Les Salons de la Cour

12Décembre, 2018, 15:12:38
Bienvenue, Invité. Veuillez vous connecter ou vous inscrire.

Connexion avec identifiant, mot de passe et durée de la session
Pages: [1]   Bas de page
  Imprimer  
Auteur Fil de discussion: [CR Humanydyne] L'affaire de la Deus  (Lu 3549 fois)
0 Membres et 1 Invité sur ce fil de discussion.
syzia
Triple Papa
Double solde
*
Hors ligne Hors ligne

Messages: 117



WWW
« le: 26Mai, 2010, 20:13:54 »

Un petit compte-rendu d'une partie d'Humanydyne commenc&e il y a pas mal de temps et continuée ce vendredi dernier.

Présentation des Agents affectés :
  
Josh "Rewind" Raw (David): Bikers d'origine américaine capable de réaliser des bonds dans le temps de 72h. D'un abord désabusé et un peu brute, il se révèle finalement calme et plutôt réservé. A mettre peut-être sur le compte de son attachement pour sa fille Hayden. Il est désigné responsable de mission dans le cadre de cette enquête.
  
Shane "Drifter" Donnelly (Seb): Agent capable de téléportation d'origine américaine avec une forte pinte de sang irlandais. Réticent à l'autorité brute, il se révèle être un agent efficace qui tape où ça fait mal (dans tous les sens du terme).
  
Piotr Bejensko (Tom) : Transfuge d'origine russe aux accointance avec le FSB, Piotr est capable d'encaisser une balle de 9mm sans broncher. L'apparence morbide et l'humour à froid, cet Agent n'est pas un tendre.
  
Primo Carter (Seb bis) : Adolescent blondinet psychorigide, il connaît le manuel d'Humanydyne sur le bout des doigts. Il semble capable (du moins, il le prétend) de s'approprier les pensées des gens. Vient de reprendre l'enquête sur demande de faggerty.
 
Lena "Dreamcatcher" Solveig (Alex) : Agent chargé de la direction des opérations, Léna semble capable de manipuler les souvenirs et a de nombreuses entrées au sein de l'agence.
  
  
  
Du saut de l'ange à une caisse de putes
  
Les Agents sont chargés d'un Code Vert : empêcher le suicide d'un post-humain. Chett Summers menace de se jeter du haut d'un immeuble d'une compagnie privée dans le Centro. Les Agents parviennent à le maîtriser. Ils découvrent l'existence d'une drogue appelée la Deus. Plusieurs autres actes violents semblent liés à la consommation de cette drogue (Kathrina Dos Santos - mère célibataire ayant tiré à vue dans un fast-food avant de se donner la mort. Son bébé reste introuvable. Alvin Ferguson - 12 ans, arrêté pour prostitution. S'est fait sauté en plein centre-ville avec des explosifs artisanaux).
  
Dans l'appartement de Chett, les Agents découvrent un reste de Deus ainsi qu'un carnet bourré des divagations du toxico. Les analyses de sang de Chett montrent la présence de drogues diverses et variées. Les analyses sur le fond de Deus donnent un résultat de 18% de matières organiques et 82% de produits de coupe classiques (lait en poudre pour bébé etc.).
  
Après une "négociation" avec un indic (Marco), l'Agent Bejensko obtient l'information qu'un cargo du nom de carkass accostera dans le port de Tortugas dans 5 jours avec une grosse cargaison de dope.
  
Les Agents organisent l'embuscade, accompagnés d'une dizaine de flics de San Sepulcro ainsi que de 2 membres (inefficaces) de l'Unité Blitz (Staccato et Alice Cooper). Suite à un affrontement intense entraînant des blessures légères sur l'agent Raw et très lourdes sur l'Agent Donnelly, les Agents découvrent que le conteneur contient une cargaison de filles destinées (à priori) à alimenter les maisons de passe de San Sepulcro. L'Agent Donnelly est hospitalisé pour des blessures profondes notamment au niveau du crâne.
  
Au cours du combat, les Agents ont dû affronter 3 membres de Las Jovenes Pollilas - "Les Jeunes Teignes", un stupergang : Griffues (arrêtée) - la fille aux capacités animales, Gran Juego (décédé) - l'adepte des casinos et El Presentator (décédé)- dont le débit vocal modifie l'environnement.
  
Suite à la libération des filles captives, l'une d'entre elle, Carmen Suerte discute quelques instants avec les Agents Raw et Benjensko et leur demande de tuer leur ravisseur. Les Agents ne s'engagent pas sur cette pente.
  
Suite à l'opération, les Agents Raw et Bejensko sont convoqués chez Faggerty, très mécontent de la tournure des événements (et du flou artistique du dernier rapport - affaire Derevko). En clair, les Agents n'ont plus droit à l'erreur et la conduite de l'enquête est confiée à un jeune freluquet, Primo Carter.
  
  
Les joies du célibat
 
Primo Carter tente donc de prendre la direction de l'enquête et de l'équipe... mais en dehors de l'indiscipline crasse et des "Jeunes Teignes", il va devoir affronter les impératifs familiaux de l'agent Raw et l'irresponsabilité de l'agent Bejensko.
"Rewind" disparaît le soir même du 18 avril pour se rendre à Washington où Judith Moore, la mère remariée de sa fille Hayden se fait taper dessus par son nouvel époux, Alan, d'ailleurs flic. Il arrivera trop tard pour protéger la mère qui a fini la nuit à l'hosto, mais va tâcher d'empêcher Alan Moore de nuire. Josh Raw reste absent 24h.

La route enneigée
  
De leur côté, les agents Carter et Bejensko tentent de faire progresser l'enquête d'abord en interrogeant "Griffue", la seule membre des Jeunes Teignes (JT) qui fut capturée vivante : elle se régénère d'ailleurs à une telle vitesse que sa jambe arrachée par l'agent Donnelly n'a plus la moindre trace. Avec une certaine douceur, Carter va réussir à lui faire révéler différentes informations sur les Jeunes Teignes, dont le nom d'un certain "Lazlo" qui les avaient engagé pour escorter le container depuis le cargo "Carkass" vers une destination inconnue.
Pendant ce temps, Bejensko interroge ses amis dealers et autres toxicos pour tenter de localiser une source de "Deus" : à force d'intimidation, il entend parler d'un certain "Delirio", encore une "Jeune Teigne", qui vendrait du "Deus" dans les bidon-villes au sud de la ville. Alors qu'il était prêt à y aller seul, apparemment sans s'inquiéter du fait que trois JT ont sérieusement blessé des agents dans une opération autrement mieux préparée (le fait d'être immortel doit jouer un peu), Carter décide de se joindre à lui et, pour l'occasion, sort pour la première fois de sa vie son arme de son vestiaire.
 
Une teigne, ça gratte !
  
Dans "Ciudad Perdida-Sur", Bejensko se promène à pied et rebondi de prostituée en dealer pour finir par être conduit devant "Delirio", qui habite un entrepôt vaguement sécurisé. Carter, qui l'a suivi jusque là à distance en utilisant sa super-ouïe, se glisse à l'intérieur du bâtiment et constate que la JT y est seule, en négociation avec Bejensko : le Russe achète du Deus (trois doses pour XXX$), constate la présence de plein d'autres drogues sur place et annonce à Delirio qu'il est flic, qu'il est venu l'arrêter et qu'on a déjà chopé ou abattu plusieurs de ses potes.
La réaction immédiate de la Jeune Teigne est de se jeter sur lui, Carter s'en mêle à coups de flingue et, comme Delirio est très costaud, il faudra lui vider trois chargeurs dans la tronche avant qu'il ne meure... Pas de bol, Bejensko rate l'interrogatoire du cadavre. L'entrepôt est entièrement passé au crible et les preuves étiquetées et rassemblées.
Puisque "Rewind" est revenu en ville à l'aube, ses coéquipiers lui demandent de les rejoindre afin d'aider au transport des preuves et du corps mais, malheureusement, deux autres Jeunes Teignes ("Jet Boy" et "Polvo") débarquent entre-temps alors que Primo Carter est seul dans l'entrepôt, il décide donc de s'enfermer en attendant le retour de ses co-équipiers : lorsqu'ils arrivent, les JT sont pris en tenaille, Jet-Boy abattu par Carter et Polvo neutralisé ("partiellement décomposé") par Bejensko.
L'équipe réussit finalement à remballer les preuves et les corps pour les ramener au siège, après quoi ils établissent un rapport et  se re-penchent sérieusement sur les victimes.
Revenu au bercail, les agents reprennent leur enquête. Piotr descend à la morgue pour causer avec le cadavre de Jet-Boy. L'entretien est peu concluant, mais il parvient à obtenir le nom du fournisseur du Vénézuéla : un certain "Scars".
 

Entretemps, et probablementsans aucun rapport avec l'enquête en cours, l'agence enregistre de nombreuses anomalies dans le temps du Rêve, à tel point que certaines "choses" semblent passer de Cercle en Cercle et débarquer dans le 1er Cercle. Les dysfonctionnements sont rapidement maîtrisés par les shamans de l'agence. La Jefatura reste néanmoins en alerte orange et renforce la surveillance des frontières oniriques.
« Dernière édition: 26Mai, 2010, 20:17:15 par syzia » Journalisée

- PJ1 : Je cherche des traces de lutte
- PJ2 : Ce sont même pas des musiciens
syzia
Triple Papa
Double solde
*
Hors ligne Hors ligne

Messages: 117



WWW
« Répondre #1 le: 26Mai, 2010, 20:16:05 »

Sur les traces (odorantes) de la mule vénézuelienne
 
Alors que la direction de l'enquête est prise en main par l'Agent Dreamcatcher (rappelée par Nada en personne jugeant la situation très inquiétante - celui-ci négocie d'ailleurs le retour de Lena contre une prise en charge des frais médicaux lourds de la petite Melinda, sa fille adoptive), l'équipe de supra-enquêteurs retrouve les traces de la mule suspectée de transporter la Deus : Tonio Calderon. Celui-ci a été identifié par un chauffeur de taxi et est descendu dans un des hôtels les plus huppés de la Chinampas Libertad, le Mercurial. Jouant de subtilités et d'astuce comme à leur habitude, les agents localisent la chambre du malfrat.
 
Les agents tombent alors sur le gangster en pleine petite fête privée avec de "jeunes" amies consentantes et tarifées. Après moults reprises de la scène (merci Agent Raw !), Calderon est maîtrisé et passé à la moulinette, toujours dans une ambiance subtile et raffinée n'ayant rien à envier aux pires interrogatoires SS. Calderon lâche le nom de Polly Polanski qui aurait commandité les livraisons de drogue sur le territoire Madreselvar. Les cargaisons de drogue sont prises en charge à Caracas, Vénézuela (non David, ce n'est pas proche de Londre ...). L'Agent Dreamcatcher parvient à identifier grâce à ses capacités de clairvoyance le nom du bar : le chicachica. Les Agents mettent également la main sur le portable de Tonio et y trouvent le numéro de Polanski. Pour finir, Tonio remet sa cargaison de Deus aux Agents qu'il tenait cachée dans un endroit resté inconnu (mais les hypothèses vont bon train).
 
Malgré une forte volonté de coopérer (et même d'infiltrer le réseau de Polanski) de Calderon, nos agents restent insensibles aux arguments odorifères du suspect. Il est emmené manu militari à la Jefatura d'Humanydyne. Notons qu'au passage, une des "jeunes" amies de Calderon n'a pas laissé insensible l'agent Raw, déjà empêtré dans des histoires de famille assez compliquées. Quelques mots en russe glissés à l'oreille de notre rembobineur et une carte de visite dans la poche de chemise ont suffi à émouvoir celui-ci.
 
Entretemps, l'analyse spirituelle demandée à Humanydyne sur la Deus a laissé un Shaman en état catatonique suite à une énorme charge spirituelle. La drogue serait très active sur le physique, le mental et même le spirituel des consommateurs. L'hypothèse d'un lien entre le Temps du Rêve et la drogue est évoqué par leur contact shaman de l'agence, Antoine Salomon.
 
Le nom de Polanski n'est pas inconnu pour l'agent Piotr qui reconnaît en lui un ancien membre des Légions DOOM déployées par le passé dans les régions des Balkans. Les Légions DOOM étaient réputées pour le caractère borderline de leur missions et leurs métodes assez radicales. Bien entendu, Polanski est officiellement décédé ...
 
Nada et Faggerty évaluent la situation comme très délicate et organisent le départ des agents pour Caracas dans les plus brefs délais. Leur contact sur place sera l'agent Haze, spécialisée en infiltration d'organisations narcotiques et ayant une bonne connaissance de l'Amérique centrale. Notons que Haze n'est pas une inconnue pour tout le monde puisqu'elle a déjà collaboré avec Piotr lors d'opérations précédentes dans le secteur.
 
Du soleil, des nanas et de la cerveza !
 
Après avoir passé les contrôles de l'aéroport sans difficulté, les Agent sont rejoints par l'agent Haze, une jeune femme au caractère bien trempé et accroc au tabac. Le briefing se fait autour d'une bonne bouteille de metzcal. Il en ressort que les noms de Polanski et de Scars (une même personne ?) n'évoquent rien à Haze. En revanche, Haze connait bien le Chicachica, un bar comme tant d'autres situé en bordure de mer. Les agents profitent de la moiteur de la nuit pour rejoindre ce lieu de détente. Tandis que Dreamcatcher analyse la table où à eu lieu la transaction, Rewind lance une opération privée d'immersion autochtone ... qui s'avère concluante et favorisée par les talents de danseur du bonhomme.
 
La table "révèle" que celui qui a remis la drogue à Calderon est un jeune homme un peu cheap avec un tatouage sur le dos de la main mais toujours pas de cicatrice visible.
Passons, dans un souci de pudeur évidente, sur la nuit de Raw au sein des Favelas vénézuelienne qu'il comble de plaisirs locaux. Le lendemain matin, attablé autour de cafe negro et de Merengada, Haze révèle aux agents que le tatouage lui fait penser à un clan des montagnes. Les agents décident de prendre la route vers ce curieux village perdu à flanc de montagne à l'ouest du pays, dans la chaîne montagneuse des Andes (culminant à 5000m et couverte de forêts luxuriantes).
 
 
En route pour la jungle
 

Emmenés par Haze, les Agents sont surpris par des cris de douleurs inhumains provenant d'un petit village avoisinant. N'écoutant que leur courage (ou leur soif de curiosité ?), ils se rendent sur place pour constater un terrible carnage : tout le village s'est entretué. Des corps jonchent les rues - hommes, femmes et enfants. L'agent Raw ("Oeil de Lynx" pour l'occasion) repère un curieux dépôt blanchâtre sur les flancs des cahutes ainsi que sur les toits. Peu de temps après, ils se sentent comme contaminés par la substance. Seul l'agent Piotr est réellement affecté et, après avoir menacé Raw de son arme, se donne la mort en s'enfonçant son pistolet de service au fond de la gorge. Stupéfaits, les agents restants hésitent quelques instants. Suffisamment pour ressentir un second assaut de l'agent contaminant (que tout le monde suspecte être de la Deus lâché d'un hélicoptère). Alors que Dreamcatcher est sur le point de réduire Rewind à l'état de légume cérébral, ce dernier rembobine la scène.
 
Gagnant un temps précieux, les agents ont tout le temps d'organiser un approvisionnement en masques et de faire évacuer le village avant la contamination. Rewind en profite pour négocier l'obtention d'un hélicoptère aux forces armées locales. En bref, le village évite le drame. Alors que les agents atteignent le village du "clan des tatoués", ils ne peuvent que constater une scène identique : tout le village s'est entretué de manière particulièrement horrible ...
 
[To be continued]
Journalisée

- PJ1 : Je cherche des traces de lutte
- PJ2 : Ce sont même pas des musiciens
Puck
Maistre de camp
**
Hors ligne Hors ligne

Messages: 2 919


« Répondre #2 le: 27Mai, 2010, 08:24:35 »

Très bon scénar. Ca donne envie de s'interesser au jeu en question.
Journalisée

Marre d'entendre parler de Michael Jackson. Vivement qu'il meurt.
syzia
Triple Papa
Double solde
*
Hors ligne Hors ligne

Messages: 117



WWW
« Répondre #3 le: 27Mai, 2010, 16:47:49 »

C'est très gentil ça, vu que c'est un scénar maison. Merci bien.

EDIT : en fait ce scénario prend place dans une campagne assez courte basée sur l'historique d'un personnage (fille de démon). Un premier épisode voyait le retour d'un tueur extrêmement productif qui au final ne s'avère être qu'une marionnette entre les mains de son père-démon revenu des enfers. Ce second scénario prend place 3 semaines avant le premier (j'aime bien faire des bonds dans le temps au niveau chronologique) qui au final donnera l'explication sur comment le père est revenu. Il devrait rester deux scénarios : un au cours duquel le personnage reprendra contact avec d'anciennes relations (les bohémiens) et un dernier qui verra l'affrontement entre les agents et le démon; l'occasion pour le PJ en question de révèler certains pouvoirs latents assez destructeurs dû à ses origines.

Je ne sais pas du tout comment ça va se goupiller vu que j'avance quasiment au même rythme que mes joueurs. Je vais sûrement repiquer de l'inspiration dans l'édition Marvel Incontournable de Ghost Rider et le dernier Constantine.

Le tout noyé dans un mélange d'enquête plus ou moins indépendante et les trames personnelles des autres personnages ... et je ne desespère pas de raccrocher à un moment ou un autre à la campagne officielle.
« Dernière édition: 27Mai, 2010, 18:04:18 par syzia » Journalisée

- PJ1 : Je cherche des traces de lutte
- PJ2 : Ce sont même pas des musiciens
Puck
Maistre de camp
**
Hors ligne Hors ligne

Messages: 2 919


« Répondre #4 le: 27Mai, 2010, 19:37:38 »

le coups du perso qui peut voyager en arrière dans le temps n'est pas trop difficile à gérer ?
Journalisée

Marre d'entendre parler de Michael Jackson. Vivement qu'il meurt.
syzia
Triple Papa
Double solde
*
Hors ligne Hors ligne

Messages: 117



WWW
« Répondre #5 le: 28Mai, 2010, 16:39:32 »

J'ai la chance d'avoir des joueurs qui jouent pour créer des choses intéressantes (donc énormément de roleplay) et non pas pour résoudre le scénario. Donc non, pas de souci particulier car le joueur a choisi ce pouvoir pour créer des scènes riches, pas pour son aspect fonctionnel. De plus, il a lui-même limité son pouvoir à un retour dans le passé de 5 jours maximum, l'obligation de créer un point de sauvegarde (il n'abuse vraiment pas et la création d'un point efface le précédent) et, finalement, a décidé que son personnage maîtrise ce pouvoir depuis très longtemps, qu'il a essayé tout ce qu'il était possible (gagner à la loterie, draguer de jolies femmes façon "Un jour sans fin" etc.). Son personnage est devenu blasé car il n'y a que peu de surprises dans sa vie finalement.

C'est vrai qu'avec es personnages dotés de : retourner dans le passé, "lire" l'historique des objets et interroger les cadavres, j'aurais de quoi m'inquiéter mais j'ai préféré lâcher la bride aux joueurs en les autorisant à réellement avoir un impact sur le monde, et pas juste leur refiler des pouvoirs décoratifs qui font plein de bruit et de lumière mais n'ont qu'n intérêt restreint sur la narration.

Dernier intérêt du jeu Humanydyne : les personnages appartiennent à une agence internationale dont le rôle est d'assurer la coexistence des humains et posthumains. Ce qui veut dire que connaître qui est le tueur est moins important que d'en apporter la preuve  Grin
Journalisée

- PJ1 : Je cherche des traces de lutte
- PJ2 : Ce sont même pas des musiciens
syzia
Triple Papa
Double solde
*
Hors ligne Hors ligne

Messages: 117



WWW
« Répondre #6 le: 11Juillet, 2010, 21:20:03 »

En principe, la suite (et fin ?) mardi soir si tous mes joueurs sont dispos.

J'ai hâte !!!  

EDIT : ... et finalement non . C'est moche, les effets d'annonce ...
EDIT2 : ... et finalement ça sera demain pour fêter mon dernier jour de boulot (sauf si, comme la dernière fois, j'ai un accident de travail qui me mobilise jusqu'à pas d'heure  :'( ) ...
« Dernière édition: 12Août, 2010, 20:31:04 par syzia » Journalisée

- PJ1 : Je cherche des traces de lutte
- PJ2 : Ce sont même pas des musiciens
syzia
Triple Papa
Double solde
*
Hors ligne Hors ligne

Messages: 117



WWW
« Répondre #7 le: 16Août, 2010, 17:01:21 »

Suite du scénario ce vendredi dernier avec 4 joueurs :

Lyla : magicienne de métier usant d'illusions puissantes
Lena "Dreamcatcher" Solveig : capable de jouer avec les souvenirs pour les transformer en vague d'attaque psychique et de lire les "historiques" d'objets
Piotr Bejensko : transfuge du FSB habité par un avatar de la putréfaction
Josh "Rewind" Raw : biker doué de la capacité à rembobiner des scènes vécues

Cette suite a été joué en un peu moins de 4 heures (c'est moche de vieillir).

Alors que les Agents découvrent l'horreur de la situation, Dreamcatcher tombe nez-à-nez avec l'agent Lyla en pleine investigation dans un des conteneurs qui sert de baraque aux villageois. La raison de sa présence reste un mystère mais elle annonce être sur les traces d'un certain Gédéon. L'origine de cette piste ne sera pas expliquée aux autres Agents. A première vue, le village des tatoués a subi le même sort que le village précédent : de la Deus est retrouvée sur les toits et semble avoir poussé les habitants à s'entretuer. Aucune piste sérieuse ne semble se dégager des lieux du carnage.
 
Rewind lance alors un rembobinage de la scène qui les ramène avant le massacre du premier village. Ils évacuent une fois de plus le village et cherchent à repérer le responsable du largage de la Deus. Aucune source précise n'est localisée : la poudre semble se déposer toute seule. Des vents violents ne tardent pas à se lever obligeant les Agents à accélérer leurs investigations. Ils récupèrent Lyla sur le second site de carnage et décident de diviser le groupe en deux : Lena accompagne Haze, leur contact local, pour interroger le chef du premier village, évacué vers un gymnase aux abords de Coro. Tandis que le second groupe constitué de Lyla, Raw et Bejensko partent en reconnaissance à bord d'un hélicoptère dernier cri pour tenter de repérer un laboratoire secret dans la jungle.
 
Les dires d'un petit vieux
Lena est persuadée de la culpabilité d'un des membres du premier village et cuisine sévèrement le chef du village. Celui-ci d'abord offusqué d'être accusé de culture de narcotiques finit par se calmer en apprenant que son village a été attaqué en représaille par un ennemi, probablement les troupes de Scars/Polanski. Le chef du village reste sur ses positions et personne ne semble suspect au sein de la communauté parquée dans l'ancien complexe sportif. Seule une curieuse légende émerge de la discussion : le village des tatoués aurait été pris d'assaut il y a quelques mois par "la Mort qui Marche, une créature d'au moins 3 mètres de haut avec des yeux rouges et la capacité de faire pourrir les récoltes sur pied. Il a également décimé la moitié du village juste en les regardant. Celui-ci était accompagné de sa princesse de fumée". Ces élucubrations ne sont finalement que la retranscription locale d'une opération menée par ... Piotr Bejensko himself et Haze il y a 6 mois sur des cultures de coca.
 
Une balade dans les nuages
 

A bord d'un hélicoptère tactique fourni par les forces armées vénézueliennes, l'Agent Raw survole la canopée en compagnie de Lyla et de Bejensko. Leur voyage prend subitement fin lorsque l'engin est balayé par un violent vent venant de l'océan et provoquant le crash de l'appareil. L'Agent Raw tente bien un rembobinage de la scène tandis que Lyla s'éclypse par le sas en volant et que Bejensko se cramponne à son siège, mais la tentative échoue à cause d'un malheureux coup de téléphone de Lena au moment le plus fatidique. L'hélicoptère se crash dans la forêt. Raw s'en sort indemne tandis que Bejensko vole à travers le pare-brise recueillant au passage de nouvelles cicatrices seyantes dû au morceaux de verre securit.
 
Lena et Haze viennent rechercher l'équipe accidentée (l'hélicoptère a définitivement explosé alors que lena était en communication avec Raw). L'explication de ce dernier comme quoi ils auraient été la cible d'une attaque par lance-roquette ne semble pas convaincre la leader de l'équipe. L'équipe semble dans une impasse alors que des vents extrêmement violents déferlent sur les côtes. L'agent Raw se décide pour un rembobinage pour ne pas avoir à expliquer le crash de l'appareil.
 
 
Double Polanski
 
Lyla décide de tenter le tout pour le tout et lance une puissante illusion la faisant passer pour Polanski tandis que le reste du groupe prend l'apparence de gardes du corps et de touristes inoffensifs. Ils se rendent au Chicachica espérant provoquer une réaction des trafiquants. L'effet ne se fait pas attendre et un jeune homme appartenant vraisemblablement à un gang local quitte les lieux pour passer un coup de téléphone. Les agents Raw et Bejensko lui filent le train et l'entraînent dans une ruelle pour lui faire cracher le morceau. Sous le regard atterré de Raw, Bejensko emploie une technique d'interrogatoire faisant honneur à ses origines soviétiques. Le gamin s'en tire avec 2 doigts cassés et un avant-bras putréfié. Les Agents ont à présent un numéro de téléphone (à priori, menant à la cache de Scars), la confirmation que Scars et Polanski sont bien deux personnes distinctes (Polanski serait le superviseur des opérations).
 
 
Caracas, il y a de la casse
Alors que la piste semble se réchauffer (ils font appel aux ressources d'Humanydyne pour tracer l'origine du numéro de téléphone), l'apocalypse se déchaîne dans les faubourgs de la ville. Les brusques rafales de vent annoncent une tornade qui va se déplacer le long des côtes sud-américaines, Caracas et les villes côtières sont prises dans un nuage de Deus rendant la population totalement ivre de sang. Les massacres et suicides se déclenchent massivement, provoquant explosions dans les favelas et transformant les bords de mer en masses rouge sang. L'armée reste injoignable et envoie toutes ses forces pour tenter de juguler le carnage (la moitié tentant d'arrêter l'autre moitié contaminée par la Deus). L'hypothèse d'une fuite de poudre propagée par les vents de la tornade semble se confirmer. Les Agents sont seuls à présent pour tenter d'enrayer l'origine de ce mal : la petite île d'Aruba ...

Au final, une très chouette partie qui semble avoir levé la malédiction des 4 joueurs (j'ai beaucoup de mal à gérer plus de 3 joueurs en général). On a eu droit à quelques scènes de roleplay très sympa (interrogatoire du chef de village et celui du gamin gangster). Le système qua j'avais développé réclame encore quelques ajustements suite aux envies des joueurs donc ça a été remis sur la table de travail.
Journalisée

- PJ1 : Je cherche des traces de lutte
- PJ2 : Ce sont même pas des musiciens
syzia
Triple Papa
Double solde
*
Hors ligne Hors ligne

Messages: 117



WWW
« Répondre #8 le: 10Septembre, 2010, 06:57:00 »

Bon, finalement, on a (momentanément) bouclé le scnario vendredi dernier. Je poste le CR sous peu  Cool
Journalisée

- PJ1 : Je cherche des traces de lutte
- PJ2 : Ce sont même pas des musiciens
syzia
Triple Papa
Double solde
*
Hors ligne Hors ligne

Messages: 117



WWW
« Répondre #9 le: 12Septembre, 2010, 09:11:50 »

Alors que les Agents se précipitent vers la jeep pour échapper au vent de folie, Raw et Haze sont portés disparus. Les 3 Agents restant - Lyla, Dremcatcher et Piotr, prennent la décision de se rendre à la pointe nord du pays pour tenter de rejoindre l'île d'Aruba. Sans leur pilote téméraire en titre (Raw), ils se résignent à utiliser l'un des bâteaux disponibles dans le petit port de Punto Fijo. Arrivés sur place, il semble que la folie qui frappe les côtes au travers de la tornade, ait fait son oeuvre dans la petite ville cotière : personne n'est visible. En explorant le bâtiment de la capitainerie, les agents tombent nez-à-nez avec un autochtone réfugié au fond d'une armoire métallique. Le pauvre semble prostré, en état de choc. Piotr, avec sa légendaire nonchalance, menace le pauvre hère de son arme pour l'obliger à les conduire à Aruba. Dans leur bonté, les Agents décident de relâcher Julio, le contact qui les a mené à Scars. Avec un bras en charpie et dans une ville infestée de fou furieux, il ne fait aucun doute que ses chances de survie soient assez faiblardes ...
 
 
L'Île de la Muerte (Aruba, quoi)
 
Les Agents traversent la mer agitée, pilotés par Esteban, leur pilote "volontaire". Les Agents découvrent un gigantesque "caillou" posé sur l'océan. Eclairé uniquement par la lueur des étoiles, ils ne peuvent que constater que l'île semble inhabitée. Lyla est désignée pour partir en éclaireur par les airs. Lyla donne le signal de débarquer grâce à un code habile connu sous le nom de "morse à la maglite" (idée plus qu'étrange quand on sait les agents équipés de portables sécurisés). Ils accostent à proximité de la plage de sable fin qui s'étend au pied d'un promontoir. Esteban est "prié" de se cacher et d'attendre leur retour (les Agents s'assurent de sa coopération en gardant les clés de contact du petit rafiot). Entretemps, Lyla a découvert l'existence d'une luxueuse hacienda type espagnole nichée en haut d'une falaise - la seule habitation sur toute l'île.
 
Ayant pris un peu d'avance, Lyla inspecte de manière détachée leur cible. Ne remarquant pas la sécurité (à l'exception de quelques tessons de bouteilles sur le mur d'enceinte), elle se pose au bord de la magnifique piscine se déversant du haut de la falise directement dans l'océan ... pour y piquer une tête dans une tenue des plus légère. Ses deux acolytes ne tardent pas à rejondre la demeure. L'oeil acéré de Bejensko repère la caméra protégeant l'entrée. Il préfère jeter nonchalamment son pardessus sur la clôture pour passer, accompagné de Léna.
 
 
Dans la gueule du loup
 
Une jeune fille barbotant dans la piscine privée d'un baron de la drogue ne passe pas longtemps inaperçue. Alors que Lyla est accoudée de manière décontractée sur le bord de la piscine, 3 gardes du corps - pantalon de lin blanc, espadrilles, chemise à fleurs ... et fusils à pompe, ne tardent pas à cerner la jeune fille. Lyla profite de son pouvoir d'illusion pour laisser les trois machos menacer le vide tandis qu'elle sort de la piscine pour se rhabiller, à quelques mètres seulement d'eux. Alors que les agents se retrouvent, la petite incursion de Lyla a déclenché la frénésie dans toute la maison : une rampe de puissants projecteurs s'allument sur le haut des murs et une trentaine de bonhommes fébriles s'agitent dans le jardin.
 
Loin de se décontenancer, Lyla improvise un petit show dans son style : un feu d'artifice semblant venir de la côte. Elle y met vraiment tout son coeur et fait tomber l'ensemble des gardes sous hypnose [soit, une réussite critique qui transforme les gardes en mode zombies dans Zombiland]. Tous laissent pendre leurs armes à bout de bras, la machoire légèrement décrochée et un léger filet de bave au coin de la bouche. C'est à se moment que les Agents aperçoivent la silhouette de Polly Polanski sur le perron (sous une longue arcade) en pleine conversation téléphonique. Celui-ci ne tarde pas à rentrer dans la maison. N'ayant plus rien à craindre des gardes, les Agents s'approchent de l'hacienda ... pour tomber nez-à-nez avec deux post-humains, avides de neutraliser les intrus - Golum, le bossu doué du pouvoir de ralentir son adversaire et Roedor, le Rongeur dont le corps recouvert d'un puissant acide le rend très dangereux.
 
 
Combat sans merci
 

Alors que Golum se précipite sur Dreamcatcher, un 9mm à la main, Piotr se retrouve rapidement à affronter Roedor au corps à corps. Lyla, quant à elle, décide simplement de ... sonner à la porte d'entrée. Lyla a juste le temps de tromper Golum en donnant l'illusion que Dreamcatcher est hors de combat alors que Roedor et Piotr traversent une fenêtre et se retrouvent à combattre sauvagement au contact dans la cuisine de la maison. Golum est mis au d'état de nuire par une volée de balles de Dreamcatcher (après avoir subit une violent attaque mentale de celle-ci). Dans la cuisine, l'acide de Roedor a déjà commencé à ronger la moquette, les vêtements du Russe et même une partie de son corps. Dans un élan de lucidité, Piotr met la main sur des bombes de nettoyants à four à base de soude mais l'attaque tourne court. Au final, la résistance de Piotr et sa nonchalance ont raison de la volonté du Rongeur et celui-ci prend la fuite.
 
 
Surprise surprise
 
Les Agents se rendent à l'étage - Dreamcatcher a repéré grâce à l'escalier qu'un homme sur une civière avait été transporté à l'étage. Dans une des chambres du haut, ils découvrent le corps d'un homme, le corps couvert de croûtes, dans un état comateux et relié à un ensemble complexe de machines. Cesmachines semblent récolter les croûtes et les conditionner en pains de petite taille enrobés dans du plastique. Dreamcatcher découvre par son pouvoir de lecture des objets, que la ventilation de la chambre a été inversée. Ainsi un homme à la démarche mécanique (Scars selon toute probabilité) a volontairement trafiqué le système électrique. Il a ensuite éventré un pain de Deus au sol provoquant la fuite dans l'atmosphère. En jetant un oeil à la fenêtre de la chambre, les Agents découvrent Polly Polanski et un autre homme au visage coûturé de cicatrices s'enfuir à bord d'un hélicoptère. Dreamcatcher prévient les Unités Blitz en route pour Aruba afin d'intecepter les fuyards. Une course-poursuite s'engage entre les deux camps. Lyla emporte Dreamcatcher par les airs afin d'empêcher les trafiquants de prendre la fuite avant l'arrivée des Unités Blitz. Une illusion de Lyla (faisant croire au pilote adverse qu'une lame de fond se précipite sur l'hélico) permet de rabattre le "gibier" sur l'hélicoptère des Unités. Une roquette fait alors exploser l'hélicoptère ennemi au dessus de l'océan ...
 
 
Defriefing
 
L'homme mystérieux est emmené dans la zone de quarantaine de l'Agence. Après examen par les Shamans, ceux-ci parviennent à réveiller l'inconnu, plongé dans un sommeil "magique". Ils découvrent alors que l'homme se nomme Gédéon et qu'il a été expulsé de son monde d'origine - le monde des démons du 3ème Cercle. Lyla reconnait en lui le passeur, celui qui ouvre les portes aux autres démons. Humanydyne ignore son existence. Dans le même temps, il semble que les perturbations enregistrées dans le dreamtime aient stoppées net. Humanydyne craint que certaines "choses" aient profité de la brèche pour s'engouffrer dans notre monde. Reste à confirmer les craintes de l'agence ... Les agents Haze et Raw n'ont toujours pas réapparus.
 
Le mystère a en partie été résolu mais d'autres questions se posent sur la raison de la présence de Gédéon. Que sont devenus les agents disparus ? Polanski et Scars sont-ils bien morts ? Que peuvent révéler Roedor et Golum ? Pourquoi Lyla semble réellement craindre Gédéon ?
Journalisée

- PJ1 : Je cherche des traces de lutte
- PJ2 : Ce sont même pas des musiciens
Pages: [1]   Haut de page
  Imprimer  
 
Aller à: