Les Salons de la Cour

22Septembre, 2021, 04:11:51
Bienvenue, Invité. Veuillez vous connecter ou vous inscrire.

Connexion avec identifiant, mot de passe et durée de la session
Pages: [1] 2 3   Bas de page
  Imprimer  
Auteur Fil de discussion: L'échappée du Silesian Folly (Siridar, Kynan)  (Lu 16099 fois)
0 Membres et 1 Invité sur ce fil de discussion.
Acritarche
Puissance Oubliée des Contrées
Modérateur
Colonel Général
*
Hors ligne Hors ligne

Messages: 3 633



WWW
« le: 26Juin, 2008, 13:55:26 »

Quel travail! Quel travail cela avait été d'organiser cette excursion! Trouver un paquebot stellaire suffisamment classe, disposant des bonnes installations: un restaurant digne de ce nom, un casino offrant tous les jeux de hasard de l'Empire (et surtout de superbes tables d'astropoker!), une salle nue assez grande pour y installer une arène (chère l'arène, la facture avait été lourde), des chambres offrant tout le confort requis par sa position et celle de ses invités, un équipage qui sait se tenir. Sans oublier les joiles filles et les beaux mâles! Bref, ces trois derniers mois avaient vu ce projet accaparer le temps du Baron Hazlim Zao de Monbachstadt! Mais c'est avec délectation que Hazlim se souvenait de ce visiojournaliste venu l'interroger sur la "Croisière des Plaisirs", ou qu'il avait vu sa face boudinée à la une de la Nébuleuse Noble. Et ces titres éloquents! "La plus belle croisière de tous les temps", "Les Raffinements du Baron de Monbachstadt", "Quand recevoir se mue en art nouveau", et surtout "La Croisière des Plaisirs: l'évènement incontournable de ces trois cents prochaines années".


Mais aujourdh'ui, le teint hâlé, la mine rayonnante, la bedaine en avant, il accueillait personnellement chacun de ses invités à l'entrée du somptueux cocktail qu'il offrait pour le départ du Silesian Folly. La croisière qu'ils s'apprétaient tous à faire allait être mémorable et allait certainement propulser le baron de Monbachstadt dans les hautes sphères de la noblesse impériale!

Mais, "Bonjour, chevalier de Bouyon! Votre femme est ravissante, et votre postichat vous va à ravir!", "Quel plaisir, très chère Duchesse de Lonirim. Quelle tenue et quelle vigueur pour votre âge! Promettez-moi de m'accorder la première danse au somptueux bal qui clôturera cette première journée!", "Ooooh, Baron de Munchassen! Quel bonheur de constater que vous avez pu vous libérer pour vous joindre à nous! Et qui est cette charmant personne à votre bras? Oui, oui, je comprends bien que madame la baronne s'excuse de ne pas nous rejoindre, son état empêchant...", et autres rond de jambes occupent présentement tout son temps et son esprit.


De son côté, Monfried, second sur le Silesian Folly, se tient droit comme un "i" et salue respectueusement chaque invité à la suite de son capitaine. Celui-ci, issu de la noblesse, est un proche ami de l'affrêteur de cette sauterie spatiale, le baron de Monbachstadt. Mais, Monfried sait qu'une fois qu'ils auront quitté le spatioport, il sera de facto aux commandes du superbe paquebot de 40 millions de tonnes. Son sourire n'est donc pas feint, même s'il ne s'adresse pas aux personnes enfarinées qui défilent devant lui. Et je serre une main à gauche, et je salue à droite, et je baise une main ici et je fais une révérance là. Vivement que le cocktail commence... et finisse!
Journalisée

Kynan
Argoulet
**
Hors ligne Hors ligne

Messages: 5 201


Contradicteur Systématique


« Répondre #1 le: 26Juin, 2008, 21:32:20 »

Le second du Silesian Folly a ce soir fière allure : sa tenue impeccablement mise, l'oeil vif et la démarche assurée, il en impose et sourit volontiers aux regards féminins.
Mais au bout d'un quat d'heure de ce traitement, il s'esquive discrètement par une coursive pour s'isoler un instant. Là, se laissant tomber contre la paroi, il soupire longuement, et tire de sa casquette un mouchoir dont il s'essuie longuement. Puis glissant la main sous sa veste, il rabat le monton sur la poitrine, et murmure quelques paroles muettes, pendant de longues minutes.
Enfin, se recomposant un visage, il repart à l'assaut.

* Tu verras, Alb, je serais capitaine avant toi... *
Journalisée

PbF TdM : Tobias Branda (Hobbit)
PbF Space Frontiers : Monfried Fonricht
PbF Ynn Prydden : Bors Njarlsson
PbF TdF : Ser Rickard

ex : Tiamat, Elfirie, Trinités, M+C, EG
Siridar
Lanspessade
*
Hors ligne Hors ligne

Messages: 386



« Répondre #2 le: 01Juillet, 2008, 09:42:11 »

A mesure que ses invités font chacun à leur tour leur apparition, Hazlim, comme toujours parfait dans son rôle d’hôte débonnaire au fait des tous derniers marivaudages et autres intrigues, rayonne littéralement en accueillant chacun d’entre eux d’un bon mot. Après ces longs mois de préparation, où l’abattement l’avait disputé à l’exaltation, l’heure de sa consécration tant attendue était enfin arrivée. Au terme de cette croisière, son nom sera sur toutes les lèvres qui comptent dans cet empire !

Mais pour l’heure, tout en savourant ce petit moment de gloire et les mille et une surprises qu’il avait préparé pour cette croisière, il se complait à saluer ses invités et à veiller à ce que son secrétaire particulier réponde bien au moindre de leurs désirs. Une fois le dernier d’entre eux enfin arrivé, il profite d’un instant de répit pour se tourner vers les deux officiers qui se tiennent à ses côtés et détailler plus attentivement le second, car si Cortesa ne dérogeait pas à ses habitudes, c’est sur lui qu’allait reposer en grande partie sa croisière. S’il avait d’ailleurs pu remarquer sa courte absence, le Baron n’en laisse du moins rien paraître et semble apprécier son allure.

- Monsieur Fonriicht. Je me suis laissé dire que la compagnie Ackarion vous a chaudement recommandé sur cet affrètement, et que le capitaine Cortesa, en qui j’ai toute confiance, ne tarit pas d’éloge sur vous. Je suis aussi certain que je n’aurai qu’à me louer de vos services tout au long de cette croisière. J’espère que nous pourrons avoir le plaisir de votre compagnie lorsque vos responsabilités ne vous accapareront pas entièrement.

 Ah ! Capitaine, quel étourdi je puis être, j’allais presque oublier…


Semblant avoir oublié la présence du second, le Baron écarte un pan de la robe mordorée qui enveloppe sa large silhouette et en sort une puce qu’il tend au capitaine.

- Vous y trouverez le manifeste d’une dernière cargaison qui doit arriver d’une minute à l’autre, ainsi que notre nouveau plan de vol. Je n’y ai apporté qu’une légère modification, une étape supplémentaire. Mais nous en reparlerons après le cocktail.

Ah oui, y figurent également toutes les autorisations et certificats nécessaires des autorités militaires et du Spatiocom central.

Bien, ces petits détails réglés, si nous allions rejoindre à présent les invités pour fêter comme il se doit notre départ ? Je crois avoir noté que votre uniforme n’a pas été sans effet sur la jeune comtesse Bagliani, capitaine…


Un sourire amusé aux lèvres, il était en effet de notoriété publique que la matrone usait de tous les traitements possibles et inimaginables pour paraître bien moins que son âge, tout comme l’étaient ses célèbres et voraces appétits, il entraîne sans plus de façon les deux plus hauts officiers de l’équipage vers le cocktail qui est donné à quelques pas de là.


[HRP : Une proposition pour le Silesian Folly ]
Journalisée
Acritarche
Puissance Oubliée des Contrées
Modérateur
Colonel Général
*
Hors ligne Hors ligne

Messages: 3 633



WWW
« Répondre #3 le: 01Juillet, 2008, 10:57:13 »

Estep Cortesa salue le Baron Zao en prenant respectueusement et obséquieusement possession de la puce.
Puis il se tourne vers Monfried:

Second! Veuillez prendre immédiatement connaissance du contenu de cette puce, et mettre à jour le manifeste et le plan de vol du Silesian en conséquence. Vous nous rejoindrez ensuite.

Monfried a bien du mal de cacher le dégoût que lui inspire l'attitude du capitaine, servile face à son employeur et tyrannique face à son équipage. Le genre à perdre pied au moindre pépin. Et Monfried se prend presque à rêver que cette croisière ne soit pas de tout repos...

Pendant que Monfried se dirige vers le poste de commande du Silesian Folly, Hazlim, accompagné du capitaine se dirige vers le cocktail. Il est tout bonnement somptueux! Les meilleurs vins le côtoient aux mets les plus fins, le tout baigné dans une musique d'ambiance à la fois douce et emplie de grandiloquence, annonciatrice des plaisirs et émotions fortes à venir.

Alors que le capitaine Cortesa se dirige vers quelques nobles de faible envergure mais qui ont eu le bon goût (?) de soutenir sa candidature, Hazlim scrute la salle à la recherche du Duc Archiblas Wonler. C'est certainement le noble le plus influent présent sur le paquebot de luxe. Beau-frère de la nièce de l'Empereur, on prétend qu'il a déjà rencontré plusieurs fois l'Illustrissime et qu'il a brillé à sa Cour. Les ragots les plus persifflants insinuent même qu'il aurait reçu une invitation permanente à celle-ci, prélude à sa prochaine démise car il n'aurait pas la stature d'un tel honneur.

Hazlim repère le petit attrouppement qui s'est formé autour du Duc et esquisse mentalement une moue à la vue des sangsues qu'il a dû inviter pour s'assurer de la présence de cinq ou six des ses illustres égaux. Juste à côté du Duc et de ses courtisans, Hazlim repère la Duchesse Lounia Beljarden. C'est l'une des personnalités dont il recherchait le plus la compagnie. Jeune, veuve, richissime, cultivée, fine courtisane et d'une beauté intergalactique. Et une amie personnelle de Wonler... Seuls trois courtisans l'assaillent de leur présence, la rendant immédiatement plus accessible.

Pendant ce temps, Monfried parvient sur la passerelle du Silesian Folly, le bossun siffle et annonce l'arrivée du second sur la passerelle. Le lieutenant de bord Haru Bonjov, assis dans le fauteuil du capitaine, se lève d'un bond et salue Monfried:

Lieutenant Fonriicht! Les réserves énergétiques sont remplies à 92 %, tous les systèmes sont opérationnels et vérifiés. Nous serons prêts à partir dans T+50 minutes!

D'un coup d'oeil circulaire, Monfried remarque le relatif relâchement des officiers de passerelle. Rien de bien grave en soi puisque le mastodonte ne doit pas prendre son envol avant deux bonnes heures. Cependant, ce détail s'ajoute à la masse des autres et qui insinuent en lui une sensation de laisser-aller qu'il n'a jamais connu dans la "marchande". Cet équipage sera-t-il vraiment ape à faire face à une menace?

[HRP]@ Hazlim : En quoi consiste cette cargaison supplémentaire et ce changement d'itinéraire? Si information sensible -> MP[/HRP]
Journalisée

Kynan
Argoulet
**
Hors ligne Hors ligne

Messages: 5 201


Contradicteur Systématique


« Répondre #4 le: 01Juillet, 2008, 15:04:51 »

@Hazlim : Bôôô, le Silesian Folly !

Monfried ne fait aucun commentaire, mais ses ordres tombent comme les sas coupe-feu lors d'un incendie à bord.

Lieutenant Bonjov, Bien compris, merci. A T+4, interrompez le rechargement des réserves par un exercice d'incendie. Conditions réelles, sauf qu'elles doivent rester imperceptibles de nos invités : personnels de restauration et d'accueuilhors exercice. A T+14, FINEX (Fin d'Exercice).

Lieutenant Natrizky, voici le manifeste d'une nouvelle cargaison qui doit arriver à partir de T+0. Vous êtes personnellement responsable de son bon acheminement. Faites une copie du manifeste de cette puce, je conserve l'original. En parallèle, vous assurerez un inventaire grossier des marchandises déjà à bord. Rendez compte à T+30, puis aussitôt que la marchandise supplémentaire sera installée en soute.

Bossun, faites nettoyer cette salle immédiatement. Ca ne brille pas assez, ici. Et commandez un synthécafé pour moi, deux sucres.

Faites aussi savoir au chef cuistot du mess que les croissants au gamma-thym servis aux invités ne sont pas frais. J'en ai moi-même retiré un qui était jaunâtre.

A tout le personnel de la passerelle : Controle des équipements de bord, lancement des procédures, top !


Posant son boitier mémoriel sur le panneau de contrôle à côté de lui, Monfried prend connaissance du plan de vol et du manifeste, alors que tous s'activent soudainement autour de lui.
« Dernière édition: 01Juillet, 2008, 15:07:26 par Kynan » Journalisée

PbF TdM : Tobias Branda (Hobbit)
PbF Space Frontiers : Monfried Fonricht
PbF Ynn Prydden : Bors Njarlsson
PbF TdF : Ser Rickard

ex : Tiamat, Elfirie, Trinités, M+C, EG
Siridar
Lanspessade
*
Hors ligne Hors ligne

Messages: 386



« Répondre #5 le: 02Juillet, 2008, 08:41:03 »

Hélant d’un signe discret un serveur, Hazlim se saisit d’une coupe d’orbanne blanc millésimé et observe d’un œil pétillant le ballet de courtisans qui commence à se dessiner, se remémorant ce qu’il savait de chacun d’entre eux. Il navigue ainsi un moment au milieu de ses invités, s’enquérant de leur bien-être, veillant au bon ordre de l’armada de petits personnels à leur service, s’assurant auprès de son secrétaire Laresh que tous les invités étaient bien arrivés et qu’il n’y a pas le moindre accroc à l’organisation de sa croisière.

Le Duc, cible de toutes ses attentions, n’avait pourtant jamais quitté son champ de vision. Hazlim avait englouti une véritable fortune dans cette croisière pour asseoir définitivement sa position et lui permettre de bénéficier le moment venu de l’ascension d’un tel personnage, aussi éphémère puisse-t-elle être selon les rumeurs les plus envieuses. Mais sachant d’instinct que le temps n’était pas encore venu de se prêter à ce jeu mondain, le Baron décide pour l’heure de joindre l’utile à l’agréable et de rejoindre la Duchesse, charmé déjà de sa présence.

Négociant habilement pour croiser et accrocher un instant son regard, il se dirige ensuite tout naturellement vers elle et son petit groupe d’admirateurs. Le masque de son habituellement bonhomie ne cache en rien le plaisir réel qu’il a à la voir parmi ses invités, plus à cet instant pour le seul plaisir de sa compagnie que pour ce que pouvait lui apporter sa considération.

Alors que les regards se tournent vers lui à son arrivée, le Baron profite de son statut d’hôte pour saluer une nouvelle fois la Duchesse en prenant le pas sur ses autres courtisans.

- Madame, permettez-moi encore de vous rappeler combien vous m’honorez, me flattez et me ravissez tout à la fois par l’attention que vous avez bien voulu prêter à ma modeste croisière. Je suis certain que tous ici s’accorderont avec moi pour dire que sans vous cette aventure se sera révélée assurément bien moins plaisante.

Mais le défi de votre seule présence m’oblige dorénavant à rien que moins la perfection pour divertir mes invités. Je tâcherai aussi de ne point vous décevoir.


D’un sourire et d’une légère inclinaison de la tête, il lui signifie qu’il était désormais son serviteur et qu’il n’y a rien qu’il ne ferait pour la contenter.
Journalisée
Acritarche
Puissance Oubliée des Contrées
Modérateur
Colonel Général
*
Hors ligne Hors ligne

Messages: 3 633



WWW
« Répondre #6 le: 02Juillet, 2008, 10:40:51 »

@Kynan
Telle l'arrivée du loup dans la bergerie, la rafale d'ordres lancée par Monfried provoque tout d'abord un léger vent de panique sur la passerelle. Ceux qui ont reçu des ordres directs s'affairent, courent, crient pour qu'ils soient dûment et rapidement exécutés. Quant à ceux qui n'ont pas reçu d'ordre, leur corps se raidit alors qu'ils se concentrent sur leur tâche respective.

Monfried s'empare alors du siège de capitaine et s'y installe. Il insère la puce dans son visinter de bord et prend connaissance de son contenu. Le changement d'itinéraire amènera le Silesian Folly dans le secteur F4e9, aux abords de Tipola 1. Monfried connaît bien cette étoile, responsable du célèbre entonnoir tipolaire. Quant au changement du manifeste, il est des plus surprenants. Le baron Zao a obtenu l'autorisation d'embarquer une centaine de missiles inverses (des missiles capables de détruire des cibles à plusieurs minutes lumières) trafiqués. Le changement le plus radical est qu'ils n'ont pas de tête explosive (bonne nouvelle) mais un large compartiment renferment divers gaz solidifiés. Si ces compratiments venaient à perdre leur étanchéité, l'explosion qui en résulterait pourrait pulvériser une partie du Silesian Folly (mauvaise nouvelle). Les complexes autorisation accompagnant ce matériel indiquent clairement leur utilisation aux abords de Tipola 1.

Mais que veut donc faire l'excentrique baron avec ce matériel près d'une étoile mourante?

@Siridar
La Duchesse Lounia Beljardin semble touchée par les flatteries du Baron Zao. Mais sa réponse n'en laisse rien paraître et semble même plutôt remettre le nobliau à sa place.

Voyons Baron, ne soyez pas si modeste! Sans votre sens inné de l'amusement, l'idée même de cette croisière n'aurait jamais vu le jour et je compte sur votre connaissance impeccable du décorum pour faire de ce voyage un ravissement sans nul autre pareil.

Quelle surprise nous réservez-vous pour le bal de ce soir?


Hazlim, apparemment impassible, ne peut que tiquer. En effet, la Duchesse est connue pour son désamour des combats de gladiateurs dont Hazlim raffole. Elle a d'ailleurs déjà condamné à plusieurs reprises ces pratiques au sein de la noblesse, expliquant en long et en large pourquoi ils devraient être réservés à de riches Intègres et Superviseurs. Quant au décorum, il est notoire que sa connaissance ne suffit pas et que sa mise en pratique peut être des plus malaisées tant ses codes sont complexes. Par exemple, qu'un noble inférieur adresse directement la parole à un supérieur sans y être invité est une injure. Heureusement, dans ce cas-ci, Hazlim peut se le permettre en tant qu'organisateur de l'évènement.

Même si elle est prononcée sur un ton glacial, Hazlim est donc heureux que la Duchesse lui pose une question...
Journalisée

Kynan
Argoulet
**
Hors ligne Hors ligne

Messages: 5 201


Contradicteur Systématique


« Répondre #7 le: 02Juillet, 2008, 15:11:36 »

Chapeau, le double fil

* Des missiles inverses ?? Mais il a perdu la tête, ou quoi ? *

Monfried saisit son visinter, et appelle. Lieutenant Natrizky, vous avez maintenant une cope du fichier disponible, avec la cargaison. Si un seul mot en filtre, vous voyagerez avec. Et ce n'est PAS une plaisanterie.

Alors, bossun, vous attendez qu'il refroidisse, mon synthécaf ? Et ce nettoyage ?

Monfried s'attache à modifier le plan de vol du Silesian Folly, en respectant les instruction d'Hazlim et en optimisant les trajectoires pour une navigation inertielle qui minimise la dépense d'énergie et les accélérations/décélérations. Avec deux ou trois possibilités annexes, en fonction d'un éventuel retard ou avance du Silesian, par rapport à la position théorique des astres avoisinés au moment où le Silesian les croisera.
C'est un epu long et difficile, mais c'est le domaine d'excellence de "l'officier-bouledogue", ainsi qu'il se sait surnommé. En son absence, bien sûr.
Tous les seconds sont là pour être craints, ce qui permet aux capitaines d'être aimés, par contraste.

Lorsque l'exercice incendie démarre, Monfried le suit d'un oeil et d'une oreille, notant mentalement les éventuels manquements.
Journalisée

PbF TdM : Tobias Branda (Hobbit)
PbF Space Frontiers : Monfried Fonricht
PbF Ynn Prydden : Bors Njarlsson
PbF TdF : Ser Rickard

ex : Tiamat, Elfirie, Trinités, M+C, EG
Siridar
Lanspessade
*
Hors ligne Hors ligne

Messages: 386



« Répondre #8 le: 06Juillet, 2008, 20:54:47 »

J'aime beaucoup aussi le procédé pour la réminiscence

Malgré son immense désir de s’attirer ses grâces, le Baron ne pouvait décemment répondre ouvertement à sa question. Perplexe également par l’attitude si complaisante de la Duchesse envers ses habituelles inclinaisons, Hazlim marque une infime hésitation qu’il dissimule en laissant son regard dériver sur les autres courtisans, comme s’il cherchait à voir s’ils partageaient la même interrogation. Lorsqu’il revient enfin sur elle, sa réponse fuse naturellement, empreinte d’une courtoise humilité, partagée toutefois d’une pointe à peine perceptible d’impertinence.

- Serait-ce toujours une surprise si je m’en ouvrais à vous dès à présent, Madame ?

Mais pour vous plaire, je puis néanmoins vous dévoiler que je compte pour l’occasion revenir à une forme plus ancienne de décorum, auquel j’espère mes invités se montreront sensible ce soir.

Pour le reste, je m’en voudrais terriblement de vous priver du frisson de la découverte, et implore donc votre généreuse clémence quant au silence que je me dois de conserver encore quelques heures.

Mais puisque vous m’autorisez une certaine forme de satisfaction personnelle, peut-être pourrais-je ajouter que ce bal devrait jalouser les plus grandes heures de notre Histoire et inaugurer une odyssée qui devrait vous combler. C’est là toute mon ambition et tout mon défi, Madame.


Conscient qu’il jouait là son avenir sur ses dernières paroles, la décevoir ce soir condamnerait en effet à jamais ses chances d’obtenir un jour ses faveurs, le Baron s’efforce d’afficher sous l’implacable regard de la jeune femme une confiante sérénité, sans pour autant que cela ne confine à l’insolence. Un équilibre délicat dans un jeu périlleux alors qu’il incline le menton dans un dernier sourire pour marquer tant son rang inférieur que sa volonté de la ravir par sa croisière.

Mais la duchesse et son petit groupe de courtisans savaient désormais que le bal de ce soir s’annonçait comme un événement unique. Si les formes les plus anciennes du Decorum offraient un faste et une féerie inégalés à ceux capables de les mettre en œuvre, elles avaient étés pourtant progressivement abandonnées au fil des siècles et des millénaires pour les formes plus sommaires d’aujourd’hui, tant leur effroyable complexité requérait un virtuose du Decorum, ni la moindre faute de goût. Leurs mises en application au bal de soir allaient se révéler une véritable gageure…
Journalisée
Acritarche
Puissance Oubliée des Contrées
Modérateur
Colonel Général
*
Hors ligne Hors ligne

Messages: 3 633



WWW
« Répondre #9 le: 10Juillet, 2008, 12:19:55 »

@ Kynan

Le bossun apporta presque en courant le synthécaf réclamé et c'est un miracle qu'il ne le renversât pas en s'arrêtant au niveau de Monfried. L'exercice incendie avait débuté seulement d'une minute ou deux, et Monfried se délectait déjà de l'effet qu'il provoquait sur l'équipage, quand son visinter-bracelet (dernier gadget à la mode imposé à tous les officiers supérieurs par le capitaine) le rappela à l'ordre. Sur le tridiécran qui apparut du bracelet quand Monfried l'activa, le visage du Capitaine Estep Cortesa semblait contrarié, voire courroucé.

Alors second, vous êtes bien long? Nous allons imminemment lancer cette croisière et j'ai besoin de vous pour larguer officiellement la dernière passerelle qui nous retient au spatioport!

Bien sûr, le capitaine était incapable de le faire lui-même et donc Monfried allait lui servir de faire-valoir... Tout cela au beau milieu d'un si plaisant exercice!

@ Siridar

La Duchesse Beljardin semblait boire les paroles d'Hazlim. Nulle doute qu'une si fine intrigante appréciait de jouter avec un tel courtisan.

Vous éveillez ma curiosité et faites grimper mes attentes, Baron de Monbachstadt. Et autant j'aime que l'on titille la première, autant j'abhorre qu'on déçoive les secondes. Vous n'êtes pas sans savoir que je suis une fne amatrice d'histoire et que j'ai déjà financé de nombreuses recherches. Je ne savais pas que vous aviez laissé tomber la barbarie des arêênes pour le raffinement des études...

Par son accentuation de la prononciation du mot "arène", la duchesse signifia à tous son dégoût de la chose sans aucune considération pour son hôte et ses goûts propres. L'inclinaison de la dernière syllabe recelait une invitation cachée à répondre et il fallait une fine connaissance de l'étiquette pour la déceler. Mais Hazlim savait qu'il faudrait être encore plus fin dans sa réponse puisqu'il était de notoriété publique qu'il avait fait installer de somptueuses arènes sur le Silesian Folly.
Journalisée

Kynan
Argoulet
**
Hors ligne Hors ligne

Messages: 5 201


Contradicteur Systématique


« Répondre #10 le: 11Juillet, 2008, 01:18:22 »

J'arrive immédiatement, Capitaine.

D'un grommellement tenant lieu de remerciement, Monfried accepta le synthécafé. Il l'avale d'un coup, grimaça parce qu'il est trop chaud et trop amer, et se lèva.

Bossun, vous me suivez cet exercice incendie, et si vous n'y trouvez rien à redire, je vous trouverai une corvée que vous détesterez. J'attends votre rapport dès mon retour. La procédure est là.

Dites à Bonjov de reprendre le quart à T+14.5. Il reste encore tous les salamalecs, à T+110, nous appareillerons. Et cette foutue passerelle doit être larguée  à T+100. Donc dans une heure et demie... J'aurai donc largement le temps de venir réveiller les flemmards !

« Dernière édition: 12Août, 2008, 16:42:22 par Kynan » Journalisée

PbF TdM : Tobias Branda (Hobbit)
PbF Space Frontiers : Monfried Fonricht
PbF Ynn Prydden : Bors Njarlsson
PbF TdF : Ser Rickard

ex : Tiamat, Elfirie, Trinités, M+C, EG
Siridar
Lanspessade
*
Hors ligne Hors ligne

Messages: 386



« Répondre #11 le: 23Juillet, 2008, 14:15:54 »

Le Baron ne s’était à aucun moment départi de son masque affable sous les fines attaques de la Duchesse, souriant doucement à l’un ou l’autre des autres courtisans du petit cercle qu’ils formaient en manifestant une surprenante concordance de point de vue avec elle. Mais peut-être était-ce seulement l’attention dont il bénéficiait pour le moment d’une aussi auguste personne qui suffisait à le contenter, à moins que cela ne soit le simple plaisir de cette joute mouchetée. Les plus observateurs auront cependant pu noter l’étincelle qui s’était fugacement allumée dans son regard à la mention des attentes de la Duchesse.

- Il serait sans doute plus juste de préciser que, pour cette croisière, je me suis efforcé de mettre en partie les secondes au profit des premières, Madame. C’est là à vrai dire une passion assez récente, suscitée par le vif intérêt porté à vos récents mécénats, ainsi que par vos remarques éclairées sur les jeux bien connus de nos cercles privilégiés, pour la plupart vulgaires et communs, je vous le concède bien volontiers.

Le néophyte que je suis encore dans les sciences de l’histoire ne saurait bien entendu prétendre rivaliser avec l’étendu de vos connaissances, mais, à défaut pour le moment d’un savoir exhaustif, je me suis évertué à m’imprégner des sensibilités, fastes et autres éléments culturels de ces périodes plus anciennes. Une approche que je reconnais peut-être plus conforme à celle d’un artiste qu’à celle d’un académicien si vous me le permettez, mais ceci réalisé dans l’unique but de tenter de soutirer de cet exquis tissu de mémoires un élixir à même de sublimer la matière primitive de ces jeux. C’est en tous les cas là ce à quoi mes pairs auront, je le souhaite, le rare plaisir d’assister ces jours prochains. Une élégante et inaccoutumée série de tableaux vivants que mes arènes mettront spécialement en relief en cette occasion, bien éloigné de la simple barbarie que vous dénoncez si justement.

Mais malgré vos légitimes réticences, peut-être me ferez-vous la grâce d’être mon invitée pour le premier d’entre eux, Madame ? Votre sentiment me sera à n’en pas douté des plus précieux pour convenir du succès ou de l’échec de ma réalisation.


Les yeux brillants d’une exaltation contenue à l’évocation d’une de ses passions, le Baron guette avec l’apparente assurance du courtisan la réponse de la Duchesse à son offre. Qu’elle accepte serait déjà une petite victoire pour lui, qu’elle la décline rendrait plus malaisé la dénonciation de ses si singuliers jeux d’arènes.
Journalisée
Acritarche
Puissance Oubliée des Contrées
Modérateur
Colonel Général
*
Hors ligne Hors ligne

Messages: 3 633



WWW
« Répondre #12 le: 23Juillet, 2008, 16:54:06 »

@Monfried
La traversée des coursives du Silesian Folly par Monfried s'agrémente de nombreux borborygmes et jurons à peine audible et de la remise au pas d'un ou deux membres d'équipage qui n'ont pas pris l'exercice suffisamment au sérieux.

Quand Monfried déboule dans la salle de réception, il manque de renverser un serveur qui lui jette un regard presque effrayé. Probablement dû au manque d'habitude de côtoyer les rudes hommes de pont dont Monfried est l'incarnation quasi archétypale.

Monsieur, une coupe de mousseux silésien ou de fibrovin opalisan? Un canapé de crevettes de Serix ou un carpacio d'abats de Lurios andiracien?

Alors que le serveur continue d'égréner ses propositions de boissons et de zakouskis, Monfried aperçoit le capitaine Cortesa en grande discussion avec un noble à la cour particulièrement envahissante. Probablement cherche-t-il à l'assure de ses (in)compétences et à garantir la prochaine utilisation dispendieuse de son paquebot...

@Siridar
La réponse de la duchesse est cinglante!

Je ne doute pas que vous soyez un de ces "amateurs" de l'Histoire attiré par la fureur et le sang dont nous abreuvent les "reconstitutions" de la Visinter! [Elle jette un sourire carnassier à Hazlim et balaie élégamment sa cour du regard, tel l'empereur qui va mettre à mort un courtisan.]

Car voilà bien ce que les "esthètes" de votre ordre aiment à ourdir. Détourner les résultats des études les plus fastidieuses et les plus précises au profit de la violence la plus abjecte. Je ne pense pas que vous aurez la chance de me voir à l'une de vos "représentations" et j'hésite maintenant à me présenter au bal de ce soir, m'inquiétant d'avance de la manière dont vous avez détourné nos si précieuses et respectables coutumes.


Sur ce elle hèle d'une main svelte un serveur, se sert un petit canapé qu'elle mange à petites bouchée et tourne le dos à Hazlim, signifiant la fin de leur entretien...
« Dernière édition: 24Juillet, 2008, 21:34:07 par Acritarche » Journalisée

Kynan
Argoulet
**
Hors ligne Hors ligne

Messages: 5 201


Contradicteur Systématique


« Répondre #13 le: 24Juillet, 2008, 17:24:09 »

Foudroyant le serveur du regard, comme s'il était responsable de sa mauvaise humeur, Monfried le dépassa sans répondre à ses offres. Brusquement, il se retourna, saisit sur le plateau un canapé de crevettes, et repartit dans sa direction initiale.

Passant au large de la discussion du capitaine, il s'assura tout de même que ce dernier l'avait vu, passant dans son champ de vision, et lui adressant un signe de tête discret. Il se dirigea à grands pas, fendant la foules de pique-assiettes, en direction du poste qu'il devait occuper pour ce dernier largage de passerelle. D'un coup d'œil, il s'assura que les matelots désignés soient à leur poste et que rien ne manque.

Alors seulement, il mangea son canapé et laissa son regard errer autour de lui.
« Dernière édition: 12Août, 2008, 16:41:44 par Kynan » Journalisée

PbF TdM : Tobias Branda (Hobbit)
PbF Space Frontiers : Monfried Fonricht
PbF Ynn Prydden : Bors Njarlsson
PbF TdF : Ser Rickard

ex : Tiamat, Elfirie, Trinités, M+C, EG
Siridar
Lanspessade
*
Hors ligne Hors ligne

Messages: 386



« Répondre #14 le: 03Août, 2008, 22:39:50 »

Les sourcils du Baron s’étaient d’abord haussés de surprise au soufflet de la Comtesse avant que son visage ne se fige dans une affabilité forcée, et qu’il ne réprime avec peine la violente émotion qui le saisit jusqu’à la fin de sa diatribe. Plus que le camouflet, c’était bien le fait qu’elle puisse oser comparer ses fêtes à ces programmes triviaux de la Visinter qui le mettait à cet instant dans une fureur noire ! Pour un peu, il regretterait presque les longues heures passées à redécorer les principales suites du paquebot afin de les accorder aux personnalités de ses plus prestigieux invités, dont faisait bien évidemment partie la duchesse…

Après un soupir imperceptible, il retrouve pourtant son calme, bien résolu à ce que cet incident ne vienne pas lui gâcher le plaisir de cette croisière. Sa réponse, c’est ses festivités qui lui apporteront, et de la manière la plus éclatante qui soit !

Il chasse aussi sur l’instant la duchesse de ses pensées et se tourne vers le reste de ses invités pour chercher du regard l’un de ses vieux amis, le markgraf Reigerfonn. L’apercevant enfin, il enfourne quelques canapés, et sans un regard pour le serveur toujours statufié à ses côtés, s’avance avec un sourire sincère vers l’homme dont les vêtements de qualité s’ornaient de discrètes mais fameuses décorations militaires.

- Von Reigerfonn, mon cher ami. J’ai crû un horrible instant que vous ne pourriez vous joindre à nous.
Journalisée
Pages: [1] 2 3   Haut de page
  Imprimer  
 
Aller à: