Les Salons de la Cour

08Décembre, 2021, 16:11:49
Bienvenue, Invité. Veuillez vous connecter ou vous inscrire.

Connexion avec identifiant, mot de passe et durée de la session
Pages: [1] 2 3 4   Bas de page
  Imprimer  
Auteur Fil de discussion: [Inspis JdR] Piocher ici et là  (Lu 19751 fois)
0 Membres et 1 Invité sur ce fil de discussion.
Xaramis
Chambellan
Pétardier
*****
Hors ligne Hors ligne

Messages: 7 945



WWW
« le: 13Avril, 2008, 15:42:22 »

Comme je l'ai déjà écrit par ailleurs, je suis plutôt peu doué pour écrire des scénarios de JdR à partir de rien. Je suis plutôt du genre à adapter en scénario des histoires que j'ai lues ou vues et qui m'ont plu. Parfois, je pioche des bouts de trame ici, des PNJ là, une situation secondaire encore ailleurs.
Ces sources d'inspiration ne sont pas toujours directement liées à un univers de JdR en particulier : un roman policier contemporain peut m'inspirer pour un scénario de cape et d'épée, une anecdote napoléonienne pour une ambiance antico-romaine.

En ouvrant ce fil, je nous invite à partager nos inspirations en indiquant de quelle manière une lecture, un film, des faits divers, une exposition, etc., peut nourrir une aventure de JdR (scène, scénario, PNJ, etc.).
L'idée est de constituer une sorte de base documentaire d'inspirations rôlistiques vues par les Obéronnistes, ouverte bien sûr à commentaires et discussions.



Je me permets en outre quelques conseils et demandes à ceux qui soumettront des inspirations :

-  bien référencer l'œuvre citée (notamment titre complet, auteur ou réalisateur, etc.) ;

- dans le cas de l'inspiration pour une trame complète, essayer, autant que possible, de ne pas gâcher par des révélations trop explicites (« spoilers ») le plaisir de lecture ou de visionnage de ceux qui voudraient découvrir l'œuvre en question ;

- indiquer si vous pensez que cette inspiration peut être valorisée dans n'importe quel JdR, ou dans une famille de JdR en particulier (par exemple « pour univers de futur proche sombre »), ou si, pour la mettre en pratique il faut des conditions spéciales pour l'univers du jeu (par exemple : « de préférence pour une univers sans pouvoir centralisé efficace », ou « à éviter dans un univers très magique ») ;

- indiquer si vous avez déjà utilisé cette inspiration dans un scénario, et éventuellement si vous avez publié le scénario (sur le net, dans une revue, dans un jeu, etc.).


A votre bon cœur, M'sieurs-dames.
Journalisée

Chez Monsieur de C., dans le sillage de Corto ou au Club Série Noire. Mes inspirations rôlistiques sont dans Inspirôle.
Xaramis
Chambellan
Pétardier
*****
Hors ligne Hors ligne

Messages: 7 945



WWW
« Répondre #1 le: 13Avril, 2008, 15:44:47 »

Titre : Énigmes dans l’Himalaya (titre original : Ragtime in Simla)
Auteur :  Barbara Cleverly
Type : roman policier
Édition : LGF - Livre de poche (ISBN 978-2253099086 )


Éléments d'inspiration
La trame tourne autour de l'usurpation de l'identité d'une personne par une autre et du fait que, fortuitement, quelqu'un se trouve en mesure de découvrir cette usurpation, devenant par là-même un témoin gênant.

Pour quel(s) JdR ?
L'adaptation en scénario de JdR peut se faire en respectant l'ambiance originale (les Anglais aux Indes), mais conserver la trame tout en changeant d'univers est très facile.
Pour ma part, j'ai sans honte pioché cette inspiration pour le 5ème concours de la Cour d'Obéron, avec le scénario Vous ai-je déjà vue quelque part ?, écrit pour Castle Falkenstein (ambiance Ottoman Empire) et que j'ai, peu après, adapté pour Arkeos (à Istanbul). Et je lui ai donné une nouvelle incarnation avec le scénario Jeux de Dames pour Te Deum pour un massacre (à paraître dans Le boutefeu imprimé n°2).

Journalisée

Chez Monsieur de C., dans le sillage de Corto ou au Club Série Noire. Mes inspirations rôlistiques sont dans Inspirôle.
Xaramis
Chambellan
Pétardier
*****
Hors ligne Hors ligne

Messages: 7 945



WWW
« Répondre #2 le: 13Avril, 2008, 17:05:50 »

Titre : Black Lotus (pas de traduction en français, à ce jour)
Auteur : Laura Joh Rowland
Type : roman policier historique (dans le Japon du 17ème siècle)
Edition : Saint Martin’s Paperbacks (2002 ; ISBN 978-0312979584)


Éléments d'inspiration
Une petite fille est soupçonnée d'être la coupable de l'incendie qui a ravagé une partie d'un temple. Mais derrière cet incendie et cette coupable un peu trop facile se cachent les agissements d'un groupe religieux aux visées dangereuses.

Un roman qui peut servir à mettre au cœur d'un scénario (voire d'une campagne) un groupe religieux, une secte, menaçant (avec des raisons légitimes ou pas) le pouvoir en place.
Intéressant, par exemple, pour jouer sur les équilibres ou confrontations entre pouvoir temporel et pouvoir spirituel, ou sur l'ambivalence d'un groupe religieux entre pouvoir spirituel et temporel.


Pour quel(s) JdR ?
L'adaptation est à peu près immédiate pour des JdR d'ambiance « japonaise » ou « japonisante » (de Sengoku à L5A en passant par Usagi Yojimbo).
Mais elle n'est pas difficile pour d'autres univers dans lesquels les groupes religieux, les sectes, ont une place forte dans la société ou une envie de s'y tailler une place forte.
Je l'ai, par exemple, adapté pour Warhammer dans le cadre du 8ème concours de scénarios de la Cour.

Journalisée

Chez Monsieur de C., dans le sillage de Corto ou au Club Série Noire. Mes inspirations rôlistiques sont dans Inspirôle.
Toucan
Invité
« Répondre #3 le: 13Avril, 2008, 17:27:37 »

Titre : Ne touchez à rien !
Auteur : Bezian & Simsolo
Type : Bande dessinée avec un soupçon de fantastique
Edition : Albin Michel (2004)

Eléments d'inspiration
Une maison étrange où il se passe de drôles d'événements et où l'apparence de chacun lui est révélée avec malice. Quatre époques successives, un esprit comique qui croque assez méchamment le goût de l'argent et de la réussite.

Une bande dessinée qui peut servir en tant que telle de scénario, fournir un lieu atypique, des relations sombres entre personnages.
Intéressant comme révélateur puissant des pulsions inavouables. Il faut, pour pouvoir en faire profiter les joueurs, trouver un moyen de leur faire goûter le comique des situations et des tableaux.

Pour quel(s) JdR ?
Du dix-neuvième siècle à nos jours, de préférence avec de l'occulte : Crimes, Nephilim, L'Appel de Cthulhu....
Le grotesque des situations peut très bien aller avec un jeu comme INSMV ou tout univers un peu parodique ou satirique.
« Dernière édition: 13Avril, 2008, 17:30:41 par Dans le mur » Journalisée
Xaramis
Chambellan
Pétardier
*****
Hors ligne Hors ligne

Messages: 7 945



WWW
« Répondre #4 le: 13Avril, 2008, 17:59:12 »

Titre : Les agents secrets de Venise au XVIIIe siècle (1705-1797)
Auteur : Documents choisis et publiés par Giovanni Comisso
Type : Recueil de dénonciations tirées des archives du Conseil des Dix, autorité suprême de la Sérénissime
Edition : Quai Voltaire (1990, ISBN 978-2876530843)


Éléments d'inspiration
Ces dénonciations sont très diverses, portant sur des sujets aussi variés que des soupçons d'intelligence entre des citoyens de la ville et des étrangers, des pratiques bizarres dans des entrepôts ou encore des activités de publication séditieuse. Certaines peuvent servir d'entrée en matière ou de synopsis à des scénarios (l'une de ces dénonciations, par exemple, parle d'un entrepôt où l'on voit entrer des gens qui n'en ressortent jamais), ou à faire un portrait de PNJ.


Pour quel(s) JdR ?
A défaut, pour l'instant ( ), de JdR spécifiquement destiné à jouer directement dans la Venise du Settecento, cette source d'inspiration peut être utilisée pour des jeux historiques à d'autres époques de Venise ou pour des jeux mettant en scène une cité qui lui ressemble (un « petit » état soucieux de préserver son indépendance, dirigé par un conseil oligarchique un tantinet paranoïaque, et où de « braves citoyens » apportent leur aide au maintien de la sécurité par des dénonciations).
Ainsi, on peut en faire des adaptations pour Te Deum, pour Capitan Alatriste, pour Guildes et son livret sur les Ven'Dyss, pour les Vodacce de 7th Sea, etc.
Mais je pense que ça ne déparerait pas non plus dans l'univers de Praetoria Prima, d'après ce que j'en ai lu.
Journalisée

Chez Monsieur de C., dans le sillage de Corto ou au Club Série Noire. Mes inspirations rôlistiques sont dans Inspirôle.
Puck
Maistre de camp
**
Hors ligne Hors ligne

Messages: 2 919


« Répondre #5 le: 13Avril, 2008, 19:51:11 »

Titre: Neverwhere
Auteur: Neil Gaiman

Inspiration pour :Tout jdr sombre et contemporain comportant une dimension fantastique

Eléments Présence d'un monde parallèle au notre avec ses propres codes et ses peuples distincts. Existence de portes pour passer d'un monde à l'autre.
PNJ hauts en couleur (Croup et Vandemare font froid dans le dos
« Dernière édition: 14Avril, 2008, 13:28:47 par Puck » Journalisée

Marre d'entendre parler de Michael Jackson. Vivement qu'il meurt.
Xaramis
Chambellan
Pétardier
*****
Hors ligne Hors ligne

Messages: 7 945



WWW
« Répondre #6 le: 13Avril, 2008, 21:09:02 »

Pourrais-tu donner un peu plus de détail sur ce qui peut en être repris dans un JdR ? L'univers de la série ou du roman, leurs trames, leurs personnages ?
En l'absence de tels détails, je crains que le fil ne tourne à un catalogue de titres de romans ou de films, sans qu'il y ait de valeur ajoutée.

Merci d'avance.
Journalisée

Chez Monsieur de C., dans le sillage de Corto ou au Club Série Noire. Mes inspirations rôlistiques sont dans Inspirôle.
Toucan
Invité
« Répondre #7 le: 13Avril, 2008, 21:32:20 »

Titre : Le club des hachichins
Auteur : Théophile Gautier
Type : Dégustation de haschich
Edition : Domaine public (In Libro Veritas, La littérature équitable)

Eléments d'inspiration
Le Club des Haschichins a bel et bien existé, entre 1844 et 1849. T. Gautier décrit son arrivée, l'intrusion du délire et la dilatation du temps. Il peut, au minimum, donner un aperçu de ce qu'onirique ou délirant peut signifier.

Pour quel(s) JdR ?
Tout jeu qui comporte du tabac et une porte vers les esprits, l'inconscient collectif ou un monde des idées.
Je le déconseillerais pour des univers oniriques (cela affaiblirait la dispersion dans le hasch) ou des scénarios trop sérieux (il faut de la coopération pour que ça prenne).

Adapté ?
Transformé pour Nephilim (un petit truc dans le hasch), à Venise, en renfort des Archives secrètes du Duc de St Amand. L'intérêt de l'univers de Nephilim est de permettre d'osciller entre poches oniriques (les Akasha) et virées dans des cauchemars (s'il y a des Selenim ou des Anti-Akasha, ça peut ressembler à L'île des morts de Sorel & Mosdi). Je ne m'en suis pas privé. Cela a permis une rencontre avec une certaine Cour de Venise, le tout en ambiance : des personnages défoncés qui pensent rêver encore (quand ils ont réalisé qu'ils n'avaient pas rêvé, eh bien...).
« Dernière édition: 13Avril, 2008, 21:52:52 par Dans le mur » Journalisée
cccp
TDCA
Pétardier
*
Hors ligne Hors ligne

Messages: 7 492



WWW
« Répondre #8 le: 14Avril, 2008, 13:38:43 »

Titre : Salambô
Auteur : Gustave Flaubert
Type : Syndicalisme mercenaire

Pour quel(s) JdR ?
Légendes Celtiques

Adapté ?
C'était à Mégare, dans les faubourgs de Carthage, dans les jardins d'Hamilcar.
Vous connaissez l'histoire, les mercenaires des Carthaginois qui aurait dû être payé grâce aux "bénéfices" de la première guerre punique ne sont pas payé et réclament leur salaire. Cette situation va dégénérer. Mathô, un des mercenaire, et Splendios (ou Splendius) un Grec sorti d'on ne sait trop où prennent la tête de cette révolte.

Mâtho est un personnage charismatique et romantique. Splendios est son éminence grise, le roman n'explique pas vraiment qui il est, d'où vient t'il et pourquoi lutte.

Le but du scénario a été de trouver ça et de voir sa monté en puissance.

Le problème dans la partie que j'ai faite sur cette idée, c'est qu'il a été catalogué dans la catégorie méchant par mes joueurs.
Journalisée

secrétaire général de Gothlied une tragédie épique de chevaliers germaniques.

Page FaceBook
Toucan
Invité
« Répondre #9 le: 21Avril, 2008, 17:31:08 »

Titre : Suprême
Auteur :  Alan Moore (scénario) & illustrateurs
Type : comic
Édition : Génération Comics


Éléments d'inspiration
La construction du récit peut être reprise en l'état par tout MJ qui souhaite synthétiser les éditions successives d'un jeu ou les influences de différents univers dans un même jeu - voire passer de l'un à l'autre s'il est adepte, comme jibe, du méta-jeu.
Différentes époques pour différents styles graphiques, différentes types de dialogue et une mise en abyme en fin de comic qui peut servir à donner le vertige.

Pour quel(s) JdR ?
Des JdR suffisamment codifiés ou formalisés pour supporter ce genre de sentiment de maîtrise en toc ou dans lesquels le MJ souhaite faire le ménage et le justifier dans la fiction : le Monde des Ténèbres pour n'en citer qu'un. A l'inverse de Watchmen, Suprême vise le ravalement de façade d'un support éculé et plonge dans l'archétype kitsch pour y parvenir : pris au pied de la lettre ce peut être une vraie catastrophe (le Monde des Ténèbres pour... vous m'avez compris).
Journalisée
Toucan
Invité
« Répondre #10 le: 22Avril, 2008, 11:22:31 »

Titre : La contrebasse
Auteur : Patrick Süskind
Type : Monologue de frustrations et de rancoeurs d'un musicien de second ordre dans un orchestre de premier ordre
Edition : Fayard (Poche)

Eléments d'inspiration
La vision de son monde par un personnage qui vit douloureusement son expérience de contrebassiste : le monologue commence par une éloge de la contrebasse; à mesure qu'il parle, le contrebassiste laisse sa colère s'exprimer sans en saisir toute la portée et bascule dans le délire total. Cette fausse lucidité perverse est à lire absolument pour toute personne, meneur ou joueur, qui veut approcher ou interpréter le ressentiment.

Pour quel(s) JdR ?
Tout JdR où la place sociale est traitée en tant que telle - jeux à identité secrète, passez votre chemin - ou encore où les pulsions sont parfois violemment réprimées (comme un Intracos). Comme le monologue est inutilisable dans un JdR, il faut pouvoir en donner une représentation : les JdR recensés dans le fil sur l'inconscient et l'ordre sont peut-être une piste.

Déjà utilisés ?
Non et j'y pense tout de même, pour La Méthode du Docteur Chestel - il y a tout ce qu'il faut pour faire un Intracos dépaysant.
« Dernière édition: 22Avril, 2008, 11:26:50 par Dans le mur » Journalisée
cccp
TDCA
Pétardier
*
Hors ligne Hors ligne

Messages: 7 492



WWW
« Répondre #11 le: 22Avril, 2008, 13:09:45 »

Titre : OEdipe-Roi
Auteur : Sohpocle
Type : tragédie investigatrice

Pour quel(s) JdR ?
Boudiou, pleins, je dirais même tous. L'adaptation que j'en ai faite c'était dans du Warhammer Skaven, c'est dire.

Adapté ?
Là on ne parle pas de du complexe d'OEdipe, il tue son père pour épouser se mère, mais de la pièce de Sophocle. Dans la pièce, OEdipe cherche le meurtrier de Laios (son père et ancien roi de Thèbes). Il promet de rendre la justice et il découvre que finalement c'est lui-même l'assassin qu'il recherche.

Comment l'adapter ?
acte I
Les PJ vont à une ville V. En chemin ils croisent un type T. Cette rencontre se passe mal, et elle dégénère (je fais confiance pour le PJ là dessus) et les PJ tuent T, sans savoir à aucun moment qui il est.

acte II
Les PJ arrivent à V. Justement T a disparu ce qui donne l'occasion aux PJ de prendre sa place.

acte III
Finalement la disparition de T inquiète et les PJ doivent trouver qui en est la cause. L'idéal étant de les faire s'engager qu'ils retrouveront T ou ses assassins

acte IV
Les PJ se rendent compte de ce qu'ils ont fait et conclusion. Il est de bon ton qu'un des PJ se pende et qu'un autre se crève les yeux, mais ça c'est demander beaucoup
« Dernière édition: 24Avril, 2008, 12:52:46 par cccp » Journalisée

secrétaire général de Gothlied une tragédie épique de chevaliers germaniques.

Page FaceBook
Toucan
Invité
« Répondre #12 le: 24Avril, 2008, 10:02:09 »

Titre : Oedipe sur la route
Auteur : André Bauchau
Type : tragédie revisitée par la psychanalyse
Edition : Actes Sud

Eléments d'inspiration
La trame du récit, situé entre la fin d'Oedipe-Roi et l'entrée d'Oedipe à Colone.
Les personnages ! Oedipe dont on suit le parcours initiatique, Antigone et Clios ses compagnons.
L'initiation par les arts, la musique, la danse, la sculpture, le rêve : c'est une révélation à soi-même (donc intéressant pour un jeu à essences)

Pour quel(s) JdR ?
Tout jeu à archétype ou métempsycose : Crimes, Kult, Mage, Nephilim, Trinités, Unknown Armies...
« Dernière édition: 25Avril, 2008, 21:03:08 par Dans le mur » Journalisée
Xaramis
Chambellan
Pétardier
*****
Hors ligne Hors ligne

Messages: 7 945



WWW
« Répondre #13 le: 25Avril, 2008, 21:02:13 »

Titre : Une place vraiment rouge (titre original : Red Square)
Auteur :  Edward Topol & Fridrikh Neznansky
Type : roman policier
Édition : Le Livre de Poche (ISBN 978-2253052227)


Éléments d'inspiration
La trame tourne autour du suicide d'un très haut responsable d'un régime politique (en l'occurrence, c'est en URSS sous Brejnev), soupçonné dans une opération de lutte contre la corruption. Derrière ce "suicide" (en fait, un crime maquillé) se jouent des luttes d'influence aux plus hauts sommets de l'Etat.

Pour quel(s) JdR ?
L'adaptation en scénario de JdR peut se faire en respectant l'ambiance originale (les apparatchiks soviétiques des années 1980, le KGB état dans l'état, etc.). Mais on est loin d'une ambiance glamour propice à utiliser James Bond JdR (l'ambiance est plus proche de celle du roman Gorky Park et du film qui en a été tiré). Le choix se portera donc sur un JdR d'ambiance plutôt "contemporaine réaliste" (avec tous les guillemets nécessaires).

Il est assez facilement de conserver la trame tout en changeant d'univers. C'est ainsi que je m'en suis servi pour mon scénario "18ème amendement", qui se déroule à Chicago pendant la Prohibition. 
Journalisée

Chez Monsieur de C., dans le sillage de Corto ou au Club Série Noire. Mes inspirations rôlistiques sont dans Inspirôle.
Toucan
Invité
« Répondre #14 le: 27Avril, 2008, 17:19:10 »

Titre : Les Choses ne sont pas bien
Auteur : Blair
Type : Chansonnier français bourgeois transgressiste
Editeur : Bond' Age

Eléments d'inspiration
Une mine d'or pour des PNJ apathiques et mous (pomme de terre, Guglu, Gontran, Petit Régis, Et alors ?), des lieux communs (Une bonne guerre, Guignol, Bourgeois qui pète à table) et, pris dans son ensemble, un portrait assez méchant de la France.
Si ce n'étaient que les textes : la musique, guitare sèche pour l'essentiel sauf le titre caché (C'est du s...), vous met dans un bon état d'esprit à même de saisir la richesse d'images (parfois tragiques !) évoquées avec désinvolture et légèreté.

Pour quel(s) JdR ?
Du contemporain sans fantastique - ou alors du fantastique qui servira à nettoyer l'univers des créations que cet album aura fait germer dans votre cerveau de MJ ! - où certains textes, pris littéralement, peuvent être explosifs pour des synopsis : Baby face - tu dis qu'il est mort COMMENT ? -, Une bonne guerre si vous voulez refaire Dupont Lajoie...

Adapté ?
Une ou deux chansons ont été utilisées pour poser des PNJ dérangeants - ça a très bien fonctionné - mais je pense utiliser l'album pour faire un scénario en tant que tel. Reste, à moins de faire une succession de saynètes, qu'il faut que je me colle de près à l'esprit de Blair pour tenter de faire des raccords entre les chansons.

Blair et le Peuple de Gauche, c'est ici
« Dernière édition: 28Avril, 2008, 15:23:25 par Dans le mur » Journalisée
Pages: [1] 2 3 4   Haut de page
  Imprimer  
 
Aller à: