se contentent de mesures, lois qui viennent s'ajouter, amendent, ou modifient les lois existantes, ne faisant au final qu'augmenter la complexité de la lecture, sans rien arranger.

Dans un seconde partie, G.O. donne des exemples d'endroits où "ça a marché" : en France (le Havre), ou dans des pays limitrophes (Suède, Irlande,...)

Partant de ces exemples, elle donne des pistes pour "guérir la France" : du dialogue dès le départ ("être intransigeant sur les objectifs, mais dialoguer pour savoir comment les atteindre"), notamment en transversalisant les compétences dans la fonction publique, et en diminuant le nombre de couches du millefeuille. C'est pour ça que je précisais le contexte en début de ce message : elle parle de réformes en profondeur et de rupture avant l'avènement de Sarkozy, ainsi que de l'éventuelle suppression de régions, département, communes, débat qui a eu lieu il y a quelques mois...


J'ai personnellement bien aimé ce livre, qui m'a ouvert les yeux sur certains points, mais ça ne doit pas trop étonner les anciens de ce forum qui me connaissent...


Titre: Re : Votre livre de chevet
Posté par: cavaillon le 03Décembre, 2009, 23:14:46
Lu en moins d'une semaine (c'est très léger), "Tolérance Zéro" de Patricia Cornwell.

Le titre, déjà, est déplacé. Il semblerait que le traducteur du titre n'est pas le même que celui du roman.     :o    En effet, le titre original est "At risk", ce qui est traduit dans le roman à plusieurs reprises comme "En danger", et il n'est nulle part fait mention d'une "tolérance zéro"...

L'histoire ? Le procureur adjoint (une femme) dépêche un de ses gars enquêter sur un meurtre de plus de 20 ans jamais élucidé. Le soir même, le gars en question (le héros du roman) reçoit une lettre de menace et se rend chez sa supérieure et la sauve in extremis après qu'elle se soit faite violer par un voyou.

Les deux enquêtes progressent en parallèle, et semblent n'avoir rien en commun, on attend de savoir par quel rebondissement elles vont être liées... et on arrive à la fin du bouquin. Il s'agissait vraiment de deux histoires différentes ! Sans vraiment d'intérêt, d'ailleurs...

Ajoutez à ça un style assez... dépouillé de style, l'utilisation d'un présent brut (je dois être formaté au passé ; j'arrive difficilement à me plonger dans un récit au présent), quelques scènes inutiles d'un érotisme aseptisé... En fait, le livre lui-même est inutile.


Titre: Re : Votre livre de chevet
Posté par: cavaillon le 14Décembre, 2009, 23:49:58
J'ai terminé Janua Vera ; j'en parle là :http://couroberon.com/Salon/index.php/topic,80.msg49743.html#msg49743 (http://couroberon.com/Salon/index.php/topic,80.msg49743.html#msg49743)


Titre: Re : Votre livre de chevet
Posté par: Marcellus Lesendar le 15Décembre, 2009, 00:02:35
J'ai DÉVORÉ Max et les Maximonstres, le roman qui est sorti récemment. En partie tiré du film, lui-même tiré de l'album jeunesse. C'est une véritable merveille je trouve!
Ok je suis un sale fan des éditions du Diable vauvert, mais quand j'n'aime pas j'leur dis aussi :)

Bref, l'histoire a été carrément "améliorée" pour tenir dans un roman et ceci pas en tirant à la ligne comme on dit. Les chapitres sont montés de façon claire et souvent il s'écoule du temps entre deux. Je dis ça parce que je l'ai remarqué et que je pense que pour des gosses ça peut être sympa ce petit temps entre deux chapitres s'ils ne font pas comme moi et dévorent le livre en quelques heures:)

Bref, pour l'histoire, Max est un gosse assez fatiguant et malheureusement pour sa maman et sa sœur, infatigable et têtu. Il a une imagination débordante, mais contrairement à l'album jeunesse, il va VIVRE son aventure. Elle ne se déroule pas dans sa chambre!
L'enfant pour diverses raisons part de chez lui et ose pénétrer dans la forêt et s'aventurer même jusque sur un lac qui va se révéler être un océan à traverser, jusqu'à l'île des maximonstres où Max sera le Roi...
Même si le schéma est classique, la narration efficace, j'ai été un peu gêné par une chose principale... J'ai pas compris du tout la "morale" de l'histoire... Alors je me dis que si ça me donne cette impression, est-ce que l'enfant la verra? Est-ce que le livre lui aura appris quelque chose ou fait réfléchir sur un sujet final?
En tout cas, tout au long de l'histoire, on voit un gamin se défouler, se faire plaisir, se faire peur, réagir au quart de tour. C'est l'aspect psychologique de Max que j'ai aimé, pas tant pour le côté "crédible ou pas", mais pour la façon dont l'auteur racontait ses pensées...
Bref, je pense que ce livre, pour des gosses de 10-12 ans il est excellent. Des monstres super balèzes prêts à tout pour leur Roi, mais surtout pour avoir la vie qu'ils veulent mener. On est dans une sorte de conte de fées, puis finalement on retombe dans du concret tout au long de l'histoire. C'est assez génial je pense pour que des gosses plus âgés puissent aimer, mais seulement s'ils ont connu l'album jeunesse et en gardent un souvenir. Sinon j'ai peur que le livre leur semble un peu "simple". Il est pas "jeunesse jeunesse", mais pas vraiment ado non plus... Mais entre deux, il est parfait :p


Titre: Re : Votre livre de chevet
Posté par: Marcellus Lesendar le 15Décembre, 2009, 00:08:01
Tiens, comme un idiot, ça me fait penser que depuis deux semaines je lis (non sans difficulté, mais non pas non plus sans plaisir), Coalescence de Baxter.
C'est du bon ce livre je trouve!
La couverture du livre est clairement SF, la suite sans doute aussi, mais pour le moment je suis plongé dans les aventures d'une jeune fille à l'époque où l'empire romain est en difficulté. Elle survit face aux difficultés des gens abandonnés par l'empereur et face aux divers adversaires que la vie lui propose. En parallèle, on suit la vie d'un de ses lointains descendants.
C'est génial (voix de P. Sébastien) d'avoir rédigé le livre de cette façon, même si ça fait traîner affreusement l'histoire je trouve. J'ai atteint difficilement le moment où on se rend compte que la jeune fille de l'époque lointaine a bâti quelque chose de "dingue" qui a tenu jusqu'à aujourd'hui et je lis encore juste pour savoir si oui ou non j'suis dans un livre de SF :)
Bref, c'est loin d'être mauvais, mais je trouve ça lent et lent et lent... L'histoire n'avance pas, la narration est pas jouissive, les personnages ne sont pas vraiment vivants... Bref, il manque quelque chose pour que je sois ultime fan de ce livre, mais pourtant je n'arrive pas à décrocher vraiment totalement :)


Titre: Re : Votre livre de chevet
Posté par: Ohtar Celebrin le 15Décembre, 2009, 22:01:10
Suivant le conseil d’Usher, je me suis procuré les romans de Stéphane Beauverger*.

J’ai entamé la lecture du «Déchronologue »… je n’en suis qu’au début -chapitre 6- mais je suis d’ors et déjà conquit.

Si je spécifie que j’en suis au chapitre 6 c’est qu’il n’est pas précédé du 5 mais du chapitre 17 !!

C’est un concept tout à fait particulier, ce roman ne suit pas du tout l’ordre chronologique de l’histoire, les chapitre ne sont donc pas dans l’ordre.

Mais qu’est-ce donc que ce roman ?

C’est de la science-fiction ayant pour cadre les Caraïbes dans les années 1640-1650.
Il s’agit des chroniques d’Henri Villon capitaine du Déchronologue navire flibustier.

Des aventures au temps de la grande marine rehaussé de science-fiction.

Je ne sais si Xaramis l’a lu mais je gage que cela lui plairai.

Mais où est donc la SF dans ma description précédente ?
Dans le fait que les chapitres ne se suivent pas suivant l’ordre attendu… la trame du temps n’a rien d’immuable et lisse.
Une seconde n’est plus un intervalle défini entre deux instants donnés mais devient un élément dangereusement fluctuant :
Une arme.

Une petite citation pour la route :
Citation de: Stéphane Beauverger - Le Déchronologue.
« Fugit irreparababile tempus », écrivait Virgil… Come il avait tort !
 Je sais, moi, que les voiles du temps se son déchiré, pour porter jusqu’à mon siècle des choses qui n’auraient pas dû s’y échouer
A  mes yeux, les calendriers n’ont plus aucun sens, et les dates come les anniversaires ont pris des airs de garces mal maquillées.

Et voici la couv'

(http://a10.idata.over-blog.com/0/19/87/72/images-2/9782917157053FS.gif)

*
@ Usher : Le sieur Beauverger m’a fait éloge de ta façon « princière et très courtoise » de l’avoir salué après la remise de médaille.


Titre: Re : Re : Votre livre de chevet
Posté par: Usher le 15Décembre, 2009, 23:18:08

@ Usher : Le sieur Beauverger m’a fait éloge de ta façon « princière et très courtoise » de l’avoir salué après la remise de médaille.


Il devrait se méfier. Si j'affecte une manière "princière et très courtoise", c'est que je suis dans la période Ducatore de mes troubles bipolaires.


Titre: Re : Votre livre de chevet
Posté par: Usher le 20Décembre, 2009, 11:10:05
Après moult tergiversations, je me décide à parler d'un roman qui a eu sur moi un effet paradoxal. Il m'a captivé (dans un premier temps), puis il m'a beaucoup énervé (dans un deuxième temps). Il s'agit d' Alexandre le Grand et les Aigles de Rome, de Javier Negrete, publié chez l'Atalante.

Alexandre le Grand et les Aigles de Rome est une uchronie. Le premier chapitre se déroule en 323 av. JC, à Babylone ; un complot fomenté parmi les familiers d'Alexandre (Roxane, une de ses épouses, et Perdiccas, un de ses Compagnons) conspire la mort du roi. Alexandre boit un plein cratère de vin empoisonné, et, selon notre histoire, doit périr dans les jours à venir… Mais voici que débarque un médecin étrange, du nom de Nestor, envoyé par l'Oracle de Delphes, qui accourt au secours du conquérant et le fait vomir à temps. Alexandre est sauvé. Début de l'uchronie.

Le roman raconte la façon dont Alexandre, après avoir conquis l'Asie, se tourne vers la Méditerranée. Il s'impose facilement, et en douceur, comme "protecteur" de la ligue hellénistique des villes de Grande Grèce, dans tout le sud de l'Italie, mais il trouve sur son chemin en Afrique une grande puissance, Carthage, qu'il ménage dans un premier temps, et en Italie centrale la belliqueuse république romaine, qu'il décide de conquérir. Par souci logistique, il ne se lance pas à la conquête de l'Italie avec sa gigantesque armée asiatique (qu'il a laissée dans son empire pour stabiliser ses conquêtes), mais à la tête d'une armée de 40.000 hommes, formée de troupes macédoniennes, de mercenaires grecs et de quelques escadrons de cataphractaires persans. Les forces en présence s'équilibrent donc avec les légions romaines, grossies par les troupes des cités soumises du nord de l'Italie.

La narration du roman, très classique, ne comporte pas d'audaces stylistiques mais se lit agréablement. L'univers antique, en revanche, est restitué avec un mélange d'érudition et de vivacité qui lui prête un remarquable effet de réel. Javier Negrete est professeur de lettres classiques, et il maîtrise parfaitement l'histoire grecque et l'histoire romaine : cela donne une reconstitution si soignée qu'on croit sans aucune peine à cette offensive macédonienne sur la Campanie. En fonction que l'on se trouve du côté macédonien ou romain, il emploie les calendriers grec ou latin ; les distances (stades ou miles), les mesures sont celles des deux civilisations. La reconstitution des armées, qu'il s'agisse des phalanges ou de la cavalerie macédonienne ou des vieilles légions républicaines (encore semi-tribales et éloignées des légions impériales), est passionnante. Le personnel est également captivant : d'un côté, on a l'entourage d'Alexandre, ses généraux survivants qui ne sont pas devenus les diadoques, mais qui sont bel et bien partagés par les jalousies, les rivalités, et guettent la chute du monarque pour se déchirer son empire ; dans l'autre camp, on a tout le personnel vieux romain de la République, des vieillards terribles comme Papirius ou l'effrayant Torquatus, des patriciens hellénisés comme Scipion, et un des ancêtres de César qui a déjà les dents longues. (Le parallèle m'a d'ailleurs paru un peu forcé, mais le personnage reste intéressant.)

Ajoutez à cela des éléments fort bien amenés sur Aristote vieillissant, sur l'importance des mathématiques dans le monde grec, sur les rituels religieux à Rome (roi de la Forêt, livres sibyllins, survivances haruspicines), et l'on obtient une Italie antique assez saisissante.

Alexandre m'a paru un peu trop parfait : non seulement le médecin Nestor l'a sauvé, mais il l'a aussi désintoxiqué, et il est redevenu sobre. Du coup, sans avoir rien perdu de son intelligence, il n'est plus porté à la démesure et aux coups de folie éthyliques, ce que j'ai regretté, car cela rend le personnage historique beaucoup plus complexe que le personnage uchronique. Pour rééquilibrer un peu la situation (qu'est-ce que Rome pourrait faire face au conquérant au sommet de sa forme ?…  ::) ), Negrete a imaginé qu'Alexandre commence à souffrir d'un mal mystérieux, dont on devine assez vite qu'il s'agit d'une tumeur au cerveau. Maux de tête incessants, pertes momentanées de la vue, autant de symptômes inquiétants qu'il doit absolument dissimuler pour éviter un effondrement du moral des troupes et un coup de force de ses généraux.

Sur tout ceci, Negrete vient greffer des fils narratifs secondaires : qui est Nestor, le médecin qui a sauvé Alexandre ? C'est un homme amnésique, qui parle grec mais qui a le physique blond d'un celte, et qui possède des principes médicaux manifestement actuels. Quelle est cette comète qui passe tous les sept jours dans le ciel de l'hémisphère nord, et qui inquiète un mathématicien de l'armée d'Alexandre ? Quelle est la nature du marché que le Roi de la forêt a passé avec Alexandre, au point d'abandonner son sanctuaire et de devenir son ombre ? On pressent là toute une série de clefs à l'élucidation de l'uchronie… Et cela crée un effet d'attente très efficace.

Or c'est là que tout se gâte.

Parce que le roman se clôt sur l'affrontement final entre Rome et Alexandre, mais n'élucide rien d'autre. Il y a certes un épilogue plaisant sur les livres sibyllins, mais trois fils narratifs sur quatre restent en suspens ! A propos de l'un d'eux, on a bien une piste, en forme d'accroche pour un récit à venir… Mais pour les deux autres, rien ! Queue de poisson !

L'effet est tel que certains critiques ont présenté ce roman comme un "volume I". A ceci près que je n'ai trouvé nulle part sur le net la trace d'un volume II, pas même en préparation… Depuis la composition de ce roman, Negrete semble avoir écrit un roman historique sur la bataille de Salamine, mais rien sur Alexandre.

Du coup, le lecteur (ou du moins moi), affriolé par plusieurs effets d'attente savamment construits, se retrouve complètement frustré en refermant le livre. L'impression de s'être fait avoir par un reconstituteur de talent qui n'a pas su boucler l'enjeu uchronique du roman. D'où le paradoxe : c'est d'abord captivant, c'est ensuite très énervant. Très déroutant, en tout cas.



Titre: Re : Votre livre de chevet
Posté par: killerklown le 03Janvier, 2010, 16:00:59
Je lis actuellement dans le cadre d'un séminaire :
"Die Wahlverwandtschaften" de Goethe. Les Affinités électives s'appelle-t-il en français.
Évidemment je le lis dans le texte et ne suis pas en mesure de vous dire si la traduction en français est bonne, n'y ayant pas jeté un œil, mais je peux vous dire:
"Que c'est joliment écrit !"
Ca me fait du bien aux nœils de lire un allemand aussi pur et poétique. Maintenant je sais pourquoi j'ai appris tant de trucs (comme du voc) paraissant si inutiles. Pour pouvoir apprécier Goethe dans tout son génie textuel. La classe.
Je sens que ça va me donner envie de me (re)plonger dans les classiques français ...


Titre: Re : Votre livre de chevet
Posté par: Cuchulain le 03Janvier, 2010, 16:36:23
La prise de Rome par les Gaulois : lecture mythique d'un événement historique.
Par Dominique Bricquel.

D'aucuns résument les bouquins mieux que moi. Aussi je reprends une description de l'éditeur :

"Entre 390 et 386 av. J.-C., les troupes gauloises menées par Brennus écrasent l'armée romaine près de la rivère Allia, à quelques kilomètres au nord de la ville de Rome, puis investissent cette cité, qui était à l'époque l'une des principales puissances d'Italie centrale. Obtenant une rançon très importante pour libérer la ville, les Gaulois repartent vers le Nord ; les historiens romains racontent qu'alors Camille, chargé de poursuivre les ennemis, aurait récupéré le trésor après une victoire rédemptrice, dans les environs de Pisaurum.Certains d'entre ces Gaulois s'établiront néanmoins définitivement en Italie du Nord et du Centre, comme les Sénons, dans les Marches actuelles, après une probable phase de mercenariat au service des principaux Etats de l'Italie, notamment auprès de Denys, tyran de Syracuse.Cette épopée a donné lieu sous la plume des Romains à toute sorte de légendes et de mythes, dont l'objet était de donner une interprétation intelligible et acceptable de cet événement désastreux. D. Briquel, professeur de latin à la Sorbonne, se propose de décrypter la structure et le sens de ces constructions historiographiques et mythiques."

Voilà, ce livre m'avait été conseillé par un de mes meilleurs amis (Gonz' pour LS et d'autres qui le connaissent) qui a un goût très sur en matière de lecture historique. Il m'avait dit que ça lui avait paru un éclaire intéressant sur la bataille des champs de Pelnnor  (http://fr.wikipedia.org/wiki/Bataille_des_champs_du_Pelennor). Je me suis donc fait offrir ce livre par Issia et l'ai lu par petit bout puis m'y suis sérieusement attaqué.

Bon déjà c'est un livre érudit, pas le genre de trucs qu'on lit dans le métro (même pour un furieux comme moi) l'auteur est érudit et utilise le Mahrabata indien et le ragnarok scandinave pour faire des comparaisons avec les récits d'auteur classiques comme Tite Live. Il démontre que les auteurs ont utilisé des schémas typiques des Indo-Européens pour décrire cet événement traumatisant. La prise de Rome est amené par trois fautes qui font appel aux 3 fonctions dégagées par Dumezil, et ces trois fonctions sont ensuite séparées lors de la prise de Rome, puis rassemblé par la figure héroïque de Camille. Je schématise grossièrement mais le livre montre que cette bataille "apocalyptique"' permet la renaissance d'une cité meilleure, grandie et parfaite.

La référence à Tolkien est légère même si certains éléments de la prise de Rome font effectivement penser à la chute de Minas Tirith. Un défaut est que la fin tire en longueur et qu'on sent que l'auteur voudrait traiter d'un autre sujet relié à la prise de Rome par les gaulois certes mais par un fil léger et j'aurais mieux vu sa fin au début. Toutefois il ne faut pas bouder son plaisir et ce livre est à conseiller aux amateurs d'histoire et de mythologie un peu au courant des théses dumziliennes.


Titre: Re : Votre livre de chevet
Posté par: Cuchulain le 03Janvier, 2010, 16:51:13
Autre livre, autre message :

Le seigneur de Samarcande : par R.E Howard aux éditions Bragelonne.

Ce recueil de textes de l'auteur Texan sont des nouvelles historiques avec parfois quelques touches de fantastique liées à l'Orient qu'il soit proche ou extrême. On retrouve plusieurs nouvelles inédites en français.

Première constatation : quand R.E Howard écrit des nouvelles inspirées par l'histoire, ça dépote ! On retrouve le style nerveux et les personnages "brut de pomme" habituels de l'écrivain. Ses héros sont entiers et ne font pas dans la demi-mesure.  Deuxième constatation : quand on lit les nouvelles on s'agrippe à son bouquin et on oublie le reste du monde ! C'est vraiment un conteur exceptionnel et ses aventures pleines d'exotisme font voyager et vibrer. Les personnages principaux ne sont pas des modèles de psychologie torturée mais agissent et vivent pleinement et on reste rarement indifférent à leurs actions héroïques. Troisième constatation :  le Texan bourrin que certains aiment à décrire est plutôt érudit  et habile dans l'art de s'immiscer dans les trous de l'histoire! J'ai écumé le net pour mieux comprendre les références et j'ai trouvé plusieurs références aux personnages historiques utilisés par Howard. Certains empires éphémères d'orient largement inconnus du grand public lui était familier et il utilise des interrogations, des trous, des plis de l'Histoire pour y caser ses récits. Un exemple à suivre pour les rôlistes amateurs de jeux historiques.

Bref je conseille et recommande cet ouvrage chaudement.  :thumbsup:


Titre: Re : Votre livre de chevet
Posté par: cavaillon le 07Janvier, 2010, 00:09:23
J'ai lu récemment "La Guerre d'Algérie"  de Guy Pervillé (qui avait été recommandé en ces lieux).

Ca se lit vite, et c'est du condensé (forcément, en 130 pages...)

A la page des regrets, Guy Pervillé jette un voile pudique sur les exactions du F.L.N., en nommant celles des Français, et ne parle absolument pas des réalisations de la France en Algérie (à croire que les colonisateurs n'ont fait que voler/profiter des richesses locales). Il ne parle pas non plus du lâchage des harkis par la France (une des pages les plus sombres de notre histoire), ou du massacre de la rue d'Isly...

Mais d'un autre côté, contrairement aux livres écrits il y a quelques années, il explique très clairement les raisons du mécontentement, son lent mûrissement, qui est devenu colère, jusqu'à l'explosion de la "Toussaint Sanglante" de 1954.
L'enchaînement des événements est très compréhensible. Le climat dans la métropole, le double-jeu de Gaulle, dont le ratage volontaire de la "paix des braves", tous ces événement qui me paraissaient obscurs sont bien mis en lumière...

Alors comme je l'écrivais, ce n'est pas exhaustif (cela ne prétend pas l'être), c'est du condensé, mais c'est d'une grande clarté...


Titre: Re : Votre livre de chevet
Posté par: cavaillon le 07Janvier, 2010, 00:21:26
J'ai également terminé avant-hier "De Bons Présages" de T. Pratchett et N. Gaiman.

Je ne connaissais pas ces deux auteurs (j'avais entendu parler de sir T. Pratchett, et de son disque-monde) sans jamais l'aborder.

Au final, je suis un peu déçu... J'aime beaucoup, même énormément, la première moitié du livre. Il y a de l'humour à chaque page (le traducteur est clairement très bon), généralement dans le détournement des détails de la vie quotidienne, l'histoire est bien déjantée, on a l'impression de lire un scénario INS/MV sans mauvais goût. C'est vraiment un plaisir à lire...

Mais ensuite, ça se gâte un peu. Je trouve que ça part en vrille, pour finir un peu en n'importe quoi... L'humour est toujours présent, mais l'histoire part dans les excès. La deuxième partie n'est pas mauvaise, entendons-nous bien, mais elle est moins bonne que la première et la différence fait que je suis resté un peu sur ma faim...


Titre: Re : Re : Votre livre de chevet
Posté par: Cuchulain le 07Janvier, 2010, 12:41:23
Puisque je suis dans une phase Michel Rouche, en ce moment, je viens de finir la lecture de son essai Les Racines de l'Europe, Les sociétés du haut Moyen Âge (568-888) (Fayard).

J'en suis aux 3/4 mais j'ai envie de crier : enfin, enfin ! ENFIN !! Enfin un bouquin sur le Haut Moyen Age qui s'intéresse à autre chose qu'à l'Europe continentale !!!  :thumbsup: Sacré nom d'un chien !! Un topo rapide mais clair sur les sociétés celtiques pendant la période du haut M-A plus un topo sur les sociétés anglo-saxonnes !! C'est le premier bouquin en français que je trouve qui parle de l'Angleterre avant l'arrivée des Normands, ou de l'Irlande par exemple (même les livres sur l'histoire du pays passaient rapidement sur la période !) Ce livre est une mine d'or pour Ynn Pryddein, notamment sur l'organisation de la société celtique.  :D

Bon le seul reproche que je peux lui faire c'est de reprendre une thèse combattue par des spécialistes comme R. Boyer sur les épées des vikings de mauvaise qualité à cause des épées tordues retrouvées dans des tombes.

Mais bon sang ce que c'est agréable d'avoir des informations sur un sujet qui vous passionne et une foultitude de détails tous plus intéressants les uns que les autres. Merci à Usher de m'avoir aiguillé la dessus.  :3drespect:



Titre: Re : Votre livre de chevet
Posté par: cccp le 07Janvier, 2010, 13:52:23
Mais ensuite, ça se gâte un peu. Je trouve que ça part en vrille, pour finir un peu en n'importe quoi... L'humour est toujours présent, mais l'histoire part dans les excès. La deuxième partie n'est pas mauvaise, entendons-nous bien, mais elle est moins bonne que la première et la différence fait que je suis resté un peu sur ma faim...

C'est problème de Pratchett : il ne sait pas finir une histoire. Dans les annales du disque monde, il y a comme ça pas mal de bouquin qui finissent un peu n'importe comment


Titre: Re : Re : Re : Votre livre de chevet
Posté par: Alamandar le 07Janvier, 2010, 20:41:43
Puisque je suis dans une phase Michel Rouche, en ce moment, je viens de finir la lecture de son essai Les Racines de l'Europe, Les sociétés du haut Moyen Âge (568-888) (Fayard).

Tiens, ça a l'air intéressant. Je note dans ma "To read" list, qui est déjà bien longue en ce moment >< !


Titre: Re : Votre livre de chevet
Posté par: Marcellus Lesendar le 14Janvier, 2010, 14:35:37
Il m'a fallu presqu'un mois pour finir le Baxter, et ouais, c'est sympa, mais dur dur d'aller au bout tant c'est lent...
Par contre en trois jours, j'ai dévoré littéralement "Les chronolites" de Robert Charles Wilson.
Une narration efficace à la première personne, par un personnage principal assez peu motivé par l'histoire (presque un anti-héros), on est avec le personnage, on ressent avec lui ce qu'il se passe, et j'trouve ça hyper bon!
L'histoire est toute simple, des gigantesques monuments du futur apparaissent dans le présent des personnages (vers 2020). Ces monuments annoncent des victoires de Kuin pour dans une vingtaine d'années. Le problème, c'est que personne ne connaît ce type, personne ne sait comment sont arrivés ces monuments.
Personne? Si une personne (au moins), une ancienne prof de fac du personnage principal. C'est une prof qui s'est spécialisée dans les phénomènes liés à la causalité. Elle a une façon de penser qui lui permet d'aborder les "Chronolithes" intelligemment.
En effet, est-ce que c'est notre destinée que de se faire vaincre par ce Kuin? Peut-on y faire quelque chose? Peut-on contrer cette avancée inexorable? L'avenir est-il écrit? Le passé est-il réellement figé? Est-ce que le hasard est si hasardeux?
Bref, des questions sans réelle réponses, mais des pistes de réflexions intéressantes, stimulantes. Des pistes amenées par des personnages auxquels on s'attache, avec qui on est "à fond".
L'histoire en elle-même est rondement bien menée, avec tout ce qu'il faut pour que ça tourne sans nous perdre.
Le narrateur profite de son statut pour passer sous silence les années "creuses" ou les moments peu intéressants selon lui, ce qui laisse le lecteur vraiment tout le temps motivé.
Les seuls points noirs sont quelques passages où l'auteur maîtrise mal sa narration (à mon goût). En gros, il raconte quelque chose, coupe pour raconter quelque chose de simultané mais se passant plus loin, pour couper net et revenir à ce qu'il racontait. Sauf que ça ripe, on voit la mécanique et c'est dommage. On sent le "faux". Bon, c'est détail mais ça m'a fait tiquer.
La fin est peut-être un poil abrupte je trouve, mais d'un autre côté, j'aurais sans doute aimer qu'il ne finisse jamais.
Comme pour Rollback, le sujet me plaisait et la narration m'a gardé prisonnier. Sans répit, je suis arrivé à la fin, en regrettant de n'être pas sûr d'avoir un si bon livre à lire ensuite :)

Bref, je vous conseille Chronolithes, un bon livre de SF!


Titre: Re : Re : Votre livre de chevet
Posté par: Macbesse le 14Janvier, 2010, 15:20:09
C'est problème de Pratchett : il ne sait pas finir une histoire. Dans les annales du disque monde, il y a comme ça pas mal de bouquin qui finissent un peu n'importe comment

Un autre problème est l'inégale qualité de l'oeuvre : dans le Disque-Monde, à côté de petites merveilles comme Trois soeurcières ou Les Petits Dieux (jubilatoire pour le mécréant que je suis et éprouvant pour le chrétien sincère qui en plus de croire en Dieu croit en l'Eglise), Au gué, le Cinquième Eléphant et Guet des Orfèvres (chefs-d'oeuvre d'ironie, avec un improbable mélange entre merveilleux et basse politique en prime), on trouve des immondices comme Sourcellerie (poussif autant que grobill), et Faust Eric (rien que le nom du dieu Quetzduffelcoat est affligeant, on dirait du Lanfeust).

Il ne faut surtout pas lire le cycle dans l'ordre, en fait.


Titre: Re : Votre livre de chevet
Posté par: Glorfindel le 15Janvier, 2010, 12:00:09
A défaut d'avoir réussi à me décider sur mes coups de coeur 2009 (non que la matière manquât, au contraire : j'en avais trop), je tiens mon premier coup de coeur 2010 : En nos vertes années, de Robert Merle. Ce palpitant roman nous est narré avec une verve rabelaisienne par Pierre de Siorac, cadet de famille périgourdin, que nous suivons gasconnant, courant la gueuse et l'aventure à travers un XVIème siècle troublé, jusqu'à Montpellier où il se rend pour étudier la médecine. On n'ennuie pas un instant, et même si notre huguenot de narrateur accomode les papistes de la belle manière, sanguienne ! Cette fripouille de Siorac est tellement sympathique que le papiste que je suis ne peut que lui pardonner.


Titre: Re : Votre livre de chevet
Posté par: cavaillon le 26Janvier, 2010, 00:11:18
Dans les Bois de Harlan Coben. Je pense qu'H. Coben commence à souffir du même mal que M. H. Clark : après en avoir lu quelques uns, on retrouve les mêmes ficelles (un traumatisme du passé qui resurgit et qui est lié à une affaire actuelle), et même si c'est toujours bon, ça paraît réchauffé.

Bref, ceux qui ne connaissent pas Harlan Coben et aiment les polars ont toutes les chances d'apprécier, les inconditionnels d'Harlan Coben, qui ne s'en lassent pas, également, mais moi, j'en ai encore un dans ma bibliothèque, pour plus tard, mais je pense que ce sera, sinon le, parmi les derniers...


Titre: Re : Votre livre de chevet
Posté par: Cuchulain le 26Janvier, 2010, 12:52:23
Les druides : de Leroux et Guyonvarc'h.

Un bon pavé comme on les aime ! Bourré d'explications sur ce qu'était les druides, leur fonctions, leur rôle précis dans la société celtique, leur "magie"... Je m'étais lancé là dedans il y a bien 5-6 ans quand j'ai commencé à rassembler de la doc pour Ynn Pryddein. Malheureux que j'étais ! C'est le genre de bouquins à lire quand on a une certaine habitude des écrits du professeur Guyonvarc'h, des notions de base dans les thèses dumeziliennes et une certaine connaissance de la société celtique par d'autres bouquins. A l'époque j'avais lu le livre et n'avait rien compris, quasiment rien retenu ! Je me souviens encore d'une discussion via MSN avec M. Glorfindel qui m'avait ré-expliqué certains concepts.... Bon maintenant après les différents livres que je me suis enfilé : ça passe mieux et je prends des notes à en avoir mal au poignet tellement c'est intéressant.

L'auteur s'appuie donc sur la mythologie irlandaise mais pas seulement : les auteurs comme César dans la guerre des gaules, ou Pline sont évoqués pour mieux expliciter ce qu'était les druides.  Détenteurs de la souveraineté, conseillers des rois, prêtre, médecin, devin, juge, combattant, artiste, savant... Toutes ces fonctions rentraient dans le cadre du druidisme. On est bien loin du druide ADDesque se battant au cimeterre  et perdu dans les bois !  ::)
Chaque rôle est appuyé par des exemples venant d'auteurs anciens ou de la mythologie. Il est aussi intéressant de voir les sacrifices humains expliqué et exposés sans pathos ou rejet sur les tentatives des auteurs classiques pour noircir l'image des celtes.En résumé : indispensable pour mieux comprendre les celtes et un défi pour votre serviteur : arriver à résumer et simplifier tout ça pour des yeux profanes dans Ynn Pryddein.

Mon prochain bouquin : Magie, médecine et divination chez les celtes par le même auteur.  8)


Titre: Re : Votre livre de chevet
Posté par: Puck le 26Janvier, 2010, 17:41:34
LE DERNIER TEMPLIER

Une sombre bouse infâme, à éviter comme la peste. Un sous Da Vinci Code, c'est dire.....Avec des méchants templiers dedans, un prêtre bi classé assassin, un professeur d'histoire de 70 ans  ninja.....bref....une grosse, une ENORME M..... :D


Titre: Re : Votre livre de chevet
Posté par: Glorfindel le 27Janvier, 2010, 23:37:05
Voulant m'essayer à la littérature japonaise, je me suis lancé dans Le dit de Hôgen, le dit de Heiji : Cycle épique médiéval des Taïra et des Minamoto, traduit par René Sieffert.

Citation
C'est au milieu du XIIe siècle que commence l'histoire du Dit de Hôgen. Le Japon vient de connaître la période la plus brillante de sa civilisation, et deux groupes mènent le jeu politique: d'une part la Cour, dominée par les Fujiwara, et d'autre part le clan des guerriers avec à leur tête les Taïra et les Minamoto, rivaux mais pas encore ennemis déclarés. Les Dits de Hôgen et de Heiji relatent une véritable révolution : l'éviction des Fujiwara et la lutte sanglante pour le pouvoir entre les deux clans. On assiste ainsi à l'irruption de la province dans les affaires de la Ville et à la naissance d'une classe féodale qui va contester le pouvoir central pendant des siècles. Ces récits constituent la source où puiseront, à toutes les époques, les romanciers et les dramaturges. Ils étaient à l'origine colportés par des aveugles, les moines au biwa, qui les racontaient partout, village ou château, à travers l'archipel. Aujourd'hui, leurs thèmes vivent encore au théâtre, au cinéma et à la télévision.


Ben les enfants, j'accroche pas. Ce n'est pas faute d'avoir essayé, ce n'est pas faute d'avoir perséveré, mais rien à faire : je m'ennuie terriblement à lire ce livre. Oh, certes, la valeur littéraire et culturelle de l'oeuvre n'est pas en cause, j'ai bien conscience de ce que le problème vient de moi. Je n'arrive tout simplement pas à passer outre la distance culturelle, à comprendre quelque chose à ces complexes intrigues entre gens parés de titres qui me sont étrangers, à m'y retrouver parmi tous ces personnages dont je ne parviens pas à retenir les noms. Bref, une déception en ce qui me concerne, mais sans doute que des lecteurs plus versés que moi en civilisation japonaise y trouveraient leur compte.


Titre: Re : Votre livre de chevet
Posté par: Cuchulain le 28Janvier, 2010, 17:22:11
Tu devrais peut être commencer par des écrits occidentaux sur le japon ? Ou par un truc plus "simple" ? Genre le Sabre et la pierre & La parfaite lumière de Eiji Yoshikawa... J'avais lu ça après ma découverte du Japon "médiéval" via un ami et GURPS Japon. Ça te parlerait plus après qui sait ?  ;)


Titre: Re : Votre livre de chevet
Posté par: cavaillon le 28Janvier, 2010, 18:33:58
Expiation de Patricia Mc Donald.

C'est la première fois que je lisais un Mc Donald. Ouais. Ca se laisse lire... C'est un peu long au début, il y a de l'oppression psychologique sur la personne de l'héroïne (ma mère, qui en a lu beaucoup, me dit que c'est la marque de fabrique de Mc Donald), c'est assez macabre. On n'échappe pas à la lutte de femmes, qui se ceinturent et roulent sur le plancher (c'est aussi ridicule qu'à la télé)... Les personnages ont parfois des réactions étranges     :o    ... et à la fin, tout s'arrange !

Comme ce n'est pas franchement désagréable, je lui en subtiliserai bien un autre, pour confirmer, mais celui-ci vaut bien un film de M6...


Titre: Re : Votre livre de chevet
Posté par: Macbesse le 28Janvier, 2010, 18:50:33
Dans la rubrique post-apo.

On ne présente plus La Route, conseillé en ces lieux par Usher. Indéniablement, c'est très bien écrit, avec un style haché et des phrases comme haletées. Les ambiguïtés du personnage du père donnent aussi du relief au roman. J'ai d'ailleurs moins lu le roman moins comme l'extinction d'un monde à bout de souffle que comme l'auto-destruction d'un homme.
Seulement, passées les 100 premières pages, le roman s'enferme dans une routine que rien ne vient briser, pas même le dénouement, attendu, et sa force d'évocation se délite au point de ne plus susciter d'émotion.
Bien entendu, cela reste plus que lisible, mais je suis déçu.

Je serai moins tolérant envers Le cantique de l'Apocalypse Joyeuse, horripilante fable anarcho-écolo-réactionnaire.
Résumons.
Etat : Pas bien. Commune autogérée par le gros bon sens avec une armée privée : bien.
Athéïsme : Pas bien. Eglise et aumônier militaire : bien.
Ecologiste : Gentil mais pas débrouillard. Bûcheron finlandais : gentil et débrouillard. Agent de l'Etat : pas gentil et bête.
Ville : pas bien. Campagne : bien. Forêt : très bien.
Quand on écrit Ravage en 1943, on a des excuses. En 1992, beaucoup moins.

Un roman en bonne position pour entrer dans ma liste kinolithothérapeutique.


Titre: Re : Re : Votre livre de chevet
Posté par: Glorfindel le 28Janvier, 2010, 23:58:37
Tu devrais peut être commencer par des écrits occidentaux sur le japon ? Ou par un truc plus "simple" ? Genre le Sabre et la pierre & La parfaite lumière de Eiji Yoshikawa... J'avais lu ça après ma découverte du Japon "médiéval" via un ami et GURPS Japon. Ça te parlerait plus après qui sait ?  ;)

Ben en fait, je les ai déjà lus il y a quelques années, ceux-là, et j'approuve, ils sont très intéressants. Mais manifestement, en ce qui me concerne au moins, ils ne constituent pas un bagage suffisant pour me lancer dans des textes plus difficiles d'accès.

Faut dire que ce n'est pas la même période non plus. Par exemple, Musashi est un samouraï, qui ne jure que par le sabre, alors que les guerriers du Dit de Hogen ne sont pas encore des samouraïs, et pour eux, semble-t-il, c'est l'arc qui est l'arme noble par excellence, avec l'épée en second rang et aucune mention des fameux katanas, qui n'existent pas encore. Et ce ne sont là que les différences les plus superficielles. C'est comme si j'essayais de comprendre notre Moyen Age avec en tête une imagerie de la fin de la Renaissance, quoi.


Titre: Re : Votre livre de chevet
Posté par: Xaramis le 29Janvier, 2010, 00:25:29
Je suis en train de terminer Anges déchus de Richard Morgan. Décidément, R. Morgan m'a redonné le goût de la science-fiction (comme George Alec Effinger m'avait emballé avec son cyberpunk "arabisant"). Son Carbone modifié m'avait collé au siège, et c'est avec un a priori tout à fait positif que je m'étais plongé dans Anges déchus, quittant l'univers de polar cyberpunk pour une aventure mêlant intrigues politiques et exploration des secrets de la civilisation "martienne".

Prochain voyage en compagnie de Richard Morgan : Furies déchaînées.


Titre: Re : Votre livre de chevet
Posté par: Alamandar le 29Janvier, 2010, 14:33:42
Je viens de le finir. Tu ne vas pas t'ennuyer ! C'est une sorte de syncrétisme entre Carbone Modifié et Anges Déchus. Très bon, mais le meilleur reste pour moi Carbone Modifié (avec son ambiance hardboiled unique ^^).


Titre: Re : Votre livre de chevet
Posté par: Usher le 05Février, 2010, 16:37:56
Comme j'y faisais allusion sur un autre fil, je viens parler ici d'un court roman de fantasy que j'ai pris plaisir à lire : Chien du Heaume, de Justine Niogret (Mnémos).

A mon avis, Justine Niogret fait partie des auteurs qui sont capables de cultiver les clichés de la fantasy tout en les renouvelant de façon très originale.

L'action du roman a lieu au Haut Moyen Age, dans une contrée et dans une époque imprécises, alors que le paganisme s'efface et que le christianisme se propage. L'héroïne est une mercenaire qui a perdu son nom, et que l'on surnomme Chien du Heaume pour une raison mystérieuse. Si vous vous attendez à tous les clichés sur l'amazone pulpeuse qui baigne dans un climat de violence et de sensualité trouble, passez votre chemin : de la walkyrie, Chien du Heaume n'a que la violence. Elle est laide, tour à tour maigre ou grasse selon les fortunes de l'existence, elle est marquée par les engelures et par les coups, elle cache son vilain museau sous une tignasse hirsute. Elle ne possède qu'un trésor : sa hache, un chef d'œuvre norrois, que lui a léguée son père en mourant éventré dans un combat.

Chien du Heaume a une quête, aussi : elle veut retrouver son nom. De son enfance, elle ne se souvient que l'errance sauvage sur les talons de son père, un guerrier sinistre et à moitié fou dont on soupçonne qu'il était sans doute un guerrier-fauve nordique. C'est son père qui l'a élevée, qui lui a donné son surnom, et qui lui a toujours caché son nom véritable. Or comme l'homme a connu une mort violente, Chien du Heaume n'a jamais pu apprendre sa véritable identité.

Or voici qu'un soir, en cherchant refuge dans un village aux orées de l'hiver, Chien du Heaume croise un guerrier charismatique, Bruec, le Chevalier Sanglier. Le Sanglier passe un marché avec le Chien : il l'hébergera si elle l'aide à rapporter du gibier pour sa dame. Chien accepte, parce que Bruec possède une hache étrangement semblable à la sienne, et qu'elle croit tenir le début d'une piste pour remonter dans son passé…

Moins qu'un roman d'aventures, Chien du Heaume est un récit onirique, une plongée dans un âge barbare plein de frimas et de cruauté, où la justice n'existe pas, où la vie humaine ne pèse rien, et pourtant où certains rapports humains sont remplis de chaleur. La plupart des personnages sont analphabètes et incultes, mais cela ne signifie pas qu'ils sont dépourvus de jugeote : la rude existence qu'ils ont menée leur a forgé un parler éloquent et une sagesse rustique. Le style possède une saveur âpre, une certaine force imagée, qui jette par éclats à la figure du lecteur des moments de grâce ou de désolation.

En guise de mise en bouche, voici un extrait qui montre assez bien, à mon sens, comment Niogret revivifie les topiques fantasy. (Sans parler la question du nom du héros dans le roman de chevalerie…) Chien du Heaume rencontre une châtelaine qui s'étonne qu'elle dilapide son existence dans une entreprise aussi vaine que la quête d'un nom :

Citation

"Vous confier pourquoi je cherche mon nom… répondit Chien en la regardant dans les yeux. Vous pensez que l'importance n'y est pas, et je vous réponds que si. Vous avez des enfants, je le vois aux jouets qui sont devant votre cheminée. Imaginez que les noms n'existent plus. Imaginez que votre garçon n'en puisse porter. Comment l'appelleriez-vous ? Claqueriez-vous des doigts pour le faire venir ? Le siffleriez-vous comme un chien ? Je commence à peine et je vous vois grimacer, belle dame; c'est pourtant ce que l'on fait de moi. On me fait accourir d'un sifflement et on me nomme Chien.
Je suis mercenaire, et je crois que le métier des armes n'a qu'un but : survivre. Que ce soit aux coups ou au temps. Je n'ai plus de famille, je l'ai perdue avec mon nom ; qui me pleurera lorsque je serai passée ? Je ne survivrai ni dans le regard ni dans les rêves de ceux que je laisse derrière moi ; je suis seule. Alors ne me reste que la chanson des armes et du fer pour me faire entendre. Mais comment raconter mes faits d'armes et mes combats, si je n'ai pas un nom à poser en souvenance de ma vie ? La survie par les histoires, c'est le seul nerf de celui qui tient une épée, belle dame ; il n'y en a pas d'autre. Vivre encore après son trépas, tout auréolé de gloire et de furie. Qui serait assez fol pour s'en aller se faire trouer la panse si personne, une fois mort, ne composait sa chanson ?
Un nom fait toute la différence, parce que tout ce qui a de l'importance, sur cette terre, en porte un. Les animaux que l'on aime, on leur en offre un, mais ceux que l'on veut ignorer, on les appelle proies et on les chasse jusqu'à ce qu'ils tombent, la gorge déchirée et tout emplie de leur propre sang. (…)
Une autre raison, oyez : des dieux qui m'ont vue naître, et comme je ne connais plus ma langue, je n'entendrai pas leur appel quand mon heure sera passée. Devrai-je errer dans le monde des morts comme je le fais dans celui-ci ?
(…)
Voilà toute la réponse que je peux vous faire. Je n'ai pas de nom, et je ne suis personne. Je suis comme cette chanson dont on oublie chaque jour un peu plus le commencement ; on ne marmonne plus que le refrain, encore et encore, puis même l'air disparaît."



Titre: Re : Votre livre de chevet
Posté par: Glorfindel le 09Février, 2010, 15:49:25
J'ai lu Mythologie du monde celte, par Claude Sterckx, aux éditions Marabout. Passionnantre lecture ! L'auteur connaît son sujet en profondeur, a compulsé d'innombrables sources, et cite énormément d'extraits de textes rares (tantôt quasi-introuvable, tantôt jamais traduits chez nous). Il commence par brosser un portrait des peuples celtes avant de se lancer dans l'exploration de leur mythologie, en solliscitant les sources gauloises, galloises, romaines, grecques ou irlandaises, écrites aussi bien qu'archéologiques.

Il ne s'arrète pas en surface, et ceux qui s'attendraient à une compilation de récits seront déçus, car le livre ne contient presque aucun récit complet, mais à partir des données collectées, Claude Sterckx propose et expose, au moyen d'argumentaires solides, une interprétation de ce que pouvait être la théologie druidique, pourrions-nous dire. C'est du costaud, l'auteur est sérieux, et certaines des hypothèses qu'il pose sont très intéressantes, comme celle de la transmission de l'âme par le sperme et par le lait maternel. Quand on se souvient que Keu, dans les textes arthuriens du 13ème siècle, doit son sale caractère au fait d'avoir été allaité par une nourrice parce que sa mère allaitait Arthur, on se dit que les travaux de Sterckx pourraient éclairer la question d'un jour nouveau. Enfin bref, c'est passionnant, et en plus pour 6 euros, ce serait bête de se priver, d'autant que le livre est beau et bien illustré.

Par contre je constate que sur certains points, comme par exemple la métempsychose, Sterckx arrive à des conclusions radicalement opposées à celles du célèbre Guyonvarc'h. Ses arguments me paraîssent convaiquants, mais il ne m'appartient évidemment pas de trancher entre ces éminents savants. Faîtes-vous votre opinion, si le coeur vous en dit...


Titre: Re : Re : Votre livre de chevet
Posté par: Cuchulain le 09Février, 2010, 16:13:11
J'ai lu Mythologie du monde celte, par Claude Sterckx, aux éditions Marabout. (...)


Mon banquier ne te remercie pas !  :(

Cuchu faible...  :-[

edit : histoire de ne pas poster pour ne rien dire, je précise que je viens de finir "Les Druides" de Goyonvarc'h. Une lecture fort intéressante. Il faut juste éviter de commencer par ça pour mieux connaitre les celtes... L'auteur maitrise son sujet et bourre le livre d'informations juste essentielles. Mais il est incapable de tenir son plan (je l'avais déjà remarqué dans d'autres ouvrages) il parle de la fonction sacerdotale puis fait un ex-cursus sur les forteresses en Irlande puis revient à son sujet puis repart sur des considérations tri-fonctionnelles puis reviens et puis repart sur les fêtes celtiques et sur des considérations philologiques. Ce n'est que dans la conclusion qu'il arrive à donner une définition à la fois simple et générale du Druide.

L'un des intérêt de l'ouvrage est aussi un petit dico/lexique à la fin où il reprend les termes utilisés dans son bouquin (sans donner la page où il en parle faut pas trop en demander non plus !) et en donne une définition. Se mêle aussi à ce lexique des noms de personnages mythiques et/ou  historiques et des noms de peuple cités dans le livre (ou pas !).

Bref : une somme et un pavé pas toujours évident à lire mais que je recommande chaudement pour approfondir le sujet. :thumbsup:


Titre: Re : Votre livre de chevet
Posté par: Glorfindel le 09Février, 2010, 16:16:31
Tu ne le regretteras pas, et tu verras que toi aussi, tu voudras pour ton prochain perso la même épée que celle du noble irlandais du dessin de Lucas de Heere.  :mrgreen:

Comment ça, j'essaie de compenser pour quelque chose ?


Titre: Re : Re : Votre livre de chevet
Posté par: Cuchulain le 09Février, 2010, 16:23:41
Tu ne le regretteras pas, et tu verras que toi aussi, tu voudras pour ton prochain perso la même épée que celle du noble irlandais du dessin de Lucas de Heere.  :mrgreen:

Comment ça, j'essaie de compenser pour quelque chose ?

Aarrr ! Commandé sur Amazon, va arriver d'ici 2-3 jours !! Can't Wait ! (tiens pendant que je te tiens : dis-moi si tu as ressenti la même chose que moi sur le bouquin de Guyonvarc'h ? Cf mon message précédent que j'ai copieusement édité !)


Titre: Re : Votre livre de chevet
Posté par: Glorfindel le 09Février, 2010, 16:34:37
Oui, je contresigne ce que tu as écrit. ça fait un moment que j'ai lu Les Druides, mais c'est bien le souvenir que j'en garde. Par contre, comme je l'écrivais plus haut, alors qu'il me semble que Guyonvarc'h soutient mordicus que les Celtes ne croyaient pas en la réincarnation, Sterckx soutient le contraire, sources à l'appui, et il a un dossier tellement béton sur le sujet que je serais assez enclin à le croire. Bien sûr, les druides n'ayant eux-mêmes pas laissé de textes derrière eux, on en est réduits aux conjectures. On ne saura jamais avec certitude. C'est un brin frustrant, quand on y pense.


Titre: Re : Re : Votre livre de chevet
Posté par: Macbesse le 09Février, 2010, 16:50:15
Bien sûr, les druides n'ayant eux-mêmes pas laissé de textes derrière eux, on en est réduits aux conjectures. On ne saura jamais avec certitude. C'est un brin frustrant, quand on y pense.

Il faut voir le bon côté des choses : l'absence de sources écrites permet aux mystiques à la petite semaine de pleurer toutes les larmes de leur corps sur la sagesse perdue des druides et de la peupler de leurs fantasmes, sans compter qu'elle permet aux historiens de se déchirer sur des hypothèses forcément peu étayées et des conjectures fumeuses. Une joie sans cesse renouvelée, en somme. :mrgreen:


Titre: Re : Votre livre de chevet
Posté par: cavaillon le 09Février, 2010, 18:32:15
J'ai été récemment déçu par "20 000 Lieues sous les Mers", dans lequel je ne retrouvais pas l'émerveillement que j'avais ressenti enfant. Peut-être que les fonds sous-marins sont devenus communs, ou peut-être que ma capacité d'émerveillement s'est tout simplement émoussée (à cause de l'omniprésence de la fantasy dans les B.Ds, les romans, les films ?), ou peut-être que j'étais fatigué par les trop nombreux paragraphes où Jule Verne semble décrire l'étal du poissonier du coin, en citant à longueur de lignes les poissons, espèces, ensembles et sous-ensembles de tout ce que les personnages voient par le hublot.

Là, j'ai terminé "L'Etoile du Sud". Je n'avais pas lu ce lire dans ma jeunesse et j'ai bien aimé.

Certes, c'est marqué par l'époque où ça a été écrit. Les noirs sont appelés "nègres", leur statut est inférieur à celui des blancs et c'est normal ; on chasse les éléphants juste pour leurs défenses, et c'est normal aussi.
Ensuite, cela dégouline de bons sentiments, les héros sont presque tous des paladins en puissance et les mauvais sont d'horribles crapules.

Mis à part ces éléments, le livre respire l'aventure dans des endroits réels (l'Afrique du Sud), mais pour beaucoup inconnus (probablement inconnus de l'auteur lui-même, puisque certains personnages y chassent (et trouvent !) des tigres).

Ca se lit vite, dans un langage soutenu, et cela dépayse.


Titre: Re : Re : Votre livre de chevet
Posté par: Cuchulain le 09Février, 2010, 18:48:14
J'ai été récemment déçu par "20 000 Lieues sous les Mers", dans lequel je ne retrouvais pas l'émerveillement que j'avais ressenti enfant. Peut-être que les fonds sous-marins sont devenus communs, ou peut-être que ma capacité d'émerveillement s'est tout simplement émoussée (à cause de l'omniprésence de la fantasy dans les B.Ds, les romans, les films ?), ou peut-être que j'étais fatigué par les trop nombreux paragraphes où Jule Verne semble décrire l'étal du poissonier du coin, en citant à longueur de lignes les poissons, espèces, ensembles et sous-ensembles de tout ce que les personnages voient par le hublot.

Ah ça Jules Verne quand je lisais je sautais certains passages fort intéressant sans doute à son époque mais qui maintenant sont un peu assommants... ::)


Titre: Re : Re : Re : Votre livre de chevet
Posté par: Cuchulain le 12Février, 2010, 12:49:21
Tu ne le regretteras pas, et tu verras que toi aussi, tu voudras pour ton prochain perso la même épée que celle du noble irlandais du dessin de Lucas de Heere.  :mrgreen:

Comment ça, j'essaie de compenser pour quelque chose ?

Aarrr ! Commandé sur Amazon, va arriver d'ici 2-3 jours !! Can't Wait ! (tiens pendant que je te tiens : dis-moi si tu as ressenti la même chose que moi sur le bouquin de Guyonvarc'h ? Cf mon message précédent que j'ai copieusement édité !)

Commencé hier soir (merci mes insomnies régulières) ! C'est de la boule à facettes !  :thumbsup: Excellentissime : clair, concis, précis, sans attaques personnelles ni opinion balancées péremptoirement à la Guyonvarc'h... J'ai qu'une hâte c'est de le continuer. Je sens que je vais encore noircir du papier moi !  ::) ;)


Titre: Re : Votre livre de chevet
Posté par: Glorfindel le 15Février, 2010, 12:52:07
Heureux que ça te plaise. Pour ma part, je viens de recevoir Ilya Mouromets : Et autres héros de la Russie ancienne , traduit par Viktoriya et Patrice Lajoye, chez Anacharsis.

Citation
Les bylines, chants épiques de Russie d'origine immémoriale, proscrites par les autorités, ont été préservées dans les confins septentrionaux de l'Empire. Des siècles durant, les bogatyrs, héros aux pouvoirs surhumains apparentés aux puissances primordiales, ont été glorifiés dans le monde rude des exilés, des cosaques et des colons. Le champion Ilya Mouromets, Mikoula le laboureur, incarnation masculine de la terre paysanne, Volga, sorcier et magicien capable de métamorphoses, ou Svyatogor le " Saint Mont " arpentent les immensités sauvages. Eprouvant leur bravoure face aux féroces Tatars ou à des brigands monstrueux, ils bravent volontiers Vladimir le " Soleil de Kiev ", leur prince pusillanime et injuste, et composent comme un reflet magnifié de la Russie antique et populaire. Ces vigoureux poèmes chantent la soif de la liberté, les beautés fragiles de la nature et l'univers imaginaire des petites gens où Alexandre Pouchkine ira puiser l'inspiration de ses oeuvres fondatrices.


Je suis bien content d'être tombé sur ce titre sorti assez récemment. ça fait un fameux moment que je voulais en savoir plus sur cette mythologie populaire russe, et je rageais de ne rien trouver ou presque en français. Décidément, ce petit éditeur qu'est Anacharsis comble bien des lacunes. Je lui tire mon chapeau ! Je vous en dirai plus après avoir lu le livre.


Titre: Re : Votre livre de chevet
Posté par: Loris le 15Février, 2010, 13:12:06
(http://www.librairiepantoute.com/img/couvertures_300/coupstordusdechurchill.jpg)

Amusant ramassis d'anecdotes, mais le manque de références rend difficile à faire la part de la fiction (ou d'approfondir tel ou tel fait divers rigolo). J'ai plusieurs reproches à faire :
- les anecdotes intéressantes sont traitées en deux lignes au milieu de douzaines de pages de contexte historique néanmoins intéressant
- pas mal de flous sur certains passages
- le défaut de toutes les biographies : le personnage biographé est tel une araignée dans sa toile, au centre de tous les événements qui se sont produits de son vivant, cause et conséquence de chacun d'eux

Par contre, c'est amusant et le style très léger aide à lire ça rapidement.
Loris


Titre: Re : Re : Re : Re : Votre livre de chevet
Posté par: Cuchulain le 18Février, 2010, 19:36:18
Tu ne le regretteras pas, et tu verras que toi aussi, tu voudras pour ton prochain perso la même épée que celle du noble irlandais du dessin de Lucas de Heere.  :mrgreen:

Comment ça, j'essaie de compenser pour quelque chose ?

Aarrr ! Commandé sur Amazon, va arriver d'ici 2-3 jours !! Can't Wait ! (tiens pendant que je te tiens : dis-moi si tu as ressenti la même chose que moi sur le bouquin de Guyonvarc'h ? Cf mon message précédent que j'ai copieusement édité !)

Commencé hier soir (merci mes insomnies régulières) ! C'est de la boule à facettes !  :thumbsup: Excellentissime : clair, concis, précis, sans attaques personnelles ni opinion balancées péremptoirement à la Guyonvarc'h... J'ai qu'une hâte c'est de le continuer. Je sens que je vais encore noircir du papier moi !  ::) ;)

Je le continue et je l'adore ! Ce type est ma nouvelle idole ! Il arrive à expliquer simplement les choses en qq lignes là ou Gugu met 3 chapitres...  ;)


Titre: Re : Votre livre de chevet
Posté par: Ohtar Celebrin le 18Février, 2010, 21:09:39
(http://blogimg0.ifrance.com/00/02/87/165874.jpg)


« Cristal qui songe » de Theodore Sturgeon…

C’est de la SF vielle école (1950) comme je l’aime…

Une petite citation pour la route :

Citation de:  Theodore Sturgeon dans « Cristal qui songe »
« Leurs rêves ne sont pas des pensées, des ombres, des images, des sons, comme les nôtres.
Ils sont faits de chair, de sève, de bois, d'os et de sang. »

Pour faire simple il s’agit d’un livre qui suit l’évolution d’un gamin extraordinaire lié à des cristaux tout aussi peu ordinaires.
Il s’enfuit de chez lui vers neuf ans et est recueilli par des forains.

Ce livre parle de différence, de difformité et de phénomène… mais surtout de haine et d'amour en un mot, d’humanité.

Un  très bon moment de lecture.


Titre: Re : Votre livre de chevet
Posté par: Xaramis le 18Février, 2010, 22:45:31
(http://laprocure.com/cache/couvertures_mini/9782070402519.jpg)

De Niro's game, de Rawi Hage.
Un roman noir, à la fois burlesque et tragique, dans Beyrouth ravagée par la guerre, dans les années 1980.


Titre: Re : Re : Votre livre de chevet
Posté par: Inigo Montoya le 19Février, 2010, 17:36:57
(http://blogimg0.ifrance.com/00/02/87/165874.jpg)


« Cristal qui songe » de Theodore Sturgeon…

C’est de la SF vielle école (1950) comme je l’aime…

Une petite citation pour la route :

Citation de:  Theodore Sturgeon dans « Cristal qui songe »
« Leurs rêves ne sont pas des pensées, des ombres, des images, des sons, comme les nôtres.
Ils sont faits de chair, de sève, de bois, d'os et de sang. »

Pour faire simple il s’agit d’un livre qui suit l’évolution d’un gamin extraordinaire lié à des cristaux tout aussi peu ordinaires.
Il s’enfuit de chez lui vers neuf ans et est recueilli par des forains.

Ce livre parle de différence, de difformité et de phénomène… mais surtout de haine et d'amour en un mot, d’humanité.

Un  très bon moment de lecture.


J'ai un excellent souvenir de ce roman très attachant, que j'avais découvert dans les années 70.


Titre: Re : Votre livre de chevet
Posté par: Ohtar Celebrin le 19Février, 2010, 18:35:02
Heureux homme !!
Pour ma part je n’étais pas né en ses temps glorieux !! ;)


(C'est ma compagne qui me l'a conseillé, sa mère a eu une très bonne influence littéraire sur elle...)



Titre: Re : Votre livre de chevet
Posté par: Inigo Montoya le 20Février, 2010, 10:43:55
L'oeuvre de Theodore Sturgeon est passionnante. J'ai souvenir d'une de ses nouvelles, La soucoupe de solitude qui m'avait arraché des larmes...


Titre: Re : Votre livre de chevet
Posté par: Ohtar Celebrin le 20Février, 2010, 20:46:56
Je ne connais pas le reste de ses œuvres mais si j'ai l'occasion c'est certain que je ne laisserai pas passer le bouquin...

J’aime bien ce genre, juste un pas à coté de ce que nous considérons comme le réel et permettant d’avoir une vision critique sur l’humain.
En plus c’est de la SF qui ne vieilli pas…
Je veux dire par là que la SF qui s’appuis beaucoup sur les technologies extraordinaires risque toujours de se trouver dépassé par l’avancer technologique réel.
Là non.


Titre: Re : Votre livre de chevet
Posté par: Glorfindel le 03Mars, 2010, 22:59:15
Claude Lecoûteux, l'homme auquel le public francophone doit d'avoir accès à de nombreux textes de la mythologie germanique, traducteur entre autres de La saga de Théodoric de Vérone et auteur d'incontournables comme Les Nains et les Elfes au Moyen-Age, a sorti un nouveau titre dont le thème devrait, je pense, intéresser certains des hôtes de ces salons : Nos bons voisins les lutins : Nains, elfes, lutins, gnomes, kobolds et compagnie. Je vous mets le prière d'insérer, tiens:

Citation
Il était une fois des créatures fantastiques sur lesquelles on croit tout savoir, et même si elles portent bien des noms, on les appelle les nains. Ils ont inspiré non seulement les écrivains comme Hermann Hesse ou Charles Nodier auquel nous devons Trilby ou le lutin d'Argail, mais aussi des poètes et des compositeurs. Pour tout un chacun ce nom évoque les homoncules qui recueillent Blanche-Neige ou encore ces statuettes que l'on aperçoit dans les jardins. Malgré des études érudites, ces individus sont encore nimbés de mystère. Les contes et légendes rapportant leurs faits et gestes ont plus accrédité des stéréotypes que dévoilé leur véritable nature. Bref, les nains forment un ensemble d'une complexité redoutable, eux dont la pérennité est des plus étonnantes, et l'image que nous avons d'eux est issue d'une longue tradition dont nous tenterons de cerner les contours. Le vocable " nain " est un terme générique qui recouvre des êtres formant quatre groupes distincts : les génies domestiques, les génies de la nature, les esprits tapageurs et les nains proprement dits. Au fil des siècles, ces groupes se sont confondus et leur spécificité respective s'est estompée. Pour cette anthologie, nous avons essentiellement retenu des récits de croyance et, pour bien les distinguer de la littérature, des contes et légendes empruntés à divers pays. Le lecteur pourra constater combien la facture est différente, notamment en comparant certaines narrations avec leur adaptation littéraire que nous transcrivons lorsque cela est possible. La majeure partie des textes provient du monde germanique, de recueils inconnus en France parce que jamais traduits et souvent rédigés en dialecte local. Le classement en chapitre est destiné à procurer une vue d'ensemble des traditions, mais il est évident que chaque texte relève de plusieurs chapitres, selon le thème principal retenu. Cet ensemble de textes confrontera le lecteur à des motifs rares, voire inconnus ici. Qui sait que les nains ne peuvent venir à la surface du sol que quelques jours par an ?, que la perte de leur bonnet ou d'une chaussure les prive de sommeil ?, que les objets sacrés les fixent sur place ? Ces récits au bois dormant méritent de sortir de leur léthargie séculaire.


Voilà, voilà.


Titre: Re : Votre livre de chevet
Posté par: Cuchulain le 04Mars, 2010, 00:41:16
Je l'ai vu (et j'ai bavé dessus) à la FNAC de Genève. Sa précédente anthologie sur les garous étant géniale, je vais mettre ça sur ma wish list pour mes 35 ans.  ;)

Pour ma part, je lis en ce moment :
"Quand d'autres hommes peuplaient la terre" de JJ Hublin. C'est clair et fort intéressant car remet à plat toutes les découvertes qui sont venus bouleverser notre compréhension de la paléontologie. J'aime aussi son refus du "politiquement correct" pour la disparition de Néanderthal : plutôt qu'un changement climatique, c'est bien une lutte de territoire qui aurait été gagné par Cro-Magnon la cause de la disparition de cette race. Bref : un ouvrage à lire pour être au courant.  :thumbsup:


Titre: Re : Votre livre de chevet
Posté par: Marcellus Lesendar le 09Mars, 2010, 09:51:28
Je viens de finir, non sans difficultés, La mémoire du Vautour de Fabrice Colin au Diable Vauvert...
Mon Dieu... C'est mauvais mauvais mauvais. Des critiques glanées sur le net le présentent comme un chef d'oeuvre ou au moins comme un bon livre. S'il n'y avait la quatrième d'couv' qui le présente comme du Lynch, auraient-ils cherché à le lire jusqu'au bout? Je doute... Perso, j'me suis ennuyé et j'me suis forcé à le lire en entier. A ne pas le rejeter en me disant simplement "il se la raconte grave"... Une histoire capillotracté, menée d'une main de maître pour certains qui arrivent à voir la structure de la narration. Je les félicite. Pour moi ça n'est que de la masturbation intellectuelle inutile et absconse, bref du vide et du mauvais, publié parce qu'issue d'un Nom...
Je suis déçu. Le Diable Vauvert, j'aime beaucoup ce qu'ils font. Là j'en suis au deuxième livre auquel j'n'adhère pas du tout du tout...
Bref, si quelqu'un en ces lieux a apprécié ce livre, j'ne peux qu'l'en féliciter!


Titre: Re : Votre livre de chevet
Posté par: Loris le 09Mars, 2010, 12:23:01
Je dévore "Gagner La Guerre", en ce moment...

J'espère qu'Usher est en train de gratter la suite !
Loris, page 150 en deux jours.


Titre: Re : Re : Votre livre de chevet
Posté par: cavaillon le 09Mars, 2010, 18:11:00
Une histoire capillotracté, menée d'une main de maître pour certains qui arrivent à voir la structure de la narration. Je les félicite. Pour moi ça n'est que de la masturbation intellectuelle inutile et absconse, bref du vide et du mauvais, publié parce qu'issue d'un Nom...

Effectivement, ça ressemble beaucoup à du Lynch...     ;D


Titre: Re : Votre livre de chevet
Posté par: Lieutenant Jean le 20Mars, 2010, 16:20:33
A lire absolument !

(http://www.decitre.fr/gi/04/9782911606304FS.gif)

Il relate les événements qui ont précéder la 1er bataille (8 nov 1620) d'importance de la guerre de 30 ans et la bataille en elle même, détails la vie du simple soldats comme celle du "maistre de camps"  ... que du bonheur pour ceux qui s'intéresse à cette période. 


Titre: Re : Votre livre de chevet
Posté par: cavaillon le 22Mars, 2010, 18:42:18
Bon, ben j'ai terminé le "Cycle des Princes d'Ambre" de Zélazny. Je sais enfin qui est Obéron, mais ça ne va guère plus loin. Je n'ai pas tellement accroché. Quand on le lit, l'histoire intéresse, mais une fois le livre refermé, je me trouve un peu déçu.

Je pense que c'est la trajectoire des livres qui me laisse sur ma faim : j'ai bien aimé les deux premiers tomes, le troisième passe encore, mais après, je trouve ça long, lassant, et moins "prenant"...

Les voyages en Ombre qui prennent des pages et des pages, les dialogues prise de tête philosophico-métaphysique (dialogue entre Corwin et Hugi), la fumette totale de la fin, avec la fuite devant l'orage...

Je suis content d'avoir acheté ça d'occase, et je pense le revendre prochainement...


Titre: Re : Votre livre de chevet
Posté par: Cuchulain le 22Mars, 2010, 18:58:12
Hérétique ! Brûlons-le !  >:D

Blague à part : je n'ai pas relu le cycle depuis un certain temps donc je parlerais avec mes souvenirs... Les descentes en ombre interminables : je les zappe systématiquement ! D'après des échos il semblerait que le père Z. était pas très "clair" quand il écrivait les descentes en Ombre de Corwin et encore moins pour les descentes en enfer...  ;) Quant au reste : j'ai toujours accroché à chacune de mes relectures et les 2 premières fois ou j'ai lu les romans j'étais scotché à mon fauteuil par le "suspens". Tu devrais essayer le 2e cycle : celui de Merlin qui est peut être un peu moins barge...

--------------

Sinon pour ma part : je viens de terminer le cycle : Sentinelle de la nuit, sentinelle du jour et sentinelle du crépuscule. J'ai été enchanté par la lecture : le personnage principal est fortement attachant, la vision  de la russie post communisme qui ressort parfois est fort intéressante, et c'est une interprétation des mages/vampires/garous qui sort un peu de l'ordinaire. Ca donne plein d'idées pour faire jouer du Monde des Ténèbres qui surprendra les joueurs. ;)


Titre: Re : Votre livre de chevet
Posté par: Marcellus Lesendar le 22Mars, 2010, 23:11:16
Comme quoi les goûts et les couleurs... Ambre j'l'ai toujours vendu en disant qu'c'est écrit avec les pieds, mais qu'ça reste jouissif^^
Sinon, pour les day watch et compagnie de cuchu, le film il est top moumoute kitch à souhait, mais agréable à regarder malgré tout :p


Titre: Re : Re : Votre livre de chevet
Posté par: cavaillon le 23Mars, 2010, 18:27:41
! D'après des échos il semblerait que le père Z. était pas très "clair" quand il écrivait les descentes en Ombre de Corwin et encore moins pour les descentes en enfer...

Je n'ai même pas compris qu'il s'agit de deux choses différentes...     :-\

Tu devrais essayer le 2e cycle : celui de Merlin qui est peut être un peu moins barge...

Le problème, c'est que tous les échos ont été unanimes : "si tu n'aimes pas le premier cycle, tu aimeras encore moins le second"... Alors, franchement, je n'ai pas envie d'essayer...

Sinon pour ma part : je viens de terminer le cycle : Sentinelle de la nuit, sentinelle du jour et sentinelle du crépuscule. J'ai été enchanté par la lecture : le personnage principal est fortement attachant, la vision  de la russie post communisme qui ressort parfois est fort intéressante, et c'est une interprétation des mages/vampires/garous qui sort un peu de l'ordinaire. Ca donne plein d'idées pour faire jouer du Monde des Ténèbres qui surprendra les joueurs. ;)
Sinon, pour les day watch et compagnie de cuchu, le film il est top moumoute kitch à souhait, mais agréable à regarder malgré tout :p

J'ai vu le premier film, Daywatch (je ne savais pas que c'était tiré d'un roman)... Jamais plus une telle nulllité ! Affreux, c'est affreux ! Le gars qui s'entraîne au combat final sur un jeu d'arcade ? Le combat final où se mêlent le monde moderne et le pont ? Le chef des Nighwatch qui regarde la baston, immobile en étant de plus en plus couvert de sang ? Les Nighwatch qui conduisent le camion comme une F1 ? J'ai trouvé ce film une accumulation d'absurdités...

Comme tu dis, Marcellus, les goûts et les couleurs...


Titre: Re : Re : Votre livre de chevet
Posté par: Glorfindel le 23Mars, 2010, 18:52:57
Tu devrais essayer le 2e cycle : celui de Merlin qui est peut être un peu moins barge...

Moins barge, le second cycle ? On parle bien du même, celui avec le chat du Cheshire qui prête une épée pour tuer un bandersnatch, un sorcier masqué qui lance des fleurs, des marelles brisées, des univers en noir et blanc, Merlin qui rêve de sa maman essayant de le bouffer à la fourchette, l'ordinateur dont le terminal est une roue spectrale qui se prend pour un dieu ?  :o


Titre: Re : Votre livre de chevet
Posté par: Marcellus Lesendar le 23Mars, 2010, 19:09:20
J'avais pas osé relevé pour le "moins barge", j'me suis dit qu'y aurait forcémment quelqu'un pour le faire et pour amener Cuchu à expliquer^^
Non, parce que le second cycle, c'que disent les gens souvent c'est qu'c'est ultra bourrin comparé au premier cycle, qu'il est plus "épique"...
Bref, j'proposerais pas à quelqu'un n'ayant pas accroché sur le premier d'aller lire le second si c'est un pote^^


Titre: Re : Votre livre de chevet
Posté par: Glorfindel le 23Mars, 2010, 19:13:17
Je dirais pas plus épique, pour le second cycle. Plus Dragon Ball Z, si on veut, avec les épées qui sont remisées au placard au profit des duels de boules de feu, mais Corwin ressemble bien plus à un héros épique que Merlin, pour moi.

Mais bon, je suis partial, j'aime pas le second cycle. ;)


Titre: Re : Re : Re : Votre livre de chevet
Posté par: Cuchulain le 23Mars, 2010, 20:09:50
Tu devrais essayer le 2e cycle : celui de Merlin qui est peut être un peu moins barge...

Moins barge, le second cycle ? On parle bien du même, celui avec le chat du Cheshire qui prête une épée pour tuer un bandersnatch, un sorcier masqué qui lance des fleurs, des marelles brisées, des univers en noir et blanc, Merlin qui rêve de sa maman essayant de le bouffer à la fourchette, l'ordinateur dont le terminal est une roue spectrale qui se prend pour un dieu ?  :o

Ben oui quoi, moins barge.  :mrgreen: Hum, barge n'est peut être pas le mot exact : brouillon ? Le 1er cycle est écrit un peu dans tous les sens et le 2e et plus... Intime ? Je sais pas : j'ai adoré les deux cycles faut dire.

Ah quant à Daywatch : ne pas se fier au film, SURTOUT pas !! Autant les livres sont bien autant le film est franchement bof... (j'ai failli les acheter puis j'ai vu le 1er à la tv : Oh My GOD !!!  :o)


Titre: Re : Votre livre de chevet
Posté par: Rom1 le 24Mars, 2010, 12:04:40
Je lis l'Etrange Voyage de Hareton Ironcastle, du grand Rosny Aîné.
Pas son meilleur, mais c'est pulp à donf ! Sorti en 1922 pourtant. Y a pas à dire, la littérature de SF européenne du début du siècle défonce tout.


Titre: Re : Re : Votre livre de chevet
Posté par: Xaramis le 07Avril, 2010, 17:46:36
Je lis l'Etrange Voyage de Hareton Ironcastle, du grand Rosny Aîné.
Je ne connais pas du tout ce roman. Je vais essayer d'en trouver un exemplaire pour y jeter un œil.


Titre: Re : Votre livre de chevet
Posté par: Xaramis le 07Avril, 2010, 18:06:12
Ces temps-ci, je lis (entre autres livres) Green zone de Rajiv Chandrasekaran.
On peut difficilement, je pense, traiter un journaliste du Washington Post d'anti-américanisme profond. Et c'est ce qui rend son livre d'autant plus accablant, surtout si on le lit, comme moi, après avoir lu Plan d'attaque / Plan of Attack de Bob Woodward (un des deux journalistes rendus célèbres par leur mise à la lumière de l'affaire du Watergate).

Le livre de Woordward nous éclaire sur tout ce qui a conduit au déclenchement de la guerre par Bush fils et sa bande de faucons néoconservateurs, brossant le portrait de dirigeants totalement aveuglés par leur propre doctrine politique sur la "démocratie" et le capitalisme source de liberté pour les peuples du monde, et à peu près totalement ignorants des réalités de cette partie-là du monde.

Le livre de Chandrasekaran, qui dépeint l'action des Américains engagés dans la "reconstruction" de l'Irak après la guerre, enfonce le clou. Les gens envoyés là-bas par le gouvernement américain étaient, pour la plupart, totalement ignorants des domaines auxquels ils étaient affectés (de la relance du système universitaire irakien à la relance de la production d'électricité, en passant par le lancement d'une Bourse "moderne"). Le principal atout qu'ils devaient faire valoir pour obtenir un poste était d'être de "bons" républicains, prouvant qu'ils étaient totalement en phase avec la doctrine de Bush et de ses "cerveaux". D'après le livre, tous ceux qui connaissaient assez bien l'Irak et le Moyen-Orient, qui avaient un peu d'expérience dans le coin en tant que diplomates ou entrepreneurs, et qui ne regardaient pas les Irakiens avec condescendance, ont été totalement écartés.
Incompétence, aveuglement, corruption, mensonge, le portrait du système américain mis en place en Irak en 2003-2004 est consternant. Pas étonnant qu'une demi-douzaine d'années plus tard, ce pays soit encore autant meurtri et instable.

(http://multimedia.fnac.com/multimedia/images_produits/Grandes110/1/6/8/9782757815861.gif) (http://multimedia.fnac.com/multimedia/images_produits/grandes/7/5/6/9782070306657.gif)


Titre: Re : Votre livre de chevet
Posté par: Cuchulain le 28Avril, 2010, 11:12:13
Une amie m'a conseillé : "La cabane" de Paul Young, quelqu'un a-t-il lu ce bouquin et pourrait me donner un avis autorisé ?

Sinon j'ai fini le 1er tome de la série "Orc" de Stan Nicholls. C'est très bien ! Ça sort des poncifs habituels de la fantasy avec les gentils humains d'un côté et les méchants orcs de l'autre. Les héros sont donc une unité orc : "les renards". Ils sont envoyés pour récupérer un artefact par une reine-sorcière (du genre pas commode) sur fond de guerre entre les partisans d'un dieu unique (les unis) et les polythéistes (les multis). L'originalité donc du livre étant que les orcs fonctionnent de façon militaire : un officier, des sous-off, un guérisseur, toute une chaine de commandement disciplinée. Le 1er tome se finit sur un suspens "insoutenable" et ça m'a donné envie de lire la suite.  :)


Titre: Re : Votre livre de chevet
Posté par: Marcellus Lesendar le 28Avril, 2010, 13:39:48
Orcs, il est resté sur mes étagères depuis que j'l'ai acheté.
Soit que la traduction est mauvaise, soit vraiment c'est mal écrit. En tout cas, j'n'ai pas pu franchir les quelques dix premières pages... Et encore j'ai galéré...
Pourtant, une histoire à la Orkworld, ça me bottait :(


Titre: Re : Votre livre de chevet
Posté par: killerklown le 28Avril, 2010, 17:40:11
J'ai, il a peu, sur un coup de tête, commencé une la campagne du livre de base de Khaos : 1795

(http://www.les12singes.com/IMG/jpg/vgnkhaos.jpg)
Bien évidemment sans m'être vraiment renseigné sur la période avant, sur un coup de tête, pasque j'aimais beaucoup leur mouture du Dk (pasque y'a pas de niveaux)

Mais étant prévoyant de nature, j'avais acheté un roman que je comptais avoir lu avant le début de la campagne,  que j'ai maintenant lu :

Les Bouffons de Hubert Monteilhet (sous titré "Roman des temps révolutionnaires") où il reprend, reformule et améliore les mémoires du marquis de Kervignac, Royaliste et contre révolutionnaire.
(http://ecx.images-amazon.com/images/I/51wk6XivJDL._SS500_.jpg)

Et bien ce fut une lecture intéressante. Le style n'est pas mirobolant, mais je n'ai rien remarqué qui ne m'aie gêné, cela est donc raisonnablement bon.
Les points de vue du personnage principal sont aux antipodes des miens et maintenant je voie comment m'imaginer les contre-révolutionnaires. Je n'ai eu aucun mal à me distancier de ce personnage  :mrgreen:
En tout cas, la tranche de vie décrite me permettra facilement d'apporter de l'eau au moulin de ma campagne de Khaos : 1795.
Donc une lecture intéressante dans ce contexte ou l'optique de comprendre les sentiments contre-révolutionnaires et royalistes, mais je ne suis pas sûr que je conseillerais ce livre à tout un chacun. Précisons que je ne suis absolument pas fan de romans historiques (ce n'est pas mon premier mais presque, et j'avais été déçu par l'autre aussi  :mrgreen:)
Mais une lecture agréable et le livre a été fini et assez rapidement, ce qui est plutôt un gage de qualité.
De plus j'ai découvert plusieurs personnages historiques que je vais intégrer dans ma campagne (en particulier le Baron de Batz, version romanesque)


Titre: Re : Votre livre de chevet
Posté par: Macbesse le 01Mai, 2010, 20:23:22
Cela fait bien longtemps que je n'ai pas posté ici, je vais devoir déverser un tombereau.

Cosmopolis de Don de Lillo : un golden-boy se baigne dans (se shoot à ?) l'information totale, épurée. Il traverse Manhattan dans sa limousine, un univers quasi-matriciel d'écrans et de fils de données en continu, désincarnant le présent pour mieux prédire le futur. Sa parole vaut oracle et son empire financier est immense. Sauf que...
Je n'en dis pas plus, mais vous devinez bien que les mauvais pensants qui ne croient pas que le marché est un artefact pur et parfait ne seront pas rebutés par la lecture. Les amateurs de SF y trouveront - de justesse - leur compte, les amateurs de littératures de l'entre-deux, de décalages, de dérapages stylistiques et de destruction subtile des codes littéraires seront ravis.

Les Enquêtes du Juge Ti - L'Intégrale par R Van Gullik. Est-il besoin de présenter ce monument du roman policier à des rôlistes ? Pour ceux qui aurait raté un épisode, il s'agit d'enquêtes menées par un fonctionnaire de l'époque Tang (qui a vraiment existé) au VIIIe siècle. Les romans sont construits sur le modèle des récits policiers chinois - n'attendez pas un roman noir, mais plutôt des élucidations brillantes et une pointe d'humour acide. C'est très au-dessus de Sherlock Holmes, dont les déductions m'ont toujours semblé parfaitement fumeuses et les intrigues atrocement répétitives. N'attendez pas non une oeuvre majeure de la littérature du XXe siècle, mais les 4 volumes de l'intégrale, soit une bonne trentaine de romans et nouvelles, sont parfaitement lisibles cover to cover. Le conformisme social du Juge Ti lui donne une savoureuse ambiguïté et évite toute répétition


Titre: Re : Votre livre de chevet
Posté par: Macbesse le 03Mai, 2010, 19:47:20
La course au Mouton sauvage d'Haruki Murakami.
Pour commencer, si vous ne connaissez pas Murakami, vous êtes passé à côté d'un monument de la littérature. Vous allez commencer par acheter le premier roman ou recueil de nouvelles de lui que vous trouverez, c'est un ordre (avec le pistolet sur la tête si vous tombez sur Kafka sur le rivage).
Dans les romans de Murakami, les choses les plus improbables arrivent : dans La Course au mouton sauvage, vous croiserez notamment une fille aux oreilles surnaturellement belles, un mouton pour le moins spécial et une organisation d'extrême-droite presciente.
Et vous y croirez.
Pas une seule seconde, votre cerveau ne vous dira que vous êtes en train de lire des choses invraisemblables. Vous allez entrer dans le monde où une vache peut vous demander une clé à molette. Quand vous lui demanderez pourquoi et qu'elle vous répondra qu'elle en besoin pour réparer l'herbe de son pré, vous ne formulerez aucune objection.
L'écriture de Murakami est magique : dans le détail, tout paraît cohérent d'un bout à l'autre. Par conséquent, l'intrigue, totalement vrillée, paraît extrêmement proche, comme si elle faisait potentiellement partie de notre quotidien, et il est très difficile de ne pas être totalement imprégné, et plus encore de se défaire de la mélancolie et du sentiment de perte - irréversible - que le roman fait passer en contrebande bien que sa lecture soit jubilatoire.

Quand je vous dis que vous passez à côté de quelque-chose.  :P


Titre: Re : Votre livre de chevet
Posté par: Macbesse le 03Mai, 2010, 21:05:51
La Bâtarde d'Istamboul de Eli Shafak est un roman pétillant, qui démarre fort et ne cesse d'accélérer. C'est l'histoire croisée de deux familles. L'une est turque, dont les hommes ne dépassent mystérieusement jamais la quarantaine - reste un véritable gynécée où vit la dite bâtarde, résidu d'avortement raté. L'autre est arménienne et appartient à une communauté repliée sur elle-même qui vit dans ses 3000 ans d'histoire et dans le souvenir sans cesse réactivé du génocide de 1915. Ces deux familles, en apparence, n'ont qu'un point commun, une américaine basse du front qui sert de conjointe à l'un de leurs ressortissants mâles. Or, il advient que la jeune fille issue du premier lit, l'arménienne, se décide à partir sur les traces de son passé, à Istamboul. Au-delà des inévitables squelettes dans le placard déterrés pour l'occasion - les retournements de situation sont sympathiques, le roman met en scène avec beaucoup d'humour et de nuances  la perte des préjugés (mais les filles portent des minijupes en Turquie aussi ? et elles peuvent reconnaître le génocide ?) et la rencontre de l'absence de passé qui pèse sur la bâtarde avec l'écrasement par le passé qui étouffe la jeune arménienne. La plume est acerbe, joyeusement vitriolée est enlevée - je peux mettre l'estampille "chaudement recommandé".


Titre: Re : Re : Votre livre de chevet
Posté par: Xaramis le 03Mai, 2010, 22:33:12
Les Enquêtes du Juge Ti - L'Intégrale par R Van Gullik. Est-il besoin de présenter ce monument du roman policier à des rôlistes ? Pour ceux qui aurait raté un épisode, il s'agit d'enquêtes menées par un fonctionnaire de l'époque Tang (qui a vraiment existé) au VIIIe siècle. Les romans sont construits sur le modèle des récits policiers chinois - n'attendez pas un roman noir, mais plutôt des élucidations brillantes et une pointe d'humour acide.
Je n'ai jamais réussi à être emballé par ces romans de Van Gulik, malgré plusieurs essais avec des romans différents.


Titre: Re : Votre livre de chevet
Posté par: Marcellus Lesendar le 04Mai, 2010, 08:26:53
Le traquemort tome 1
Je vous avais dit combien j'avais été emballé par le dernier tome de la série il y a de ça plusieurs mois. Et bien, j'ai décidé de lire les tomes précédents puisqu'ils sont à ma bibliothèque.
Je ne regrette pas du tout ce choix!
Simon R green nous embarque dans un univers touffu, à la technologie futuriste mais malgré tout "rétro" comparé à nombre d'oeuvres d'SF. Les personnages qu'on suit sont "héroïques", une élite de l'humanité. Au départ simples humains, ils arrivent rapidement à prendre une importance incroyable tant aux yeux du lecteur que des "méchants" de l'histoire.
Ce que j'aime (avant de vous faire un résumé de l'histoire), c'est la narration de green. C'est tout simplement jouissif (voire parfois "frustrant"). Il nous présente une situation, des personnages sur un nombre de pages conséquent et en une page voire une page et demie, il met fin à la situation brutalement et n'hésite pas à tuer tout ou partie des personnages en place. C'est incroyable car ça fonctionne. Et ça donne de l'importance ou aux survivants ou à d'autres placés ailleurs.

L'intrigue principale du premier tome, c'est le fait que l'impératrice décide qu'Owen Traquemort (descendant direct d'une lignée de guerriers fantastiques) est un proscrit. Elle met sa tête à prix. Il parvient à fuir par miracle en compagnie d'une hors-la-loi. Et là s'emballe l'histoire. Des héros de légende vont refaire surface, des situations compliquées apparaissent. Entre complots actuels et machinations anciennes, entre action et répliques cinglantes, on ne s'ennuie jamais.

On pourrait comparer cette série à du Star wars matiné des trois mousquetaires. C'est une série qui me donne envie de jouer à Fading suns à chaque page que je lis. Qui me donne des inspirations terribles...

Pourtant, je dois être honnête. D'autres lecteurs sont moins emballés. Un des retours qu'il m'a été donné d'entendre est que l'histoire est répétitive (ce que je reproche aux star wars) qu'on avance par bonds, que c'est assez long de lire la série entièrement. Que le lecteur s'essoufle vers le quatrième ou cinquième tome...
Je ne peux pas dire. J'ai dévoré le premier et là je dévore le second. Je verrais si ça me fait le même effet plus tard...

En tout cas je ne regrette nullement d'avoir commencé cette série par le dernier tome. Je peux voir la "transformation" des héros entre le premier et le dernier tome. Je peux voir l'évolution de l'univers (toutes les planètes, les vaisseaux, etc...)
Bref, je prends mon pied quoi^^


Titre: Re : Re : Re : Votre livre de chevet
Posté par: Macbesse le 04Mai, 2010, 09:57:41
Je n'ai jamais réussi à être emballé par ces romans de Van Gulik, malgré plusieurs essais avec des romans différents.

Je n'ai jamais prétendu que c'était une oeuvre majeure - ça reste un who dunnit : je préfère de loin un roman d'Ellroy, d'Izzo ou de Manchette. Mais cela reste, à mon goût, divertissant.


Titre: Re : Votre livre de chevet
Posté par: Macbesse le 28Mai, 2010, 17:11:56
Je n'ai pas encore dit tout le mal que je pense de l'ouvrage d'Olivier Caïra, Jeu de rôle, les forges de la fiction.

L'auteur postule qu'avoir une méthode et de la distance critique, c'est mépriser son objet et les acteurs. Par conséquent, il faut rester en surface, au niveau de la description - "au ras de la table" pour reprendre l'expression d'un des relecteurs, reprise et assumée par l'auteur. Bien sûr, ceux qui comme moi critiqueraient cette posture a-méthodologique tomberaient dans le travers sus-cité. Olivier Caïra justifie cette approche qui fait abstraction de la société pour se contenter de décrire des parties en invoquant une grande autorité de la sociologie, Goffman, le pape de la sociologie des organisations (comprenez par là l'organisation de micro-sociétés, comme une table de jeu de rôle). C'est là que l'imposture intellectuelle atteint son comble, car le sens de l'article cité est déformé. Dans ce même article, qui marque un véritable tournant dans la pensée de Goffman, il affirme, contrairement à ce qu'Olivier Caïra essaye de lui faire dire pour légitimer ses travaux, que les rapports sociaux qui se tissent au sein de l'organisation ne prennent sens que mis en relation avec l'ensemble de la société ! Non content de proclamer l'absence de méthode comme l'alpha et l'oméga de la sociologie, l'ouvrage est d'une grande malhonnêteté intellectuelle.

Et ce n'est pas tout. Au fil de la lecture, la consternation va grandissant. L'ouvrage s'égare du côté de la narratologie, sans même prendre la peine de citer le nom de cette branche de la critique littéraire. Il balaye, sans démonstration, la thèse développée par Umberto Eco dans Lector in Fabula suivant laquelle le lecteur joue un grand rôle dans la construction du sens. En effet, Olivier Caïra confond construction du sens et interactivité. Il se livre par conséquent à des comparaisons suivant des critères mal définis, avec une réflexion qui tourne à vide, mais flattera les rôlistes puisque leur loisir devient supérieur à la littérature.

Des points positifs ? Laissez moi chercher. C'est bien écrit et les trois comptes-rendu de partie sont agréables à lire. Ils donneront une bonne idée de ce qu'est une partie de jeu de rôle à un novice. Mais c'est bien tout. Même la description des différents genres de jeu de rôle ne fait que se contenter de reprendre les catégories du Grog. Autant consulter le site. Côté théorie du jeu de rôle, on trouve ce qu'on trouve partout, et même moins que ce qu'on peut trouver sur des sites comme Place to go, place to be.

Un ouvrage à éviter. Non, un ouvrage à fuir.


Titre: Re : Votre livre de chevet
Posté par: Rom1 le 31Mai, 2010, 12:14:28
Une excellente découverte aux Imaginales :
http://www.lecarnoplaste.fr/

J'ai passé une bonne heure sur son stand à discuter avec lui.
En fait, ce monsieur édite des fascicules comme au bon vieux temps (début du siècle), reprenant déjà du Harry Dickson dans de nvlles aventures. Le format est réellement comme à l'époque, avec la couverture peinte, une grosse nouvelle de 30 pages écrite dans un style fleurant bon les années 20, des aventures rocambolesques...

Je conseille vraiment si vous avez la curiosité d'en commander qques-uns pour vous faire une idée.

Qques photos prises là-bas :
http://img17.imageshack.us/img17/2497/img0143xz.jpg
http://img84.imageshack.us/img84/9854/img0144v.jpg
http://img695.imageshack.us/img695/3904/img0145m.jpg
http://img192.imageshack.us/img192/6176/img0146sl.jpg


Titre: Re : Votre livre de chevet
Posté par: Cuchulain le 31Mai, 2010, 19:26:11
J'ai fini dans le TER : "L'aigle et le dragon" de Gillian Bradshaw.

Voici le résumé du 4e de couverture : "Automne 175. Vaincus par Marc Aurèle, les Sarmates du Danube s'engagent à mettre la fine fleur de leur cavalerie nobiliaire, sous leur étendard au dragon, au service des aigles  romaines. Mi-otages, mi-auxiliaires, trois de leurs unités sont envoyées dans l'île de Bretagne, conquête récente que menacent les troubles internes et les raids des tribus insoumises. A la tête de l'une d'elles, le prince sarmate Ariantès, déchiré par sa culpabilité dans la défaite de son peuple et la mort atroce de sa famille, et qui sera bientôt partagé entre sa culture et sa compréhension des mécanismes du pouvoir romain. Entraîné dans les conflits et les complots, pourra-t-il rester sarmate et devenir romain ? Retrouvera-t-il en Bretagne tout ce qu'il a perdu sur le Danube: amour, foyer, certitudes ?"

Bon je le dis tout de suite : j'ai adoré ! Non seulement c'est extrêmement intéressant au point de vue historique et parfaitement documenté, mais en plus ça se paye le luxe d'être bien écrit/traduit d'être passionnant en tant que roman (on s'attache très vite aux personnages)  et d'offrir le point de vue de barbare se romanisant sans tomber dans le cliché de la belle civilisation romaine qui miroite aux yeux des sauvages incultes (ni l'inverse : les nobles barbares tombant dans la décadence). C'est un roman qui se dévore avec de nombreux retournements de situation et des personnages fouillés. La postface du traducteur : éminent spécialiste du monde sarmate si j'ai bien compris, apporte des éléments supplémentaires et viens justifier tous les éléments du roman. L'auteur a non seulement utilisé les sources historiques mais a en plus postulé certains éléments qui a défaut d'être vérifiables sont plus que vraisemblables !

C'est du pain béni pour Ynn Pryddein !  :thumbsup:


Titre: Re : Votre livre de chevet
Posté par: Marcellus Lesendar le 03Juin, 2010, 12:59:11
La tour de Tokyo. Maman, moi, et papa de temps en temps.
Un roman de Lily Franky (Le pseudo de Nakagawa Masaya).
Cet auteur n'est pas vraiment connu en France, pourtant au Japon,il est illustrateur, musicien, chroniqueur de presse et de radio, scénariste, acteur de cinéma, auteur d'albums pour les enfants. Bref, c'est un personnage polymorphe et complet.

Ce roman est en fait un récit rendant hommage à la mère de l'auteur. Le titre en soit n'apporte pas autant d'informations sur le livre que le sous-titre. "maman, moi, et papa de temps en temps."

L'auteur est né dans la campagne japonaise dans les années soixante. C'est un Japon en plein mutation qu'il nous fait découvrir. Un Japon qui éclate et qui s'éveille dans la modernité, tout en gardant son mode de vie ancestral.
Mais très rapidement, cet aspect "sociologique" du livre passe au second plan, s'efface devant la relation du fils et de la mère. Le père a quitté très tôt la cellule familiale pour continuer à vivre SA vie, mais qui n'a de cesse de repasser dans la vie de sa femme et de son fils. La mère, elle, a en grande partie quitté sa vie de femme pour ne rester que mère.

Lily Franky nous présente sa vie, sa mère, mais sa tomber dans la mièvrerie, sans faux-semblants, sans se cacher. Un tableau qui bouleverse et émeut tant on s'identifie aux personnages, ou tant on aimerait ou non ne pas se retrouver dans ce qu'il raconte.

Nombreux sont les passages où l'on ri, où l'on s'indigne, où l'on acquiesce aux propos de l'auteur. On ne peut que s'étonner aussi lorsqu'on se rend compte que malgré les différences culturelle et sociale, les japonais sont "comme nous en occident".
Comment ne pas tomber d'accord lorsque l'auteur remarque que l'homme ne cesse d'évoluer, d'inventer, d'innover, de s'entourer de technologie et de se différencier de ses ancètres, mais que malgré tout, les sentiments qu'éprouvaient nos ancètres, nous les éprouvons aussi.

On se retrouve aux côtés du narrateur. A arpenter le japon au cours du temps, jusqu'à aujourd'hui. Ses griefs, ses coups de coeur, on ne peut que se les approprier en s'étonnant de ne pas les avoir écrits, voire exprimés nous même.

Pour palier à d'éventuels a priori que vous pourriez avoir, je tiens à signaler deux trois choses (au vu d'autres critiques sur le net, je ne peux que m'étonner et le signaler ici).
L'auteur présente sa vie, en regard de ses expériences, il parle de ses parents en les présentant comme il les ressent. J'ai pu lire que son père était violent. Je ne suis pas d'accord. Oui Lily parle de deux scènes de violences liées à l'alcool, oui il parle d'un père rentrant tard et alcoolisé, mais à aucun moment il ne dit que son père était "mauvais ou le frappait", d'ailleurs on ressent l'intensité de ces scènes, mais pas pour autant une maltraitance continue. D'ailleurs les parents se séparent rapidement, mais pas seulement pour ces raisons. Lorsque l'enfant reverra son père, on comprendra que celui-ci n'est pas un "père". Il voudrait sans doute l'être, et encore. Il gère son fils à distance, sans vraiment interférer dans sa vie, et quand il le fait, c'est bien maladroitement (par exemple, emmener son fils de 15 ans dans les "bains turcs" pour lui apprendre à dessiner des casques de chantier. Il le fait sans arrière-pensée sans doute, mais en terme d'éducation, c'est moyen...)
De même, la mère à laquelle rend hommage Lily, est une mère "parfaite", et cette image pourrait choquer nos féministes, voire des mères moins "fusionnelles". Pourtant, là encore, ce n'est pas ça qui m'a marqué, mais plutôt les sentiments du fils à l'égard de cette femme. Elle s'est "sacrifiée" pour qu'il puisse devenir un homme, un être responsable et adulte. Elle lui a donné toute sa vie. Jusqu'à ce qu'à son tour, son fils la prenne en charge. Alors, oui on pourra s'indigner de voir ce fils lui mentir, la prendre de haut. Pourtant, qui ne l'a pas fait? Qui n'a pas à un moment eut des choses à se reprocher après une dispute avec ses parents, ou après un événement "quelconque"? Mais comme je le disais plus haut, la force de Lily, c'est qu'il ne tombe pas dans le drama, il raconte. Il explique avec son regard et ça frappe au ventre, ça touche, parfois jusqu'aux larmes. Il sait manier les mots, sans en faire trop, en rythmant son texte comme pour nous enchanter.
Enfin, la tour de Tokyo. Ce titre, pour vraiment en apprécier toute la saveur, sans doute faudra-t-il en observer une photo et relire les premières pages du livre. Faute de quoi on pourrait passer à côté de certaines images qui titillent à la lecture mais ne s'imprègnent qu'au final.

Pour conclure, j'ai été plus qu'ému par ce livre, dévoré en deux soirées. Je regrette de ne pas l'avoir lu plus tôt (faute de quoi ma mère l'aurait reçu à la fête des mères) et encore une fois je me dis que jamais un enfant ne pourra remercier ses parents ou leur rendre hommage à la hauteur des sacrifices qu'ils font pour eux.

Un jour, en mai, quelqu'un m'a dit comm ça:
Fais juste ce que tu veux. Mais c'est ça qui est difficile.


Titre: Re : Re : Votre livre de chevet
Posté par: Usher le 07Juin, 2010, 09:09:31
J'ai fini dans le TER : "L'aigle et le dragon" de Gillian Bradshaw.

Voici le résumé du 4e de couverture : "Automne 175. Vaincus par Marc Aurèle, les Sarmates du Danube s'engagent à mettre la fine fleur de leur cavalerie nobiliaire, sous leur étendard au dragon, au service des aigles  romaines. Mi-otages, mi-auxiliaires, trois de leurs unités sont envoyées dans l'île de Bretagne, conquête récente que menacent les troubles internes et les raids des tribus insoumises. A la tête de l'une d'elles, le prince sarmate Ariantès, déchiré par sa culpabilité dans la défaite de son peuple et la mort atroce de sa famille, et qui sera bientôt partagé entre sa culture et sa compréhension des mécanismes du pouvoir romain. Entraîné dans les conflits et les complots, pourra-t-il rester sarmate et devenir romain ? Retrouvera-t-il en Bretagne tout ce qu'il a perdu sur le Danube: amour, foyer, certitudes ?"

Miam ! Ca a l'air bien !

Je le lirai sans doute au cours de l'été.


Titre: Re : Re : Re : Votre livre de chevet
Posté par: Cuchulain le 07Juin, 2010, 20:08:30
J'ai fini dans le TER : "L'aigle et le dragon" de Gillian Bradshaw.

Voici le résumé du 4e de couverture : "Automne 175. Vaincus par Marc Aurèle, les Sarmates du Danube s'engagent à mettre la fine fleur de leur cavalerie nobiliaire, sous leur étendard au dragon, au service des aigles  romaines. Mi-otages, mi-auxiliaires, trois de leurs unités sont envoyées dans l'île de Bretagne, conquête récente que menacent les troubles internes et les raids des tribus insoumises. A la tête de l'une d'elles, le prince sarmate Ariantès, déchiré par sa culpabilité dans la défaite de son peuple et la mort atroce de sa famille, et qui sera bientôt partagé entre sa culture et sa compréhension des mécanismes du pouvoir romain. Entraîné dans les conflits et les complots, pourra-t-il rester sarmate et devenir romain ? Retrouvera-t-il en Bretagne tout ce qu'il a perdu sur le Danube: amour, foyer, certitudes ?"

Miam ! Ca a l'air bien !

Je le lirai sans doute au cours de l'été.

Tu me donneras tes impressions.  :) Pour ma part j'ai commencé : l'Étoile de Pandore Tome 1. J'ai un peu de mal à accrocher pour le moment. On m'en avait dit le plus grand bien mais je trouve que c'est un peu lent à démarrer. Je vais sans doute le laisser de côté et attendre une envie de SF pour le relire.

J'ai fini Lliane Les Chroniques des elfes - Tome 1 de JL Fetjaine dans le TER ce matin : comme pour sa première trilogie j'ai hâte de lire la suite et apprécie grandement son style : de la fantasy prenant place dans notre monde c'est très agréable et change des monde éternellement resucées de Tolkien (bon même si les elfes archers ça finit par me gaver un peu)


Titre: Re : Votre livre de chevet
Posté par: Pan Paniscus le 14Juin, 2010, 17:38:08
Je viens de lire "La zone du dehors" d'Alain Damasio qui je le rappelle a écrit ce superbe livre qu'est "La horde du contrevent".
Pour rappel, "La horde du contre-vent" est un livre qui m'a profondément marqué. Selon moi, ce livre est révolutionnaire sous bien des rapports.

Avec "la zone du dehors", la révolution est toujours d'actualité, mais il faut dire que c'est une partie de la thématique de l'histoire. (Révolution est en fait un terme inaproprié, puisque Damasio parle de "volte" ce qui n'a rien à voir.)

"La zone du dehors" est un roman d'anticipation qui raconte la "volte" d'un groupe de "volté" face à une société de contrôle de type démocratique. C'est-à-dire une société trés semblable à la notre dans laquelle a été poussée à son paroxisme le développement d'outils de gestion de la population.

C'est un roman engagé, dans lequel il me semble que Damasio nous livre une bonne part de sa vision de la société actuelle et de l'usage qu'il est fait du pouvoir. Il y prone également une forme de révolte par l'action, le mouvement, la nouveauté.

Du point de vu du style, je trouve ce bouquin moins abouti que la "horde du contre-vent" dans le sens où Damasio étudie des pistes naratives qu'il affinera et approfondira dans la "horde du contrevent" qu'il écrira par la suite.

Par contre, je suis toujours aussi fan de sa manière d'écrire. C'est à dire une écriture à la première personne dans laquelle il expérimente. C'est ainsi qu'il sera parfois trés abstrait et amphigourique, d'autres fois trés cru et direct.  Tout cela dépend du personnage narrateur. Chaque personnage a son propre vocabulaire ( qui est pour une bonne part complètement inventé ), sa propre façon de s'exprimer et c'est par ce bié autant que par ce qu'il raconte que le personnage nous apparaitra et que nous le comprendrons.


Titre: Re : Votre livre de chevet
Posté par: Glorfindel le 20Juin, 2010, 18:33:53
Je viens de finir Le capitaine Alatriste. Si je l'ai terminé en deux jours, c'est que l'oeuvre m'a plu, évidemment. C'est un bon roman de cape et d'épée, à l'intrigue captivante, qui n'est pas sans rappeler un Dumas auquel sont d'ailleurs faites, il me semble, une ou deux allusions.

Et cependant, j'avoue que j'ai été un peu déçu. Ce n'est pas la première fois que je tâtais de l'Arturo Perez-Reverte, puisque j'ai lu il y a quelques années Le maître d'escrime dont je garde un souvenir ébloui, et peut-être que j'en attendais trop. Il faut dire que le quatrième de couverture promettait "une plume flamboyante". Le livre est bien écrit, d'accord, mais je n'ai pas vu là de flamboyance. Peut-être la faute au traducteur ?

Je m'arrête un instant sur les innombrables citations de poètes qui parsèment l'oeuvre. De deux choses l'une : soit les poètes en questions sont tous des mirlitons de bas étage, soit le traducteur a pédalé dans la choucroute en massacrant allègrement toutes les règles de la poésie classique, en un salmigondis de vers boîteux (syllabes en moins ou en trop) et de rimes bancales (rimes féminines rimant avec des rimes masculines, etc). Alors certes, aujourd'hui, à l'époque du vers libre, ce n'est plus critiquable, mais nous sommes au XVIIème siècle et même si je ne connais rien à la poésie espagnole, je doute qu'elle ait été dépourvue de règles formelles. Enfin bon, traduire de la poésie est un problème insoluble, et on peut aisément pardonner cela à notre traducteur.

Au-delà de ces remarques de forme, le capitaine Alatriste a su me séduire suffisamment pour que je le suive dans ses aventures, mais pas m'inspirer l'admiration qu'a pour lui son jeune protégé Inigo, qui n'est autre que le narrateur. Je sais que ce n'est pas un critère très noble en matière de critique littéraire, mais je suis désolé, je suis comme ça : j'ai besoin de m'attacher au protagoniste quand je lis un roman, et le spadassin dont il est ici question n'emporte pas ma complète adhésion.

Ceci étant dit, ça ne m'empèchera pas de lire la suite.


Titre: Re : Re : Votre livre de chevet
Posté par: Xaramis le 20Juin, 2010, 21:14:19
Et cependant, j'avoue que j'ai été un peu déçu. Ce n'est pas la première fois que je tâtais de l'Arturo Perez-Reverte, puisque j'ai lu il y a quelques années Le maître d'escrime dont je garde un souvenir ébloui, et peut-être que j'en attendais trop. Il faut dire que le quatrième de couverture promettait "une plume flamboyante". Le livre est bien écrit, d'accord, mais je n'ai pas vu là de flamboyance. Peut-être la faute au traducteur ?
Je pense qu'il faut toujours se méfier des quatrièmes de couverture : elles sont souvent un ramassis de dithyrambes qui ne s'approchent que de loin de la vérité. Croire ce que dit une quatrième de couverture, c'est u peu comme faire confiance aveugle à un vendeur de voitures d'occasion.

La plume de Reverte n'a rien de flamboyant. Elle est habile, en général (mais parfois totalement terne, comme dans le roman La carta esférica / Le cimetière des bateaux sans nom).

Quant au traducteur, François Maspero, c'est un très bon traducteur, et pas seulement des textes de Pérez-Reverte (il a traduit du Conrad, aussi, par exemple).

Citation
Je m'arrête un instant sur les innombrables citations de poètes qui parsèment l'oeuvre. De deux choses l'une : soit les poètes en questions sont tous des mirlitons de bas étage, soit le traducteur a pédalé dans la choucroute en massacrant allègrement toutes les règles de la poésie classique, en un salmigondis de vers boîteux (syllabes en moins ou en trop) et de rimes bancales (rimes féminines rimant avec des rimes masculines, etc). Alors certes, aujourd'hui, à l'époque du vers libre, ce n'est plus critiquable, mais nous sommes au XVIIème siècle et même si je ne connais rien à la poésie espagnole, je doute qu'elle ait été dépourvue de règles formelles. Enfin bon, traduire de la poésie est un problème insoluble, et on peut aisément pardonner cela à notre traducteur.
Non, les poètes en question ne sont pas des "mirlitons de bas étage". Ils comptent même dans les plus grands littérateurs de l'Espagne du siècle d'Or, que ce soit, Francisco de Quevedo (dont Pérez-Reverte a fait un personnage de sa saga), Félix Lope de Vega ou Juan Ruiz de Alarcón ou, d'un autre côté, Luis de Góngora. Je dis "d'un autre côté", parce que Luis de Góngora était l'adversaire - voire l'ennemi - littéraire de Quevedo et de Lope de Vega. Leurs plumes s'assassinaient mutuellement dans des écrits signés ou anonymes.
Mais, quelles qu'aient pu être leurs inimitiés, ces auteurs ont porté la littérature, la poésie et le théâtre espagnols à des sommets.

La traduction, et surtout celle de la poésie, est toujours une trahison. Ainsi le dit l'adage, et il me semble difficile de le contredire objectivement. Et, très franchement, je ne vois pas l'intérêt d'essayer de traduire de façon métrique les quatrains, tercets, ou sonnets complets de Quevedo, Lope de Vega ou Góngora. Le risque d'aboutir à quelque chose certes normé en nombre de pieds et rimes mais totalement dépourvu de charge poétique me semble plus grand que celui couru en traduisant sans s'en tenir aux pieds et aux rimes.
D'ailleurs, pour autant que je sache, tous les vers de Quevedo ou de Lope de Vega n'étaient pas des alexandrins, dans leurs sonnets respectifs.

Citation
Au-delà de ces remarques de forme, le capitaine Alatriste a su me séduire suffisamment pour que je le suive dans ses aventures, mais pas m'inspirer l'admiration qu'a pour lui son jeune protégé Inigo, qui n'est autre que le narrateur. Je sais que ce n'est pas un critère très noble en matière de critique littéraire, mais je suis désolé, je suis comme ça : j'ai besoin de m'attacher au protagoniste quand je lis un roman, et le spadassin dont il est ici question n'emporte pas ma complète adhésion.
Je comprends cette partie totalement subjective de la relation du lecteur au personnage : on accroche ou on n'accroche pas.

Pour ma part, j'accroche à cet Alatriste. Je dois vraiment avoir un mauvais fond. ;D


Titre: Re : Votre livre de chevet
Posté par: Rom1 le 20Juin, 2010, 22:24:58
Nous sommes 2 alors, car j'aime bcp ce personnage en tons de gris, certes spadassin et soldat mais aussi homme d'honneur dans un monde qui en est de plus en plus dépourvu.


Titre: Re : Votre livre de chevet
Posté par: Inigo Montoya le 20Juin, 2010, 22:45:32
Non, nous sommes trois! :D
Je suis fasciné par un personnage comme Alatriste. Je le trouve terriblement humain et attachant avec ses qualités et ses faiblesses.


Titre: Re : Votre livre de chevet
Posté par: Glorfindel le 21Juin, 2010, 08:19:32
Je suis fait comme un rat. J'ai contrarié les trois mousquetaires et ils prennent les affronts littéraires avec autant de flegme que Francisco de Quevedo. Je ne donne pas cher de ma peau.

Mais dans l'ensemble j'ai bien aimé, quand même. D'ailleurs, quel est le titre suivant dans la série ?


Titre: Re : Votre livre de chevet
Posté par: Rom1 le 21Juin, 2010, 09:04:43
Les bûchers de Bocanegra, je crois.


Titre: Re : Re : Votre livre de chevet
Posté par: Cuchulain le 21Juin, 2010, 09:21:32
Je suis fait comme un rat. J'ai contrarié les trois mousquetaires

Quatre monsieur ! Moi aussi je suis fan d'Alatriste (me suis fait offrir les 4 1ers tomes en poche car je ne les avait lu qu'en bibliothèque
)

Citation
et ils prennent les affronts littéraires avec autant de flegme que Francisco de Quevedo. Je ne donne pas cher de ma peau.
D'ailleurs, quel est le titre suivant dans la série ?

Mon préféré reste l'Or du roi personnellement mais c'est le 3e ce me semble...


Titre: Re : Votre livre de chevet
Posté par: Inigo Montoya le 21Juin, 2010, 11:29:22
Il me reste encore à lire Corsaires du levant qui trône en troisième au sommet de ma pile d'ouvrages "à lire"!


Titre: Re : Re : Votre livre de chevet
Posté par: Xaramis le 21Juin, 2010, 12:47:47
Je suis fait comme un rat. J'ai contrarié les trois mousquetaires et ils prennent les affronts littéraires avec autant de flegme que Francisco de Quevedo. Je ne donne pas cher de ma peau.
Je n'en suis pas contrarié, et n'ai vu aucun affront dans ton message. Je me contentais de répondre à tes divers points (non, la plume d'APR n'est effectivement pas flamboyante ; non, les poètes cités ne sont pas des écrivaillons, mais je comprends que la traduction de leurs te laisse une impression mitigée voire bancale ; oui, je comprends qu'on ne puisse pas accrocher au personnage d'Alatriste au point de s'en sentir proche).
Et je n'ai jamais étrillé qui que ce soit pour ses goûts littéraires (même s'il m'est arrivé, en particulier dans un de mes blogs, de "chambrer" des gens qui apprécient les romans de Fajardie !).
Ceci dit, je sais qu'il m'arrive de réagir à la Quevedo, en mettant la main à l'épée plus souvent que je ne le devrais. Mais je n'ai pas son talent pour trousser des vers (et je suis moins bigle et boiteux que lui  ;D ).

Citation
Mais dans l'ensemble j'ai bien aimé, quand même. D'ailleurs, quel est le titre suivant dans la série ?
Pour l'instant, la série comprend, dans l'ordre :
- El capitán Alatriste (Le Capitaine Alatriste), 1996 en VO ;
- Limpieza de sangre (Les bûchers de Bocanegra), 1997 ;
- El sol de Breda (Le Soleil de Breda), 1998 ;
- El oro del rey (L'Or du roi), 2000 ;
- El caballero del jubón amarillo (Le Gentilhomme au pourpoint jaune), 2003 ;
- Corsarios de Levante (Corsaires du Levant), 2006.


Titre: Re : Votre livre de chevet
Posté par: Ohtar Celebrin le 28Juin, 2010, 22:24:09
Comme en octobre dernier, nous sommes allés faire nos emplettes à la librairie Scylla.



Je ne suis pas très doué pour écrire des critiques littéraires mais je les grignote avec application.

Voici ce que nous avons trouvé à nous mettre sous la dent :

En octobre nous avions acheté le T1 du « Cycle des Princes d’Ambre » de Zelazny.
Je l’avais lu il y à des années mais sans poursuivre le cycle.
Je n’en avais pas gardé grand souvenir.
Ma relecture fut une bonne chose. C’est un bouquin rapide et bien campé dans lequel j’ai plongé sans hésitation.
Ma compagne a bien accroché elle aussi.
Nous avons donc acquis les neuf autres toms.

Le vendeur nous avait conseillé « Légendes du Pays » de Steve Cockayne.
J’ai beaucoup aimé le premier tome « Vagabonds et Insulaires ».
On est ici à la porte de la fantasy.
On marche dans un pays étrange où il est permis de se demander si les magiciens font effectivement de la magie et où les vagabonds peuvent être plus qu’il n’y paraît.
J’ai toujours eu une certaine fascination pour les manouches et autre gens du voyage.
Nous sommes repartis avec les deux tomes suivants « Les Chaînes et les Fers » et « L’Envol des Egarés ».

Comme nous avions bien apprécié le précédent recueil de nouvelle des Imaginales et que nous avions entendu beaucoup de bien de la production de notre prof préféré, « Magicienne et Sorcier » est venu compléter notre liste.

Au chapitre de la SF ‘old school’ je n’avais pas lu les Isaac Asimov.
C’était inacceptable selon ma chère et tendre.
Nous avons remédié cette lacune avec un coffret contenant :
« Fondation »
« Fondation et Empire »
« Seconde Fondation »
« Fondation Foudroyée »
« Terre et Fondation »


Comme je me mets de plus en plus à la SF ma bien aimée a déniché « L’Anneau-Monde » et « Les Ingénieurs de l’Anneau-Monde » de Larry Niven.
(bon soyons honnête, je donne l’impression que tous ces livres sont pour moi, en réalité elle les choisis à son goût…^^ ;D)


Pour revenir à la Fantasy, une de mes collègues (à qui j’ai prêté « Janua Vera » de J-P J) m’a conseillé « La Horde du Contrevent » de Alain Damasio.
Le concept de ce livre est atypique en cela que chaque paragraphe est écrit du point de vue d’un membre de cette horde.
Un symbole indique de quel personnage il s’agit et renvoie à une description sur un marque page pour ne pas perdre le fil.
Ce roman rassemble les avis favorables de lecteurs très différents selon le libraire.

En parlant du libraire et de ses avis, ne le lâchons pas.
J’aime bien acheter un roman sur les conseils de mon libraire affin de sortir un peu de nos choix et habitudes.
La dernière fois il s’agissait de « Vagabonds et Insulaire » et l’expérience fut concluante.
Je renouvelle donc la tentative avec « Spin » de Robert-Charles Wilson.
Un Roman de SF/Post-apo. dans lequel on suit trois enfants sur une période de dix ans à partir du jour où les étoiles se sont éteintes.
C’est son coup de cœur du moment, selon lui les personnages sont très bien dessinés, les sentiments et relations très convaincantes et le développement extra.
A voir…


Voila c’en est fini de mon interminable liste.

O.C. content : vive les livres !!


Petit message à l’intention de Usher: Ledit libraire est impatient que tu sorte ton prochain livre (nous aussi :cool:) et te recevra avec plaisir une nouvelle fois dans sa boutique…



Titre: Re : Votre livre de chevet
Posté par: Hikaki le 28Juin, 2010, 22:48:04
J'ai vraiment adoré la Horde du Contrevent (où l'auteur accorde beaucoup d'importance aux sons, comme tu le verras), et bien aimé Spin (tout comme j'ai aimé du même auteur Mysterium, le recueil incluant la très bonne novella Julian, un conte de Noël, et aussi la nouvelle parue dans l'anthologie des Utopiales) . J'ai trouvé Magiciennes et sorciers moins bien que l'anthologie précédente par contre. Actuellement, je lis avec intérêt L'aigle et le dragon, avant de retourner à mes policiers nordiques (ma marotte actuelle).


Titre: Re : Votre livre de chevet
Posté par: Rom1 le 29Juin, 2010, 09:38:50
En ce moment, je lis le Livre des Ombres : il s'agit d'une compilation de toutes les nouvelles écrites par Serge Lehman dans les années 90.
Elles sont ttes liées d'une façon ou d'une autre, car se passant plus ou moins dans le même univers ; en fait, elles dessinent une histoire de cet univers, démarrant à la création et allant très loin dans le futur qd l'humanité a essaimé au sein des étoiles.

C'est assez passionnant et très dense.


Titre: Re : Re : Votre livre de chevet
Posté par: Macbesse le 29Juin, 2010, 11:16:12
Comme en octobre dernier, nous sommes allés faire nos emplettes à la librairie Scylla.

Comment peut-on s'étonner après une telle ouverture que tu n'as lu que des bons livres ?


Titre: Re : Re : Votre livre de chevet
Posté par: killerklown le 29Juin, 2010, 11:27:41
Au chapitre de la SF ‘old school’ je n’avais pas lu les Isaac Asimov.
C’était inacceptable selon ma chère et tendre.
Nous avons remédié cette lacune avec un coffret contenant :
« Fondation »
« Fondation et Empire »
« Seconde Fondation »
« Fondation Foudroyée »
« Terre et Fondation »


Pareil pour moi et je les ai avalés à une vitesse grand V [en VO ... je ne donnerai pas d'avis sur la traduction]
J'avoue avoir été passionné par les 3 premiers, dont j'adore le concept de changement régulier de héros, puis que nous suivons l'histoire, il est bien normal que les premiers héros meurent à un moment donné ... Mais quand on reparle d'eux dans "leur futur", et ca c'est super jouissif [d'autant plus que l'histoire déforme parfois méchamment l'image que l'on avait d'eux, nous prenant très à contre-pied]
Bref, si vous ne les avez pas lu, jetez vous dedans, ca en vaut vraiment la peine. Vous verrez alors l'influence énôôôôôôrme qu'a eut Asimov sur des générations d'écrivains, mettant en place des standards et des clichés qui ne sont pas prêts de mourrir.

Mais c'était déjà il y a quelques mois tout ca  :mrgreen:

Récemment j'ai lu 2 livres de Charles Stross
(http://ecx.images-amazon.com/images/I/51mldxcZrbL._SL500_AA300_.jpg) et (http://ecx.images-amazon.com/images/I/51j0P8ddmdL._SL500_AA300_.jpg)
et j'ai A-do-ré !
Le livre est situé dans l'univers étendu du mythe de Chtulhu, mais les grands anciens sont plutôt éloignés (pas de poutrage de Grand Ancien, en gros]. Le héros est un administrateur réseau dans un service secret s'occupant d'occulte en Angleterre, et spécialiste en "magie" et occultisme. Et l'auteur s'amuse à mélanger avec bonheur les jargons informatiques, occultes et mathématique, en les mélangeant avec l'argot londonien, au point que l'on y comprend parfois plus rien, mais je n'ai pas pu m'empêcher de rire dans ces cas-là  :mrgreen: [d'ailleurs c'est l'intention de l'auteur, qui régulièrement balance ca à la gueule de son lecteur et se moque de lui après !!!]
Ensuite l'intrigue du premier bouquin est super, celle du 2eme bouquin est un peu capillotractée mais purement jouissive. De plus les 2 postfaces sont les articles les plus intéressant que j'ai pu lire concernant l'écriture et les clichés de romans d'espionnage. De plus les 2 livres contiennent une mini-nouvelle après l'histoire principale et celles-ci valent aussi énormément le coup (surtout celle du 2eme tome, traitant avec un oeil nouveau Neverwinter night)
Bref c'est mon coup de cœur de ces derniers mois.

Le 3eme tome sort bientôt en poche ... j'ai hâte !


Titre: Re : Votre livre de chevet
Posté par: cavaillon le 29Juin, 2010, 19:21:58
De mon côté, j'ai terminé hier le deuxième tome de "The Riftwar Saga" de Feist.

Outre le fait que j'aime lire en Anglais, j'ai bien aimé l'histoire.

Sans trop dévoiler l'histoire, un orphelin passant à l'âge de l'apprentissage (une grosse dizaine d'années, si mes souvenirs sont bons) est choisi par le magicien du duc local (héritier présomptif de la couronne royale), son ami par le maître d'armes. Ils commencent à peine leurs études lorsqu'une guerre commence avec un peuple de combattants venu... d'aillleurs.

Au début, on ne pense suivre que les aventures de Pug, mais dès que les personnages se séparent, Feist se met à les suivre séparément, en changeant de chapitre en chapitre, ce qui donne un certain rythme à l'histoire... Je ne me suis pas lassé.

Feist parvient à surprendre le lecteur, en ce sens qu'il ne suit pas du tout la direction à laquelle on s'attend ; il vire parfois subitement de bord. Par contre, dans ce qui est des relations entre les personnages, on est au mieux dans le "cucul la praline", au pire, dans le cliché détrempé d'eau de rose...

Je n'ai pas vraiment compris le lien entre ce que je lisais et les quatrièmes de couverture, mais bon... disons que l'auteur de ces derniers n'avait pas dû lire les livres, ou alors, il raconte déjà les tomes suivants... que j'ai commandés, mais pas encore reçus...


Titre: Re : Re : Re : Votre livre de chevet
Posté par: Ohtar Celebrin le 29Juin, 2010, 20:18:51
Comme en octobre dernier, nous sommes allés faire nos emplettes à la librairie Scylla.

Comment peut-on s'étonner après une telle ouverture que tu n'as lu que des bons livres ?

Tu es devenu dépendant à ce lieu toi aussi ??

Je te plain, il n’y a pas de cure possible paraît-il…

Plus sérieusement, c’est vraiment une bonne librairie et le libraire est sympathique du coup je préfère de loin lui demander conseil que passer par le site de la fnac. (n’en déplaise à Marcellus…)


Titre: Re : Votre livre de chevet
Posté par: Cuchulain le 06Juillet, 2010, 19:22:48
Après avoir fini la Trilogie des Elfes de Fetjaine (que j'avais complètement oubliée depuis ma dernière lecture voilà une bonne dizaine d'annés) j'ai fini la trilogie des Orcs de Stan Nicholls : c'est vraiment une lecture agréable ! Ca change des éternels poncifs de la fantasy sur les orcs. Bon la fin est un peu décevante par contre mais ça se lit bien.  :)

J'avais entamé Sigurd et Gudrun de JRRT mais le lire dans un TER avec 6h00 de sommeil et le stress d'une première journée de boulot n'était pas une bonne idée...  :lol:  Je reprendrais d'ici quelques temps, mais pour l'instant je suis dans :

"Les chroniques de Thomas Covenant" : les premiers chapitres sont vraiment originaux avec un personnage pas vraiment héroïque (voire pas du tout !), ensuite je me suis dit que ça me rappelait "La Roue du Temps" de Jordan avec un soupçon de récit mettant en scène des terriens dans un monde fantasy comme La tapisserie de Finnavar par ex.
Bon je viens de voir que ça date de 1977 !! Soit 23 ans avant la RDT et 7 avant Fionavar...  
Un grand classique de la fantasy qui me plait bien en tout cas.  :D


Titre: Re : Votre livre de chevet
Posté par: Glorfindel le 06Juillet, 2010, 20:22:30
Il y a quelques jours de ça, je suis retourné à ma bibliothèque de quartier pour prendre le deuxième tome des aventures du capitaine Alatriste. Il n'y était pas. Alors à la place, j'ai pris Mamé Alan : épopée kurde, publié par Roger Lescot chez l'Aube des Peuples.

Une lecture très plaisante. On y trouve des éléments et motifs qui seront familiers aux amateurs de récits médiévaux, comme les trois fées-oiselles laissant leur plumage pour se baigner à la fontaine. Ici, ce sont des ramiers, et comme de bien entendu il y a quelqu'un pour chaparder les vêtements de plumes. En l'occurence, c'est la plus jeune des trois soeurs, jalouse de la beauté de ses aînées. Décidément, on ne peut plus faire confiance à personne !

Mamé Alan est une belle histoire d'amour tragique, comme on en trouve dans toute les cultures. Un beau prince, une belle princesse, une rencontre d'une nuit due à un enchantement qui scellera leur destin, et des obstacles insurmontables... Notons au passage que si notre héros, Mamé Alan, possède la beauté, la force et la noble origine caractéristiques de la plupart des héros épiques, la ressemblance avec Cuchulainn, Achille ou Roland s'arrête là. Parce que Mamé est timide, irrésolu, presque trouillard. Il va jusqu'à se blesser lui-même le pied avec son sabre pour éviter de devoir aller au combat ! Ses belliqueux adjuvants, les Djallali, sont nettement plus énergiques.

Au final, je vous conseille ce livre, si vous pouvez le trouver en bibliothèque, que ce soit dans une démarche humaniste d'exploration des cultures, dans une optique de mythologie comparée ou simplement pour passer un bon moment de lecture.


Titre: Re : Re : Votre livre de chevet
Posté par: Usher le 13Juillet, 2010, 09:25:42
J'ai fini dans le TER : "L'aigle et le dragon" de Gillian Bradshaw.

Voici le résumé du 4e de couverture : "Automne 175. Vaincus par Marc Aurèle, les Sarmates du Danube s'engagent à mettre la fine fleur de leur cavalerie nobiliaire, sous leur étendard au dragon, au service des aigles  romaines. Mi-otages, mi-auxiliaires, trois de leurs unités sont envoyées dans l'île de Bretagne, conquête récente que menacent les troubles internes et les raids des tribus insoumises. A la tête de l'une d'elles, le prince sarmate Ariantès, déchiré par sa culpabilité dans la défaite de son peuple et la mort atroce de sa famille, et qui sera bientôt partagé entre sa culture et sa compréhension des mécanismes du pouvoir romain. Entraîné dans les conflits et les complots, pourra-t-il rester sarmate et devenir romain ? Retrouvera-t-il en Bretagne tout ce qu'il a perdu sur le Danube: amour, foyer, certitudes ?"

Bon je le dis tout de suite : j'ai adoré ! Non seulement c'est extrêmement intéressant au point de vue historique et parfaitement documenté, mais en plus ça se paye le luxe d'être bien écrit/traduit d'être passionnant en tant que roman (on s'attache très vite aux personnages)  et d'offrir le point de vue de barbare se romanisant sans tomber dans le cliché de la belle civilisation romaine qui miroite aux yeux des sauvages incultes (ni l'inverse : les nobles barbares tombant dans la décadence). C'est un roman qui se dévore avec de nombreux retournements de situation et des personnages fouillés. La postface du traducteur : éminent spécialiste du monde sarmate si j'ai bien compris, apporte des éléments supplémentaires et viens justifier tous les éléments du roman. L'auteur a non seulement utilisé les sources historiques mais a en plus postulé certains éléments qui a défaut d'être vérifiables sont plus que vraisemblables !

C'est du pain béni pour Ynn Pryddein !  :thumbsup:

Je l'ai lu il y a quelques semaines, alléché par Cuchulain, et je ne l'ai pas regretté.

Pour le style et la narration, L'aigle et le dragon est un bon petit roman historique comme savent en faire les Anglais. C'est lisse et agréable, sans être extraordinaire. La traduction de Iaroslav Lebedynsky dessert sans doute un peu le texte : ce docte universitaire n'a manifestement pas l'habitude d'écrire de la fiction, et ne maîtrise pas toujours la ponctuation du dialogue au discours direct !…  :o  Au chapitre des défauts, Hikaki, qui l'a aussi lu, trouve qu'Ariantès, le personnage principal, a une mentalité un peu trop moderne, ce qui est sans doute vrai dans la rationalité avec laquelle il se range du côté de Rome non par sympathie, mais pour sauver ses hommes.

Ceci dit, en tant que roman historique, L'aigle et le dragon est une véritable pépite ! Il illustre une des fonctions les plus nobles du genre, la façon dont la fiction permet de se représenter une reconstitution hypothétique, mais convaincante, de ce qu'a pu être la vie des hommes du passé. Et la grande originalité de Bradshaw, c'est de s'attaquer à un volet très méconnu de notre histoire, en offrant le point de vue du barbare, de surcroît issu d'un peuple lui-même peu documenté, sur le phénomène d'assimilation par la romanité. Ca, c'est extraordinairement passionnant. C'est même la raison pour laquelle Iaroslav Lebedynsky a décidé de traduire le roman et de le proposer à Actes Sud. Lebedynsky est, à ma connaissance, le grand spécialiste universitaire français des peuples des steppes dans l'Antiquité, et le fait qu'il ait entrepris cette traduction suffit à témoigner de la valeur historique du roman.

Ce que Bradshaw montre pendant une grande partie du roman, c'est l'altérité entre le monde romain et le monde barbare. Par petites touches, elle peint toutes les différences qui creusent la distance entre les cultures : alimentation céréalière / alimentation carnée ; civilisation du bâti / civilisation nomade ; civilisation du cheval / civilisation des routes ; civilisation du troc / civilisation de la monnaie ; civilisation de l'oral / civilisation de l'écrit ; civilisation de l'homme libre / civilisation esclavagiste, etc… Elle montre comment ces différences sont des facteurs de tension et de malentendus, et pose au fil de la narration une problématique dont l'évidence saute dès lors aux yeux : comment ces peuples si différents ont-ils réussi à coexister ? Le plus fascinant, c'est qu'on retrouve des deux côtés, romain et barbare, les racines évidentes de la société médiévale, de notre propre culture. Et pourtant, quand on plonge dans le roman, il est évident que l'acceptation mutuelle est très loin d'être facile.

Avec un peu de recul, malgré quelques poncifs, c'est aussi un roman plein d'espoir pour notre propre époque. Si des hommes si différents (et du coup si hostiles) ont réussi bon an mal an à vivre ensemble, c'est une formidable leçon d'ouverture contre les communautarismes et les séparatismes.

Enfin, ce qui a frappé Lebedynsky, c'est la crédibilité de la reconstitution de la société sarmate. Les documents sur les Sarmates sont rarissimes, insuffisants stricto sensu pour tenter de reconstituer leur organisation sociale. Mais Gillian Bradshaw n'a pas inventé : pour remplir les trous, elle a eu recours à la méthode comparatiste, en se fondant sur l'étude des peuples des steppes appartenant à la même famille que les Sarmates, et en extrapolant les éléments lacunaires de ce qui pouvait raisonnablement être transversal dans ces cultures. Ca n'est que de la fiction, certes, mais c'est un énorme travail, et cela propose au lecteur une hypothèse assez crédible. Pour les amateurs d'Histoire, ça vaut vraiment le détour.


Titre: Re : Votre livre de chevet
Posté par: Cuchulain le 13Juillet, 2010, 19:49:15
Eh bien je suis content que ça t'ait plu Usher !  :D

Pour ma part, je découvre des romans fantasy d'hier et d'aujourd'hui dans la biblio municipale d'Annecy.

Après avoir fini les chroniques de Thomas Covenant tome 1 : j'en suis resté sur une bonne impression. La fin est un peu trop convenue et ça manque un peu d'originalité à certains passages (et j'avais tendance à mélanger les noms des personnages qui se ressemblent+ le grand fondateur "Kevin" ça me fait rire à chaque fois) mais ça se lit bien et même si ça faiblit au bout d'un moment, le personnage principal reste attachant pour son côté râleur et pas du tout "je sauve le monde'.

Faute de trouver le tome 2, je me suis rabattu sur le cycle des "Salauds Gentilshommes". J'ai pris le 1er tome "Les Mensonges de Locke Lamora" alléché par le 4e de couv'

   
Citation
Entre Robin des bois et Ocean's Eleven, les aventures d'un audacieux criminel et de sa bande de fripouilles :
On l'appelle la Ronce de Camorr. Un bretteur réputé invincible, doublé d'un maître voleur, un fantôme qui passe à travers les murs. La moitié de la ville le prend pour le champion des infortunés : une légende humaine. Mais l'autre moitié pense qu'il s'agit plutôt d'une légende urbaine. Les deux moitiés n'ont pas tort.
De corpulence modeste et sachant à peine manier l'épée, Locke Lamora est, à son grand dam, la fameuse Ronce. Il n'est pas responsable des rumeurs qui courent à propos de ses exploits, qui sont, en fait, des escroqueries de la pire espèce. Et lorsque Locke vole effectivement aux riches (qui voler d'autre ?), les pauvres ne voient jamais l'ombre d'un sou. Locke garde tous ses gains pour lui et sa bande de joyeux voleurs : les salauds gentilshommes.
Les bas-fonds capricieux et pittoresques de l'ancienne cité de Camorr sont la seule maison qu?ils aient connue. Mais voilà qu'une menace mystérieuse hante la cité et qu'une guerre clandestine risque d'éclater et de ravager les bas-fonds. Pris dans un jeu meurtrier, Locke et ses amis verront leur ruse et leur loyauté mises à rude épreuve et seule la victoire leur permettra de rester en vie

Bien m'en a pris ! Le personnage principal et sa bande sont des vraies fripouilles mais qui arrivent à se rendre éminemment sympathique au lecteur (il ne faudrait pas les mettre en relation avec Benvenuto !  ;)). Et on se plait dans les premiers chapitres à suivre leurs arnaques culottées qui s'entremêle (ce qui embrouille parfois un peu le récit) des récits de jeunesse de Locke Lamora et de comment il est devenu ce qu'il est. Un soupçon de fantasy avec quelques ingrédients alchimiques et quelques objets ensorcelés mais pour l'instant rien de plus et c'est tant mieux ! Une excellente inspi pour des jeux comme Nightprowler ou Warhammer. Ou pour des idées d'arnaques dans un monde médiéval tardif...

Je ne sais pas si Usher connait ? Mais Camorra à un parfum de Ciudalia et on s'attend presque à voir débarquer l'homme aux quenottes d'or. A la différence que c'est écrit à la 3e personne et que les descriptions sont moins fouillées.


Titre: Re : Votre livre de chevet
Posté par: Alias le 14Juillet, 2010, 12:05:41
Je viens de finir "The City & The City", de China Miéville. C'est une grosse baffe!

L'histoire d'un meurtre dans Beszel, une ville-état sud-est européenne, qui fait face à sa rivale/siamoise Ul Qoma. "Fait face" est un peu exagéré: les deux villes cohabitent dans le même espace géographique mais se détestent et s'ignorent activement. C'est cette altérité qui est en fait le principal ressort -- voire le principal personnage -- du bouquin.

Ça pourrait être du fantastique, mais ça n'en est (presque) pas. Pur génie.


Titre: Re : Re : Votre livre de chevet
Posté par: Usher le 14Juillet, 2010, 12:15:08

Je ne sais pas si Usher connait ? Mais Camorra à un parfum de Ciudalia et on s'attend presque à voir débarquer l'homme aux quenottes d'or. A la différence que c'est écrit à la 3e personne et que les descriptions sont moins fouillées.

Plusieurs lecteurs m'en ont parlé, en effet ; mais je ne connais pas.


Titre: Re : Votre livre de chevet
Posté par: pangloss le 17Juillet, 2010, 16:27:42
Je cherche un roman de fantasy pour agrémenter mes vacances en Grèce de cet été. Quelque chose dont l'action serait située en Grèce antique,et pas trop uchronique, si vous pouviez m'aider?  8) merci (et pas du David Gemmell, ça a l'air trop bourrin, non?)


Titre: Re : Votre livre de chevet
Posté par: Xaramis le 17Juillet, 2010, 19:00:33
L'Iliade, ça me semble coller au cahier des charges : des héros plus grands que nature, des Dieux qui luttent par l'intermédiaire des hommes, de l'amour passionnel, du sang et des larmes... ;)

A défaut de te plonger dans l'original, un détour par Troie ou la trahison des Dieux, de Marion Zimmer Bradley, peut se révéler sympathique. J'avais bien aimé ce roman, qui montrait la guerre de Troie vue selon une perspective féminine.



Dans un autre domaine, je ne sais pas ce que vaut, en revanche, la trilogie Le Châtiment des dieux, de François Rachline (Sisyphe, roi de Corinthe, Le cavalier de l'Olympe et Persée, prince de la lumière).


Titre: Re : Re : Votre livre de chevet
Posté par: Cuchulain le 17Juillet, 2010, 19:33:17
(et pas du David Gemmell, ça a l'air trop bourrin, non?)

Ca dépend de ce que tu appelle "bourrin" ? La quadrilogie du Lion de macédoine m'a laissé d'excellents souvenirs de lecture et n'est pas trop uchronique (voire quasiment pas). Sinon tu as la trilogie du Minotaure de Thomas Burnett Swann (mais je ne sais pas si ça se trouve facilement...  :-\) mais là c'est fort peu historique et plus mythologique. :cool:


Titre: Re : Votre livre de chevet
Posté par: Usher le 17Juillet, 2010, 20:13:55
Ca se passe plus en Italie qu'en Grèce, mais il y a Alexandre et les aigles de Rome, de Javier Negrete. Carrément uchronique, mais historiquement très bien documenté.



Titre: Re : Re : Votre livre de chevet
Posté par: Cuchulain le 17Juillet, 2010, 22:13:45
Le cycle des "Salauds Gentilshommes". J'ai pris le 1er tome "Les Mensonges de Locke Lamora" alléché par le 4e de couv'

Fini hier soir ce bouquin. Quelques regrets sur une magie très puissante finalement (même si peu présente), mais à part ça je suis vraiment enchanté par ma lecture. Nombreux retournements de situation, personnages très attachants, des répliques franchement drôles et une ville de Camorra qu'on aimerait bien explorer en tant que PJ. Il y a vraiment des similitudes entre ce cycle et les œuvres de Mr Usher je trouve. En tout cas j'espère qu'ils ont le 2e tome à la bibliothèque sans ça je vais devoir me ruiner à l'acheter tellement j'ai envie de savoir la suite.  :D

Une lecture conseillée donc.


Titre: Re : Votre livre de chevet
Posté par: pangloss le 17Juillet, 2010, 22:21:24
Merci à tous de vos conseils !
J'avais commencé l'Iliade, il y a quelques années, sans réussir à le finir, c'est peut-être l'occasion de me relancer dans cette entreprise de longue haleine.
Quant à Bradley j'avais acheté, il y a longtemps, son cycle arthurien - qui soyons clair, m'avait gâvé au plus au point. Je n'accrochais pas au style, et la perspective féminine m'horripilait
 J'ai entendu de bons ou de mauvais  échos de la trilogie du Minotaure- j'hésite donc à m'y lancer...son côté léger et coloré m'attire pour une lecture d'été.
 En te lisant Cuchulain, je vais peut-être revoir mon jugement sur Le Lion de Macédoine  et tenter au moins le 1er tome dont je viens de lire une critique plutôt flatteuse sur un blog.
 Usher, j'avais lu ton post sur ce forum sur Alexandre et les aigles de Rome- très intéressant mais je n'aime pas trop les uchronies, mais merci de ton aide.
Oui désolé je suis un client difficile  :D Mais si vous avez d'autres idées, n'hésitez pas - et à mon retour de voyages, je vous commenterai le livre gagnant.  ;)

 Par ailleurs, je viens de finir la nouvelle Toiles déchirées de Charlotte Bousquet de l'Anthologie Magiciennes et Sorcière. Du coup, ce texte avec un thème lié aux Moires m'a agréablement surpris, moi qui cherchait au même moment de la littérature imprégnée de mythologie grecque. Mais Arachnae, l'univers de Bousquet, s'inspire de la République de Venise. Décidement, l'Italie de la Renaissance motive les auteurs français.

 Je suis quand même étonné de l'absence de romans de fantasy grecque. On sortirait un peu de l'influence celte et germanique.  J'adorerai lire l'équivalent de l'Anabase de Xénophon, par exemple, version fantasy-  (même si je viens de tomber sur la fiche sur actu sf de "10 000 au coeur de l'empire" de Kearney dont le résultat ne semble pas avoir convaincu le chroniqueur)


Titre: Re : Votre livre de chevet
Posté par: Karibou le 19Juillet, 2010, 21:57:01
Un peu alléché par les excellents jeux vidéos et des critiques assez encourageantes, je me suis lancé dans la lecture de STALKER des frères Arcadi.

Au final un bon roman, assez court et du coup assez frustrant pour cela. Sûrement trop influencé par l'univers fouillé des jeux vidéos, je m'attendais à une description cohérente de l'univers proposé. Que nenni. Ici, juste l'histoire d'un personnage vivant dans la Zone. Un homme assez lucide qui verra au long de sa vie les ravages qu'elle peut faire.

Très sympathique, même si j'aurais adoré en avoir plus.


Titre: Re : Votre livre de chevet
Posté par: cavaillon le 21Juillet, 2010, 17:39:36
J'ai terminé hier le premier tome de Mathias Sandorf, de Jules Verne.

C'est du Jules Verne, hein. Ca coule de bons sentiments.  Les "gentils" sont vraiment gentils, pleins de noblesse d'âme, de générosité, de patriotisme, de sens du sacrifice, d'amour pour leurs proches... Comme la nature est bien faite, ils sont souvent bien faits aussi, de noble prestance, de haute taille, le corps vigoureux et agile. Les "méchants", eux sont... ben très méchants. Ils ne voient que leurs intérêts, sont attirés uniquement par l'argent, n'hésitent pas à trahir, vendre des innocents pour s'emparer de leurs richesses, ne reculent devant aucune bassesse et n'aiment pas leur famille.

Si l'on accepte ces postulats, cette première partie de roman (je devrais récupérer la suite en août) est plutôt bien, et rachète le mauvais souvenir que j'ai de "L'Etoile du Sud" (dont j'ai parlé plus haut, ici même).

En quelques mots, trois Hongrois patriotes complotent pour délivrer leur pays du joug autrichien. Leur complot est découvert par un banquier et son complice aventurier. Ces derniers décident d'infiltrer les comploteurs, puis les dénoncent (pour pouvoir récupérer leurs richesses). Emprisonnés, condamnés à mort, l'un d'eux Mathias Sandorf, parvient à s'échapper. Ayant appris durant sa captivité la trahison des deux affreux, il prend sur lui le devoir de "faire justice". Après une semaine de cavale, il est rattrapé, tombe à la mer sous une grêle de balles, et son corps n'est jamais retrouvé.

15ans plus tard, un mystérieux "Docteur Antékirtt", aux connaissances (scientifiques et psychiques) et à la richesse apparemment sans limite arrive à Raguse, la ville où le banquier s'est retiré pour vivre confortablement...


Titre: Re : Votre livre de chevet
Posté par: cavaillon le 03Août, 2010, 17:45:52
"Deuil interdit" de Connelly.

Une enquête style "Cold Case". Réintégrant le bureau des affaires non résolues, Bosch fait à nouveau équipe avec Rider. Ils travaillent sur un dossier de 17 ans sur le meurtre (mal) déguisé en suicide d 'une jeune fille. Un morceau de peau découvert dans le canon de l'arme du crime a pu être analysé et l'A.D.N. identifié, ce qui n'était pas possible à l'époque de l'affaire. Il s'agit d'un certain Mackey. Bosch et Rider rouvrent l'enquête...

C'est sympathique, mais rien d'exceptionnel, et ça se lit relativement vite...



Titre: Re : Votre livre de chevet
Posté par: Cuchulain le 19Août, 2010, 14:10:22
Je lis en ce moment un roman fantasy-cape et d'épée : "A la pointe de l'épée" d'Ellen Kushner. Voici le 4e de couverture :
"Richard Saint-Vière est le plus fameux des tueurs des Bords-d'Eau, le quartier des pickpockets et des prostituées. Aussi brillant qu'impitoyable, violent à ses heures, ce dandy scandaleux gagne sa vie comme mercenaire en vendant ses talents de bretteur au plus offrant, sans trop se soucier de morale. Mais tout va se compliquer lorsque, pour de mystérieuses raisons, certains nobles de la Cité décident de se disputer ses services exclusifs; Saint-Vière va dès lors se retrouver au coeur d'un inextricable dédale d'intrigues politiques et romanesques qui pourraient bien finir par lui coûter la vie... "

Ca se lit vite et bien, avec quelques personnages secondaires savoureux (mais pas trop le personnage principal qui ne se dévoile guère). Et on a droit à quelques péripéties d'un jeune noble dans un vaudeville assez amusant.  J'en parlerais dans le fil dédié au kpdp une fois fini, pour l'instant mon appréciation c'est "pas mal mais pas fabuleux".

J'ai fini sinon un excellent roman de Fantasy :
"Chroniques du tueur de roi 1 : le nom du vent".
Paru chez Bragelonne, ça raconte la jeunesse de Kvothe, fils de comédien itinérant tué par de mystérieuses créatures. Fabuleux ménéstrel, mage de génie bien des légendes courent sur lui... Le livre donne la parole à Kvothe qui fait son autobiographie sans complaisance. C'est enlevé, bien écrit avec un personnage principal très attachant, amusant et dont on aime à suivre les péripéties. Malgré le pavé ça se lit rapidement et on en redemande. Je conseille (en plus c'est plutôt low-fantasy ce qui ne gache rien)


Titre: Re : Votre livre de chevet
Posté par: Cuchulain le 24Août, 2010, 11:40:00
Je suis en pleine période "Andersonienne"... Je me délecte actuellement du cycle de  "La Patrouille du temps" de Poul Anderson.
Ca comble à la fois mon  goût pour les histoires de voyages dans le temps, mais aussi pour les romans historiques (car à première vue c'est plutôt bien documenté) et les uchronies (notamment celle ou l'Empire Romain n'a jamais pu se développer ayant perdu contre Carthage !).
A noter toutefois que le père PA semble apprécier les héros grand et fort (le principal héros du cycle de la patrouille du temps ressemble fortement à Olger Danske de 3 coeurs 3 lions).


Titre: Re : Votre livre de chevet
Posté par: Glorfindel le 26Août, 2010, 15:44:23
Un ami m'a signalé la sortie de ceci :

Les Contes de Canterbury et autres œuvres, André Crépin, J.-J. Blanchot, Florence Bourgne, Guy Bourquin, Derek Brewer, Hélène Dauby, Juliette Dor, E. Poulle, J.I. Wimsatt, avec Anne Wéry, Paris, Laffont, « Bouquins », 2010 (ISBN 978-2-221-10983-0)

L'intégrale de Chaucer pour la première fois en français, par un grand nom de la traduction comme André Crépin, c'est tentant. J'avais lu les Contes de Canterbury il y a quelques années et ça m'avait bien plu. Là en plus, il y a ses autres oeuvres, que je ne connais pas, même si je sais qu'elles comptent une réécriture courtoise du mythe de la guerre de Troie, ce qui est toujours intéressant. J'ai d'autres choses sur le feu, mais je garde cette sortie en ligne de mire, et en attendant je vous en fais part.


Titre: Re : Votre livre de chevet
Posté par: Xaramis le 26Août, 2010, 16:53:45
Je viens juste de terminer Vol de nuit, et je me lance dans Terre des hommes. Cela faisait très longtemps que j'avais envie de relire Saint-Ex, pour le lire avec des yeux d'adulte, et non plus d'adolescent comme quand je l'avais découvert.


Titre: Re : Votre livre de chevet
Posté par: tristesire le 26Août, 2010, 17:41:33
Aprés MOKA de Tatiana de Rosnay, j'entame Ilium, Olympos de Dan Simnons...


Titre: Re : Votre livre de chevet
Posté par: Rom1 le 26Août, 2010, 22:52:49
On m'a offert les 2 tomes du Secret de Ji, de Pierre Grimbert.

Qqu'un saurait me dire si ça vaut le coup que je me lance dedans ? Ça fait plus de 1.000 pages et si c'est de la mauvaise fantasy, j'ai pas trop envie de perdre mon temps.


Titre: Re : Re : Votre livre de chevet
Posté par: Cuchulain le 27Août, 2010, 06:41:15
On m'a offert les 2 tomes du Secret de Ji, de Pierre Grimbert.

Qqu'un saurait me dire si ça vaut le coup que je me lance dedans ? Ça fait plus de 1.000 pages et si c'est de la mauvaise fantasy, j'ai pas trop envie de perdre mon temps.

Je dirais pas que c'est mauvais, mais ça ne m'a pas passionné dans mes souvenirs d'ado...  :-\


Titre: Re : Re : Votre livre de chevet
Posté par: Glorfindel le 27Août, 2010, 08:32:26
A noter toutefois que le père PA semble apprécier les héros grand et fort (le principal héros du cycle de la patrouille du temps ressemble fortement à Olger Danske de 3 coeurs 3 lions).

Je n'ai pas lu 3 lions 3 coeurs, mais Olger Danske, c'est la forme danoise du nom d'Ogier le Danois, le héros d'une de nos plus belles chansons de geste, et si Poul Anderson a respecté le personnage, effectivement c'est un sacré client, d'une force proprement herculéenne. A un moment donné, il passe sa lance dans une meule de moulin et s'en sert pour venir à bout d'un adversaire coriace.


Titre: Re : Votre livre de chevet
Posté par: Hikaki le 27Août, 2010, 10:14:55
Cet été, j'ai poursuivi ma plongée en terres nordiques avec des policiers, et des auteurs comme Jo Nesbo, Gunnar Staalesen ou Henning Mankell (découvert grâce à une série sur Arte). Plutôt plaisants pour qui aime le genre et découvrir d'autres cultures. Pas très littéraires, par contre.
Parmi mes bonnes découvertes, il y a eu l'excellent Julius Winsome de Gerard Donovan, ainsi que Naufrages de Akira Yoshimura. Des styles très épurés, et superbes.


Titre: Re : Re : Re : Votre livre de chevet
Posté par: Rom1 le 27Août, 2010, 10:15:58
On m'a offert les 2 tomes du Secret de Ji, de Pierre Grimbert.

Qqu'un saurait me dire si ça vaut le coup que je me lance dedans ? Ça fait plus de 1.000 pages et si c'est de la mauvaise fantasy, j'ai pas trop envie de perdre mon temps.

Je dirais pas que c'est mauvais, mais ça ne m'a pas passionné dans mes souvenirs d'ado...  :-\

C'est si vieux que ça ?  :o


Titre: Re : Re : Re : Votre livre de chevet
Posté par: Cuchulain le 27Août, 2010, 10:39:51
A noter toutefois que le père PA semble apprécier les héros grand et fort (le principal héros du cycle de la patrouille du temps ressemble fortement à Olger Danske de 3 coeurs 3 lions).

Je n'ai pas lu 3 lions 3 coeurs, mais Olger Danske, c'est la forme danoise du nom d'Ogier le Danois, le héros d'une de nos plus belles chansons de geste, et si Poul Anderson a respecté le personnage, effectivement c'est un sacré client, d'une force proprement herculéenne. A un moment donné, il passe sa lance dans une meule de moulin et s'en sert pour venir à bout d'un adversaire coriace.

Alors je t'invite fortement à lire 3 coeurs 3 lions ça devrait beaucoup te plaire mon vieux ! Et quant à Olger Danske disons que le personnage de Manse Everard dans la patrouille du temps lui ressemble beaucoup physiquement et ça m'a interpellé. Et je t'incite à lire beaucoup de choses de P. Anderson qui a écrit de la fantasy comme on l'aime ! Le cycle de Roma Mater, 3 coeurs 3 lions, la Patrouille du temps... En VO j'ai commencé "'The broken sword" et ça a l'air "rien chouette" comme disait le petit Nicolas (celui de Goscinny pas Naboléon hein ;).

@ Rom 1 : euh en fait ça date de 1997... :-[ J'avais donc 22 ans et plus vraiment ado.  :lol: Donc dans mes souvenirs de jeune adulte c'est pas mal mais pas extraordinaire. :-\


Titre: Re : Re : Re : Re : Votre livre de chevet
Posté par: killerklown le 28Août, 2010, 19:42:49
On m'a offert les 2 tomes du Secret de Ji, de Pierre Grimbert.

Qqu'un saurait me dire si ça vaut le coup que je me lance dedans ? Ça fait plus de 1.000 pages et si c'est de la mauvaise fantasy, j'ai pas trop envie de perdre mon temps.

Je dirais pas que c'est mauvais, mais ça ne m'a pas passionné dans mes souvenirs d'ado...  :-\

C'est si vieux que ça ?  :o

C'est pas tout récent en effet, ca doit dater des années 90 (pour le 1er cycle)

Par contre moi j'en ai plutot un bon souvenir.


Titre: Re : Votre livre de chevet
Posté par: cavaillon le 30Août, 2010, 18:25:23
Je viens de terminer ma seconde lecture de "Sir Gawain and the Green Knight, Pearl & Sir Orfeo" de Tolkien.

Il s'agit de la traduction en Anglais moderne de ces poèmes datés du quatorzième siècle. Bon, "Anglais moderne", pour Tolkien, ça reste un concept...      :)    Bien des mots me sont inconnus, mais cela ne nuit pas à la compréhension générale de l'histoire. Par contre, il faut relire les phrases plusieurs fois, pour bien discerner les sujets, verbes et compléments, ce qui rend la lecture assez laborieuse. Mais si l'on a le loisir de lire à haute voix (pas dans le bus), c'est assez plaisant : Tolkien a conservé les rimes lorsqu'elles étaient présentes dans les originaux et a tenté de conserver les allitérations, même s'il a dû parfois renoncer (c'est expliqué dans l'appendice).

Je pense qu'il faut quand même un niveau correct en Anglais. Anecdote personnelle : j'avais tenté de le lire il y a des années et j'avais été très déçu ; je ne comprenais rien ! J'ai retrouvé ce livre lors de ma dernière visite chez mes parents, et j'ai retenté l'aventure en espérant que mes deux ans et demi chez les Américains m'aideraient, ce qui a été le cas...

Les histoires en elles-même sont plutôt surprenantes pour qui n'est pas versé dans la littérature de cette époque, comme moi (Glorfindel serait sûrement moins dépaysé). Les chevaliers s'y livrent de surprenant défis (genre "coupe-moi la tête et si j'y survis, je ferai pareil dans un an") ; on y trouve du merveilleux, fortement teinté de christianisme, et on se laisse bercer par la poésie...

Je suis content d'avoir retrouvé et finalement apprécié ces oeuvres, et ma préférence va à la plus courte "Sir Orfeo", peut-être la moins surprenante...


Titre: Re : Votre livre de chevet
Posté par: Glorfindel le 30Août, 2010, 21:09:59
Ben en fait, j'ai réalisé une traduction rimée en Français moderne de Sir Orfeo. Je vais la poster dans "Taquinons la Muse", tiens.


Titre: Re : Votre livre de chevet
Posté par: Inigo Montoya le 31Août, 2010, 13:37:07
Je viens de ressortir de derrière les fagots: "Contes sorciers" de Claude Seignolle.
Des nouvelles fantastiques fleurant bon le terroir et les traductions populaires. Le tout dans un style agréable et envoutant...
(http://cot.priceminister.com/photo/347576176_L.jpg)


Titre: Re : Re : Votre livre de chevet
Posté par: Cuchulain le 01Septembre, 2010, 16:04:33
Je viens de terminer ma seconde lecture de "Sir Gawain and the Green Knight, Pearl & Sir Orfeo" de Tolkien.
(...)
Les chevaliers s'y livrent de surprenant défis (genre "coupe-moi la tête et si j'y survis, je ferai pareil dans un an") ; on y trouve du merveilleux, fortement teinté de christianisme, et on se laisse bercer par la poésie...

Je suis content d'avoir retrouvé et finalement apprécié ces oeuvres, et ma préférence va à la plus courte "Sir Orfeo", peut-être la moins surprenante...

Vieil héritage païen : Cuchulainn se livre au même défi avec deux autres chevaliers de la Branche Rouge. Quand on voit le nombre de points commun entre Gauvain et le père Sétanta, ce n'est pas surprenant. Fait intéressant : le fait de couper la tête chez les celtes est synonyme de mort ultime. Lors de la bataille des Tuatha de Danan contre les fomoirés (ou contre les Fir-Bolg ? J'ai un doute... :-\) leur druide dit qu'il peut guérir n'importe quel guerrier dont le cou ou la colonne vertébrale n'est pas touché..

Bon et à part ramener ma science : j'ai parcouru pour ma part l'adaptation/ traduction de la saga de Volsungar par Tolkien dont le nom précis m'échappe (mémoire de poisson rouge).  Où la aussi JRRT a fait de belle allitérations et à un style très médiéval... J'en parle un peu plus sur mon blog (un peu de pub ça fait pas de mal  ;))


Titre: Re : Re : Re : Votre livre de chevet
Posté par: PM le 01Septembre, 2010, 16:46:13
Fait intéressant : le fait de couper la tête chez les celtes est synonyme de mort ultime. Lors de la bataille des Tuatha de Danan contre les fomoirés (ou contre les Fir-Bolg ? J'ai un doute... :-\) leur druide dit qu'il peut guérir n'importe quel guerrier dont le cou ou la colonne vertébrale n'est pas touché..

Citation de: Ramirez
If your head comes away from your neck, it's over.


Titre: Re : Votre livre de chevet
Posté par: Usher le 01Septembre, 2010, 17:09:29
Comme le dit Cuchulain, le symbolisme de la tête coupée est un vieil héritage païen, celtique en l'occurrence chez le Chevalier vert. Claude Sterckx en fournit une analyse intéressante dans Mythologie du Monde celte, situant dans le cerveau la "psyché" (l'âme vitale), distincte de la "thymé" (la conscience, placée dans le cœur par les anciens). Couper la tête, c'est donc séparer le corps de sa force vitale : on retrouve ce symbolisme dans pas mal de civilisations archaïques. Les Scythes ou les Germains, qui buvaient dans le crâne des ennemis prestigieux, pratiquaient de la sorte une forme de vampirisme symbolique. Dans le folklore actuel, une manière de tuer un vampire reste la décollation, ce qui atteste que le mythème est resté dans nos consciences.

Plus rigolo : le culte des têtes coupées a longtemps survécu dans le christianisme sous la forme des saints céphalophores, les saints martyres portant leur tête coupée. On en voit toujours un ou deux dans les statues des cathédrales médiévales. Le plus célèbre d'entre eux n'est autre… que Saint-Denis, le protecteur tutélaire du royaume de France !  :D


Titre: Re : Re : Votre livre de chevet
Posté par: Cuchulain le 01Septembre, 2010, 18:24:23
Comme le dit Cuchulain, le symbolisme de la tête coupée est un vieil héritage païen, celtique en l'occurrence chez le Chevalier vert. Claude Sterckx en fournit une analyse intéressante dans Mythologie du Monde celte, situant dans le cerveau la "psyché" (l'âme vitale), distincte de la "thymé" (la conscience, placée dans le cœur par les anciens). Couper la tête, c'est donc séparer le corps de sa force vitale : on retrouve ce symbolisme dans pas mal de civilisations archaïques. Les Scythes ou les Germains, qui buvaient dans le crâne des ennemis prestigieux, pratiquaient de la sorte une forme de vampirisme symbolique. Dans le folklore actuel, une manière de tuer un vampire reste la décollation, ce qui atteste que le mythème est resté dans nos consciences.

Plus rigolo : le culte des têtes coupées a longtemps survécu dans le christianisme sous la forme des saints céphalophores, les saints martyres portant leur tête coupée. On en voit toujours un ou deux dans les statues des cathédrales médiévales. Le plus célèbre d'entre eux n'est autre… que Saint-Denis, le protecteur tutélaire du royaume de France !  :D

Mode je ramène ma science [ON]
On retrouve aussi le symbolisme de la tête qui sert de récipient dans le fameux toast scandinave Sköll qui a donné Skull - crâne en anglais.
Mode je ramène ma science [OFF]


Sinon je suis dans " La légende de Marche Mort" de David Gemmel. Sympa mais sans plus. Encore une histoire de siège (ça doit être le 4e bouquin que je lis de lui ou les héros sont enfermés inférieur en nombre pour résister à des ennemis cruels et sans merci.) avec Druss qui manie la hache et semble limite invincible. Perd pas mal de son intérêt quand dans les premières pages on voit Druss vieux raconter ses péripéties, donc même si on pas lu "Légende" on sait déjà qu'il ne va pas mourir. Mais ça fait bien passer le temps.

J'ai fini "A la pointe de l'épée" dont je parlais plus haut. Pas mal mais vraiment pas à s'en relever la nuit. Outre une histoire qui m'a parue décousue, des personnages falots qu'on a tendance à confondre et pas vraiment d'action ; l'auteure semble fascinée par les relations sexuelles entre hommes dont l'évocation parsème le bouquin (tout en restant fort évasif) et dont la description n'apporte que peu de choses voire rien (c'est là que l'avis d'une personne rentrant dans la catégorie de ceux que ce genre de scènes peut titiller m'intéresserait pour savoir si justement ça l'a titillé, histoire que ces scènes ait au moins une quelconque utilité). Moralité : il ne suffit pas de mettre des bretteurs en scène et un complot politique pour rivaliser avec Dumas ou Perez Reverte ! Dans le genre :  je conseille plutôt le cycle des Lames du roi qui mélange avec brio fantasy avec rapière.  ::)


Titre: Re : Votre livre de chevet
Posté par: Glorfindel le 01Septembre, 2010, 18:26:26
Soit dit en passant, Cavaillon, si tu veux lire davantage de choses du même genre que Sir Orfeo ou Sir Gawain and the green knight, je te recommande :
-Lais de Marie de France, Edition bilingue de Philippe Walter, Gallimard, 2000.
-Lais féériques des XIIème et XIIIème siècles, Alexandre Micha, GF Flammarion, 1992.

Ce sont des textes qui appartiennent au genre des lais bretons : des contes en vers, qui puisent leurs racines dont la tradition orale et se chantaient à l'origine en s'accompagnant à la harpe ou la rote. Comme leur nom l'indique, ils se rattachent à la matière de Bretagne, parfois par inclusion explicite dans le contexte arthurien ou tristanien, mais le plus souvent par la mention géographique de la Bretagne, grande ou petite. Un des principaux indicateurs du genre est aussi la présence du merveilleux d'origine celtique. ça se lit très bien, même dans le texte d'origine, quoi qu'en l'occurence je te cite des éditions bilingues, et c'est passionnant.


Titre: Re : Votre livre de chevet
Posté par: Mortlock le 01Septembre, 2010, 19:41:32
-Lais de Marie de France, Edition bilingue de Philippe Walter, Gallimard, 2000.

Très bon ouvrage effectivement ! De toute façon lorsque vous voyez le nom e Philippe Walter sur la couv d'un livre allez-y c'est du tout bon !
Et non je ne dis pas ça parce qu'il fut mon prof en fac à Grenoble ! 


Titre: Re : Re : Votre livre de chevet
Posté par: Glorfindel le 01Septembre, 2010, 19:55:51
Et non je ne dis pas ça parce qu'il fut mon prof en fac à Grenoble ! 

Toi aussi ? Par exemple ! C'était vers quelle époque, à peu près ? Enfin, tu es plus âgé que moi, alors j'imagine qu'on n'a pas du se trouver ensemble sur les bancs de la fac. Mais c'est un prof génial, c'est sûr. J'ai fait mon master avec lui.  :D


Titre: Re : Votre livre de chevet
Posté par: Mortlock le 02Septembre, 2010, 07:44:03
Première partie des années 90  :D


Titre: Re : Votre livre de chevet
Posté par: Glorfindel le 02Septembre, 2010, 20:12:25
Donc je t'ai suivi à une dizaine d'année d'intervalle. Se pourrait-il que tu aies connu Guillaume Issartel à l'époque ? C'est un disciple de Walter, que j'ai eu la chance de rencontrer par la suite et qui a récemment publié sa thèse de doctorat.

La geste de l'ours : L'épopée romane dans son contexte mythologique, XIIe-XIVe siècle, Guillaume Issartel, Honoré Champion, 2010.

Citation
Les chansons de geste françaises, occitanes, italiennes et espagnoles forment un vaste corpus difficile à interpréter, et d’où n’émergent encore aujourd’hui, aux yeux d’un public cultivé, que la Chanson de Roland et quelques aventures de Guillaume d’Orange. Le foisonnement des textes (plus de cent), des personnages héroïques, des situations dans lesquelles sont pris Charlemagne et ses braves guerriers, les Aymerides, ou le lignage de Ganelon le perfide, pose toutes sortes de problèmes complexes qui semblent souvent interdire une approche d’ensemble du phénomène épique. Les avancées de la mythologie comparée fournissent pourtant peu à peu les moyens de mieux cerner cette riche littérature, qui se révèle hantée par des figures mythiques totalement inattendues, surgies d’un lointain passé. Parmi elles, l’ours ; objet de croyances partagées par différents peuples eurasiatiques et américains, cet animal a su léguer une part de ses habitudes, son nom, sa démarche ou sa force à de nombreux héros épiques, tels Orson de Beauvais, ou Guillaume d’Orange soi-même, qui trahit dans son surnom bien connu (Fierebrace, « à l’étreinte sauvage ») ses accointances avec le plantigrade. La mythologie de l’ours structure en profondeur l’imaginaire épique médiéval, dont les éléments, aussi divers qu’ils soient au premier abord, révèlent une cohérence étonnante au fur et à mesure de l’analyse. Le rapprochement entre le corpus roman, d’autres o euvres européennes (en particulier germaniques), des textes beaucoup plus « exotiques » (chinois, indiens,…), et de nombreux rites, mythes et contes populaires marqués par la présence de l’ours apporte ainsi une foule d’explications à propos des tribulations des héros francs, de leurs comportements et des objets qui leur sont propres, de leur façon de combattre, de leurs enfances, des chemins qu’ils arpentent… sans oublier les rapports troubles qu’ils entretiennent avec l’Histoire, et qui ont souvent masqué leur véritable origine.

Un livre absolument passionnant, certainement l'étude la plus complète à ce jour sur la mythologie de l'ours. L'auteur solliscite un corpus énorme provenant de nombreux pays, traquant l'ours mythique de la Sibérie à la Chine en passant par la Grèce, la Russie et bien d'autres lieux encore. L'ouvrage réussit la prouesse de concilier érudition et accessibilité. Fallait bien que j'en parle un jour, tiens.


Titre: Re : Votre livre de chevet
Posté par: Mortlock le 02Septembre, 2010, 21:35:57
Ce nom ne me dit rien. Enfin si mais je ne me rappelle pas l'avoir côtoyé sur les bancs de la fac. Intéressant et impressionnant en tout cas sa thèse !


Titre: Re : Votre livre de chevet
Posté par: Glorfindel le 02Septembre, 2010, 22:13:19
C'est un type épatant, d'une érudition époustouflante et avec ça très sympathique. Je lui dois beaucoup, il m'a vraiment aidé dans mon exploration personnelle de la littérature médiévale, et m'a fait découvrir plusieurs oeuvres que j'ai lues avec un réel bonheur. Par exemple La Pérégrination vers l'Ouest dont j'ai déjà parlé dans ce fil.

Il commence juste à percer dans le domaine de la recherche, mais il a déjà à son actif quelques articles parus dans des publications scientifiques. On peut même en trouver sur le net (http://frgf.utmn.ru/last/No19/text12.htm).


Titre: Re : Votre livre de chevet
Posté par: Usher le 02Septembre, 2010, 22:22:20
Ca fait un moment que Philippe Walter publie : j'ai sa Mythologie chrétienne qui remonte au début des années 1990…


Titre: Re : Votre livre de chevet
Posté par: Glorfindel le 02Septembre, 2010, 22:31:08
Oui, je sais bien. En fait, j'étais passé du maître au jeune padawan et c'est  de ce dernier, Guillaume Issartel, donc, que je disais qu'il commençait juste à publier. Comme quoi, l'abus de pronoms personnels tue la communication. Désolé. :-[


Titre: Re : Votre livre de chevet
Posté par: Usher le 03Septembre, 2010, 08:55:48
Au temps pour moi : j'avais mal lu ! C'est pourtant assez clair…  :-[


Titre: Re : Votre livre de chevet
Posté par: Rom1 le 03Septembre, 2010, 09:03:19
Citation
Par exemple La Pérégrination vers l'Ouest dont j'ai déjà parlé dans ce fil.

Ouvert vers les autres cultures en plus, bravo.
C'est tjs cool d'avoir un professeur qui vous marque dans la vie. AMHA, ça se perd bcp actuellement, cette figure de l'enseignant passionné capable de motiver par sa seule passion, son sérieux, son érudition.


Titre: Re : Re : Votre livre de chevet
Posté par: Glorfindel le 03Septembre, 2010, 11:04:54
Citation
Ouvert vers les autres cultures en plus, bravo.


Ouaip. Si tu vas jeter un oeil à l'article d'Issartel vers lequel j'ai mis un lieu, tu verras qu'en étudiant un modeste conte de fée, Boucle d'Or et les trois ours, il arrive à établir des rapprochements très pertinents avec la  matière arthurienne, des sagas islandaises, et les traditions orales de peuplades sibériennes. C'est ce qui fait l'intérêt des études de mythologie comparée, et c'est un peu la marque de fabrique de ce qu'on pourrait appeler pompeusement "la petite école walterienne".

Pour la petite histoire, lorsque je faisais mon mémoire sur les traits solaires du personnage de Gauvain (le neveu d'Arthur, un chevalier dont la force croît et décroît suivant le cours du soleil ; elle est à son paroxysme lorsque l'astre est à son zénith), je m'employai à confronter les textes romans avec la matière celtique, et particulièrement irlandaise. C'est alors que Walter m'avait conseillé de faire un tour par le Mahabharata, et de me pencher sur Karna, le fils du soleil, et sur la roue de son char qui s'enfonce dans la terre au moment de sa mort. C'est comme ça que j'ai découvert le Mahabharata, et à l'époque j'étais loin de me douter qu'un JdR comme Devâstra en serait un jour inspiré. Chose que je trouve géniale, d'ailleurs. ça montre que le JdR peut avoir une dimension culturelle, et qu'il peut faire découvrir des oeuvres qui le méritent.

Citation
C'est tjs cool d'avoir un professeur qui vous marque dans la vie. AMHA, ça se perd bcp actuellement, cette figure de l'enseignant passionné capable de motiver par sa seule passion, son sérieux, son érudition.


Il est bien possible que ce soit la tendance générale, mais personnellement, je ne l'ai pas trop constaté, ayant eu beaucoup de très bons profs pendant mes études.


Titre: Re : Votre livre de chevet
Posté par: Cuchulain le 03Septembre, 2010, 18:05:25
Je viens de finir "Beau comme un aéroport" de Douglas "Guide du routard Galactique" Adams. C'est loufoque, absurde, rempli de personnages haut en couleurs parfois totalement délirants et de cette touche d'humour british que j'aime tant. Il y a plusieurs passages ou j'ai du m'empêcher d'exploser de rire dans les transports en commun et pendant les 3/4 de l'ouvrage je me suis bidonné. Vraiment je conseille ce petit bouquin de poche pour ceux qui ont aimé son guide du routard galactique.

Au chapitre des défauts... Eh bien disons qu'on retrouve cette tendance à l'essoufflement dans l'humour et le délire, comme si l'auteur avait du mal à conclure et se lassait progressivement de son histoire. Ça reste amusant mais on ne s'esclaffe plus toutes les deux pages...   :-\ Une bonne inspiration pour Conspirations dans le genre enquête décalé et absurde en tout cas.


Titre: Re : Re : Votre livre de chevet
Posté par: killerklown le 10Septembre, 2010, 00:52:08
Je suis en pleine période "Andersonienne"... Je me délecte actuellement du cycle de  "La Patrouille du temps" de Poul Anderson.
Ca comble à la fois mon  goût pour les histoires de voyages dans le temps, mais aussi pour les romans historiques (car à première vue c'est plutôt bien documenté) et les uchronies (notamment celle ou l'Empire Romain n'a jamais pu se développer ayant perdu contre Carthage !).

Sur les conseils de Cuchu, je viens de lire moi aussi le premier recueil de nouvelles de "La Patrouille du temps" (bon certes en anglais pour ma part)
J'avais une certaine appréhension, puisque les nouvelles ont été écrites entre 1954 et 1959 ... Mais ca n'a pas pris de coup de vieux. L'auteur évitant savammment de parler trop du futur proche, tout en délirant des XXIVemes siècles et leur technologie.
Le style est pas littéraire, peu de longues description : ca va à l'essentiel. Mais à coté de ca, ca bouge bien et les scénarios sont très bien ficelés.
Je me range derrière Cuchu (du coup on me voit plus  :mrgreen:) et conseille moi aussi "guardians of time". Pour ma part je vais surement commander le tome suivant.


Titre: Re : Re : Votre livre de chevet
Posté par: cavaillon le 15Septembre, 2010, 17:29:45
J'ai terminé hier le premier tome de Mathias Sandorf, de Jules Verne.

C'est du Jules Verne, hein. Ca coule de bons sentiments.  Les "gentils" sont vraiment gentils, pleins de noblesse d'âme, de générosité, de patriotisme, de sens du sacrifice, d'amour pour leurs proches... Comme la nature est bien faite, ils sont souvent bien faits aussi, de noble prestance, de haute taille, le corps vigoureux et agile. Les "méchants", eux sont... ben très méchants. Ils ne voient que leurs intérêts, sont attirés uniquement par l'argent, n'hésitent pas à trahir, vendre des innocents pour s'emparer de leurs richesses, ne reculent devant aucune bassesse et n'aiment pas leur famille.

Si l'on accepte ces postulats, cette première partie de roman (je devrais récupérer la suite en août) est plutôt bien, et rachète le mauvais souvenir que j'ai de "L'Etoile du Sud" (dont j'ai parlé plus haut, ici même).

En quelques mots, trois Hongrois patriotes complotent pour délivrer leur pays du joug autrichien. Leur complot est découvert par un banquier et son complice aventurier. Ces derniers décident d'infiltrer les comploteurs, puis les dénoncent (pour pouvoir récupérer leurs richesses). Emprisonnés, condamnés à mort, l'un d'eux Mathias Sandorf, parvient à s'échapper. Ayant appris durant sa captivité la trahison des deux affreux, il prend sur lui le devoir de "faire justice". Après une semaine de cavale, il est rattrapé, tombe à la mer sous une grêle de balles, et son corps n'est jamais retrouvé.

15ans plus tard, un mystérieux "Docteur Antékirtt", aux connaissances (scientifiques et psychiques) et à la richesse apparemment sans limite arrive à Raguse, la ville où le banquier s'est retiré pour vivre confortablement...

J'ai terminé le second tome hier. C'est égal au premier, donc plutôt bien, même si la tension dramatique est moindre, car c'est une happy end. Le "retournement de situation totalement inattendu" de la fin est en fait éculé depuis au moins Molière, quand même (avec la fille de la personne haïe dont le jeune homme s'était épris, qui est en fait l'enfant enlevée très jeune au héros). On s'y attend depuis un bon moment quand ça arrive...

C'est plaisant, mais ça ne vaut pas un Michel Strogoff.


Titre: Re : Votre livre de chevet
Posté par: Cuchulain le 15Septembre, 2010, 19:56:21
Je suis en plein dans Gallica de Henri Loevenbruck. C'est très plaisant, voire même captivant.  Le résumé de l'éditeur :
1154 : imaginez une France de légende, nommée Gallica... Dans le comté de Tolsanne, on raconte que, pendant la nuit de la Saint-Jean, un jeune homme marcha dans les flammes pour sauver un loup du bûcher. Son nom était Bohem, le fils du louvetier
Quatre ans plus tard, sa vie bascule : son village et sa famille sont massacrés par de mystérieux guerriers. Terrorisé, il s'enfuit, traqué par des forces sanguinaires dont il ne sait rien. Sur les routes de Gallica, Bohem rencontre alors les Compagnons du Devoir, jeunes artisans qui parcourent le pays et dont l'étonnante fraternité lui vient en aide. En chemin, il apprend qu'il est devenu l'objet de toutes les convoitises politiques et religieuses du royaume. Il doit échapper au roi de Gallica, à la Milice du Christ et à un ennemi inconnu qui semble tout savoir de ses origines : le Sauvage. Face au danger, Bohem s'efforce de comprendre pourquoi on le pourchasse et découvre sa surprenante affinité avec les Brumes, ces créatures légendaires, ces licornes, ces loups que les hommes exterminent. Or Bohem le devine : son destin est caché dans le secret des loups


J'avais longtemps hésité à l'acheter, puis je l'ai vu chez un ami et ça m'a titillé. Du coup quand je l'ai vu en bibliothèque 3 tomes rassemblé en un gros volume je me suis rué dessus. 
Donc comme je le disais c'est bien écrit et se lit bien. L'intrigue vous tient en haleine et donne envie de tourner les pages pour en savoir plus. Ça me fait penser aux ouvrages de Guy Gavriel Kay (et c'est un point positif pour moi) qui sont quasi-historiques, l'auteur fait un pays qui a "presque le goût de.." histoire de pouvoir développer son intrigue en dehors des contraintes de l'histoire. Malgré le décalage : on reconnait aisément , entres autres : les templiers, Alienor d'Aquitaine, Constance de Castille et autres personnages historiques.
Quoi d'autre ? Le personnage de Bohem se complexifie au fur et à mesure des pages et malgré le côté "je suis l'élu" parfois redondant en fantasy, l'auteur tire son épingle du jeu grâce aux tourments intérieurs et aux hésitations du héros.

Quelques reproches : la langue d'Oc ressemble assez au français pour que j'en comprenne quelques bribes, mais retranscrire des poèmes entiers sans traduction ça va une fois mais au bout du Xe ça lasse un peu... Si la France et l'Angleterre sont crédibles, l'Irlande l'est assez peu et l'auteur ne semble pas vraiment renseigné sur la civilisation celtique. Les druides sont assez kitch ; les tuathan (on peut imaginer que ça viens des Tuatha de Dana, mais "tuath" ça veut dire peuple et le mot tout seul fait joli mais ne veut rien dire) des guerriers peints comme aux premiers temps des celtes qui se ballade au 12e siècle ça fait curieux, de même que la survivance des druides (pas de St Patrick dans le monde de Gallica ?).
C'est visiblement la suite de "La Moïra" il faudra que je le lise.

En conclusion : c'est un bon bouquin et je le conseille.


Titre: Re : Votre livre de chevet
Posté par: Riddle le 15Septembre, 2010, 22:53:15
je relis Nemesis d'Asimov.
c'est une espèce d'ovni dans l'oeuvre du maître... totalement pas dans le ton habituel du bonhomme... avec même, shoking! un E.T. (chose qu'Asimov avait toujours refusé d'inclure dans ses livres précédents...). Et curieusement, j'aime bien. alors que les Robots et Trantor  beuh.... 


Titre: Re : Votre livre de chevet
Posté par: Kazanoff le 17Septembre, 2010, 15:16:24
En train de lire un livre au propos très intéressant : Guns, Germs and Steel, de Jared Diamond (je ne sais pas s'il existe une traduction française).
Il fait partie du "courant" de la global history / word history qui met en question la vision européanocentrée de l'Histoire. Fait intéressant, le Diamond en question n'est pas du tout historien de formation, mais biologiste (c'est quoi le nom des spécialistes des oiseaux  ???)

Pour résumer la question de recherche : pourquoi ce sont les Européens qui ont "découvert" les Amériques, conquis les empires Aztèques et Incas en si peu de temps, et imposé leur supériorité technologique dans le reste du monde, et non l'inverse? En d'autres termes : pourquoi la supériorité de l'Occident en gros à partir de la Renaissance.
Pour dévoiler un peu l'idée générale : ce ne sont pas les différences entres les hommes et les peuples, mais les différences entre les milieux dans lesquels les hommes et les peuples évoluent, qui sont à l'origine des fortunes diverses de ces sociétés humaines.

Il y a des parti-pris très clairs (idéologiques et méthodologiques), dont certains pourraient sans-doute être constructivement critiqués. Cela n'empêche pas le livre d'être extrèmement stimulant intellectuellement.

Je rajoute que c'est à la limite de l'étude historique. Il se penche sur des généralités et des paradigmes an-historiques, qui ont un impact capital sur l'histoire. Mais il y a assez peu de détails sur le passé des civilisations concernées.

Pour terminer, c'est extrèmement simple à lire, écrit avec humour et esprit, et orienté vers la recherche pratique de réponses, très à l'anglo-saxonne.

Je le recommande chaudement, ne serait-ce que pour pouvoir en discuter ici!


Titre: Re : Votre livre de chevet
Posté par: Riddle le 17Septembre, 2010, 19:16:55
ornithologue je pense...


moi j'aime beaucoup la théorie (mais je sais plus de qui elle est) selon laquelle l'Europe a eu sa chance en Amérique uniquement à cause de la peur panique de coup d'état de l'empereur chinois qui a rappelé sa flotte devenue trop puissante et surtout de son amiral, Zheng He. Il existe des indices faisant penser que cette flotte serait aller au moins jusqu'à Hawaï, voire même peut-être l'Ile de Pâques... 50 ans avant Colomb.
Si l'empereur n'avait pas eu cette soudaine envie de "repli géographique"  ou si l'amiral avait décidé de continuer ses explorations et de se tailler un royaume maritime (ce qu'il aurait tout à fait pu faire) l'Amérique aurait bénéficié du sens du commerce des chinois plutôt que de la barbarie des européens... entendons-nous bien les chinois ne sont pas moins barbares que les européens mais force est de reconnaître que leur technique est quand même plus subtile à cette époque là: on installe des comptoirs, on prends des épouses locales et on attend que la "civilisation" fasse "envie" aux barbares locaux... et là les conquistadores se seraient cassé les dents.

mais nous sommes à la limite du hors-sujet.

cependant il me semble bien que cette théorie fait partie d'un livre mais impossible de remettre la main dessus, si quelqu'un voit du quel je parle, je suis intéressée!


Titre: Re : Re : Votre livre de chevet
Posté par: Usher le 18Septembre, 2010, 15:16:20

cependant il me semble bien que cette théorie fait partie d'un livre mais impossible de remettre la main dessus, si quelqu'un voit du quel je parle, je suis intéressée!

Je pense qu'il s'agit de 1421, l'année où la Chine a découvert l'Amérique, de Gavin Menzies, éditions Intervalles, 2007 (pour la traduction française). Ca reste à conforter, mais il semble qu'il y ait des indices archéologiques troublants qui confirment cette hypothèse, comme la découverte d'épaves de jonques sur les côtes californiennes, si mes souvenirs sont bons…

Pour ma part, il me semble assez évident que l'atout principal des Européens en Amérique, ce fut la vérole. C'est très net dans la conquête de l'empire Inca, par exemple, où l'épidémie superposée à la guerre civile ont permis à Pizarro de cueillir cet immense territoire comme un fruit mûr.

Pour mesurer l'immensité des génocides accomplis dans le Nouveau Monde, lisez 1491 de Charles C. Mann (Albin Michel).


Titre: Re : Re : Re : Votre livre de chevet
Posté par: Xaramis le 18Septembre, 2010, 15:20:49
Je pense qu'il s'agit de 1421, l'année où la Chine a découvert l'Amérique, de Gavin Menzies, éditions Intervalles, 2007 (pour la traduction française). Ca reste à conforter, mais il semble qu'il y ait des indices archéologiques troublants qui confirment cette hypothèse, comme la découverte d'épaves de jonques sur les côtes californiennes, si mes souvenirs sont bons…
Le site (anglophone) de Gavin Menzies (http://www.gavinmenzies.net/) apporte des informations et des illustrations sur le sujet.


Titre: Re : Re : Re : Votre livre de chevet
Posté par: Kazanoff le 18Septembre, 2010, 18:26:31

cependant il me semble bien que cette théorie fait partie d'un livre mais impossible de remettre la main dessus, si quelqu'un voit du quel je parle, je suis intéressée!

Je pense qu'il s'agit de 1421, l'année où la Chine a découvert l'Amérique, de Gavin Menzies, éditions Intervalles, 2007 (pour la traduction française). Ca reste à conforter, mais il semble qu'il y ait des indices archéologiques troublants qui confirment cette hypothèse, comme la découverte d'épaves de jonques sur les côtes californiennes, si mes souvenirs sont bons…

Pour ma part, il me semble assez évident que l'atout principal des Européens en Amérique, ce fut la vérole. C'est très net dans la conquête de l'empire Inca, par exemple, où l'épidémie superposée à la guerre civile ont permis à Pizarro de cueillir cet immense territoire comme un fruit mûr.

Pour mesurer l'immensité des génocides accomplis dans le Nouveau Monde, lisez 1491 de Charles C. Mann (Albin Michel).

D'où le "Germs du titre", oui. A titre indicatif, la population de "l'Empire Aztèque" est passée en un siècle de 20 millions à moins de 2 millions. Bel effort quand même.

Quant au livre de Menzies, il est tout de même très discuté dans la communauté historienne. Le fait qu'ils aient pu le faire n'implique pas forcément qu'ils l'aient fait. Les évidences archéologiques sont toujours intérprétables (il y a par exemple des épaves romaines au large du Brésil, sans doute naufragées et portées par des tempêtes). Mais le bouquin est intéressant, surtout à considérer l'immensité de la flotte (et des vaisseaux!) de Huen-Ze...


Titre: Re : Re : Re : Votre livre de chevet
Posté par: Cuchulain le 18Septembre, 2010, 22:14:05

cependant il me semble bien que cette théorie fait partie d'un livre mais impossible de remettre la main dessus, si quelqu'un voit du quel je parle, je suis intéressée!

Je pense qu'il s'agit de 1421, l'année où la Chine a découvert l'Amérique, de Gavin Menzies, éditions Intervalles, 2007 (pour la traduction française). Ca reste à conforter, mais il semble qu'il y ait des indices archéologiques troublants qui confirment cette hypothèse, comme la découverte d'épaves de jonques sur les côtes californiennes, si mes souvenirs sont bons…

Tiens fait amusant, Poul Anderson traite de cet épisode dans un de ses bouquins de la Patrouille du temps. L'Agent Manse Everard doit empêcher les mongols alors maitres de la Chine de conquérir l'Amérique. Il a avec lui un agent amérindien qui postule le résultat de la conquête mongole, les tribus indiennes aurait largement gagnés au change !


Titre: Re : Votre livre de chevet
Posté par: Riddle le 19Septembre, 2010, 08:26:18
ouah! merci!


Titre: Re : Votre livre de chevet
Posté par: Kazanoff le 19Septembre, 2010, 14:08:11
Tiens d'ailleurs, tant qu'on y est :

je me souviens d'une critique (très positive d'ailleurs) à la parution d'un bouquin dans la même lignée, qui s'intéresse à ce qui se passe dans toutes les régions du monde à une année donnée.

Problème, je ne me souviens ni du titre, ni de l'auteur, ni de l'année en question... évidemment pour le retrouver c'est un peu coton.

Quelqu'un voit de quoi je parle?


Titre: Re : Votre livre de chevet
Posté par: Rom1 le 19Septembre, 2010, 14:17:33
Ce qui aurait été intéressant aussi, dans le cadre d'une uchronie, c'est de se rappeler que Zheng He était musulman.


Titre: Re : Votre livre de chevet
Posté par: Caracalla le 19Septembre, 2010, 15:15:37
Citation
je me souviens d'une critique (très positive d'ailleurs) à la parution d'un bouquin dans la même lignée, qui s'intéresse à ce qui se passe dans toutes les régions du monde à une année donnée.

Histoire du monde au XVe siècle, ss dir. de Patrick Boucheron, Fayard, 2009 peut être ?
Livre génial mais ... cher (85€)  :(


Titre: Re : Re : Votre livre de chevet
Posté par: Riddle le 19Septembre, 2010, 16:28:35
Ce qui aurait été intéressant aussi, dans le cadre d'une uchronie, c'est de se rappeler que Zheng He était musulman.
et eunuque...


Titre: Re : Votre livre de chevet
Posté par: Alias le 20Septembre, 2010, 11:07:14
Je suis en train de terminer le premier tome de "Et si la France avait continué la guerre?", un des plus gros travaux en matière d'uchronie "réaliste" réalisée par une équipe autour de Jacques Sapir, Loic Mahé et Frank Stora (nom qui devrait dire quelque chose aux très anciens lecteurs de Casus Belli).

Le postulat de départ est que, le 15 juin 1940, la France refuse l'armistice et décide de continuer la guerre depuis l'Afrique du nord. Le premier tome couvre l'année 1940 (enfin, à partior de début juin), aux éditions Taillandier.

On peut suivre les débats et la construction de l'uchronie sur leur site www.1940lafrancecontinue.org


Titre: Re : Re : Votre livre de chevet
Posté par: Kazanoff le 20Septembre, 2010, 16:02:39
Citation
je me souviens d'une critique (très positive d'ailleurs) à la parution d'un bouquin dans la même lignée, qui s'intéresse à ce qui se passe dans toutes les régions du monde à une année donnée.

Histoire du monde au XVe siècle, ss dir. de Patrick Boucheron, Fayard, 2009 peut être ?
Livre génial mais ... cher (85€)  :(

C'est bien ça! J'étais pas près de le retrouver en effet.
Je vais le faire commander par la biblio de ma fac  ;)
Merci!


Titre: Re : Re : Votre livre de chevet
Posté par: Cultösaurus le 23Septembre, 2010, 00:43:50
En train de lire un livre au propos très intéressant : Guns, Germs and Steel, de Jared Diamond (je ne sais pas s'il existe une traduction française).

De l'inégalité parmi les sociétés
, chez Gallimard je crois.


Titre: Re : Re : Re : Votre livre de chevet
Posté par: cavaillon le 23Septembre, 2010, 17:38:28
En train de lire un livre au propos très intéressant : Guns, Germs and Steel, de Jared Diamond (je ne sais pas s'il existe une traduction française).

De l'inégalité parmi les sociétés
, chez Gallimard je crois.

C'est d'une telle évidence !      :P


Titre: Re : Votre livre de chevet
Posté par: tristesire le 23Septembre, 2010, 20:21:42
Olympos dan Simmons...


Titre: Re : Votre livre de chevet
Posté par: Cuchulain le 24Septembre, 2010, 11:15:15
"Des horizons rouge sang" Tome 2 du cycle des "Salauds Gentilshommes." Pour ceux qui n'auraient pas lu mon message sur le premier tome "Les mensonges de Locke Lamora"  : le 1er tome raconte les aventures des salauds gentilshommes, bande d'arnaqueurs/monte en l'air dans la cité de Camorr (qui a un petit goût de renaissance italienne sans la poudre à canon.) Le ton est léger, les personnages plus que sympathiques et il y a quelques répliques qui sont furieusement drôles.

Après une fin plutôt tragique du 1er tome, la bande veut maintenant piller les réserves d'une maison de jeu connue pour l'inviolabilité de ses coffres. Sauf qu'ils vont devoir s'improviser marin et pirates... Le 1er tome était urbain et faisait une très bonne inspiration pour Nightprowler, celui-ci est marin et peut inspirer les MJ voulant mettre en scène des pirates dans un monde low- fantasy. A noter, pour les puristes, que l'auteur a pris des libertés avec les termes marins et s'en excuse à la fin du bouquin !

A vrai dire si j’ai pris plaisir à retrouver les personnages et à suivre leurs pérégrinations ainsi que leurs plans géniaux (certains sont franchement bien trouvés), j’ai été un peu déçu. Je m’étais vraiment enthousiasmé pour « les mensonges... » et là j’ai bien aimé ce 2e tome, mais sans plus ni moins. Peut être du fait que les récits de pirates abondent alors que des récits de truands en milieu urbain sont plus rares ? Ou alors le récit se concentre sur les deux personnages encore présents et les interactions entre la bande sont beaucoup plus réduites ce qui est moins savoureux ?

Toujours est-il que je suis quand même arrivé en retard au boulot pour finir les 10 dernières pages... Ce qui est bon signe. Donc je conseille le livre pour un bon moment et pour découvrir des personnages haut en couleurs, dont certains qui feraient des très bon méchants pour vos campagnes.  :)


Titre: Re : Votre livre de chevet
Posté par: Léo le 11Octobre, 2010, 07:31:48
Je suis en train de terminer Les Chuchoteurs. Vivre et survivre sous Staline d'Orlando Figes. Contrairement à ce que le titre pourrait laisser penser, il ne s'agit pas des aventures des confrères de Benvenuto en URSS  :mrgreen:
Ce livre ambitieux décrit la vie quotidienne sous Staline, souvent dans ce qu'elle a de plus tragique (la campagne antikoulak, les purges, les disparitions, l'exil intérieur, le goulag, la guerre...) mais aussi dans sa froide banalité : la bureaucratie, le Komsomol (l'organisation de jeunesse communiste), la vie en appartement communautaire, la méfiance généralisée, etc. C'est un des points forts du livre, la façon dont l'auteur parvient à retranscrire la vie intérieure et la psychologie de ses sujets, et, par-delà, l'ambiance générale de différents moments du règne de Staline (outre des sources classiques, il a aussi eu recours à beaucoup d'entretiens.)
Avec beaucoup d'humanité, l'auteur décrit les vies de différents individus et familles, qui connaissent la chute ou l'ascension (souvent, on s'en doute, au prix de maintes compromissions), dont l'écrivain Constantin Simonov, qui devint un des favoris du régime. Certaines anecdotes font carrément froid dans le dos, d'autres forcent l'admiration ou redonnent espoir en l'homme.


Titre: Re : Votre livre de chevet
Posté par: tristesire le 11Octobre, 2010, 08:46:46
Et maintenant, Cher Amour de Bernard Giraudeau...


Titre: Re : Votre livre de chevet
Posté par: Cuchulain le 11Octobre, 2010, 12:32:09
Le cycle de Rigante par David Gemmel. J'ai zappé le tome 2 non dispo en bibliothèque mais j'ai dévoré le Tome 1 et 3, tandis que le 4 est en cours de lecture.

Ce cycle s'inspire très fortement de l'histoire des peuples "celtes" insulaires. Les Rigantes ayant des aspects irlando-bretanno-écossais. Le premier et 2e tome se passent dans l'équivalent du 1er siècle de notre ère tandis que le 3e-4e sont plus 16-17e siècle.

Les romans se lisent bien et changent agréablement des aventures de Druss, même si les personnages ne sont pas des plus fouillés, on vibre avec eux au cours de leur espoirs et désillusions. Un bon roman fantasy en somme et qui m'inspire bien pour YP.

-----------
Le royaume de l'été : James A. Hetley

Je cite SF Mag :
Citation
Maureen Pierce est une jeune femme de 28 ans au passé douloureux marqué par le viol. Un soir où, forcée par une panne de voiture, elle se voit déambuler dans les rues de Naskeag Falls suivie par un étrange personnage, Maureen va subir une agression hors normes. Bloquée par une extase magique, l’arme dont elle ne se sépare jamais ne parvient pas à terrasser l’étrange personnage spectral qui la suivait. Maureen ne verra son salut que grâce à l’intervention d’un certain Brian Albion qui aura tôt fait de faire disparaître un cadavre peu encombrant. C’est que Maureen a beau être une paumée dans notre monde, une perdante courageuse, elle est du sang bleu des rois dans un monde alternatif, le pays célébré par tant de plumes comme celle de Mallory, ou de Chretien de Troyes, le mythique monde Arthurien. Dans ce monde, reflet vivant des pages du Mabinogi, mais perverti par l’entropie, Maureen va s’acheminer vers une destinée sans pareille, une destinée qui n’a rien à voir avec les gestes héroïques de jadis. Là-bas, au Royaume de l’été, tout n’est plus que chaos, sang et larmes, et tout espoir est interdit. Les descendants de Merlin et Mordred ont plongé le monde dans un nouvel âge des ténèbres. Guérillas, fratries et rixes ont eu raison du fameux code de l’honneur célébré par les Chevaliers de la table ronde, et le monde médiéval est devenu une sorte de no man’s land percé de façon épars par le modernisme de notre époque.

J'ai trouvé ça chez mon dealer annecien et l'ai pris en me disant que ça ferait toujours quelque chose à lire en attendant le train ! Eh bien j'ai été agréablement surpris. Ca se tient pas mal et, pour l'instant, l'auteur ne fait pas n'importe quoi avec les légendes celtes ou ne part pas dans des délires digne du néo-druidisme. En plus c'est bien écrit. A lire !  :thumbsup:


Titre: Meto de Yves Grevet
Posté par: Marcellus Lesendar le 21Octobre, 2010, 12:11:04
(http://www.sfmag.net/IMG/arton7157.jpg)
Bonjour,
Qui a vu cette couverture en librairie? Elle marque en général...
C'est Meto, une trilogie de Yves Grevet. Le premier tome (la couverture présentée), s'appelle "La Maison" et c'est édité par Syros. La trilogie est terminée et je dois dire "heureusement" car le suspens était insoutenable :)

L'histoire est celle de Meto, un jeune garçon qui vit dans une "Maison" très particulière, on y suit des lois et règles strictes et apparemment stupides, les punitions sont dures et l'ambiance n'est pas à la franche rigolade. Vos souvenirs les plus difficiles de votre scolarité ne sont rien à côté de ceux que pourrait évoquer Meto. Les professeurs sont tous des "estropiés" de la vie, et les "pions" sont tous des "Cesar" des hommes stricts et à la limite de l'omnipotence.
La nuit, lorsque votre lit "craque" parce que vous avez trop grandi, vous êtes enlevés. Personne ne sait ce qu'il advient de ceux qui ont craqué. Meto, qui fait partie de ceux qui pourrait craquer d'ici peu se pose des questions sur la vie de la Maison, sur la vie après la Maison et sur tout le reste en fait. Sauf que les infos données par les professeurs et les "frères" sont parcellaires et que des questions mal posées peuvent entraîner un châtiment.
Je ne peux aller plus loin sans risquer de "déflorer" l'intrigue. Sachez seulement, qu'il y a un monde autour de la maison et qu'Yves Grevet est assez fort pour qu'on y croit... Et ça fait assez peur en fait.
Le rythme au fil des trois livre est soutenu, à la limite de l'insoutenable. Sitôt le premier tome fini, on ne peut qu'attaquer sur le suivant puis le dernier. C'est très très fort de parvenir à cet effet.
L'auteur manie bien les ellipses temporelles, maîtrise très bien sa trame et raconte une histoire fascinante, captivante. On se trouve à côté de Meto, on souffre avec lui, on a envie de lui expliquer le monde qui l'entoure, de l'aider.

Vous l'aurez compris, cette trilogie est vraiment prenante, captivante. Je pense qu'un autre auteur aurait sans doute tiré sur la ficelle au point d'en faire une loooooongue saga, mais Yves Grevet a su s'arrêter parfaitement. Il a écrit une trilogie forte, que le lecteur risque de ne pas oublier, voire de confondre avec un film dont on ne se souvient pas le titre. Personnellement, j'aimerai vraiment voir Meto adapté en film. J'imagine très bien le film "les choristes" détournés. Les mêmes enfants, le même lieu clôt et hop, tournage de Meto!

Après, je ne sais pas si les Obéronnistes les plus âgés liront pas un livre pour Ado, mais pour ceux qui connaissent des ado, c'est un chouette cadeau à faire je pense :)

En tout cas, moi j'ai vraiment apprécié ces livres et je me dis que, plus jeune, j'aurais sans doute "adoré grave sa race"^^


Titre: Re : Votre livre de chevet
Posté par: Glorfindel le 21Octobre, 2010, 22:06:34
Je lis le Roland furieux de l'Arioste, dans l'édition d'André Rochon parue aux Belles Lettres, en quatre tome. Naturellement, il s'agit d'une édition de qualité, bilingue, avec une traduction en alexandrins qui ne rend sans doute pas justice au texte original, rêve inaccessible quand on traduit de la poésie, mais qui fait tout de même un louable effort d'élégance.

C'est une oeuvre passionnante, où le lecteur qui accepte de se laisser entraîner se trouve bientôt perdu dans un tourbillons d'aventures trépidantes, tout comme les nombreux chevaliers errants qu'il suivra tour à tour.

Bien que le cadre du Roland furieux soit celui de la matière de France, les grands thèmes de celle-ci, tels que les guerres entre Charlemagne et les Sarrasins, servent surtout de toile de fond, et ne sont guère évoqués que dans quelques chants. La trame narrative du poème doit sans doute beaucoup plus à la matière de Bretagne, à laquelle il emprunte le concept même de chevalier errant, se baladant tout seul dans la nature, sans réel objectif et en quête d'aventures qui lui permettront de faire montre de prouesse. Comportement tout à fait étranger aux héros de la matière de France des épopées romanes anciennes, héros qui sont des seigneurs féodaux, de grands vassaux partant en guerre avec leur ost, et non pas des chevaliers solitaires.

Ceci dit, l'auteur a manifestement une certaine connaissance, sinon par des textes anciens, du moins par des réécritures, d'épisodes qui font partie du fonds légendaire de la matière de France depuis fort longtemps lorsque lui-même écrit. Ainsi il fait allusion à des épisodes d’Aspremont, et connaît au moins de nom des personnages tels qu’Ogier le Danois ou le duc Naymes. Il accorde une certaine place à Renaud de Montauban, héros éponyme d’une épopée que la connaît davantage aujourd’hui sous le nom des Quatre fils Aymon. Bref, il connaît assez bien sa matière, et on ne saurait sans doute en demander plus à un auteur écrivain à une époque ou l’épopée romane, ayant déjà épuisé son souffle et sa verdeur, a perdu la faveur du public et approche dangereusement de sa fin.

De toute façon, ce n’est pas là l’essentiel, puisque l’Arioste ne fait qu’emprunter une toile de fond et quelques personnages pour conter de nouvelles aventures. Ce faisant, il use de nouveaux personnages, qu’ils soient de son invention ou de celle de ses devanciers déjà tardifs. Aux preux de nos chansons de geste, nous voyons donc s’adjoindre tout un tas de gugusses parmi lesquels on se perd un peu tant ils sont nombreux. Notons tout de même la belle Angélique, princesse païenne dont Roland, qui semble ici avoir oublié sa belle Aude, est éperdument épris, Bradamante, une vaillante guerrière donnée pour la sœur de Renaud, absente des textes plus anciens, et Roger, héros qui deviendra, nous dit-on, l’ancêtre fondateur de la noble famille des Este. Faut bien flatter ses mécènes, que voulez-vous…

Le ton est très différent de celui des chansons de geste. Le merveilleux est très présent, et il escamote quelque peu l’épique, à vrai dire, tant abondent les objets magiques où les enchantements qui rendent certains personnages à peu près invulnérables ou invincibles. Ainsi Roland, nous dit-on, possède une peau plus dure que le diamant, et ne porte des armes que pour faire joli. Il n’a qu’un talon d’Achille, la plante d’un de ses pieds est vulnérable, et il la couvre donc d’une épaisseur d’acier. Untel possède un bouclier lumineux dont l’éclat plonge tous ceux qui le voient en pâmoison, et tel autre détient un cor dont le son fait fuir des armées entières, la terreur engendrée étant irrésistible, même pour les plus braves.

Ce qui pose tout de même un problème, que Xaramis avait d’ailleurs soulevé ici fut un temps à propos des jeux pas si héroïques que ça : en rendant leurs personnages plus héroïques dans le sens « surhomme, personnage invincible et hors du commun », l’Arioste et les autres auteurs tardifs écrivant sur la matière de France les ont rendu moins héroïques dans le sens « courageux, prêt à prendre des risques et à exposer sa vie pour une cause ». Un type invulnérable est, somme toute, très modérément héroïque lorsqu’il va se battre en duel contre un autre qui ne l’est pas, et les dithyrambes que l’Arioste fait pleuvoir sur la bravoure de Roland ou d’autres héros aussi favorisés par la magie n’y font rien. Dans les chansons de geste ancienne, des objets où pouvoir de cet ordre, d’ailleurs plutôt rares, étaient escamotés lorsqu’ils risquaient de rendre les choses trop faciles pour les héros. Mais bon, là encore, manifestement l’héroïsme guerrier n’est pas ce qui intéresse vraiment l’Arioste.

Il s’intéresse davantage aux affaires de cœur de nos preux chevaliers, et peint les sentiments amoureux avec une certaine finesse, tout en nous livrant une série d’épisodes plein de charme, alertes et très vivants. Tout nous rappelle toujours la matière de Bretagne, mais les motifs courtois sont souvent exploités de manière originale, et les personnages féminins, n’hésitant pas à porter les armes, sont très actifs et volontaires. On se laisse donc entraîner avec plaisir dans ces péripéties chevaleresques et galantes, narrées en faisant un usage constant et fort habile de la technique de l’entrelacement. Se lasse-t-on d’un personnage que l’on est déjà conduit auprès d’un autre, pour retrouver l’abandonné en temps et en lieu.

Amoureux comme je le suis de la matière de France, j’avais quelques appréhensions. J’avais ouï dire que l’Arioste faisait œuvre parodique, et je craignais de voir mes chers paladins massacrés. Mais non, on n’est pas chez Cervantès. Si dérision il y a, elle est dans le ton parfois un peu narquois d’un narrateur qui prend parfois quelque distance avec son sujet, mais le traite avec la tendresse mi-moqueuse, mi-nostalgique, que l’on a pour les idéaux défunts en lesquels on ne croit plus, mais auxquels on aimerait pouvoir croire encore. Ou du moins est-ce ce que j’ai ressenti, car après tout, rien n’est plus difficile à déceler, parfois, que l’ironie, et peut-être suis-je passé à côté, prenant au premier degré ce que l’auteur entendait au quinzième. Ce serait assez mon genre, mais qu’y faire ? Si cela démontre que je n’ai pas encore un score trop élevé dans la caractéristique Cynisme, je ne m’en plaindrai pas.

Au final donc, une lecture que je conseille. Les lecteurs familiers de la matière de France y trouveront, je pense, un intérêt supplémentaire, puisqu’ils pourront décrypter des allusions parfois obscures et dresser des comparaisons, mais ce n’est pas du tout indispensable, et d’ailleurs peut-être que, comme pour les adaptations de livres en films, il est tout aussi bien de ne pas connaître et de ne pas faire de comparaisons, après tout.


Titre: Re : Votre livre de chevet
Posté par: Arma le 21Octobre, 2010, 22:26:10
De mon coté, je suis en plein de la lecture du troisième tome des aventures du Capitaine Alatriste, en français.

Merci à Xaramis qui est responsable de me découverte de cette excellent cycle !

L'auteur sait vraiment décrire l'espagne de l'époque. La tableau qu'il en décrit est complet, réaliste (je pense vis à vis de mes maigres connaissances). Les personnages sont fouillées et ont une substance que les personnes d'autre roman ont bien trop rarement.

C'est un vrai régal :)

Et pourtant, il est rare que je lise des romans sans aucune trace de fantastique !


Titre: Re : Re : Votre livre de chevet
Posté par: Xaramis le 22Octobre, 2010, 10:21:04
Merci à Xaramis qui est responsable de me découverte de cette excellent cycle !
Il n'y a pas de quoi. Je me suis contenté de le recommander, pas de l'écrire. ;)


Titre: Re : Votre livre de chevet
Posté par: Arma le 22Octobre, 2010, 10:53:00
C'est sur, mais n'ayant pas l'auteur sous la main, je passe par son prophète  :mrgreen:


Titre: Re : Re : Votre livre de chevet
Posté par: Cuchulain le 22Octobre, 2010, 11:17:39
Je lis le Roland furieux de l'Arioste, dans l'édition d'André Rochon parue aux Belles Lettres (...)

Raaaah ! Ca va se retrouver sur ma liste pour le Papa Noël ça ! Merci mon vieux pour ce retour long et détaillé.  :D


Titre: Re : Votre livre de chevet
Posté par: Glorfindel le 26Octobre, 2010, 13:37:47
Garde peut-être un peu de place sur ta liste, vieux, car je m'avise que Régis Boyer, que je ne te fais pas l'affront de présenter, a encore frappé : il a sorti une traduction d'une des plus palpitantes sagas légendaire, celle d'Oddr l'archer, que j'avais lue dans une traduction anglaise et qui vaut franchement le détour. En plus, il a accompagné cette sage de deux autres, consacrées à la parentèle d'Oddr.

Saga d'Oddr aux Flèches : Suivie de la Saga de Ketill le Saumon et de la Saga de Grimr à la Joue velue, Régis Boyer, Anacharsis, collection Famagouste, 2010.

Citation
Pour échapper à un sort funeste, Oddr, descendant d'une lignée de tueurs de monstres, s'en va en quête de renom dans le Bjarmaland, une Atlantide nordique peuplée de sauvages magiciens. Puis viendra le temps des errances vikings, de l'Irlande à Byzance, et de la Russie à l'Aquitaine. Des pérégrinations qui le mèneront jusqu'au Pays des Géants à travers tempêtes, batailles, joutes magiques et duels, à la poursuite de l'insaisissable Ugmundr, un troll démoniaque assoiffé de meurtre. Les sagas de Grimr à la Joue velue et de Ketill le Saumon, elles aussi traduites ici pour la première fois, rapportent les exploits, respectivement, du père et du grand-père d'Oddr. Ces sagas " des temps archaïques ", composées aux XIIIe-XIVe siècles avant tout pour le divertissement du lecteur, agrémentées de " chants de mort s" célèbres, de contes populaires ou d'" anecdotes errantes" venues de tout le Nord, regorgent de mythes et légendes de la Scandinavie ancienne. Et elles opèrent, par ces motifs entrelacés, un extraordinaire enchantement du monde.

Alléchant, non ? Allez-y, c'est du tout bon.


Titre: Re : Votre livre de chevet
Posté par: Contrepointe le 26Octobre, 2010, 14:10:41
Miam, miam... c' est vrai que cela donne envie...
Autre époque, autre style mais toujours au chapitre des voyages lointains: Le royaume de Congo et les contrées environnantes, collection Magellane, publié en 2002 aux éditions Chandeigne/UNESCO.
Il s' agit de la description de ces lojntaines terres africaines par Filippo Pigafetta et Duarte Lopes... en 1591. Lopes, qui a longtemps voyagé en ces terres, décrit la faune, la flore, les coutumes de ces gens étranges et de leurs royaumes...
Il est à noter pour finir que la collection Magellane regroupe plusieurs récits d' explorateurs, du XVe au XVIIe s., ayant parcouru les endroits les plus divers: voyage aux Indes, au Levant, à Smyrne, en Chine, au Brésil, au Tibet... Et il est toujours fantastique de voir, au travers de ces périples, comment la curiosité, la foi et la soif d' aventures (et de profits...) entraîne l' homme à braver des dangers incroyables (aller au Tibet en 1624, il y a plus simple comme destination !) avec des moyens techniques dérisoires !!!


Titre: Re : Re : Votre livre de chevet
Posté par: Cuchulain le 26Octobre, 2010, 15:33:09
Garde peut-être un peu de place sur ta liste, vieux, car je m'avise que Régis Boyer, que je ne te fais pas l'affront de présenter (...)
Saga d'Oddr aux Flèches : Suivie de la Saga de Ketill le Saumon et de la Saga de Grimr à la Joue velue, Régis Boyer, Anacharsis, collection Famagouste, 2010.

Citation
Pour échapper à un sort funeste, Oddr, descendant d'une lignée de tueurs de monstres, s'en va en quête de renom dans le Bjarmaland, une Atlantide nordique peuplée de sauvages magiciens. (...).

Alléchant, non ? Allez-y, c'est du tout bon.

Aaahhhh *SPROTCH* oups...  :-[

Pour ne pas dire que des âneries, j'ai fini "Le royaume de l'été" dont je parlais plus haut. C'est pas mal du tout. Une bonne surprise alors que je m'attendais à une série de clichés de fantasy celtisante... L'histoire se tient, mélange avec un certain talent la fantasy et le monde moderne et se paye le luxe de quelques touches d'humour.

Je lis en ce moment "Dragon" tome 1 de E.E Knight. L'histoire d'un dragon gris qui doit survivre dans un monde fantasy où les dragons pondent des oeufs de toutes les teintes/couleurs  et  se battent à la naissance. Je m'attendais à du "Royaumes Oubliés-like" et ma foi ça se laisse lire sans déplaisir. Je ne suis qu'au début mais c'est déjà mieux que pas de romans "fleuve noir-JDR" que j'ai pu lire.


Titre: Re : Votre livre de chevet
Posté par: cavaillon le 29Octobre, 2010, 16:50:43
J'ai terminé plus tôt cette semaine "Mort... ou presque", un policier de Peter James.

Le quatrième de couverture vend un "Harlan Coben européen", mais c'est à mon avis exagéré.

Pour la forme, c'est découpé en chapitres très courts (82 chapitres couvrant en moyenne 4 pages chacun). Ce qui en fait un livre tout à fait adapté aux courts trajets en bus. Les passages "lents" sont vites expédiés, les passages à suspense accomplissent leur effet : on change de chapitre, donc de personnages, alors qu'on est pris par leurs péripéties.

A part cette qualité, ça reste un policier moyen, avec des journées dont on dirait qu'elles font 40 heures, vu tout ce que le commissaire arrive à accomplir. Le suspense n'est pas aussi tendu que chez Coben, et le coup de théâtre final (tataaaa) n'est pas aussi surprenant (depuis des décennies que les polars sortent de derrière les fagots la "révélation finale" au dernier chapitre, il faut croire que les auteurs ont moins d'idées).

Comme beaucoup de mes dernières lectures, je dirais donc "bien, mais sans plus"...

Soit j'ai perdu ma capacité d'émerveillement, soit je ne trouve plus de perles rares.


Titre: Re : Votre livre de chevet
Posté par: Puck le 29Octobre, 2010, 21:09:53
A lire absolument: The Blade itself, de Joe Abercrombie. Trilogie qui suit les pérégrinations de trois groupes de personnages, dont un inquisiteur mutilé, San dan Glokta. Je vous le conseille chaleureusement.
The blade itself,
Before they are hanged
The last argument of kings.
Une série amorale comme je les aime! >:D


Titre: Re : Votre livre de chevet
Posté par: tristesire le 08Novembre, 2010, 14:08:58
La promesse du samouraï de Dale Furutani...


Titre: Re : Votre livre de chevet
Posté par: cavaillon le 08Novembre, 2010, 23:46:22
Mais encore ?


Titre: Re : Votre livre de chevet
Posté par: Cuchulain le 17Novembre, 2010, 16:36:44
Citation
Dragon" tome 1 de E.E Knight. L'histoire d'un dragon gris qui doit survivre dans un monde fantasy où les dragons pondent des oeufs de toutes les teintes/couleurs  et  se battent à la naissance. Je m'attendais à du "Royaumes Oubliés-like" et ma foi ça se laisse lire sans déplaisir. Je ne suis qu'au début mais c'est déjà mieux que pas de romans "fleuve noir-JDR" que j'ai pu lire.

J'ai fini ce petit roman et je fus agréablement surpris. Le personnage d'Auron, dragon gris sans écailles mais pas sans esprit est attachant. J'ai apprécié qu'il soit plutôt sympa et intéressé plus par la connaissance que par l'or, mais qu'il n'hésite pas non plus à tuer quand il a faim ou quand on le cherche ! Et il ne tue pas que des "méchants"' mais des humains grand ou petits pour les bouffer. Bref ce n'est pas un "gentil dragon" mièvre. Les péripéties se suivent et la conclusion arrive presque trop vite. Un bon roman fantasy sans prétention.

J'ai repris "Magie, Médecine et Divination chez les Celtes " de Guyonvarc'h à part ça. Toujours aussi intéressant et instructif, mais le père G. continue avec ses défauts habituels... Il parle du brouillard druidique, puis du feu druidique puis reviens sur le brouillard après avoir parlé de l'eau...  ::)


Titre: Re : Votre livre de chevet
Posté par: Alias le 17Novembre, 2010, 17:16:16
En même temps, parler du brouillard après le feu est l'eau, c'est un peu logique... :mrgreen:

Pour ma part, je me suis mangé deux classiques: Le Horla et autres histoires, de Maupassant. Pas mal, avec deux trois idées amusantes, mais bon, c'est du horrifique du milieu du XIXe siècle écrit par quelqu'un qui n'est pas Poe, donc ça fait moyennement peur. Puis La résurrection de Sherlock Holmes de Doyle, qui reprend pas mal d'histoire que j'avais lues ailleurs. J'aime toujours autant.

Par contre, j'essaye de me farcir Anathem, de Stephenson. C'est lourd. Pas seulement physiquement. Et ça semble n'aller nulle part et pas très vite.


Titre: Re : Votre livre de chevet
Posté par: tristesire le 01Décembre, 2010, 11:59:23
Je détaille ce que j'en pense dans la discussion sur le futur jdr TENGA. Cette trilogie est vraiment excellente pour se plonger dans le Japon de 1600... Maintenant, c'est "Une matinée d'amour pur" de Yukio MISHIMA. On contenue dans le japonais...


Titre: Re : Votre livre de chevet
Posté par: Rom1 le 10Décembre, 2010, 10:46:37
Je viens de terminer la trilogie des Lames du Cardinal, de Pierre Pevel.
J'ai vraiment bcp aimé : le style est vif et emporté, très accrocheur avec des morceaux de contexte d'époque glissés sans que cela nuise à l'immersion (au contraire, les détails sur le Paris de l'époque sont un modèle du genre). C'est du chouette cape & épée avec tous les ingrédients du genre : duels, poursuites, intrigues, complots, personnages historiques et fictifs qui se croisent, etc. L'ajout de l'ingrédient fantasy amène un petit dépaysement et offre un métaplot intéressant (bien que trop vite expédié à la fin du tome 3 - ça sent la suite).
Bref je conseille !  :thumbsup:


Titre: Re : Votre livre de chevet
Posté par: SgtPerry le 10Décembre, 2010, 11:01:29
Oui j'ai bien aimé toute la description du Paris du XVIIe également. La fantasy est présente mais pas étouffante.


Titre: Re : Votre livre de chevet
Posté par: Ohtar Celebrin le 10Décembre, 2010, 19:30:22
Je viens de finir « le Hussard sur le toit » de Jean Giono qu'avait conseillé ou tout au moins cité Usher quand il parlait si ma mémoire est bonne des sources d'inspirations stylistiques pour écrire « Gagner la guerre ».

Ça m'a fait un peut étrange car j'ai entendu parler de l'actuelle épidémie de choléra peut de temps après avoir commencé le livre.
J'ai beaucoup apprécier cette lecture, le style est fluide et les descriptions ont une grande puissance évocatrice.
Sans que l'auteur ne parle de démon, d'esprit malin ou de quoi que se soit de cet ordre, la façon dont il décrit les manifestations de l'épidémie lui confère pratiquement une vie propre.

À part ça, un point m'a interpellé, on suit les pérégrinations d'un homme, il rencontre une femme qui lui vient en aide le temps d'une soirée puis suivent des chemins différent jusqu'à se retrouver quelques mois plus tard.
À partir de ce moment, ils font route ensemble (en tout bien tout honneur^^) jusque à la fin du roman mais ce n'est qu'au bout de plusieurs semaines de marches et une bonne centaine de page que la jeune femme dit quelque chose comme ceci:
-Au fait comment vous appelez vous? Moi je m'appelle...

De nos jours dire son nom est la première chose que l'on fait quand on rencontre une nouvelle personne et cela se passe ainsi dans tout les romans historiques que j'ai lu... mais du coup je me dit que c'est peut être totalement anachronique comme usage.


Voilà pour ce qui est de mes réflexions sur ce roman... à part ça j'ai lu quelques nouvelles de Lovecraft... C'est une bonne découverte mais je n'ai pas pour autant été envouté comme certains le sont par cet univers.


Titre: Re : Votre livre de chevet
Posté par: killerklown le 10Décembre, 2010, 22:25:58
Je t'avoue que je trouve moi aussi l'univers lovecraftien pas vraiment très intéressant. Par contre, l'écriture de Lovecraft est délicieuse à petite dose. J'ai par exemple adoré l'affaire charles dexter Ward, la seule lecture de ma vie qui aie vraiment entrainé chez moi des troubles du sommeil  :mrgreen:


Titre: Re : Re : Votre livre de chevet
Posté par: Cuchulain le 11Décembre, 2010, 00:10:11
Je t'avoue que je trouve moi aussi l'univers lovecraftien pas vraiment très intéressant. Par contre, l'écriture de Lovecraft est délicieuse à petite dose. J'ai par exemple adoré l'affaire charles dexter Ward, la seule lecture de ma vie qui aie vraiment entrainé chez moi des troubles du sommeil  :mrgreen:

Des rats dans les murs plus l'Appel de Cthulhu (la nouvelle) plus l'album d'Iron Maiden "Fear of the Dark" en boucle plus mon grand frère rentrant brusquement dans ma chambre = Une des plus belles peurs de ma vie alors que je découvrais Lovecraft à 17-18 ans.  :lol:

Sinon je suis en train de lire : "Les immortels, tome 2 : Les mages du Nil". Voici le résumé de l'éditeur pour le tome 1 :
"3200 avant Jésus-Christ à Sumer, à l'époque de l'invention de l'écriture. Deux frères - les mages Alad et Eneresh - reçoivent des dieux le don de l'immortalité. Croyant avoir éliminé Alad, Eneresh gravit les échelons du pouvoir jusqu'à devenir le personnage le plus puissant de Sumer, après le roi. Alors qu'il fomente un coup d'Etat avec l'aide de la fille du souverain, devenue sa maîtresse, Eneresh va devoir faire face à un adversaire inattendu : son frère. Ce dernier a été secouru par les seuls êtres qui échappent au contrôle des dieux : les esprits féeriques des pierres, de l'air ou de l'eau, qui lui ont enseigné une autre magie, et ont fait de lui leur champion pour la lutte dantesque qui s'engage... "

J'ai pris ça un peu en désespoir de cause dans la bibliothèque d'Annecy. Je n'arrivais pas à trouver un bouquin de fantasy qui me tente. Je suis très "fantasy historique" en ce moment et ça m'a comblé ! Ça se lit bien, c'est plutôt pas mal fait (le néophyte que je suis en histoire sumérienne & Egyptienne ne voit pas d'erreurs historiques flagrantes) et à part une certaine tendance à mettre en scène du sexe une fois tout les 20 pages (bon c'est pas porno non plus hein), l'auteur arrive bien à tenir en haleine ses lecteurs. Dans le premier tome : Alad et Eneresh s'affronte à Sumer autour de Sargon. Dans le 2e c'est en Egypte que la bataille se livre avec le culte de Bastet en guest star !

Je recommande ces deux bouquins, surtout qu'ils sont sortis en poche aux dernières news.  :)



Titre: Re : Votre livre de chevet
Posté par: Cuchulain le 28Décembre, 2010, 20:11:16
Je viens de finir "Va-t'en guerre" de T. Pratchett, cycle du disque monde. C'est très amusant et on a plaisir à retrouver les membres du Guet des Orfèvres. Sous couvert d'humour ça dénonce très bien l'absurde stupidité du nationalisme exacerbé et toutes ses conséquences. A part ça : pas mal de passages savoureux (chapeau au traducteur qui a bien mérité son prix pour l'ensemble de ses traductions du disque monde).

Je me suis fait offrir "Rois et Capitaines" et l'ait lu dans le train en grande partie. La motivation initiale était de lire la nouvelle d'Usher se passant dans le vieux royaume et ça tombe bien puisqu'elle ouvre le recueil. .  Montefellone m'a bien plu mais ce n'est pas ma préférée je dois avouer (ma réputation de lèche bottes va en souffrir hélas  :'( ). Je n'ai pas retrouvé le côté "renaissance fantasy" (te deumesque pourrait-on dire même) qui m'avait séduit dans les aventures de Buenvenuto et il manquait un petit quelque chose  pour que la sauce prenne vraiment. Le style habituel d'Usher était présent mais pas la dimension supplémentaire qu'avait les nouvelles présentes dans Janua Vera (comme la symbolique de la nouvelle éponyme, le côté "noir" de Buenvenuto, la drôlerie de jour de guigne ou encore l'émotion qu'on peut ressentir en lisant la vie de Suzelle). C'était bien mais sans plus en fait...

J'ai toutefois continué après M. et bien m'en a pris ! J'ai beaucoup apprécié "la damoiselle et le roitelet" (on aurait aimé que la vie de Jeanne d'Arc fut semblable),"Dans la main de l'Orage" commence bien mais finit un peu vite après avoir pris beaucoup de "temps" au début. "Sacre" était pas mal mais sans plus, "L'impassible armada" était original avec de bons retournements de situation et des personnages attachants : mais un peu trop étiré : "Le prince des Pucelles"' comporte quelques savoureuses reprises des contes de fées de notre enfance mais mixés avec une bonne dose d'humour noir (et c'est surtout ces éléments qui m'ont attirés plus que la nouvelle en elle même assez sombre) ; "La reine sans nom" est franchement bof (pourtant j'ai bien aimé les romans de Th. Day) ; "Serpent Bélier" : quelques bons passages mais pas transcendent (alors que je suis dans une période "fantasy historique" en ce moment) ; "Au coeur de l'Aaran" : ah là par contre j'ai lu la nouvelle d'une traite ! On suit les aventures des marins des sables avec passion et on tremble pour eux. Ma nouvelle préféré avec la suivante : "Au plus élevé trône du monde". Un petit gout qui rappelle "De cape et de crocs" avec une jolie pirouette venant relier la nouvelle à une énigme de l'histoire.

Je poursuivrais ma critique au fil de ma lecture. :cool:


Titre: Re : Votre livre de chevet
Posté par: Usher le 29Décembre, 2010, 15:59:51
Je suis en train de lire Les récits de la demi-brigade, de Giono. C'est éblouissant.


Titre: Re : Re : Re : Votre livre de chevet
Posté par: killerklown le 31Décembre, 2010, 16:10:36
Sinon je suis en train de lire : "Les immortels, tome 2 : Les mages du Nil".

Comme d'habitude je suis les conseils de lecture de tonton Cuchu. J'ai lu le début du premier tome des immortels et ca démarre bien. J'aime beaucoup le fait que on commence à l'âge de bronze et les chapitres très courts. Même complètement crevé, il est possible de se lire un mini-chapitre avant de dormir.


Titre: Re : Votre livre de chevet
Posté par: Ohtar Celebrin le 31Décembre, 2010, 19:28:41
Je viens d’achever la lecture d’Hérésie, premier tome de la trilogie  Aquasilva d’Anselm Audley.

C’est un roman médiéval fantastique teinté de SF  en cela que le monde présente des caractères de chacun de ces registres.
Médiévaux notamment par   le système féodal, l’armement léger (épées arbalètes)
Fantastique par la présence de magie (rare et pourtant omniprésente).
SF par certaine technologies (sous-marins équipés de canons éthéréens )

L’ensemble demeure pourtant fort cohérant  et c'est un univers que je pourrais avoir plaisir à arpenter en JDR du fait de sa richesse et de son potentiel imaginatif.


L’intrigue et l’aventure présenté est passionnante même si certaines ficelles sont assez grosses pour être détectées de loin.

Enfin, l’âge de l’écrivain qui se fait oublier partout ailleurs transparait lors de certains dialogues.
Car l’auteur n’a que 16ans quand il écrit ce livre ce qui est très surprenant au vu de la qualité du roman et du thème qu'il aborde : la lute d’une minorité jugée hérétique face à la toute puissance d’un clergé intolérant et bien évidemment intransigeant.
Cette lute est mise en seine sans se limiter aux stéréotype du genre et avec une certaine sensibilité.

A suivre Inquisition et Bûcher.


Bonne lecture que je conseille si vous cherchez un roman qui sort un peu des décors habituels.


Titre: Re : Votre livre de chevet
Posté par: pangloss le 02Janvier, 2011, 22:44:31
Je suis entrain de lire Je, françois Villon de Jean Teulé, qui m'endormait tranquillement, sauf depuis l'arrivée des Coquillards,cette bande d'écorcheurs. Et je n'en reviens pas des actes que Villon a été capable de commettre pour rejoindre ces gars. L'auteur s'est-il bien documenté ou est-ce du fantasme gore ? Car je reste sans voix devant la cruauté de ces parisiens du XVè siècle, de vrais moeurs de barbares.
Et l'heureuse surprise vient ensuite de l'apparition de la cour du Roi Réné.


Titre: Re : Re : Re : Re : Votre livre de chevet
Posté par: Cuchulain le 03Janvier, 2011, 14:30:11
Sinon je suis en train de lire : "Les immortels, tome 2 : Les mages du Nil".

Comme d'habitude je suis les conseils de lecture de tonton Cuchu. J'ai lu le début du premier tome des immortels et ca démarre bien. J'aime beaucoup le fait que on commence à l'âge de bronze et les chapitres très courts. Même complètement crevé, il est possible de se lire un mini-chapitre avant de dormir.

Le blog des corbeaux l'abat en vol et le piétine ensuite... Mais j'ai vraiment apprécié. Les personnages ne sont pas super fouillés mais je trouve la relation entre les deux frères bien décrites et c'est plaisant à lire.

Sinon j'ai fini "La saga d'Odr aux flèches". qui m'avait été conseillé par Glorf. Une bonne saga islandaises comme on les aiment avec plusieurs pointes d'originalité. J'aurais aimé plus de notes de bas de page du traducteur Regis Boyer mais comme c'est plutôt axé "grand public" on le comprend.

A noter pas mal de kenningar bons à reprendre dont trois que je vou livre  :
"Le thing du métal" : la bataille
"Le thing des broignes" : idem
"Le chien hurlant du bois" : le feu.

J'alterne avec l'Encyclopédie Chimérique, mais ça je vais aller en dire du mal dans la section idoine. >:D


Titre: Re : Votre livre de chevet
Posté par: Rom1 le 03Janvier, 2011, 18:56:04
Allez, j'attaque les Chroniques des Féals !

Après des congés riches en lecture :
- Le Maître des Dragons de Fabrice Colin : excellent roman jeunesse, la "suite" d'Old Haven. Souvent, on dit d'un livre qu'on dirait une partie de JdR de façon péjorative : pour signifier que c'est artificiel, qu'on entend rouler les dés, que les protagonistes ont autant d'épaisseur qu'un PJ moyen... Avec Colin, j'ai envie de dire qu'on dirait une partie de JdR : mais une super partie de JdR, une sorte d'idéal. Avec du vrai dépaysement, de l'aventure, des décors fabuleux, de l'exotisme, des PNJ hauts en couleur, etc. Ce mec devait être un sacré MJ dans sa jeunesse.
- Aucune étoile aussi lointaine de Serge Lehman : bon ben i am Lehman's bitch en fait. De la super SF, du genre qui me faisait rêver aux espaces infinis qd j'étais ado. Un sacré sense of wonder, une écriture fine et intelligente, de la mythologie spatiale...
- Le Temple du Dragon : un roman jeunesse se passant dans une sorte de Chine médiévale. Médiocre, je n'ai pas aimé.
- Les Compagnons de l'Ombre tome 1 : des nouvelles pastiches reprenant les héros de la littérature feuilletonesque de l'entre-deux-guerres. C'est 100% inspi pour la Brigade, et c'est super sympa à lire.


Titre: Re : Re : Votre livre de chevet
Posté par: killerklown le 04Janvier, 2011, 11:29:42
Allez, j'attaque les Chroniques des Féals !

J'avais bien aimé ca. Je suis pas fanboy de Gaborit, mais je n'ai jamais remarqué les méchantes critiques qu'on lui fait en le lisant. Pour moi c'est plaisant à lire et interessant. Je conseille, même si c'est certainement pas de la Grande Littérature... Et puis j'adore les néologismes...


Titre: Re : Re : Re : Votre livre de chevet
Posté par: Marcellus Lesendar le 04Janvier, 2011, 21:05:15
Allez, j'attaque les Chroniques des Féals !

J'avais bien aimé ca. Je suis pas fanboy de Gaborit, mais je n'ai jamais remarqué les méchantes critiques qu'on lui fait en le lisant. Pour moi c'est plaisant à lire et interessant. Je conseille, même si c'est certainement pas de la Grande Littérature... Et puis j'adore les néologismes...

Moi j'avais trouvé que le thème était intéressant, que les idées proposées étaient porteuses, mais que le traitement était plus que décevant.
On s'attend sans cesse à des choses "grandioses" mais finalement ça tombe à plat. Dès la fin du second tome j'avais voulu laisser tomber, mais m'était accroché pour continuer.
J'avais trouvé le  style de Gaborit trop fade et trop académique dans ces livres. Comme s'il avait voulu écrire un livre et non pas raconter une histoire. Comme si la forme des phrases importait plus que le contenu... Le style est vraiment peu entraînant et dynamique (malgré un découpage des chapitres qui permette de ne pas décrocher trop vite, en développant en parallèle les histoires de différents groupes).

A mon goût, c'était nettement moins bon que les Crépusculaires.

M'enfin, j'suis pas bon public pour la fantasy en général :)


Titre: Re : Votre livre de chevet
Posté par: Loris le 21Janvier, 2011, 14:47:18
Salut,
juste un très rapide passage pour dire tout le bien que je pense du livre Les Jardins Statuaires de Jacques Abeille.
Un carnet d'explorateur au milieu d'une société de jardiniers qui font pousser des statues. L'histoire est bien, les personnages chouettes mais surtout... La langue et le style... MAZETTE !
On dirait du Gracq. C'est pas peu dire.

Lisez le.
Loris


Titre: Re : Votre livre de chevet
Posté par: Ohtar Celebrin le 21Janvier, 2011, 15:12:55
Je viens de lire « L’extravagant voyage du jeune et prodigieux T.S. Spivet » de Reif Larsen.

C’est un roman étrange ne serait-ce que dans sa forme.
Un livre pratiquement carré avec de grandes marges truffées de cartes, plans, schémas et même de textes.

Pour vous expliquer en quelques mot, il s’agit du récit d’un jeune (12ans) surdoué, T.S. Spivet, habitant dans un ranch de l’ouest des US.
Il envoie des contributions graphiques à de grandes revues scientifiques qui ignorent bien entendu son âge.
Un jour il remporte un prix organisé par le prestigieux Smithsonian Muséum de Washington qui l’invite à séjourner un an dans leur institution…
Les parent de TS ne sont pas au courent de ses travaux, le musé n’est pas au courant de son âge et pense qu’il enseigne dans une fac… TS décide donc fuguer et de faire le voyage en train de marchandise et de voire comment il sera reçu.

C’est une histoire très sympa puisqu’elle est  raconté par cet enfant qui a donc un regard très décalé sur le monde qui l’entour et les gens qu’il fréquente.
Il fait des cartes de tout, de sa chambre aux relations entre les habitants de telle grande ville qu’il découvre ce qui explique que son récit soit semé de croquis en tout genre.

A noter qu'il y a un élément SF dans le bouquin mais cela reste un détail.

(par contre je pense bien avoir vu deux coquilles temporelles assez énormes bien que ne portant pas vraiment à conséquence)


Le web-site: http://tsspivet.com/


Titre: Re : Votre livre de chevet
Posté par: Loris le 21Janvier, 2011, 15:30:14
Un roman génial sur la forme : La Maison des Feuilles, de Mark Z. Danielewski (à lire en VO dans l'édition couleurs).

On en revient changé.
Loris


Titre: Re : Votre livre de chevet
Posté par: Cuchulain le 07Février, 2011, 20:04:42
Pas lu mais j'aimerais bien un avis : quelqu'un a-t-il lu ou vu une critique pour "Victoria reine et tueuse de démons" ?  :o J'arrive pas à trouver autre chose que le résumé de l'éditeur...


Titre: Re : Votre livre de chevet
Posté par: Glorfindel le 07Février, 2011, 20:07:30
Pas lu, mais j'ai vu le bouquin en librairie et je suis également intrigué.


Titre: Re : Votre livre de chevet
Posté par: Ohtar Celebrin le 09Mars, 2011, 21:20:50
Pour accroître quelque peu ma culture et ma compréhension de l'époque Te-Deumiste je me suis plongé dans la lecture de « Henri IV et la France réconciliée » écrit par Gonzague Saint Bris...

Je ne sais pas ce qu'en pensent les historiens mais certaines choses m'interpellent me faisant douter du sérieux de cet auteur. Je ne parle même pas d'objectivité tant il est évident qu'il voue une admiration débordante pour son sujet.

Je n'en suis qu'au début et ce que je relève ne sont sans doute que des détails mais bon...

Il y a des problèmes de cohérence dans la narration, on commence un paragraphe en nous parlant de la mère de Henri IV on poursuit avec lui et on revient sur sa mère. Ou on nous parle de son enfance puis une aparté sur sa vie future, une digression sur son éminent aïeul François 1er et on en revient sur son enfance.

Il y a des contradictions comme de nous présenter « belle Rouet » tantôt comme l'amante d'Henri IV tantôt comme celle de son père veillant sur lui à l'heur du trépas...

Enfin il y a des phrases purement absurdes comme celle-ci :
« Est-ce à ses précepteurs qu'il doit sa maîtrise virtuose du français ou est elle naturelle chez ce futur souverain dans lequel coule le sang, si spirituel, des Valois, enrichi de la tradition érasmienne de Marguerite d'Angoulême ? »


Pourtant je vais poursuivre ma lecture en essayant d'en retirer ce qu'il y a de bon.


Titre: Re : Votre livre de chevet
Posté par: Rom1 le 15Mars, 2011, 22:56:59
Qqu'un saurait me dire si le diptyque de Fejtaine sur les Mérovingiens vaut le coup ?  (les Reines pourpres)
(sachant que je me suis pas mal emmerdé sur sa trilogie des elfes)


Titre: Re : Votre livre de chevet
Posté par: Usher le 16Mars, 2011, 17:05:44
Je viens de terminer la lecture de Lavinia, d'Ursula K. Le Guin, et il s'agit vraiment d'un beau roman.

A l'origine, Lavinia est un personnage tout à fait secondaire de l'Enéide. Il s'agit de la princesse latine qu'Enée épouse en Italie, après avoir vaincu la coalition de Rutules et de Latins qui voulaient repousser les Troyens à la mer. Virgile ne lui consacre que quelques vers. Ursula K. Le Guin a décidé de reprendre ce personnage, et d'en faire le narrateur-personnage de son roman.

Par le point de vue de Lavinia, on découvre l'Enéide sous une perspective différente. Il s'agit de l'épopée vue par les femmes, ou vue par les personnages secondaires, ceux qui occupent les marges du récit. En soi, cet angle est déjà très intéressant. Il faut y ajouter la peinture d'une Italie archaïque, et pourtant déjà terriblement familière : une Italie de petits royaumes champêtres, semée de petites villes, de colonies grecques, de tribus montagnardes, de séduisantes cités étrusques… Les Sept Collines ne sont encore qu'une région insalubre, négligée par les Latins, où s'est installée une fragile colonie grecque. Les colons étrusques qui s'y installent lui donnent le nom étrusque du Tibre, Ruma, mais l'Urbs n'est encore qu'un vague fantôme d'un incommensurable futur. Le royaume de Lavinia est d'ailleurs voisin des Sept Collines, mais ne l'englobe pas.

Le milieu du roman est bien sûr traversé par la guerre, mais on est assez loin de l'épopée. Lavinia n'assiste qu'à quelques combats autour de Laurentium, sa ville natale ; la plupart des affrontements ne lui sont rapportés que par ouï dire, par prophétie ou par témoignage des blessés, des mourants ou des vainqueurs. Le cœur du roman est consacré à la vie d'une femme dans une société archaïque, toute pétrie de rites, de pragmatisme et de familiarité.

Bref, si vous cherchez de la sword & sorcery, passez votre chemin. En revanche, si vous cherchez une fantasy subtile (car il s'agit de fantasy, la postface est éloquente sur ce point, attestant que le lieu romanesque est une Italie rêvée entre le monde héroïque de Virgile et l'âge du bronze), si vous cherchez une œuvre littéraire dont la narration fait parfois preuve d'une virtuosité raffinée, si vous cherchez l'immersion dans un monde à la fois très lointain et très familier, il faut lire Lavinia. C'est un récit plein d'ombres et de lumières, où la mort et le mythe se marient de façon subtile pour nous ouvrir des perspectives troublantes sur le sacré.


Titre: Re : Re : Votre livre de chevet
Posté par: Cuchulain le 16Mars, 2011, 17:28:41
Qqu'un saurait me dire si le diptyque de Fejtaine sur les Mérovingiens vaut le coup ?  (les Reines pourpres)
(sachant que je me suis pas mal emmerdé sur sa trilogie des elfes)

Il me semble t'avoir répondu déjà sur le sujet  non ?
*recherche intensive*

Ah-ah (http://couroberon.com/Salon/index.php?topic=526.360) ! Je redis ce que j'avais dit :

Citation
L'histoire romancée de Frédégonde par l'auteur de la trilogie des Elfes. Pas de fantasy dans cet ouvrage : mais un un roman historique assez palpitant et qu'on sent documenté lors de l'apparition de petits détails de la vie quotidienne. Ce qui est assez plaisant c'est qu'a part une vague trace de fantastique (mais alors vraiment une goutte dans l'océan) on se régale à suivre les machinations et les frasques de la futur épouse de Chilpéric ainsi que son entourage. C'est bien écrit, il y a du suspens, des détails historiques intéressants et on se laisse prendre au jeu. On retrouve le fameux évêque Prétextat assassiné sur son ordre en 586 et l'auteur donne une autre justification à son meurtre.

Un bon ouvrage qui donnera envie de se refaire du "Avant Charlemagne".


Titre: Re : Re : Votre livre de chevet
Posté par: Glorfindel le 16Mars, 2011, 18:12:18
Je viens de terminer la lecture de Lavinia, d'Ursula K. Le Guin, et il s'agit vraiment d'un beau roman.

Est-ce que tu as lu Guenièvre, de Nancy McKenzie ? Sinon, ça te plairait peut-être. C'est une version du cycle arthurien narrée par Guenièvre.


Titre: Re : Re : Re : Votre livre de chevet
Posté par: Cuchulain le 16Mars, 2011, 18:17:09
Je viens de terminer la lecture de Lavinia, d'Ursula K. Le Guin, et il s'agit vraiment d'un beau roman.

Est-ce que tu as lu Guenièvre, de Nancy McKenzie ? Sinon, ça te plairait peut-être. C'est une version du cycle arthurien narrée par Guenièvre.

C'est comme les Brumes d'Avalon en somme ?  :mrgreen: :mrgreen:


Titre: Re : Votre livre de chevet
Posté par: Glorfindel le 16Mars, 2011, 18:18:33
Sache que le Djihad rouge arthurien est sur tes traces.  >:D


Titre: Re : Re : Re : Votre livre de chevet
Posté par: Usher le 16Mars, 2011, 18:53:54
Je viens de terminer la lecture de Lavinia, d'Ursula K. Le Guin, et il s'agit vraiment d'un beau roman.

Est-ce que tu as lu Guenièvre, de Nancy McKenzie ? Sinon, ça te plairait peut-être. C'est une version du cycle arthurien narrée par Guenièvre.

Je dois avouer que depuis que j'ai été victime de (la traduction française de) Marion Zimmer Bradley, je me méfie des réécritures arthuriennes comme de la peste !  ;) Mais à l'occasion, il faudrait que j'y jette un œil…

Pour revenir à Lavinia, l'intérêt du roman ne réside pas seulement dans l'adoption du point de vue d'un personnage féminin - même si, bien sûr, c'est un axe capital chez Le Guin. Il y a un autre volet dans ce roman, dont je n'ai pas trop voulu parler pour éviter de le déflorer, mais qui donne quelques pages absolument magiques : c'est le rapport à la mort et à l'immortalité. Ursula Le Guin est une vieille dame qui réfléchit à la mort et qui dispose d'une vaste culture classique (elle a fait une thèse sur la poésie de Ronsard, après tout !) ; cela se ressent profondément dans Lavinia. Certaines pages véhiculent un enchantement très sombre, dans une région indécise entre vie et mort, oubli et tradition, effacement et mythe. C'est superbement trouvé, et parce que c'est très élégant, c'est écrit avec naturel, sans affectation, au point qu'un lecteur étourdi pourrait très bien passer à côté. Mais chut ! Je n'en dis pas plus.


Titre: Re : Re : Re : Re : Votre livre de chevet
Posté par: Glorfindel le 16Mars, 2011, 19:00:58
Je dois avouer que depuis que j'ai été victime de (la traduction française de) Marion Zimmer Bradley, je me méfie des réécritures arthuriennes comme de la peste !  ;)

D'une manière générale, j'aurais tendance à te donner raison, hélas.

Mais au fait, tu n'as jamais pensé à commettre une réécriture de mythe historique toi-même ? ça pourrait avoir de la gueule.  :)


Titre: Re : Re : Re : Re : Re : Votre livre de chevet
Posté par: Usher le 17Mars, 2011, 09:26:38

Mais au fait, tu n'as jamais pensé à commettre une réécriture de mythe historique toi-même ? ça pourrait avoir de la gueule.  :)

Merci pour le commentaire.

Et oui, j'y ai pensé et j'ai même commencé.

Les quelques nouvelles que j'ai publiées ici ou là et qui n'appartiennent pas au cycle du Vieux Royaume touchent à un matériau plus ou moins mythique et plus ou moins historique. Celles qui marchent dans l'ombre est une modeste variation autour de l'Orestie et de la famille royale de Thèbes ; Kenningar a pour sujet Egill Skallagrimsson, personnage semi-historique méconnu mais que je considère comme mythique ; Préquelle est une rêverie pré-hunnique sur le mythe de l'épée du dieu de la guerre des peuples scythiques, qu'Attila a récupéré dans sa propagande.

Quant au roman sur lequel je travaille, il s'inscrit en plein dans cette démarche, puisque mes personnages principaux (Ambigat, Bellovèse et Ségovèse) viennent tous trois d'une page controversée d'Ab Urbe Condita de Tite Live. C'est d'ailleurs une des raisons pour lesquelles Lavinia m'a attiré : bien que l'action ait un cadre géographique et des personnages différents, le principe du sujet est un peu identique, puisqu'il s'agissait de broder autour d'un personnage ébauché par un auteur augustéen traitant d'une époque archaïque.


Titre: Re : Votre livre de chevet
Posté par: Rom1 le 17Mars, 2011, 09:52:57
Citation
Il me semble t'avoir répondu déjà sur le sujet  non ?

Arf, alzheimer !
Merci d'avoir pris le temps de retrouver ton avis !  :thumbsup:


Titre: Re : Re : Re : Re : Re : Re : Votre livre de chevet
Posté par: Glorfindel le 17Mars, 2011, 10:01:21
Quant au roman sur lequel je travaille, il s'inscrit en plein dans cette démarche, puisque mes personnages principaux (Ambigat, Bellovèse et Ségovèse) viennent tous trois d'une page controversée d'Ab Urbe Condita de Tite Live. C'est d'ailleurs une des raisons pour lesquelles Lavinia m'a attiré : bien que l'action ait un cadre géographique et des personnages différents, le principe du sujet est un peu identique, puisqu'il s'agissait de broder autour d'un personnage ébauché par un auteur augustéen traitant d'une époque archaïque.

La grosse différence que j'y vois, c'est qu'Ursula Le Guin part tout de même d'un mythe très connu. Elle peut donc jouer sur un horizon d'attente, surprendre le lecteur par de l'inattendu ou respecter sa source, etc. Les personnages que tu me cites sont inconnus de moi, et même si je ne prétends pas être un "honnète homme" achevé, je ne crois pas trop m'avancer en supposant qu'ils sont inconnus du grand public. Donc, tu n'as pas vraiment d'horizon d'attente sur lequel jouer. En fait, ça ferait presque penser à Astrate, dans Les Héros de romans de Boileau.

"PLUTON : Quel est ce grand Innocent qui s’en va des derniers, ce qui a la mollesse peinte sur le visage ? Comment t’appelles-tu ?
ASTRATE : Je m’appelle Astrate.
PLUTON : Que viens-tu chercher ici ?
ASTRATE : Je veux voir la Reine.
PLUTON : Mais admirés cet impertinent. Ne diriés vous pas que j’ay une reine que je garde ici dans une boëte et que je montre à tous ceux qui la veulent voir ? Qu’es-tu, Toi ? As tu jamais esté?
ASTRATE : Oui-da, j’ai esté, et il y a un Historien Latin qui dit de moi en propres termes Astratus vixit. Astrate a vescu.
PLUTON : Est-ce là tout ce qu’on trouve de toi dans l’histoire ?
ASTRATE : Oui. Et c’est sur ce bel argument qu’on a composé une Tragedie intitulée, de mon nom, Astrate où les passions tragiques sont maniées si adroitement que les Spectateurs y rient à gorge déployée depuis le commencement jusqu’à la fin tandis que moi j’y pleure toûjours, ne pouvant obtenir que l’on m’y montre une Reine dont je suis passionnément épris."


Mais je ne doute pas que tu trouveras quelque chose de plus intéressant à faire d'Ambigat, Bellovèse et Ségovèse.


Titre: Re : Votre livre de chevet
Posté par: Usher le 17Mars, 2011, 10:07:09
Disons que j'aborde l'horizon d'attente par l'autre bout.

Dans Préquelle, je construis tout le récit comme de la fantasy, bien que tout soit documenté ; Attila est le dernier mot de la nouvelle, et vient théoriquement bouleverser toute la perspective du lecteur. (Du moins était-ce mon intention…) Mon but est en quelque sorte de créer un effet d'attente à rebours : à la fin de sa lecture, le public peut se rendre compte qu'il y a une autre lecture à faire du récit qu'il vient de lire.

J'ai un principe un peu semblable en tête pour le roman sur lequel je travaille actuellement.


Titre: Re : Votre livre de chevet
Posté par: Léo le 11Avril, 2011, 17:06:58
J'ai interrompu ma lecture de L’énigme du cadran solaire, de Mary Gentle, que je trouve plaisant mais un peu poussif (qu'en pense Xaramis?). En général, je n'aime pas interrompre une lecture, mais c'était un cas de force majeure : le dernier roman d'Umberto Eco, qui a déclenché une polémique en Italie*.

D'entrée, je dirais que Le cimetière de Prague m'a un peu déçu, sans doute parce que j'en attendais trop. Je l'ai tout de même dévoré en quelques jours, et sans bouder mon plaisir, mais je le trouve un peu en dessous des autres romans d'Eco, sans doute à cause de son côté un peu fouillis et décousu, qui fait plus penser à une succession d'épisodes reliés par un fil rouge, le héros, qu'à un véritable roman.

Un aspect intéressant est qu'à part le héros, quasiment tous les personnages du roman ont existé, depuis des figures connues telles que Garibaldi, Alexandre Dumas, Maurice Joly, Freud, ou ce grand mystificateur de Leo Taxil, jusqu'à des existences plus obscures, dans la Sicile en révolution ou les bas-fonds de Paris.
D'un point de vue rolistique, c'est une mine d'informations et d'inspiration sur le métier de faussaire, qu'exerce le héros, ou sur le XIXe siècle occulte et conspirationniste : on croise des carbonaro, des jésuites, des agents secrets, des communards, des barbes pastiches et des cannes-épées... Outre palimpsestes et mystifications chères à Eco, ou encore sa théorie du Narrateur qui intervient directement dans la narration, les amateurs du Pendule de Foucault retrouveront beaucoup d'éléments connus, évidemment : l'Okhrana, l'ésotérisme, les complots judéo-maçonniques... Ce dernier élément est d'ailleurs vraiment au centre de l'histoire, puisqu'il s'agit d'une généalogie de l'apparition des Protocoles de Sage de Sion, le fameux faux antisémite, dont on voit la composition, à partir de matériaux antérieurs, célèbres (comme le Dialogue aux Enfers de Montesquieu et de Machiavel, de Joly) ou moins connus.

*Un dernier mot à propos de cette polémique, que je comprend, même si je la trouve ridicule. Accuser Eco d'antisémitisme, ou de propager l'antisémitisme, n'est pas très sérieux... Bien sûr, certains pourraient faire un mauvais usage des déclarations de son (anti)héros, ou voir là un manuel conspirationniste... mais encore une fois, c'est tirer sur le messager parce qu'on a pas compris le message.
Le mieux reste encore de relire le savoureux second chapitre, avec sa déclaration de haine à l'encours successivement des Juifs, des Allemands, des Français et des Italiens  :mrgreen:

Citation
Depuis que ce Gobineau a écrit sur l'inégalité des races, on a l'impression que si quelqu'un médit d'un autre peuple, c'est parce qu'il juge le sien supérieur. Moi, je n'ai pas de préjugés. Depuis que je suis devenu français (et je l'étais déjà à moitié du côté de ma mère), j'ai compris combien mes nouveaux compatriotes étaient paresseux, arnaqueur, rancuniers, jaloux, orgueilleux sans borne au point de penser que celui qui n'est pas français est un sauvage, incapable d'accepter des reproches.


Titre: Re : Re : Votre livre de chevet
Posté par: Xaramis le 11Avril, 2011, 23:47:47
J'ai interrompu ma lecture de L’énigme du cadran solaire, de Mary Gentle, que je trouve plaisant mais un peu poussif (qu'en pense Xaramis?)
J'en suis à la moitié du livre, et parfois je traîne les pieds pour avancer. Je trouve ce roman bavard (si j'étais éditeur, je couperais presque la moitié de ce que j'ai lu, pour que ce soit plus ramassé, plus dense, plus prenant). Et je trouve que l'auteur appuie d'une façon si lourde qu'elle en devient envahissante, sur les érections que procure à M. de Rochefort les situations où il se retrouve humilié ; j'ai bien compris cette pulsion-là lorsqu'elle est décrite la première fois ; je ne pense pas avoir besoin que l'auteur me la rappelle tous les deux chapitres, quasiment de la même manière à chaque fois. Ce n'est pas cette pulsion en elle-même qui me gêne (chacun trouve ses désirs et ses plaisirs comme il veut), mais la répétition de ce genre de scènes qui n'apporte pas grand-chose ni au personnage ni au récit.
Je me rends compte que j'en suis à tourner les pages et à les lire en diagonale, juste pour survoler le récit et voir vers quoi ça va mener au final. Et chaque chapitre qui passe fait baisser la note que je donnerai au livre au final. Pour l'instant, je dirais que c'est juste au-dessus de la moyenne.


Titre: Re : Votre livre de chevet
Posté par: Xaramis le 18Avril, 2011, 10:37:42
J'ai terminé la lecture de ce livre, et mon impression s'est confirmée : un livre trop bavard, avec tellement de redites (surtout dans les introspections du personnage narrateur) que j'ai eu du mal à ce qu'il ne me tombe pas définitivement des mains. Chaque chapitre qui passait écrasait un peu plus sous la botte de l'ennui mon intérêt de lecteur. En arrivant au bout de ce chemin d'ennui, je me suis dit "quoi ? tout ça pour ça ?".

Les lignes élogieuses de la 4e de couverture, mettant cet auteur sur un pied d'égalité avec Arturo Pérez Reverte et Umberto Eco, sont au mieux prétentieuses, au pire mensongères (même si Arturo Pérez Reverte arrive très bien à écrire du mauvais roman, comme son Cimetière des bateaux sans nom). Mais, me direz-vous, qui se laisse encore aller à prendre pour argent comptant les quatrièmes de couverture ?

Bref, si la lecture de cette Enigme du cadran solaire vous tente quand même, faites au moins des économies en l'achetant d'occasion (envoyez-moi un MP, je vous ferai un prix d'ami !).


Titre: Re : Votre livre de chevet
Posté par: Usher le 18Avril, 2011, 11:09:05
Pour le peu que j'en ai lu (qui ne concerne pas L'énigme du cadran solaire), j'ai trouvé la réputation de Mary Gentle très surfaite. Si l'on veut lire de la fantasy XVIIe siècle distrayante et assez bien tournée, je recommande plutôt Pierre Pevel.


Titre: Re : Votre livre de chevet
Posté par: Alias le 19Avril, 2011, 15:19:22
Ces temps, j'ai délaissé un peu San-Antonio (après avoir fini les six premiers volumes de la réédition) pour m'attaquer aux "Atrocity Archives" de Charles Stross.

En gros, c'est un croisement entre Delta Green et Dilbert: le héros, geek trentenaitre lambda, est employé dans une agence gouvernementale britannique qui protège le public de Secrets Indicibles. Ça implique beaucoup de réunions, des audits, de la mesquinerie comptable et des grenouillages interservices; à côté, les rejetons de Nyarlathotep, ce sont des vacances.

J'aime bien. C'est très, très geek avec un mètre cube de jargon par page, mais c'est très fun.


Titre: Re : Votre livre de chevet
Posté par: PM le 19Avril, 2011, 15:20:56
J'ame beaucoup leur système pour les agents défunctés  :mrgreen:


Titre: Re : Votre livre de chevet
Posté par: cavaillon le 19Avril, 2011, 17:33:16
Durant mon arrêt de travail, j'ai terminé plusieurs polars, mais également la tétralogie (ou trilogie selon que "Magician" est en deux volumes ou un seul) de Feist : "The Riftwar ".

Je dois dire que j'ai bien aimé, dans l'ensemble, surtout le troisième tome : Silverthorn. Dans ce livre, Feist abandonne (presque) complètement Pug et Thomas, et se concentre sur d'autres personnages que je trouve plus intéressants : le voleur Jimmy the Hand et le prince Arutha. Plus de grandes combats ou Thomas massacre les ennemis par dizaines, plus de magiciens qui font des ravages. Il s'agit là d'une mission d'infiltration où la discrétion est primordiale. Et j'aime bien l'humour de Jimmy et Arutha. Aucun lien, semble-t-il avec la guerre du rift et l'on se demande pourquoi cela fait partie du même cycle.

Le quatrième tome fait ce lien, avec la réapparition de Pug et Thomas. Ce quatrième tome raconte deux histoires simultanées ; d'un côte Arutha, Jimmy et les autres, de l'autre Pug et Thomas. J'ai bien aimé "dans l'ensemble", car cette deuxième partie du récit gâche, à mon avis le reste ; j'ai l'impression que c'est un grand n'importe quoi (le piège temporel, la visite à la déesse de la mort)... et la fin est assez décevante également avec le grand combat des boss de fin...

Feist est très bon dans son évocation du siège de la ville de Armengar, dans sa peinture des personnages avec une part d'ombre (Jimmy, Arutha, mais également Amos Trask et Guy du Bas-Tyra), mais avec les héros tout blancs et les grands magiciens, il essaye de faire du neuf, du plus grand que nature, et finalement cela tombe dans l'excès.


Je suivrai donc les conseils prodigués ici en arrêtant sur une bonne impression, et en lisant (plus tard) la trilogie de l'Empire.

Merci.


Titre: Re : Votre livre de chevet
Posté par: Cuchulain le 19Avril, 2011, 18:48:31
J'ai fini de relire pour la 5-6e fois "3 coeurs-3 lions" de Poul Anderson.  :ali2: Au départ je l'avais juste ouvert pour voir comment il décrivait les fées en général et les trolls en particulier. Puis ça m'a donné envie de le relire car je suis faible. Ce bouquin est vraiment un petit chef d'œuvre de fantasy.  :thumbsup: L'ambiance fantastique-médiévale est très bien rendue et c'est un plaisir de voir Holger Carlsen se demander comment fonctionne avec ses connaissances de physique moderne l'intérieur d'un dragon ou la magie en général. Un passage savoureux le voit tenir en échec un géant aux jeu des énigmes grâce à une devinette pour enfant !  :lol: On voit vraiment comment Morcook s'est inspiré de ce bouquin pour sa saga du champion éternel et Gygax pour le Paladin (avec Cortanna l'épée sainte !)

Bon après ça je me partage entre  :
'"L'elfe des terres noires" de J-Louis Fetjaine le 2nd tome des Chroniques des elfes. La préquelle à la fameuse trilogie des elfes. Normalement je devrais détester les elfes qui tirent à l'arc dans la forêt, mais Fetjaine mêle ça avec talent avec un soupçon d'histoire et une bonne dose de mythologie celtique, ça me donnerait presque envie de faire du Pendragon décomplexé là dedans tiens !  :)

Et mon nouveau grand amour pour le Haut Moyen Age ! Après Michel Rouche je suis passé à Isabelle Catteddu et son ouvrage :
"' L'archéologie médiévale en France : le premier Moyen-Age"
voici le 4e de couverture :
Le premier Moyen Âge, période mal connue, sinon mal aimée, de l'histoire s'étend sur sept siècles, entre la fin de l'Empire romain, au Ve siècle de notre ère, et le Moyen Âge classique au XIIe siècle. Si les clichés ont largement fleuri sur la période, depuis les dévastations des « invasions barbares » jusqu'aux pittoresques « rois fainéants », c'est que longtemps nos connaissances n'ont reposé que sur des textes rares, sélectifs, voire partiaux. Mais depuis les années 1980, l'archéologie a entièrement renouvelé la connaissance de cette période en France, grâce tout particulièrement aux grandes fouilles préventives, qui ont permis d'en étudier sur de vastes surfaces les paysages et les habitats.

C'est extrêmement intéressant car ça met à bas pas mal de clichés sur les paysans du HMA s'usant la peau sur des terres ingrates, une époque sombre, barbare et pauvre. Une très bonne aide de jeu pour Avant Charlemagne mais aussi et surtout pour Ynn Pryddein. :cool:


Titre: Re : Re : Votre livre de chevet
Posté par: killerklown le 20Avril, 2011, 07:41:10
Ces temps, j'ai délaissé un peu San-Antonio (après avoir fini les six premiers volumes de la réédition) pour m'attaquer aux "Atrocity Archives" de Charles Stross.

En gros, c'est un croisement entre Delta Green et Dilbert: le héros, geek trentenaitre lambda, est employé dans une agence gouvernementale britannique qui protège le public de Secrets Indicibles. Ça implique beaucoup de réunions, des audits, de la mesquinerie comptable et des grenouillages interservices; à côté, les rejetons de Nyarlathotep, ce sont des vacances.

J'aime bien. C'est très, très geek avec un mètre cube de jargon par page, mais c'est très fun.

J'ai lu les 3 tomes disponibles et j'ai adoré. Malheureusement le 2eme Tome est très "grand n'importe quoi" et moins bon que le reste de la série, mais le 3ème tome est de nouveau excellent !


Titre: Re : Votre livre de chevet
Posté par: Rom1 le 09Mai, 2011, 10:47:32
(http://images.comicbookcollector.net/large/dc/dc_281477_0_LaBibliothquedesMiroirsBD5Myth.jpg)

La Bibliothèque des Miroirs est une collection des Moutons électriques qui publie des ouvrages fort érudits sur les comic-books. Divers opus sont déjà sortis, s'intéressant à Jim Steranko, Jack Kirby, Alan Moore ou Frank Miller - et d'autres sont en préparation sur Grant Morrison ou Stan Lee notamment.
Chacun de ces livres est, sous un format des plus agréables, une véritable mine sur le sujet traité. Adoptant la plupart du temps un angle intelligent, les essayistes parviennent à nous faire voir le comic-book autrement - même quand on se prétend déjà cultivé en ce domaine.

Etant depuis toujours passionné par la mythologie et les comics - et persuadé de l'intime connection existant entre ces formes de narration -, autant dire que j'attendais ce Mythes & Super-héros avec une impatience aussi immense que l’appétit de Galactus.
Et je n'ai pas été déçu : c'est juste génial. Alex Nikolavitch, l'auteur, traîne ses guêtres dans le milieu depuis longtemps et il en a une vision érudite. Le point de vue de son livre est classique : les super-héros ne sont que les avatars modernes des demi-dieux et héros des légendes et les sagas des comics sont le pendant actuel de la mythologie classique. Il n'y a certes là rien de neuf mais l'ouvrage développe ses arguments avec une clarté telle que l'on passe son temps à se frapper le front en s'exclamant "Mais oui ! C'est si évident !" Je pense notamment à la trinité divine fondatrice (Souveraineté / Force / Production) théorisée par des mythologues et qui est ici appliquée aux deux principaux groupes de héros : la Justice League (Superman / WonderWoman / Batman) et les Avengers (Captain America / Thor / Iron Man) - et ce n'est là qu'un exemple.
Car des interconnections de ce type, Mythes & Super-héros en regorge. Analysant le travail des démiurges du comic-book (notamment Kirby et Dikto), il montre comment cela s'inscrit dans la grande tradition mythologique - en étant toujours clair et accessible, sans pour autant affadir son propos. De fait, ce livre me semble certes indispensable aux amateurs de comics, mais aussi à ceux qui y sont réfractaires : car ils trouveront là une porte d'entrée et au moins des clés pour comprendre pourquoi ces fascicules colorés et souvent considérés comme puérils rencontrent un tel succès.

De plus, si l'on prétend écrire du jeu de rôle de super-héros ou que l'on masterise dans un tel univers, Mythes & Super-héros est une formidable boite à outils permettant de donner une cohérence et du fond aux textes développés. Un formidable supplément transversal pour ce genre qui connaît au final un certain succès en France - en témoignent Humanydyne ou la Brigade chimérique.

Vous l'aurez compris : je recommande chaudement Mythes & Super-héros. Tout aussi bien écrit et cultivé que les autres ouvrages de la Bibliothèque des Miroirs, il a l'avantage d'être plus directement accessible aux profanes et néophytes.
On espère en tout cas que les Moutons électriques continueront longtemps à nous offrir de tels essais, anoblissant d'une certaine façon une forme de littérature populaire (j'assume) trop souvent mésestimée.


Titre: Re : Votre livre de chevet
Posté par: Usher le 09Mai, 2011, 15:59:20
Vivent les Moutons !  ;D

Coïncidence rigolote. Les connexions entre super-héros et dieux de la mythologie, j'y pensais il y a deux jours en relisant ceci :

"En parlant ainsi, il excita l'ardeur déjà brûlante d'Athéna. Elle descendit d'un bond des sommets de l'Olympe. Tel un météore, que le fils de Cronos aux pensées tortueuses lance, comme présage, aux matelots et à un vaste rassemblement de troupes, astre éclatant dont mille étincelles jaillissent ; telle, Pallas Athéna s'abattit sur la terre, et tomba au milieu des deux camps. La stupeur s'empara de ceux qui l'aperçurent, Troyens dompteurs de chevaux et Achéens aux belles cnémides."

Homère, Iliade, Chant IV, trad. Mario Meunier


Titre: Re : Votre livre de chevet
Posté par: Glorfindel le 12Juin, 2011, 16:40:59
En ce moment, je lis Ysaïe le triste, très beau roman de chevalerie du XVème siècle qui fait suite au Tristant en prose. Ysaïe est le fils illégitime de Tristan et d'Yseut. Héros prédestiné, il naît en tenant dans sa main une épée, symbole de Justice, Justice à laquelle il se consacrera une fois fait chevalier par les ossements de Lancelot. Le monde arthurien, privé de son roi après la bataille de Salesbières, voit l'iniquité germer partout, et aura bien besoin d'un tel champion, qui erre en redressant les torts, accompagné de son écuyer et ami, le nain Troncq, personnage fascinant appartenant au monde de la féerie. Du reste la féerie imprègne tout le roman. Vraiment, je ne peux que conseiller ce livre.

A noter qu'André Giacchetti en a sorti, séparément, l'édition et la tradiction. Mais bon, le Français du XVème, ça se lit bien. Plus facilement, en fait, que les extravagances linguistiques d'un Rabelais.


Titre: Re : Votre livre de chevet
Posté par: Macbesse le 15Juin, 2011, 01:31:50
Je me suis plongé dans l'immense Contre-jour de Thomas Pynchon. Immense parce que 1600 pages en format poche, d'accord, mais pas seulement. Il y a tout là-dedans : un siècle et demi d'histoire américaine, une vingtaine d'intrigues croisées, un pastiche de roman de jeunesse, un western héroïque avec des vrais morceaux de mythe de la frontière dedans, un western spaghetti, au moins deux romans d'anticipation, un roman ésotérique, un roman initiatique, plusieurs drames, de la haute politique, la folie, plein de maths et de sciences dures, de la littérature blanche, de la littérature de l'imaginaire... et tout cela tient ensemble. Tout coexiste, se superpose un temps, se disjoint, et enfin se répond. C'est vertigineux et sidérant à la fois. Les frontières du réel se brouillent et le lecteur a sans cesse l'impression d'être en terrain connu et étranger.


Titre: Re : Votre livre de chevet
Posté par: killerklown le 15Juin, 2011, 09:53:13
Moi je viens de finir Le premier Livre de la série Nécroscope de brian lumley
(http://ecx.images-amazon.com/images/I/7183HCZ9FPL._SL500_AA300_.gif)

Je dois dire que ça m'a bien plu... Quelques problèmes de rythme, je trouve que le roman démarre trop lentement, que l'auteur se laisse trop le temps de bien poser ses personnages et que il se passe peu de chose au cours de 300 premières pages, mais bon comme c'est plutôt bien écrit et pas foncièrement inintéressant, il est pas difficile de s'accrocher.
Par contre, dès que ça démarre vraiment, c'est du pur bonheur. Ca pête le feu, dediou !

Et comme j'avais fini le premier tome, je viens de commencer :
(http://ecx.images-amazon.com/images/I/71PKME2NZPL._SL500_AA300_.gif)
qui est la suite directe et qui garde le rythme de la fin du roman précédent, donc pour le moment c'est du tout bon !

Perso, j'aime vraiment cette série et sa guerre froide ésotérique. Si il y avait du mythe derrière tout ça, je comparerais ça à du Charles Stross moins geek...


Titre: Re : Votre livre de chevet
Posté par: Cuchulain le 15Juin, 2011, 20:55:30
J'ai lu les deux bouquins après avoir joué au JDR masterisé par Mr LS.  ;)


Titre: Re : Votre livre de chevet
Posté par: killerklown le 16Juin, 2011, 00:01:14
Amusant...
Mon premier contact avec LS a été de lui offrir un supplément pour le jdr pour son anniv'  :mrgreen:
Peut-être que c'est grâce à moi que tu as pu jouer avec lui  :thumbsup:


Titre: Re : Votre livre de chevet
Posté par: Glorfindel le 16Juin, 2011, 00:17:16
J'ai fini La fille du Roi des Elfes de Lord Dunsany. Un grand livre ! Magnifiquement écrit, superbement traduit. Ces descriptions, c'est vraiment du grand art. Chapeau bas ! Dunsany nous conte, d'une plume chatoyante, un récit onirique, teinté de poésie.


Titre: Re : Votre livre de chevet
Posté par: Marcellus Lesendar le 16Juin, 2011, 15:31:31
Je lis du Bordage!
Enfin...
Bon, je n'aime pas, mais bon...
Les Derniers Hommes...
Bah, j'sais pas, j'ai essayé plusieurs Bordage, c'est le seul que j'arrive à lire...
Mais à chaque fois, je n'apprécie pas du tout... "Trop facile" j'ai envie de dire. Rien de bien surprenant quoi...
J'comprends pas qu'il soit à ce point "adulé" par les fans de la critique française :(

Marcellus en mode presque troll


Titre: Re : Votre livre de chevet
Posté par: Ohtar Celebrin le 16Juin, 2011, 16:21:32
On l’a croisé une fois sur un salon avec Kianna… ça ne m’a pas donné envie de lire ses bouquins.

O. C. totalement trolle. ;)


Titre: Re : Votre livre de chevet
Posté par: Rom1 le 17Juin, 2011, 09:17:57
Marrant, tous mes contacts avec cet auteur furent d'excellentes expériences : accessible, gentil, humain, de bon conseil...
Et j'aime bcp ce qu'il écrit, il a une jolie plume et une belle imagination.

Alors sans troller, on peut aussi dire que c'est une histoire de goût, de moment, etc.  Tout simplement.


Titre: Re : Votre livre de chevet
Posté par: killerklown le 17Juin, 2011, 10:02:32
Je m'étais lassé de Bordage, mais son enjomineur me plaît bien, même si je le lis en pointillé (bon c'est vrai que ça fait une œuvre intéressante pour Khaos : 1795 et que c'est ma seule campagne en cours avec mes potes français)


Titre: Re : Votre livre de chevet
Posté par: cavaillon le 17Juin, 2011, 16:47:39
J'ai terminé le dernier volume du cycle des épées de Fritz Leiber. Sans connaître, je m'étais lancé là-dedans pour trois raisons :
- curiosité éveillée par le mot de passe "Fafhrd" pour entrer dans la guilde des voleurs de Baldur's Gate ;
- curiosité excitée par le scénario d'un des concours inspiré de la nouvelle "Le Bazar du bizarre" ;
- et enfin les critiques enthousiastes de certains membres de la cour, qui m'ont fait sauter le pas.

Finalement, j'en sors avec un avis partagé. Le cycle complet présente de grosses disparités dans la qualité des récits (ainsi que dans leur longueur, mais c'est moins gênant).
En ce qui concerne la forme, même s'il y a sept livres, ne vous attendez pas à une longue épopée, ou une histoire à rallonge (comme "Le Seigneur des Anneaux", "La Belgariade", etc...). Chaque livre est en fait un recueil de nouvelles. Qui se suivent  (on a parfois un petit rappel d'une aventure précédente), mais qui peuvent être lues indépendamment les unes des autres. La longueur de chaque récit varie considérablement : certaines nouvelles font deux pages, d'autres tapent dans la centaine (on peut parler plutôt de petit roman).
Dans le contenu, les livres racontent les aventures de Fafhrd, grand barbare (velu) du Nord, et du Souricier Gris, mince et agile voleur, deux très bons combattants, dans le monde de Newhon.
Il y a une grande diversité dans les histoires (voler la guilde des voleurs, se débarrasser d'une malédiction divine, découvrir des mondes souterrains, débarrasser la ville d'une infestation de rats,...), mais aussi, malheureusement, une grande diversité dans la qualité. Certains récits ne m'ont pas du tout accroché, et notamment le dernier (pas la meilleure façon de satisfaire le lecteur si on le laisse sur une mauvaise impression). Les histoires n'ont pas toujours de réel intérêt, la plume n'a rien qui la distingue d'un auteur lambda (de mon point de vue), et je dirais que ces livres sont plutôt destinés à des adolescents peu regardant (impression accentuée par la fantasme récurrent des personnages (de l'auteur ?) pour les filles nues à l'épilation totale, qui n'apporte strictement rien aux histoires). Il reste néanmoins quelques histoires qui sortent du lot, et surtout un humour (anglais ?) distillé sur l'ensemble des histoires : rien qui ne fasse rire, mais un ensemble général qui laisse durer le sourire aux lèvres.

Malgré cette bonne note finale, je ne le conseille pas.


Titre: Re : Votre livre de chevet
Posté par: SgtPerry le 17Juin, 2011, 17:14:37
Rigolo ça. J'avais lu les 6 volumes d'une collection (avec des superbes peintures à déplier comme celle sur Elric le Nécromancien). Mais le truc des nanas épilées, j'en ai aucun souvenir. Je me rappelle plus des guerrières machin bidules et de leur corps transparent qui laisse voir leur squelette.

 :mrgreen:

Olivier


Titre: Re : Re : Votre livre de chevet
Posté par: Macbesse le 18Juin, 2011, 13:37:27
Alors sans troller, on peut aussi dire que c'est une histoire de goût, de moment, etc.  Tout simplement.

Et on peut même discuter des goûts, posément.  ;)
Comme l'oeuvre est foisonnante et que Bordage a exploré plusieurs genre, je ne parlerai que de ce que j'ai lu, à savoir Wang.

Je dois d'abord dire que j'ai été un peu gêné aux entournures. Le thème du déclin de l'Occident et de la régénération par l'Orient a des échos relativement négatifs dans un passé récent et il me semble qu'il n'est pas manié avec l'agilité nécessaire pour désamorcer un mauvais arrière-goût en bouche. Disons que le tiers-mondisme ne rachète pas le racialisme. Attention, il ne s'agit pas là d'une critique idéologique envers l'auteur (après tout je lis avec plaisir Céline et Drieu qui sont idéologiquement franchement nauséabonds), mais bien d'une critique sur l'oeuvre : j'ai trouvé ces thèmes maniés de façon un peu frustes alors qu'il y avait la possibilité et peut-être même l'intention du second degré de lecture. Pour le coup, je pense que le côté "le tiers monde c'est mieux" lui a fait se prendre les pieds dans le tapis. Disons que la démarche est tellement radicale que ça en devient schématique et prévisible alors que l'idée du mur séparant les pays riches du tiers-monde est au départ très sympa (et assez prophétique, même, au vu des murs européen et américain actuels).  Certaines scènes sont aussi un peu gratuites à mon goût (l'éléphant de jade dans le vagin, un grand moment de burlesque). Du coup, je n'ai pas adhéré et je n'ai pas retenté l'expérience. Lisant peu de SF et de Fantasy, je suis hyper-sélectif et je ne donne que rarement une deuxième chance. Je ne demande cependant qu'à être convaincu que c'est une erreur.


Titre: Re : Votre livre de chevet
Posté par: Alias le 22Juin, 2011, 10:36:56
Je suis en train d'arriver au bout de Things That Never Where, de Matthew Rossi. Ceux qui connaissent les suppléments Suppressed Transmission de Ken Hite seront en terrain de connaissance: c'est un peu la même idée, des éléments d'histoitre secrète, de conspirations fantastiques et d'uchronies plus ou moins inspirées.

Un peu moins bon, peut-être, plus littéraire sûrement; certainement une mine d'inspi pour rôlistes.


Titre: Re : Votre livre de chevet
Posté par: pangloss le 24Juin, 2011, 10:26:33
Sérieusement Cavaillon ??? - Fritz Leiber n'a pas une plume d'auteur lambda ( de mon point de vue). Peut-être même un style un peu trop chargé.


Titre: Re : Re : Votre livre de chevet
Posté par: PM le 24Juin, 2011, 10:37:08
Rigolo ça. J'avais lu les 6 volumes d'une collection (avec des superbes peintures à déplier comme celle sur Elric le Nécromancien). Mais le truc des nanas épilées, j'en ai aucun souvenir. Je me rappelle plus des guerrières machin bidules et de leur corps transparent qui laisse voir leur squelette.

la vieille collection Temps Futurs !
* souvenir*
Les Epées, Elric, Caspak, Pellucidar, Lord Darcy ! Il y avait quand même es bons trucs dans cette collection !
Il m'en reste quelques-uns mais trop peu (perdu/prêté les Elric en particulier).


Titre: Re : Votre livre de chevet
Posté par: cavaillon le 27Juin, 2011, 19:06:31
J'ai terminé "Sans un mot" de Harlan Coben.

Il est pas mal, sans être exceptionnel.

Un gars bat à mort une femme en lui demandant "où est la cassette ?".
L'enfant d'une famille "normale", devenu très renfermé depuis le suicide d'un de ses amis, qui passe son temps sur son P.C. disparaît après avoir reçu d'étranges e-mails.
La copine de la fille de ladite famille est devenu la risée de sa classe, suite à une humilation de son professeur.

Trois histoires qui paraissent totalement indépendantes, mais bon, c'est un polard, on sait qu'elles vont s'imbriquer.

Au final, c'est relativement prenant. Mais comme pour les A. Christie, et les M. H. Clark, après avoir lu son premier Coben, les autres ont beau être bons, on ne retrouve plus le même suspense... Ce n'est pas le livre qui en propose moins, c'est le lecteur qui en veut plus que la fois d'avant, sinon il a l'impression d'en avoir moins...

Là, j'ai commencé ce matin "Mauvaise donne", avant de me plonger dans... "Gagner la Guerre", enfin !


Titre: Re : Votre livre de chevet
Posté par: Alias le 29Juin, 2011, 10:35:27
Je viens de terminer "Things That Never Were", de Matthew Rossi. Un bouquin qui ne dira pas grand-chose à beaucoup d'entre vous, mais si je vous dis que c'est très inspiré par les "Suppressed Transmissions" de Ken Hite, je suppose que j'éveillerai sans doute plus d'intérêt.

Une quarantaine d'articles courts (260 pages en tout), de l'uchronie, de la mythologie, de la physique quantique et des idées à foison. Ce n'est pas forcément aussi bon que les écrits de son modèle et le bouquin souffre dans son ensemble de typos à répétition, mais c'est quand même une mine d'idée épatante.


Titre: Re : Votre livre de chevet
Posté par: Usher le 11Juillet, 2011, 10:41:17
Après avoir relu l'Iliade et retrouvé de vieux frissons esthétiques (la longue bataille autour des nefs ; Ulysse isolé au milieu des Troyens comparé au sanglier entouré par la meute ; le combat d'Achille et du Scamandre…), je me suis plongé dans divers bouquins d'histoire grecque. Dans un but intéressé : l'époque mycénienne m'intéresse pour approcher au mieux l'esprit d'une société "héroïque" indo-européenne, et l'époque archaïque pour documenter les premiers contacts entre Celtes et Grecs ainsi que pour cerner les enjeux méditerranéens des VIIe et VIe siècles av. JC.

J'ai ainsi découvert un auteur extrêmement intéressant, Paul Faure (1916-2007). Normalien, universitaire, "demi-Crétois" pour reprendre son expression, Paul Faure a complété son érudition classique par d'incessants voyages en Grèce, où il s'est livré à des études quasiment ethnologiques sur le folklore et sur les héritages traditionnels. Cela donne à son œuvre un angle très intéressant, puisqu'il opère souvent des rapprochements entre les textes de l'Antiquité et la géographie ou le folklore grecs, montrant ainsi comment l'héritage de l'Antiquité est toujours vivant.

Aux amateurs d'Histoire, et particulièrement aux rôlistes amateurs d'Histoire, je recommande vivement La Grèce au temps de la guerre de Troie. (Hachette, collection La vie quotidienne, 1975, mais réédité dans les années 90 et facile à trouver en librairie ou sur le net). Je recommande ce livre pour diverses raisons.
Premièrement, 250 pages, c'est vite lu.
Deuxièmement, c'est excellemment écrit (Prix de l'Académie française). Faure y déploie un style plein d'une élégance rhétorique un peu désuète mais admirable de clarté et de vivacité. S'inspirant de formes très classiques, il nous offre par exemple un panorama géographique de la Grèce mycénienne étourdissant, adoptant un point de vue aérien et mobile, qui n'est pas sans faire penser à la vivacité des dieux homériques.
Troisièmement, c'est une mine de renseignements à la fois clairs et denses. Toute la société mycénienne prend corps, et Faure n'hésite pas à entrer dans le détail des différents artisanats, de la construction navale, de l'économie, de l'organisation bureaucratique des états mycéniens. On lui trouve quasiment le soin d'un reconstituteur. En fait, il s'agit presque d'un background de jeu livré clefs en main.

Plus difficile à trouver, La vie quotidienne des colons grecs (Hachette, 1978, épuisé)
Le livre possède peut-être quelques défauts mineurs : son organisation est un peu énumérative, puisqu'il détaille chapitre par chapitre les grandes régions colonisées par les Grecs ; certaines notions sont un peu datées (c'est particulièrement vrai sur le monde celtique, où Faure tourne en dérision Trogue Pompée pour ce qu'il estime être des erreurs et des affabulations qui ont été ensuite accréditées par une recherche plus récente). Toutefois, c'est aussi, et de loin, le livre le plus complet qu'il m'ait été donné de lire sur la colonisation grecque. Il est assorti de cartes précises sur les côtes de la Méditerranée et de la Mer Noire au VIe siècle av. JC. En se fondant aussi bien sur l'examen critique des textes de l'Antiquité que sur la comparaison des flux migratoires archaïques avec ceux du XXe siècle, Faure décrypte les causes complexes de la colonisation. Il établit aussi une relation entre cette expansion méditerranéenne et deux sujets qui sont toujours d'actualité : les mutations politiques qui ont contribué à créer l'idée de démocratie (mais Faure montre aussi comment la colonisation grecque avait déjà accouché du collectivisme, du populisme tyrannique, du capitalisme ploutocratique) et l'apparition du rationalisme scientifique. Toutefois, il contextualise remarquablement la naissance de ces notions au sein de la société archaïque, en prêtant une attention de détail à la navigation, au commerce, à l'architecture, à l'artisanat et à l'art. Sans oublier la course aux armements contre le grand rival expansionniste que représente la nébuleuse des cités phéniciennes. Encore une fois, c'est un bouquin lumineux : il nous montre de façon saisissante le monde méditerranéen du VIe siècle av. JC, et il nous parle toujours du monde moderne.


Titre: Re : Votre livre de chevet
Posté par: Rom1 le 11Juillet, 2011, 11:19:44
Toi, tu serai pas en pleine recherche pour un futur roman, hum ?


Titre: Re : Votre livre de chevet
Posté par: Glorfindel le 11Juillet, 2011, 12:54:32
Oh, lui ? Toujours, j'ai l'impression. Heureusement qu'il aime ce qu'il fait, sinon je ne vois pas comment il arriverait à trouver du temps pour de la lecture-plaisir.


Titre: Re : Votre livre de chevet
Posté par: Dame du Lac le 11Juillet, 2011, 14:59:57
Si cela t'intéresse, j'ai plein de photos de Mycènes que j'ai visitée (un magnifique site archéologique), et du musée situé aux pieds de la muraille. J'ai aussi un bouquin sur la ville antique, acheté au musée.


Titre: Re : Re : Votre livre de chevet
Posté par: Xaramis le 11Juillet, 2011, 18:03:44
J'ai ainsi découvert un auteur extrêmement intéressant, Paul Faure (1916-2007).
De ce même Paul Faure, j'avais lu - et avais été passionné par - son Ulysse le Crétois. Je ne sais pas si tu l'as dans ta pile de livres gréco-iliado-troyesques mais je me dis que ça pourrait t'intéresser sur ta lancée.

Dans la série "ulyssesque", mais totalement différent, le livre Le voyage d'Ulysse de Tim Severin relate une expédition d'archéologie maritime expérimentale à bord d'une galère de l'âge de Bronze.
Tim Severin est un personnage assez étonnant, une sorte d'explorateur du XXe siècle comme on en faisait au XIXe (sa fiche Wikipedia (http://en.wikipedia.org/wiki/Tim_Severin), son site internet (http://www.timseverin.net/)). Il a fait partie de ceux qui ont éveillé ma curiosité pour ces approches de l'archoélogie expérimentale, notamment maritime (avec ses livres sur les voyages de Brendan, de Simbad, etc.).


Titre: Re : Votre livre de chevet
Posté par: Glorfindel le 11Juillet, 2011, 18:19:15
De Brendan aussi ? Tu m'intéresses, là. Je savais qu'on avait tenté de localiser les étapes des voyages d'Ulysse, mais pour Brendan, je n'imaginais pas que ce fût possible, tant les îles auxquelles il aborde paraîssent fabuleuses. Aurais-tu un titre là-dessus ?


Titre: Re : Votre livre de chevet
Posté par: Xaramis le 11Juillet, 2011, 18:53:29
Pour ce qui est de Tim Severin, il a publié Le voyage de Brendan (The Brendan Voyage, 1978).Ce livre explique non seulement la tentative de retrouver le parcours de Brendan, mais toute la partie préalable à la navigation, comme la reconstitution d'un curragh (navire sans quille en cuir sur une armature de bois), avec les recherches sur les bois, les peaux, les techniques d'assemblage, etc.
Tu peux trouver des vidéos à ce sujet sur le net ; celle-là (http://www.youtube.com/watch?v=wB2EsZhzVtE), par exemple, qui te conduira vers d'autres du même style.

Le livre de Tim Severin ne prouve pas que Brendan et ses compagnons sont bien arrivés en Amérique, ni que tous les prodiges racontés dans le récit original sont vrais. Mais il prouve au moins qu'un tel périple était possible avec les moyens de l'époque.


Titre: Re : Votre livre de chevet
Posté par: Glorfindel le 11Juillet, 2011, 20:12:53
Merci, Xaramis. C'est drôlement bien, la Cour, quand même, on n'arrête pas d'apprendre des choses.

Sinon, en ce moment, je lis Croyances, mythes et légendes des pays de France, de Paul Sébillot. En fait, c'est une réédition et une refonte, en un volume, de son Folklore de France, originellement sorti en huit tomes. L'ouvrage, fruit d'une collecte remarquable de données de folklore, est d'une extrême richesse, sans atteindre une impossible exhaustivité. L'organisation peut dérouter : Sébillot n'a pas classé les fruits de son travail par région, comme on le ferait sans doute aujourd'hui, mais par grands thèmes (le ciel, la terre, la mer, la forêt, la faune, etc). Il rapporte un peu pêle-mêle une foule de légendes, de traditions populaires, de contes, de description de personnages merveilleux et de leurs faits et gestes : récits étiologiques expliquant des particularités du paysage par les exploits de Gargantua, de Roland ou d'autres personnages, actes prêtés aux fées des houles bretonnes ou aux lamignacs basques, mythes relatifs aux astres, aux monuments remarquables, chasses sauvages et autres prodiges... Bref, il y a vraiment de tout. Je déconseille d'attaquer l'ouvrage de front pour aller de la première page à la dernière : mieux vaut y papillonner à sa fantaisie. Mais c'est un livre passionnant.


Titre: Re : Votre livre de chevet
Posté par: Léo le 12Juillet, 2011, 15:09:23
Ah, Sébillot, la bible du folklore français :)

Usher : un ouvrage assez récent (2005) d'un universitaire américain qui pourrait t'intéresser, Soldats et fantômes, histoire culturelle de la guerre dans l'antiquité. Il s'intéresse surtout à des périodes plus récentes, mais en remontant jusqu'aux temps homériques, et en s'attachant notamment à l'état d'esprit et aux motivations des combattants.


Titre: Re : Votre livre de chevet
Posté par: Glorfindel le 13Juillet, 2011, 16:13:57
Je suis beaucoup dans le folklore en ce moment, avec plusieurs titres sur le feu.

Par exemple, les Contes populaires de toutes les Normandie, de Michel Hérubel. C'est pas mal du tout, mais j'ai une petite réserve : beaucoup de ces contes ne sont "populaires" que de nom, et cela se sent. Michel Hérubel est un écrivain, ni un collecteur ni un folkloriste. Il n'est pas de l'étoffe des Sébillot, des Joisten, des Pourrat ou des Grimm : la matière de ses récits, ilo est allée la chercher dans des textes anciens, des compilations antérieures, et il donne à tout cela une forme très travaillée, très écrite, extrêmement éloignée de celle des contes populaires traditionnels. De plus, il rapporte beaucoup de légendes médiévales, qui sont certes intéressantes mais qui ne relèvent pas vraiment d'une tradition orale encore vivace. Par exemple, il donne une réécriture de l'histoire de la mesnie Hellequin consignée par le moine Orderic Vidal au XIIème siècle. C'est certes intéressant, mais c'est tout sauf un conte populaire.


Titre: Re : Votre livre de chevet
Posté par: Macbesse le 13Juillet, 2011, 16:42:38
Tu devrais peut-être te pencher sur les écrits de Gerbert d'Aurillac, le pape Sylvestre II. Autour de l'an mil, dans sa grande entreprise de christianisation universelle, il a entrepris de recenser les légendes rurales et de leur donner un sens chrétien.

J'ai quelques références sur le sujet et plus généralement sur le rôle de l'Eglise dans la fixation des légendes et dans la transformation des pratiques magiques, qui datent du temps où je suivais les cours de magie médiévale de J.P. Boudet à Nanterre (2002, il enseigne toujours d'ailleurs, avis aux amateurs), mais il faudrait que je creuse mes archives. Bref, dis moi si ça t'intéresse...


Titre: Re : Votre livre de chevet
Posté par: highlandjul le 13Juillet, 2011, 18:51:13
Sinon dans le genre reprise de l'Odyssée, il y a bien évidemment le mâgnifique Naissance de l'Odyssée de J. Giono : Ulysse en gros lâche et menteur qui met trois plombes à rentrer parce qu'il a dû culbuter toutes les gonzesses légères du bassin méditerranéen, qui invente l'Odyssée par accident et qui flippe sa mère parce qu'on lui a dit que Pénélope se tapait une jeune athlète olympique. Grandiose. Excellentissime.


Titre: Re : Re : Votre livre de chevet
Posté par: Glorfindel le 13Juillet, 2011, 19:31:05
Tu devrais peut-être te pencher sur les écrits de Gerbert d'Aurillac, le pape Sylvestre II. Autour de l'an mil, dans sa grande entreprise de christianisation universelle, il a entrepris de recenser les légendes rurales et de leur donner un sens chrétien.

J'ai quelques références sur le sujet et plus généralement sur le rôle de l'Eglise dans la fixation des légendes et dans la transformation des pratiques magiques, qui datent du temps où je suivais les cours de magie médiévale de J.P. Boudet à Nanterre (2002, il enseigne toujours d'ailleurs, avis aux amateurs), mais il faudrait que je creuse mes archives. Bref, dis moi si ça t'intéresse...

Oui, ça m'intéresse grandement. Un peu dans la même veine, j'ai les Contes pour les gens de cour de Gautier Map, traduits du latin par Alan Keith Bate. Il y a des passages très intéressants, comme par exemple la légende du roi Herla, mais tout n'est pas passionnant.


Titre: Re : Votre livre de chevet
Posté par: Macbesse le 13Juillet, 2011, 19:33:35
Et bien je fouillerai ! N'hésite pas à me relancer au cas où j'oublierais (surtout si ces archives sont comme je le pense chez mes parents en province).


Titre: Re : Votre livre de chevet
Posté par: Ohtar Celebrin le 13Juillet, 2011, 21:10:12
Je viens de lire "La lune seule le sait" de johan Heliot :

Du Steampuck avec une once de SF... j'ai vraiment apprécié !

Si vous voulez croiser Jules Verne, Louis-Napoléon Bonaparte et une nef extra-terrestre dans un roman aussi intelligent que passionnant, c'est le bon !

Pour faire simple, lors de l'exposition universelle de 1889, un vaisseau interstellaire vivant se pose à Paris.
Ses occupants, les Ishkiss concluent une alliance avec Napoléon III (toujours vivant et accroché au pouvoir...) et lui apportent des technologies très évolué dans le domaine du vivant et notamment l"association entre une machine et un être vivant.
Grâce à ces technologies Napoléon III assoie son pouvoir en une véritable tyrannie.

Le roman suit les pas d'un vieux pirate, ex-écrivain à succès, farouche opposant au pouvoir impérial qui va devoir accomplir un périple extraordinaire qui le conduira jusque sur la base lunaire "Cyrano".


Je ne sais pas présenter un livre mais il vaut vraiment le coup !

Tenez voici une image pour la route :

(http://www.alaure.net/wp-content/uploads/lectures/la-lune-seule-le-sait.jpg)


Titre: Re : Votre livre de chevet
Posté par: Rom1 le 13Juillet, 2011, 21:11:50
Sa trilogie de la Lune est sortie en intégrale il y a quelques mois :

(http://media.librairiedialogues.fr/49/attachments/large/9/9/5/000892995.jpg)


Titre: Re : Votre livre de chevet
Posté par: Léo le 14Juillet, 2011, 14:58:49
Pour rester dans le folklore avec Glorfindel et Macbesse, on m'a offert récemment une édition originale du Sorcier des familles. Almanach fatidique, du peintre surréaliste Felix Labisse. Ca reprend le fourre-tout des almanachs anciens, avec un zeste rafraîchissant de folie et de dérision. Et ça reste une mine d'informations singulières.
En ce jour de fête nationale, je ne résiste pas à l'envie de vous laisser découvrir l'éphéméride :

Citation
14 JUILLET.  Saint du jour : Saint Paphnuce Céphale / Diable du jour : Barbathos / Homme du jour : Hollere

Talisman du jour : La flèche du Parthe. / Livre du jour : Thérèse de Lisieux.

Cancer / Nuit blanche

14 juillet 1564 : Funérailles de Michel-Ange
14 juillet 1602 : Naissance coiffée de Mazarin
14 juillet 1602 : Exécution par le feu de Françoise Bos accusée d'avoir forniqué avec un incube.
14 juillet 1679 : Exécution par le feu de la Durand, empoisonneuse.
14 juillet 1789 : Prise de la Bastille.
14 juillet 1818 : Condamnation de la cartomancienne Ledoux.
14 juillet 1829 : Le Curé d'Ars interrompt un bal.
14 juillet 1841 : Attentat contre le Roi de Prusse.
14 juillet 1888 : Naissance de Jaques de Lacretelle à Cormatin.

LE SORCIER DES FAMILLES
"Manière de faire la pomme de sommeil"
Mélangez avec soin des larmes de PAVOT et de MANDRAGORE, du suc condensé de CIGÜE, des semences de JUSQUIAME, de la LIE de VIN et un peu de MUSC. Triturez et malaxez avec application de manière à en faire une pâte épaisse ; puis, donnez à cette substance obtenue la forme d'une boule qu'il vous suffira de rouler dans vos mains et de sentir pour être plongé dans un profond sommeil.

CONSEIL DU CHAT DU DIACRE
De multiples exemples nous prouvant que les Démons affectionnent particulièrement nicher dans le coeur des laitues, il est recommandé d'exorciser votre salade avant de la manger car de nombreux cas de possession sont dus à l'ingurgitation involontaire d'un Démon.

SECRET DU BON AUGURE
Vous connaîtrez la destinée d'un malade en posant la tête sur un bouquet de CHELIDOINES. Si le malade chante, c'est signe que la mort est proche ; s'il pleure, la guérison est certaine.

SAINT PAPHNUCE CEPHALE, ermite, apprenant qu'une courtisane nommée Thaïs désolait la Cité, se procura une pièce d'argent et alla la visiter. Après avoir pris la pièce, la pécheresse montra sa maison à Paphnuce afin qu'il choisisse la chambre où il désirait forniquer ; le Saint Ermite choisit celle-là qui était tendue d'étoffe noire et, ayant ôté sa tunique de bure, il besogna rudement la courtisane. Celle-ci, malgré qu'elle en ait vu de toutes les couleurs, y prit un grand plaisir car le Seigneur avait gratifié Paphnuce d'une virilité digne du septième Ciel. Thaïs, émerveillée et conquise, vendit ses richesses, donna ses économies aux pauvres et suivit l'Ermite qui l'enferma dans une grotte close dont il gardait jalousement l'entrée.

BARBATHOS, ancienne Domination, est Grand-Duc des Enfers ; il apprend à ses adeptes à comprendre le chant des oiseaux et les cris des animaux ; il sait où se trouvent les trésors enfouis et indique leurs emplacements à ceux qui l'honorent comme il le faut. Il se présente souvent sous l'aspect d'un chasseur armé d'un arc et vêtu à la mode de 1282.

HOLLERE, magicien et thaumaturge danois du XIIIe siècle, avait confectionné, à l'aide de son art, un os géant gravé de signes magiques qu'il chevauchait pour traverser les océans et les mers.


Titre: Re : Votre livre de chevet
Posté par: Glorfindel le 14Juillet, 2011, 15:45:16
C'est excellent ! Le coup de ce gars qui parcourt la mer sur un os, je confirme, j'ai vu ça quelque part, soit dans la Geste des Danois, soit dans L'histoire des rois de Norvège, j'ai oublié (les deux sont sortis chez l'aube des peuples).


Titre: Re : Votre livre de chevet
Posté par: Cuchulain le 15Juillet, 2011, 13:19:36
Je finis en ce moment "La femme Celte" de J. Markale. Bon... Paix à son âme le monsieur nous a quitté il y a quelques années. C'était un excellent vulgarisateur et il avait le mérite de rassembler dans un français courant pas mal de textes peu accessibles sinon.

Le problème de ce bouquin est qu'il date de 1972. Depuis la position des femmes est quand même très différente en 2011 de 1972 (je ne dis pas que c'est parfait, mais quand même). Les celtes sont beaucoup plus à la mode qu'avant (même si pour trouver des bouquins sur les celtes à la FNAC il faut fouiller et aller tout en bas, preuve de l'Hégémonie gréco-romaine) et il y a quand même eu pas mal de découvertes archéologiques.

Toutefois, en ce qui concerne l'analyse des mythes, J. Markale arrive quand même à sortir des analyses plutôt intéressantes. Je lisais son analyse de Tristan et Yseult où il parlait du philtre d'amour qui aurait remplacé une geis lancée par Yseult sur Tristan dans les récits plus anciens. Faisant ainsi écho à l'histoire de Grainné et Diarmuid ou Deirdre et Noisé. C'est plutôt bien vu je trouve. Il fait aussi des parallèles avec Guenièvre qui aurait eu des relations plus que poussés avec Gauvain (et pas seulement).

Bref, au début ça se passe bien. Puis il se lance ensuite dans des analyses psychanalytiques et là c'est le drame ! Il mélange ensuite les récits bibliques (mais aussi les traditions rabbiniques) avec les légendes indo-européennes fait des parallèles avec les indiens d'Amérique, les inuits et Dieu sait qui encore. Le seul intérêt de tout cela est que ça vous donne envie de lire plus avant certains récits qui n'ont aucun rapport avec le sujet mais qui, en eux-mêmes doivent êtres fort intéressants. Et ça c'est quand il ne vitupère pas contre le christianisme, les romains et l'État français.

En gros, 50% du bouquin est à jeter, 30% est intéressant pour les celtes, et 20% est intéressant pour d'autres mythologies.  ::)


Titre: Re : Votre livre de chevet
Posté par: Usher le 15Juillet, 2011, 13:49:43
Personnellement, je n'ose plus ouvrir un bouquin de Markale. J'ai trop le sentiment de perdre mon temps en le lisant.

Surtout maintenant qu'il y a quantités d'archéologues et d'universitaires plus sérieux qui sortent des bouquins tenant compte des dernières avancées de l'archéologie et de la linguistique en matière celtique. (Barry Cunlife, Ch. Goudineau, Jean-Louis Brunaux, Stephan Fichtl, Olivier Buchsenschutz…) La polémique existe toujours entre différentes théories (par exemple, la conception du druidisme exposée par Brunaux), mais au moins, on est sorti des errements marxisants et psychanalytiques. Actuellement, quand les chercheurs ne sont pas d'accord, c'est essentiellement en se fondant sur les sources écrites et archéologiques.

Edit : Pour rappel, avant de s'appeler Jean Markale, notre celtomane s'appelait Jean Bernard et était professeur de lettres. Bref : aucune autorité en matière historique !  ;)


Titre: Re : Votre livre de chevet
Posté par: Glorfindel le 15Juillet, 2011, 14:04:40
Je crois qu'on peut dire les choses clairement : Markale était un fumiste et un charlatan, qui pillait sans vergogne des universitaires plus sérieux mais moins médiatisés que lui pour pallier ses médiocres compétences en irlandais ancien. Ses textes sont des adaptations libres où abondent simplifications, erreurs et contresens. Aucun chercheur sérieux ne veut ne serait-ce qu'entendre parler de lui, le citer dans un travail scientifique constitue un suicide professionnel. Y a largement mieux ailleurs maintenant, alors faut vraiment être masochiste pour aller patauger dans cette boue.

PS : Et puis moi, quand on me parle de Markale, je mords. J'y peux rien, c'est pavlovien.


Titre: Re : Re : Votre livre de chevet
Posté par: Cuchulain le 15Juillet, 2011, 14:48:01
Je crois qu'on peut dire les choses clairement : Markale était un fumiste et un charlatan, qui pillait sans vergogne des universitaires plus sérieux mais moins médiatisés que lui pour pallier ses médiocres compétences en irlandais ancien. Ses textes sont des adaptations libres où abondent simplifications, erreurs et contresens. Aucun chercheur sérieux ne veut ne serait-ce qu'entendre parler de lui, le citer dans un travail scientifique constitue un suicide professionnel. Y a largement mieux ailleurs maintenant, alors faut vraiment être masochiste pour aller patauger dans cette boue.

PS : Et puis moi, quand on me parle de Markale, je mords. J'y peux rien, c'est pavlovien.

Il y a boire et à manger, et je le dis : 30% de son bouquin n'est pas inintéressant. Ca m'a été conseillé par mon contact archéologue car certaines de ses théories étaient intéressantes. De plus en tant que compilateur et vulgarisateur il est très bon. Ses ouvrages reprenant les mythes arthuriens et irlandais (sans y ajouter d'analyses pipeaux) sont à lire.

Bon là je le délaisse car j'ai bouquin sur l'agriculture en gaule de -500 à 1000 ap JC à finir.  ;)


Titre: Re : Votre livre de chevet
Posté par: Puck le 15Juillet, 2011, 16:12:02
Je viens de finir "Parquet Flottant" de Samuel CORTO. Même si la fin est un peu étrange, il n'en reste pas moins que cet ouvrage décrit la justice sous l'angle du Ministère Public, avec ses codes, ses rites, sa façon de penser...Bref, que vous soyez, ou non, auxiliaire de justice, il reste interessant car il permet de comprendre ce à quoi peut bien penser un Procureur lors d'une audience....Et ça fait parfois un peu froid dans le dos.....


Titre: Re : Votre livre de chevet
Posté par: Glorfindel le 15Juillet, 2011, 22:29:37
Hé, je viens de voir que quelqu'un a enfin édité entièrement Valentin et Orson ! C'est génial ! Depuis le temps que j'attendais ça !

Valentin Et Orson: An Edition and Translation of the Fifteenth-Century Romance Epic, Shira Schwam-Baird, Mrts, 2011.

Valentin et Orson, c'est une épopée appartenant au cycle carolingien, la mise en prose probable d'une chanson de geste perdue. C'est un texte digne d'intérêt à plus d'un titre, notamment pour les éléments qu'il apporte à l'étude de la survivance des mythes ursins au moyen-âge. Et il n'avait pas été édité correctement depuis trop longtemps. Bon, je comprends que ça laisse parfaitement froid les gens normaux, mais là je suis vraiment heureux !  :D


Titre: Re : Votre livre de chevet
Posté par: Léo le 20Juillet, 2011, 16:31:49
J'ai fini Eternity Incorporated hier soir, de Raphaël Granier de Cassagnac... je peux dire que je ne suis pas pas déçu du voyage ! Le roman se lit vite, avec ses chapitres courts et un rythme soutenu, qui donne envie de tourner les pages pour découvrir la suite. Surtout, j'ai beaucoup aimé comment sont entremêlés différents thèmes classiques de la SF, très habilement, avec beaucoup de subtilité : virus tueur, post-apo, monades urbaines, société sous-contrôle, etc.

Pour présenter rapidement l'intrigue, ça se passe environ six siècles après le début d'une pandémie qui a rayé l'humanité de la carte : il ne reste que quelques survivants rassemblés dans "la Bulle", elle-même gérée par un Processeur quasiment tout-puissant... Mais assez vite au début du roman, tout dérape, évidemment.
Les trois personnages principaux sont très bien différenciés : il y a Sean, un musicien drogué qui organise des soirées borderground, Gina, une bureaucrate ambitieuse qui travaille à la Connectique, et Ange, une brigadier (les forces de sécurité de la Bulle).

Bref, si vous cherchez de la bonne SF (française qui est plus est), je vous le conseille chaudement!


Titre: Re : Votre livre de chevet
Posté par: Cuchulain le 20Juillet, 2011, 16:53:57
Je finis en ce moment un ouvrage de.... Jean Markale !! (vas-y Glorf mors moi  ;)). Intitulé Roland et Charlemagne, il y compile divers chansons de gestes concernant les personnages éponymes. Bon c'est pas passionnant, car Charlie passe son temps à casser de l'infidèle en bramant la gloire de Dieu et le merveilleux intervient assez peu (si l'on excepte le fait que les chevaliers se batte pendant une journée entière.) Un passage intéressant c'est le duel Olivier-Roland (où l'on voit que le neveu de Ch. était peut être un grand héros mais que dans les chansons de geste il ne passe pas pour très futé) avec échanges de courtoisies et geste chevaleresque.
Un fait amusant est qu'outre Mahomet et Tervagant (possible déformation d'un dieu gaulois ou de Venus Trivia ) les sarrasins (qui ont parfois des noms bien Bretons/nordiques mais passons) prient Apollon ! Que vient faire ce pauvre Apollon la dedans on se le demande (M. Glorfindel une explication ?). A noter que ce cher J Markale reste très sage et se contente, apparemment, de juste compiler les légendes et ne nous sort pas d'explication mystico-psycho-sexo-marxiste. Juste quelques notes de bas de pages (et encore il s'autocite à peine, je suis presque déçu !) avec des idées et/ou comparaisons semblant à première vue pertinentes.

J'ai laissé de côté mon bouquin sur l'agriculture en Gaule de -500 à 1000 pour dévorer un Que sais-je sur les royaumes barbares de Magali Coumert et Bruno Dumézil. Comme c'est publié en 2009 j'ai des renseignements plus précis. Mais encore une fois je déplore (et le mot n'est pas vain !) le "continento-centrisme" ! Les iles britanniques sont une fois de plus laissées dans le flou. C'est très énervant ! ::)


Titre: Re : Re : Votre livre de chevet
Posté par: Usher le 20Juillet, 2011, 17:34:44

Un fait amusant est qu'outre Mahomet et Tervagant (possible déformation d'un dieu gaulois ou de Venus Trivia )


Je ne sais plus où je l'avais lu, mais il semble que Tervagant pourrait être une hypostase de Tarvos Trigaranus, le Taureau aux Trois Grues, dieu gaulois assez mystérieux, attesté à Lutèce et sur des monnaies carnutes, peut-être associé à Esus. Plaisantes réminiscences mythologiques : je suis à peu près sûr que Guy G. Kay, dans La mosaïque de Sarance, s'est inspiré de ce Tarvos Trigaranus pour évoquer un culte païen et sauvage assez effrayant, où le dieu se manifeste sous la forme d'un immense taureau.


Titre: Re : Votre livre de chevet
Posté par: Léo le 20Juillet, 2011, 18:29:23
Citation
Un fait amusant est qu'outre Mahomet et Tervagant (possible déformation d'un dieu gaulois ou de Venus Trivia ) les sarrasins (qui ont parfois des noms bien Bretons/nordiques mais passons) prient Apollon ! Que vient faire ce pauvre Apollon la dedans on se le demande

La vision de l'Islam au Moyen-Age était plus que floue, et parfois d'un flou savamment entretenu...
Les musulmans étaient souvent vus comme des idolâtres, adorant Apollon (ou Apollyon, ou encore Apollin), Tervagant et Jupiter au côté de "Mahoumet" et autres dérivés comme "Mahound" ou "Mahom", parfois assimilé à l'Antéchrist (ils les adorent souvent au moyen d'idoles dorées qui finissent toujours par être brisées du fait de leur inutilité face aux paladins de la vraie foi). D'où le fait qu'il soient systématiquement appelés "païens", par exemple dans les chansons de geste, ou que ce terme devienne progressivement synonyme de "Sarrasin", dans certaines sources les deux pouvant même aussi bien évoquer des païens de l'antiquité, de Scandinavie ou des pays baltes...
Ce n'est peut-être pas qu'une convention littéraire, mais aussi une volonté de "propagande" (terme un peu anachronique peut-être) en rangeant les musulmans dans une représentation bien claire (après, la tendance sera plutôt à présenter Mahomet comme un hérésiarque ou un charlatan, comme le fera encore Voltaire).

Un livre fascinant, sur ces questions et sur bien d'autres : Les Sarrasins. L'islam dans l'imagination européenne au Moyen-Age, de John Tolan.
Et pour poursuivre un peu plus loin dans le temps : Représentations de l'islam dans la France du XVIIe siècle, Dominique Carnoy.


Titre: Re : Votre livre de chevet
Posté par: Puck le 21Juillet, 2011, 12:33:58
Sérieux Glorf, je commence à en avoir un peu ras le cul de tes messages méprisants et pédants.
Je ne sais pas ce qui a pu t'arriver mais j'ai une news pour toi: ON N'EN N'EST PAS RESPONSABLES !
Entre tes réponses à ce pauvre Octave qu'on essayait d'épauler au sortir d'un entretien douloureux et celle faite à CHUCHU qui n'a JAMAIS (et dieu sait que je le connais depuis 15 ans) fait de mal à qui que ce soit, tu commences à être un peu gavant.
Alors sois sympas, tu te modères un peu, parce que là,  c'est lourd.


Titre: Re : Votre livre de chevet
Posté par: Glorfindel le 21Juillet, 2011, 12:50:28
Excellente idée. Au plaisir.


Titre: Re : Re : Votre livre de chevet
Posté par: Puck le 21Juillet, 2011, 12:54:15
Excellente idée. Au plaisir.

Euh....même pas en fait.


Titre: Re : Votre livre de chevet
Posté par: Glorfindel le 21Juillet, 2011, 13:02:23
Je comprends. Je vous demande à tous de bien vouloir excuser mon comportement désagréable. Je demande plus particulièrement pardon à Cuchulain, que j'espère n'avoir pas blessé par un message posté dans un moment d'énervement. Je vais m'éloigner du forum quelques mois, faire le point avec moi-même, et je l'espère, vous revenir plus serein. Jusqu'au revoir.


Titre: Re : Votre livre de chevet
Posté par: Hikaki le 21Juillet, 2011, 16:27:46
Zut, j'arrive après une bataille ! (Avec des Sarrasins, en plus !)
Bon, comme j'avais besoin d'en trouver une, je vous mets une recette parce que la tradition se doit d'être respectée ! (Et que les sucreries adoucissent les mœurs, c'est bien connu.)

Citation
Préparation : 15 min
Cuisson : 45 min

Ingrédients (pour 6 personnes) :
- 1 pâte sablée
- 600 g d'abricots (bien mûrs de préférence)
- 4 cuillères à soupe de farine
- 4 cuillère à soupe de sucre
- sucre cassonade

Préparation :
Sortez la pâtes sablée, déroulez-la et étalez-la dans un plat à tarte (avec son papier sulfurisé, ou bien en l'enlevant et en prenant le soin de beurrer le moule avant).
Etalez dans le fond de la pâte, le mélange de 4 cuillères à soupes (rases) de farine et de sucre.
Lavez les abricots et coupez-les en 4 (ou en 6 si les abricots sont assez gros).
Disposez les abricots sur le fond de tarte composé du mélange sucre/farine. Mieux vaut disposer les abricots en mettant le coté peau à toucher la pâte afin d'éviter que la tarte soit détrempée.
Parsemez la tarte d'un peu de cassonade.
Enfournez pour 45 minutes à 200°C (thermostat 6-7).
Dégustez la tarte tiède ou froide !
http://www.marmiton.org/recettes/recette_tarte-d-ete-aux-abricots_61223.aspx


Titre: Re : Re : Votre livre de chevet
Posté par: Cuchulain le 21Juillet, 2011, 17:56:23
Je comprends. Je vous demande à tous de bien vouloir excuser mon comportement désagréable. Je demande plus particulièrement pardon à Cuchulain, que j'espère n'avoir pas blessé par un message posté dans un moment d'énervement. Je vais m'éloigner du forum quelques mois, faire le point avec moi-même, et je l'espère, vous revenir plus serein. Jusqu'au revoir.

Quel message ?  :o J'ai rien vu moi.  A moins qu'on parle du message sur J. Markale ?  ???  Si c'est ça, y a vraiment pas de quoi fouetter un chat (voire un chien !  :mrgreen:). Chacun sa marotte sur quoi s'énerver, et puis ça va faire dans les  8 ans que je connais Glorfou, donc pfff. Et on m'a balancé bien pire (dont le méchant Puck qui tente de se racheter en me défendant.  :P). Bref, quant à moi c'est largement pardonné.  :)

Pour rester dans le sujet : j'ai fini mon Que sais-je sur les royaumes barbares. C'est intéressant car très concis mais bien résumé. Ça ne m'a pas appris grand chose que je ne savais déjà (le Haut Moyen Age/Antiquité tardive, c'est un peu ma marotte), cependant ça m'a rafraichi la mémoire. Au chapitre des regrets : encore et toujours 3 fois rien sur les îles britanniques. Certes on a peu d'éléments textuels, mais nom d'un chien : l'archéologie a fait de gros progrès en France et je suppose qu'en GB aussi ! Il y a vraiment un désintérêt quasi-total sur ce qui se passe en dehors de la Gaule, de l'Espagne et de l'Italie.  >:( Et encore quand je dis la Gaule, j'exclus l'Armorique/Bretagne. Ca manque vraiment des bouquins en français la dessus.

Ayant du trajet à faire ce jour, j'avais pris un bouquin peu connu, il y a un film qui va sortir : Le Hobbit (orthographe peu sure  :mrgreen:). Pas mal mais un peu enfantin, j'espère que le film sera mieux, un peu plus dark avec de la baston et du sang qui gicle.  ::) Sans rire : ça fait au moins la 20e fois que je le lis ! J'y trouve toujours autant de plaisir, mais là le lisant avec la perspective du film, je me demandais quel passage va être coupé, comment PJ va adapter les dialogues ou telle situation.


Titre: Re : Re : Re : Votre livre de chevet
Posté par: Usher le 21Juillet, 2011, 20:09:11

Ayant du trajet à faire ce jour, j'avais pris un bouquin peu connu, il y a un film qui va sortir : Le Hobbit (orthographe peu sure  :mrgreen:). Pas mal mais un peu enfantin, j'espère que le film sera mieux, un peu plus dark avec de la baston et du sang qui gicle.  ::) Sans rire : ça fait au moins la 20e fois que je le lis ! J'y trouve toujours autant de plaisir, mais là le lisant avec la perspective du film, je me demandais quel passage va être coupé, comment PJ va adapter les dialogues ou telle situation.

Vil tentateur ! Ca donne envie de le relire !  ;D


Titre: Re : Re : Re : Re : Votre livre de chevet
Posté par: Ohtar Celebrin le 21Juillet, 2011, 22:21:54

Ayant du trajet à faire ce jour, j'avais pris un bouquin peu connu, il y a un film qui va sortir : Le Hobbit (orthographe peu sure  :mrgreen:). Pas mal mais un peu enfantin, j'espère que le film sera mieux, un peu plus dark avec de la baston et du sang qui gicle.  ::) Sans rire : ça fait au moins la 20e fois que je le lis ! J'y trouve toujours autant de plaisir, mais là le lisant avec la perspective du film, je me demandais quel passage va être coupé, comment PJ va adapter les dialogues ou telle situation.

Vil tentateur ! Ca donne envie de le relire !  ;D

En même temps ce n'est pas beaucoup de temps à investir et ça peut rapporter gros ! :thumbsup:


Titre: Re : Re : Re : Votre livre de chevet
Posté par: Glorfindel le 21Juillet, 2011, 22:28:59
Quel message ?  :o J'ai rien vu moi.  A moins qu'on parle du message sur J. Markale ?  ???  Si c'est ça, y a vraiment pas de quoi fouetter un chat (voire un chien !  :mrgreen:). Chacun sa marotte sur quoi s'énerver, et puis ça va faire dans les  8 ans que je connais Glorfou, donc pfff. Et on m'a balancé bien pire (dont le méchant Puck qui tente de se racheter en me défendant.  :P).

Non, Puck a entièrement raison. J'ai vraiment posté un message agressif, que j'ai supprimé ensuite. Tu vois, la littérature médiévale, c'est vraiment devenu une passion pour moi, et même un peu plus. Je gravite en périphérie du milieu médiéviste, sans reconnaissance et sans légitimité, en me voyant confier des projets ingrats dans l'espoir de pouvoir un jour travailler sur ce qui m'intéresse vraiment. Je travaille sur des traductions, je compulse des textes, je me creuse la cervelle pour trouver des moyens de faire partager mon enthousiasme aux gens. ça occupe le plus clair de mon temps libre, peut-être que ça tourne à l'obsession.

Alors j'avoue que ton message précédent m'a froissé. A une époque, on avait les mêmes goûts et les mêmes centres d'intérêts, j'ai naïvement tenu pour acquis que ces textes que j'admire te plairaient aussi. ça m'a fait un choc de voir qu'apparemment ils ne t'insipraient que du dédain, et ça m'a fait aussi brutalement réaliser à quel point ce sur quoi je bosse est sans intérêt pour la plupart des gens. C'est puéril, je sais.

En bref, je pars en vrille. Mieux vaut sans doute que je me tienne à l'écart des forums le temps de me reprendre. Mais j'ai promis des contributions à cccp pour Gothlied, je les lui ferai passer, et de toute façon je reviendrai un de ces quatre. Je ne me fais pas d'illusion : je suis accro à ce la Cour au délà de tout espoir de guérison, je l'ai déjà délaissée plusieurs fois mais je finis toujours par y retourner.


Titre: Re : Votre livre de chevet
Posté par: Cuchulain le 21Juillet, 2011, 23:55:12
Ah bon ? Mais justement j'aimerais que tu parcoures ce livre pour me dire s'il a pris des éléments intéressants ou s'il a mal rendu ça ? Je suis très attiré par les chansons de gestes et le résumé qu'en fait J. Markale n'est pas passionnant. J'ai bien aimé son travail sur les légendes arthuriennes donc j'aimerais avoir l'avis d'un connaisseur pour savoir s'il a bien fait son boulot.

Et puis il est vrai que j'ai parfois un ton qui irrite certains. C'est mon côté : bouffon de la cour.  ;)


Titre: Re : Votre livre de chevet
Posté par: Alias le 22Juillet, 2011, 09:57:03
Pour en revenir aux bouquins, j'ai fini Transition de Iain Banks. Banks, c'est l'auteur des bouquins de SF dans l'univers de la Culture, mais ceux qu'il signe "Iain Banks" (sans le M central) sont censés être plus "mainstream". Le mot-clé est "censé".

Parce que Transition, ça raconte les aventures de personnages qui peuvent voyager dans les univers parallèles et qui font partie d'une organisation qui prétend améliorer, là où elle le peut, le cours des choses. Sauf que les choses ne sont pas forcément ce qu'elles prétendent être et que se greffe par-dessus une histoire de complot.

Le problème est que, si le pitch est plutôt alléchant, la réalisation pèche méchamment, à mon avis: l'intrigue se perd dans les considérations de personnages secondaires qui n'ont qu'un lointain rapport avec la choucroute et que le bouquin se conclut par une rafale de dei ex machina.

Conclusion mitigée, donc. Le bouquin est intéressant par son thème (qui rappellera peut-être Mega), mais le traitement est décevant.


Titre: Re : Re : Re : Re : Votre livre de chevet
Posté par: Puck le 22Juillet, 2011, 12:14:07
Quel message ?  :o J'ai rien vu moi.  A moins qu'on parle du message sur J. Markale ?  ???  Si c'est ça, y a vraiment pas de quoi fouetter un chat (voire un chien !  :mrgreen:). Chacun sa marotte sur quoi s'énerver, et puis ça va faire dans les  8 ans que je connais Glorfou, donc pfff. Et on m'a balancé bien pire (dont le méchant Puck qui tente de se racheter en me défendant.  :P).

Non, Puck a entièrement raison. J'ai vraiment posté un message agressif, que j'ai supprimé ensuite. Tu vois, la littérature médiévale, c'est vraiment devenu une passion pour moi, et même un peu plus. Je gravite en périphérie du milieu médiéviste, sans reconnaissance et sans légitimité, en me voyant confier des projets ingrats dans l'espoir de pouvoir un jour travailler sur ce qui m'intéresse vraiment. Je travaille sur des traductions, je compulse des textes, je me creuse la cervelle pour trouver des moyens de faire partager mon enthousiasme aux gens. ça occupe le plus clair de mon temps libre, peut-être que ça tourne à l'obsession.

Alors j'avoue que ton message précédent m'a froissé. A une époque, on avait les mêmes goûts et les mêmes centres d'intérêts, j'ai naïvement tenu pour acquis que ces textes que j'admire te plairaient aussi. ça m'a fait un choc de voir qu'apparemment ils ne t'insipraient que du dédain, et ça m'a fait aussi brutalement réaliser à quel point ce sur quoi je bosse est sans intérêt pour la plupart des gens. C'est puéril, je sais.

En bref, je pars en vrille. Mieux vaut sans doute que je me tienne à l'écart des forums le temps de me reprendre. Mais j'ai promis des contributions à cccp pour Gothlied, je les lui ferai passer, et de toute façon je reviendrai un de ces quatre. Je ne me fais pas d'illusion : je suis accro à ce la Cour au délà de tout espoir de guérison, je l'ai déjà délaissée plusieurs fois mais je finis toujours par y retourner.

je t(ai laissé mon tel par MP si tu veux en parler.


Titre: Re : Votre livre de chevet
Posté par: Mortlock le 01Août, 2011, 17:41:26
Je suis à la fin des Piliers de la Terre de Ken Follett dont on a tiré la fameuse série TV que je n'ai toujours pas vu. Bon, je suis déçu déçu déçu car malgré le titre ça ne parle pas de rugby...  :mrgreen:
Plus sérieusement qu'en dire sinon que c'est efficace, rapide dans l'action comme rapide à lire. Je pensais au début que l'auteur nous immergerait plus dans la vie médiévale anglaise du XIIe siècle ou pour le moins dans la vie des bâtisseurs. Pour le coup sur se thème là, c'est un peu répétitif. Mais ça reste intéressant une bonne lecture d'été pour ne pas trop se griller de neurones.

A part ça je viens d'acquérir pour quelques misérables potins gaulois La Mythologie Celtique de Yann Brekilien est-ce que parmi vous certains connaissent ?


Titre: Re : Re : Votre livre de chevet
Posté par: Cuchulain le 01Août, 2011, 18:06:19
A part ça je viens d'acquérir pour quelques misérables potins gaulois La Mythologie Celtique de Yann Brekilien est-ce que parmi vous certains connaissent ?

J'ai vu ça à Gibert en flanant cet AM. Le monsieur semble sérieux (enfin semblait vu qu'il est mort en 2009). Je serais curieux d'avoir un retour dessus.
Pour ma part j'alterne entre "Pytheas découvre l'europe du Nord". Dans la collection mémoires. Il y a la partie purement de ce voyageur grec qui a voyagé loin au nord suivant la route de l'étain, et une partie introductive au contexte historique. Très intéressant.

Et mon deuxième ouvrage est :"Hell's Angels : L'étrange et terrible saga des gangs de motards hors-la-loi " de Hunter S. Thompson. Le journaliste a suivi les Hell's Angels pendant plus d'un an durant les années  60 et montre la réalité derrière le mythe. C'est une première approche qui est assez intéressante, après ça j'essayerais de trouver des bouquins sur les Hells Angels maintenant car j'ai l'impression que ça a bien évolué depuis les années 60.


Titre: Re : Re : Votre livre de chevet
Posté par: Usher le 01Août, 2011, 18:29:22

A part ça je viens d'acquérir pour quelques misérables potins gaulois La Mythologie Celtique de Yann Brekilien est-ce que parmi vous certains connaissent ?


Le Brekilien est intéressant et offre une perspective assez large des mythes celtiques. Par contre, comme souvent dans ce type de littérature, il est un peu difficile de faire la part des choses entre les intuitions, les spéculations et les opinions de l'essayiste en matière d'interprétation du matériau mythologique.


Pour ma part j'alterne entre "Pytheas découvre l'europe du Nord". Dans la collection mémoires. Il y a la partie purement de ce voyageur grec qui a voyagé loin au nord suivant la route de l'étain, et une partie introductive au contexte historique. Très intéressant.


Je renchéris ! Figure mystérieuse et passionnante que ce voyageur grec, le premier à avoir laissé un récit de son périple sur les côtes atlantiques au IVe siècle av. JC. Malheureusement, de ce récit, il ne reste que des fragments, dans l'œuvre d'autres auteurs de l'Antiquité qui l'ont attaqué parce que sa géographie ne cadrait pas avec celle des Grecs. (A toutes fins utiles, je vous rappelle que pour César, les Pyrénées sont encore une chaîne de montagne nord-sud, et que tout le littoral atlantique de la Gaule est orienté au nord…) Pythéas a au moins atteint les îles britanniques, et il aurait peut-être été au-delà, en "hyperborée", ce que d'aucuns considèrent comme l'Islande…


Titre: Re : Votre livre de chevet
Posté par: Macbesse le 01Août, 2011, 18:30:06
De Yann Brékilien, j'ai gardé un excellent souvenir du roman La Louve et le Sanglier, mais j'ai lu ça il y a quinze ans et c'est l'âge que j'avais. Je suis donc bien en peine d'évaluer la qualité de la documentation, sans compter que mes bons souvenirs sont très vagues, que la relecture serait peut-être décevante et que je ne sais plus du tout ce qui m'a plu dans ce roman, mais je le conseillerais quand-même.  :D


Titre: Re : Votre livre de chevet
Posté par: Usher le 02Août, 2011, 18:42:13
Je suis en train de lire un bouquin très intéressant :Le chevalier lettré, Savoir et conduite de l'aristocratie aux XIIe et XIIIe siècles, de Martin Aurell, Fayard.

Il s'agit d'un bouquin d'histoire, écrit avec un réel souci pédagogique, mais dense et parfois énumératif. Donc, ce n'est pas de la littérature d'évasion. En revanche, si l'on s'intéresse à la noblesse médiévale, à la culture de cour, à l'émergence du roman ou plus généralement à la façon dont la "littératie", pour reprendre un néologisme d'Aurell, peut infléchir les mœurs d'une société, alors ce livre est vivement recommandé !

Martin Aurell pose la façon dont le rapport à l'écrit évolue à partir du XIIe siècle. Pour ce faire, il invoque un nouveau concept, la "littératie". Ce néologisme formé sur l'anglais "litteracy" (et qui pourrait renvoyer à la "scripturalité" de la critique française) renvoie à la culture de l'écrit au sens large, dans son rapport au savoir, à la représentation du monde, à son influence sur les processus cognitifs et sur les rapports sociaux. C'est en quelque sorte le pendant de l'oralité. Pour commencer son essai, M. Aurell rappelle que le XIIe siècle est une période de renaissance intellectuelle en Occident, qui s'accompagne d'une plus grande diffusion de l'écrit. En conséquence, la relation au savoir change. Certaines innovations, qui peuvent nous paraître anecdotiques tant elles sont intégrées dans nos usages, révolutionnent le rapport à l'écrit. Ainsi, l'invention du paragraphe, de l'alinéa, de la segmentation des mots dans la phrase écrite permettent l'apparition de la lecture silencieuse, c'est-à-dire d'une lecture mentale ; l'usage d'une calligraphie liée dans la gothique cursive, permettant d'écrire un mot sans relever la main (à la différence de la caroline, si lisible, mais qui nécessitait de relever la plume après chaque lettre), accélère la cadence de la copie. Ces innovations permettent de favoriser la diffusion plus large des livres, et de toucher une autre classe que le clergé : la noblesse.

Après quoi, Aurell passe en revue toutes les relations que la noblesse entretient avec la culture littéraire et savante. Il s'intéresse à l'éducation des garçons et des filles, à la relation entre clercs et chevaliers, aux loisirs artistiques et littéraires, au caractère souvent curial des pratiques poétiques, musicales et romanesques. En exploitant un corpus impressionnant de textes médiévaux, il dégage des typologies souvent complexes de nobles plus ou moins lettrés. Certains passages sont absolument passionnants, comme les relations nouées entre troubadours et jongleurs, les différents usages de la poésie (ludiques, sociaux, amoureux, politiques, religieux…) et l'apparition de nouvelles formes littéraires, comme le roman ou les mémoires.

M. Aurell dégage différents types d'écrivains chez les aristocrates : les grands seigneurs lettrés, plus souvent poètes que romanciers ; les mémorialistes ; les écrivains illettrés, qui dictent leurs livres ; les écrivains lettrés qui, par posture aristocratique, prétendent être illettrés et destiner leur œuvre à l'oralité (Wolfram von Eschenbach).

J'en suis aux deux tiers du livre, mais je sais déjà que je ne regretterai pas de l'avoir lu : il brosse un panorama de toute la culture de cour médiévale (de la Méditerranée à l'Islande : Snorri Sturluson est aussi évoqué) qui est aussi passionnant qu'enrichissant.


Titre: Re : Votre livre de chevet
Posté par: cavaillon le 02Août, 2011, 19:13:47
J'ai terminé aujourd'hui le pavé qu'est "Gagner la Guerre". Je regrette. J'aurais aimé qu'il y ait encore quelques centaines de pages...

Comme la plupart des obéronistes, j'ai beaucoup aimé. Aimant habituellement les d'écritures soutenues, voire très soutenues, je me suis adapté sans problème au langage plus parlé de don Benvenuto. Langage qui d'ailleurs utilise un vocabulaire riche, aussi bien en argot qu'en parlé "normal". Ce qui paraît surprenant dans la bouche d'un assassin, mais qui s'explique quand on apprend que son enfance a été bercée par l'art sous la tutelle du Macromuopo.

Conter ce roman à la première personne du singulier est un sacré piège pour le lecteur, car il permet une immersion aisée et totale dans l'histoire. Et comme cela ne suffit pas, Usher utilise ses qualités de conteur pour rendre les sensations de Benvenuto presques tangibles. La passage à tabac d'une violence inouïe, tout comme la lente guérison ; la rixe avec Dilettino Schernittorre et ses mignons ; la chambre (mortuaire) de Tremore Schernittore ; l'évasion par les toits ; le combat dans la rivière ; le froid dans la carrée de dame Plectrude ; la fuite vers Vieufié dans l'hiver et cette impression de nager dans un brouillard sans avoir les pensées claires ; tous les dialogues avec le Podestat... J'ai ressenti tous ces moments (et bien d'autres que j'oublie) avec acuité. J'ai été un peu moins convaincu par le massacre des Mastiggia dans le palais en feu, mais ça ne ternit pas mon plaisir.

Comme bien des lecteurs, je n'ai pas saisi l'intérêt de l'hiver à Bourg-Preux. Usher parle de "grosses ficelles" dans ce chapitre, mais elles m'échappent entièrement. De plus, je garde en tête l'image des Elfes de Tolkien : des êtres féériques, hors du temps, comme l'est Annoeth dans "Le Conte de Suzelle", et là, je trouve Eirin (et Annoeth par passivité) très terre-à-terre. En fait, sauf leur vue perçante et un charme hors du commun, rien ne les distingue des Humains et de leurs appétits grossiers, menant une vie de larrons.

C'est d'ailleurs frappant dans ce livre : mis à part les deux Ouromands et le Macromuopo, pas un seul personnage de ce livre n'est honnête ! Pas un seul ! Les puissants sont pourris jusqu'à la moëlle (le Podestat tient, et de loin, le ponpon), leurs enfants commencent déjà, avec plus ou moins de succès, à intriguer, de concert avec, ou contre, leurs parents, et leurs hommes d'armes sont prêts à tuer froidement, sans émotion, parce que c'est demandé. Je crois que tous les personnages ne considèrent la vie que comme un paramètre, une variable d'ajustement.

J'ai d'ailleurs beaucoup apprécié le clin d'oeil d'usher quand il fait remarquer au lecteur que ce dernier s'est pris de sympathie pour Benvenuto, alors que c'est lui aussi une belle ordure !

De même pour Sassanos. Je ne sais pas si Usher sait exactement ce qu'il a fait et ce qu'il est devenu, ou s'il laisse même pour lui un peu de mystère, mais c'est un personnage extrêmement intéressant.

Même Melanchter (et là aussi, un Elfe capable de flécher froidement femme et enfants, ça me gêne. Cette scène me laisse un souvenir très désagréable ; je crois que je m'immerge trop dans mes lectures, parfois) est entré dans le jeu de la dissimulation, des messages cryptés. Et là, je remercie Usher de prendre soin de ses lecteurs qui, comme moi, sont trop ingénus pour comprendre le sens véritable des actes des politiciens, leur signification réelle, ou pour décrypter les informations contenues dans les dialogues autant que dans les silences. Les personnages ne disent jamais ce qu'ils pensent, ni ne font ce qu'ils semblent faire, et tous ces froids calculs politiques, m'auraient échappés.

Et enfin, en prenant du recul, les allusions à l'Histoire montrent que ce récit se passe dans un univers construit, solide, pas dans un mode en carton-pâte créé pour l'occasion, et cela donne encore plus de profondeur à l'ensemble de l'oeuvre.


Vraiment un très bon livre. Beaucoup plus sombre que "Mauvaise Donne".
Je relirai. Pas tout de suite, mais je relirai. Certains obéronistes ont relevé des indices, des incohérences dans le récit de Benvenuto, qui éclairent d'un nouveau jour les agissements de certains personnages, notamment Sassanos, et il y a  toujours cette histoire des grosses ficelles à Bourg-Preux, l'impression d'avoir manqué quelque chose, qui me titille...


Sinon, cela reste du registre de l'anecdote, mais c'est détail plein de charme à mes yeux, comme dans les différentes nouvelles de "Janua Vera", j'apprécie énormément l'entretissage des destins des différents personnages (Cecht, dame Lusinga, Annoeth,...).

Et sinon, je regrette quand même, j'ai espéré durant presque toute ma lecture, que le bayraktar finirait proprement suriné par Benvenuto. Au souvenir de cette scène pénible, je ne comprends d'ailleurs pas pourquoi un tel déchaînement de violence. Certes, il fallait bien dissimuler les tractations secrètes en amôchant le messager, mais à ce point ! Etait-ce bien nécessaire ?


Titre: Re : Votre livre de chevet
Posté par: cavaillon le 05Août, 2011, 16:09:07
Je lis en ce moment "Le Rayon Vert" de Jules Verne. Il faut croire que les Français ont évolué depuis 1882.

On peut effectivement y lire "Il y avait là [...] deux ou trois de ces Français que n'abandonne jamais leur amabilité géniale, même hors de France."

L'amabilité n'est pourtant pas la première qualité employée pour nous décrire, que ce soit en ou au-dehors de nos frontières...      :-\


Titre: Re : Re : Votre livre de chevet
Posté par: Cuchulain le 05Août, 2011, 18:31:51
Je lis en ce moment "Le Rayon Vert" de Jules Verne. Il faut croire que les Français ont évolué depuis 1882.

On peut effectivement y lire "Il y avait là [...] deux ou trois de ces Français que n'abandonne jamais leur amabilité géniale, même hors de France."

L'amabilité n'est pourtant pas la première qualité employée pour nous décrire, que ce soit en ou au-dehors de nos frontières...      :-\

Tous des jaloux !  >:D

Bon moi j'ai fini le livre "Pytheas le Grec" découvre l'Europe du Nord. Intéressant, mais c'est un peu une "arnaque". On nous explique en fait qu'on ne sait quasiment rien de Pytheas et l'auteur en profite pour placer une description des conditions de voyage à la période où aurait vécu Pytheas. J'ai sinon quasiment fini de relire "Bran Mak Morn" de R.E Howard, nouvelle traduction chez Bragelonne. Les récits sont vraiment captivants et c'est du grand Howard ! Moins intéressant sont les nouvelles écrites après une grosse influence de Lovecraft où un type se rend compte qu'il a vécu une vie antérieure et qu'il a eu affaire à  "une race basse dans l'échelle de l'évolution" , "de type mongoloïde" qui sont confondu avec les pictes, alors que eux sont des  hommes de petite taille aux cheveux et à la peau sombres. Il y a toujours la patte du maître, et on se cramponne à son bouquin mais le récit à un arrière gout pas génial.


Titre: Re : Re : Re : Votre livre de chevet
Posté par: Xaramis le 05Août, 2011, 18:55:03
Pour ma part j'alterne entre "Pytheas découvre l'europe du Nord". Dans la collection mémoires. Il y a la partie purement de ce voyageur grec qui a voyagé loin au nord suivant la route de l'étain, et une partie introductive au contexte historique. Très intéressant.
Sur Pythéas, je me permets de te conseiller de jeter un œil sur le livre d'Hugues Journès et Yvon Georgelin, illustré par les magnifiques aquarelles de Jean-Marie Gassend, Pythéas, explorateur et astronome, aux éditions de la Nerthe (2000). C'est un "beau livre", et son prix est donc en conséquence (45€). [voir là, par exemple (http://artslivres.com/ShowArticle.php?Id=912&Title=JOURNES+Hugues+%96+GEORGELIN+Yvon+%96+GASSEND+Jean-Marie+-+Pyth%E9as)]

(http://artslivres.com/images/Resized.php?File=AL24_Pytheas_Explorateur_et_Astronome.jpg&h=200&q=80)


Titre: Re : Votre livre de chevet
Posté par: Cuchulain le 05Août, 2011, 19:38:33
Vil tentateur mousquetaire !  ;)

J'y jetterais un coup d'oeil à l'occasion et me le payerais quand les finances seront au beau fixe. :)


Titre: Re : Votre livre de chevet
Posté par: killerklown le 06Août, 2011, 12:07:08
La couverture du bouquin m'a immédiatement fait penser à Cuidala  >:D


Titre: Re : Votre livre de chevet
Posté par: cavaillon le 10Août, 2011, 18:46:53
J'ai terminé "Le Rayon Vert".

Hé bien, Jules Verne ne me fait plus autant voyager que quand j'étais jeune... Je ne parviens pas vraiment à être entraîné dans l'histoire pour deux raisons.
1/ Les personnages sont caricaturaux : les oncles sont aisés et bons, la jeune fille est belle, intelligente, passionnée et bonne, le jeune homme est fort, courageux, romantique, artiste et bon, le prétendant est un binoclard, scientifique, pédant, arrogant, maladroit, emm*rdant et bon. Heu non, c'est pas un "b" mais un "c".

A la fin, la jeune fille épouse le jeune homme sous le regard bienveillant des oncles qui avaient porté leur dévolu sur le prétendant au début de l'histoire...

2/ L'histoire ? Un prétexte à l'auteur pour qu'il puisse étaler sa connaissance de la géographie des Hébrides (ou un bel enfumage, puisque je n'irai pas vérifier) et de la poésie Ecossaise, le scénario pouvant tenir sur une feuille simple (quand je pense qu'en première, en Français, je ne savais jamais faire un résumé suffisamment court dans le premier sujet du bac !).


J'avais déjà trouvé le "20 000 Lieues sous les Mers" un peu trop pédant (Jules Verne passant des pages complètes à étaler sa science des animaux et végétaux marins), mais au moins, il y avait une histoire et le capitaine Nemo est tout sauf un personnage manichéen...


A mes yeux d'adultes, seul "Michel Strogoff" est une oeuvre valable (mais je n'ai pas encore tout lu)... A la limite, je me demande si je ne préfèrerais pas un Henri Vernes (mais ça a peut-être également mal vieilli).


Titre: Re : Votre livre de chevet
Posté par: Puck le 24Août, 2011, 14:29:27
Quelqu'un a t il lu "The once and futur king" de T.H White par hasard ? Qu'est ce que ça vaut ?


Titre: Re : Votre livre de chevet
Posté par: tristesire le 26Août, 2011, 09:20:49
Aprés avoir visité le château d'Anet (suite à l'émission de notre cher Stéphane Bern), je lis La lune et le serpent de la princesse de Kent. Une vision légèrement romancée de la rivalité entre Diane de Poitiers et Catherine de Médicis...


Titre: Re : Votre livre de chevet
Posté par: Inigo Montoya le 27Août, 2011, 13:27:28
Le Club James Bond avait organisé il y a quelques années une grande visite au château d'Anet, non pas par rapport à l'histoire ancienne des lieux mais par rapport au tournage du prégénérique d'Opération Tonnerre qui y avait été tourné en 1965.


Titre: Re : Re : Votre livre de chevet
Posté par: Inigo Montoya le 27Août, 2011, 13:38:22
Quelqu'un a t il lu "The once and futur king" de T.H White par hasard ? Qu'est ce que ça vaut ?

Oui, il a été publié en français sous le titre de L'épée dans la roc, également L'épée dans la pierre et encore Excalibur- L'épée dans la pierre. Le livre a servi pour l'adaptation de Merlin l'enchanteur par les studios Disney.

C'est un très beau roman qui raconte l'initiation du jeune La Verrue qui deviendra le roi Arthur. Un très beau style, un peu vieillot, ce qui n'est pas pour déplaire, avec beaucoup d'humour et parfois des passages quasi-burlesques. C'est très fantaisiste au sens on y rencontre également Robin des Bois dans une histoire malgré tout basée sur l'initiation d'un jeune garçon.

Il y a eu des suites mais je ne les ai jamais lues.


Titre: Re : Votre livre de chevet
Posté par: Léo le 30Août, 2011, 15:19:54
Je suis en train de lire Il est parmi nous, de Norman Spinrad, un auteur que j'ai toujours apprécié... mais là, c'est une très grosse claque.
Je vous en parlerai plus une fois terminé.

(http://www.actusf.com/images/Jailu/9380_IlEstParmiNous_BD.jpg)


Titre: Re : Votre livre de chevet
Posté par: Léo le 05Septembre, 2011, 16:32:32
Bon, j'ai fini les 900 pages d'Il est parmi nous, et je ne suis pas déçu du voyage. C'est intelligent, cynique, et souvent très drôle. Mon seul reproche serait quelques répétitions et longueurs par ci par là.

Le livre est dédié à Timothy Leary (le pape du LSD) et à Gene Roddenberry (créateur de Star Trek), et le fait est qu'il donne envie de ressortir les champignons hallucinogènes, et de prendre une machine à remonter le temps pour retourner au Summer of Love.
Il y est justement question de voyage dans le temps, "Il" étant Ralf, qui se présente lui-même comme un comique venu d'un futur peu engageant, pour prévenir l'humanité du sort qui l'attend si elle ne change pas de comportement. Personnage central, Ralf demeure cependant un mystère jusqu'à la fin : dit-il vrai? est-il cinglé? est-il un comédien qui ne sort jamais de son rôle? On suit trois personnages qui vont être déterminants dans l'évolution de sa carrière, et dans l'élaboration d'un talk-show dont il est la star : Texas Jimmy Balaban, agent d'artiste roublard mais réglo, Amanda, guru New Age d'Hollywood, et Dexter Lampkin, écrivain de SF avec femme et enfant. Parallèlement, un quatrième personnage, Foxy Loxy, se fraye un chemin dans l'enfer du crack et de la prostitution... et il faut ici saluer le travail des traducteurs (Sylvie Denis et Roland C. Wagner, rien que ça), car le langage employé dans les chapitres qui lui sont consacrés est plus que déroutant...

On retrouve tout un tas de thèmes chers à Spinrad, le show-bizz, la crise de conscience de l'espèce humaine, la fibre écolo-alarmiste (déjà présente dans Bleu comme une orange, qui est vachement moins bien), et de nombreuses références ou clins d'oeil à ses romans antérieurs, Bug Jack Baron, Les Miroirs de l'Esprit (avec moult références à Hubbard et la Scientologie) ou Rêve de fer. Lui-même apparaît à plusieurs reprises, cité par Dexter Lampkin, ou faisant l'objet d'anecdotes amusantes. De même, on croise ou entend parler d'autres figures de la SF américaine, notamment Silverberg, Vonnegut, et surtout George Clayton Johnson. En fait, je trouve que c'est surtout un roman sur la SF plutôt qu'un roman de SF, plein d'ironie et d'auto-dérision, avec le personnage de Lampkin et son entourage, ou dans la description impitoyable du public des conventions (Et d'ailleurs le seul élément "science-fictionnel" n'apparaît qu'au bout de plusieurs centaines de page...)

Je dois préciser que j'ai toujours été fan de Spinrad, et qu'en plus j'ai peut-être des atomes particulièrement crochus avec ce livre (par exemple ayant moi-même été escrocagent artistique, et ayant participé à des conventions... pour ne dire que le plus avouable), mais, bref, vous l'aurez compris, je vous le recommande très très chaudement  :mrgreen:

Si vous voulez en savoir plus, vous pouvez lire cet article de Libé' (http://www.liberation.fr/livres/0101569917-spinrad-a-l-abordage).


Titre: Re : Re : Votre livre de chevet
Posté par: PM le 05Septembre, 2011, 16:58:40
Le livre est dédié à Timothy Leary (le pape du LSD) et à Gene Roddenberry (créateur de Star Trek),

Avoir ces deux personnages n'est pas si étonnant/anodin pour qui aurait lu une interview de Majel Barrett (Number One dans le premier pilote de Star Trek, l'infirmière Chapel dans la série originale, Lwaxana Troi dans STTNG et accessoirement la voix de l'ordinateur de bord dans la série classique, et très accessoirement épouse de Roddenbery) qui avait sorti à l'époque de STTNG au sujet de certains de ses scripts : "C'est un peu normal, mon mari est shooté la moitié du temps..."


Titre: Re : Votre livre de chevet
Posté par: Usher le 07Septembre, 2011, 19:26:08
Je viens de m'enfiler les 1200 pages des deux tomes des Mémoires du général baron de Marbot (Mercure de France, collection Le temps retrouvé), et c'est carrément bien ! Ca m'a plus diverti que bon nombre de romans !

Jean-Baptiste Marcellin de Marbot (1782-1854) ne raconte que sa tumultueuse jeunesse dans ses mémoires (puisqu'ils s'arrêtent en 1814), mais quelle jeunesse ! Quel roman ébouriffant ! Si ébouriffant, en fait, qu'il a inspiré Les aventures du brigadier Gérard d'Arthur Conan Doyle et Le Fleuve des Dieux de Philip José Farmer !…

Issu d'une famille de la noblesse éclairée, son père ayant été général de brigade dans les armées révolutionnaires après avoir appuyé les idées de 1789, Marbot connaîtra une épopée extraordinaire au cours du Ier Empire. Entré dans l'armée en 1799 comme simple homme du rang, Marbot suit une carrière militaire brillante puisqu'il arrache les grades et les distinctions un à un. En 1815, il est officier de la Légion d'Honneur, baron d'empire, et il obtient les galons de général juste à la veille de Waterloo, au cours des combats très durs qui précèdent la bataille. De 1799 à 1815, Marbot ne passe pas une année sans combattre : il est de toutes les campagnes napoléoniennes. Il s'illustre particulièrement à Austerlitz, Eylau, Wagram, Leipzig, Waterloo, parvient à sauver l'essentiel de son régiment au cours de la campagne de Russie, et encaisse pas moins de onze blessures au cours des guerres napoléoniennes. (Deux coups de sabre au visage et un dans le ventre, un coup de baïonnette au bras, des coups de lance dans la poitrine et au genou, une commotion cérébrale due au souffle d'un boulet, des blessures par balle au torse, dans l'épaule et au poignet, et, aussi incroyable que cela paraisse, une blessure par flèche à la cuisse pendant la campagne de 1813 !)

Plusieurs qualités rendent ses mémoires très plaisants.

Tout d'abord, la clarté et la simplicité du style. Marbot écrit sans effets, mais en veillant à l'agrément de son lecteur.

Deuxièmement, sa distance critique. Marbot a connu personnellement Napoléon Ier (qui apparaît ici et là au fil des mémoires comme un PNJ majeur intervient dans un scénario) ; mais quoiqu'il admire "l'esprit universel" de l'Empereur, il n'hésite pas à critiquer ses fautes morales et ses erreurs stratégiques. De la même façon, Marbot démystifie certaines légendes. Il survit au passage de la Bérézina, mais il ne s'en glorifie pas (trop) ; il insiste au contraire sur les dimensions très banales de cette rivière, et sur les erreurs de la Grande Armée qui vont la mener à la catastrophe en essayant de franchir le cours d'eau.

Troisièmement, Marbot, en bon aristocrate (et officier de cavalerie), possède une certaine conception des lois de la guerre. Il n'aime pas les morts inutiles, en particulier au cours des guerres de position. Une belle guerre, pour lui, est une guerre de mouvement, pas une guerre où l'on s'entretue. Il se montre ainsi économe avec la vie de ses hommes, et généralement avec la vie de ses ennemis - sauf en deux occasions. Mieux encore : Marbot fait l'éloge ou plaint souvent ses ennemis. Il admire la discipline de l'armée russe, la ténacité des partisans espagnols, l'audace des officiers de reconnaissance anglais. Cela donne un je ne sais quoi de chevaleresque à son propos, qui est très rafraîchissant à lire.

Quatrièmement, il sème ici ou là des récits d'anecdotes piquantes, burlesques, héroïques ou horribles, qui donnent vraiment le sentiment de lire un roman. L'enlèvement (raté) de Mlle G…, le premier commandement de Marbot à 17 ans alors qu'il n'est encore qu'un homme du rang, les exploits horrifiques et anthropophages (!!) de sa jument Lisette, les terribles affaires où Marbot a manié le sabre comme son premier duel, absolument piteux, ou encore l'histoire de Napoléon masqué et de la bergère colossale donnent beaucoup de relief à ses mémoires !

Bref, si vous aimez les mémoires ou l'épopée napoléonienne, c'est une lecture incontournable !




Titre: Re : Votre livre de chevet
Posté par: cccp le 12Septembre, 2011, 12:32:19
J'ai fini de lire le premier tome de millénium : Les hommes qui n'aimaient pas les femmes. Quand je dis fini, je mens un peu. J'ai abandonné la lecture. vers la 200e page alors qu'il ne s'est toujours rien passé. Je me suis lassé de me forcer de lire ce bouquin qui m'ennuie.
Je ne m'explique pas son succès. outre qu'il ne se passe rien, je le trouve creux.

Je ne m'explique pas son succès. Serai-je passé à coté de quelque chose ?


Titre: Re : Votre livre de chevet
Posté par: Cuchulain le 29Septembre, 2011, 14:08:02
J'ai fini les deux premiers tomes de "Les conquérants de l'île verte" par J. Markale. Celui-ci fait la même chose que pour le cycle arthurien. Reprendre les légendes d'après les traductions d'autre personnes (et il ne s'en cache pas) et les retranscrire dans un français courant. C'est bien fait, agréable à lire et il reprend même certains textes non parus en français. 

C'est à l'occasion de cette relecture que je me suis aperçu que Sangoku et autre héros de Shonen Manga qui déjà gamins font des exploits guerriers n'ont rien inventé ! Il pompent tout sur Cuchulainn qui a 8 ans abat plusieurs grands guerriers d'un royaume ennemi.  :mrgreen:

J'ai entamé "Les racines chrétiennes de l'Europe" de Bruno Dumézil, j'avais bien aimé son petit livre sur les royaumes barbares et je voulais voir ce qu'il donnait dans le genre "Pavé". En parallèle j'ai entamé "Troie" de David Gemmel, ça commence bien mais on reconnait déjà un de ses tics : "la mère malade et miséreuse sauvée parce que son enfant a rencontré un grand seigneur dans la rue qui est compatissant" entre ça et sa marotte sur les sièges : j'ai peur !  :-\


Titre: Re : Votre livre de chevet
Posté par: Rom1 le 29Septembre, 2011, 17:31:08
Citation
C'est à l'occasion de cette relecture que je me suis aperçu que Sangoku et autre héros de Shonen Manga qui déjà gamins font des exploits guerriers n'ont rien inventé ! Il pompent tout sur Cuchulainn qui a 8 ans abat plusieurs grands guerriers d'un royaume ennemi. 

Oh tu sais, les Asiatiques ont leurs propres héros mythiques dont les exploits remontent à l'enfance. Je pense que c'est assez répandu,  surtout qd on parle d'époque avec une espérance de vie bien moindre que de nos jours.


Titre: Re : Votre livre de chevet
Posté par: Ohtar Celebrin le 29Septembre, 2011, 21:22:55
Un petit retour de lecture...



(http://2.bp.blogspot.com/_nMUQzeZvHWk/Save6WJD77I/AAAAAAAACwA/MBrYSgIOkyM/s400/Livre+Les+Chronolithes.jpg)

Dernièrement j'ai lu « Les Chronolithes » de Robert Charles WILSON.

C'est de la science fiction mais si on y regarde d'un peu plus près, c'est un prétexte pour raconter comment l'humanité dans son ensemble et certain personnages en particulier réagissent à un changement des règles du jeu. (enfin si on peut appeler ça un jeu.)
En somme il poursuit le même objec