Les Salons de la Cour

Hors-jeu => Un peu de culture => Discussion démarrée par: Inigo Montoya le 14Avril, 2009, 19:57:10



Titre: Gagner la guerre
Posté par: Inigo Montoya le 14Avril, 2009, 19:57:10
Je trouvais embrouillant que pour un fil de discussion lié à Janua Vera, on traite également de Gagner la guerre pour revenir à Janua Vera...
Donc....

Je viens de finir "Gagner la guerre". Le livre m'a accroché dés les premières lignes et j'ai éprouvé beaucoup de mal à l'abandonner pour vaquer à mes activités quotidiennes.
J'ai été littéralement impressionné par l'ouvrage, par ses personnages, par l' univers d'Usher, l'histoire, la narration...
Usher a réussi à écrire un roman où le personnage central n'est pas don Benvenuto mais bien Ciudalia, la république et sa cité à mi-chemin entre Venise et Florence de la renaissance. C'est le coeur du récit et de l'intrigue et je trouve cela très fort en terme de résultat.

L'auteur tient le lecteur en haleine pendant presque 800 pages, en lui ménageant peu de répits, l'embarquant dans une histoire complexe, racontée de main de maître, pleine de rebondissements, de surprises et de coup fourrés. L'univers décris est d'un réalisme impressionnant et par moment, toutes proportions gardées bien sûr, j'avais l'impression de me retrouver dans un monde aussi riche, complexe et vivant que chez Tolkien.

Les personnages sont pleins de profondeur et leurs comportement, leurs discours, leurs actes en révèlent toute la compléxité. "Gagner la guerre" est un roman où la politique joue un rôle primordial. Le lecteur évolue alors dans un univers de faux-fuyants, de complots, de traîtrise, de mensonges et de coups tordus.

Certains passages sont éblouissants. Le passage à tabac douloureux du début  mais également la lente guérison sont des moments d'un réalisme impressionnants. La scène dans les jardins entre Benvenuto et Clarissima est hilarante malgré l'abomination de la situation.
Les scènes d'action sont saisissantes: la poursuite sur les toits est littéralement haletante et époustouflante. Le final dans la maison Mastiggia de même. Je me revois, terminant les dernières cent pages à vitesse folle, tournant les feuillets, le souffle coupé et les yeux exorbités, sans parvenir à me détacher de ces scènes finales d'une violence insoutenable et en même temps d'une dimension épique exceptionnelle. Une lecture qui ma encore amené, essoufflé, tard dans la nuit.

Complexe, fouillé, passionnant, Gagner la guerre est une véritable perle dans l'univers de la fantasy.


Titre: Re : Gagner la guerre
Posté par: Puck le 14Avril, 2009, 20:36:12
Ce serait pas mal, quand on critique (au bon sens du terme) un ouvrage, de marquer "SPOILER" dans le titre, afin que ceux qui n'ont pas encore parcouru l'ouvrage  ne découvrent pas d'éléments de l'histoire avant ladite lecture.  ;D ;)


Titre: Re : Gagner la guerre
Posté par: Inigo Montoya le 14Avril, 2009, 20:58:58
J'ai fait en sorte, soit de rester suffisamment évasif sur les personnes à qui certaines situation arrivent, soit de parler des personnages sans donner la situation, de manière à ne pas avoir à marquer SPOILER parce qu'il n'y en a pas à mettre quand on prend certaines précautions!! ;D


Titre: Re : Gagner la guerre
Posté par: Hikaki le 19Avril, 2009, 12:02:46
Une critique plus qu'élogieuse du roman :
http://www.scifi-universe.com/critiques_staff.asp?media_id=21329&muz_id=61


Titre: Re : Gagner la guerre
Posté par: Kynan le 19Avril, 2009, 15:32:27
Je suis en plein dedans (Benvenuto vient juste de retrouver le Sapientissime...), et je me régale. au grand désespoir de ma femme, à qui je ne peux m'empêcher de lire quelques extraits de savoureuse prose. Ah, lire ça et tomber sur le concours de nouvelles, ça vous titille le clavier.

Mais la barre est franchement haute ! Quelle belle plume, Usher, bravo. Tu écris déjà la suite, j'espère ?


Titre: Re : Re : Gagner la guerre
Posté par: Findae le 20Avril, 2009, 07:34:08
Une critique plus qu'élogieuse du roman :
http://www.scifi-universe.com/critiques_staff.asp?media_id=21329&muz_id=61

Une critique élogieuse mais bien méritée !


Titre: Re : Gagner la guerre
Posté par: Puck le 20Avril, 2009, 08:38:22
A ce propos, cher Usher, si l'idée te venait...enfin....je dis ça comme ça, en passant...de sortir un setting basé sur l'univers de tes romans......enfin...je dis ça...je dis rien..... ;D


Titre: Re : Re : Gagner la guerre
Posté par: Xaramis le 20Avril, 2009, 10:13:18
A ce propos, cher Usher, si l'idée te venait...enfin....je dis ça comme ça, en passant...de sortir un setting basé sur l'univers de tes romans......enfin...je dis ça...je dis rien..... ;D
Il me semble que c'est un peu l'inverse qui s'est produit, en ce sens que le roman a été écrit dans un univers qui avait été bâti pour des aventures rôlistiques. Mais je me trompe peut-être.


Titre: Re : Gagner la guerre
Posté par: Puck le 20Avril, 2009, 10:27:45
Bien! ;D Et dans ce cas, y'aurait il des notes, des règles, des pnj et autres informations disponibles afin de nous permettre de faire évoluer nos PJ dans cet univers ? Et si oui, quelle forme cela revet-il ?

Je n'aurai rien contre le fait de trouver chez mon épicier favori (M'sieur DESCARTES) un setting complet.  :lol:

bref, au boulot! ;D


Titre: Re : Gagner la guerre
Posté par: Pan Paniscus le 20Avril, 2009, 12:39:30
J'approche dangereusement de la fin du livre, mais déjà je vois se profiler un sujet ou une rubrique entièrement consacré(e) aux mystères, aux secrets et aux non-dits qui jalonnent le roman et l’univers. Il y a tout un tas de sujets qui mériteraient d’être illustrés par d’enflammées discussions théoriciennes. Qu’en pensez-vous ?


Titre: Re : Re : Gagner la guerre
Posté par: Hikaki le 20Avril, 2009, 13:42:55
Bien! ;D Et dans ce cas, y'aurait il des notes, des règles, des pnj et autres informations disponibles afin de nous permettre de faire évoluer nos PJ dans cet univers ? Et si oui, quelle forme cela revet-il ?
M'enfin ! Encore un qui ne fréquente pas notre site ! Cela va faire des années que ceci est disponible dans la section "scénarios", "donjons et dragons" !  :orcpoursuite:


Titre: Re : Gagner la guerre
Posté par: Cuchulain le 20Avril, 2009, 18:47:59
Oui mais alors moi je tiens à me plaindre !  >:D

C'est quoi ces manières de faire un roman qu'on n'arrive pas à lâcher ? La j'ai bien avancé et j'ai réussi à le lâcher quelques jours pour pouvoir faire autre chose que lire !! Mais la situation de Benvenuto juste après sa scène avec la fille de son patron est plus que tangente et j'ai besoin de savoir ! Mais j'ai peur d'être à nouveau happé et d'être frustré en devant arrêter...  :(

Ah et moi pour jouer dans le Vieux Royaume j'utiliserais plus le système de Warhammer (ou Te Deum) plus sale et dangereux que le système D20, mais là je diverge (et 10 verges c'est déjà beaucoup !  :mrgreen:)


Titre: Re : Gagner la guerre
Posté par: Hikaki le 20Avril, 2009, 19:00:16
Le Vieux Royaume était juste un prétexte que Usher a utilisé pour démontrer que l'on pouvait faire du porte-monstre-trésor de manière intelligente à D&D.
Pari réussi, je crois.


Titre: Re : Gagner la guerre
Posté par: Kynan le 20Avril, 2009, 20:30:50
J'adore les clins d'oeil comme Oriculari le fournisseur de cancans...  :thumbsup:


Titre: Re : Gagner la guerre
Posté par: Usher le 20Avril, 2009, 23:34:14
Comme l'a noté Hikaki, il y a du vieux matériel de jeu dans la section Donjons & Dragons (AD&D2, c'est dire si c'est antique !) : des aides de jeu sur l'histoire du vieux royaume, un panorama de Bourg-Preux et trois scénarios de petit niveau s'y déroulant.

Parfois, j'ai effectivement des pulsions rôlistes aiguës, et je me dis que je pourrais penser un système de règles pour le Vieux Royaume, ou que je pourrais dresser une aide de jeu consacrée à Ciudalia… Et puis je constate que je n'ai pas le temps…  ::) 
De toute façon, ce serait un boulot écrasant au vu d l'intrication entre familles patriciennes, milieux artistiques, commerciaux,  crapuleux et militaires, sans oublier les sorciers et les mystères enfouis dans les méandres de la ville.


Titre: Re : Gagner la guerre
Posté par: Kynan le 21Avril, 2009, 00:31:31
Attends, Ciudalia, c'est du pain béni pour NightProwler ! Tu connais ?


Titre: Re : Gagner la guerre
Posté par: Cuchulain le 21Avril, 2009, 01:31:02
Pour le vieux royaume c'est très "gritty" comme ils disent sur Casus NO ! J'entends par là que les blessures risquent de s'infecter, que les coups font mal et que la magie est assez "sale". Je vois bien Warhammer ou Te Deum pour jouer dans le vieux royaume. Au pire : tu peux toujours lancer un appel à nègres. Il y aura bien des rôlistes motivés pour faire ça (moi ça me tenterait bien mais je me connais : je vais coucher 2-3 idées puis partir sur autre chose et dans 10 ans ça sera toujours pas fait !  :-[)

Tiens sinon une question pour toi Usher : quelle inspirations musicales pour "Gagner la guerre" ? Je m'explique : j'aime beaucoup lire en musique (et écouter de la musique quand j'écris qui porte mon imagination et ma créativité) en rapport avec le thème abordé. Pour les romans d'Arturo Perez Reverte c'était de la guitare andalou, pour de la sword and sorcery j'écoute les BO de Conan ou des groupes de Folk Metal, pour du Tolkien : les BO du LOTR et un ensemble de chansons du livre mis en musique etc. Pour le vieux royaume j'écoute des BO de flim de pirates (et ça va pas mal car Gagner la guerre est plein de rebondissements) mais je me demandais si tu aurais des idées qui servirait pour la lecture et éventuellement une masterisation ?


Titre: Re : Gagner la guerre
Posté par: Puck le 21Avril, 2009, 06:18:56
Si vous voulez un système de combat qui retranscrive relativement bien l'aspect dangereux des combats (infections ....), celui de Game of throne me parait convenir.


Titre: Re : Gagner la guerre
Posté par: Pan Paniscus le 21Avril, 2009, 17:15:10
Je l’ai terminé cette nuit vers 1h30 – 2h00. Ce qui devrait expliquer mon manque de fraîcheur ce jour. J’ai pris énormément de plaisir à lire Benvenuto. Y a pas à dire le bougre à le sens de la formule et il sait comment s’y prendre pour narrer une aventure. J’apprécie tout particulièrement sa manière de rendre vivante une description. En règle générale, ce genre d’exercice peut facilement me faire tomber dans l’ennui, ou me couper de l’histoire. Sous sa plume, ce n’est pas le cas. En faisant appel à une imagerie qui lui est propre, une imagerie qui vous marque à la manière du couteau cérémoniel de Sassanos, les descriptions de Benvenuto vous plonge littéralement dans l’action.

J’ai vraiment adoré ce livre, il n’y a pas que le style qui m’ai plu. L’histoire complexe est réseau d’intrigues que l’on ne peut s’empêcher de démêler de bout en bout et j’admire la pugnacité  et l’obstination dont à fait preuve Benvenuto dans son effort pour la conter. Pourtant, le pauvre n’a pas fini d’en baver. Je me demande où il a bien pu trouver le temps de l’écrire.

M’enfin, je ne suis pas prêt d’en finir avec ce livre, j’ai tout un tas de mystères à éclaircir concernant les agissements de Sassanos. Je crois bien que d’ici peu, j’ouvrirai un poste sur le sujet.


Titre: Re : Gagner la guerre
Posté par: Usher le 22Avril, 2009, 09:46:44
Côté musique, en fait, je n'oserais guère faire des suggestions ; les goûts varient tant que, en fonction des sensibilités ou en fonction de l'angle avec lequel on veut aborder l'univers ou le récit, les accompagnements les plus divers pourraient fonctionner.

Même si je rêvasse de règles adaptées au Vieux Royaume, je n'ai pas de vision d'ensemble de l'esprit que je voudrais leur donner. Hikaki me disait hier qu'on sentait bien, malgré le lissage dû à la narration benvenutienne, les archétypes D&D dans le personnel du roman : il est vrai qu'on identifie clairement les roublards, les magiciens, le guerrier, les barbares, le paladin, le barde...  :D Ceci dit, il est vrai que l'esprit, quant à lui, serait mieux rendu par un système plus réaliste et plus sale pour les combats, plus diffus pour la magie.

Pour l'heure, si j'avais du temps à perdre, ce serait en faisant une aide de jeu sur Ciudalia. Le roman brosse une cité très complète, qui pourrait être un cadre très riche pour des joueurs.

A défaut de système, j'ai aussi une vision assez précise de la magie et de l'emploi qu'on peut en faire. Soit dit en passant, si elle est très noire et très sale dans Gagner la guerre, c'est essentiellement en raison de la marque qu'y apporte Sassanos et des stigmates de la bataille de la Listrelle. En fait, les trois branches de la magie (basse, haute et vive) ne sont que des outils thaumaturgiques dont on peut faire tous les usages, en bien ou en mal.


Titre: Re : Gagner la guerre
Posté par: Xaramis le 22Avril, 2009, 19:46:09
J'en suis environ au premier tiers du roman, et bien accroché aux basques de la crapule.

Plutôt nourri de notre Histoire que de fiction med-fan, je vois dans ce Gagner la guerre, non pas la Rome antique comme l'auteur de la critique indiquée par Hikaki (http://www.scifi-universe.com/critiques_staff.asp?media_id=21329&muz_id=61), mais plutôt les cités-états italiennes de la Renaissance, la Florence des Médicis, la Rome d'un Sixte IV ou des Borgia, à l'ombre de Machiavel, et l'adversaire ottoman, la Sublime Porte avec ses janissaires.

Et pour ce qui est du visuel, j'ai du mal à ne pas penser à ce que Rolland Barthélémy avait dessiné pour le supplément Les Ven'Dyss pour Guildes.


Titre: Re : Gagner la guerre
Posté par: equites le 22Avril, 2009, 20:48:24
J'ai terminé le roman avec gourmandise. J'y ai retrouvé la truculence et le cynisme que j'avais adoré dans la nouvelle de Janua Vera. L'écriture est très agréable et le travail sur la forme a du être important. On ressent fortement l'inspiration de la Renaissance Italienne et du monde méditerranéen qui l'entoure. Aussi les termes de l'examen clinique m'ont paru trop modernes là où je m'attendais à une évocation des humeurs et des aphorismes médicaux, en cours à l'époque. Je comprends bien que ce n'est que pour mettre en relief la compétence du prêtre mais cela m'a déstabilisé.

 Quant à savoir quelles règles conviendraient le mieux pour incarner cet univers, je crois que cela dépend des aspects que maître et joueurs voudront mettre en valeur. En ce qui me concerne je n'oserai pas y jouer de crainte de dénaturer l'oeuvre. Par contre elle nous  sert d'inspiration dans nos parties médiévales.
Qu'espérer pour l'avenir? Un succès bien mérité pour ce roman et son auteur, afin que nous puissions voir cet univers croître et s'épanouir. Ciudalia est une ville dont on tombe rapidement sous le charme. J'imagine d'autres aventures dans le monde de Ressine ou aux côtés des Chevaliers du Sacre. Pourquoi pas d'autres récits racontés par d'autre protagonistes de Janua Vera Comme le chevalier errant ou bien le housekarl?
Encore merci pour ce moment de gourmandise.


Titre: Re : Gagner la guerre
Posté par: Kynan le 24Avril, 2009, 19:54:45
Ca y est, je l'ai fini moi aussi...

Pfff... J'en suis fatigué pour ce pauvre Benvenuto. A quand la suite ?

Bon, il ne me reste plus qu'à ranger le livre. A côté du SdA, tiens, il sera en bonne compagnie. Maintenant, je crois bien que je vais déménager mon groupe de truands de NightProwler de Samarande à Ciudalà... Sauf qu'il n'en sauront rien. Miam... >:D


Titre: Re : Gagner la guerre
Posté par: Cuchulain le 25Avril, 2009, 01:12:13
Terminé hier à 3h30 du matin !  ::)

Autant on ne peut qu'apprécier ce cher Benvenuto (qui est la plus honnête des fripouilles présentes dans le bouquin) autant quand on y pense le Podestat est une belle ordure ! On aurait souhaité sa fin avec joie...  ;)
Bon à 99% je suis enchanté du bouquin : des personnages haut en couleurs, fouillés, vivants, tout en nuances. Un style riche dont on ne se lasse pas avec des métaphores ou des situations qui m'ont plus d'une fois fait sourire voire rire. Rebondissements sans cesse on ne s'ennuie pas une seule ligne. Les 1% qui m'ont un peu moins plu sont quand des non humains étaient présents... J'avais l'impression de revenir dans un univers de fantasy "classique" et plus dans ce qui m'avait charmé dans Janua Vera ! Mention toute spéciale pour le mot de la fin : GRANDIOSE !!  :thumbsup:

Et maintenant on veut encore du vieux royaume m'sieur Usher.  >:D Laisse un peu ce pauvre Benvenuto tranquille et parle nous d'autres personnages présents dans Janua Vera.  :)

ah au fait je suis comme Xaramis Ciudalia me fait clairement penser à Venise et ses guerres contre l'empire Ottoman. En fait je n'aurais pas jugé incongru de voir Benvenuto et les autres user d'armes à feu ! On croirait du Te Deum mis en fantastique d'ailleurs : rien que les noms d'officiers par exemple ou les descriptions des armes et des armures.


Titre: Re : Gagner la guerre
Posté par: Usher le 25Avril, 2009, 12:15:11
Quelques éléments de réponse…

A propos du volet médical, j'ai peut-être été influencé par les conseils que m'ont donnés certains médecins.
En ce qui concerne la prothèse dentaire de Benvenuto, elle est très vraisemblable : les prothèses en métal sont rares, mais attestées dès l'antiquité dans les cultures égyptienne ou étrusque ; au moyen âge, il semble aussi qu'ont ait eu recours à des prothèses en ivoire, initiative malheureuse car l'ivoire pourrissait dans la bouche… Le "cuivre jaune" est le nom que l'on donnait au moyen âge au laiton, déjà employé pour fixer des fausses dents comme le font les personnages du roman.
C'est plutôt le discours de fra Orinati qui a gêné Equites, si j'ai bien suivi. Et il est vrai que son propos est un peu trop rationnel et que, vérification faite, le diapason est anachronique. Je n'ai pas pris suffisamment de distance avec les informations sur l'examen clinique actuel des traumatismes crâniens. (Le cocasse de l'affaire, c'est que ces précisions sont des ajouts à un premier état du texte qui ne les contenait pas.)

Pour ce qui est des sources d'inspiration de Ciudalia, elles relèvent clairement des grandes cités italiennes de la Renaissance.

Au sujet de la "suite", je crois que je l'ai déjà noté, je vais publier une nouvelle dans l'anthologie Rois & capitaines, à paraître fin mai. Il s'agit de Montefellone, qui raconte 24 heures de siège de la ville éponyme au cours de la guerre d'indépendance de Ciudalia, deux siècles avant l'action de Gagner la guerre.
En ce moment, je m'attache à un projet de roman assez éloigné du Vieux Royaume. Il me demande beaucoup de recherches, tant sur le plan historique, onomastique et archéologique que dans la démarche narrative, et je n'en suis encore qu'à la phase de collecte, aussi n'en dirai-je pas plus pour l'instant.
Par la suite, je reviendrai au Vieux Royaume - mais il faudra pas mal attendre…  :P Je voudrais bien explorer l'univers du roman de chevalerie autour du personnage d'Aedan, dans un récit dont le titre provisoire est Le chevalier aux épines. Ce serait en particulier l'occasion de mettre en scène le duché de Bromael et pas mal des personnages dont parlent le Podestat et Ostina Schernittore dans le chapitre VII. Mais encore une fois, ce n'est pas pour tout de suite…

Edit : A propos des elfes, je craignais beaucoup un décrochage dans le cours du roman, et je ne suis pas certain d'être parvenu à maintenir la cohérence du récit. J'ai du moins beaucoup travaillé pour essayer d'y réussir.  Un aspect de mon projet, c'était de rester attaché à une fantasy conventionnelle, mais en fouillant le récit, tant au niveau de la forme que du fond, pour sortir de la tendance qui enferme un tantinet la fantasy actuelle dans la littérature kleenex. Donc, j'ai voulu conserver les clichés et les archétypes les plus usés en les traitant de façon benvenutienne, et en les croisant avec des inspirations historiques. Que ce soit réussi ou non, c'est à vous d'en juger…


Titre: Re : Gagner la guerre
Posté par: ithilion le 25Avril, 2009, 14:34:30
Tiens, il y a des elfes dans ton bouquin ? Des nains et des orques aussi ?


Titre: Re : Gagner la guerre
Posté par: Xaramis le 25Avril, 2009, 17:26:54
Évitez de dévoiler trop de choses aux yeux de ceux qui ne sont pas encore très avancés dans leur lecture, merci.


Titre: Re : Gagner la guerre
Posté par: ithilion le 25Avril, 2009, 17:46:38
Euh... j'l'ai pas lu donc je dévoile rien. En parlant de ça, il n'y a pas de touche spoiler. Ce serait pas mal, je crois


Titre: Re : Gagner la guerre
Posté par: Hikaki le 25Avril, 2009, 18:14:47
Non, pas de fonction "spoiler", mais vous avez toujours la possibilité d'utiliser une police très petite. Ou d'ouvrir un sujet "spoiler inside".


Titre: Re : Gagner la guerre
Posté par: Kynan le 25Avril, 2009, 19:52:02
Ils y a des uns, des seconds et a priori pas des tiers, mais ça n'a que peu d'impact sur le fond de l'histoire...

La seule chose que je trouve agaçante (pas spécifiquement ici, partout), est cette tendance pour les elfes à être parfaits au point d'en être irritants. Plus forts, plus rapides, plus adroits, plus intelligents... On se demande bien pourquoi le monde n'est pas couvert d'elfes ! Ou alors, pourquoi il en reste....  :mrgreen:


Titre: Re : Gagner la guerre
Posté par: Moustrap le 25Avril, 2009, 20:39:33
J'ai terminé le pavé il y a quelques jours.
Je l'avais entamé juste par curiosité, en me disant que je terminerais d'abord mes lectures du moment avant d'aller plus avant.
Perdu ! J'ai bouquiné Gagner la guerre tous les soirs, et si je devais retenir une qualité, c'est à quel point l'ouvrage est accrocheur. Quand on a mordu dedans, on est foutu  :lol:

Spoiler :
Après l'avoir terminé, je n'attends par forcément une suite, en revanche certains mystères non éclaircis me titillent (les magouilles de Sassanos ou bien le chevalier Belisario dont les conditions du retour et la personnalité restent troubles)


Titre: Re : Gagner la guerre
Posté par: Dinalant le 26Avril, 2009, 03:12:43
Je l'ai (enfin) attaqué et c'est vrai, comme tout le monde l'a dit, ce joli pavé est très accrocheur. Cependant, et je n'en suis pas peu fier en tant que râleur professionnel, j'ai déjà aussi trouvé des trucs à discutailler avec l'auteur; Usher, prépare toi à recevoir quelques mp  :mrgreen: Rien de bien important, je cherche la petite bête, mais j'aime bien chicaner :p


Titre: Re : Gagner la guerre
Posté par: Acritarche le 27Avril, 2009, 21:26:08
Ce roman est une infection! Entendez par là qu'il a réveillé un très vieux virus que j'avais réussi à enfouir dans les tréfonds de mon être: l'amour de la lecture. Ce sont donc mes activité créatrices que ne vous remercie par, sieur Usher!

Sinon, pour être bref, je dirai simplement: maintenant, la langue française a son Seigneur des Anneaux!


Titre: Re : Gagner la guerre
Posté par: Hikaki le 06Mai, 2009, 16:15:01
Gagner la guerre fait partie des nominés au prix Imaginales 2009.  :D


Titre: Re : Gagner la guerre
Posté par: Xaramis le 06Mai, 2009, 17:05:37
Félicitations !

Il ne lui reste plus qu'à être récompensé. ;)


Titre: Re : Gagner la guerre
Posté par: Pan Paniscus le 06Mai, 2009, 22:41:34
D'après le planning publié sur le site, la décision pour le prix devrait déjà être prise puisqu'elle est censée se faire avant le 1er mai. En tous les cas, ce serait une belle récompense.

http://www.imaginales.com/2009/spip.php?rubrique79

Citation
Date de publication des œuvres pouvant concourir

 entre le 1er avril de l’année précédant la remise du Prix et le 31 mars de l’année du Prix, hormis pour le Prix spécial
Détermination de la liste des nominés

 le 15 avril de l’année du Prix, hormis pour le Prix Spécial
Vote final

 avant le 1er mai de l’année du Prix, y compris pour le Prix Spécial
Annonce du nom des lauréats

 début mai, une dizaine de jours avant le Festival Imaginales
Remise des Prix

 elle aura lieu le 24 mai à 18 heures à l’Auditorium de la Louvière à Epinal.


Titre: Re : Gagner la guerre
Posté par: Puck le 07Mai, 2009, 10:19:16
Ben on croise tous les doigts pour toi Usher. :D


Titre: Re : Gagner la guerre
Posté par: Macbesse le 07Mai, 2009, 17:48:11
Et voilà les 4 autres :

Ange, La légende des tueuses démons, Tome 1 : Le Grand pays (Bragelonne)
Edouard Brasey, Les Chants de la Walkyrie (Belfond)
Armand Cabasson, La Dame des MacEnnen (Glyphe)
Christophe Lambert, Le Commando des Immortels (Fleuve Noir)

J'espère qu'ils sont bons ! (ce serait dommage d'avoir un prix au rabais, non ? :mrgreen:)


Titre: Re : Gagner la guerre
Posté par: Usher le 08Mai, 2009, 08:27:13
Je n'ai pas lu ces quatre romans nominés, mais j'ai un peu entendu parler de certains d'entre eux.
Le grand pays, d'Ange, a bonne presse, semble-t-il. A priori, un début de cycle efficace.
Le commando des immortels de Christophe Lambert est une fatrasie qui pique ma curiosité (et mon incrédulité) de Tolkiendil : en 1942, afin de frapper profondément dans la jungle birmane derrière les lignes japonaises, l'armée anglaise recrute cinq elfes pour servir de guides à ses commandos. Les elfes acceptent à une seule condition : que JRR Tolkien leur serve d'intermédiaire. Le récit est calibré sur les codes du livre de guerre, semble-t-il. Ca a l'air tellement foutraque que ça me donne envie de le lire.
La dame des McEnnen raconte l'histoire d'amour entre un lord écossais impliqué dans la guerre des deux Roses et une dame du lac qui est un ange neutre, déchu en divinité aquatique. N'ayant pas lu ce roman, je peux difficilement vous en dire plus. En revanche, je viens de lire Serpent-Bélier, la nouvelle qu'Armand Cabasson a écrite pour l'anthologie Rois & capitaines, et c'est un texte qui possède une certaine force - bien qu'à mon avis, il ait été un peu handicapé par le format de la nouvelle. Il raconte la résistance tragique d'une petite principauté russe devant l'avance mongole, peu de temps après la destruction de Kiev, en mêlant la matière historique et des éléments païens ou folkloriques. La démarche qui consiste à entrelacer l'histoire (Cabasson a du reste écrit des romans historiques) un merveilleux discret, presque fantastique, et une grande cruauté, m'a paru intéressante.


Titre: Re : Gagner la guerre
Posté par: Macbesse le 08Mai, 2009, 15:42:19
J'ai lu la critique que fait Ubik du Commando des Immortels sur le Cafard Cosmique. Je n'adhère généralement pas à ses critiques, mais cette fois je trouve ses arguments pertinents : il déplore que l'auteur n'ait pas pris son idée à bras le corps et n'en ait pas tiré toutes les conséquences, à tel point qu'il a parfois l'impression d'avoir des native american et pas des Elfes, un peu comme si C. Lambert avait éludé la rencontre du merveilleux et du réel. Selon lui, ça plombe le roman, mais une autre bonne idée le sauve des eaux : la descente aux enfers de JRR Tolkien soi-même dans la jungle birmane, confronté au surnaturel sans "le filtre sécurisant de l'écriture".

Il conclue à une oeuvre mineure. Du coup, l'idée me plaisait, mais je vais attendre un autre son de cloche plus favorable avant de me lancer. Pourquoi lire des bouquins moyens quand on peut en lire des bons ?


Titre: Re : Gagner la guerre
Posté par: ithilion le 08Mai, 2009, 18:25:15
Moi je sais comment ça finit : "Alors Mc loed dit : "il ne peut en rester qu'un !" et il lui coupe la tête"
 :mrgreen: :orcsort:


Titre: Re : Re : Gagner la guerre
Posté par: Hikaki le 09Mai, 2009, 11:45:40
D'après le planning publié sur le site, la décision pour le prix devrait déjà être prise puisqu'elle est censée se faire avant le 1er mai. En tous les cas, ce serait une belle récompense.

Citation
Le nom des lauréats sera révélé lors de la remise du prix qui aura lieu durant la huitième édition du festival, le samedi 16 mai à l’Auditorium de la Louvière à Epinal, en présence de Monsieur Michel Heinrich, Député Maire d’Épinal, et des membres du jury.
Plus qu'une semaine à attendre !


Titre: Re : Gagner la guerre
Posté par: Macbesse le 09Mai, 2009, 18:53:36
J'ai fait une recherche rapide sur Brasey. Il a surtout publié des encyclopédies sur les fées et le petit peuple. Là, il fait une réécriture de la malédiction des Nibelungen, contée par Brunehilde, walkyrie réduite à l'état de mortelle. Vu comme ça, je ne suis pas super-enthousiaste ! Le cycle des Nibelungen a été vu, revu, écrit et réécrit, filmé et refilmé... et l'anneau... après Tolkien, faut passer ! Mais je serais curieux d'avoir un autre écho. Surtout qu'il y a des fans de mytho germanique ici... Glorfy et CCCP, vous vous y collez ?

En fait, à bien réfléchir des quatre autres nominés, c'est La Dame des McEnnen qui m'a l'air le plus sérieux candidat. En plus, le récit entrelacé, c'est mode. Mais tout ça est très intuitif et je ne suis pas prophète.

C'est drôle, il n'y a que du med-fan dans la sélection, c'est normal ?


Titre: Re : Re : Gagner la guerre
Posté par: Usher le 09Mai, 2009, 19:47:34

C'est drôle, il n'y a que du med-fan dans la sélection, c'est normal ?


Les Imaginales se démarquent d'autres festivals en mettant l'accent sur la fantasy. Même si le festival intègre SF, fantastique  et roman historique, la fantasy est une thématique majeure.


Titre: Re : Gagner la guerre
Posté par: Hikaki le 10Mai, 2009, 19:23:29
La nouvelle vient de tomber sur ActuSF :

Les lauréats du prix des Imaginales 2009

La remise du prix aura lieu durant la huitième édition du festival des Imaginales, le samedi 16 mai 2009 à 18 h 30, en présence de monsieur Michel Heinrich, Député Maire d’Épinal, et des membres du jury.

ROMAN FRANCOPHONE
Le lauréat est : Jean-Philippe Jaworski, Gagner la guerre : récit du vieux royaume, Les Moutons Électriques

ROMAN ÉTRANGER TRADUIT
Le lauréat est : Ian McDonald, Roi du matin, reine du jour, trad. Jean-Pierre Pugi, Denoël

ŒUVRE POUR LA JEUNESSE
Le lauréat est : Fabien Clavel, Les gorgonautes, coll. Royaumes perdus, Mango

NOUVELLE
Le lauréat est : Lionel Davoust, L’île close, anthologie De Brocéliande en Avalon, Terre de Brume

ILLUSTRATION
Le lauréat est : Frédéric Perrin, pour Le grand pays, Ange, Bragelonne

PRIX SPÉCIAL
Le lauréat est : Pierre Dubois et Camille Renversade, pour Dragons et chimères, Hoëbeke


 :occasion18: :minipanda:


Titre: Re : Gagner la guerre
Posté par: Macbesse le 10Mai, 2009, 20:07:15
Mille félicitations ! :thumbsup:

Et j'en conclue une chose : l'écriture devient une valeur prisée dans la fantasy. C'est la meilleure chose qui pouvait lui arriver.  :D

Deux prix en deux ans. Il va falloir ponctionner les chevilles !  :P


Titre: Re : Gagner la guerre
Posté par: Kazanoff le 10Mai, 2009, 20:13:02
Félicitations pour ce prix amplement mérité!

(Je n'ai pas lu les autres romans, donc je n'en juge pas relativement, mais dans l'absolu Gagner la guerre est simplement excellent ;) Et j'avoue que les "commandos elfes" me faisaient un peu peur aussi)


Titre: Gagner la guerre
Posté par: FaenyX le 10Mai, 2009, 20:29:30
 :fete:
Mille bravos à Usher...
Aujourd'hui, les Imaginales, demain le Goncourt ;)


Titre: Re : Gagner la guerre
Posté par: Moustrap le 10Mai, 2009, 20:32:35
Toutes mes félicitations !
Pour un début de carrière d'écrivain, c'est en démarrage en fanfare  :thumbsup:


Titre: Re : Gagner la guerre
Posté par: Usher le 10Mai, 2009, 20:39:52
Les gens vont penser que je suis aussi magouilleur que mes petits persos, oui !  ;)

Ceci dit, merci pour vos félicitations !  :D


Titre: Re : Gagner la guerre
Posté par: Kérosène le 10Mai, 2009, 20:48:58
 :fete: :fete: :fete:


Titre: Re : Gagner la guerre
Posté par: Orphée le 10Mai, 2009, 22:10:55
Félicitations, j'ai fini récemment gagner la guerre et j'ai adoré.


Titre: Re : Gagner la guerre
Posté par: equites le 10Mai, 2009, 22:16:37
Bravo et félicitations pour une récompense amplement méritée. :thumbsup:


Titre: Re : Gagner la guerre
Posté par: Inigo Montoya le 10Mai, 2009, 22:56:10
Waaaaaaaaaaaaaaaaahhhhhhhh!!! Génial!! Félicitations pour ce prix mérité!! :thumbsup:


Titre: Re : Gagner la guerre
Posté par: Pan Paniscus le 10Mai, 2009, 23:25:43
Je me joins aux félicitations. Ce prix est largement mérité. Ton livre est un pur bijou.
Je dois néanmoins avouer  que si un autre bouquin t'avais battu, je n'aurai pas été mécontent non plus. Car cela aurait signifié qu'un extraordinaire bouquin m'attendait.  :y2:
Mine de rien, tu vas finir par donner ses lettres de noblesse à la fantasy.


Titre: Re : Gagner la guerre
Posté par: ithilion le 10Mai, 2009, 23:55:28
Ouais bravo, mec.  :thumbsup:


Titre: Re : Gagner la guerre
Posté par: Léo le 11Mai, 2009, 07:11:50
Toutes mes félicitations, même si je m'y attendais un peu  :mrgreen:

Ce que je n'en peux plus d'attendre par contre, c'est Gagner la guerre, mais je devrais bientôt le recevoir :)


Titre: Re : Gagner la guerre
Posté par: Puck le 11Mai, 2009, 08:45:21
Félicitations!  :D


Titre: Re : Gagner la guerre
Posté par: Acritarche le 11Mai, 2009, 12:17:23
Toutes mes félicitations!


Titre: Re : Gagner la guerre
Posté par: Mortlock le 11Mai, 2009, 13:35:17
Tout pareil pas mieux que mes camarades ici présents !  :thumbsup:


Titre: Re : Gagner la guerre
Posté par: Cuchulain le 11Mai, 2009, 13:52:20
Congrats !  :fete:

largement mérité ce prix je dois dire.  :thumbsup:


Titre: Re : Gagner la guerre
Posté par: Kylm le 11Mai, 2009, 18:09:54
Je  me joint à tous mes petits camarades pour t'adresser mes plus vives félicitations. :fete:


Titre: Re : Gagner la guerre
Posté par: Ohtar Celebrin le 11Mai, 2009, 19:31:03
En même temps il aurait fallut être sacrément fada pour refuser un prix à quelqu’un qui connaît le Podestat lui-même… (Je ne parle pas de ses acolytes le Sapientissime et Gesufal)

^^

Félicitation Jean-Philippe !


(Bon j’y retourne, je ne suis pas encore à Bourg-Prux moi…)


Titre: Re : Gagner la guerre
Posté par: Rom1 le 12Mai, 2009, 11:54:42
Je me joins de tt coeur à ces féliciations méritées !


Titre: Re : Gagner la guerre
Posté par: Marchiavel le 12Mai, 2009, 13:35:55
   C'est clair que ça mérite des félicitations, une statuette, un prix, un banquet même !

   Félicitations au jeune lauréat !  :thumbsup:


Titre: Re : Gagner la guerre
Posté par: ithilion le 12Mai, 2009, 22:51:24
Ben alors, Ush', t'as bu trop de pagne-cham ou quoi ? Salues tes fans, sacrebleu, c'est le rappel :(


Titre: Re : Gagner la guerre
Posté par: Hikaki le 12Mai, 2009, 23:23:45
Qui a bu trop de champagne ? http://couroberon.com/Salon/index.php/topic,1592.msg39238.html#msg39238
 :P


Titre: Re : Gagner la guerre
Posté par: Kérosène le 12Mai, 2009, 23:40:51
hips !  ;D


Titre: Re : Gagner la guerre
Posté par: ithilion le 12Mai, 2009, 23:55:09
Ok... demain j'arrête la valstar


Titre: Re : Gagner la guerre
Posté par: Usher le 13Mai, 2009, 08:20:44
Je vous lis, je suis sensible à vos félicitations et à vos marques de sympathie ; mais à vrai dire, je suis pas mal occupé en ce moment…  ;D

Le plus cocasse, c'est d'être interviewé par des journalistes locaux qui n'ont pas lu un traître mot de ce que j'ai écrit. Ils posent des questions comme on lance des hameçons, des fois qu'ils récoltent un truc exploitable. Ca donne des choses comme ça :

"Et vous aussi, vous vous identifiez beaucoup à vos personnages ? susurre l'intervieweuse avec une belle voix de radio.
- Si tel est le cas, je vous invite à prendre rapidement vos distances avec moi, et même à quitter aussitôt cette table."


Titre: Re : Gagner la guerre
Posté par: Puck le 13Mai, 2009, 09:09:47
Oui, mais fais attention. Tu risques, sous le coup de l'enervement, de la fatigue, de dire un truc un peu piquant et qui sur le moment te parait, à juste titre, pertinent. Sauf que le truc en question va être enregistré et ressorti à froid à des gens qui n'auront pas assisté à la scène. C'est comme ça qu'on se fait une sale réputation d'auteur pédant, aigri ou autre....


Titre: Re : Gagner la guerre
Posté par: Léo le 13Mai, 2009, 12:14:03
J'abonde dans le sens de Puck, et surtout pour un genre littéraire comme l'heroic-fantasy, encore victime de nombreux préjugé, même si la situation semble s'améliorer. Cela dit, je pense que tu sais ce que tu fais.


Titre: Re : Gagner la guerre
Posté par: Hikaki le 13Mai, 2009, 12:22:27
Bah, vous savez, quand on est prof, on a l'habitude 1/de parler en public, 2/d'avoir à répondre à des questions étranges, voire piégées.  ;)


Titre: Re : Gagner la guerre
Posté par: Mortlock le 13Mai, 2009, 13:37:11
Et aux questions creuses aussi on dirait...  :)


Titre: Re : Gagner la guerre
Posté par: Usher le 13Mai, 2009, 14:03:45
C'était dit avec le sourire, et c'était faussement provocant. Comme le remarque Hikaki, j'ai une très longue pratique scolaire du double langage…


Titre: Re : Gagner la guerre
Posté par: Pan Paniscus le 13Mai, 2009, 14:26:34
C'est surtout à Hikaki de se plaindre si tu t'identifies à Benvenuto. Le personnage n'est pas le plus tendre des romantiques.


Titre: Re : Gagner la guerre
Posté par: Kynan le 13Mai, 2009, 14:38:47
 ;D Pas exactement, non...

Quoique, il  sort la fille de son patron pour un bain de minuit (au fond d'un puits) : on peut considérer ça comme romantique ?


Titre: Re : Re : Gagner la guerre
Posté par: Puck le 13Mai, 2009, 14:59:26
;D Pas exactement, non...

Quoique, il  sort la fille de son patron pour un bain de minuit (au fond d'un puits) : on peut considérer ça comme romantique ?

Merci pour ceux qui n'en sont pas encore là dans le bouquin ;D ;)


Titre: Re : Re : Gagner la guerre
Posté par: Hikaki le 13Mai, 2009, 16:29:38
C'est surtout à Hikaki de se plaindre si tu t'identifies à Benvenuto. Le personnage n'est pas le plus tendre des romantiques.
Vous me connaitriez mieux, vous comprendriez pourquoi Usher a besoin d'un alter-ego benvenutien : je suis une vraie brute, au naturel.   :orcchut:


Titre: Re : Gagner la guerre
Posté par: Pan Paniscus le 13Mai, 2009, 16:39:42
C'est surtout à Hikaki de se plaindre si tu t'identifies à Benvenuto. Le personnage n'est pas le plus tendre des romantiques.
Vous me connaitriez mieux, vous comprendriez pourquoi Usher a besoin d'un alter-ego benvenutien : je suis une vraie brute, au naturel.   :orcchut:

Ce n'est donc pas Usher qui s'identifie à Benvenuto, mais Benvenuto qui s'identifie à Hikaki !? Et il te laisse sciemment manipuler un rouleau à pâtisserie ? Si tu es un tant soit peu aussi redoutable avec cet engin que ton alter-ego avec sa rapière,  je crains pour la santé de notre auteur favori.  :laughing7:


Titre: Re : Gagner la guerre
Posté par: killerklown le 13Mai, 2009, 16:52:34
J'ai eut du mal à trouver le bouquin et j'ai encore plus de mal à ne pas l'ouvrir et me mettre à le lire de suite ... Mais non pas tout de suite ... j'ai d'abord décidé ... ... de relire Janua Vera  :mrgreen:
Quand je pense que c'est une nouvelle d'Usher qui il y a maintenant très longtemps m'avait poussé à m'inscrire sur la cour et découvrir les plaisirs de la création et de l'écriture ... Je ne peux dire que merci à Usher et au reste de la cour.

Je vais plus tenir très longtemps avant de me replonger dans les Vieux Royaumes ... je finis mon pack Cadwallon et c'est parti :)


Titre: Re : Gagner la guerre
Posté par: Hikaki le 19Mai, 2009, 14:38:54
Un article :
http://www.lesoir.be/culture/livres/litterature-jean-philippe-2009-05-19-707298.shtml
(Bon, le journaliste ne retranscrit pas au mot près la conférence à laquelle j'ai aussi assisté, mais l'esprit y est.)


Titre: Re : Re : Gagner la guerre
Posté par: Puck le 19Mai, 2009, 16:13:41
Un article :
http://www.lesoir.be/culture/livres/litterature-jean-philippe-2009-05-19-707298.shtml
(Bon, le journaliste ne retranscrit pas au mot près la conférence à laquelle j'ai aussi assisté, mais l'esprit y est.)

L'auteur de l'article a, à juste titre, l'air enthousiaste. Ca fait plaisir et ça change du sempiternel pigiste qui ne fait que répéter les propos de l'écrivain. :D


Titre: Re : Gagner la guerre
Posté par: Hikaki le 19Mai, 2009, 16:29:47
C'est juste étrange de voir une citation de propos qui n'ont pas été tenus (paladin et pas baladin, par exemple  ;)), mais, oui, dans l'ensemble c'est un article agréable.


Titre: Re : Re : Gagner la guerre
Posté par: Puck le 19Mai, 2009, 16:39:03
C'est juste étrange de voir une citation de propos qui n'ont pas été tenus (paladin et pas baladin, par exemple  ;)), mais, oui, dans l'ensemble c'est un article agréable.

ah ouais en effet...je le cherchais le baladin dans Janua vera..... ;D


Titre: Re : Gagner la guerre
Posté par: Pan Paniscus le 19Mai, 2009, 17:33:29
Marrant ça, je me suis automatiquement dit que le baladin était l'elfe Annoeth.


Titre: Re : Gagner la guerre
Posté par: Hikaki le 19Mai, 2009, 17:36:56
Cela aurait pu, mais "baladin" ne fait pas partie des classes courantes de Donj'.  :mrgreen:


Titre: Re : Gagner la guerre
Posté par: Puck le 19Mai, 2009, 17:43:28
ouais...enfin..;y'a barde (pour ce à quoi ça sert....) ;D


Titre: Re : Gagner la guerre
Posté par: Pan Paniscus le 19Mai, 2009, 17:45:41
Nous allons dire que j'ai mis ça sur le compte d'un Usher qui a tendance à utiliser un vocable suffisamment riche pour parler d'un baladin lorsque nous parlons du barde de dd. Et puis quitte à être de  mauvaise foi, les classes de truand et de tueur à gage ne font pas explicitement parti des classes de base de dd à ce qu'il me semble.  >:D


Titre: Re : Gagner la guerre
Posté par: Puck le 19Mai, 2009, 18:10:42
bah..et assassin ? ouais, ok, c'est une classe avancée, mais je suis certain que si une étude était menée sur les classes de persos les plus employées, elle serait pas trop mal classée....(à commencer par votre serviteur...) ;D


Titre: Re : Gagner la guerre
Posté par: Hikaki le 19Mai, 2009, 18:11:24
N'empêche que j'y étais et c'était "paladin" et pas "baladin", na !  :P


Titre: Re : Re : Gagner la guerre
Posté par: Puck le 19Mai, 2009, 18:27:30
N'empêche que j'y étais et c'était "paladin" et pas "baladin", na !  :P

Ouais...d'ailleurs c'est bizarre...dès qu'Usher est quelque part, tu y es....vais finir par croire qu'il y a un truc entre vous..... ;D


Titre: Re : Gagner la guerre
Posté par: Hikaki le 19Mai, 2009, 19:34:50
Tu veux dire un truc comme si l'on était mariés ?!  :o


Titre: Re : Gagner la guerre
Posté par: Puck le 19Mai, 2009, 19:40:36
me disais bien que c'était pas normal cet anneau à vos doigts sans aucunes runes elfiques.... ;D


Titre: Re : Gagner la guerre
Posté par: Usher le 19Mai, 2009, 19:50:54
Quand Hikaki assiste à mes tables rondes, ça me permet de la débiner en public sans risquer (dans l'immédiat…) un retour de rouleau à pâtisserie.

C'est dur d'avoir pour épouse une hobbite cuisinière… (Et c'est mauvais pour la ligne, en plus.)


Titre: Re : Gagner la guerre
Posté par: Ohtar Celebrin le 19Mai, 2009, 20:00:02
Fais attention à ce que tu dis, elle risque de te mettre au régime !!!

La portion congrue c’est encore plus douloureux que les coups sur la tête…
Il est alors assez accablant de savoir que ledit rouleau à pâtisserie, libéré de ses fonctions répressives, est retourné à son usage conventionnel :
Confectionner de succulents délices gustatifs…

 :gateau: :009:


Titre: Re : Gagner la guerre
Posté par: Puck le 22Mai, 2009, 15:49:36
http://www.liberation.fr/culture/0601931-gagner-la-guerre-lu-par-jean-philippe-jaworski


Chapeau bas messire! :D


Titre: Re : Gagner la guerre
Posté par: Kylm le 23Mai, 2009, 19:16:50
J'ai terminé de dévorer "Gagner la guerre" j'ai particulièrement apprecié la richesse du vocabulaire, des champs lexicaux et la complexité des intrigues. J'adresse toutes mes féliciations à l'auteur et en même temps je m'interroge sur le "comment".
Comment on écrit un tel roman. En histoire quand j'ai quelques chose à écrire la technique est assez simple après avoir rassembler ma documentation je rédige ma conclusion, ma problématique et ensuite je déroule mon argumentation. Quand on écrit un roman l'utilisation d'une telle technique est elle possible ? quand tu as commencer à rédiger avais tu déjà toutes les intrigues en tête ou sont-elle venue au fil de la plume ? As tu commencer l'histoire par son début ou alors par le milieu voire la fin? 


Titre: Re : Gagner la guerre
Posté par: Usher le 24Mai, 2009, 10:31:27
Question écrasante ! D'autant que la manière de composer un roman varie non seulement en fonction des auteurs, mais aussi en fonction des livres qu'ils produisent… Cela va des gens qui construisent un plan détaillé avant de se lancer dans la fiction jusqu'à ceux qui écrivent au fil de la plume, en se laissant guider par le hasard et l'humeur du moment ; entre ces deux extrêmes, on va trouver toutes les variantes.

Pour ma part, cela a commencé par l'établissement du projet romanesque : sur quoi ai-je envie d'écrire ? Je me suis retrouvé avec des ingrédients comme le retour de certains personnages de Janua vera, Ciudalia, la pensée de Machiavel, la fin d'une guerre, des arts, de la magie, quelques elfes en goguette, une vendetta. Après, il faut savoir quoi faire du patchwork. C'est la phase où les idées décantent, celle où le processus de composition romanesque est le plus fragile (le moment où je me garde surtout d'en parler, de peur de tout perdre) ; si on ne parvient pas à assembler les différents composants, la fiction meurt dans l'œuf. A l'inverse, si on trouve un lien, on obtient un joyau brut : le sujet. Dans En lisant en écrivant, Julien Gracq a magnifiquement résumé l'énergie créatrice qu'il apporte : "Le sujet, avec lequel on a le sentiment que presque tout vous est donné d'un coup, puisque, dans le chaos émouvant et aveugle qui vous habitait, brusquement les grandes masses d'ombre et de lumière se disposent, les chemins confluent, les forces se rassemblent et s'ébranlent, les mouvements se coordonnent, qu'une direction, à la fois unificatrice et multiplicatrice, anime désormais la diversité disponible - puisqu'on tient à la fois le lieu et la formule."

Une fois que j'ai tenu mon sujet, j'ai pu écrire. Je n'avais pas de plan détaillé, mais l'idée générale du roman et de ses principales péripéties. Pour le reste, quand je me heurtais à une difficulté, je suivais la dynamique du sujet. Gracq note à ce propos : "Un vrai sujet a une pente secrète : si vous cherchez à le préciser, et même sur quelque détail secondaire, il ne vous laisse pas plus dans l'embarras qu'un relief vigoureux ne laisse dans le doute la goutte d'eau de pluie qui tombe sur lui et qui l'interroge sur la direction à prendre. Il tient en quelques lignes, il se laisse embrasser d'un coup d'œil, et il a réponse à tout." C'est là l'immense plaisir du romancier, je pense : quand il tient son sujet, il se laisse guider par lui, et il découvre l'histoire qu'il écrit autant qu'il la crée. Aragon, par exemple, ne se définissait pas comme l'auteur de ses romans, mais comme leur lecteur.

Du coup, les personnages acquièrent leur autonomie. Ce qui arrive entre Benvenuto et Clarissima, je ne l'avais pas planifié initialement ; mais à partir du moment où les deux personnages se sont retrouvés face à face, la pente du sujet les a amenés inévitablement à la scène du jardin, et je peux vous dire que j'ai sué sur ces quelques pages, car le long chapitre consacré aux funérailles nationales et à la rixe chez Diamantina a été développé en grande partie pour déboucher sur cette scène. Leonide Ducatore m'a aussi donné pas mal de fil à retordre au cours de la séance au Sénat : le personnage était rétif à se laisser piéger par ses adversaires politiques.

Pour le reste, c'est beaucoup de travail. De la documentation, des conseils, des pages d'écriture - au sens propre, le travail de la narration et du style. Ma grande chance, c'est de ne pas être un écrivain de profession : si cela me prive de temps (quotidien), cela me donne aussi du temps (sur le long terme). J'ai été peu assujetti à une échéance, et j'ai donc pu travailler, parfois longuement, sur certaines difficultés narratives ou formelles.

Pour ce qui est de l'écriture du récit, elle a été chronologique, à une seule exception : le premier état du discours adressé par le Podestat au sénateur Ostina Schernittore, dans le dernier chapitre, a été composé dès le départ. Car, dans un certain sens, c'était mon sujet.



Titre: Re : Gagner la guerre
Posté par: Rom1 le 24Mai, 2009, 12:04:36
Passionnant à lire, tout ça.


Titre: Re : Gagner la guerre
Posté par: Ohtar Celebrin le 24Mai, 2009, 16:19:55
Et bien mes félicitations !!!
Je viens d’achever la lecture de ce beau roman et suis ravi.
Ce qui me rassure c’est que Benvenuto m’est toujours aussi antipathique… c’est sans doute ce qui en fait un si bon personnage.

Je me demandais pourquoi tu avais choisi ce passage à lire pour l’interview ?
C’est un passage en plein cœur du récit et je me serai plutôt attendu à entendre l’incipit…
Ceci dit c’est vraiment sympa d’entendre l’auteur lire son histoire, y mettre l’intonation, ça change de la voix intérieure qui déclame de même Hugo et Herbert.


Titre: Re : Gagner la guerre
Posté par: Harfang le 24Mai, 2009, 16:30:37
Estocer par Juana vera j'ai fini navré par Gagner la guerre.
Bon, en bref, je ne lis plus de littérature dites fantasy depuis quelques années... Et là je dois dire que j'ai été envouté par l'alliange, d'une langue riche, truculente, et une puissance d'évocation qui m'ont donner envie d'arpenter tant les forêts de Bourg-preux que d'imaginer les îles de Ressine. Quand aux personnages, mêmes les seconds couteau m'ont donné une furieuse envie de les connaître plus avant, même de spersonnages aussi passager qu'Odon ou Belisario...
bref, mes respects.
Si d'aventures d'autres écrits devaient paraître, il faudrait compter un fidèle de plus avec moi.


Titre: Re : Re : Gagner la guerre
Posté par: Usher le 24Mai, 2009, 17:11:31

Je me demandais pourquoi tu avais choisi ce passage à lire pour l’interview ?
C’est un passage en plein cœur du récit et je me serai plutôt attendu à entendre l’incipit…


L'enregistrement a été fait le premier jour du festival des Imaginales. (Ca s'entend un peu en fond, et j'ai même dû m'interrompre et recommencer parce qu'il y avait trop de bruit.) J'ai dû me décider très vite pour un passage. Frédérique Roussel, la journaliste qui a enregistré, a bien fait son boulot : elle m'a contacté au préalable, m'a laissé libre de choisir l'extrait tout en me disant que bon nombre d'auteurs lisaient effectivement l'incipit, et m'a proposé de nous retrouver plus tard, éventuellement le lendemain, quand j'aurais préparé ma lecture. Le problème, c'était que je n'étais pas sur place le lendemain, et qu'il a donc fallu faire la lecture le jour même. Quelques heures plus tard, mais compte tenu des rencontres et des tables rondes qui se sont intercalées, j'ai peut-être disposé de quelques minutes en tout et pour tout afin de me décider.

J'ai donc opté pour ce passage en délibérant très peu. Deux critères m'ont décidé pour cet extrait : d'abord, c'est du discours plus que du récit, ce qui se prête bien à une lecture à voix haute ; ensuite, Liberation.fr s'adresse à un public aux goûts très divers, et ce passage est moins connoté fantasy que l'incipit, qui énumère la plupart des contrées du Vieux Royaume.  Et puis ce que dégoise Benvenuto est à la fois horrible et plein d'humour noir, et campe assez bien le personnage. Transparaît ici une tartufferie que j'ai pris beaucoup de plaisir à écrire : le tueur qui se drape dans sa morale pour condamner l'hypocrisie des funérailles. Je dois être dénaturé, mais ça me fait rire.

L'ironie (pas drôle) du sort, c'est que j'ai été aux funérailles d'une proche deux mois après avoir écrit cette page ; j'ai alors pu en mesurer tout le réalisme.


Titre: Re : Gagner la guerre
Posté par: Usher le 31Mai, 2009, 10:16:25
Un peu d'auto-promo éhontée :

Forgesonges (http://www.forgesonges.org/), le site rôliste bien connu par nombre de membres de ces salons, m'a soumis à un interrogatoire serré (http://www.forgesonges.org/index.php?option=com_content&view=article&id=195:gagner-la-guerre-interview-de-jean-philippe-jaworski&catid=1:dernis-news&Itemid=56) à propos de Gagner la Guerre. C'est bien connu, les rôlistes aiment chercher la petite bête : du coup, j'ai eu droit à pas mal de questions inédites. (Sur la technique narrative, les sources d'inspiration artistiques, la construction des personnages…)


Titre: Re : Gagner la guerre
Posté par: Pan Paniscus le 05Juin, 2009, 18:03:00
J'ai lu l'interview. Elle est en effet très bonne. Elle est sans doute meilleur que celle qui traîne sur le site des Moutons Électriques que j'avais trouvé déjà fort excellente. Je constate néanmoins que certains éléments obscurs concernant les agissements de certains personnages ne pourront-t- être arrachés que par la torture.

Si je m'en vois réduit à ces extrémité qu'il en soit ainsi...

Désormais tous tes liens Internet te renverront sur un skyblog.

(M'enfin si cela se trouve tu as développé une résistance à ce type de maltraitance avec tes élèves.)


Titre: Re : Gagner la guerre
Posté par: killerklown le 06Juin, 2009, 11:26:29
Bon j'ai fini ma 2ème lecture de Janua Vera, je vais bientôt pouvoir me lancer dans gagner la guerre :-)
Bonheur imbibé de joie  :angel:


Titre: Re : Gagner la guerre
Posté par: Azurhyàn le 08Juin, 2009, 14:51:36
J'ai fini de lire Gagner la guerre ce matin à 4h. Imposible de décrocher quand on l'a commencé ce bouquin !
Très bien écrit, prenant, intelligent, ... Toutes mes félicitations Usher !   :thumbsup:
J'ai bien aimé les clins d'oeil à Janua Vera, le style, le vocabulaire, l'ambiance, etc. etc. Je ne vais pas remplir la page de compliments ça ferait un peu flagorneur. Mais je n'en pense pas moins.  ;)
Seule ombre au tableau, Benvenuto est parfois si méfiant qu'il ne sait pas distinguer alliés et ennemis, c'est un peu lourd quand le lecteur a deviné depuis 2 ou 3 paragraphes que non, on ne va pas lui faire de mal ... Pour quelqu'un d'intelligent, il manque parfois de jugement, et c'est un peu frustrant, surtout que ça se répète.  :-\
L'exil de Benvenuto nous prive du détail des manoeuvres politiques du sénat et des coups bas à ciudalia, à quand une suite moins "survivor" mais enrichies d'intrigues politiques plus complexes ? Quels autres tableaux magnifiques nous ferez-vous voir Maestro ? un voyage chez les elfes peut-être ? une promenade chez les chevaliers du Sacre ?
En tout cas, cette lecture m'a enchanté et je vous tire mon chapeau bas.  ;D


Titre: Re : Re : Gagner la guerre
Posté par: Doji Satori le 16Juin, 2009, 17:34:00
Seule ombre au tableau, Benvenuto est parfois si méfiant qu'il ne sait pas distinguer alliés et ennemis, c'est un peu lourd quand le lecteur a deviné depuis 2 ou 3 paragraphes que non, on ne va pas lui faire de mal ... Pour quelqu'un d'intelligent, il manque parfois de jugement, et c'est un peu frustrant, surtout que ça se répète.  :-\
Ah ? Je n'ai pas vraiment le même ressenti (un assassin qui n'est pas paranoïaque est un assassin mort  :mrgreen:).

Justement pour moi, le jeu politique ambiant de la cité est subtil, il n'est pas facile de savoir avec certitude qui est vraiment de son coté, chacun avance caché (quand bien même les retournements de situation arrivent rapidement ...).
Aussi, Benvenuto n'est qu'un pion sur l'échiquier, un pion qui représente une certaine valeur mais un pion qui est indubitablement sacrifiable.

Il en a conscience d'ailleurs, d'où de mon point de vue une tendance accrue à la parano. Et les événements ne lui donnent pas forcément tord ...

Je crois que je vais le lire une deuxième fois cet été (et sans lire les autres réactions) avant de m'essayer à faire un retour plus conséquent.

Juste que j'ai beaucoup aimé et ai dévoré le bouquin dans la semaine de son acquisition. Bravo et merci.


Titre: Re : Gagner la guerre
Posté par: Lutain le 17Juin, 2009, 09:13:58
Fini Gagner la guerre en début de semaine.

Intrigue bien ficelée et captivante, style plaisant, vocabulaire riche qui change agréablement des romans Fantasy classiques... Que du bon ! Seul petit regret : que Benvenuto ne soit qu'un "suiveur" porté par des évènements qui le dépassent généralement. Un suiveur bien mouillé, certes, mais on aurait parfois envie de voir les choses par les yeux du podestat ou de son Sapientissime. Bon, je dis ça, mais c'est vraiment histoire de chercher autre chose que des éloges pour ce roman ! :)

Au risque de faire dans la répétition, bravo Usher pour l'ensemble de tes écrits forts plaisants !


Titre: Re : Gagner la guerre
Posté par: Léo le 30Juin, 2009, 11:18:32
J'ai (enfin!) pu lire Gagner la Guerre, la semaine dernière. Et je pense que je le relirai tôt ou tard (ça c'est THE compliment de mon post, parce qu'à part JRR je n'ai pas encore relu de fantasy :mrgreen:).
Presque tout ce que j'ai à dire l'a sûrement déjà été, mais qu'importe : comme tout le monde, j'ai été enchanté par les aventures de Benvenuto, par sa gouaille et son mauvais esprit. Et une fois lancé, je ne pouvais plus m'arrêter de tourner les pages. Le suspens est d'autant plus haletant que j'ai trouvé très subtile la façon de lier les intrigues et d'amener les rebondissements : si j'avais pu en voir venir certains, d'autres m'ont complètement pris au dépourvu. Ca change des cliffhangers gros comme des montagnes qu'on voit souvent en fantasy.

Ce qui m'a un petit peu moins plu :
- Les Elfes (et le nain) : si j'ai beaucoup apprécié les personnages, comme d'autres je crois que ça m'a fait un petit peu sortir du récit à ce moment là... peut-être parce que le reste du récit donnait jusque là un ton plutôt "low fantasy" (et que je suis trop engoncé dans ces catégorarisations illusoires)?  Ou bien peut-être que je m'attendais à un peu plus de "révélations elfiques"...
- Effet pervers d'un monde trop riche? ça rejoint le point précédent, mais, c'est presque comme s'il y avait trop de pistes ouvertes et pas refermées à la fin de l'histoire, ou sous-exploitées (moi ça m'aurait pas dérangé que Gagner la Guerre fasse 1500 pages, mais bon je comprends que le point de vue de l'auteur soit peut-être différent  :lol:). Et je dois dire que même en connaissant déjà l'univers du Vieux Royaume, au travers des nouvelles de Janua Vera ou du matériel pour ADD disponible sur le site (bon j'avoue, je l'avais lu y'a un baille...) ça m'a un tout petit peu chiffonné, j'ai trouvé que l'histoire perdait un peu en densité à ce moment là.
Bref que des points de détail, pour bonne part liés à mes horizons d'attente en fantasy...

Quoi d'autre?

Encore toutes mes félicitations, et merci, Usher.  :thumbsup:


Titre: Critique sur le monde.fr
Posté par: Pan Paniscus le 16Juillet, 2009, 18:09:59
Pour rappel

la critique est ici (http://www.lemonde.fr/livres/article/2009/07/16/gagner-la-guerre-recit-du-vieux-royaume-de-jean-philippe-jaworski_1219310_3260.html)


La seule remarque négative se trouve ci-dessous.
Citation
L'intrigue est foisonnante - trop peut-être, et Jean-Philippe Jaworski, auteur par ailleurs de jeux de rôles, devra apprendre à mieux maîtriser l'espace et la construction romanesque - mais elle est captivante.

Usher, penses-tu quelle soit justifiée ?


Titre: Re : Critique sur le monde.fr
Posté par: Usher le 16Juillet, 2009, 18:27:45
Pour rappel

la critique est ici (http://www.lemonde.fr/livres/article/2009/07/16/gagner-la-guerre-recit-du-vieux-royaume-de-jean-philippe-jaworski_1219310_3260.html)


La seule remarque négative se trouve ci-dessous.
Citation
L'intrigue est foisonnante - trop peut-être, et Jean-Philippe Jaworski, auteur par ailleurs de jeux de rôles, devra apprendre à mieux maîtriser l'espace et la construction romanesque - mais elle est captivante.

Usher, penses-tu quelle soit justifiée ?

Difficile à dire : sur ce coup, je me retrouve juge et partie. Je suis bien placé pour parler de mes intentions et des procédés que j'ai convoqués, moins bien pour juger du résultat final.

La formule, en outre, est une jolie litote. "Mieux maîtriser l'espace et la construction romanesque", je l'interprète comme un appel à resserrer la construction narrative, et à faire plus court. Il est vrai que certains lecteurs ont trouvé qu'il y avait des longueurs ; ce qui revient souvent, ce sont des critiques sur l'espace consacré aux funérailles de Regalio et à l'exil à Bourg-Preux. Pour moi, ces deux passages, même s'ils peuvent paraître digressifs, étaient et restent essentiels dans le roman, pour diverses raisons. Pour faire bref, les funérailles de Regalio sont à la fois fondatrices et symboliques (le prénom Regalio est bien sûr formé sur l'adjectif régalien : ses funérailles, c'est donc l'enterrement de l'Etat), et l'exil est une donnée incontournable de la vie politique d'une république agitée. Ceci dit, je comprends que cela puisse lasser le public : le récit se ralentit alors, pour suggérer l'exaspérant cérémonial funéraire ou la séparation de la vieille patrie, et cela peut faire décrocher le lecteur.

(Et encore, j'aurais pu faire pire : les funérailles de Regalio sont pas mal inspirées du cérémonial des funérailles des ducs de Lorraine… Or ces funérailles duraient quarante jours !  :mrgreen: )





Titre: Re : Gagner la guerre
Posté par: Macbesse le 16Juillet, 2009, 23:30:05
En gros, le critique a apprécié l'écriture baroque, et, du coup, il demande la sobriété classique.  ???


Titre: Re : Gagner la guerre
Posté par: Pan Paniscus le 17Juillet, 2009, 11:45:11
Citation
En gros, le critique a apprécié l'écriture baroque, et, du coup, il demande la sobriété classique.

C'est un peu comme cela que j'interprète la critique. J'ai la sensation qu'il reproche au livre ses particularités, qu’il apprécie pourtant.

Autant je peux comprendre, mais ne partage pas son avis concernant la construction romanesque. L'ambiance de l'épisode de Bourg-Peux est en rupture avec le reste de l'histoire.
Néanmoins, s'il s'appuie sur ce long passage pour faire cette remarque et que nous considérons que c’est volontairement que tu as instauré ce contraste avec le reste de l’histoire, alors nous ne pouvons que conclure que tu as maîtrisé ta construction.  ;)

Par contre, je ne vois pas ce qu’il veut dire lorsqu’il te demande d’apprendre à maîtriser l’espace. Je n’ai pas vu d’incohérence quant à la géographie de ton univers ou d’une cité ou ta capacité à décrire une scène dans  un environnement particulier que cela soit sur un navire, sur les toits, en geôle ou en voyage.


Titre: Re : Gagner la guerre
Posté par: Marcellus Lesendar le 19Juillet, 2009, 13:21:11
C'est intéressant de vous lire, car moi j'ai justement, comme pour Janua Vera, totalement décroché et mis de côté le livre. Ok, je trouve l'histoire intéressante, ok, j'aime le style, mais je trouve ça lent, long et "fatiguant" à suivre. Je ne dis pas que je n'aime pas les deux livres, loin de là, je les conseille et non pas par copinage, mais je n'ai pas réussi à finir gagner la guerre (j'en suis loin loin loin), et je sais que je le finirais un jour. Mais pour l'heure il est sur une étagère, attendant que je le reprenne (si je ne l'ai pas prêté d'ici là à un ami qui meurt d'envie de le lire^^)
Bref, j'aime bien ce livre, mais il ne veut pas que je le lise ^^


Titre: Re : Gagner la guerre
Posté par: Moustrap le 19Juillet, 2009, 15:33:15
Pour que Marcellus se sente moins seul, je vais y aller aussi de quelques critiques.

J'ai dévoré Janua Vera et Gagner la guerre, je les ai beaucoup appréciés et ardemment conseillés, mais cela ne m'empêche pas d'avoir quelques remarques à développer.

Sur l'épisode de Bourg-Preux, j'exprimerais moi aussi un petit bémol. J'ai trouvé cette digression très agréable à suivre, elle permet d'éclairer le personnage sous un jour nouveau, de varier l'ambiance et le tempo de l'histoire, en même temps que c'est une manière d'entretenir le suspense.
Cependant, au sortir d'une pareille digression, on attend avec avidité les réponses à certaines questions, surtout concernant le périple et les manœuvres du mage Sassanos et une progression accrue dans la mécanique des événements.
Or, dans ce qui suit l'épisode de Bourg-Preux jusqu'à la fin du récit, j'en ai été personnellement réduit à des conjectures assez floues sur les agissements du mage, même après avoir relu certains passages antérieurs pour essayer d'y voir clair (!). Sans pour autant rechercher du pré-mâché et des explications noir sur blanc, disons j'aurais bien aimé comprendre…
D'autre part, je suis également resté avec la sensation que le retour de Benvenuto à Ciudalia résonnait d'abord comme un retour à la case départ, donc sans progression manifeste ou nouvel enjeu.
Tout ça n'empêche pas de suivre la course des événements jusqu'au bout, car la tension dramatique est toujours là, mais du coup, tout en respectant certaines audaces narratives, j'ai ressenti de la frustration.

Concernant l'écriture, à part un sentiment de surcharge par endroits, j'ai beaucoup apprécié son caractère immersif, dans le calme comme dans l'action, et sa capacité à convoquer tout l'éventail des sensations ne serait-ce que pour faire ressentir la présence d'un sous-bois ou d'une ruelle mal famée.
Mais quelque part, je remercie Benvenuto qui a guidé Usher sur des chemins d'écriture qui n'étaient peut-être pas acquis.
Je m'explique : lorsque j'ai lu Un amour dévorant, avant même la sortie de Janua Vera, une chose m'a sauté à la figure, c'est que je ressentais la volonté de "faire du style".
Soyons honnête, je ne suis pas très client des écritures chargées, et mon jugement en porte peut-être la trace. Seulement, en lisant la nouvelle je ne voyais pas seulement un style très enrichi, mais j'avais le sentiment d'entendre la mécanique de l'écriture, moteur d'une ornementation au caractère répétitif, comme par peur de la platitude.
Lorsque j'ai entamé la nouvelle Janua Vera, j'ai tout de suite retrouvé cela, ce qui en a fait la nouvelle la moins plaisante de ma lecture.
Et lorsque j'en suis arrivé à Mauvaise donne, ça a été une bouffée d'air frais. La lecture du recueil dans son ensemble m'a conforté dans l'idée qu'il y avait dans le parti-pris de Mauvaise donne – un récit à la première personne par un narrateur un peu rude – une obligation de ne pas se laisser aller à la distanciation narrative, qui est un cadre tellement tentant pour les écritures (trop ?) chantournées, comme dans la nouvelle Janua Vera.

Du coup, lorsqu'il est apparu que Gagner la guerre poursuivrait l'exercice entamé dans Mauvaise donne, je n'ai pu que m'en réjouir, et la lecture elle-même a rempli mes attentes.


Titre: Re : Gagner la guerre
Posté par: Usher le 19Juillet, 2009, 17:08:56
Quelques réactions…

Je concède que j'ai le style chargé. Je lutte régulièrement contre l'amphigouri, mais parfois l'enflure est la plus forte. J'admets donc bien volontiers que cela puisse nuire à l'agrément de la lecture.

En ce qui concerne l'exil à Bourg-Preux et le voyage de Sassanos, mes motivations sont en effet étrangères à l'intrigue principale. Si j'avais voulu conserver une parfaite unité d'action, Benvenuto aurait pu se cacher en ville après son évasion et les deux derniers chapitres auraient pu s'enchaîner après la visite chez le Macromuopo. Il aurait manqué le voyage de Sassanos, un développement sur les manipulations du Podestat dans la Marche Franche et le retour de Belisario, mais cela n'aurait pas nui à l'intrigue purement ciudalienne.

Seulement, j'inscrivais aussi le récit dans une logique sérielle : en d'autres termes, j'ai ouvert quelques portes à dessein, et la présence des elfes ou le périple obscur de Sassanos en font partie. Je comprends que cela puisse être frustrant pour le lecteur ; je m'excuse donc pour cette vilenie !  :mrgreen:

En outre, il est vrai qu'il n'y a pas de nouvel enjeu politique au retour de Benvenuto à Ciudalia. Ce qui motive sa démarche, ce sont trois facteurs : son caractère combatif, sa nostalgie pour la mère patrie, et l'inspiration florentine qui m'a guidé assez largement : il fait partie de ces exilés qui ne rêvent que de rentrer au pays, les "bergolini" de la Renaissance.

Ces justifications, toutefois, ne suffisent pas forcément à légitimer ce qui peut apparaître comme des faiblesses dans l'organisation narrative. J'en suis très conscient, et je suis toujours preneur de critiques. Ca ne peut que m'aider !


Titre: Re : Gagner la guerre
Posté par: Kynan le 19Juillet, 2009, 19:52:52
Ca signifie juste qu'à chaque fois que tu ouvres une porte, tu as le devoir moral d'en décrire la pièce attenante, dans ce volume ou le suivant...  :mrgreen:


Titre: Re : Gagner la guerre
Posté par: Marcellus Lesendar le 20Juillet, 2009, 09:52:39
Volume suivant que nous ne pourrons nous empêcher de critiquer et conseiller tout autant j'en suis sûr :)


Titre: Re : Gagner la guerre
Posté par: Pan Paniscus le 22Juillet, 2009, 14:39:32
Citation
Cependant, au sortir d'une pareille digression, on attend avec avidité les réponses à certaines questions, surtout concernant le périple et les manœuvres du mage Sassanos et une progression accrue dans la mécanique des événements.
Or, dans ce qui suit l'épisode de Bourg-Preux jusqu'à la fin du récit, j'en ai été personnellement réduit à des conjectures assez floues sur les agissements du mage, même après avoir relu certains passages antérieurs pour essayer d'y voir clair (!). Sans pour autant rechercher du pré-mâché et des explications noir sur blanc, disons j'aurais bien aimé comprendre…

Lorsque certains auteurs s'adonnent à de telles pratiques (je ne parlerai ni de J.R.R. Tolkien, ni de J.K Rowling, ni de G.R.R. Martin), il s'en suit des pages et des pages de conjectures de lecteurs passionnés dont le seul désir est de percer les mystères semés par  l'écrivain malfaisant. Je suis surpris que cela n'ait pas eu lieu pour "gagner la guerre".


Titre: Re : Gagner la guerre
Posté par: Rom1 le 23Juillet, 2009, 13:34:50
Malgré tout le respect que j'ai pour Usher, je pense qd même que son oeuvre est un poil connue que celles des autres auteurs que tu cites...


Titre: Re : Gagner la guerre
Posté par: Pan Paniscus le 23Juillet, 2009, 18:21:37
Je veux bien croire que la piscine de ces auteurs soient plus grande que celle d'Usher...

Toujours est-il que nous le connaissons nous et que rien ne nous empêche d'essayer de percer les mystères de Sassanos. Je dois dire que si cela m'a plu de théoriser sur ce qu'il a pu faire et sur les difficultés qu'il a pu rencontrer pour y parvenir. Je reste frustré de ne pas savoir et à moins qu’Usher n’y voit quelques objections je ne vois pas ce qui nous empêche si cela nous amuse de se poser le problème en commun.


Titre: Re : Gagner la guerre
Posté par: Ohtar Celebrin le 30Juillet, 2009, 15:37:05
Il y a un autre détail qui distingue évidemment JRR.T de notre Usher favorit… le premier est un tout petit peu plus mort que le second…

Cela empêche quelque peu ses fans de le submerger de questions et de remarques en tout genre.


Titre: Re : Re : Gagner la guerre
Posté par: Macbesse le 05Août, 2009, 23:31:44
Toujours est-il que nous le connaissons nous et que rien ne nous empêche d'essayer de percer les mystères de Sassanos. Je dois dire que si cela m'a plu de théoriser sur ce qu'il a pu faire et sur les difficultés qu'il a pu rencontrer pour y parvenir. Je reste frustré de ne pas savoir et à moins qu’Usher n’y voit quelques objections je ne vois pas ce qui nous empêche si cela nous amuse de se poser le problème en commun.

Commencer par chercher ce que Benvenuto a caviardé me semble plus stimulant.  ;)


Titre: Gagner la guerre
Posté par: FaenyX le 08Août, 2009, 21:43:44
"Gagner la guerre" était dans ma valise, pour la semaine de vacances que je viens de passer quelque part au bord de la France. Je n'irai pas par quatre chemins : j'ai a-do-ré. Retrouver cette canaille de Benvenuto m'a fait un immense plaisir (et m'a donné envie de relire "Janua Vera", d'ailleurs). En dévorant "Gagner la Guerre", je me suis fait (à plusieurs reprises) la réflexion que j'aurais aimé jouer/faire jouer pareilles (més)aventures dans pareil univers. Pour un peu, ce roman me redonnerait goût au jeu !  :o
Mon petit bonheur littéraire de ces derniers jours, en tout cas. :thumbsup:


Titre: Re : Re : Re : Gagner la guerre
Posté par: Pan Paniscus le 10Août, 2009, 11:59:24
Toujours est-il que nous le connaissons nous et que rien ne nous empêche d'essayer de percer les mystères de Sassanos. Je dois dire que si cela m'a plu de théoriser sur ce qu'il a pu faire et sur les difficultés qu'il a pu rencontrer pour y parvenir. Je reste frustré de ne pas savoir et à moins qu’Usher n’y voit quelques objections je ne vois pas ce qui nous empêche si cela nous amuse de se poser le problème en commun.

Commencer par chercher ce que Benvenuto a caviardé me semble plus stimulant.  ;)

Oui, cela va dans le même sens, mais cela me semble encore plus difficile à déterminer.


Titre: Re : Gagner la guerre
Posté par: Macbesse le 10Août, 2009, 17:32:50
Il y a quelques indices, des petites choses qui ne concordent pas. Je sais bien qu'on ne prête qu'aux riches, mais, par exemple, la mort de Regalio me laisse un petit goût de caviardé dans la bouche. L'histoire me semble un peu lisse pour être honnête, et le fait que le collègue de Benvenuto lui parle de "deux poupards étendus sur le pré" alors qu'un seul a été mentionné dans le récit me confirme dans ce scepticisme, sans compter que Regalio revient souvent dans ses cauchemars.


Titre: Re : Gagner la guerre
Posté par: Usher le 17Août, 2009, 12:05:13
Le premier tirage de Gagner la guerre est quasiment épuisé, et une réimpression devrait être faite en septembre. J'en suis vraiment heureux, pour mon éditeur comme pour moi, parce qu'à un prix pareil, c'était loin d'être gagné !

(Et la réimpression va aussi me permettre de corriger quelques hénaurmes coquilles, comme celles signalées par Marcellus… et d'autres, qui semblent êtres restées inaperçues. Par exemple, p. 568, Benvenuto dit à Belisario : "Vous êtes le fils aîné du Podestat."  :merror:  :-[  )


Titre: Re : Gagner la guerre
Posté par: Cuchulain le 17Août, 2009, 12:14:20
C'est mérité Usher ton bouquin est vraiment bien, content pour toi !  :thumbsup:

(et si tu en profitais pour nous dire sur quoi tu travailles en ce moment, mmhhh ? Hikaki avait laissé entendre que tu avais un projet de JDR sur les celtes à une époque, serait-ce devenu un roman ? :orcchut:)


Titre: Re : Re : Gagner la guerre
Posté par: Usher le 17Août, 2009, 17:26:36

(et si tu en profitais pour nous dire sur quoi tu travailles en ce moment, mmhhh ? Hikaki avait laissé entendre que tu avais un projet de JDR sur les celtes à une époque, serait-ce devenu un roman ? :orcchut:)

Ces derniers temps, j'ai surtout travaillé à repeindre un couloir et un balcon.  :mrgreen:

Je ne fais pas trop mystère sur le forum que je suis plongé dans de la doc celtique ces derniers temps ; mais il est encore beaucoup trop tôt pour en dire beaucoup plus. Du reste, en ce moment, je travaille sur une nouvelle, une commande passée dans des délais vraiment courts, et dont le thème serait plus proche de Kenningar que du Vieux Royaume ou du monde celtique.


Titre: Re : Gagner la guerre
Posté par: Ohtar Celebrin le 17Août, 2009, 21:10:02
En quelle couleur tu repeints ?? ?? (C’est très important selon ma compagne…)

Ce qui  est bien,  c’est que la piscine va bientôt être finie alors… non ?

En tout cas tu mérite amplement ce succès, la prochaine étape c’est la traduction en Anglais... (bon courage au traducteur >:D)


Titre: Re : Re : Critique sur le monde.fr
Posté par: Macbesse le 18Août, 2009, 22:18:21
Citation de: critique du Monde
L'intrigue est foisonnante - trop peut-être, et Jean-Philippe Jaworski, auteur par ailleurs de jeux de rôles, devra apprendre à mieux maîtriser l'espace et la construction romanesque - mais elle est captivante.

Je pense avoir enfin compris comment a pu naître cette critique. Le critique en question est un amateur de fantasy, avec des goûts plutôt classiques en la matière. Or, l'architecture du roman ne répond pas aux codes narratifs du genre : pas de quête initiatique, pas de prophétie, pas de récit entrelacé et pas de concentration du destin du monde sur quelques héros, bref, rien de ce qui structure généralement les récits de fantasy. Le passage de Bourg-Preux est peut-être le seul à se rapporter pleinement au genre, dans la mesure où il fait écho à l'arrêt de la compagnie de l'anneau à Fondcombe - on retrouve la même pause dans le récit et la même beauté mélancolique, bien que le traitement soit par ailleurs très différent. Pour le reste, l'architecture de la narration est celle d'un roman de littérature blanche, pas du roman de fantasy. C'est cela, je pense, qui a dérouté le critique et l'a poussé à faire cette remarque déplaisante.

Savoir sortir des codes d'un genre et le dépasser, c'est pourtant ce qui différencie un grand livre d'un bon !


Titre: Re : Gagner la guerre
Posté par: Macbesse le 21Août, 2009, 14:36:39
Puisque j'ai commencé une critique à force de taper sur un journaliste aux goûts étroits, autant finir ! [à ceux qui ne l'ont pas lu : ces lignes révèlent en filigrane quelques pans de l'intrigue ; c'est à vos risques et périls]

En fait, j'avais moi aussi des réserves avant d'ouvrir Gagner la guerre, et j'ai mis un certain temps avant de me jeter à l'eau, un comme celles qu'a dû éprouver Moustrap. J'avais peur, je ne dirais pas de l'amphigouri, mais d'une trop grande maîtrise, notamment dans le jeux sur les registres de langue. Cette crainte n'était, heureusement, que très partiellement justifiée. Certaines parties (quelques paragraphes) de la première partie du roman, disons dans le premier tiers, ont bien un côté poseur. Je pense par exemple à la mise en exergue de la citation de Pascal Quignard, qui ruine l'effet de clausule de la rencontre avec Clarissima : trop d'effets tuent l'effet (plus généralement, certaines descriptions, dans ce premier tiers, sont par trop programmatiques à mon goût). Je n'arrive pas non plus à adhérer au travail d'écriture sur les galères de la République : comment peut-on détester à ce point la mer et les détailler de façon aussi technique ? Enfin, si la majeure partie du roman évite l'écueil (ô combien tentant tant en SF qu'en Roman historique et Fantasy) du didactisme, il y tombe au moins une fois, dans le premier chapitre, avec la harangue de Benvenuto sur le pouvoir du langage. Si celui-ci n'avait pas été, juste auparavant, en grande conversation avec un personnage appelé le Logocrate, j'aurais pu, peut-être, ne pas éprouver ce sentiment, mais dans cette configuration, j'ai trouvé le passage très appuyé, un peu naïf dans sa vocation à l'écriture réflexive, alors que de nombreux éléments du roman remplissent ce rôle de façon bien plus subtile (comme le dit Logocrate, justement).

Pour le reste, j'ai beaucoup apprécié cette écriture entre fleurs de rhétorique et fleurs de pavé, peut-être moins pour le mélange des registres (je trouve parfois Benvenuto trop poli), que pour sa malhonnêteté affichée et son caractère pictural dissimulé. J'ai éprouvé un vif plaisir à traquer les incohérences de détail du récit et à faire parler les silences du texte, mais aussi à découvrir petit à petit dans l'écriture les signes de la formation initiale de Benvenuto, qui apparaissent presque malgré lui, comme s'il se fissurait au contact de son passé (c'est aussi pourquoi je perds le sentiment d'une écriture qui prend trop la pose passé le premiers tiers).

Ce détour par les arts plastiques est une riche trouvaille : elle enrichit considérablement le narrateur, justifie sa langue composite, et fait de lui un emblème du paradoxe entre le goût exquis des cités italiennes et leur extrême violence, qui se traduit jusque dans son caractère autodestructeur. Si le thème traverse le roman, j'ai particulièrement apprécié la confrontation avec les trois projets de fresque, à la fois dense et très polysémique. Sur le moment, elle constitue une révélation sur Benvenuto, mais à terme, celle-ci est imbriquée dans une révélation sur la cité toute entière – les trois artistes ont chacun un regard perforant, presque prophétique, sur ses réalités. Ce que j'admire vraiment dans cette séquence, ce n'est pas tant ce qu'elle dit en creux les rapports entre l'art, le pouvoir et la vérité (ce qui n'est déjà pas mal), mais sa finesse : à l'oeuvre du Macromuopo près, le lecteur ne prend pas tout de suite conscience de l'acuité du regard des trois artistes, et seule la suite du roman vient éclairer les deux autres projets. L'un semblait cryptique, très intellectuel, et quelques centaines de pages plus loin, le voilà qui prend corps, littéralement ; l'autre semblait n'être qu'une vaine provocation destinée à asseoir une célébrité, et voilà que dans les dernières pages du roman, il vient finalement trouver des échos très tangibles dans les conceptions politiques du Podestat. [Les mauvaises langues diront que je salue le caractère programmatique et emblématique d'une description alors que j'ai pesté contre quelques lignes plus haut, mais ce sont de mauvaises langues].

[à suivre]


Titre: Re : Gagner la guerre
Posté par: Macbesse le 21Août, 2009, 17:36:32
Je reviens un instant sur les silences du texte. Ils ont bien sûr cette qualité de faire travailler l'imaginaire, de donner au lecteur la joie de les remplir lui-même, et d'ouvrir le roman à quantité de lectures différentes, mais dans le cas présent, ils ont aussi cette grande qualité de rompre les codes du genre - nombre de romans de fantasy sont traversés par la volonté de tout expliquer, de tout montrer. D'aucuns diraient que les auteurs tirent à la ligne, mais pas seulement : la faute revient également à un encyclopédisme emprunté à Tolkien, modèle pourtant indépassable (on retrouve ce travers chez de bons auteurs, comme dans les interminables digressions d'un G.G.Kay). Elle revient surtout à une structure narrative concentrée autour d'un petit nombre de personnages. Dans le pire des cas, le personnage principal est un élu / un damné / les deux à la fois, centre de toutes les intrigues, sur les épaules duquel repose tout le destin du monde (Elric, Harry Potter, Alvin le Faiseur, Agone...). Dans la plupart des cas, cela se traduit par une narration à la troisième personne qui s'attache à trois ou quatre personnages et entrelace leurs aventures. Mais le problème, avec cette volonté de tout dire, c'est qu'elle tue le mystère et impose une lecture univoque de l'oeuvre - il faut alors forcer le texte, par exemple le passer à la moulinette destructurante d'une lecture psychanalytique ou mythique. Sans cela, comment s'en amuser ?
Là, c'est le contraire. Le narrateur se paie même le luxe de dire que son aventure, pour décisive qu'elle soit dans les luttes de pouvoir de la cité, est loin d'être vraiment importante au regard de ce qui a pu se passer ailleurs, et voilà les codes de la fantasy subvertis par un geste flaubertien (écho de l'explicit de l'Education Sentimentale ?).

Tant que je suis dans les codes : le passage de Bourg-Preux a beau correspondre à un lieu commun de la fantasy, le repos auprès des elfes, je ne peux pas m'empêcher de trouver le traitement original. En fait, ce passage m'évoque plus le Balcon en Forêt que Fondcombe, et pas seulement à cause de la citation de Gracq. J'ignore pourquoi et je n'arrive pas à mettre le doigt sur ce qui me plaît dans ce passage, mais si j'ai l'illumination, je vous en ferai part. C'est peut-être parce qu'il relève plus de la vacance que de l'enchantement, mais je n'en suis pas tout à fait sûr - ça pourrait être aussi parce que, donnant en spectacle l'impuissance de l'harmonie à changer l'homme, il est une répétition sur un mode enjoué de la catastrophe finale.

Je suis plus partagé quant au traitement de la matière historique. Cela dit, là encore, mes reproches concernent plus des points mineurs - certains décalques m'ont semblé par trop transparents. Peut-être pas le passage de Machiavel à Corvilio : le passage du Prince aux Principes a beau être un peu trop voyant à mon goût, il y a un gros travail sur la biographie du dit Corvilio (un renversement, en fait) et comme Machiavel est au coeur du sujet, ce n'est pas gênant. C'est plutôt dans des détails, comme par exemple la très grande proximité entre la bataille navale initiale et Lépante, ou des clins d'oeils pas forcément habiles, comme le rapprochement évident entre l'étendard de Ciudalia et les besants des Médicis, ou encore des personnages secondaires comme Aspasina Monatore, un peu fade comparée à son alter ego réel, Simonetta Vespucci, que le traitement m'a paru plus faible. Pour le reste, et c'est l'essentiel, le roman parvient à une vision pénétrante, presque goyesque, des jeux de pouvoir, tout en mettant à nu une grande partie des mécanismes des luttes de faction des cités italiennes, avec une acuité certaine. Pourtant, les institutions sont très différentes dans la réalité, mais cette altération ne gâche rien, bien au contraire. En effet, si certaines inspirations m'ont semblé trop voyantes, d'autres, comme la victoire du parti guelfe à Florence (la prise de langue avec Sacralia), ou, plus au coeur du roman, la peinture de la Renaissance, sont utilisées avec un travail considérable qui en revivifie le sens - ce sont ces inspirations les plus altérées qui rendent le meilleur jus, car réappropriées et refondues dans le sujet.

Malgré tous les petits bémols que j'ai pu disséminer ça et là, toutes mes félicitations, c'est de la belle ouvrage et un roman puissant. :thumbsup:

[fin]


Titre: Re : Gagner la guerre
Posté par: Usher le 21Août, 2009, 19:35:06
Toute ma gratitude pour une analyse si poussée (en fait, la plus poussée que j'aie pu lire à ce jour) - et par ailleurs si bienveillante.

Quelques gloses en retour… [Attention : ça spoile ! :mrgreen:]

La question des galères, tout d'abord. Etonnant, cette impression de technicité : il m'a en fait été assez difficile de collecter une documentation solide sur les galères médiévales. J'avais trouvé quantité d'infos sur les itinéraires, les convois et l'armement (au sens maritime du terme) des galères vénitiennes, mais des données beaucoup plus lacunaires sur le côté purement technique. Je craignais donc de rester superficiel… Si Benvenuto évoque des éléments assez précis sur la navigation, c'est parce qu'il est quand même resté en mer plusieurs semaines. Mais je conçois volontiers que le vocabulaire qu'il emploie paraisse trop spécialisé chez quelqu'un qui déteste tant la mer… (Ceci dit, il a quand même passé son enfance à dessiner des bateaux sur le port de Ciudalia.) [Edit : Du reste, j'avais écrit des erreurs ou des approximations qui ont été aimablement corrigées par Xaramis.]

A propos des épigraphes, tu n'as pas été le seul à me les reprocher ; ou du moins à reprocher certaines d'entre elles. Je te donne raison quand tu écris que cela donne un côté un peu poseur au roman… Mais c'est plus fort que moi. En fait, ce qui m'intéresse dans ces citations, c'est le jeu : trouver ailleurs quelque chose qui reflète d'une manière ou d'une autre le chapitre ou la nouvelle. Sur le plan narratif, c'est complètement gratuit - et même contre-productif quand un lecteur perspicace devine le contenu du chapitre d'après l'épigraphe. J'en suis conscient, je bats ma coulpe, mais… J'adore ce jeu un peu pédant.  :-[
Tant qu'on est dans la fatuité, je suis aussi d'accord avec la maladresse relative du discours réflexif de Benvenuto sur le langage. C'est sans doute trop appuyé. En même temps, ce passage était important non dans le propos du roman, mais plutôt dans sa genèse : il marque le moment où j'ai décidé de faire de temps en temps des entorses à une narration classique.

Toujours d'accord pour dire que mes sources historiques ont été inégalement exploitées : en fait, une très grande partie du roman est écrite sur le mode de la pochade pas très fine, du clin d'œil racoleur à qui peut comprendre. C'est une soupe. Sur une autre critique, j'ai lu que mes Ressiniens ressemblaient un peu à des Turcs d'opérette, et c'est tout à fait vrai. (Les eunuques, par exemple, sont vraiment des caricatures !) La cohérence de l'univers du roman, à mon sens, vient moins des références historiques plus ou moins bien transposées que de leur superposition, jusqu'à donner une illusion touffue qui peut être prise pour de la complexité.

Par contre, je suis ravi, vraiment ravi, que tu accordes de l'importance aux fresques et au chapitre consacré à Bourg-Preux. Ce sont aussi, pour moi, des éléments essentiels du roman. Je ne reviendrai pas sur ton analyse des fresques : tu as mis dans le mille.

Quant à Bourg-Preux… Eh bien, quitte à me montrer déceptif, je ne déflorerai pas le texte en dévoilant mes intentions, mais c'est le chapitre où j'ai le plus travaillé (parfois, une journée entière sur un ou deux paragraphes) pour y glisser quelque chose que j'ai voulu délibérément invisible. Dans un sens, c'est une très grosse ficelle… Et je craignais beaucoup que les lecteurs la découvrent ; auquel cas, je crois d'ailleurs que je passerais pour un fat indécrottable !  :mrgreen: Mais jusqu'à présent, je pense avoir réussi mon coup, et j'en suis vraiment heureux. (Et fier comme un gamin qui a fait une blague idiote !  :P ) Quoiqu'il en soit, il y a bien quelque chose de caché dans ce chapitre (et dans le suivant aussi, d'ailleurs). D'une certaine manière, tu tournes autour quand tu parles de la présence de la vacance plus que de l'enchantement, et de l'impuissance de l'harmonie à changer l'homme. Mais c'est dit de façon élevée et élogieuse, alors que le procédé que j'ai mobilisé pour le suggérer est un vrai tour de bonneteau…






Titre: Re : Gagner la guerre
Posté par: Macbesse le 21Août, 2009, 21:45:31
Et réciproquement, je te remercie de cette réponse très développée.

Citation de: Usher
Toujours d'accord pour dire que mes sources historiques ont été inégalement exploitées : en fait, une très grande partie du roman est écrite sur le mode de la pochade pas très fine, du clin d'œil racoleur à qui peut comprendre. C'est une soupe. Sur une autre critique, j'ai lu que mes Ressiniens ressemblaient un peu à des Turcs d'opérette, et c'est tout à fait vrai. (Les eunuques, par exemple, sont vraiment des caricatures !) La cohérence de l'univers du roman, à mon sens, vient moins des références historiques plus ou moins bien transposées que de leur superposition, jusqu'à donner une illusion touffue qui peut être prise pour de la complexité.

C'est drôle que tu mentionnes le caractère caricatural des Ressiniens : j'y ai pensé, j'ai failli l'écrire, et puis je me suis dit que je pouvais te faire crédit des conditions de l'énonciation - Benvenuto est un étranger, un poil xénophobe, et je me souviens bien que sur le moment, j'avais attribué ce schématisme à ses oeillières. Par contre, je ne t'en fais pas crédit pour les galères, bien qu'il en ait dessiné. :P

Citation
A propos des épigraphes, tu n'as pas été le seul à me les reprocher ; ou du moins à reprocher certaines d'entre elles. Je te donne raison quand tu écris que cela donne un côté un peu poseur au roman… Mais c'est plus fort que moi. En fait, ce qui m'intéresse dans ces citations, c'est le jeu : trouver ailleurs quelque chose qui reflète d'une manière ou d'une autre le chapitre ou la nouvelle. Sur le plan narratif, c'est complètement gratuit - et même contre-productif quand un lecteur perspicace devine le contenu du chapitre d'après l'épigraphe. J'en suis conscient, je bats ma coulpe, mais… J'adore ce jeu un peu pédant.
 

Dis-moi, as-tu lu les oeuvres de Vollmann ? Central Europe, La Famille Royale, Pourquoi êtes vous pauvres ? ? Si non, je te le conseille vivement, car cet homme a le pédantisme curatif : Vollman utilise près d'une centaine d'épigraphes par roman et tu feras une telle allergie que tu seras guéri à jamais de la tentation. Je ne plaisante pas tout à fait : les clins d'oeil historiques et les citations donnent un petit côté "entre soi", qui, s'ils ne sont pas justifiés par le propos, ne font qu'engendrer de l'auteur au lecteur qui les comprend une forme de complicité socio-culturelle dont il faut, je crois, se défuir. Je suis peut-être excessif, mais j'ai l'impression d'être trop flatté dans le sens du poil (et dans ma vanité intellectuelle) quand je reconnais ce genre de référence, comme si l'auteur me sussurait "comme tu es cultivé, comme tu en sais des choses"... cela m'a irrité - je ne dirais pas que mon plaisir de lecteur a été gâché, mais il aurait pu être sans mélange.

Citation
Tant qu'on est dans la fatuité, je suis aussi d'accord avec la maladresse relative du discours réflexif de Benvenuto sur le langage. C'est sans doute trop appuyé. En même temps, ce passage était important non dans le propos du roman, mais plutôt dans sa genèse : il marque le moment où j'ai décidé de faire de temps en temps des entorses à une narration classique.

Je comprends très bien cela, mais pourquoi ne pas l'avoir gardé quelque part pour la postérité, par exemple dans un brouillon, qu'un thésard en critique génétique aurait ressorti d'ici trente ans ? C'est un peu comme laisser les poutres apparentes : une ou deux, ça peut faire joli mais point trop n'en faut, sans quoi la pièce manque d'air. Je pense vraiment que le premier chapitre aurait encore gagné en force sans se voir ainsi éventé : il se suffisait à lui-même.

Citation
Par contre, je suis ravi, vraiment ravi, que tu accordes de l'importance aux fresques et au chapitre consacré à Bourg-Preux. Ce sont aussi, pour moi, des éléments essentiels du roman. Je ne reviendrai pas sur ton analyse des fresques : tu as mis dans le mille.

Merci. Mais j'ai vraiment adoré ce passage et il m'est resté vissé dans le crâne pendant de longues semaines. Il fallait bien que je lui rende justice. ;)
Quant à Bourg-Preux, il continue à me tourner dans la tête, en sourdine. Je finirai par mettre le doigt sur ce qui me travaille. ;)


Titre: Re : Re : Gagner la guerre
Posté par: Xaramis le 22Août, 2009, 12:36:14
il m'a en fait été assez difficile de collecter une documentation solide sur les galères médiévales. J'avais trouvé quantité d'infos sur les itinéraires, les convois et l'armement (au sens maritime du terme) des galères vénitiennes, mais des données beaucoup plus lacunaires sur le côté purement technique.
Les curieux pourront se pencher sur l'ouvrage Renaissance War Galley (http://www.ospreypublishing.com/store/Renaissance-War-Galley-1470%E2%80%931590_9781841764436/), dont je ne tarderai d'ailleurs pas à dire quelques mots dans la section Te Deum du forum.

(http://www.ospreypublishing.com/images/books/covers/mainpageimages/9781841764436-th2.jpg)


Titre: Re : Gagner la guerre
Posté par: Marcellus Lesendar le 22Août, 2009, 13:31:09
J'tiens à remercier autant Macbesse que Usher sur ce coup. Vous avez réussi par votre petite discussion à mettre le doigt sur des détails qui me titillait, mais aussi à me redonner envie de lire Gagner la guerre, qui attend d'puis trop longtemps que je le reprenne en main :)
En tout cas j'aime beaucoup votre discussion :)


Titre: Re : Re : Gagner la guerre
Posté par: Macbesse le 23Août, 2009, 10:42:50
J'tiens à remercier autant Macbesse que Usher sur ce coup. Vous avez réussi par votre petite discussion à mettre le doigt sur des détails qui me titillait, mais aussi à me redonner envie de lire Gagner la guerre, qui attend d'puis trop longtemps que je le reprenne en main :)
En tout cas j'aime beaucoup votre discussion :)

Avec la réponse d'Usher et ce compliment, je suis un homme comblé.  :D


Titre: Re : Re : Gagner la guerre
Posté par: Macbesse le 23Août, 2009, 16:06:09
Je reviens sur un passage de notre échange :

Citation de: Usher
A propos des épigraphes, tu n'as pas été le seul à me les reprocher ; ou du moins à reprocher certaines d'entre elles. Je te donne raison quand tu écris que cela donne un côté un peu poseur au roman… Mais c'est plus fort que moi. En fait, ce qui m'intéresse dans ces citations, c'est le jeu : trouver ailleurs quelque chose qui reflète d'une manière ou d'une autre le chapitre ou la nouvelle. Sur le plan narratif, c'est complètement gratuit - et même contre-productif quand un lecteur perspicace devine le contenu du chapitre d'après l'épigraphe. J'en suis conscient, je bats ma coulpe, mais… J'adore ce jeu un peu pédant.
 

Citation de: Macbesse
Dis-moi, as-tu lu les oeuvres de Vollmann ? Central Europe, La Famille Royale, Pourquoi êtes vous pauvres ? ? Si non, je te le conseille vivement, car cet homme a le pédantisme curatif : Vollman utilise près d'une centaine d'épigraphes par roman et tu feras une telle allergie que tu seras guéri à jamais de la tentation. Je ne plaisante pas tout à fait : les clins d'oeil historiques et les citations donnent un petit côté "entre soi", qui, s'ils ne sont pas justifiés par le propos, ne font qu'engendrer de l'auteur au lecteur qui les comprend une forme de complicité socio-culturelle dont il faut, je crois, se défuir. Je suis peut-être excessif, mais j'ai l'impression d'être trop flatté dans le sens du poil (et dans ma vanité intellectuelle) quand je reconnais ce genre de référence, comme si l'auteur me sussurait "comme tu es cultivé, comme tu en sais des choses"... cela m'a irrité - je ne dirais pas que mon plaisir de lecteur a été gâché, mais il aurait pu être sans mélange.

Pour être vraiment honnête, je dois faire un ajout.

Tu mets en avant le côté ludique, et j'ai totalement occulté cet aspect dans ma réponse, alors que je dois bien reconnaître qu'il est également présent du côté du lecteur. Si la sensation de connivence a parfois eu un petit côté irritant (mais la connivence, avec un Benvenuto à l'énonciation, tu pourrais me répondre qu'elle s'impose), j'ai aussi des souvenirs d'une lecture ludique de l'oeuvre, et à la réflexion, c'est bien elle qui a prédominé et j'ai éprouvé un certain plaisir à rechercher les sources d'inspiration et les petits clins d'oeil historiques.

Cependant, je maintiens que les meilleurs passages sont ceux dans lesquels tu as trituré la matière historique ; ils sont beaucoup plus profonds.


Titre: Re : Gagner la guerre
Posté par: killerklown le 26Août, 2009, 14:59:31
Je n'en suis qu'au début de ma lecture , mais je dois dire que le premier chapitre m'a laissé le gout d'une boutade á Xaramis en bouche.
J'ai beaucoup apprécié  :mrgreen:


Titre: Re : Re : Gagner la guerre
Posté par: Xaramis le 26Août, 2009, 15:12:45
Je n'en suis qu'au début de ma lecture , mais je dois dire que le premier chapitre m'a laissé le gout d'une boutade á Xaramis en bouche.
C'est-à-dire ?


Titre: Re : Gagner la guerre
Posté par: killerklown le 26Août, 2009, 15:20:18
Benvenuto déteste autant la mer, les marins et le pseudo-romantisme qui y est lié que toi tu fais l'éloge de ces choses ...
J'si eut l'impression qu'une partie du chapitre t'était déstiné :-)


Titre: Re : Re : Gagner la guerre
Posté par: Xaramis le 26Août, 2009, 16:17:58
Benvenuto déteste autant la mer, les marins et le pseudo-romantisme qui y est lié que toi tu fais l'éloge de ces choses ...
A cette différence près que je ne parle pas de "pseudo-romantisme" de la mer. Ni même, je pense, de "romantisme" de la mer. C'est néanmoins, un univers qui me passionne, tant du point de vue physique que du point de vue biologique, du point de vue technique que du point de vue humain.
Mais je comprends tout à fait que Benvenuto et d'autres détestent la mer, les marins, et les pseudo-romantiques ou romantiques de la mer. D'ailleurs, quand il m'est arrivé d'être salement secoué en mer, à en raquer tripes et boyaux, j'ai eu des pensées pas très gentilles pour la mer et les bateaux (et parfois pour le boulot qui m'avait amené là), mais pas pour les marins avec qui j'étais, moi, le terrien.

J'avais entendu une excellente émission sur France Culture, dans laquelle un intervenant expliquait que quand certains reprennent les mots de Platon qui disait "il y a trois sortes d'hommes, les morts et les vivants, et ceux qui vont sur la mer", et qu'ils reprennent ces mots pour mettre les marins au-dessus des autres, c'est un contre-sens par rapport à la pensée de l'époque. Dans la Grèce de Platon, c'est le rapport à la terre qui compte ; ceux qui vont sur la mer sont, d'une certaine manière, pas du tout au-dessus des "terriens" mais plutôt au-dessous.

Ceci dit, de nos jours, parmi les gens qui vont sur la mer, il y a aussi des tas de gens éminemment détestables !

Citation
J'si eut l'impression qu'une partie du chapitre t'était déstiné :-)
J'ai lu ce premier chapitre avec un œil attentif, c'est vrai. En particulier à la demande de celui qui a tenu la plume pour Benvenuto, qui avait pensé que mon goût pour l'histoire maritime et navale et ma connaissance (livresque) des galères pourrait lui être d'une petite utilité, avant la mise sous presse.
Mais je ne sais pas si Usher avait vraiment voulu me faire passer un message personnel avec ce chapitre. ;)


Titre: Re : Gagner la guerre
Posté par: Hikaki le 26Août, 2009, 16:48:55
En fait, l'auteur a juste un point commun avec un certain Lovecraft (à mon grand désespoir, d'ailleurs).  :mrgreen:


Titre: Re : Gagner la guerre
Posté par: Le Pixx le 26Août, 2009, 17:01:17
Citation
En fait, l'auteur a juste un point commun avec un certain Lovecraft (à mon grand désespoir, d'ailleurs). 


Le tentacule ?


Titre: Re : Gagner la guerre
Posté par: Kérosène le 26Août, 2009, 17:02:50
M'enfin, elle a dit à son grand désespoir. :mrgreen:


Titre: Re : Gagner la guerre
Posté par: cavaillon le 26Août, 2009, 17:17:03
Hikaki aurait-elle le "masque d'Innsmouth" ?     :P


Titre: Re : Gagner la guerre
Posté par: Hikaki le 26Août, 2009, 17:43:22
 :et:


Titre: Re : Gagner la guerre
Posté par: Rom1 le 26Août, 2009, 19:09:46
La mysoginie ?


Titre: Re : Gagner la guerre
Posté par: Cultösaurus le 26Août, 2009, 19:17:39
Il est mort ?

JE L'FOUILLE ! ! !
:orcsort:


Titre: Re : Re : Gagner la guerre
Posté par: Ohtar Celebrin le 26Août, 2009, 19:48:52
Il est mort ?

JE L'FOUILLE ! ! !
:orcsort:

Dans une sacoche tu découvre:
 
-une plume d’écrivain (+5)
-trois feuilles de parchemins…
-des échantillons de carrelage….
(Avec un jet réussi en connaissance du carrelage tu apprends qu’il est généralement destiné aux piscines olympiques !!^^)


Titre: Re : Re : Re : Gagner la guerre
Posté par: Usher le 20Septembre, 2009, 13:52:40

Dans une sacoche tu découvre:
 
-une plume d’écrivain (+5)
-trois feuilles de parchemins…
-des échantillons de carrelage….
(Avec un jet réussi en connaissance du carrelage tu apprends qu’il est généralement destiné aux piscines olympiques !!^^)

… et au fond de la besace, une nomination au Grand prix de l'Imaginaire 2010 (http://www.noosfere.org/gpi/2010.php).  ;D


Titre: Re : Re : Re : Re : Gagner la guerre
Posté par: Puck le 20Septembre, 2009, 13:56:26

Dans une sacoche tu découvre:
 
-une plume d’écrivain (+5)
-trois feuilles de parchemins…
-des échantillons de carrelage….
(Avec un jet réussi en connaissance du carrelage tu apprends qu’il est généralement destiné aux piscines olympiques !!^^)

… et au fond de la besace, une nomination au Grand prix de l'Imaginaire 2010 (http://www.noosfere.org/gpi/2010.php).  ;D


Ben...un gros MERDE alors! :D


Titre: Re : Gagner la guerre
Posté par: Ohtar Celebrin le 20Septembre, 2009, 15:02:16
Pendent que Cultösaurus fouillait le cadavre de ce pauvre Usher, je me suis employé a fouiner alentours.
Je suis tombé sur ceci :

http://www.noosfere.org/icarus/livres/niourf.asp?numlivre=2146573766

« Rois et Capitaines » a l’air d’être une (plutôt grosse) anthologie avec une douzaine d’auteurs… et est sortie en mai2009

J’ai du louper le message qui l’annonçait car je suppose qu’il ne s’agit pas de ça :

En octobre, je publie une nouvelle dans une *petite* anthologie Fantasy/SF.

Sept auteurs. Le bleu, c'est moi. Le reste, c'est que du poids lourd. Voire du très très lourd.


Ou alors je n’y comprends rien^^

Peut tu nous en dire plus sur ces deux anthologies ?



Titre: Re : Gagner la guerre
Posté par: Usher le 20Septembre, 2009, 15:33:38
Rois et Capitaines est l'anthologie des Imaginales sortie en mai 2009, sous la direction de Stéphanie Nicot. J'y ai effectivement publié une nouvelle, Montefellone, qui appartient au cycle du Vieux Royaume.

Utopiales (2010) est l'anthologie des Utopiales à paraître fin octobre, sous la direction de Jérôme Vincent. J'y publierai une autre nouvelle, dont le titre sera très probablement Préquelle ; c'est une transfiction qui n'appartient pas au cycle du Vieux Royaume, et dont l'action a pour cadre la Cimmérie.






Titre: Re : Gagner la guerre
Posté par: Ohtar Celebrin le 20Septembre, 2009, 15:44:27
Ha ok… les utopiales ont donc une année d’avance, cela m’avait échappé.

Je remarque que « Rois et Capitaines » contient aussi une nouvelle de Laurent Kloetzer que je serais content de découvrir. J’avais apprécié la lecture de son « Royaume blessé »


Titre: Re : Gagner la guerre
Posté par: Inigo Montoya le 22Septembre, 2009, 08:47:04
Ignare que je suis!!! Je n'avais pas du tout compris que Rois et capitaines était déjà sorti, et en mai dernier en plus!!  Je viens d'emblée de le commander.


Titre: Re : Gagner la guerre
Posté par: Hikaki le 17Octobre, 2009, 00:04:25
Une bien agréable critique :
http://www.parutions.com/index.php?pid=1&rid=1&srid=374&ida=11520
 :mrgreen:


Titre: Re : Gagner la guerre
Posté par: Ohtar Celebrin le 17Octobre, 2009, 20:42:35
Si ce n’était pour complimenter un ami, le Djihad Rouge Tolkienien se mettrait en branle sur le champ pour occire celui qui osa sous-entendre que l’écriture de J-R-R T. put manquer de richesse… mais pour cette fois-ci on fermera les yeux…. :cool:

 :D

Je me fais aussi l’écho d’une remarque élogieuse d’un autre ordre venu d’un libraire bien connu par certains d’entre nous…
C’est à la fin de mon poste ici :

http://couroberon.com/Salon/index.php/topic,526.msg46848.html#msg46848.



Titre: Re : Re : Gagner la guerre
Posté par: Acritarche le 17Octobre, 2009, 22:54:29
Si ce n’était pour complimenter un ami, le Djihad Rouge Tolkienien se mettrait en branle sur le champ pour occire celui qui osa sous-entendre que l’écriture de J-R-R T. put manquer de richesse… mais pour cette fois-ci on fermera les yeux…. :cool:

Boarf! Il ne l'a pas lu en anglais dans le texte. C'est tout!


Titre: Re : Gagner la guerre
Posté par: Inigo Montoya le 28Octobre, 2009, 21:50:02
Et voici la bande annonce de l'adaptation cinématographique de Gagner la guerre!!  :thumbsup:
Bon, c'est pas vrai mais l'univers y ressemble!  ;D
http://www.youtube.com/assassinscreedfr#p/a (http://www.youtube.com/assassinscreedfr#p/a)


Titre: Re : Gagner la guerre
Posté par: Ohtar Celebrin le 29Octobre, 2009, 00:37:15
Oui ça colle vraiment pas mal…

(J’attendais beaucoup du premier opus et ai été très déçu par le manque de jouabilité.)


Titre: Re : Gagner la guerre
Posté par: Xaramis le 29Octobre, 2009, 00:46:47
A en croire les notes sur imdb (http://www.imdb.com/title/tt0932936/) (une moyenne de 8,7/10 pour plus de 2000 votes à ce jour), le premier opus a su trouver un public enthousiaste.


Titre: Re : Gagner la guerre
Posté par: Ohtar Celebrin le 29Octobre, 2009, 10:55:30
Le jeu est très beau et le principe m’avait beaucoup intéressé mais la prise en main du jeu (au niveau des touches combinaisons etc.) m’a semblé inutilement complexe.
De plus j’ai regretté le manque de liberté offert par ce jeu.
D’une part on joue forcément tous le même personnage (comme dans beaucoup de jeu je vous l’accorde) mais en plus, il s’agit de retracer des évènements vécu par son ancêtre… cela implique de faire au maximum les mêmes actions que lui pour rester le plus en phase et que la machine fonctionne correctement.
Du coup je n’ai pas poussé beaucoup plus loin dans ce jeu.

(Désolé d’avoir fait dévier du sujet « Gagner la Guerre », si certain veulent poursuivre sur Assassin's Creed il faudrait transférer ces postes.)


Titre: Re : Gagner la guerre
Posté par: Xaramis le 25Décembre, 2009, 20:12:21
Une longue et plutôt enthousiaste critique de Gagner la guerre dans le blog L'étrange bibliothèque de Calenwen (http://nevertwhere.blogspot.com/2009/11/gagner-la-guerre-jean-philippe-jaworski.html).


Titre: Re : Gagner la guerre
Posté par: Hikaki le 04Février, 2010, 13:14:27
Si vous voulez voter pour un obscur auteur polonais, c'est ici que cela se passe ! http://www.presences-d-esprits.com/prix-merlin/listes.php


Titre: Re : Gagner la guerre
Posté par: Kynan le 04Février, 2010, 13:33:10
Ca y est, je le relis.

Toujours la même délectation...  >:D


Titre: Re : Re : Gagner la guerre
Posté par: Cuchulain le 04Février, 2010, 20:20:17
Si vous voulez voter pour un obscur auteur polonais, c'est ici que cela se passe ! http://www.presences-d-esprits.com/prix-merlin/listes.php

A voté !  :icon-salut:

Pour le roman Naheulbeuk bien sur...  :mrgreen:  Non aie pitié pas le rouleau à patisserie +3 ! :orcpoursuite:

Bon sérieusement j'ai voté pour Gagner la Guerre, on est un fan ou on ne l'est pas...  ;)


Titre: Re : Gagner la guerre
Posté par: Ohtar Celebrin le 04Février, 2010, 20:51:34
A voté aussi:

Votre choix de roman:
Gagner la guerre, Jaworski Jean-Philippe,

Par contre une petite infidélité :-[ pour la nouvelle, celle de Maïa Mazaurette est franchement extra ! ;D

Votre choix de nouvelle:
Sacre, Mazaurette Maïa, Rois et capitaines,


Il faudra vraiment que je lise un de ses livres.



Titre: Re : Gagner la guerre
Posté par: Hikaki le 04Février, 2010, 21:25:22
Heu... On pouvait voter pour trois romans et trois nouvelles, en fait.  :mrgreen:


Titre: Re : Gagner la guerre
Posté par: Ohtar Celebrin le 04Février, 2010, 21:46:20
TROIS ?? ??

Mais tu n’y pense pas !!!

Choisir UN roman et UNE nouvelle, c’est déjà assez difficile alors en choisir TROIS… misère…^^ :'(

O.C. indécis de nature…

Non soyons franc, pour le roman il n’y avait vraiment pas à hésiter… pour la nouvelle par contre c’est une autre histoire (^^) et j’ai préféré ne mettre que le coup de cœur du recueil plutôt que de mettre trois ans pour me décider. :D


Titre: Re : Gagner la guerre
Posté par: cavaillon le 04Février, 2010, 23:09:56
Avant des élections politiques, je me fais un devoir de lire tous les programmes, même ceux des partis pour lesquels je ne voterai sans doute jamais.

Avant les élections des concours de la cour (de synopsis, de scénarios, ou le défunt concours de nouvelles), je lis aussi toutes les propositions...

Heu... Vous avez lu tous les romans et toutes les nouvelles présents sur ce site ?     :P


Titre: Re : Re : Gagner la guerre
Posté par: Usher le 05Février, 2010, 09:49:38

Heu... Vous avez lu tous les romans et toutes les nouvelles présents sur ce site ?     :P


Finassier, va !  ;D

Dans les nouvelles, je me répète, mais je recommande le recueil de Jérôme Noirez, Le diapason des mots et des misères : un pot pourri de petits chefs d'œuvre de drôlerie et de délires morbides. Il faut quand même avoir un fond psychopathologique pour apprécier, hein… (Noirez aime les histoires troubles.)

Dans les romans, outre Le Déchronologue qu'on ne présente plus, j'invite aussi les esprits curieux à se pencher sur Chien du Heaume, de Justine Niogret. C'est un premier roman court, un peu atypique, où le récit a moins d'importance que l'atmosphère. C'est brutal et poétique. Une grande plume en train de décanter, à mon avis.


Titre: Re : Re : Gagner la guerre
Posté par: Hikaki le 05Février, 2010, 16:17:15
Avant des élections politiques, je me fais un devoir de lire tous les programmes, même ceux des partis pour lesquels je ne voterai sans doute jamais.

Pas moi ! "Chasse, pêche et cueillette des champignons", je le lis plutôt après les élections.  :mrgreen:


Titre: Re : Gagner la guerre
Posté par: Hikaki le 15Mars, 2010, 16:59:25
Bon, encore un vote auquel Cavaillon ne pourra pas participer  :mrgreen: :
Le prix Biblioblog 2010 (http://www.biblioblog.fr/post/2010/02/28/Prix-Biblioblog-2010-Selections)
Pour tous les lecteurs sans scrupules, n'hésitez pas !


Titre: Re : Re : Gagner la guerre
Posté par: Cuchulain le 15Mars, 2010, 17:18:17
Bon, encore un vote auquel Cavaillon ne pourra pas participer  :mrgreen: :
Le prix Biblioblog 2010 (http://www.biblioblog.fr/post/2010/02/28/Prix-Biblioblog-2010-Selections)
Pour tous les lecteurs sans scrupules, n'hésitez pas !

A voté !  :icon-salut:
En plus il y a une chance de gagner 50 € en bouquins.  >:D


Titre: Re : Gagner la guerre
Posté par: Hikaki le 17Avril, 2010, 09:43:00
Ah, voici un prix des plus réjouissants : le prix Merlin, celui qui récompense les auteurs/maisons d'éditions ayant le plus de fans prêts à cliquer pour eux ! Alors, à vos mulots !  :mrgreen:
http://www.presences-d-esprits.com/prix-merlin/listes.php


Titre: Re : Re : Gagner la guerre
Posté par: Cuchulain le 17Avril, 2010, 13:32:02
Ah, voici un prix des plus réjouissants : le prix Merlin, celui qui récompense les auteurs/maisons d'éditions ayant le plus de fans prêts à cliquer pour eux ! Alors, à vos mulots !  :mrgreen:
http://www.presences-d-esprits.com/prix-merlin/listes.php

Que ne ferait-on pas pour son idole ?  ;) A voté !  :cool:


Titre: Re : Gagner la guerre
Posté par: Cuchulain le 17Avril, 2010, 13:46:25
Ah au fait : j'ai offert à mon grand frère gagner la guerre (il avait adoré Janua Vera, qu'il avait acheté après me l'avoir taxé !) voici son commentaire :

"Ce week-end j'ai enfin lu (ou plutôt dévoré) ce bouquin, que j'ai trouvé absolument génial ! J'ai a-do-ré. Des personnages hauts en couleurs, une mélange très réussi entre intrigue et action, de l'humour (noir), le tout dans un univers sympathique qui m'évoque décidément Warhammer (en plus littéraire et même en plus cohérent, serais-je tenté de dire). Dans le genre "ça ressemble à notre monde tout en étant différent" (Ciudalia est un mélange de Venise et de Gênes mais différent, les Ressiniens font assez turques, etc), c'est une franche réussite. Et c'est quelqu'un qui n'aime pas forcément ce concept (chez Guy Gavriel Kay par exemple) qui vous le dit. Idem pour les aspects "magiques" : on est loin des fireballs lancées par des hobbits paladins-ninjas montés en graine : les pratiquants sont très rares et les manifestations magiques mystérieuses et flippantes.
Le tout n'est pas encore du niveau "RR" (JRRT ou GRRM, veux-je dire, en attendant mes romans de FRRB), mais c'est vraiment la catégorie juste en dessous. Difficile de trouver des trucs aussi bon, en fait... C'est à lire absolument !

Autant dire que j'attends avec impatience les prochains romans de JPJ (à ne pas confondre avec PJ)... Même si en même temps je le hais (comme pour Janua Vera), parce que c'est précisément le genre de truc que j'aimerais écrire... :-/
"

Quand on sait qu'il est de la branche dure du Jyhad rouge Tolkiennien dire que c'est juste en dessous de Tolkien c'est un des plus beaux compliments qu'il puisse faire.  ;)


Titre: Re : Gagner la guerre
Posté par: Hikaki le 03Mai, 2010, 18:38:01
Pour tous ceux qui trouvent le roman un peu cher, il est désormais disponible en format numérique (http://www.numilog.com/catalogue.asp?chaine_rech=60937&radio_rech=Auteur&id_theme=&id_collec=&pageprev=1&libelle_theme=Les+livres+de+Jean-Philippe%26nbsp%3BJaworski)  (mais il faut aimer lire sur écran !).


Titre: Re : Gagner la guerre
Posté par: Rom1 le 03Mai, 2010, 19:30:45
J'attend la version poche pour ma part.


Titre: Re : Gagner la guerre
Posté par: Macbesse le 03Mai, 2010, 21:06:31
Fais comme moi : fais le toi prêter.

(C'était le post inutile du jour).


Titre: Re : Gagner la guerre
Posté par: Hikaki le 03Mai, 2010, 22:45:15
On le trouve aussi dans pas mal de bibliothèques municipales, d'ailleurs.


Titre: Re : Gagner la guerre
Posté par: Marcellus Lesendar le 04Mai, 2010, 08:17:06
C'est la fierté de moi ça :) Une seule des médiathèques de notre réseau de 5 médiathèques a Gagner la guerre et Janua vera. Seul regret, ils sortent peu malgré la jolie place qui leur est donnée... Faudrait qu'les collègues le lisent pour l'conseiller :p
Mais bon... C'est de la SF pour une bonne partie et de l'héroïque fantasy pour l'autre partie... Rares sont ceux sans préjugés^^


Titre: Re : Gagner la guerre
Posté par: Macbesse le 05Mai, 2010, 17:32:35
Pas facile d'expliquer c'est aussi de la littérature, je ne le sais que trop bien. Un jour, je recouvrirai les couvertures de mes bouquins de SF et d'Heroic Fantasy et je les prêterais à ceux qui ont des préjugés.  >:D


Titre: Re : Gagner la guerre
Posté par: Pan Paniscus le 05Mai, 2010, 17:50:40
C'est un cercle vicieux, pour que la SF et la fantasy deviennent de la littérature à part entière en France, il faut éditer des auteurs français de talent tel qu'Usher. Pour éditer largement des auteurs de talent, il faudrait que la SF et la Fantasy soient admis comme des genres littéraires.

Je crois néanmoins que petit à petit l'idée fait son chemin.


Titre: Re : Gagner la guerre
Posté par: Puck le 10Mai, 2010, 12:26:36
Je ne sais pas si ce sujet a déja été abordé dans ce thread (ou un autre), mais aurais tu, S'il te plait, Usher, un bon ouvrage de référence argot-français/ français argot ?
La discussion entre "professionnels" chez le Maître Tisserand a piqué ma curiosité et j'aimerais en savoir plus.

Amicalement

puck


Titre: Re : Re : Gagner la guerre
Posté par: Xaramis le 10Mai, 2010, 15:10:48
un bon ouvrage de référence argot-français/ français argot ?
A toutes fins utiles, je te signale cette page-là sur l'argot, dans l'ABC de la langue française (http://www.languefrancaise.net/Argot/Argot), qui oriente, entre autres, vers une bibliographie (commentée) assez conséquente sur le sujet.


Titre: Re : Re : Re : Gagner la guerre
Posté par: Puck le 10Mai, 2010, 15:59:39
un bon ouvrage de référence argot-français/ français argot ?
A toutes fins utiles, je te signale cette page-là sur l'argot, dans l'ABC de la langue française (http://www.languefrancaise.net/Argot/Argot), qui oriente, entre autres, vers une bibliographie (commentée) assez conséquente sur le sujet.

merci!  :D


Titre: Re : Gagner la guerre
Posté par: J. Singh le 10Mai, 2010, 19:54:43
bonsoir à tous
continuons la mobilisation pour "gagner la guerre" -PRIX MERLIN; il y a un second tour....


Titre: Re : Re : Gagner la guerre
Posté par: Usher le 11Mai, 2010, 08:01:19
Je ne sais pas si ce sujet a déja été abordé dans ce thread (ou un autre), mais aurais tu, S'il te plait, Usher, un bon ouvrage de référence argot-français/ français argot ?
La discussion entre "professionnels" chez le Maître Tisserand a piqué ma curiosité et j'aimerais en savoir plus.


A l'époque, j'avais établi mon glossaire français-argot à partir d'un dictionnaire argot-français Larousse (Jean Riverain et François Caradec, 1989).

Le Dictionnaire de l'Argot d'Albert Doillon, qui vient de sortir en collection Bouquins chez Robert Laffont, me tente pas mal, mais je n'ai pas vérifié s'il comprenait un lexique français-argot. En revanche, il paraît que la bibliographie est étique.


Titre: Re : Re : Re : Gagner la guerre
Posté par: Puck le 18Mai, 2010, 17:27:37
Je ne sais pas si ce sujet a déja été abordé dans ce thread (ou un autre), mais aurais tu, S'il te plait, Usher, un bon ouvrage de référence argot-français/ français argot ?
La discussion entre "professionnels" chez le Maître Tisserand a piqué ma curiosité et j'aimerais en savoir plus.


A l'époque, j'avais établi mon glossaire français-argot à partir d'un dictionnaire argot-français Larousse (Jean Riverain et François Caradec, 1989).

Le Dictionnaire de l'Argot d'Albert Doillon, qui vient de sortir en collection Bouquins chez Robert Laffont, me tente pas mal, mais je n'ai pas vérifié s'il comprenait un lexique français-argot. En revanche, il paraît que la bibliographie est étique.

Je viens d'acheter celui de DOILLON, lequel ne semble pas offrir de traduction français-argot.


Titre: Re : Gagner la guerre
Posté par: Inigo Montoya le 01Juin, 2010, 15:11:42
Dans une interview récente parue sur le site Belisam'Art, les Moutons Electriques annoncent que Gagner la guerre est leur meilleure vente!! ;D :thumbsup:
http://belisamart.fr/blog/index.php?option=com_k2&view=item&id=57:interview-des-editions-moutons-electriques&Itemid=28 (http://belisamart.fr/blog/index.php?option=com_k2&view=item&id=57:interview-des-editions-moutons-electriques&Itemid=28)


Titre: Re : Gagner la guerre
Posté par: Hikaki le 01Juin, 2010, 16:06:21
Pour en savoir plus sur l'auteur, trois jours en direct avec lui : http://www.actusf.com/forum/viewforum.php?f=59


Titre: Re : Gagner la guerre
Posté par: soleyfir le 01Juin, 2010, 23:14:47
Bonjour à tous.
Je viens de finir "Gagner la guerre" (précédé de peu par "Janua Vera") et j'ai réellement adoré ces deux bouquins. Je ne vais pas m'étendre sur une critique plus longue car, d'après ce que j'ai pu survoler ici, ce que je pensais a déjà été dit et mieux que je ne pourrais le faire.  J'ai particulièrement apprécié la présence et les réponses de l'auteur en tout cas: une telle disponibilité est réellement admirable et mérite d'être notée!

Cependant, je n 'ai pas lu tout le sujet, mais j'ai l'impression que peu de gens se sont amusés à faire des spéculations sur les non-dits. Pourtant il y'a matière, entre ce que nous cache Benvenuto, le mystérieux voyage de Sassanos ou les allusions faites à droite à gauche par l'auteur sur les mystères de Bourg-Preux.  Personnellement tout ça a piqué ma curiosité et j'ai bien envie d'en savoir plus.
J'espère que tout ça ne va pas être de la redite et si ça a été débattu ailleurs, je serais bien curieux de le lire.

En tout cas, j'aimerais bien lancer ici quelques pistes de réflexion, même si je pense pas apprendre quoi que soit aux lecteurs de ce forum, dans le but de chercher à démêler tous ces fils.
Alors pour commencer: le voyage de Sassanos.
Ce que l'on sait: 
- Il poursuivait un autre but que la mission du Podestat.
- Il y'a commis des actes horribles dont il aurait tiré au moins deux bénéfices (d'après un message de Usher).
- Il a mentit dans son compte rendu à Benvenuto.
- D'après un message de l'auteur sur le lien du post précédent, un des deux ouromands a survécut et est très remonté par ce à quoi il a assisté.
- Ce qu'il a fait a (ou aura) des répercussions énormes.  Au point d'être un évènement qui marquera les générations à venir.
- Il a été physiquement changé par ce qu'il a vécu: ses yeux sont devenus comme celui de Melanchter et il a visiblement puisé sur ses forces vitales. Mais il est aussi devenu plus puissant a priori, en tout cas c'est ce que sous entend la Lusinga lors du sauvetage de Benvenuto.
- Il se fait passer pour un Nécrophore auprès de Belisario et en porte une la tenue caractéristique. Tenue qui est décrite par Benvenuto comme étant particulièrement élimée et abimée.
- Il sera un jour rattrapé par les conséquences de ses actes.

  Bref, a priori Sassanos s'est livré à un rituel impie durant son séjour. Un rituel qui aurait affecté son aspect physique, soit à cause de sa nature, soit à cause de sa puissance. Il dit à un moment que toute utilisation de la magie réduit proportionnellement la durée de vie, la puissance du rituel aurait pu ainsi causer ce vieillissement. De plus on sait par le passage à Bourg-Preux et le récit d'Annoeth que la couleur argenté et le vieillissement peuvent avoir pour conséquence le contact (ou alors l'interférence avec la magie) d'un Nécropohore.
Or, dans la nouvelle "Le Confident" de Janua Vera, le narrateur raconte son passage par un caveau situé "quelques part dans les Landes Grises" et contenant les restes d'un archonte et d'un grand nécrophore. Ce dernier, dont il ne reste que des ossements, était un grand mage et a été inhumé avec sa robe. 
 Tout ça me mène à penser que notre bon vieux Sassanos était en fait partie à la recherche de ce caveau, ou d'un autre équivalent, où il aurait réalisé un rituel nécromantique particulier sur une, voire plusieurs, de ces dépouilles vénérables.  Pour la nature exacte du rituel, je ne pourrais pas dire, mais notre brave Sassanos semble être plus préoccupé de sa propre personne que d'autre chose, donc je suppose qu'on peut s'attendre à ce qu'il ait cherché à s'approprier le pouvoir de ces anciens mages. Peut être via un artifice similaire à celui qu'il a incorporé dans les fausses dents de Benvenuto.
Maintenant, si tout cela suffit à expliquer ce que Sassanos a pu en tirer, ça ne justife pas pour autant les prévisions catastrophiques faites à côté.
 A mon avis, ce qu'a fait Sassanos là bas va causer une crise future du côté du culte du Desséché. Déjà, je doute qu'ils apprécient le pillage de leur lieux saints, mais en plus ça m'étonnerait que l'action se soit faite en douceur. Cependant ce point me pose quand même problème: il a été explicité que les Ouromands avait une certaine peur des prêtres du Desséché, je doute qu'ils aient accepté de suivre Sassanos dans une expédition contre l'un de leur lieu de culte. Il y'a quelque chose d'autre qui a du avoir lieu à ce niveau là. Peut être que Sassanos les a abusé en les compromettant dans une affaire qui irait à l'encontre de leur croyance ou que le rituel impliquait leur sacrifice.
Au final, ça ne m'étonnerait pas que les actions de Sassanos déclenchent une nouvelle guerre à l'image de celle contre le Roi Idiot: un réveil militaire du culte du Desséché, une armée de nécromants, un retour des morts des vieux nécrophores, une nouvelle bataille de la Listrelle, ... Ou encore, dans le cas où le rituel est plus subtil que ça, Quelque chose de suffisamment important pour impliquer toutes les nations du continent et de marquer les générations à venir.   

Bon, je suis probablement en train de raconter des conneries ou d'enfoncer des portes ouvertes mais dans un cas comme dans l'autre je serais curieux de connaitre les avis des autres lecteurs, même si c'est pour me ridiculiser  :mrgreen:.



Titre: Re : Gagner la guerre
Posté par: Pan Paniscus le 02Juin, 2010, 17:05:54
[Spoiler possible]

Je tiens à signaler que l'un des deux Oromands a été en contact de la Vielle Déesse. A mon avis, ce n'est pas pour rien si Usher le rappel avec le passage de la statue. A l'époque, j'avais imaginé que ce barbare avait été sacrifié par Sassanos parcequ'il avait une valeur non négligeable pour le desséché du fait de son contact avec la Vielle déesse.

Maintenant, il reste possible que ce soit ce barbare qui ait survécu. Il serait alors la némésis de Sassanos, mais je crois me souvenir que c'est lui qui n'est pas revenu


Titre: Re : Gagner la guerre
Posté par: soleyfir le 02Juin, 2010, 17:38:20
En effet, je n'ai pas pensé à ça mais ça donne à Cecht une valeur particulière en tant que sacrifice.  Les circonstances restent cependant intrigantes, ça m'étonnerait que Sassanos ait tranquillement buté l'un tandis que l'autre regardait. Ou qu'il ait laissé pour mort un des deux.


Titre: Re : Gagner la guerre
Posté par: Usher le 02Juin, 2010, 18:42:10
Sur la qualité des interprétations, je me garderai bien d'émettre le moindre avis.  :mrgreen:
En revanche, j'admire le caractère méthodique du relevé des indices. (Il y en a encore un ou deux autres, bien qu'il me semble que Soleyfir évoque peut-être implicitement l'un de ceux auxquels je pense.)

Par contre, tous ces relevés ne concernent qu'un seul des deux actes horribles accomplis par Sassanos.
L'autre abomination qu'il commet est d'ailleurs assez perceptible dans le roman, et ne concerne pas son voyage mystérieux dans les Landes Grises.



Titre: Re : Gagner la guerre
Posté par: soleyfir le 02Juin, 2010, 21:00:34
Waouh, une réponse d'Usher à mon post, j'en attendais pas tant!  :mrgreen:

Sinon il y'a un autre truc qui m'a fait tiquer dans la lecture du roman, mais peut être est-ce du à un détail que j'ai raté. Dans le chapitre 11, Benvenuto parle de tous ceux qui pourraient s'attaquer à lui si l'existence de son manuscrit était révélée. Il cite Melanchter, la moitié des familles Ciudaliennes, le Sublime Souverain, la duchesse de Bromaelle (ça on sait qui c'est) et ... des lettrés venimeux de la grande bibliothèque d'Elyssa. A qui fait il référence dans ces derniers? Un désignation voilée du Psammétrique et/ou de Sassanos, ou est ce que ça va plus loin que ça?



Titre: Re : Gagner la guerre
Posté par: pangloss le 10Juin, 2010, 12:12:53
Bonjour la cour d'Obéron, barbons, nobles dames et fiers âmes,  je suis entrain de lire la Troisième Hypostase du recueil Magiciennes et Sorciers.
 A la suite  de Soleyfir qui a fait des remarques très intéressantes sur le personnage de Sassanos, je m'interroge sur le personnage de  Lusinga.  En premier lieu sur le nom de cette magicienne, serais- ce une allusion à la famille des Lusignans - de part la sonorité du nom- et la présence en son sein de Mélusine, la fée ?


Titre: Re : Gagner la guerre
Posté par: Pan Paniscus le 10Juin, 2010, 19:46:57
Et bien si tu corrèles ça avec l'histoire de lame de tarots dont parle Usher plus haut, cela ne fait aucun doute. L'étoile dans certaines versions est nommée Mélusine.

Bien joué Pangloss !

C'est tout de même sévèrement capillo-tracté. Usher, je confirme le diagnostic de ton éditeur et d'Hikaki.


Titre: Re : Gagner la guerre
Posté par: pangloss le 11Juin, 2010, 13:57:25
Merci Pan Paniscus !
 Je n'ai pas trouvé sur ce forum ou ailleurs de réactions de lecteurs à la nouvelle Troisième Hypostase ; où est-ce que je retrouverai le même plaisir de lire des commentaires et analyses, identiques à ce post, sur l'histoire vibrante d'émotion de Lusinga ?


Titre: Re : Gagner la guerre
Posté par: Pan Paniscus le 11Juin, 2010, 16:37:41
Je dois dire que je n'ai pas encore lu ce recueil de nouvelles.


Titre: Re : Gagner la guerre
Posté par: pangloss le 13Juin, 2010, 11:04:04
Je viens de finir La Troisième Hypostase dont le titre ne me paraissait pas explicite - et qui, comme il se doit dans toute nouvelle réussie, prend tout son sens avec sa conclusion.
 Dès le départ, j'ai aimé l'idée de mettre pied à terre au comptoir de Llewynedd (pitié comme cela se prononce ? ), car cela m'a replongé instantanément dans la conversation de taverne entre Welf et Benvenuto - et j'ai eu la sensation d'entendre le  récit par la bouche du marin.
Et comme dans le recueil Janua vera, on sent agréablement l'influence, le paysage qui a inspiré le tableau général, ici les Hâvres Gris et ses nefs elfiques ; et puis on découvre le destin du personnage de Lusinga : un conte, une légende digne des Hâvres gris- et au bout du compte..., on comprend pourquoi les enchanteresses peuvent être aussi effrayées qu'effrayantes.     


Titre: Re : Re : Gagner la guerre
Posté par: Usher le 13Juin, 2010, 14:17:19

 Dès le départ, j'ai aimé l'idée de mettre pied à terre au comptoir de Llewynedd (pitié comme cela se prononce ? )
    

A la galloise - par hommage à Tolkien, pour qui la découverte du gallois fut le point de départ, dans son enfance, de sa passion pour les langues rares…  ;D

Ce qui donne, pour nos palais français, un mot à la fois doux et très compliqué :

(L)êouène(th)

Le ell (Ll) gallois est un l fricatif, qui ne correspond à rien en français, et se rapproche du l de "clean" en anglais ; le èdd (dd) gallois ressemble au son "th" dans this ou bathroom. Et pour le fun, il faut savoir que le y, en gallois, peut avoir trois prononciations (eu, è ou i) en fonction de sa place dans le mot. (Ici, c'est è parce qu'il est en position centrale.)

Si nous n'avions pas été romanisés, nous aurions sans doute parlé une langue avec ce type de prononciation ; car le gallois est une langue brittonique, c'est-à-dire descendue en droite ligne du gaulois ; tout comme le français est une langue romane descendue en droite ligne du latin.


Titre: Re : Gagner la guerre
Posté par: pangloss le 14Juin, 2010, 08:17:32
Si je peux me permettre, alors ça ressemble à la prononciation du prénom gwyneth, le (g) en moins ; en tous cas merci  ;)
Et ce nom signifie quelque chose ?
 
Sinon, j'ai quand même entamé la lecture des autres nouvelles de l'anthologie ;D.
Sire Cédric offre d'après la préface une lecture post-moderne de Conan- ce qui n'est pas très vrai, car il reprend un peu trop de stéréotypes et un guerrier bi-classé sorcier ça n'existe pas chez Howard, ou alors qu'on me le signale ? J'ai bien aimé quand même.

Fabien Clavel est dans la thématique  que je lui connaissais à travers les romans de Nephilm : la mémoire d'une vie un peu plus longue que la normale.  Sympathique nouvelle.

Je t'approuve Usher sur le potentiel de Justine Niogret. Elle a une vraie force dans son écriture. Je regrette toutefois que son texte ne soit pas plus long pour que l'on ait le temps d'y entrer complètement.



Titre: Re : Re : Gagner la guerre
Posté par: Usher le 14Juin, 2010, 11:58:40
Si je peux me permettre, alors ça ressemble à la prononciation du prénom gwyneth, le (g) en moins ; en tous cas merci  ;)
Et ce nom signifie quelque chose ?

Llewynedd est un mot valise formé par l'addition du théonyme Llew et du toponyme Gwynedd.

LLew (ou Lleu) est la forme galloise de l'irlandais Lug, du gaulois Lugos. C'est le nom du dieu Lug, le dieu "polytechnicien" du panthéon celtique qui maîtrise tous les arts (y compris celui de la guerre, d'ailleurs). On n'est pas certain que la racine de ce nom ait une signification - à moins qu'elle n'en ait plusieurs : serment, corbeau, lynx, lumineux…

Gwynedd était le nom médiéval d'un petit royaume du nord du pays de Galles, appelé Vénédotie dans la littérature médiévale (Venedotia en latin). Son étymologie est la même que celle des Vénètes, tribu gauloise du sud de l'Armorique pendant la Guerre des Gaules, ou que celle des Vénètes, nation celto-ligure au nord-est de l'Italie qui a donné son nom à la Vénétie et à Venise. La racine "Uenet", en celtique, signifie "amicaux, marchands" (et "apparentés", bien que je n'aie pas gardé cette nuance).

Llew(gw)ynedd est donc un mot valise, qui désigne l'île "lumineuse-sacrée des artisans-marchands amicaux".


Je t'approuve Usher sur le potentiel de Justine Niogret. Elle a une vraie force dans son écriture. Je regrette toutefois que son texte ne soit pas plus long pour que l'on ait le temps d'y entrer complètement.


Alors il faudra attendre son prochain roman. A ce qu'elle m'a dit, Brehyr en sera l'un des personnages principaux.
(Et puisqu'on parle onomastique, les noms de ses personnages aussi ont un sens…)


Titre: Re : Gagner la guerre
Posté par: killerklown le 14Juin, 2010, 17:12:03
J'ai écouté la conférence de l'obscur auteur polonais au festival l’Ecrit de la fée à Dijon, disponible sur le net sous http://www.actusf.com/spip/article-7871.html .
Pas trop de spoilers, mais certainement très intéressant pour les capilotracteurs en herbe .  :mrgreen:


Titre: Re : Gagner la guerre
Posté par: Usher le 14Juin, 2010, 17:59:32
A un moment, il y a des hurlements de zombies qui ne parvenaient pas à entrer dans l'amphi.

Si, si. J'ai fait comme si c'étaient des GNistes pour garder mon public, mais ils bavaient contre la porte vitrée qu'ils étaient en train de griffer.


Titre: Re : Gagner la guerre
Posté par: Ohtar Celebrin le 14Juin, 2010, 22:36:08

Je suis bien content d’avoir pu entendre cette conférence. (merci killerklown  pour le lien.)  Et mort aux zombis !!!
Notamment en ce qui concerne les deux niveaux de langage de Benvenuto.
Ce point me posait question et ton explication remet bien les choses en place.

Par contre je trouve absolument scandaleux, sadique et [j’en perds mes mots] de nous brandir ainsi des cartes sous le nez sans nous permettre d’en profiter :(.





Titre: Re : Gagner la guerre
Posté par: pangloss le 15Juin, 2010, 14:56:38
intéressante conférence, ainsi entendre les références littéraires qui ont guidé l'écriture de Gagner la Guerre. ;D
 Gracq et son imaginaire, par exemple.
Merci Usher, on cerne mieux le Podestat. 

Mais Benvenuto ?  Peut-être par souci d'identification, il m'a fait penser à Lorenzaccio- un type finalement qui renonce à la redemption  car certain qu'il n'y a pas droit, que ce n'est pas son destin.


Titre: Re : Gagner la guerre
Posté par: Usher le 16Juin, 2010, 16:23:35
L'influence de Lorenzaccio est indéniable, l'idéalisme politique en moins.  ;D
On peut ajouter celle de certains personnages shakespeariens, comme Iago ou Richard III, pour la jubilation méchante.


Titre: Re : Gagner la guerre
Posté par: pangloss le 17Juin, 2010, 08:20:35
L'idéalisme en moins chez Benvenuto,... ??? parce que  tu n'as pas voulu en faire un héros romantique ? C'est à dire un héros pris entre l'affrontement de l'individu et l'Histoire ( Politique ). Pourtant, Benvenuto joue sa part dans l'Histoire- j'attends même le moment où il va décider d'en tirer un peu plus les ficelles, et ne pas être seulement la marionnette- et là, aussi, ça devrait être jubilatoire. :D


Titre: Re : Gagner la guerre
Posté par: Usher le 17Juin, 2010, 09:03:31
Certains personnages secondaires du roman sont romantiques (c'est le cas des trois elfes) ou potentiellement romantiques (Belisario), mais pas Benvenuto.

A mes yeux, il y a une différence majeure entre Benvenuto et Lorenzaccio. Lorenzaccio est un criminel politique. Benvenuto est un criminel de droit commun, payé par un commanditaire politique.

Lorenzo est un infiltré : à l'origine, il est mû par un idéal politique (devenir le nouveau Brutus qui sauvera la République), et c'est pour préparer son crime politique qu'il sombre dans le vice. Même si le masque finit par lui coller à la peau et qu'il ne peut plus s'en passer, même si le pragmatisme le rattrape et l'amène à réaliser que son crime sera inutile, que le sacrifice de sa vertu est un acte vain, c'est bel et bien au nom du jeune homme pur qu'il a été qu'il assassine Alexandre. Rien de tout cela chez Benvenuto. Il est tombé dans le vice parce qu'il a suivi une mauvaise pente, et c'est tout. Sa révolte adolescente l'a amené à la petite délinquance, et la petite délinquance l'a amené au crime. Certes, il finit par entrer dans le jeu politique, mais, à la différence de Lorenzo, il n'a aucun engagement idéologique.

C'était là un aspect essentiel de mon projet : camper un criminel romanesque qui n'ait rien de romantique. Tout comme les raisons qui en ont fait un criminel sont mauvaises, les raisons qui peuvent lui attacher le lecteur sont tout aussi mauvaises. Pas d'excuse, pas de prétexte. De la complaisance toute crue pour le mal dans sa forme la plus vulgaire, le crime de droit commun. Pourquoi choisir cet angle ? Parce que j'étais las de lire, dans de la littérature de genre, des romans ou des cycles où le héros négatif (Elric, la Compagnie Noire, Fitz, Ulrich von Bek…) finit toujours par avoir de bonnes raisons pour faire ce qu'il fait… Pirouettes hypocrites. Du coup, j'ai voulu mettre en scène un criminel sans rédemption, sans circonstances atténuantes, mais humain malgré tout. D'où l'équivoque séduction du larron.


Titre: Re : Gagner la guerre
Posté par: Rom1 le 17Juin, 2010, 09:29:24
(une démarche qui rappelle un peu The Shield au final, non ?)


Titre: Re : Gagner la guerre
Posté par: Usher le 17Juin, 2010, 10:20:28
Oui, c'est très vrai.

Shakespeare aussi m'a influencé. Dans l'acte V scène 3 de Richard III, il y a un monologue prononcé par Richard à la veille de sa mort que je trouve éblouissant. Pour rappel, pendant les quatre actes qui précèdent, Shakespeare fait de Richard un criminel sans scrupule qui, pour toucher au trône, assassine frère, neveux, alliés… Puis, au cours de la dernière nuit de son existence, hanté par les spectres de ses victimes, il s'interroge :

Citation
What, do I fear myself? there's none else by:
Richard loves Richard; that is, I am I.
Is there a murderer here? No;--yes, I am:
Then fly. What, from myself? Great reason why,--
Lest I revenge. What,--myself upon myself!
Alack, I love myself. Wherefore? for any good
That I myself have done unto myself?
O, no! alas, I rather hate myself
For hateful deeds committed by myself!
I am a villain: yet I lie, I am not.
Fool, of thyself speak well:--fool, do not flatter.
My conscience hath a thousand several tongues,
And every tongue brings in a several tale,
And every tale condemns me for a villain.
Perjury, perjury, in the high'st degree;
Murder, stern murder, in the dir'st degree;
All several sins, all us'd in each degree,
Throng to the bar, crying all "Guilty! guilty!"
I shall despair. There is no creature loves me;
And if I die no soul will pity me:
And wherefore should they,--since that I myself
Find in myself no pity to myself?

Le déchirement entre l'égoïsme et la conscience me semble terriblement vrai, dans ces lignes, et atteste l'humanité du criminel le plus abject.

Il faut aussi lire (ou relire) Un roi sans divertissement de Giono ; et surtout lire entre les lignes, par exemple la phrase du procureur : "Méfiez-vous de la vérité (…), elle est vraie pour tout le monde." C'est même la raison pour laquelle, souvent, on va chercher de bonnes raisons ou une rédemption aux criminels de fiction : il s'agit de se méfier de la vérité.


Titre: Re : Gagner la guerre
Posté par: pangloss le 18Juin, 2010, 10:58:19
"De la complaisance toute crue pour le mal dans sa forme la plus vulgaire, le crime de droit commun" :
 ok alors Benvenuto est ce tueur en série M.V. d'un Roi sans divertissement , il a franchi ce monde sauvage et aventureux où le Mal exerce une telle fascination, et nous on est comme Langlois le capitaine de gendarmerie à sa poursuite à admirer les flaques de sang que ton assassin laisse sur son passage--. Le pire est qu'en tant que lecteur,  je n'ai même pas été, choqué...juste sans doute comme ceux de Giono, en attente d'une justification morale- qui ne viendra pas- fichtrement Machiavelique   :cool:


Titre: Re : Gagner la guerre
Posté par: Usher le 18Juin, 2010, 23:17:37
M. V. tue pour se divertir, Benvenuto tue d'abord pour l'argent. Puis pour sauver sa peau. C'est beaucoup plus trivial !  ;D


Titre: Re : Gagner la guerre
Posté par: Macbesse le 21Juin, 2010, 23:52:59
Deux passages me reviennent en tête quand je pense à Gagner la Guerre :
- les trois oeuvres, passage que j'ai déjà commenté plus haut
- Sassanos écrivant sur la poitrine de la Lusinga après sa mort : alors là, il viole son âme. C'est le premier nécromant crédible et terrifiant que je croise. Elric et son épée mangeuse d'âme peuvent aller se rhabiller.


Titre: Re : Gagner la guerre
Posté par: pangloss le 09Juillet, 2010, 16:29:40
Usher, quelle  sera ta prochaine production littéraire? ancré dans le vieux royaume ou non...


Titre: Re : Gagner la guerre
Posté par: Usher le 09Juillet, 2010, 23:43:32
D'une part, je traite des commandes de nouvelles. Certaines pourront avoir le Vieux Royaume pour cadre.

D'autre part, le roman sur lequel je travaille en ce moment est complètement distinct du Vieux Royaume. Pour reprendre une terminologie récente, c'est une transfiction, à cheval entre fantasy et roman (proto)historique.


Titre: Re : Re : Gagner la guerre
Posté par: Cuchulain le 09Juillet, 2010, 23:58:01
D'une part, je traite des commandes de nouvelles. Certaines pourront avoir le Vieux Royaume pour cadre.

D'autre part, le roman sur lequel je travaille en ce moment est complètement distinct du Vieux Royaume. Pour reprendre une terminologie récente, c'est une transfiction, à cheval entre fantasy et roman (proto)historique.

Au risque de passer une fois de plus pour un lèche bottes : ça m'intéresse grandement. Quelle période ?  :)


Titre: Re : Gagner la guerre
Posté par: Usher le 10Juillet, 2010, 09:01:59
La fin du VIIe siècle avant notre ère.


Titre: Re : Gagner la guerre
Posté par: Xaramis le 11Juillet, 2010, 18:08:03
Une critique de Gagner la guerre (http://hu-mu.blogspot.com/2010/06/jean-philippe-jaworski-gagner-la-guerre.html) sur le blog des corbeaux, Hugin & Munin, et pas mal de commentaires de lecteurs et des auteurs du blog en réaction à la critique.


Titre: Re : Gagner la guerre
Posté par: Usher le 11Juillet, 2010, 18:51:42
Je l'avais lue, et je l'avais trouvée objectivement intéressante. Dans la partie critique, j'étais d'accord avec certaines remarques - et en désaccord avec d'autres. (Sur le jeu de rôle, en tant que joueuse de ma table, Hikaki était en désaccord complet ! Mais elle vous le dira mieux que moi !  :mrgreen: )


Titre: Re : Gagner la guerre
Posté par: Rom1 le 11Juillet, 2010, 21:39:28
Je leur trouve souvent le bec dur, aux 2 corbeaux.


Titre: Re : Re : Gagner la guerre
Posté par: Hikaki le 11Juillet, 2010, 22:33:10
(Sur le jeu de rôle, en tant que joueuse de ma table, Hikaki était en désaccord complet ! Mais elle vous le dira mieux que moi !  :mrgreen: )

Parfaitement !

"sans faire oublier les reliquats de nombreuses parties de jeu de rôle où l'on imagine Jaworski en maître de jeu soliloquant devant des joueurs médusés et intimidés. "

Vous m'imaginez vraiment en joueuse médusée et intimidée ?!  :o  :lol: (Et encore, de nos joueurs, je dois être la plus modérée, étant l'épouse du MJ.  ;))


Titre: Re : Re : Gagner la guerre
Posté par: Cuchulain le 12Juillet, 2010, 19:27:40
Une critique de Gagner la guerre (http://hu-mu.blogspot.com/2010/06/jean-philippe-jaworski-gagner-la-guerre.html) sur le blog des corbeaux, Hugin & Munin, et pas mal de commentaires de lecteurs et des auteurs du blog en réaction à la critique.

Le moins qu'on puisse dire c'est que le débat est passionné. Ca ne laisse personne indifférent au moins. Comme je le disais dans mon appréciation du bouquin : j'ai moins aimé le passage avec les elfes qui faisait trop penser à la fantasy "classique"... C'est sur ce point que je peux rejoindre la critique, pour le reste je ne m'y retrouve pas.

(et j'ai du mal à imaginer Hikaki en joueuse intimidée et médusée. D'ailleurs : rare sont les joueurs médusés et intimidés que j'ai rencontrés, à part peut être des petits nouveaux mais ils prennent vite de mauvaises habitudes ! Si vous en connaissez : présentez les moi, ça me fera des vacances comparés à mes habitués)


Titre: Re : Re : Re : Gagner la guerre
Posté par: Macbesse le 14Juillet, 2010, 16:59:51
"sans faire oublier les reliquats de nombreuses parties de jeu de rôle où l'on imagine Jaworski en maître de jeu soliloquant devant des joueurs médusés et intimidés. "

Peut-être une association d'idées due à des connaissances ultraviolettes sur l'auteur ?
J'aurais plus tendance à lire ces descriptions comme des moments de contemplation partagée.

En revanche, pour l'abus de prolepse, je ne peux qu'être à 200% d'accord ! S'il y a bien une chose qui m'a agacé, c'est le désamorçage systématique des effets. J'en avais d'ailleurs parlé dans ma critique et, si je me rappelle bien, Usher avait formulé une réponse du genre "je sais bien mais j'adore ça".

Venons en à ce qui m'a le plus intéressé dans la critique, à savoir l'argument de l'habillage de ce qui pourrait être un roman historique par les oripeaux de la fantasy. Je crois qu'il peut réellement faire débat.

L'histoire contée là pourrait en effet être celle d'une cité italienne passant de la commune populaire à la commune aristocratique. Je précise rapidement les quatre métamorphoses du pouvoir, grosso modo du XIIe au XVe : Curie de l'évêque = conseil de laïcs de bonne famille réuni autour de l'évêque - Curie + podestat invité d'une autre ville pour régler les conflits entre les factions - Curie + capitaine du peuple faisant contrepoids aux vieilles familles, mais la charge est subvertie et permet au contraire la prise de pouvoir par une seule famille, comme les Médicis à Florence. Ciudalia peut donc être considérée comme une forme de synthèse de plusieurs cités italiennes du Bas Moyen-Age (Florence et Gênes ?), avec de légères altérations des institutions.
De même, mais sans être au coeur de l'intrigue, les Ressiniens ont une étonnante proximité avec les Barbaresques (les Turcs).

Par conséquent, Gagner la guerre ne joue pas sur la possibilité d'explorer un monde radicalement différent qu'offre la fantasy.

J'approuve.

Sauf que...

Je trouve que la fantasy a d'autres fonction dans le roman. Par exemple, de l'épisode de Bourg Preux émane une nostalgie certaine, l'impression d'un changement radical de temporalité (et aussi celui d'être roulé dans la farine, mais c'est un autre problème). Les elfes ne sont donc pas qu'un accessoire : il ne s'agit pas, par exemple, d'une nation elfe qui pourrait être remplacée par une nation humaine.
D'autre part, il en sourd une menace, d'autant plus inquiétante qu'elle n'est jamais explicitée et voire tout simplement pas racontée. La plupart des actions de Sassanos sont occultées.

Je plaiderais donc pour une présence en creux (une présence de l'absence  :mrgreen:) de la fantasy dans le roman. Je ne la vois pas comme un habillage, mais plutôt comme le moyen d'un basculement vers l'entre-deux, entre le familier et l'étranger.


Titre: Re : Re : Re : Re : Gagner la guerre
Posté par: Usher le 14Juillet, 2010, 18:28:11
Quelques éléments de réponse.


En revanche, pour l'abus de prolepse, je ne peux qu'être à 200% d'accord ! S'il y a bien une chose qui m'a agacé, c'est le désamorçage systématique des effets. J'en avais d'ailleurs parlé dans ma critique et, si je me rappelle bien, Usher avait formulé une réponse du genre "je sais bien mais j'adore ça".


C'est une impression très légitime. En y répondant, je n'ai pas pour but d'entrer dans un débat, juste de préciser mes intentions.

D'abord, ma réponse du genre "je sais bien mais j'adore ça" (  ;) ) ne portait pas sur toutes les prolepses (préparations/anticipations, pour les gens qui ont le jargon en horreur), mais uniquement sur les épigraphes. Certes, ces citations ont souvent (pas toujours) une dimension proleptique, mais elles demeurent malgré tout distinctes du texte.

J'ai eu recours à un deuxième type de prolepses, quant à elles intégrées au récit. Dans ma démarche, elles sont dictées par le point de vue narratif : le récit de Benvenuto mélange conventions littéraires et oralité, et les prolepses sont alors représentatives du caractère oral du témoignage. Je ne les aurais pas employées dans un récit à la 3e personne, rapporté par un point de vue externe. En outre, le choix du narrateur est en lui-même une énorme prolepse : si Benvenuto raconte son histoire, c'est qu'il s'en est tiré vivant. Cela a d'ailleurs été noté (et même reproché) sur un ou deux blogs. En tout cas, en ce qui concerne ces prolepses, elles n'ont pas été dictées par mes goûts, mais par la stratégie énonciative.

Quoiqu'il en soit, il est certain que cela peut nuire au suspense. Je ne le nie pas.

[Edit : Le choix de la voix narrative me pose d'ailleurs en ce moment un vrai problème. Quand je reviendrai au Vieux Royaume dans un nouveau roman, Benvenuto fera partie de son personnel. Mais je sais déjà que Benvenuto, à un moment assez précis de mon arc narratif, rencontrera son destin. Dès lors, il y a un moment où je serai forcé de basculer sur une autre voix narrative ; et il est certain que Benvenuto ne pourra raconter les derniers événements de son existence. Il passera à un moment de la 1ère à la 3ème personne, et ce qui me questionne, c'est de savoir quand j'opérerai ce changement, loin en amont du final, ou juste avant… Il ne s'agit pas que d'une question de personne grammaticale, mais aussi d'un choix crucial sur le plan des perspectives et du style.]

Venons en à ce qui m'a le plus intéressé dans la critique, à savoir l'argument de l'habillage de ce qui pourrait être un roman historique par les oripeaux de la fantasy. Je crois qu'il peut réellement faire débat.

En effet.
Dans mon projet, c'est exactement l'inverse que j'ai opéré : l'habillage d'un roman fantasy par des oripeaux historiques.

Je plaiderais donc pour une présence en creux (une présence de l'absence  :mrgreen:) de la fantasy dans le roman. Je ne la vois pas comme un habillage, mais plutôt comme le moyen d'un basculement vers l'entre-deux, entre le familier et l'étranger.

Je ne reviendrai pas sur ton argumentation : j'y souscris complètement. (Même sur le foutage de gueule, dans un sens ; même si j'ai la décence de glisser mon "à suivre" implicite aux deux tiers du roman, et non avec une fin interrompue brutalement sur la promesse d'un développement dans le 2ème tome…  :mrgreen: )

Je suis tout à fait d'accord avec ton idée de présence en creux de la fantasy. C'est une stratégie narrative de la suggestion plutôt que de l'élucidation. C'est chez moi une influence nette du premier livre du Seigneur des Anneaux, où le merveilleux et la surnature sont traités de façon plus fantastique que fantasy, dans un univers proche de nos sources et très terre-à-terre - la Comté. Faire miroiter, faire deviner, inquiéter par un jeu d'ombres et de récits lacunaires : des leçons que j'ai essayé d'appliquer à ma manière.



Titre: Re : Gagner la guerre
Posté par: Ohtar Celebrin le 14Juillet, 2010, 23:32:27
Pour moi, si on a lu « le confident » le fait que le récit soit écrit à la première personne n’implique pas du tout que le narrateur s’en soit sorti.

Non ?


Titre: Re : Gagner la guerre
Posté par: Usher le 14Juillet, 2010, 23:58:41
Tout à fait.

Et en plus, compte tenu des mauvaises fréquentations de Benvenuto (Sassanos, La fée des dents, par exemple…), allez savoir dans quel état il serait capable d'écrire…  :mrgreen:

Mais quand même. La plupart du temps, un narrateur est vivant quand il énonce son propos.


Titre: Re : Gagner la guerre
Posté par: Pan Paniscus le 15Juillet, 2010, 12:46:17
Citation
Edit : Le choix de la voix narrative me pose d'ailleurs en ce moment un vrai problème. Quand je reviendrai au Vieux Royaume dans un nouveau roman, Benvenuto fera partie de son personnel. Mais je sais déjà que Benvenuto, à un moment assez précis de mon arc narratif, rencontrera son destin. Dès lors, il y a un moment où je serai forcé de basculer sur une autre voix narrative ; et il est certain que Benvenuto ne pourra raconter les derniers événements de son existence.

Ça aussi c'est une prolepse et une grosse. M'enfin l'on pouvait s'en douter. De toute manière tout l'intérêt avec Benvenuto, c'est le "comment".


Titre: Re : Gagner la guerre
Posté par: Glorfindel le 15Juillet, 2010, 18:17:28
Ben ce serait une prolepse si c'était écrit dans le corps de l'oeuvre. Là, je crois que le nom précis de cette figure de style est "spoiler". :mrgreen:


Titre: Re : Gagner la guerre
Posté par: Léo le 16Juillet, 2010, 14:27:08
Je viens de relire Gagner la Guerre,  et cette seconde lecture, un an après, a été au moins aussi jubilatoire que la première.
Du coup, je ne résiste pas à l'envie de revenir sur quelques points déjà débattus ici :


- Qu'est-ce qu'a fait Sassanos, que lui est-il arrivé, ou qu'est-il devenu? Quel prix a-t-il payé?
Quelques pages en arrière, Soleyfir a bien résumé le cas du sorcier ressinien, Usher nous apprenant toutefois qu'il a négligé un ou deux indices.
 
Dans la fin du roman, les termes pour décrire le sorcier m'avaient déjà frappés : spectre, monstre, silhouette ténébreuse, et, plus que tout, "ombre". Il semble désormais se confondre dans les ombres, s'il n'est pas ombre lui-même.

Laissons la parole à une professionnelle : Lusinga elle-même le qualifie de "monstre", et est même plus explicite encore : "L'être avec qui vous traitez n'est plus un homme!". Bien sûr elle essaye alors d'influencer, de charmer ce brave Benvenuto, et on peut penser qu'elle charge la barque de Sassanos.... Mais une centaine de pages auparavant, elle se "demande même s'il est encore vivant".

Un détail qui ne m'avait pas (ou pas autant) frappé à ma première lecture, c'est combien le sorcier semble être devenu allergique à la lumière du soleil : il se cloître dans sa litière, n'en sortant qu'à la nuit tombée pour s'entretenir avec Benvenuto, et une fois parvenus au palais Ducatore, ce dernier remarque que  le véhicule avait été dételé et déposé dans le fond de la grange, dans le coin le plus obscur, où la lumière ne chassait pas les ombres." Et une fois dans ses appartements il ne le laisse entrouvrir qu'une seule fenêtre, au fond de la pièce. Bien sûr, il prétend que c'est pour protéger ses yeux convalescents, mais est-ce bien la vérité, toute la vérité ? On est bien tenté d'y voir une excuse commode, un numéro à sa façon, tout comme son ordination.

Bref, Sassanos serait-il devenu une sorte de saleté de liche/vampire, ou quelque chose du genre (en un peu plus subtil, on fait confiance à l'auteur ;)) que ça ne m'étonnerait pas trop. Surtout quand on sait qu’il pousse des "feulements affamés" pour se jeter sur ses victimes...
En fait, c'est l'impression diffuse que j'avais déjà eu en première lecture mais relire le roman n'a fait qu'accentuer ce sentiment. Et ça me ramène aussi directement à la discussion en cours :

Citation de: Macbesse
Je plaiderais donc pour une présence en creux (une présence de l'absence   ) de la fantasy dans le roman. Je ne la vois pas comme un habillage, mais plutôt comme le moyen d'un basculement vers l'entre-deux, entre le familier et l'étranger.
Citation de: Usher
Je suis tout à fait d'accord avec ton idée de présence en creux de la fantasy. C'est une stratégie narrative de la suggestion plutôt que de l'élucidation. C'est chez moi une influence nette du premier livre du Seigneur des Anneaux, où le merveilleux et la surnature sont traités de façon plus fantastique que fantasy, dans un univers proche de nos sources et très terre-à-terre - la Comté. Faire miroiter, faire deviner, inquiéter par un jeu d'ombres et de récits lacunaires : des leçons que j'ai essayé d'appliquer à ma manière.

Le sorcier semble encore assez "normal" dans la première partie du roman : un type aux capacités déroutantes et effroyables, pour sûr, mais, par exemple, Benvenuto arrive le maîtriser, par surprise certes mais assez facilement, et s'il avait voulu il aurait pu lui faire un sort.
Pas sûr qu'il se risque à ce petit tour avec un être "encore plus grand et plus décharné que d'ordinaire, [qui] se voûtait pour dissimuler ce gigantisme difforme."   :confused1:




- Pour ce qui est du deuxième point :

Citation de: Usher
Quant à Bourg-Preux… Eh bien, quitte à me montrer déceptif, je ne déflorerai pas le texte en dévoilant mes intentions, mais c'est le chapitre où j'ai le plus travaillé (parfois, une journée entière sur un ou deux paragraphes) pour y glisser quelque chose que j'ai voulu délibérément invisible. Dans un sens, c'est une très grosse ficelle… Et je craignais beaucoup que les lecteurs la découvrent ; auquel cas, je crois d'ailleurs que je passerais pour un fat indécrottable ! :mrgreen: Mais jusqu'à présent, je pense avoir réussi mon coup, et j'en suis vraiment heureux. (Et fier comme un gamin qui a fait une blague idiote !   :P) Quoiqu'il en soit, il y a bien quelque chose de caché dans ce chapitre (et dans le suivant aussi, d'ailleurs). D'une certaine manière, tu tournes autour quand tu parles de la présence de la vacance plus que de l'enchantement, et de l'impuissance de l'harmonie à changer l'homme. Mais c'est dit de façon élevée et élogieuse, alors que le procédé que j'ai mobilisé pour le suggérer est un vrai tour de bonneteau…

Je n’ai pas résolu les mystères de Bourg-Preux ni percé les tours de bonneteau d'Usher. Mais quelques détails ont attiré mon attention :

Annoncé par l'épigraphe, François Villon plane sur ce chapitre. Dans le langage rimé des elfes et l’emploi de termes et de thèmes rappelant le Moyen-Age, voire très villonesques : "Mathelineux!", JobelinGonthier ? et bien sûr dans l'évocation des communes médiévales à travers la description de Bourg-Preux qui suffit à dépayser Bergolino, dépaysement consommé dans la rencontre avec la Compagnie folle, qui joue bien là son rôle de subversion, d'inversion des valeurs (il arrive dans un monde où tout est différent, l’architecture, le vêtement, le langage, etc).
Dans ce carnaval, Benvenuto/Bergolino/Bouche-Cousue se fait découdre la lèvre par un barbier (libération de la parole?), et, ce faisant, doit improviser une histoire (un "conte") de peur de briser sa couverture. Ce passage me fait furieusement penser à Villon, blessé aux lèvres après une rixe et qui se fait soigner chez un barbier sous un pseudonyme, vers le début de sa carrière… et de sa vie d’exils et de fuites.
En somme, un bien beau patronage pour un autre mauvais garçon fugitif qui décide alors de se lancer dans les lettres ;) (et le fait est qu’à la fin du chapitre il finit par écrire quelque chose, même si ce n’est qu’un avertissement).

La rencontre de Benvenuto avec la poésie est touchante. Voici comment il décrit sa découverte des deux elfes, et la synesthésie qu’elle lui inspire : "dans ce tableau équivoque, la musique faisait régner une étrange harmonie, et j'y vis presque un sujet que Le Macropuomo aurait pu fixer sur sa toile. Derechef, j'éprouvai une sensation troublante de consolation, comme si la beauté de la mélodie me lavait des fatigues et des horreurs de la route". La référence au Macropuomo associée à une impression de consolation est troublante... Et c'est en se cloîtrant pour échapper à ses démons que Bouche-Cousue va sauter le pas, concevoir son projet littéraire, ressasser le passé jusqu’à se rappeler un souvenir d'enfance, enfoui et cruel... En choisissant alors d'investir ses dons artistiques dans l'écriture et non dans la peinture, peut-on dire qu'il connaît dans ce chapitre, en exil, au contact des deux Elfes, une forme de rédemption, surmontant ainsi son dépit pour avoir abandonné la carrière de peintre et sa rancœur contre Le Macropuomo?



Pour conclure,

Citation de: Pan Paniscus
Ça aussi c'est une prolepse et une grosse. M'enfin l'on pouvait s'en douter. De toute manière tout l'intérêt avec Benvenuto, c'est le "comment".
Citation de: Glorfindel
Ben ce serait une prolepse si c'était écrit dans le corps de l'oeuvre. Là, je crois que le nom précis de cette figure de style est "spoiler". :mrgreen:

On lance les paris? J'ai noté que Benvenuto a rendez-vous avec Melanchter pour un duel "dans trois mois". Melanchter a l'air d'un client sérieux... Mais est-ce qu'il sera de taille face à un assassin-vampire au service d'un vampire-liche?   :orcsort:


Titre: Re : Re : Gagner la guerre
Posté par: Usher le 16Juillet, 2010, 15:52:02
Une relecture ! Bigre ! Je suis flatté !

Et tout un boisseau d'observations très fines. Certaines qui dépassent même mes intentions ; si l'épisode de Bourg-Preux est effectivement placé sous le double patronage de François Villon et du carnaval, je n'avais pas été jusqu'à établir une relation entre les deux blessures à la bouche. C'est vraiment une coïncidence. Mais ça fonctionne bien !  :thumbsup:



On lance les paris? J'ai noté que Benvenuto a rendez-vous avec Melanchter pour un duel "dans trois mois". Melanchter a l'air d'un client sérieux... Mais est-ce qu'il sera de taille face à un assassin-vampire au service d'un vampire-liche?   :orcsort:

Merci, Léo !
Tu viens de trouver l'accroche marketing idéale pour la publication du futur roman qui reprendra le Vieux Royaume !  :mrgreen:


Titre: Re : Gagner la guerre
Posté par: Yodram le 20Juillet, 2010, 14:53:16
Janua Vera recommandé en lecture estivale (ce qui n'a rien de péjoratif ) sur rue 89 (http://www.rue89.com/2010/07/19/et-toi-riverain-quest-ce-que-tu-lis-pour-les-vacances-158475).
l'édition "papier" (n°2 de juillet) y consacre aussi une courte critique.
Je me suis simplement permis sur le site de préciser qu'un roman avait suivi depuis...  ;D


Titre: Re : Gagner la guerre
Posté par: Doumba le 23Décembre, 2010, 04:31:17
Un quart de page élogieux sur "Gagner la guerre" dans le n° 224 du mois de décembre 2010 de Canard PC


Titre: Re : Gagner la guerre
Posté par: Hikaki le 23Décembre, 2010, 10:24:56
Ça va attirer plein de geeks !  :o  :mrgreen:


Titre: Re : Gagner la guerre
Posté par: Rom1 le 23Décembre, 2010, 15:56:01
J'ai cru comprendre que la version poche sortait en février.


Titre: Re : Gagner la guerre
Posté par: Doumba le 23Décembre, 2010, 21:51:50
Ça va attirer plein de geeks !  :o  :mrgreen:

Croyez-le ou pas il y a des pages "culture" dans Canard PC. Dans le même numéro un article sur Philippe Muray, dont l'auteur profite du spectacle de Luchini pour en parler mais qui aurait pu le faire bien avant.

Canard PC c'est un magazine avec de la cervelle dedans ;)


Titre: Re : Gagner la guerre
Posté par: Loris le 09Février, 2011, 17:46:09
Je finis "Le Rivage des Syrtes". Pourquoi je pense à Gagner La Guerre en le lisant ???

Loris


Titre: Re : Gagner la guerre
Posté par: Hikaki le 09Février, 2011, 18:12:43
Parce que l'auteur en a parlé ?


Titre: Re : Gagner la guerre
Posté par: Usher le 09Février, 2011, 20:11:00
Je ne cache nullement mon admiration pour Gracq, et le fait qu'il ait pu m'influencer.

Il y a des schémas identiques dans les deux bouquins, en particulier les conflits Orsenna/Farghestan et Ciudalia/Ressine, le poids de l'aristocratie dans une vieille république, le déclin inéluctable d'un régime,  le fantôme des grandes cités italiennes…

Tout cela, je l'avais plus ou moins à l'esprit en écrivant Gagner la guerre. En revanche, je n'ai appris qu'après coup un autre rapprochement possible. Quand Gracq a commencé à penser au Rivage des Syrtes, sa première idée a été celle d'une grande bataille navale entre les flottes d'Orsenna et du Farghestan. Pour finir, il a décidé de traiter la guerre de façon elliptique. Dans les deux romans, il y a donc un trou noir autour duquel gravite toute l'action : une bataille navale qui a lieu avant l'action dans Gagner la guerre, et après l'action dans Le Rivage des Syrtes. Mais là, la symétrie était vraiment involontaire de ma part.


Titre: Re : Gagner la guerre
Posté par: Xaramis le 09Février, 2011, 22:22:02
Encore un peu de célébrité et PPDA te piquera deux ou trois chapitres pour un de ses prochains livres. ;)


Titre: Re : Re : Gagner la guerre
Posté par: Loris le 10Février, 2011, 10:59:09
Je ne cache nullement mon admiration pour Gracq, et le fait qu'il ait pu m'influencer.

Il y a des schémas identiques dans les deux bouquins, en particulier les conflits Orsenna/Farghestan et Ciudalia/Ressine, le poids de l'aristocratie dans une vieille république, le déclin inéluctable d'un régime,  le fantôme des grandes cités italiennes…
Y'a plein plein d'éléments plus directs, de personnages, de style d'écriture (vu le respect que j'ai pour Gracq, c'est à prendre comme un gros compliment sucré), etc. Bravo.
Les trois bouquins les mieux écrits que j'ai lus récemment sont Le Rivage des Syrtes, Les Jardins Statuaires et Gagner La Guerre.

Citation
Tout cela, je l'avais plus ou moins à l'esprit en écrivant Gagner la guerre. En revanche, je n'ai appris qu'après coup un autre rapprochement possible. Quand Gracq a commencé à penser au Rivage des Syrtes, sa première idée a été celle d'une grande bataille navale entre les flottes d'Orsenna et du Farghestan. Pour finir, il a décidé de traiter la guerre de façon elliptique. Dans les deux romans, il y a donc un trou noir autour duquel gravite toute l'action : une bataille navale qui a lieu avant l'action dans Gagner la guerre, et après l'action dans Le Rivage des Syrtes. Mais là, la symétrie était vraiment involontaire de ma part.
Ah, en effet, en effet. C'est très amusant. Gracq fait un roman sur l'attente, de plus en plus angoissant et tu as écrit un roman sur les conséquences, de plus en plus lointaines. L'un décrit le vol du caillou vers la mare d'eau calme, l'autre les vaguelettes qui se forment dans l'eau, mais aucun sur l'entrée du caillou dans l'eau ;)
Finalement,  Le Rivage des Syrtes pourrait être la préquelle de Gagner la guerre, hihihi :)

Très bons bouquins. Merci encore de l'avoir écrit.
Loris


Titre: Re : Gagner la guerre
Posté par: tecamak le 23Février, 2011, 15:10:42
bonjour,
je viens d'arriver sur le forum (qui m'as l'air très intéressant d'ailleurs) et je voulais tout de suite remercier jean philippe Jaworski pour son superbe roman ! En effet, cela faisait longtemps que je n'avais pas lu un ouvrage de cette qualité ! Tant au niveau de l'histoire que de la langue, c'est superbe ! J'avais déjà beaucoup aimé Juana Vera, mais celui ci est encore mieux ! Les 680 pages se dévorent avec plaisir et j'en redemande ! En effet, je reste sur ma faim ! Que va devenir Benvenuto ? et Clarrisima et le Ducatore ???
Bref, cela m'as donné envie d'acheter "Te Deum" et de m'inscrire sur ce forum !
Longue vie au Vieux Royaume !
Moi aussi, je serais intéressé par un "setting" sur ce monde en Jdr : j'adore surtout la magie qui est décrite de façon (enfin !) réaliste et contraignante (en effet, dans les JdR classique, on n'évoque jamais assez le rituel et ce que cela peut couter au magicien...ou à ses "ingrédients" !). De même, la bonne idée des liens tissés entre le jeteur de sort et sa victime...
Juste un petit point négatif, la période où Benvenuto est à Bourg Preux me semble un peu casser le rythme et la description des elfes a un petit côté agaçant (ils sont trop parfaits, ils savent tout, sont de bons combattants, etc...). Mais j'ai bien aimé la façon dont s'exprime le grand prévot des étourdis (beau travail d'écriture encore une fois !)
Bref, j'espère , Mr Jaworski, que vous pourrez encore écrire d'autres beaux livres comme celui-ci !
encore merci !


Titre: Re : Gagner la guerre
Posté par: Glorfindel le 23Février, 2011, 16:16:35
Bienvenue tecamak. Par contre tu devrais vite aller te présenter sur le fil "petits nouveaux et grands anciens" comme le veut la coutume, parce qu'ici ça grouille de mousquetaires à cheval sur l'étiquette, de guerriers ulates sanguinaires, de rouleaux à pâtisserie+5 et d'uruks sodomites.  :mrgreen:


Titre: Re : Gagner la guerre
Posté par: tecamak le 23Février, 2011, 16:29:50
les uruks ne sont ils pas tous sodomites ? :lol:


Titre: Re : Re : Gagner la guerre
Posté par: killerklown le 23Février, 2011, 17:04:53
Déception: mon bouquiniste n'avait pas "le rivage des Syrtes" en stock  :'(


Titre: Re : Re : Re : Gagner la guerre
Posté par: Loris le 28Février, 2011, 16:48:05
Déception: mon bouquiniste n'avait pas "le rivage des Syrtes" en stock  :'(

Ça se trouve rarement chez les bouquinistes... Corti, c'est du livre un peu luxueux, que les gens ont souvent tendance à garder.

Loris


Titre: Re : Re : Re : Re : Gagner la guerre
Posté par: Usher le 01Mars, 2011, 09:29:10
Déception: mon bouquiniste n'avait pas "le rivage des Syrtes" en stock  :'(

Ça se trouve rarement chez les bouquinistes... Corti, c'est du livre un peu luxueux, que les gens ont souvent tendance à garder.

Loris

Et si on achète un exemplaire neuf, il faut s'armer d'un coupe-papier pour pouvoir le lire.
Gracq, ça se mérite !  ;D


Titre: Re : Gagner la guerre
Posté par: Xaramis le 26Mars, 2011, 01:32:35
Une critique de Gagner la guerre par Cédric Ferrand, dans le blog des corbeaux, Hugin & Munin (http://hu-mu.blogspot.com/2011/03/gagner-la-guerre.html).


Titre: Re : Gagner la guerre
Posté par: Ohtar Celebrin le 26Mars, 2011, 10:56:30
Par contre je suis déçu par la couverture du Folio SF... je trouve que le personnage est de trop... il y a un truc qui ne colle pas et du coup cela n'est pas franchement accrocheur. :'(


Titre: Re : Gagner la guerre
Posté par: Glorfindel le 26Mars, 2011, 14:13:11
Je remarque que la présence d'elfes et de nains est le reproche le plus récurrent qu'on fait à Gagner la guerre. C'est compréhensible, ces races de fantasy classique sont souvent un bon indicateur de romans de piètre qualité. En inclure dans un bouquin revient presque à se tirer une balle dans le pied : soit on suit le chemin tracé par Tolkien et c'est sans intérêt, soit on essaie de faire original et c'est pas forcément mieux. Je ne m'étend pas sur les auteurs qui mettent des elfes dans leurs bouquins et tentent courageusement de les cacher en les rebaptisant sidhes, lios alfar ou autre chose.

Par contre, ces critiques répétées sur les elfes usheresques (pas si mal exploités et mieux traités que d'autres) me gonflent un peu. ça fleure bon son snobisme pavlovien, façon : "Des éléments de fantasy classique ? Fi donc ! Je ne mange pas de ce pain-là !"


Titre: Re : Gagner la guerre
Posté par: Hikaki le 26Mars, 2011, 17:17:57
Entièrement d'accord avec toi. Vais même finir par me demander s'il n'y aurait pas des relents de xénophobie devant tant d'aversion pour les personnages aux oreilles pointues ou de petite taille.


Titre: Re : Gagner la guerre
Posté par: Glorfindel le 26Mars, 2011, 17:55:05
J'ai l'impression que le phénomène est général : les personnages issus du merveilleux sont souvent critiqués en littérature, comme s'ils constituaient un sujet vil ou bas, indigne d'un véritable auteur. Tolkien dénonçait les érudits anglais estimant que l'auteur du Beowulf avait gâché son talent en narrant une histoire d'ogres et de dragons. Mais en France, on a eu les mêmes : les médiévistes de la génération de Gaston Paris n'avaient pas de mots assez durs pour fustiger les chansons de geste tardives, qui introduisaient des personnages merveilleux, fées, géants ou nains. On dirait que c'est une façon de penser qui a la vie dure.


Titre: Re : Gagner la guerre
Posté par: Cuchulain le 26Mars, 2011, 21:25:50
Bon, j'ai assez "passé de pommade" ou "servi la soupe" à Usher pour qu'on ne puisse pas m'accuser de faire le jeu des critiques...  :mrgreen:

Donc, je partage assez l'avis du corback sur les elfes et les nains. Le problème est le suivant, on a souvent été abreuvé de mauvais romans (ou films) tiré d'ADD ou reprenant du Tolkien sans le talent avec des elfes qui tirent à l'arc et des nains porteur de haches bougons. GLG exhale un parfum "délicieusement Te Deumesque"* si vous me passez l'expression (tellement que j'envisage de faire jouer les scénarios du vieux royaume en introduisant une dose de fantasy dans les règles de TD  ;)) et la lecture du roman c'est un peu comme un bon gâteau juste sorti du fournil d'une boulangerie, un peu étouffe chrétien si on en prend trop à la fois mais tellement bon comparé à quelque chose d'industriel bourré de saloperies chimiques...

La partie avec les elfes et les nains détonne vraiment au milieu du roman qui jusque là évitait les poncifs de la fantasy et c'est celle qui m'a le moins plu. On s'attendait presque à retrouver un mago balançant des missiles magiques. Je suis le premier à aimer les elfes et les nains (sinon j'en aurais pas mis dans Ynn Pryddein) mais un peu mystérieux et différents... Ce passage c'est un peu comme une fausse note au milieu de la symphonie pour moi.

Voilà c'est mon opinion et je la partage.


* Et c'est d'ailleurs pour ça que j'ai bien aimé la nouvelle d'Usher dans Rois et Capitaines mais je n'y ait pas retrouvé ce parfum de renaissance qu'on trouve dans GLG ou cette originalité qui m'avait enchanté dans JV.


Titre: Re : Gagner la guerre
Posté par: Glorfindel le 26Mars, 2011, 22:11:21
Personnellement, je trouve que le traitement que fait Usher des elfes est plutôt habile. En particulier, le rôle d'Annoeth dans le conte de Suzelle est remarquable. J'accueillerais favorablement d'autres récits, mettant un protagoniste différent au contact de la troublante étrangeté elfique. Aedan, peut-être ? Mais il faut dire que je suis un des lecteurs, apparemment rares, à n'avoir pas aimé Benvenuto. Pour les mêmes raisons, du reste, que je n'ai pas aimé le capitaine Alatriste : des raisons purement subjectives, qui n'ont rien de critères esthétiques ou littéraires, mais je crois que peu de lecteurs peuvent faire l'économie de la subjectivité. En tout cas s'il y en a, je n'en fais pas partie.


Titre: Re : Gagner la guerre
Posté par: Ohtar Celebrin le 26Mars, 2011, 22:22:34
Bon deux choses (oui j'aime bien commencer par dire « deux choses » ça fait style mon propos est super pensé et organisé^^)

La première est pour m'insurger contre les acronyme et abréviations en tout genre... bon ok il m'arrive de parler du SDA de JRRT mais bon faut pas en abuser non plus, c'est archi moche GLG de JPJ...

La seconde plus constructive je l'espère est de défendre bec et ongle la présence des elfes et des nains dans la fantasy.
On critique la présence de races non-humaine, on n'aime pas quand il y a de la magie, on réprouve quand il y a des peuple qui ressemble aux ottomans et aux vikings, on se lasse des noms de contrées étranges, c'est limite si on ne se lamente pas de la présence de héros...
Tout cela parce que ce sont les classiques de la fantasy et que ça fait « Tolkien » sans le génie et/ou la nouveauté qui lui ont permis de se faire reconnaître.

Pour moi le seul problème est d'utilisé tout ou partie de ces ingrédients de façon harmonieuse et Jean-Philippe s'en sort très bien.


EDIT : Je me suis fait doublé par Glorfindel !! le Conte de Suzelle est ma nouvelle préférée dans Janua Vera mais contrairement à toi, même si je n'aime pas Benvenuto, j'ai beaucoup de plaisir à lire ses aventures !


Titre: Re : Re : Gagner la guerre
Posté par: Cuchulain le 26Mars, 2011, 22:30:37
Personnellement, je trouve que le traitement que fait Usher des elfes est plutôt habile. En particulier, le rôle d'Annoeth dans le conte de Suzelle est remarquable. J'accueillerais favorablement d'autres récits, mettant un protagoniste différent au contact de la troublante étrangeté elfique. Aedan, peut-être ? Mais il faut dire que je suis un des lecteurs, apparemment rares, à n'avoir pas aimé Benvenuto. Pour les mêmes raisons, du reste, que je n'ai pas aimé le capitaine Alatriste : des raisons purement subjectives, qui n'ont rien de critères esthétiques ou littéraires, mais je crois que peu de lecteurs peuvent faire l'économie de la subjectivité. En tout cas s'il y en a, je n'en fais pas partie.

Oui dans le conte de Suzelle l'elfe est traité de manière originale, j'ai plus pensé à un être fée qu'à un elfe façon Legolas avec les oreilles pointues, habillé en vert et surfant sur un bouclier...  ;)

Cuchu qui a bien aimé Capitaine Alatriste et Benvenuto.  ;)


Titre: Re : Gagner la guerre
Posté par: Glorfindel le 26Mars, 2011, 22:52:22
Citation
EDIT : Je me suis fait doublé par Glorfindel !! le Conte de Suzelle est ma nouvelle préférée dans Janua Vera mais contrairement à toi, même si je n'aime pas Benvenuto, j'ai beaucoup de plaisir à lire ses aventures !

Je précise quand même que, tout en n'aimant pas Benvenuto, j'ai beaucoup aimé "Mauvaise donne" et Gagner la guerre. J'en suis le premier surpris, parce qu'on y trouve tout ce qu'en théorie, je n'aime pas dans les histoires de fantasy : un assassin, des complots dans un monde d'aristos pourris, beaucoup de noirceur, et un monde de fantasy gratuite, qui ne repose sur rien. Malgré ça, je me suis laissé entraîner. L'histoire est prenante, haletante, on n'arrive pas à la lacher, et le vil truc de la narration à la première personne embarque le lecteur malgré lui.

En même temps Benvenuto est un personnage détestable, mais fascinant au sens premier du terme : repoussant et attirant. En le lisant, je me surprens à me demander comment, à sa place, j'aurais pu me sortir de manière morale des pétrins où il se fourre. ça pose un tas de question sur la responsabilité, le libre arbitre et le déterministe. Benvenuto a sans doute posé des choix qui ont fait de lui l'ordure qu'il est, mais au début du récit, ces choix sont derrière lui : quand il assassinne Bucefale Mastiggia, il n'a plus vraiment de marge de manoeuvre, il ne saurait être question pour lui de suspendre son bras, sinon comment se sortir des pattes du Logocrate ? De même quand il mystifie le clan Mastiggia avec une hypocrisie monstrueuse : c'est ignoble, mais à ce moment là, c'est ça ou être lui-même éliminé. On se surprend donc à être solidaire des actes du personnage, parce qu'au moment où il les commet, il s'est déjà privé de la possibilité d'agir autrement.


Titre: Re : Gagner la guerre
Posté par: tecamak le 27Mars, 2011, 00:17:49
moi, je vais préciser mon avis pour que les choses soient claires : ce n'est pas que je n'ai pas aimé les elfes dans GLG (désolé pour l'abréviation mais c'est plus rapide à écrire !), mais il y a 2-3 détails qui m'ont un peu enervé : ils sont super fort, super intelligent, etc...
et comme cuchulain, je trouve que ça fait une petite fausse note dans l'univers du vieux royaume. Peut être que je n'ai pas compris l'intention de l'auteur...mais, moi, ils m'ont paru "déplacés" ces elfes-là ! J'aurais mieux compris soit si cela étaieant des êtres vraiment "magiques" comme dans le conte de Suzelle, soit des êtres plus "humains"...
je sais pas si on me comprends bien, là !


Titre: Re : Gagner la guerre
Posté par: Hikaki le 27Mars, 2011, 01:23:36
Pas d'elfes, pas de nains, pas de dragons, pas de magie... Mais, heu, dites-moi, vous ne vous seriez pas trompés de genre en lisant de la fantaisie ? Parce que, bon, c'est aussi un peu le principe, à la base. Les lutins, farfadets, êtres féériques, etc. participent de la magie du merveilleux constitutif de la fantaisie. Petit passage par Wikipedia : « genre situé à la croisée du merveilleux et du fantastique, qui prend ses sources dans l’histoire, les mythes, les contes et la science-fiction », « La Faërie recèle bien d'autres choses, en dehors des fées et des elfes, mais aussi des nains, sorcières, trolls, géants et dragons : elle recèle les mers, le soleil, la lune, le ciel ainsi que la terre et toutes les choses qui s'y trouvent : arbres et oiseaux, eau et pierres, pain et vin, et nous-mêmes, mortels, lorsque nous sommes gagnés par l'enchantement. »,  J. R. R. Tolkien, "Le point commun de nombreux romans de fantasy est qu'ils se déroulent dans des mondes parallèles, ou dans des contextes qui peuvent éventuellement s'interpréter comme un lointain passé oublié (s'inspirant du Moyen Âge ou de l'Antiquité, voire de la Préhistoire), avec leurs créatures imaginaires, leurs mythes, leurs épopées et leur magie."

Donc, oui, pourquoi pas des elfes et des nains ? JPJ aime Tolkien et le revendique. Et j'aime beaucoup son traitement de ce type de personnages. L'elfe du Conte de Suzelle est le même que ceux de Gagner la Guerre ou d'autres nouvelles. Les Nains sont des êtres mythiques. Ils ont tous une profondeur et une raison d'être au sein de cet univers, leur culture, leur mode de pensée, autant que les citadins de Cuidalia. D'ailleurs, je vois peu de critiques à leur sujet pour Janua Vera alors que Gagner la Guerre reprend le même monde, et parfois les mêmes personnages.


Titre: Re : Gagner la guerre
Posté par: Ohtar Celebrin le 27Mars, 2011, 08:49:05
Tecamak je comprends tout à fait ce que tu veux dire par
J'aurais mieux compris soit si cela étaient des êtres vraiment "magiques" comme dans le conte de Suzelle,
La difficulté c'est que ce coté "magique" et "mystérieux" est 80% établi ton travail d'imagination sur tout ce que l'auteur ne dit pas...
Mais même si l"auteur se met à écrire exactement ce que tu imaginais, le fait qu'il l'écrive, l'expose en pleine lumière, dissipe  la brume et tu sera insatisfait. (je dis "tu" mais cela s'applique à tout lecteur)
Cela me fait penser à la devinette "Je meure si l'on prononce mon nom : le silence."

En revanche ce que je ne comprends pas très bien c'est
ils sont super fort, super intelligent, etc...
et comme cuchulain, je trouve que ça fait une petite fausse note dans l'univers du vieux royaume. Peut être que je n'ai pas compris l'intention de l'auteur...mais, moi, ils m'ont paru "déplacés" ces elfes-là ! J'aurais mieux compris soit si cela étaieant des êtres vraiment "magiques" comme dans le conte de Suzelle, soit des êtres plus "humains"...
je sais pas si on me comprends bien, là !
Un elfe se doit d'être supra-humain sinon il n'est rien de plus que Robin-des-bois avec de longues oreilles ( détail anatomique non attesté par Tolkien si je ne m'abuse mais passons).
Clairement Legolas (le vrai pas celui de Nice au bouclier) descend une ombre ailée en pleine nuit d'une seule flèche; ce que même Barde l'Archer ne peut pas rêver après avoir snipé Smaug le Magnifique !

Le propre des elfes est d'être meilleurs que les humains, plus agiles plus raisonnable,  plus facétieux,  plus inaccessibles, plus beaux, plus nobles, plus fascinants...
Tout ce qu'on veux pour peut qu'ils ne tombent jamais au grand jamais dans la médiocrité humaine !  (pour les nains la définition est quelque peu plus complexe à établir)...
La difficulté c'est de gérer leurs défauts, faiblesses, imperfections sans altérer leur statut.
Il faut leur donner des motivations qui nous dépassent et que nos (petit) tracas leur soient totalement étrangers ce qui conduit souvent les humains qui croisent leur route à affronter de gros soucis^^.


Titre: Re : Gagner la guerre
Posté par: Glorfindel le 27Mars, 2011, 11:02:41
Je crois que ce qui explique la pérennité des elfes en fantasy, c'est leur statut de mythe moderne : ils sont quasiment notre épopée de Gilgamesh. En substance, ce sont des humains, mais libérés de presque toutes les limites de la condition humaine : libérés de la mort, libérés du temps, mais aussi libérés de la pesanteur, de la mesquinerie, du poids de la matière, presque purs esprits, aussi naturellement doués par la poésie et les arts que nous rêverions de l'être. Ils sont un rêve très humain, directement issu de nos aspirations. C'est aussi pour cela qu'il est normal que leur perfection suscite de l'agacement : il est naturel de jalouser des êtres que nous avons rêvés affranchis des contingences qui nous sont les plus douloureuses. Mais c'est aussi pour cela que proposer des elfes plus médiocres n'aurait, à mon sens, que peu d'intérêt.

Tiens à propos de nains, Hikaki, j'ai souvenance qu'Usher avait parlé il y a quelques temps de ça d'une nouvelle sur les nains, se déroulant dans le Vieux Royaume. Si ce n'est pas confidentiel, pourrait-on savoir si cette nouvelle va sortir bientôt, et le cas échéant, dans quoi ?


Titre: Re : Re : Gagner la guerre
Posté par: Usher le 27Mars, 2011, 11:33:04
Je crois que ce qui explique la pérennité des elfes en fantasy, c'est leur statut de mythe moderne : ils sont quasiment notre épopée de Gilgamesh. En substance, ce sont des humains, mais libérés de presque toutes les limites de la condition humaine : libérés de la mort, libérés du temps, mais aussi libérés de la pesanteur, de la mesquinerie, du poids de la matière, presque purs esprits, aussi naturellement doués par la poésie et les arts que nous rêverions de l'être. Ils sont un rêve très humain, directement issu de nos aspirations. C'est aussi pour cela qu'il est normal que leur perfection suscite de l'agacement : il est naturel de jalouser des êtres que nous avons rêvés affranchis des contingences qui nous sont les plus douloureuses. Mais c'est aussi pour cela que proposer des elfes plus médiocres n'aurait, à mon sens, que peu d'intérêt.

Je me garderai bien d'entrer trop avant dans le débat, où je suis mal placé pour donner un avis. Je suis toutefois tout à fait d'accord avec l'approche des elfes d'Ohtar Celebrin et avec ce que tu notes, Glorfindel. En fait, l'un des axes que je souhaite explorer à travers le Vieux Royaume, c'est la tentation de la transhumanité. Les elfes comme la sorcellerie d'un Sassanos ou d'une Lusinga en sont  l'expression métaphorique.

Tiens à propos de nains, Hikaki, j'ai souvenance qu'Usher avait parlé il y a quelques temps de ça d'une nouvelle sur les nains, se déroulant dans le Vieux Royaume. Si ce n'est pas confidentiel, pourrait-on savoir si cette nouvelle va sortir bientôt, et le cas échéant, dans quoi ?

Désolation, ma nouvelle naine, sortira fin mai dans Victimes et bourreaux, l'anthologie 2011 des Imaginales (Dir. Stéphanie Nicot, Editions Mnémos). Soit dit en passant, je garde sous le coude une version plus longue de cette nouvelle, car j'avais tellement à raconter sur les nains que je risquais de sortir de la place qui m'était impartie dans le recueil…  ;D


Titre: Re : Re : Gagner la guerre
Posté par: Cuchulain le 27Mars, 2011, 12:16:45
Pas d'elfes, pas de nains, pas de dragons, pas de magie... Mais, heu, dites-moi, vous ne vous seriez pas trompés de genre en lisant de la fantaisie ?  (SNIP)

Donc, oui, pourquoi pas des elfes et des nains ? JPJ aime Tolkien et le revendique. Et j'aime beaucoup son traitement de ce type de personnages. L'elfe du Conte de Suzelle est le même que ceux de Gagner la Guerre ou d'autres nouvelles. Les Nains sont des êtres mythiques. Ils ont tous une profondeur et une raison d'être au sein de cet univers, leur culture, leur mode de pensée, autant que les citadins de Cuidalia. D'ailleurs, je vois peu de critiques à leur sujet pour Janua Vera alors que Gagner la Guerre reprend le même monde, et parfois les mêmes personnages.

Mais j'aime les elfes et les nains ! Mais j'aime quand il garde leur côté mystérieux et quand ce n'est pas "robin des bois avec des oreilles pointues". Et c'est ça que j'ai ressenti dans GLG alors que je ne l'avais pas ressenti comme tel dans JV C'est pareil pour la magie : j'aime le côté étrange et fascinant du sorcier dans GLG, je n'aime pas le mago balançant ses sorts "bling-bling" à tire larigot comme dans certains roman fantasy. C'est un peu comme la quête du jeune premier, seul espoir contre le méchant roi/sorcier/dieu maléfique et qui gagne à la fin sans déranger sa mise en plis : c'était bien une fois, deux fois, trois fois mais 50 fois ça lasse. :-\


Titre: Re : Gagner la guerre
Posté par: Glorfindel le 27Mars, 2011, 13:15:24
Citation
Mais j'aime les elfes et les nains ! Mais j'aime quand il garde leur côté mystérieux et quand ce n'est pas "robin des bois avec des oreilles pointues". Et c'est ça que j'ai ressenti dans GLG alors que je ne l'avais pas ressenti comme tel dans JV

ça tient peut-être à la narration. Dans Juana Vera, nous découvrons Annoeth par les yeux de Suzelle : il nous apparaît comme mystérieux et fascinant parce qu'il lui apparaît comme tel. Avec Benvenuto, c'est une toute autre affaire : on ne peut pas attendre de cette râclure cynique qu'il se laisse charmer par l'envoûtante étrangeté des elfes et qu'il nous la fasse partager. Or, c'est lui le narrateur, notre perception des elfes dans Gagner la guerre dépend donc entièrement de la sienne. Alors faut savoir ce qu'on veut : on ne peut pas plébisciter les aventures narrées à la première personne d'un infect truand, et en même temps se plaindre que lesdites aventures ne soient pas empreintes de délicate poésie.


Titre: Re : Re : Gagner la guerre
Posté par: Cuchulain le 27Mars, 2011, 13:23:07
Citation
Mais j'aime les elfes et les nains ! Mais j'aime quand il garde leur côté mystérieux et quand ce n'est pas "robin des bois avec des oreilles pointues". Et c'est ça que j'ai ressenti dans GLG alors que je ne l'avais pas ressenti comme tel dans JV

ça tient peut-être à la narration. Dans Juana Vera, nous découvrons Annoeth par les yeux de Suzelle : il nous apparaît comme mystérieux et fascinant parce qu'il lui apparaît comme tel. Avec Benvenuto, c'est une toute autre affaire : on ne peut pas attendre de cette râclure cynique qu'il se laisse charmer par l'envoûtante étrangeté des elfes et qu'il nous la fasse partager. Or, c'est lui le narrateur, notre perception des elfes dans Gagner la guerre dépend donc entièrement de la sienne. Alors faut savoir ce qu'on veut : on ne peut pas plébisciter les aventures narrées à la première personne d'un infect truand, et en même temps se plaindre que lesdites aventures ne soient pas empreintes de délicate poésie.

Hmmm... Objection votre honneur : argument spécieux.  >:D Même un infect truand peut être surpris et émerveillé par l'apparition de créatures fort rares qu'on ne voit que très peu et dont, par exemple, il n'a quasiment jamais vu un représentant de toute sa vie... Là ça tombe à plat.  :'(


Titre: Re : Gagner la guerre
Posté par: Hikaki le 27Mars, 2011, 13:41:40
Benvenuto, surpris et émerveillé ?!  :o Quand ça ?  :lol: (Et, surtout, l'avouerait-il à son lecteur ?)


Titre: Re : Gagner la guerre
Posté par: Glorfindel le 27Mars, 2011, 14:12:26
Citation
Même un infect truand peut être surpris et émerveillé par l'apparition de créatures fort rares qu'on ne voit que très peu et dont, par exemple, il n'a quasiment jamais vu un représentant de toute sa vie...


Je n'en sais rien, je n'ai jamais été tueur à gage. Mais sincèrement, j'en doute. Je crois que la capacité d'émerveillement, comme l'innocence ou l'idéalisme, est une qualité que l'on peut perdre, et que le cynisme émousse. N'est pas Suzelle ou Sam Gamegie qui veut. Or Benvenuto, à chaque fois qu'il est confronté à une situation qui pourrait l'inciter à des sentiments élevés, s'empresse de les subvertir avec un cynisme très cruel. Le patriotisme ciudalien ? Il s'en gausse. L'émotion de revoir sa cité se déployant en majesté face à la mer ? Désolé, sa Ciudalia à lui, c'est celle des tavernes louches. Les dernières paroles de Regalio ? Délire sans queue ni tête. Les funérailles nationales de ce même Régalio ? Hypocrisie. L'amour ? Mieux vaut ne pas en parler (grand romantique, le Benvenuto).

Alors, si après avoir démystifié et raillé tout ce qui aurait pu émouvoir un autre, Benvenuto s'était soudain trouvé une sensibilité pour se faire chantre des elfes, j'en aurais été déçu. J'y aurais vu une soumission un peu hypocrite aux codes du genre, façon : "ouais, mon perso est un fumier, mais vous avez quand même droit à votre quota d'émerveillement elfique". J'ai l'impression qu'Usher assume vraiment la noirceur de son narrateur. Il ne nous vend pas un truand romantique, mais un vrai salaud, avec tout ce que ça implique.

Soit dit en passant, dans "Mauvaise donne", le mépris qu'éprouve Benvenuto vis-à-vis de la mélancolie de son ami Welf pour les rivages elfiques qu'il a aperçus était déjà un bon indicateur de ce qu'on pouvait attendre de Benvenuto à cet égard.


Titre: Re : Gagner la guerre
Posté par: Hikaki le 27Mars, 2011, 15:56:38
Je nuancerais un peu. Gagner la Guerre a pour auteur Benvenuto, et je doute que celui-ci aurait aimé avouer à ses lecteurs (nous ? des Ciudaliens ? - au fait, pour qui écrit-il ?) des sentiments comme l'amour, la tendresse ou l'émerveillement. En éprouve-t-il ? C'est possible. Même les pires ordures sont humaines.


Titre: Re : Gagner la guerre
Posté par: Glorfindel le 27Mars, 2011, 16:43:56
Il n'est pas du tout inconcevable que je sois passé à côté d'une dimension du personnage, justement du fait de mon désamour pour lui. Le fait est que Benvenuto est complexe, capable de varier les registres quand la fantaisie l'en prend, capable aussi de s'émouvoir en retrouvant la via mala ou en reconnaissant les uniformes des phalanges, qu'il a lui-même portés. Drôle de type, tous comptes faits, mais certainement humain, oui.


Titre: Re : Gagner la guerre
Posté par: tecamak le 28Mars, 2011, 19:19:04
d'accord avec vous tous, je vais donc nuancer mon propos : en fait, c'est plus l'arrivée des elfes dans le récit qui m'as dérangé. Je ne m'y attendais pas ! pour moi, jusque là GLG était plutôt ancré dans le "réel" (même s'il y avait la présence d'un sorcier !) et surtout, tout cela concernait des humains ! Et l'arrivée des elfes m'as fait prendre conscience d'un "autre" monde dans le vieux royaume qui ne cadrait pas avec ma vision des choses ! Je n'ai pas dû être assez attentif à certains éléments du récit qui annonçait cela...


Titre: Re : Gagner la guerre
Posté par: Ohtar Celebrin le 28Mars, 2011, 19:33:44
Je réfléchissais à cette question des elfes dans les romans de fantasy et cela m'a amené à m'interroger sur les éléments qui définissent ce genre.

Voyons il y a :

- Un univers (ou une placette) différent(e) de la notre.
et/ou
- La présence de créatures inspirées par le folklore.
et/ou
-L'existence de la magie.
Autre chose ?

Je me demande pourquoi le point qui cristallise les critique est systématiquement celui des créatures...


Titre: Re : Re : Gagner la guerre
Posté par: Hikaki le 28Mars, 2011, 19:35:09
d'accord avec vous tous, je vais donc nuancer mon propos : en fait, c'est plus l'arrivée des elfes dans le récit qui m'as dérangé. Je ne m'y attendais pas !
Oh, je pense que tu as dû avoir le même choc que ce pauvre Benvenuto, exilé de force et qui se retrouve dans une ville de province où traînent... des Nains et des Elfes ! L'horreur pour un bon Ciudalien comme lui !  :mrgreen:


Titre: Re : Gagner la guerre
Posté par: Glorfindel le 28Mars, 2011, 20:39:55
Aujourd'hui, j'ai relu le chapitre se déroulant à Bourg-Preux. Ben je persiste et signe : c'est un vrai joyaux enchâssé dans l'oeuvre, peut-être bien mon chapitre preféré. Je le trouve d'une grande richesse, et l'intertextualité s'y déploie pleinement.

La citation de Villon mise en exergue ouvre le chapitre. Je la trouve singulièrement appropriée, pas seulement parce qu'elle pourrait aisément s'appliquer aux deux elfes, mais aussi parce qu'elle annonce d'emblée dans quel univers nous allons basculer : celui des poètes mauvais garçons, des Villon, des Rutebeuf, du Marot de la "Ballade des enfants sans soucis" ou de celui qui "a mangé le lard". Le chapitre m'évoque puissamment ce monde joyeux, lettré et un peu fou des goliards, ou des université de Paris au Moyen-Age. L'écriture évoque aussi l'univers estudiantin dynamique et transgressif de Montpellier dans Fortune de France : est-ce un hasard si Dame Plectrude, comme la Maligou du château des Siorac, est "fessue et mamelue"?

Annoeth et Eirin sont intégrés à la société humaine de Bourg-Preux, et se conduisent comme de simples pilliers de bar. Je comprends qu'on puisse en être déçu, si on garde de la lecture de Tolkien une image hiératique et majestueuse des elfes, empreinte de mélancolie grave. Je le conçois d'autant mieux que Tolkien a quasiment inventé les elfes, contrairement aux nains. Bien sûr, il ne les a pas créés complètement ex nihilo, mais il est le premier à donner un sens stable et clair à un mot qui, avant lui, est un signifiant vide. Il est donc normal que ses elfes se voient nimbés d'une certaine dimension d'autorité, comme s'ils étaient les "vrais elfes" auxquels tous ceux qui suivront seront comparés.

Alors, décevants, les elfes d'Usher ? Je ne trouve pas. D'emblée, Usher joue avec les codes. Ces elfes se font d'abord remarquer par une envoûtante mélodie, avant d'enchaîner sur une chanson paillarde. Ils jonglent entre l'appolinien et le dyonisiaque, mais est-ce si choquant lorsque l'on se souvient des elfes de Fondcombe accueillant Thorin et ses compagnons par des chansons moqueuses, des elfes de Mirkwood se grisant au vin de Dorwinion, et de ceux que Sam compare à des enfants ?

En fait, les elfes d'Usher me semblent réinvestir deux grands mythes médiévaux. D'abord, ils sont carnavalesques : on les rencontre occupés à la préparation d'un charivari, au sein de la Compagnie Folle. Les liens entre Carnaval et merveilleux sont très forts au Moyen-Âge : ce n'est pas pour rien qu'on se déguise, qu'on brûle des mannequins représentant des géants. Cette Compagnie Folle où l'on trouve elfes et nains me semble être dans la tradition des cohortes fantastiques du Moyen-Âge, telles que la Mesnie Hellequin.

Si vous voulez vous en convaincre, lisez donc Le Jeu de la Feuillée, d'Adam de la Halle. Les similitudes sont frappantes. Dans le Jeu de la Feuillée, nous sommes dans une taverne de la bonne ville d'Arras, ou un aréopage de gens de diverses conditions attendent les fées, pour lesquelles, conformément à des pratiques propitiatoires bien attestées, on a préparé un repas. Morgue et plusieurs de ses consoeurs surviennent en effet, et tout en mangeant, jasent sur les bourgeois de la ville. Arrive alors un envoyé de la Mesnie Hellequin, pas du tout effrayant, et signalé par un bruit de clochette : on est en pleine mythologie du Carnaval.

Ces deux elfes réinvestissent un autre mythe, celui du fou sage, le morosophe, le fou qui vend la sagesse de la fable de La Fontaine. Traditionnellement dans la fantasy, les elfes sont détenteur d'une grande sagesse, mais ici, comme le Tristan de la Folie Tristan, ils la dissimulent sous des dehors de déraison. Jeu avec les codes, là encore.

Alors voilà, je ne sais pas à quel point tout cela est conscient de la part d'Usher, je ne sais pas à quel point je vois dans ce chapitre ce que je veux y voir. Mais en l'état, je le trouve riche, dense, polysémique, invitant aux interprétations, établissant un dialogue avec un univers littéraire foisonnant, et je trouve ces deux elfes vraiment fascinants.


Titre: Re : Gagner la guerre
Posté par: Hikaki le 28Mars, 2011, 22:39:27
Très belle analyse, en tout cas ! (Et je me garderais bien de donner des clés que j'aurais obtenus par des moyens... détournés.  :mrgreen:)
Quant à être fascinants, oui, ils le sont vraiment !


Titre: Re : Gagner la guerre
Posté par: Usher le 28Mars, 2011, 23:16:14
Très belle analyse, Glorfindel ! Merci !  :D

En composant ce chapitre, j'avais en effet en tête le monde joyeux des goliards et des écoliers. En termes très fumeux, Annoeth fait d'ailleurs allusion aux universaux quand il essaie d'expliquer les principes de la magie à Benvenuto : il y a donc aussi un lien entre la philosophie médiévale et le discours des elfes. Cette corrélation entre  l'université médiévale et mes gandins elfiques était effectivement la raison pour laquelle j'ai cité Villon en exergue.

Tu as fort bien détaillé les relations entre Carnaval et merveilleux, Glorfindel. Les compagnies folles sont un phénomène urbain médiéval ; les titres que porte Eirin ("Grand Prévôt des Etourdis", "Duc des Sacripants") ou le sobriquet du nain ("Mère Folle"), le Charivari, la pratique du "vin de culaige", le jeu du cocu viennent tout droit de cette tradition festive. Quant à Annoeth Veiddawc, son nom gallois signifie le "sot insolent", ce qui me semble assez digne de ce type de compagnie. Dans mon esprit, c'était bien de la fête la plus débridée que devait surgir un fantôme de merveille païenne.

J'avais lu Le Jeu de la Feuillée il y a… près de vingt ans, mais en toute honnêteté, je ne l'avais plus à l'esprit en écrivant ce chapitre. Si la pièce m'a influencé, je ne saurais le dire. Ce n'était pas conscient, en tout cas.

Je n'avais pas consciemment le concept du morosophe à l'esprit, mais cela correspond très exactement au profil que je souhaitais donner aux elfes. En revanche, j'avais en tête la contiguïté fréquente que le folklore établit entre folie et féerie, d'où ces elfes qui font les fous.

Pour synthétiser, mes elfes sont les héritiers directs de Tolkien, mais ils en sont aussi distincts. Ils sont (paradoxalement) plus païens et plus médiévaux. Dans le personnel du roman, ils sont culturellement aussi riches que les Ciudaliens : ils sont au moins aussi intertextuels, et ils ont également un gros background fictif qui, je l'espère, les rend cohérents avec le monde malgré leur elfitude.  ;D

En tout cas, n'en déplaise aux elfophobes, quand je reviendrai au Vieux Royaume, ils ramèneront leur redoutable minois. Pour tout dire, c'est déjà fait, dans une nouvelle malheureusement peu diffusée, Comment Blandin fut perdu, où se musse une elfe qui n'a pas d'oreilles pointues mais de gros sabots, et qui balance de sévères torgnoles, aussi bien physiques que morales.


Titre: Re : Gagner la guerre
Posté par: Glorfindel le 29Mars, 2011, 13:28:38
Un grand merci pour ces éclairages. Je suis heureux de voir que mes hypothèses n'étaient pas farfelues.  :D

Citation
En tout cas, n'en déplaise aux elfophobes, quand je reviendrai au Vieux Royaume, ils ramèneront leur redoutable minois.

Tu m'en vois ravi.

Citation
Pour tout dire, c'est déjà fait, dans une nouvelle malheureusement peu diffusée, Comment Blandin fut perdu, où se musse une elfe qui n'a pas d'oreilles pointues mais de gros sabots, et qui balance de sévères torgnoles, aussi bien physiques que morales.

ça, c'est une incitation subliminale à se procurer la version director's cut de Janua Vera avec les bonus ajoutés. Je vais finir par succomber. :mrgreen:


Titre: Re : Gagner la guerre
Posté par: pangloss le 29Mars, 2011, 21:11:02
Oui tu as raison Glorfindel, j'avais oublié "les elfes de Fondcombe accueillant Thorin et ses compagnons par des chansons moqueuses, des elfes de Mirkwood se grisant au vin de Dorwinion, et de ceux que Sam compare à des enfants ?"
J'ai vraiment apprécié "Comment Blandin fut perdu" éditée chez Les Moutons électriques- même si plus que toute autre nouvelle du recueil, la fin est difficile à saisir - ;  mais c'est la force de Janua Vera, des nouvelles qui finissent avec des points de suspension- à compléter par le lecteur. 


Titre: Re : Gagner la guerre
Posté par: Pan Paniscus le 01Avril, 2011, 08:49:05
Je viens de relire "Gagner La Guerre" et force m'est d'admettre que ce livre est loin d'être aussi bon que je le pensais de prime abord. Je le trouve même assez plat finalement.

Je n'ai pas le temps pour l'heure de développer plus avant mes arguments, mais j'y reviendrai.

C'eci est évidemment un nauséabond poisson d'avril ! Je préfère préciser avant qu'Hikaki ne ferme mon compte.  ;D


Titre: Re : Gagner la guerre
Posté par: Rom1 le 01Avril, 2011, 09:16:02
Ben perso, je le lis pour la première fois avec l'édition poche et je suis bien content de l'avoir attendue. Ca m'aurait fait mal de payer plus cher pour un roman aussi surestimé. La hype rôliste, décidément on ne m'y reprendra plus. Allez, encore 200 pages pour terminer ce "chef d'oeuvre"...  :-\


Titre: Re : Gagner la guerre
Posté par: pangloss le 01Avril, 2011, 12:21:31
C'est la série des Poissons d'avril ?! ???


Titre: Re : Gagner la guerre
Posté par: Hikaki le 01Avril, 2011, 13:16:55
Je profite de ces avis négatifs pour émettre moi aussi une petite réserve : j'ai en effet été très déçue qu'il n'y ait pas, au final, d'histoire d'amour entre B. et C. (je ne mets pas les noms pour éviter de spolier). Tout dans le roman mène à cette conclusion logique, y compris la très belle scène sur les toits, à la Titanic. JPJ n'a visiblement pas eu envie de procurer à ses lectrices ce petit plaisir bien innocent d'une romance et je le déplore.

.....



POISSON D'AVRIL !  :orcsort:


Titre: Re : Gagner la guerre
Posté par: Rom1 le 02Avril, 2011, 10:32:52
Oué évidemment !  :mrgreen:
Je termine le bouquin avant de faire une critique plus dvpée, mais c'est juste brillant - tant dans l'écriture que la narration. Au point de me filer des complexes et de me bloquer dans mon propre processus d'écriture (enfoiré !).


Titre: Re : Gagner la guerre
Posté par: pangloss le 23Juin, 2011, 12:30:58
Quelqu'un a lu la dernière nouvelle publiée dans l'anthologie Mnenos par Mr Jaworski se situant dans le Vieux Royaume ? je n'ai vu aucun retour, encore... ???
Franchement c'est chiant de devoir se payer le recueil à une quinzaine d'euros pour apprécier une seule nouvelle au final- la découverte des autres auteurs n'est pas transcendante, au final. A part deux nouvelles dans le 1er de la série 'Capitaines" dont celle de Thomas Day.


Titre: Re : Gagner la guerre
Posté par: Glorfindel le 23Juin, 2011, 23:48:31
De quelle nouvelle s'agit-il ?


Titre: Re : Gagner la guerre
Posté par: pangloss le 24Juin, 2011, 10:19:43
De mémoire le titre est  "Désolation" sur les nains du Vieux Royaume, si les infos que j'ai lues sont bonnes.
De toute façon, je sens que je vais encore craquer mon escarcelle. :cool:


Titre: Re : Gagner la guerre
Posté par: Glorfindel le 24Juin, 2011, 12:28:39
Ah, c'est donc la fameuse nouvelle sur les nains qu'Usher nous promettait. Je vais sans doute investir aussi, même si c'est vrai que c'est dommage d'acheter un recueil pour une seule nouvelle. Faut espérer que les autres soient intéressantes. Victimes et bourreaux ? Pas un thème qui m'attire, à vrai dire. On va encore se coltiner de ces auteurs de fantaisie qui font dans l'horreur gratuite, je paries.


Titre: Re : Gagner la guerre
Posté par: Ohtar Celebrin le 24Juin, 2011, 14:03:09
Je "risque" aussi de me procurer ce recueil, ceci dit dans les deux précédents opus il y avait chaque fois des nouvelles sympa. Donc je ne suis pas trop inquiet.



Titre: Re : Gagner la guerre
Posté par: pangloss le 24Juin, 2011, 14:16:47
Oui moi aussi le thème ne m'attire pas du tout. En même temps, je suis de nouveau attiré par la fantaisie, et cela sans doute par la grâce d'Usher ou à cause devrais-je dire- car je suis pour l'instant bien frustré dans ma quête de nouveaux auteurs offrant un univers sans clichés, dans lequel s'immerger comme les Grands Anciens ont su si bien faire jadis (Tolkien etc.) et en même temps bien écrit . Dans la 1er anthologie, Roi et Capitaines la nouvelle  le “Serpent-Bélier” d’Armand Cabasson m'avait vraiment plu.


Titre: Re : Gagner la guerre
Posté par: Naash le 16Juillet, 2011, 22:29:31
J'ai acheté Gagner la guerre parce que, tombant dessus dans un rayonnage, je me suis rappelé qu'on en discutait beaucoup sur la Cour d'Obéron. Et même si je n'avais pas lu ce fil, je savais que l'oeuvre avait fait couler de l'encre.

Le bouquin m'a accompagné longtemps (il est épais et je lis lentement) et même dans quelques uns de mes voyages importants. Je l'ai terminé à présent.

Sans me lancer dans une critique du roman, je voulais juste signaler que grâce à lui j'ai retrouvé l'inspiration. Depuis un long moment, je ne maîtrisais plus et n'écrivais même plus d'esquisses de nouvelles pour m’entraîner, simplement parce que je ne savais plus quoi raconter.
Je ne sais pas vraiment ce qui, dans Gagner la guerre, a réveillé mes muses mais le fait est que j'avais envie, dès que je posais le bouquin, de conter des histoires d'aventures et de complots.
Du coup, je prévois de remaîtriser bientôt.


Titre: Re : Gagner la guerre
Posté par: Glorfindel le 17Juillet, 2011, 00:06:46
Oui, c'est marrant, hein ? L'oeuvre a cet effet là sur plusieurs personnes, j'ai l'impression. Mais en même temps, quand on écrit, il y a de quoi être complexé.


Titre: Re : Gagner la guerre
Posté par: Usher le 17Juillet, 2011, 08:55:16
C'est un très beau compliment. Merci !


Titre: Re : Gagner la guerre
Posté par: Rom1 le 17Juillet, 2011, 14:30:53
Ouaip, comme dit Glorfindel : moi ça m'a pas mal complexé.  :-\


Titre: Re : Gagner la guerre
Posté par: cavaillon le 04Août, 2011, 17:17:22
Bonjour à tous, et plus particulièrement à Usher.

J'ai une petite question : combien a-t-on d'âmes dans Le vieux Royaume ?

Je m'explique : lors du combat dans le torrent, contre les hommes du Rempailleur, Sassanos réalise son rituel sur un des assaillants, et transmet l'énergie qu'il a vampirisée à Benvenuto. Après la bataille, ce dernier lui demande s'il lui a donné son âme, et le Sapientissime répond qu'il lui en a donné plutôt 3. De plus, j'ai l'impression, mais je ne suis pas sûr, que Cecht aussi en a reçu.

Alors, est-ce que ces  âmes provenaient toutes du gars assez malingre maîtrisé par Benvenuto, ou est-ce que Sassanos a utilisé son rituel pour voler les âmes des autres victimes du combat, "libérées" par les coups de hache de Cecht ?


Merci.


Titre: Re : Gagner la guerre
Posté par: Usher le 04Août, 2011, 18:00:02
Le rituel nécromantique auquel se livre Sassanos à Vieufié ne puise que chez le larron sacrifié.

Les trois âmes sont directement inspirées de la kabbale, qui décompose l'âme humaine en plusieurs aspects. La formule finale de Sassanos, "Le sang, le souffle, le mouvement",  renvoie à ces trois aspects, "Nefesh", qui représente l'âme végétative véhiculée par le sang, "Rouach" qui est l'esprit intelligent, symbolisé par le souffle, et "Neshamah" qui est le souffle d'en haut, la part divine de l'âme, assimilée au mouvement.

Quant à Cecht, c'est la fureur qui le porte. A son sujet, comme à celui de Benvenuto au cours du massacre du palais Mastiggia, j'avais posé la question à des médecins. Qu'est-ce qu'un homme porté par l'adrénaline peut endurer comme blessures en continuant à combattre ? Ils m'ont répondu qu'un homme pouvait être grièvement blessé et rester extrêmement actif et dangereux : l'adrénaline court-circuite la douleur. Tant que les organes vitaux ou des articulations essentielles ne sont pas détruits, un homme furieux peut continuer à combattre. Par contre, bonjour la décompensation quand le taux d'adrénaline baisse !  ;D


Titre: Re : Gagner la guerre
Posté par: cavaillon le 05Août, 2011, 16:04:54
Merci pour ces éclaircissements. Sassanos est donc juif...     :P

Quant aux compétences de combat, faut croire que quand je faisais du tae kwon do, je ne libérais pas assez d'adrénaline... Parce que ça faisait mal, et pourtant, c'était de la gnognotte par rapport à ce qu'endurent Cecht et Benvenuto...


J'ai mis ma critique de ton oeuvre sur "Votre livre de chevet", il y a deux jours, mais je vais la recopier intégralement ici, au cas où certains obéronistes ne seraient intéressés que par "Gagner la Guerre".


"
J'ai terminé aujourd'hui le pavé qu'est "Gagner la Guerre". Je regrette. J'aurais aimé qu'il y ait encore quelques centaines de pages...

Comme la plupart des obéronistes, j'ai beaucoup aimé. Aimant habituellement les d'écritures soutenues, voire très soutenues, je me suis adapté sans problème au langage plus parlé de don Benvenuto. Langage qui d'ailleurs utilise un vocabulaire riche, aussi bien en argot qu'en parlé "normal". Ce qui paraît surprenant dans la bouche d'un assassin, mais qui s'explique quand on apprend que son enfance a été bercée par l'art sous la tutelle du Macromuopo.

Conter ce roman à la première personne du singulier est un sacré piège pour le lecteur, car il permet une immersion aisée et totale dans l'histoire. Et comme cela ne suffit pas, Usher utilise ses qualités de conteur pour rendre les sensations de Benvenuto presques tangibles. La passage à tabac d'une violence inouïe, tout comme la lente guérison ; la rixe avec Dilettino Schernittorre et ses mignons ; la chambre (mortuaire) de Tremore Schernittore ; l'évasion par les toits ; le combat dans la rivière ; le froid dans la carrée de dame Plectrude ; la fuite vers Vieufié dans l'hiver et cette impression de nager dans un brouillard sans avoir les pensées claires ; tous les dialogues avec le Podestat... J'ai ressenti tous ces moments (et bien d'autres que j'oublie) avec acuité. J'ai été un peu moins convaincu par le massacre des Mastiggia dans le palais en feu, mais ça ne ternit pas mon plaisir.

Comme bien des lecteurs, je n'ai pas saisi l'intérêt de l'hiver à Bourg-Preux. Usher parle de "grosses ficelles" dans ce chapitre, mais elles m'échappent entièrement. De plus, je garde en tête l'image des Elfes de Tolkien : des êtres féériques, hors du temps, comme l'est Annoeth dans "Le Conte de Suzelle", et là, je trouve Eirin (et Annoeth par passivité) très terre-à-terre. En fait, sauf leur vue perçante et un charme hors du commun, rien ne les distingue des Humains et de leurs appétits grossiers, menant une vie de larrons.

C'est d'ailleurs frappant dans ce livre : mis à part les deux Ouromands et le Macromuopo, pas un seul personnage de ce livre n'est honnête ! Pas un seul ! Les puissants sont pourris jusqu'à la moëlle (le Podestat tient, et de loin, le ponpon), leurs enfants commencent déjà, avec plus ou moins de succès, à intriguer, de concert avec, ou contre, leurs parents, et leurs hommes d'armes sont prêts à tuer froidement, sans émotion, parce que c'est demandé. Je crois que tous les personnages ne considèrent la vie que comme un paramètre, une variable d'ajustement.

J'ai d'ailleurs beaucoup apprécié le clin d'oeil d'usher quand il fait remarquer au lecteur que ce dernier s'est pris de sympathie pour Benvenuto, alors que c'est lui aussi une belle ordure !

De même pour Sassanos. Je ne sais pas si Usher sait exactement ce qu'il a fait et ce qu'il est devenu, ou s'il laisse même pour lui un peu de mystère, mais c'est un personnage extrêmement intéressant.

Même Melanchter (et là aussi, un Elfe capable de flécher froidement femme et enfants, ça me gêne. Cette scène me laisse un souvenir très désagréable ; je crois que je m'immerge trop dans mes lectures, parfois) est entré dans le jeu de la dissimulation, des messages cryptés. Et là, je remercie Usher de prendre soin de ses lecteurs qui, comme moi, sont trop ingénus pour comprendre le sens véritable des actes des politiciens, leur signification réelle, ou pour décrypter les informations contenues dans les dialogues autant que dans les silences. Les personnages ne disent jamais ce qu'ils pensent, ni ne font ce qu'ils semblent faire, et tous ces froids calculs politiques, m'auraient échappés.

Et enfin, en prenant du recul, les allusions à l'Histoire montrent que ce récit se passe dans un univers construit, solide, pas dans un mode en carton-pâte créé pour l'occasion, et cela donne encore plus de profondeur à l'ensemble de l'oeuvre.


Vraiment un très bon livre. Beaucoup plus sombre que "Mauvaise Donne".
Je relirai. Pas tout de suite, mais je relirai. Certains obéronistes ont relevé des indices, des incohérences dans le récit de Benvenuto, qui éclairent d'un nouveau jour les agissements de certains personnages, notamment Sassanos, et il y a  toujours cette histoire des grosses ficelles à Bourg-Preux, l'impression d'avoir manqué quelque chose, qui me titille...


Sinon, cela reste du registre de l'anecdote, mais c'est détail plein de charme à mes yeux, comme dans les différentes nouvelles de "Janua Vera", j'apprécie énormément l'entretissage des destins des différents personnages (Cecht, dame Lusinga, Annoeth,...).

Et sinon, je regrette quand même, j'ai espéré durant presque toute ma lecture, que le bayraktar finirait proprement suriné par Benvenuto. Au souvenir de cette scène pénible, je ne comprends d'ailleurs pas pourquoi un tel déchaînement de violence. Certes, il fallait bien dissimuler les tractations secrètes en amôchant le messager, mais à ce point ! Etait-ce bien nécessaire ?
"


Titre: Re : Gagner la guerre
Posté par: Xaramis le 14Août, 2011, 19:46:43
La critique de Tosheros, publiée dans Casus NO (http://www.pandapirate.net/casus/viewtopic.php?p=890841#p890841) :

Citation de: Tosheros
J'ai fini Gagner la Guerre de Jaworski, le seul reproche que je trouve à faire c'est au niveau du découpage des chapitres qui sont parfois tellement long que ça devient dur de garder un bon rythme.

Même si les termes et les expressions que j'associe à l'époque moderne me faisaient tiquer à chaque fois avec une forte impression d'anachronismes, le vocabulaire employé est exceptionnel et la plume est de haute volée.

Les deux sorciers principaux sont des personnages incroyables tellement ils sont fourbes et calculateurs (http://www.pandapirate.net/casus/images/smilies/wub.gif)


Titre: Re : Gagner la guerre
Posté par: Akae le 16Août, 2011, 16:33:08
Perso je ne sais plus si je l'ai écrit ici ou ailleurs (j'ai la flemme de vérifier dans les 20 pages de fil de discussion  :mrgreen:), mais Janua Vera et Gagner la Guerre sont pour moi mes meilleurs souvenirs de lectures d'un roman de fantasy. C'est simple, je ne lisais presque plus rien avant en roman, par manque de temps et dû au fait que je lisais à longueur de journée des ouvrages scientifiques pour mes recherches.

Je rêve depuis de faire un jour voyager des personnages dans les méandres et les intrigues des Vieux Royaumes... A quand le JDR? :mrgreen:

Sinon prochain achat le recueil de nouvelle avec celle sur les nains :D


Titre: Re : Gagner la guerre
Posté par: Ohtar Celebrin le 16Août, 2011, 18:19:30
Il y a sur le site de la Cour quelques scénarii et du matériel pour faire jouer dans le Vieux Royaume avec une base de AD&D...


Titre: Re : Gagner la guerre
Posté par: Akae le 17Août, 2011, 00:10:02
merci Othar :D
J'avais même pas vu, je vais aller voir ça  :D


Titre: Re : Gagner la guerre
Posté par: Caracalla le 29Décembre, 2011, 11:10:01
Le père Noël a été généreux ! Youpi ! Encore 627 pages à lire ...  :lol:


Titre: Re : Gagner la guerre
Posté par: Usher le 29Décembre, 2011, 11:37:00
Gagner la guerre dans les petits souliers, c'est vraiment l'esprit de Noël : ça sent le sapin.


Titre: Re : Gagner la guerre
Posté par: Rom1 le 14Février, 2012, 18:07:23
Ce WE à Bagneux, lors de la conférence titrée "Quels textes attendent les éditeurs français", les invités ont longuement parlé de Gagner la Guerre comme l'exemple même du roman de fantasy français que tous auraient aimer  éditer.
Je tenais à le rapporter. (y avait des gens de Mnémos et Bragelonne dedans)


Titre: Re : Gagner la guerre
Posté par: Usher le 14Février, 2012, 20:48:28
Merci pour ce retour !
Dire qu'il n'y a pas si longtemps, j'envoyais (vainement !) des acrostiches courtisans à certains éditeurs…  ;D

Ceci dit, compte tenu de ma lenteur et du sujet atypique des prochains romans, j'ai peur de devenir moins bankable…


Titre: Re : Gagner la guerre
Posté par: Glorfindel le 14Février, 2012, 21:01:11
Oh, tu sais que nous te suivrons. Et puis tu ne peux pas réussir un protagoniste plus affreux que Benvenuto.


Titre: Re : Gagner la guerre
Posté par: Macbesse le 14Février, 2012, 21:48:18
N'empêche, ça prouve que l'édition prend conscience que le lectorat évolue, et ça c'est chouette.  :thumbsup:


Titre: Re : Gagner la guerre
Posté par: Rom1 le 15Février, 2012, 10:23:29
Citation
Ceci dit, compte tenu de ma lenteur et du sujet atypique des prochains romans, j'ai peur de devenir moins bankable…

Hum... Je vais te paraître cynique, mais à présent que tu es un nom - voire même une marque (cf. la façon dont est vendu Wastburg du collègue Cédric Ferrand) -, je pense que ta prose s'éditera et se vendra quoi qu'il arrive, à moins d'un gros flop non prévu. (auquel je crois peu)


Titre: Re : Gagner la guerre
Posté par: Hikaki le 15Février, 2012, 11:07:09
Je préviens toute fan féminine trop pressante (éditrice ou non) que je mords. Fort. Juste au cas où.


Titre: Re : Re : Gagner la guerre
Posté par: killerklown le 15Février, 2012, 13:49:28
Je préviens toute fan féminine trop pressante (éditrice ou non) que je mords. Fort. Juste au cas où.

Tu as abandonné ton "Rouleau à patisserie +3 Vorpale" ?


Titre: Re : Re : Re : Gagner la guerre
Posté par: Alias le 15Février, 2012, 15:37:54
Je préviens toute fan féminine trop pressante (éditrice ou non) que je mords. Fort. Juste au cas où.

Tu as abandonné ton "Rouleau à patisserie +3 Vorpale" ?

Maintenant qu'il y a des portiques anti-armes partout, elle s'est fait greffer des canines en nanocéramique. :mrgreen:


Titre: Re : Gagner la guerre
Posté par: Ohtar Celebrin le 15Février, 2012, 16:24:55
En tout cas le libraire de Scylla attend avec impatience le prochain ouvrage de Jean-Philippe.
Il m'en demande des nouvelle chaque fois que je vais me ruiner chez lui ! :P


Titre: Re : Re : Re : Re : Gagner la guerre
Posté par: Hikaki le 15Février, 2012, 17:33:30
Maintenant qu'il y a des portiques anti-armes partout, elle s'est fait greffer des canines en nanocéramique. :mrgreen:
Beaucoup plus discret pour entrer dans une convention des littératures de l'imaginaire.


Titre: Re : Gagner la guerre
Posté par: Macbesse le 15Février, 2012, 22:22:31
Je rebondis sur les propos de Rom1.

Citation de: Moutons électriques
Roman à facettes, Wastburg propose une vue en coupe d'une cité médiévale macérant dans une fantasy crépusculaire où la morale et la magie ont foutu le camp. C'est comme si San-Antonio visitait Lankhmar. Après La Voie du cygne de Laurent Kloetzer et Gagner la guerre de Jean-Philippe Jaworski, se dessine une véritable école de la « crapule fantasy.

Effectivement.

Marrant, j'ai une toute autre lecture de Gagner la Guerre, plus centrée sur Sassanos que sur Benvenuto et donc plus centrée sur l'horreur que sur la crapulerie.


Titre: Re : Gagner la guerre
Posté par: Azurhyàn le 18Avril, 2012, 15:46:23
Je suis un grand fan de Gagner la guerre, que j'ai acheté à sa sortie et déjà lu 4 fois (avec toujours autant de plaisir) mais je vais finir par le connaître par coeur si Usher ne se dépêche pas de publier la suite ... A quand le prochain chef-d'oeuvre ?


Titre: Re : Gagner la guerre
Posté par: Pan Paniscus le 18Avril, 2012, 15:54:12
La suite n'est surement pas pour demain, puisque le pavé sur lequel travaille  Usher actuellement n'a rien à voir avec le Vieux Royaume. Mais peut-être que ce sera bien aussi.  >:D


Titre: Re : Gagner la guerre
Posté par: Ohtar Celebrin le 18Avril, 2012, 16:27:40
Usher a donné un recours pour lui permettre d'accélérer son rythme d'écriture >:D :


Mais à propos de sortie future, peut on te submerger de questions sur l'avancée de ton prochain roman ? :D


Ca avance (mon éditeur en a lu un gros morceau cet été), mais ça avance trop lentement à mon goût. (Et au goût de mon éditeur aussi, même s'il me le laisse entendre avec un grand tact.)

Si vous voulez que ça avance plus vite, vous avez un recours. Vous écrivez une lettre à l'adresse suivante :

M. le Ministre de l'Education Nationale
Ministère de l'éducation nationale
110, rue de Grenelle
75357  Paris 07 SP

Et vous priez obligeamment le DRH d'arrêter la saignée dans le personnel enseignant.
Si j'avais moins de copies et des cours moins crevants, j'avancerais nettement plus vite.


Au passage, je viens de lire Wastburg de Cédric Ferrand que Macbesse et Rom1 évoquaient,  il mérite franchement le détours !!
Ce n'est pas le même style qu'Usher mais il se défend vraiment bien ! :thumbsup:
(je dis ça pour ceux qui ont besoin d'un palliatif pour patienter un peu... ;))


Titre: Re : Gagner la guerre
Posté par: Xaramis le 26Octobre, 2012, 23:37:47
Une critique de Janua Vera, trouvée dans un blog, où elle a été publiée dans le cadre d'un "défi littéraire" sur les Mondes imaginaires :
http://leblogbleu.over-blog.net/article-jean-philippe-jaworski-janua-vera-109427138.html (http://leblogbleu.over-blog.net/article-jean-philippe-jaworski-janua-vera-109427138.html)

Et dans les commentaire à ce premier billet, le lien vers un critique de Gagner la guerre :
http://en-lisant-en-voyageant.over-blog.com/article-gagner-la-guerre-65570376.html (http://en-lisant-en-voyageant.over-blog.com/article-gagner-la-guerre-65570376.html)


Titre: Re : Gagner la guerre
Posté par: Caracalla le 23Janvier, 2013, 22:29:42
Je dis çà, je dis rien, mais dans le dernier numéro de L'Histoire, il y a un chouette article intitulé “Le triste destin de la noblesse vénitienne”.

De quoi donner des idées pour le Vieux Royaume.

Quand on est bon, bien sûr.

Si jamais on ne sait pas quoi faire.

Si jamais on prend pitié du pauvre public qui attend ...  :P


Titre: Re : Gagner la guerre
Posté par: Usher le 23Janvier, 2013, 23:44:56
En fait, en ce moment, je suis plutôt plongé dans la culture celtique.

En ce qui concerne le Vieux Royaume, je me nourris beaucoup à la source des Plantagenêts (chez Flori et Aurell, en particulier). Lignée absolument fascinante, où je puiserai certainement mon inspiration pour la famille ducale de Bromael. Car le prochain roman du cycle (qui n'est pas pour demain) se passera au sein du duché.


Titre: Re : Gagner la guerre
Posté par: Kynan le 24Janvier, 2013, 20:37:41
Comment ça, "pas pour demain" ?? Mais on attends depuis longtemps, nous ?  :mrgreen:


Titre: Re : Re : Gagner la guerre
Posté par: Caracalla le 24Janvier, 2013, 23:42:18
le prochain roman du cycle se passera au sein du duché.

Allez, je ne retiens que cette partie de la phrase, c'est une chouette nouvelle.  :thumbsup:


Titre: Re : Re : Gagner la guerre
Posté par: Ohtar Celebrin le 25Janvier, 2013, 10:05:08
En fait, en ce moment, je suis plutôt plongé dans la culture celtique.

En ce qui concerne le Vieux Royaume, je me nourris beaucoup à la source des Plantagenêts (chez Flori et Aurell, en particulier). Lignée absolument fascinante, où je puiserai certainement mon inspiration pour la famille ducale de Bromael. Car le prochain roman du cycle (qui n'est pas pour demain) se passera au sein du duché.


Moi je retiens que tu bosses encore sur la culture celtique... ça avance comme tu veux ?
(comme tu veux = bien = comme nous le souhaitons... ;) :P)


Titre: Re : Gagner la guerre
Posté par: Alias le 25Février, 2013, 10:59:51
En retard de douze trains, trois avions et une vingtaine de voitures à bras, j'ai terminé ce week-end Gagner la guerre et je l'ai chroniqué derechef sur mon blog (http://alias.codiferes.net/wordpress/index.php/gagner-la-guerre-de-jean-philippe-jaworski/).

Pour résumé, même moi j'ai aimé. J'entends par là que je suis loin d'être un fan de fantasy, mais le contexte, les péripéties et surtout la langue du bouquin m'ont bien plu. Un bémol: le style très descriptif est parfois un défaut, rendant la lecture inutilement (à mon goût) compliquée. Mais parfois, donc ça va.


Titre: Re : Gagner la guerre
Posté par: Ouroboros le 25Février, 2013, 19:15:16
Hello

Ayant placé Gagner la guerre immédiatement dans le panthéon des meilleurs auteurs à mon goût (mieux écrit que le TdF, mais en même temps, c'est un roman étranger ; et bien meilleur que Wastburg, la faute à un fil rouge en pointillé), et passionné par la culture celte, je suis curieux d'en savoir plus sur les projets d'avenir. D'expérience, en parler publiquement provoque le devoir d'accélérer, même si ce n'est pas forcément une bonne chose pour le résultat.
J'arrive après la bataille, mais autant les elfes ne m'ont pas choqué, ils sont effectivement liés par certains aspects à la fête, et ça donne une saveur provençale de pays de cocagne, comme je voyais la région où ils voyageaient, et assez débridés pour qu'on les sente immortels, autant le nain m'a semblé bien fade, et guère différent d'un nain humain.
J'ai trouvé l'interlude à Bourg Preux intéressant en soi, mais plus comme un épisode à part annonçant une seconde saison qu'un morceau bien intégré dans le reste du récit. Mais même s'il est longuet dans ce cadre, j'avais oublié sa pesanteur depuis que j'ai lu le roman, il y a quelques mois, donc ça n'est pas trop grave. En tout, cela m'a donné furieusement envie de jouer à du Te Deum pendant les guerres d'Italie.

Bref. Bravo ! Plus vite, maintenant.


Titre: Re : Re : Gagner la guerre
Posté par: Ohtar Celebrin le 25Février, 2013, 19:37:07
Hello

Ayant placé Gagner la guerre immédiatement dans le panthéon des meilleurs auteurs à mon goût (mieux écrit que le TdF, mais en même temps, c'est un roman étranger ; et bien meilleur que Wastburg, la faute à un fil rouge en pointillé), et passionné par la culture celte, je suis curieux d'en savoir plus sur les projets d'avenir. D'expérience, en parler publiquement provoque le devoir d'accélérer, même si ce n'est pas forcément une bonne chose pour le résultat.
J'arrive après la bataille, mais autant les elfes ne m'ont pas choqué, ils sont effectivement liés par certains aspects à la fête, et ça donne une saveur provençale de pays de cocagne, comme je voyais la région où ils voyageaient, et assez débridés pour qu'on les sente immortels, autant le nain m'a semblé bien fade, et guère différent d'un nain humain.
J'ai trouvé l'interlude à Bourg Preux intéressant en soi, mais plus comme un épisode à part annonçant une seconde saison qu'un morceau bien intégré dans le reste du récit. Mais même s'il est longuet dans ce cadre, j'avais oublié sa pesanteur depuis que j'ai lu le roman, il y a quelques mois, donc ça n'est pas trop grave. En tout, cela m'a donné furieusement envie de jouer à du Te Deum pendant les guerres d'Italie.

Bref. Bravo ! Plus vite, maintenant.



Pour toute demande d'accélération, merci de t'adresser à l'académie du sieur en question...
(j'ai bien retenu la leçon, non ? :P ;))


EDIT : je me suis trompé, c'est au ministre de l’Éducation Nationale :


Si vous voulez que ça avance plus vite, vous avez un recours. Vous écrivez une lettre à l'adresse suivante :

M. le Ministre de l'Education Nationale
Ministère de l'éducation nationale
110, rue de Grenelle
75357  Paris 07 SP

Et vous priez obligeamment le DRH d'arrêter la saignée dans le personnel enseignant.
Si j'avais moins de copies et des cours moins crevants, j'avancerais nettement plus vite.

 :mrgreen:


Titre: Re : Re : Re : Gagner la guerre
Posté par: Usher le 25Février, 2013, 20:08:37

Pour toute demande d'accélération, merci de t'adresser à l'académie du sieur en question...
(j'ai bien retenu la leçon, non ? :P ;))

 :hello2:

Ouaip. Si pour une fois, on pouvait oublier de me convoquer au baccalauréat, ça me permettrait de gagner quinze jours pour écrire.  ;D
(Dix-neuf ans de cycle terminal et vingt-et-une convocations pour corriger le bac. Pas mal, non ?… )

En ce qui concerne Mère-Folle, je suis bien d'accord : quel nain piteux. Mais que voulez-vous : il a passé plus d'un siècle à boire des coups avec une bande de goliards et un elfe paillard. Ca excuse un brin la déchéance du nabot.

La société naine, je l'ai traitée dans Désolation, une nouvelle parue dans l'anthologie des Imaginales Victimes & Bourreaux (Mnémos). Je l'ai conçue à la fois comme un hommage à Tolkien, en particulier en m'inspirant très largement des civilisations germaniques et saxonnes du haut moyen âge, et aussi comme la subversion du modèle Tolkienien. (J'ai aussi ajouté un pétardier spécialiste des marmites explosives, quand même, pour le fun au fond des puits de mine.)

Soit dit en passant, fin mai, je publierai deux nouvelles sur le Vieux Royaume à l'occasion des Imaginales 2013. Il s'agira de deux récits plutôt crapuleux.
Profanation (à paraître dans une anthologie de dix ans de coups de cœur des Imaginales, chez ActuSF) reproduit la plaidoirie débordante de sincérité d'un détrousseur de cada d'un pauvre chiffonnier pris la main dans le linceul.
Le Sentiment du Fer (à paraître dans l'anthologie Elfes et Assassins, Mnémos) se déroule pendant la guerre d'Emancipation de Ciudalia, deux siècles avant l'action de Gagner la Guerre. On y suit un sinistre individu nommé Cuervo Moera, lointain devancier de Benvenuto, chargé de voler un livre de poésie au cœur du palais Rapazzoni. (Eh oui : les Chuchoteurs décrochent souvent des contrats de m…)

A terme, d'ici quelques années, je pense que je rassemblerai toutes les nouvelles publiées à droite et à gauche sur le Vieux Royaume pour en faire un nouveau recueil. (Toutes ces nouvelles ont une unité chronologique : elles se passent autour et pendant la guerre des Grands Vassaux.)

Quant à Rois du Monde, le roman celtique, le premier volume est écrit, le deuxième est en cours, et qui vivra verra.


Titre: Re : Gagner la guerre
Posté par: Léo le 25Février, 2013, 20:22:23
Après Même pas mort, "Qui vivra verra" serait donc le titre de ce second tome ?  :mrgreen:


Titre: Re : Gagner la guerre
Posté par: tristesire le 04Mars, 2013, 12:04:56
Bon et bien même si j'arrive après la guerre... J'attaque enfin  le pavé pour tenter de la gagner...


Titre: Re : Gagner la guerre
Posté par: Alias le 09Avril, 2013, 09:46:36
Finalement lu Janua Vera, que j'ai trouvé également très bon (http://alias.codiferes.net/wordpress/index.php/janua-vera-de-jean-philippe-jaworski/).

À mon avis, les deux peuvent se lire indépendamment de la chronologie: lire Janua Vera après Gagner la guerre ne m'a pas réellement spolié quoi que ce soit.


Titre: Re : Gagner la guerre
Posté par: tristesire le 09Avril, 2013, 10:00:32
Finalement lu Janua Vera, que j'ai trouvé également très bon (http://alias.codiferes.net/wordpress/index.php/janua-vera-de-jean-philippe-jaworski/).

À mon avis, les deux peuvent se lire indépendamment de la chronologie: lire Janua Vera après Gagner la guerre ne m'a pas réellement spolié quoi que ce soit.
Pareil!


Titre: Re : Gagner la guerre
Posté par: Ohtar Celebrin le 09Avril, 2013, 15:36:09
Citation de: Alias
Peu de réserves, donc: Janua Vera est un excellent recueil de nouvelles dans un genre médiéval-fantastique si souvent galvaudé par du sous-Tolkien ou du sous-D&D que l’originalité de ton et de narration dont fait preuve ici l’auteur apparaissent comme une tornade d’air frais. Prenez ça dans la sclérose, les tâcherons!

C'est vrai on peu faire du sous-D&D ?? ?? C'est possible ? Je pensais que c'était le zéro absolut de la fantasy  >:D :mrgreen:


Titre: Re : Gagner la guerre
Posté par: Alias le 10Avril, 2013, 10:47:36
Tu es jeune et donc naïf. Ça te passera. 8)


Titre: Re : Re : Gagner la guerre
Posté par: Cuchulain le 10Avril, 2013, 10:53:32
Tu es jeune et donc naïf. Ça te passera. 8)

A noter que grâce à Gagner la guerre j'ai fait un commentaire fantôme sur le blog d'Alias devenu le 5 millième (je suis infoutu de le retrouver/me souvenir de ce que j'ai écrit  :lol: :-[)


Titre: Re : Gagner la guerre
Posté par: Alias le 15Avril, 2013, 11:21:04
C'était juste un "j'aime" Facebook; j'ai un plug-in qui les rapatrie sous la forme d'un commentaire Wordpress (Social, pour ceux que ça intéresse).


Titre: Re : Gagner la guerre
Posté par: Glorfindel le 25Septembre, 2013, 10:24:31
Quelques divagations aux dépens de Benvenuto (http://cabinetcuriosit.blogspot.fr/2013/09/benvenuto-helas.html), jetées à la mer du web.


Titre: Re : Gagner la guerre
Posté par: Acritarche le 26Septembre, 2013, 08:46:46
Ouais... juste une publicité racoleuse pour le reskinnage de ton blog, quoi!  ;)
Du goudron et des plumes que je dis!  :mrgreen:


Titre: Re : Gagner la guerre
Posté par: Glorfindel le 26Septembre, 2013, 09:05:22
Zut, je suis démasqué. ;)

Vous comprenez, mon pauvre monsieur, les temps sont durs. Les blogueurs politiques me font une concurrence féroce et parfaitement déloyale. Et jusqu'ici, il n'y a qu'avec Game of Thrones et Même pas mort que j'ai fait des bons chiffres, alors je fais ce qui marche.


Titre: Re : Gagner la guerre
Posté par: Karibou le 01Octobre, 2013, 17:19:16
En allant acheter Même pas mort cet après-midi, j'ai vu que mon fourbe de libraire avait collé une superbe édition de Gagner la guerre à coté, avec une reliure solide, sur le même format que Même pas mort, en fait. En regardant la quatrième de couverture, rien ne m'a évoqué la présence de matériel supplémentaire. C'est bien la cas? Je n'aimerais pas repasser à la caisse, même si j'avoue que cette nouvelle édition est belle et luxueuse.


Titre: Re : Gagner la guerre
Posté par: Usher le 01Octobre, 2013, 17:21:54
Il y a une carte de Ciudalia. Mais pour le reste, c'est rigoureusement le même texte.


Titre: Re : Gagner la guerre
Posté par: Karibou le 01Octobre, 2013, 17:35:46
D'accord. Merci pour la réponse!


Titre: Re : Re : Gagner la guerre
Posté par: Ohtar Celebrin le 01Octobre, 2013, 17:52:14
En allant acheter Même pas mort cet après-midi, j'ai vu que mon fourbe de libraire avait collé une superbe édition de Gagner la guerre à coté, avec une reliure solide, sur le même format que Même pas mort, en fait. En regardant la quatrième de couverture, rien ne m'a évoqué la présence de matériel supplémentaire. C'est bien la cas? Je n'aimerais pas repasser à la caisse, même si j'avoue que cette nouvelle édition est belle et luxueuse.


Mon libraire préféré m'a accusé d'être une proie trop facile pour les éditeurs(et les libraires) peu scrupuleux... :-[

Mais elle est vraiment belle cette édition allors que voulez-vous...


Titre: Re : Gagner la guerre
Posté par: Karibou le 01Octobre, 2013, 20:29:00
J'ai préféré éviter de succomber, j'ai cru voir mon banquier armé d'un fusil à pompe pas loin.


Titre: Re : Gagner la guerre
Posté par: mog le 22Juillet, 2014, 09:41:53
Bonjour à tous,

Je pense que mon inscription à ce forum est un brin abusé, j'avais en fait quelques questions à poser au sujet du roman gagner la guerre  :-[
Livre que j'ai beaucoup aimé au passage.

SPOILERS






- Que représente exactement la marque qui atteint les deux elfes, et plus tard le sorcier ? est-ce une marque qui condamne ou au contraire amplifie ? ou bien un sacrifice pour un gain comme la perte de l'oeil du Dieu Odin lorsqu'il veut boire dans la fontaine de Mimir ?
J'aurais opté pour la troisième solution après la démonstration de Sassanos, mais...
De plus, le sorcier est-il allé réveiller les archontes (hypothèse) ? on n'en sait finalement peu, y-a-t-il un projet de roman où tout ceci sera expliqué ?



Titre: Re : Gagner la guerre
Posté par: Usher le 22Juillet, 2014, 10:16:29
Les stigmates d'Eirin et de Melanchter sont des flétrissures.
Ce sont les survivants de la maison du prince Ossirian, qui a trouvé la mort au cours de la bataille de la Listrelle en attaquant l'archonte Insanias. Au cours du corps à corps, Melanchter a été touché au visage par l'archonte : c'est l'empreinte de sa main qui l'a défiguré. Quant à Eirin, il a frappé à mort l'archonte : ce sont les éclaboussures d'ichor qui ont flétri sa main droite.

En ce qui concerne Sassanos, je ne dirai rien. Plus tard, dans des romans ultérieurs, on découvrira graduellement ce qu'il a commis. Et pour pasticher HPL, c'est vraiment indicible.



Titre: Re : Re : Gagner la guerre
Posté par: Kynan le 22Juillet, 2014, 10:39:05
En ce qui concerne Sassanos, je ne dirai rien. Plus tard, dans des romans ultérieurs, on découvrira

ARG.  Je veux.

Quand ?  :cool:


Titre: Re : Gagner la guerre
Posté par: mog le 22Juillet, 2014, 10:47:36
Ah ben pareil que kynan, on va prendre notre mal en patience  :mrgreen:
Merci beaucoup Usher !


Titre: Re : Gagner la guerre
Posté par: Usher le 22Juillet, 2014, 10:52:58
Il va falloir être trèèès patient.  :mrgreen:

Déjà, il faut que je termine les branches II et III de Rois du Monde. Chasse royale est bien avancé (mais me demande encore beaucoup de travail : il sera nettement plus gros que le précédent). La grande jument reste à écrire (et va me demander un boulot fou, qui m'effraie et m'enthousiasme simultanément). Normalement, je reviendrai au Vieux Royaume ensuite. Le prochain roman, Le chevalier aux épines, contiendra des traces subliminales des errements de Sassanos. Dans mon projet, ce sera surtout dans le suivant, probablement intitulé Le chapitre d'ivoire, que sera graduellement levé le voile sur la petite cuisine ésotérique du sapientissime.

Bref, c'est pas pour demain !  :P


Titre: Re : Gagner la guerre
Posté par: Marcello le 22Juillet, 2014, 11:32:49
Quel programme !  :thumbsup:

C'est bon de savoir qu'on pourra savourer tout ça dans les années à venir...


Titre: Re : Gagner la guerre
Posté par: Pan Paniscus le 22Juillet, 2014, 11:46:16
Sacré programme, il va falloir que tu publies ton checkup médical annuel ; histoire d'être sûr que bon tu vois quoi...

 :ali37:


Titre: Re : Gagner la guerre
Posté par: Macbesse le 22Juillet, 2014, 11:52:52
"Il n'est plus humain."
Feue la Lusinga.


Titre: Re : Gagner la guerre
Posté par: Cuchulain le 22Juillet, 2014, 13:30:14
Chouette ! Plein de bouquins à venir. Mais c'est pas tout ça après avoir fait de la pub il faut assurer. Hop-Hop-Hop : au boulot !  :al: :evil5:


Titre: Re : Gagner la guerre
Posté par: Elwood Bob le 22Juillet, 2014, 18:43:03
Bon courage et beaucoup de persévérance !

J'attends moi aussi ses livres avec impatience !


Titre: Re : Gagner la guerre
Posté par: cavaillon le 10Septembre, 2014, 22:02:17
J'espère que tu apprécies Glenn Cook, Usher, car ma collègue de boulot, qui ne tarit plus d'éloges depuis que je lui ai prêté "Gagner la Guerre" m'a dit aujourd'hui (nous parlions d'auteurs de SF et Fantasy) : "Jean-Philippe Jaworski, pour moi, c'est un grand ! J'aime beaucoup Glenn Cook, mais là, c'est encore mieux !".

Je n'ai pas encore lu cet auteur (c'est dans ma pile), donc je n'abonderai pas, mais peut-être que ça te fera monter un peu de rouge aux joues...     ;)


Titre: Re : Gagner la guerre
Posté par: Usher le 10Septembre, 2014, 22:28:04
C'est un beau compliment ! Merci de t'en faire l'écho.  :D


Titre: Re : Gagner la guerre
Posté par: Orlov le 11Septembre, 2014, 18:36:04
Je viens de découvrir ce fil !

Je tiens aussi à crier mon amour pour ce roman qui a constitué la base de notre campagne quadriennale de Ptolus  et a constitué l'un de mes principaux cadeaux l'année où je l'ai lu.

En plus je viens de découvrir qu'il en existe une adaptation en mode AD&D2.

Merci !


Titre: Re : Gagner la guerre
Posté par: cavaillon le 17Novembre, 2014, 00:00:54
Usher, ma collègue ayant aimé ton livre (voir trois messages au-dessus) te traite de "Vicomte". Devant mon air perplexe, elle a ajouté que tu comprendrais si tu connais le monde de la B.D.  mieux que moi.


Titre: Re : Gagner la guerre
Posté par: Usher le 17Novembre, 2014, 17:37:32
C'est un joli compliment (quoique non dénué d'une certaine acrimonie de lecteur frustré, si j'ai bien compris !  ;D) : je pense que c'est une allusion au dessinateur de la Balade au Bout du Monde, qui a refusé de continuer la série après quatre tomes.

Dans un registre très différent, c'est acté : les droits de traduction de Gagner la Guerre en japonais ont été achetés par l'éditeur Shogakukan. Il s'agit d'une grosse maison d'édition de l'archipel : l'une des quatre plus importantes. C'est donc un joli coup pour Benvenuto, les Moutons et moi.  :D


Titre: Re : Gagner la guerre
Posté par: killerklown le 17Novembre, 2014, 18:39:20
La piscine pourrait-elle devenir Olympique ?
Félicitations !


Titre: Re : Gagner la guerre
Posté par: Hikaki le 17Novembre, 2014, 18:56:31
Alors, en fait, un couloir semi-olympique m'irait, mais j'y ajoute désormais le jacuzzi et le sauna. Et le toit, et le chauffage.


Titre: Re : Gagner la guerre
Posté par: Ohtar Celebrin le 17Novembre, 2014, 22:55:00
T'es devenue exigeante ma parole !!

Bon fais nous signe quand ça sort là bas, j'ai un cousin qui vit (et s'est marié) au Japon, il pourra peut-être nous dire comment ça donne...


Titre: Re : Re : Gagner la guerre
Posté par: cavaillon le 17Novembre, 2014, 23:11:40
C'est un joli compliment (quoique non dénué d'une certaine acrimonie de lecteur frustré, si j'ai bien compris !  ;D)


Tu as parfaitement compris !    ;D

je pense que c'est une allusion au dessinateur de la Balade au Bout du Monde, qui a refusé de continuer la série après quatre tomes.

Renseignements pris, c'est effectivement de lui qu'il s'agit, mais pas pour cette raison : c'est parce qu'il a laissé s'écouler quinze ans entre le premier et le deuxième tome...


On croise les doigts pour les ventes au Japon. Est-ce que les nippons auront le plaisir de lire le précédent de "Gagner la Guerre" : "Mauvaise Donne" ?


Titre: Re : Gagner la guerre
Posté par: cavaillon le 18Novembre, 2014, 23:19:16
J'ai écrit une bêtise, hier. Les 15 ans, c'est entre le premier et le second tomes de ''Sasmira'', du même Vicomte.
 :-[


Titre: Re : Gagner la guerre
Posté par: Yodram le 05Janvier, 2016, 15:28:09
La librairie Mollat à Bordeaux fête ses 120 ans.
A cette occasion, elle organise un jeu littéraire permettant à ses participants -lecteurs de gagner les 50 "folio" préférés des libraires (http://blogs.mollat.com/mollatbouge/2015/12/23/gagnez-50-folio-chaque-mois/).
Eh bien figurez-vous qu'en seconde position sur l'affiche, que trouve-t'on ? Je vous le donne en mille : GAGNER LA GUERRE !  :D

Bon, pour être totalement honnête, j'espère que l'ordre de l'affiche est aléatoire, parce qu'en première position, ils ont mis le "Philosophe du Flore qui vient régulièrement garer sa Porsche garnie d'un exemplaire de la gente féminine maquillée comme un camion volé", j'ai nommé le tout petit Frédéric B.
Heureusement, on y trouve aussi Perec, Calvino, Camus, Céline, Asimov et tant d'autres


Titre: Re : Gagner la guerre
Posté par: Usher le 05Janvier, 2016, 21:28:39
Ca fait plaisir, c'est sûr !
D'autant que Mollat est un temple incontournable en Aquitaine !


Titre: Re : Re : Gagner la guerre
Posté par: Macbesse le 05Janvier, 2016, 22:29:49
Bon, pour être totalement honnête, j'espère que l'ordre de l'affiche est aléatoire, parce qu'en première position, ils ont mis le "Philosophe du Flore qui vient régulièrement garer sa Porsche garnie d'un exemplaire de la gente féminine maquillée comme un camion volé", j'ai nommé le tout petit Frédéric B.
Heureusement, on y trouve aussi Perec, Calvino, Camus, Céline, Asimov et tant d'autres

Il n'y a vraiment pas beaucoup de fautes de goût. Je n'en vois que trois.  ;)


Titre: Re : Gagner la guerre
Posté par: cavaillon le 13Octobre, 2016, 22:05:51
Ouais. J'aime bien Bob Dylan, sans plus.

Mais franchement, pour la littérature, j'aurais plutôt primé Usher, personnellement.


Titre: Re : Gagner la guerre
Posté par: Ohtar Celebrin le 31Janvier, 2017, 22:26:59
Je pourrais poster dans "je suis content" tiens...


Autant là où je fais ma formation, les amateurs de littératures de l'imaginaire sont trèèèès discrets, autant dans mon nouveau boulot, ce n'est pas la même chanson !

Aujourd'hui j'ai discuté avec un collègue (un chef de service en fait) et un chercheur-à-la-retraite-qui-bosse-toujours

Le premier avait lu et gardé un très bon souvenir de Janua Vera et en particulier de cette très belle nouvelle avec un Elfe et une paysanne.
Un peu plus tard il me dit qu'il a vraiment aimé un roman de fantasy dans un univers renaissance Italienne mais dont il ne se souvient plus du titre.... ;D


Du coup le second qui avait eu une mauvaise expérience de la fantasy a prit les référence des deux livres pour se faire un nouvel essai !!!


Titre: Re : Gagner la guerre
Posté par: Rom1 le 08Décembre, 2017, 10:56:16
Tiens ! J'ai vu passer sur Facebook une carte du Vieux Royaume réalisée par Frédéric Gênet.
Une exclu à nous confier, cher JP ?  >:D


Titre: Re : Gagner la guerre
Posté par: Usher le 08Décembre, 2017, 18:59:47
Eh oui, le Conseil Muet a décidé de lancer la campagne de désinformation. Cette carte qui circulait sous le manteau faisait partie de la stratégie d'intoxication…  >:D

Je confirme donc que Gagner la Guerre va être adapté en série BD et sortira aux Editions du Lombard. Fred Genêt y travaille depuis plus d'un an : il a scénarisé et dessiné le premier album, qui est l'adaptation de Mauvaise donne. La BD sortira en avril dans un tirage limité en noir et blanc, surtout destiné aux libraires et aux connaisseurs ; la version couleur sortira en mai. La Carte du Vieux Royaume en fera partie, effectivement.


Titre: Re : Gagner la guerre
Posté par: Léo le 08Décembre, 2017, 19:10:11
Chouette, hâte de voir ça :thumbsup:


Titre: Re : Gagner la guerre
Posté par: FaenyX le 08Décembre, 2017, 21:07:42
Je suis tout aussi impatient de découvrir cette BD.  :D


Titre: Re : Gagner la guerre
Posté par: Mortlock le 08Décembre, 2017, 21:38:55
Ça c'est une belle nouvelle ! Impatient moi aussi !


Titre: Re : Gagner la guerre
Posté par: Ohtar Celebrin le 08Décembre, 2017, 22:04:37
Également !!! :thumbsup:

Je vais enfin avoir matière à question dans le quizz bd sans risquer d'assassiner le quizz !!! :-\
Sûr que tu le fais exprès pour ça  :mrgreen:


Titre: Re : Gagner la guerre
Posté par: Caracalla le 08Décembre, 2017, 23:33:51
Moi ! Je suis connaisseur, M'sieur !  :thumbsup:


Titre: Re : Gagner la guerre
Posté par: Xaramis le 10Juin, 2018, 10:05:39
(http://www.dbdmag.fr/files/couvertures/5b0581c5-f6d4-4a09-a65b-3eff5cde7a3a.jpg)

Qui trouve-(t-on mentionné sur la couverture du n° de dBD actuellement en kiosque ? ;)


Titre: Re : Gagner la guerre
Posté par: Teutoknight le 14Février, 2020, 14:46:40
salut tout le monde (je suis un petit nouveau) !  mon frère m'a conseillé ce livre et j'ai a-do-ré.  :o Du coup j'ai lu à peu près tout du même auteur, janua vera et le sentiment du fer compris, et j'ai même lu la BD que je trouve vachement moins bonne que le livre. Trop de passages et de dialogues intéressants qui ont sautés.  :(
Je n'ai pas vu beaucoup de personnes l'a citer mais une des nouvelles qui m'a le plus marqué c'est Profanation. Je me trompe peut-être mais j'ai l'impression que l'auteur s'est vraiment éclaté à l'écrire, c'est une nouvelle délicieuse.
Et puis le coup du clergé du desséché qui a sa propre police scientifique à base d'augures qui analysent le sang sur les objets et lisent l'identité de la victime dedans, en mode NCIS, splendide !  ;D

Pour revenir sur Gagner la Guerre, moi qui sortais de l'assassin royal avec son héros tout mièvre et gentillet ça m'a fait plaisir de suivre enfin un bad boy qui s'assume complètement (mais j'aime quand même l'assassin royal hein), même si je trouve que certains cassent beaucoup de sucre sur le dos de Benvenuto. A part le passage de la petite porte qui va loin dans le monstrueux, dans le reste du livre, Benvenuto est surtout violent et méchant par nécessité plus que par plaisir.  :thumbsup: Jamais par plaisir d'ailleurs, enfin  j'ai peut-être des trous de mémoire mais je ne me souviens pas d'une scène où Benvenuto ait pris du plaisir à tuer ou faire du mal. indifférent au mal qu'il fait, oui, mais bon, vous avez vu la vie qu'il a eu, il faut quand meme avoir le cuir bien tanné pour survivre dans les phalanges, puis dans le monde des tueurs à gage, et enfin dans le nid de vipères qu'est la haute société ciudalienne. Benvenuto cherche rarement à faire du mal, il le fait  quand il doit survivre. Mais c'est sûr que quand on le cherche, on n'a pas à s'y reprendre deux fois, il est quand même bon client pour casser des dents et poignarder des larrons. Si on lui jette le gant, il le ramasse toujours.  :P

Bref, je suis d'accord avec tout ce que j'ai lu sur internet, c'est incroyablement bien écrit, l'univers est absolument captivant dans tous ses aspects et très riche (il suffit qu'un lieu soit évoqué et on meurt tout de suite d'envie de l'explorer), l'histoire est géniale (Benvenuto qui s'échappe du palais curial, woooaaah ) et je trouve que l'auteur a vraiment l'art de donner une vie et une substance à tous les personnages en quelques lignes. Par exemple Daggarella, sa description est brève mais fascinante, sa personnalité transpire de ses dialogues  et de la manière dont il parle, on a tout de suite envie d'en savoir plus sur lui, d'où il vient, comment il a appris ses techniques d'assassinat et d'infiltration, qui l'a formé, est-il plus dangereux que Benvenuto ou don Mascarina, etc, pareil pour son compère avec la croix sur la joue, hop un petit signe particulier qui fait tout de suite se poser tout un tas de question. Les personnages ont l'air de vivre vraiment en dehors du livre. Il n'y a pas beaucoup d'auteurs qui réussissent à retranscrire ça je trouve, enfin c'est mon ressenti. chapeau !

Je ne sais pas si une suite est prévue mais moi j'adore y aller de mes petites prédictions sur ce qui va se passer ensuite, quand je finis un livre ou un film, alors voilà : Ettore Sanguinella est le prochain qui va y passer (le podestat ne peut décemment pas laisser un ennemi aussi dangereux en vie, surtout après toutes les crasses qu'il lui a fait, et puis c'est un peu le dernier obstacle à abattre avant d'avoir vraiment les pleins pouvoirs sur ciudalia), Benvenuto va être envoyé en bromael pour assassiner l'épouse du duc et laisser le champ libre au podestat pour lui proposer sa fille, et enfin mon petit doigt me dit que les elfes isolationistes qui ferment leurs frontières et veulent qu'on les laisse tranquille, c'est des foutaises. je ne leur fais pas confiance aux oreilles pointues !  ;D Ils attendent juste que leurs adversaires s'affaiblissent pour pouvoir révéler au grand jour leurs ambitions expantionistes et tirent les ficelles dans l'ombre (depuis des siècles !) pour mettre le bazar dans le vieux royaume. En fait ce sont eux qui ont volontairement mis le feu aux poudres pour provoquer la guerre entre ciudalia et ressine et ils ont aussi des agents infiltrés dans les clans d'ouromagne pour leur permettre de lancer des raids sur bromael aux moments les plus opportuns (bon là je pars loin  :-X ). A moins que les elfes ne se révèlent ultimement n'être que des pantins dirigés depuis le début... par les gnomes ?  :o

Dernière remarque : je suis le seul à avoir imaginé que le nom "conseil muet" des chuchoteurs est à prendre de manière littérale ? j'y ai pensé quand Benvenuto retrouve son mentor dans son jardin dans janua vera. Et si le conseil muet était vraiment constitué de muets et que la condition pour l'intégrer c'était de recevoir le chatiment des trois traits et d'y survivre ? J'imagine bien la réunion avec dix gars en robes noires autour d'une table, tous avec les yeux et les lèvres cousues, dans un silence de mort, qui donnent leurs ordres via des vagues gestes de la main que leurs serviteurs ont appris à déchiffrer. Ambiance  ;D


Titre: Re : Gagner la guerre
Posté par: Ohtar Celebrin le 15Février, 2020, 21:05:23
Alors rapidement :
1- Bienvenue, il y a un fil dédié si tu veux tr présenter. Rien d'obligatoire.

2- Fais gaffe, c'est le Benvenito qui raconte... Son témoignage, en particulier quant à sa moralité, est à prendre avec des pincettes... Il est probable qu'un autre que lui aurait un tout autre son de cloche...  8)

3- Il n'est pas tout à fait impossible que tu croise l'auguste plumitif en des lieux, paraîtrait qu'il connaisse la tôlière... ;)

4- Sympa les spéculations !


Titre: Re : Gagner la guerre
Posté par: estrella le 18Février, 2020, 13:30:30
Ta vision du conseil muet me fait rire :

Bonjour la communication dans un groupe d'aveugles muets, ça vaut vachement le coup dans ces conditions de se coller autour d'une table pour... échanger.  ;D .


Si c'est pour que les serviteurs soient au courant de tout autant garder sa langue et ses yeux.  :-X.



Titre: Re : Gagner la guerre
Posté par: Sandwich le 18Février, 2020, 15:17:07
Citation
Bonjour la communication dans un groupe d'aveugles muets, ça vaut vachement le coup dans ces conditions de se coller autour d'une table pour... échanger.  Grin .

Pourquoi pas un langage hautement sophistiqué à base de "Hmmmm..." et de "HmmMMM !" qui, selon la cadence et l'intonation, peuvent avoir différents sens ? A la fois sinistre et hautement comique. ;D


Titre: Re : Gagner la guerre
Posté par: Lurker-Above le 18Février, 2020, 16:46:51
Citation
Bonjour la communication dans un groupe d'aveugles muets, ça vaut vachement le coup dans ces conditions de se coller autour d'une table pour... échanger.  Grin .

Pourquoi pas un langage hautement sophistiqué à base de "Hmmmm..." et de "HmmMMM !" qui, selon la cadence et l'intonation, peuvent avoir différents sens ? A la fois sinistre et hautement comique. ;D

Une sorte de morse finalement. Qui d'ailleurs pourrait aussi bien passer par des tapotements sur la table, pourvu qu'elle soit assez petite et/ou conduise assez bien les vibrations. Du coup notre groupe d'Hélènes Kellers  pourrait aussi bien se réunir en public, comme une anodine bande de mendiants, et tenir conseil dans une auberge bondée en toute tranquillité.
Je crois que je vais retenir l'idée...


Titre: Re : Gagner la guerre
Posté par: estrella le 18Février, 2020, 18:26:19
J'imagine la transposition sur notre gouvernement. Et pour faire bonne mesure j'y ajoute mentalement un petit coup de sécateur.

Avant de me prendre un coup de matraque, de gaz lacrymo, de LBD je précise que c'est de l'humour, 100 % blague garantie.

Et j'invite  vivement toute personne qui viendrait à prendre ces propos au sérieux à se rendre d'urgence au commissariat le plus proche pour dénoncer ses pensées non conformes.